Navigation – Plan du site

Blood Mountain : ascension mystique

Hugo Bonin

Texte intégral

1« Earth has burst/Mountain flames/Moon beheld/Father snake ». Après une introduction instrumentale allant crescendo, c’est sur ces paroles que débute la chanson « Sleeping Giant », troisième sur l’album Blood Mountain du groupe Mastodon. Album concept centré sur l’ascension de cette « montagne de sang », Blood Mountain offre le portrait d’un environnement hostile, où l’homme rencontre nombre de créatures mythiques et doit finalement abandonner son humanité pour espérer survivre. Portrait d’un sommet plus ou moins fictif à travers cette épopée musicale.

Figure 1. Pochette de l’album Blood Mountain

Figure 1. Pochette de l’album Blood Mountain

Paul Romano, 2006

  • 1 Apparu à la Nouvelle-Orléans au milieu des années 1980, le sludge metal combine des éléments de doo (...)
  • 2 Dérivé du rock psychédélique, le « prog » est caractérisé par des longs formats, une instrumentalis (...)

2Formé en 2000, Mastodon est un groupe de sludge metal1 originaire d’Atlanta, Géorgie. Fortement influencés par l’univers du rock progressif2, il se démarque avec Remission (2002) et surtout Leviathan (2004), réinterprétation musicale de Moby Dick d’Herman Melville. Après avoir exploré le thème de l’eau, Mastodon s’attaque donc à celui de la terre avec Blood Mountain, paru en 2006.

  • 3 Mooney, James (1995), Myths of the Cherokee, New York : Dover Publications.

3Il n’est pas anodin de noter que l’album est nommé en référence à un des pics des Appalaches, au nord de la Géorgie. Situé dans la Forêt Nationale de Chattahoochee, culminant à 1359 mètres, Blood Mountain, est en effet la sixième plus haute élévation de l’État. Avant la colonisation européenne, l’endroit était occupé par les tribus Muscogee (Creeks) et Cherookee. Selon la mythologie de ces derniers, la montagne était habitée par les Nûñnë'hï, une race de créatures féériques bienveillantes3.

4Bien que les Nûñnë'hï ne soient plus présentes sur Blood Mountain, l’album de Mastodon mélange allègrement exploration en terrain montagneux et créatures mythiques. L’œuvre, composée de 13 chansons pour une durée de 51 minutes, suit la progression d’un homme chargé par les dieux de mener un crâne de cristal au sommet de cette montagne. Son aventure débute sur un roulement de batterie avec « The Wolf if Loose », morceau au cours duquel il est transformé en loup-garou par des dieux anciens. Citant directement des passages du classique d’analyse littéraire The Hero With a Thousand Faces (1949) de Joseph Campbell, les paroles établissent que notre protagoniste accepte de mener à bien sa mission s’il veut espérer lever la malédiction qui s’abat sur lui.

5Dans « Crystal Skull », le héros explore une caverne ténébreuse et y récupère ce fameux crâne de cristal, qu’il enfonce sur sa tête. Ce faisant, son esprit semble affecté, ce qui explique peut-être la forte impression que lui fait Blood Mountain quand il approche celle-ci dans « Sleeping Giant ». Véritable volcan en pleine explosion, la montagne se dresse devant lui, terrifiante et meurtrière (Figure 2), tout comme les lourds et lents riffs qui structurent le morceau. Il décide tout de même de se lancer à la conquête de celle-ci, confiant en ses capacités : « Lead and land atop this rock / Infinite path carved with unrivaled skill ».

  • 4 Le Sasquatch, ou Bigfoot, est, dans le folklore nord-américain, une créature simiesque à la stature (...)

6Marchant le long de la crête capillaire (« Capillarian Crest ») de la montagne de sang, notre héros débute sa difficile ascension. Celle-ci le mène au village des Cysquatchs, des créatures mi-cyclope et mi-sasquatch4. Ceux-ci le préviennent de se méfier des Birchmen (Hommes-Bouleau), qui semblent lui vouloir du mal. Éventuellement, le protagoniste traverse une « Colony of Birchmen », les hommes-arbres l’attaquant alors férocement. Pour se défendre, celui-ci se transforme en loup-garou et déchire la chair de ses ennemis. Une fois ceux-ci défaits, son repos est de courte durée, puisqu’il est attaqué de nouveau, par des créatures volantes semblables à des ptérodactyles cette fois (« Hunters of the Sky ») et doit s’enfuir.

Figure 2. La montagne terrifiante et meurtrière. Extrait du livret de l’album Blood Mountain

Figure 2. La montagne terrifiante et meurtrière. Extrait du livret de l’album Blood Mountain

Livret de l'album Blood Mountain, p. 10.

Paul Romano, 2006

7S’ouvre alors le triptyque final, où après avoir ingéré une plante hallucinogène (« Hand of Stone »), notre héros fait la rencontre d’une femme possédée, qui le met en garde sur les conséquences que pourrait avoir sa quête. Sur fond de guitares psychédéliques, on apprend que ce n’est rien de moins que l’apocalypse qui s’abattra sur le monde si jamais le crâne de cristal atteint le sommet (« This Mortal Soil »). Finalement, faisant fi de ces avertissements, le protagoniste continue son ascension, où une tempête de neige le surprend. Affaibli, affamé, il dévore ses propres mains au début de « Siberian Divide » : « Chewing bone / Euphoria / Land and sky / Shining skull ». Alors que terre et ciel se confondent, le crâne se met à briller et notre protagoniste trouve la force de le déposer au sommet. Alors que le monde est plongé dans le chaos, il s’éteint lentement, pour s’élever vers les cieux dans l’épilogue planant et aux solos envolés de « Pendelous Skin ». « Climb/Under my wing/Climb », susurrent les deux chanteurs du groupe.

8Que nous apprend cette épopée sur la montagne ? Le premier élément qui saute aux yeux est le rôle assez secondaire de la montagne dans l’aventure : elle n’est là que comme contexte, comme simple cadre de l’aventure. Outre son caractère volcanique, et son climat glacial au sommet, l’auditeur en apprend peu sur Blood Mountain : sa topographie, son hydrologie, sa géologie, et dans une certaine mesure son écosystème, sont laissés à l’imagination. Elle n’est au final qu’un terrain à conquérir pour notre héros. Toutefois, c’est précisément parce qu’elle doit être conquise qu’elle est aussi hostile.

9En effet, le second élément qui émerge est le danger qui guette quiconque s’aventure vers les sommets. Le danger dans l’environnement est omniprésent : Blood Mountain attaque presqu’à tout instant le protagoniste, que cela soit par ses habitants (des bois et des cieux), par sa flore hallucinogène ou ses tempêtes glaciales. Cette hostilité ne peut être surmontée qu’en perdant une part de son humanité, que cela soit en se transformant en loup-garou pour affronter des Birchmen, ou symboliquement, en s’auto-cannibalisant. Seuls les habitants de Blood Mountain sont en harmonie avec leur environnement. Les étrangers sont eux soumis à des épreuves, comme dans tout périple initiatique. Une vision proche du romantisme du 19e siècle oppose ici les forces de la nature à une humanité diminuée, quasi impuissante : le rapport de force semble jouer en défaveur des humains. Les éléments sont ligués contre notre héros. Pourtant, il parvient à remplir sa mission, ce qui valorise d’autant plus sa prouesse.

10Finalement, c’est l’importance de l’élévation qui frappe. Le héros ne progresse dans sa quête qu’en escaladant toujours plus haut. Des cavernes où il récupère le crâne de cristal, au sommet où il le dépose, il ne doit cesser de grimper, d’affronter la pente, véritable topos de la littérature de voyage ou des récits d’ascension romantiques. L’histoire ne se termine d’ailleurs que sur l’ascension ultime, celle de la mort.

  • 5 Lampert, Eva (26 avril 2006), « Beware of the Cysquatch On New Mastodon Album », ChartAttack, en li (...)
  • 6 Le métal en général représente souvent la nature comme un endroit hostile, où seuls les plus forts (...)

11Blood Mountain propose donc une lecture prométhéenne des rapports de l’humain à la montagne, considérée comme espace vertical à conquérir. C’est ainsi qu’est présenté l’album par les membres du groupe : selon le batteur Brann Dailor, Blood Mountain parle « d’escalader une montagne et les différentes choses qui peuvent t’arriver quand tu es perdu dans les bois. Tu meurs de faim, tu hallucines, tu rencontres des créatures étranges. Tu es chassé. C'est à propos de ce combat5 ». Territoire hostile, pic à gravir, lieux de rencontre mythiques, Blood Mountain tel que nous la présente Mastodon a finalement beaucoup à voir avec l’archétype de la montagne indomptable, teintée de mystère, appréhendée uniquement sous l’angle du défi physique et psychologique, et bien peu à voir avec le sommet géorgien. Les aficionados de prog-métal se laisseront donc facilement entrainer dans cette histoire grandiose, qui cadre parfaitement avec les codes de ce genre musical6.

12L’auditoire de Blood Mountain voyagera ainsi bien plus que les excursionnistes qui s’aventureraient dans la forêt aménagée de Chattahoochee. En effet, comme le montre la figure 3, loin d’un lieu hostile et sauvage, les touristes de la Géorgie peuvent parcourir des sentiers pour des « plaisirs en plein air » allant de la randonnée au véhicule tout terrain. Loin d’une épreuve surhumaine, l’ascension du pic est ici proposée comme activité récréative, accessible à toute la famille. En d’autres mots, la fiction hostile de Blood Mountain dépasse largement la réalité paisible de ce sommet américain.

Figure 3. Carte des activités des montagnes du nord de la Géorgie

Figure 3. Carte des activités des montagnes du nord de la Géorgie

US Park Service.

Haut de page

Notes

1 Apparu à la Nouvelle-Orléans au milieu des années 1980, le sludge metal combine des éléments de doom metal et de punk hardcore pour créer une musique lourde, lente et oppressante. « Sludge » fait référence au son « boueux » des guitares. The Melvins, Crowbar ou Down sont des exemples de sludge traditionnel.

2 Dérivé du rock psychédélique, le « prog » est caractérisé par des longs formats, une instrumentalisation technique et un goût prononcé pour l’album concept. Exemples : King Crimson, Yes, Genesis ou Pink Floyd.

3 Mooney, James (1995), Myths of the Cherokee, New York : Dover Publications.

4 Le Sasquatch, ou Bigfoot, est, dans le folklore nord-américain, une créature simiesque à la stature verticale.

5 Lampert, Eva (26 avril 2006), « Beware of the Cysquatch On New Mastodon Album », ChartAttack, en ligne http://www.chartattack.com/news/41025/beware-of-the-cysquatch-on-new-mastodon-album. Notre traduction.

6 Le métal en général représente souvent la nature comme un endroit hostile, où seuls les plus forts peuvent survivre. Le black métal en particulier, est connu pour sa fascination avec les territoires glacés, les montagnes solitaires et les forêts ténébreuses. Un sous-genre, le Cascadian Black Metal, est même nommé en référence à la chaîne de montagnes Cascades en Amérique du Nord.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pochette de l’album Blood Mountain
Crédits Paul Romano, 2006
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/4699/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 2. La montagne terrifiante et meurtrière. Extrait du livret de l’album Blood Mountain
Légende Livret de l'album Blood Mountain, p. 10.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/4699/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 3. Carte des activités des montagnes du nord de la Géorgie
Crédits US Park Service.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/4699/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Bonin, « Blood Mountain : ascension mystique », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Montagnes en fictions, mis en ligne le 20 septembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rga/4699

Haut de page

Auteur

Hugo Bonin

Doctorant en science politique. Université du Québec à Montréal, Université Paris-8.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités