Navigation – Plan du site

Trajectoires de vulnérabilité des territoires de montagne face aux changements globaux

Dominique Baud et Anouk Bonnemains
Traduction(s) :
Mountain Areas’ Trajectories of Vulnerability Amidst Global Change

Texte intégral

1Comment appréhender les impacts des changements globaux sur les territoires ? Comment rendre intelligibles des dynamiques constitutives de l’évolution des territoires de montagne sur le temps long ? Ce dossier thématique du Journal of alpine research/Revue de géographie alpine intitulé « trajectoires de vulnérabilité des territoires de montagne face aux changements globaux » vise à questionner les dynamiques territoriales au croisement des phénomènes sociétaux et des phénomènes climatiques et environnementaux sur une temporalité longue. C’est donc un retour réflexif sur la construction des territoires à travers l’entrée des trajectoires de vulnérabilité que nous proposons de développer.

2Ce numéro renforce l’idée selon laquelle la vulnérabilité des territoires nécessite un questionnement à l’aune des évolutions conjointes de la société et de l’environnement. Les changements globaux en sont une parfaite illustration et mettent en avant la nécessité d’avoir un regard global pour analyser les dynamiques territoriales en cours. Leur étude nous permet de comprendre comment les évolutions sociétales, économiques et environnementales peuvent modifier les modèles de développement des territoires de montagne. Recourir à la notion de trajectoire permet ainsi de désigner les tendances majeures des évolutions d’un système, puisque des réponses à court terme aux évolutions structurantes pour le futur peuvent renforcer la vulnérabilité du territoire à long terme. La trajectoire traduit un enchaînement de processus qui définit une évolution spécifique à chaque territoire et dans des temporalités pouvant être variables. À travers le concept de trajectoires, c’est l’ensemble des temporalités et des acteurs à l’initiative de ces transformations qui doivent être convoqués. C’est également la possibilité de mettre en avant des points de rupture dans les dynamiques territoriales liées autant à des chocs internes (effondrement du modèle organisationnel, épuisement des ressources, catastrophes naturelles, etc.) qu’à des chocs externes aux territoires (crise économique, changements climatiques, etc.) remettant ou non en question leurs modèles de développement. En ce sens ce sont des séquences entières de mutations, transformations, bifurcations dans les trajectoires territoriales qui sont identifiables.

3La trajectoire donne un aspect dynamique et temporel à la vulnérabilité, qui ne peut se focaliser uniquement sur un temps « t ». La vulnérabilité est envisagée ici au sens large comme le produit du degré d’exposition, de la sensibilité (l’ensemble des facteurs déterminant les modalités d’atteinte d’une société) et des capacités d’adaptation face à un changement (Smit & Wandel, 2006). Ainsi, recourir à la notion de trajectoire permet de mettre en valeur la transformation de la vulnérabilité des territoires.

4Les articles rassemblés dans ce numéro donnent un panorama de divers territoires de montagne questionnés par cette problématique, qu’ils soient situés en Équateur, en Europe de l’Est (dans les Tatras), au Maroc ou encore en France. Dans chaque cas, les auteurs ont volontairement opté pour une compréhension globale des dynamiques territoriales en s’attachant à prendre en compte un ensemble d’éléments (socio-économiques, politiques, climatiques et environnementaux) afin d’appréhender la trajectoire de vulnérabilité d’un territoire. Comment à partir de ces diverses données reconstitue-t-on ces trajectoires et quelles questions cela peut-il poser ?

5Tout d’abord, l’article collectif de Thomas Spiegelberger utilise la frise chrono-systémique comme outil intermédiaire de connaissances interdisciplinaires permettant de reconstituer les trajectoires territoriales à la croisée des sciences humaines et des sciences de la terre. En se basant sur une étude de cas du territoire des Quatre Montagnes dans le Vercors, ce groupe de chercheurs propose une méthodologie pour le suivi des trajectoires de vulnérabilité d’un espace et de ses ressources environnementales.

6La contribution de Christine Bouisset, Sylvie Clarimont et Isabelle Degrémont s’intéresse aux représentations des acteurs locaux face aux changements climatiques, à leur évolution dans le temps et à la manière dont celles-ci sont susceptibles de modifier la vulnérabilité aux risques des territoires de montagne à travers l’étude de deux vallées pyrénéennes. Les auteures cherchent également à analyser comment les perceptions liées aux changements climatiques peuvent influencer les capacités d’adaptation et aggraver la vulnérabilité des territoires étudiés. L’article montre ainsi comment les relations des acteurs à l’environnement influencent les trajectoires des territoires.

7Au Maroc, la plantation massive de figuier de barbarie dans la vallée de Tazrout incite Majda Mourou et ses co-auteurs à questionner la trajectoire de vulnérabilité au prisme des changements successifs des systèmes agraires et de l’organisation socio-économique du territoire. Ce texte nous montre que le développement d’un système agraire, même en entrainant une certaine résilience avec le retour d’un équilibre écologique, peut avoir comme effet d’accentuer la vulnérabilité sociale. En effet, en faisant le choix d’une spécialisation agricole tournée quasi-exclusivement vers le figuier de barbarie le territoire connait l’augmentation de conflits sociaux autour de l’accès au foncier et de la répartition de la richesse. Les auteurs proposent alors deux scenarios possibles dont l’un combinant les cultures du figuier et de l’arganier qui permettrait de réduire les impacts sur la dimension sociale.

8Dans leur article Nasser Rebaï et Julio A. Alvarado Vélez questionnent l’impact des politiques publiques du secteur primaire dites de modernisation sur la sierra équatorienne. Plusieurs situations locales sont analysées et mettent en avant le fait que ces politiques ont accentué la vulnérabilité sociale et environnementale de ce territoire face aux changements globaux. Il s’agit ici de caractériser ces évolutions et de montrer comment une conjoncture d’évènements va amplifier la vulnérabilité du territoire.

9Sur un temps plus court que l’étude précédente, la contribution de Michel Lompech montre qu’un évènement extrême peut-être le point de départ de l’analyse d’une trajectoire de vulnérabilité à travers son étude du versant slovaque des Tatras. L’auteur questionne ici l’interaction entre une évolution politique particulièrement prégnante pour ce territoire (apogée et chute du régime socialiste) et une évolution environnementale qui permet de reconstituer la trajectoire de vulnérabilité de ces « Alpes de poche ».

10Enfin, l’analyse des trajectoires de vulnérabilité permet également d’envisager une dimension prospective comme nous le montre l’article de Jon Marco Church sur l’analyse du système de gouvernance du massif forestier des Ardennes en interrogeant les méthodes de recherche transformationnelle en matière de durabilité. Après avoir mis en exergue les principales vulnérabilités de ce territoire, l’auteur tente de construire des stratégies prospectives et d’identifier des adaptations du système de gouvernance par rapport au changement climatique pour aller vers une plus grande durabilité.

11Ces différents articles montrent que l’analyse par les trajectoires de vulnérabilité est une grille de lecture particulièrement opérante pour identifier les dynamiques territoriales à l’aune des changements globaux. L’intérêt de ce concept réside en grande partie dans sa capacité à intégrer les différentes dimensions des transformations territoriales dans une pensée systémique et globale articulant plusieurs échelles spatiales.

12L’analyse des trajectoires de vulnérabilités permet de donner de la matière à penser aux décideurs en identifiant les catalyseurs des transformations du territoire et les facteurs d’accentuation des vulnérabilités (socio-economiques et environnementales). À partir de là des scénarios prospectifs peuvent être imaginé dans la recherche d’alternatives au fonctionnement actuel des territoires pour mettre en place une adaptation aux changements globaux ancrée localement.

Haut de page

Bibliographie

Grataloup C., 2005.– «  Géographie historique et analyse spatiale : de l’ignorance à la fertilisation croisée » , in Boulanger P., Trochet J.-R. (dir.), Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, Paris, p. 33-42.

Magnan A., 2010.– « Questions de recherche autour de l'adaptation au changement climatique », Natures Sciences Sociétés, 2010 Vol. 18/3, p. 329-333.

Magnan A., Duvat V., Garnier E., 2012.– « Reconstituer les “trajectoires de vulnérabilité” pour penser différemment l'adaptation au changement climatique », in Natures Sciences Sociétés, 2012 Vol. 20/1, p. 82-91.

Smit B., Wandel J., 2006.– « Adaptation, adaptive capacity and vulnerability », in Global Environmental Change, n°16, pp. 282–292

Spindler J., 2005.– « Le financement des politiques locales du tourisme ». In Annuaire des collectivités locales. Tome 25. pp. 55-64.

Longépée E., 2014.– « La résilience des systèmes socio-écologiques des États atolliens dans le contexte du changement climatique : le cas de Kiribati (Pacifique Sud) », Thèse de Géographie. Université de La Rochelle, p 501.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Baud et Anouk Bonnemains, « Trajectoires de vulnérabilité des territoires de montagne face aux changements globaux », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 106-3 | 2018, mis en ligne le 09 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rga/5069 ; DOI : 10.4000/rga.5069

Haut de page

Auteurs

Dominique Baud

Maîtresse de conférences, Université Grenoble Alpes.
dominique.baud@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Anouk Bonnemains

Post-doctorante. Projet de recherche COMON. Laboratoire CDPPOC. Université de Savoie-Mont Blanc.
anouk.bonnemains@univ-smb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités