Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesLieux-ditsDe l’usage d’une friche. Le Sanat...

De l’usage d’une friche. Le Sanatorio di Medoscio (Canton du Tessin, Suisse)

Gian Paolo Torricelli

Texte intégral

1On peut définir la friche comme un espace frappé d’obsolescence (cf. entre autres Raffestin, 2012) ; des lieux et des objets qui avaient une fonction (sociale, économique ou politique) et qui, avec l’arrêt ou l’abandon des activités à la base de cette fonction, en ont été dépourvus. Une friche est donc quelque chose qui – en principe – n’a pas de valeur d’usage. Mais en sommes-nous si surs ?

Un lieu de lutte contre la tuberculose

2Le Sanatorio di Medoscio est un témoignage de la lutte contre la tuberculose sur le versant méridional des Alpes suisses. Vers la fin du XIXe siècle, la maladie touchait de nombreuses familles modestes ; dans les vallées et villages du Tessin un décès sur quatre était dû à ce fléau (cf. Corti, 2004, pp. 45-65). Un des principaux moyens de lutte (il n’y avait pas encore d’antibiotiques) étaient de longs séjours auprès de sanatoriums, selon différents modes thérapeutiques, situés en montagne, à l’air pur et exposés au soleil. Par ailleurs, le climat et l’ensoleillement du Tessin étaient considérés comme favorables au traitement de la maladie ; ainsi différents établissements furent réalisés, comme à Agra, sur les hauteurs de Lugano (cf. Corti, 2004, pp. 170-194), à Piotta, dans la Leventine (cf. Crivelli, 2005) et justement à Medoscio, sur les hauteurs surplombant la Plaine de Magadino.

Fig. 1. Vue du Sanatorio depuis la Plaine de Magadino

Fig. 1. Vue du Sanatorio depuis la Plaine de Magadino

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

Fig. 2. Façade est du bâtiment principal

Fig. 2. Façade est du bâtiment principal

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

3À la fin des années 1920, l’évêque de Lugano, Mgr Aurelio Bacciarini, lui-même atteint dans sa jeunesse par la maladie, après un séjour à Davos décida de construire un lieu destiné spécifiquement au traitement des enfants et adolescents atteints de tuberculose (Corti, 2004, pp. 227 et suivantes). L’endroit fut choisi sur l’épaulement du hameau de Medoscio (à 534 m d’altitude), dans les hauteurs des villages de Gerra et Cugnasco (situés dans la plaine à 200 m d’altitude), sur le versant droit de la Plaine de Magadino à mi-chemin entre Locarno e Bellinzona, en position panoramique avec une vue imprenable sur le Lac Majeur.

4Le bâtiment principal, qui peut être considéré parmi les premières manifestations de l’architecture moderne au Tessin, fut dessiné par les architectes associés Rianda et Respini de Locarno, en style vaguement art déco : un édifice imposant, « hors échelle » par rapport à l’habitat traditionnel, visible de très loin depuis la Plaine de Magadino, de cinq étages (dont une terrasse) avec une capacité de 80 à 90 lits, tous situés dans des chambres bien exposées au soleil. Il fut inauguré en septembre 1932.

Fig. 3. Aperçu du 5e étage (terrasse)

Fig. 3. Aperçu du 5e étage (terrasse)

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

Fig. 4. Entrée aux étages supérieurs (façade ouest)

Fig. 4. Entrée aux étages supérieurs (façade ouest)

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

5En 1933, 138 patients avaient déjà séjourné dans l’établissement, surtout des enfants et des adolescents ; le personnel du sanatorium était composé par dix religieuses de l'Institut Sainte-Anne de Lucerne, cinq filles et un jardinier, sous la surveillance directe de la sœur supérieure qui assurait la direction administrative, ainsi que deux médecins, nommés par l’évêque, qui garantissaient la direction et le suivi médical de l'institution (Corti, 2004, pp. 231-232). 

6Dans l’après-guerre, avec la diffusion des antibiotiques, l’exigence de soigner la tuberculose dans de telles structures se fit moins pressante, le Sanatorio poursuivit néanmoins son activité de centre (du diocèse) pour le traitement des enfants et adolescents, jusque dans les années 1960, époque à laquelle on réalisa un nouvel édifice adjacent (qui n’a pas les mêmes qualités architecturales du bâtiment principal) afin de le transformer en centre de convalescence poly-thérapeutique, géré par l’État du Canton du Tessin. Dans les années 1970-80 la gestion devint de plus en plus problématique et déficitaire ; en 1985 le Sanatorio arrêta d’être un lieu de soins. Par la suite on essaya encore et sans succès de le transformer en maison de retraite ; il fut définitivement fermé en 1994.

Fig. 5. Façade sud

Fig. 5. Façade sud

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

Fig. 6. Façade nord (du bâtiment principal)

Fig. 6. Façade nord (du bâtiment principal)

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

  • 1 Comune di Cugnasco-Gerra, Messaggio Municipale NO. 91, Adozione della variante di Piano regolatore (...)

7En 1998 la parcelle fut vendue par le diocèse à une société créée pour l’occasion (présidée par un ressortissant iranien résidant au Japon), qui annonça son intention d’investir pour transformer les lieux en centre touristique et de congrès. Après de nombreuses incertitudes, en 2012, la commune de Cugnasco-Gerra modifia le plan d’affectation des sols pour permettre une telle transformation1 ; il ne se passa rien, les lieux furent depuis laissés à l’abandon, la végétation envahit les jardins et les bâtiments.

8Depuis une dizaine d’années les habitants du hameau signalent, sporadiquement, des cris et hurlements nocturnes ; des rumeurs de rituels sataniques rebondissent régulièrement dans la presse locale et les réseaux sociaux, tout comme la dénonciation des rave-parties sauvages (et bien approvisionnées en drogues) qui se passeraient à l'intérieur du bâtiment principal durant les nuits des fins de semaine2. Je me suis rendu sur les lieux en janvier 2019 (images du 11 janvier) : les signes d’une certaine dévastation sont bien visibles à l’intérieur, mais cela ne semble pas (encore) avoir porté atteinte à la stabilité de l’édifice principal. J’ai pu constater que les graffitis et les tags étaient parfois récents, différents de ceux que l’on retrouve facilement sur le web (par exemple dans les inventaires des sites abandonnés)3.

Lieux abandonnés et « espaces de possibilités » des jeunes

9Si l’on se réfère à la territorialité des jeunes et à leur façon d’occuper l’espace, leurs « territoires quotidiens » ne sont pas toujours assimilables aux espaces d’exclusion, délimités par des frontières invisibles, comme ceux que se disputent les gangs d’adolescents dans certains quartiers à la périphérie des villes britanniques (Kintrea et al 2010). En réalité les jeunes s’approprient de l’espace à travers des relations interpersonnelles influencées par la culture et le statut social, qui conduisent à la formation de territoires caractérisés par des relations fortes et des sentiments d’appartenance, mais souvent « non exclusifs » en fonction de codes et de consommations culturelles affichées (manière de s’habiller, de se coiffer, musiques préférées, etc.), cela d’autant plus, avec le développement des technologies de l’information et de la communication (Torricelli, Garlandini, Lodi, 2014). Nous avons pu observer qu’une des stratégies mises en œuvre par les adolescents pour s’approprier de l’espace urbain consiste dans la création, durant les nuits des fins de semaine, d’espaces de possibilités : ils choisissent collectivement des lieux à l’écart – des terrains vagues, des parkings, parfois des maisons inhabitées, des chantiers ou les préaux non surveillés des écoles – dont l’usage « normal » est transformé en « usage autre » (alternatif, hétérotopique). Il n’y a rien de foncièrement nouveau dans tout cela, mais les relations qui se constituent entre les jeunes pour la fréquentation de de ces lieux autres ne sont toutefois pas limitées aux espaces physiques, elles ont tendance à migrer sur le cyberespace, à travers les messages, photos et vidéos postés sur les réseaux sociaux, vecteurs à leur tour de nouveaux comportements, voire de nouvelles modes et tendances (cf. aussi García Canclini, ed. 2009), à l’exemple de l’Urbex (exploration urbaine de lieux abandonnés).

10Cela est peut-être bien le cas de l’ancien Sanatorio qui, dans la première décennie du XXIe siècle, serait devenu un « espace de possibilités » ou quelque chose qui lui ressemble, un endroit qui fait peur mais qui ne « coute » que l’effort de monter. On peut donc supposer qu’il soit devenu un espace où il faut être et être vu, laisser des traces, envoyer des photos sur les réseaux sociaux... Cet usage de la friche en provoque, apparemment, une transformation lente mais continuelle dont les principaux acteurs seraient les jeunes et les adolescents de la région.

Fig. 7. Salon, 2e étage

Fig. 7. Salon, 2e étage

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

Fig. 8. Vue du 3e étage

Fig. 8. Vue du 3e étage

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

  • 4 Voir Foucault (1984).

11Quels usages et quels acteurs ont donc fait du Sanatorio un lieu spécial au cours du temps ? Il a existé d’abord en tant que lieu de soins pour enfants et adolescents, voulu par le diocèse et géré par des bonnes sœurs ; suite à l’obsolescence des traitements et des soins contre la tuberculose, il s’est transformé en friche par un long processus de déclin et d’abandon. Et après ? Ce qui semble certain c’est qu’il a retrouvé une autre valeur d’usage (plutôt de « contre-usage »). Pour le reste, en l’absence d’une recherche plus approfondie je ne peux que faire des hypothèses : sa transformation épisodique en espace de possibilités, si elle venait à se confirmer, pourrait montrer comment ce contre-usage transforme sporadiquement cette friche en hétérotopie, en espace autre caractérisé par des pratiques autres4.

Fig. 9. Chambre, 4e étage

Fig. 9. Chambre, 4e étage

Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).

  • 5 Comme ce fut le cas pour le sanatorium de Agra qui devint il y a quelques années un centre touristi (...)

12Une friche – dépourvue d’intérêt pour la plupart de la population et des acteurs économiques – peut donc retrouver d’autres valeurs d’usage et assumer de nouvelles fonctions, précaires et épisodiques, notamment pour des groupes de jeunes et adolescents. Ces « valeurs d’usage » ne sont que temporaires, comme celles d’autres friches en montagne, en l’attente peut-être de nouveaux et hypothétiques investissements5 ou tout simplement de nouvelles générations d’espaces de possibilités.

Haut de page

Bibliographie

Corti F., 2004.– Il mal sottile, Lega polmonare ticinese, Lugano.

Crivelli R.,2005.– Altanca : heurs et malheurs d'un sanatorium, Le Globe, Revue genevoise de géographie, V. 145, pp. 109-119.

García Canclini, N. (ed.), 2009.– Extranjeros en la tecnología y en la cultura. Barcelona : Ariel, Fundation Telefónica.

Foucault M., 1984.– Des espaces autres, in Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, octobre 1984, pp. 46-49 (Conférence au Cercle d'études architecturales, 14 mars 1967).

Kintrea, K., Bannister, J., & Pickering, J., 2010.– Territoriality and disadvantage among young people: an exploratory study of six British neighborhoods. Journal of Housing and the Built Environment, 25(4), pp. 447–465

Raffestin C., 2012.– Une société de la friche ou une société en friche, Revista Movimentos Sociais e Dînamicas Espaciais, Recife UFPE /MSEU, v. 02, n. 02, 2012.

Torricelli G. P., Garlandini S. e Lodi I., 2014.– Territorialità, giovani e spazio pubblico : verso un cambiamento di paradigma, Archivio di Sudi Urbani e Regionali, XLV, 109, Franco Angeli, Milano, pp. 140-157.

Haut de page

Notes

1 Comune di Cugnasco-Gerra, Messaggio Municipale NO. 91, Adozione della variante di Piano regolatore concernente la realizzazione di una zona turistico-alberghiera a Medoscio (ZTA), Risoluzione municipale n. 5291 – 26.3.2012.

2 tio.ch (Ticino on line, portail d’information) Misteri e urla all'ex sanatorio di Medoscio, 28.10.2010 (https://www.tio.ch/ticino/594687/misteri-e-urla-all-ex-sanatorio-di-medoscio?mr=1&ref=) ; id. Dentro l'ex sanatorio: "Vengono di notte, accompagnati dai genitori" ( https://www.tio.ch/ticino/attualita/1031644/dentro-l-ex-sanatorio-vengono-di-notte-accompagnati-dai-genitori) 18.05.2015; id. Notte all’ex sanatorio: è una sfida da duri , 06.06.2016, (https://www.tio.ch/ticino/attualita/1089606/notte-all-ex-sanatorio-e-una-sfida-da-duri?mr=1&ref=) (consulté en janvier 2019).

3 Voir par exemple : http://www.paesifantasma.it/Luoghi/sanatorio-di-medoscio.html (consulté en janvier 2019); http://www.fotofactum.ch/fotofactum.ch/orte/Seiten/Sanatorio_di_Medoscio.html (consulté en janvier 2019).

4 Voir Foucault (1984).

5 Comme ce fut le cas pour le sanatorium de Agra qui devint il y a quelques années un centre touristique-thermal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue du Sanatorio depuis la Plaine de Magadino
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Titre Fig. 2. Façade est du bâtiment principal
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3M
Titre Fig. 3. Aperçu du 5e étage (terrasse)
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M
Titre Fig. 4. Entrée aux étages supérieurs (façade ouest)
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Titre Fig. 5. Façade sud
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 6. Façade nord (du bâtiment principal)
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Titre Fig. 7. Salon, 2e étage
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Titre Fig. 8. Vue du 3e étage
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Titre Fig. 9. Chambre, 4e étage
Crédits Photographie : Gian Paolo Torricelli (11 janvier 2019).
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gian Paolo Torricelli, « De l’usage d’une friche. Le Sanatorio di Medoscio (Canton du Tessin, Suisse) », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 06 avril 2019, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rga/5453

Haut de page

Auteur

Gian Paolo Torricelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search