Navigation – Plan du site

Itinérance récréative en montagne

Appel à articles. Dates limites : le 15 octobre 2019 (résumés) et le 1er mars 2020 (articles complets). Porteuse du projet : Chiara Kirschner, (chercheure associée en Géographie, Laboratoire PACTE, Université Grenoble-Alpes) chiara.kirschner@gmail.com. Co-directrice du numéro pour la JAR/RGA : Sylvie Duvillard (Université Grenoble Alpes) sylvie.duvillard@univ-grenoble-alpes.fr.

Contexte

Partir de chez soi à vélo et arriver en Chine un an après, parcourir la via Alpina à pieds en famille pendant l'été, traverser l'Atlas marocain en deux semaines alternant ascension par la marche et descentes en parapente, sortir de chez soi pour une flânerie dans les environs de quelques heures... autant de pratiques qui peuvent relever de l'itinérance récréative.

Itinérance est un mot polysémique, qui renvoie selon les approches à une pratique spatiale, qui peut être récréative (Berthélot et Corneloup 2008), ou à une pratique intellectuelle (Greisch, 2002). Dans les deux cas, la figure du détour est au cœur de sa signification (elle donne même le titre de l'ouvrage collectif cité de Berthélot et Corneloup). Dans le premier cas (détour spatial), itinérance renvoie à un déplacement sur un itinéraire prévu à l'avance, qui peut faire l'objet de modifications selon les imprévus ou désirs, y compris de sa destination. Dans le deuxième cas (détour intellectuel), l'itinérance renvoie à un déplacement de la pensée dans un inconnu qui permet de générer des nouvelles idées, et par là de redéfinir l'itinéraire et le point d'arrivée de cette pensée.

L'ambivalence entre dimension spatiale et intellectuelle permet d'envisager l'itinérance comme un concept avant même que comme une pratique. Itinérer, c'est accomplir un parcours fructueux parsemé de détours, dans l'espace et/ou par la pensée. Ce concept permet de réinterpréter des pratiques récréatives qui se manifestent de plus en plus dans nos sociétés contemporaines.

Lorsque l'on analyse de près l'itinérance récréative, on constate que le détour peut s'y opérer dans plusieurs dimensions : spatiale, certes, mais aussi socioculturelle, et existentielle. Cette multidimensionnalité du détour dans l'itinérance spatiale et intellectuelle, c'est ce qui en fait un terrain de choix pour explorer le concept même d'itinérance. Le détour sur le plan spatial s'opère via le changement d'itinéraire, de sa forme, et le rallongement ou raccourcissement de sa durée qui en dérive (on pourrait même parler dans ce cas de détour temporel).

Le détour socioculturel s'opère sur le plan imaginaire (immersion sensorielle dans le milieu naturel par exemple, cf. Berthelot et Corneloup, op.cit., et Corneloup, 2016) ; ou bien pragmatique (expérimentations en matière de moyens de déplacement, cf. Corneloup et Mao, 2010) ; mais il peut aussi consister en une réflexion, individuelle ou partagée, la production de nouvelles idées, voire la prise d'initiatives, lorsque l'on part, comme c'est souvent le cas chez les itinérants, pour échapper à la technologisation de nos sociétés contemporaines, pour se mettre à l'épreuve d'un style de vie frugal, voire diffuser des idées ou venir en aide aux plus démunis rencontrés sur la route (Bourdeau parle à ce propos d'hybridation entre itinérance récréative et militante et d'après-tourisme, cf. 2012). On peut aussi partir pour se distraire, découvrir une nouvelle culture, trouver des stimuli à sa production artistique.... Du point de vue des acteurs, l'itinérance récréative est une opportunité de valorisation des territoires et patrimoines situés entre les stations/sites touristiques, ainsi que d'émergence de nouvelles formes de gouvernance (Cahiers Espaces, 2012). Le détour est favorisée par des médiations technologiques, par exemple le geocaching (Boulaire et Cova, 2008), ou par des supports sensoriels et imaginaires, comme dans les Sentiers de l'Imaginaire (Corneloup et Mao, op.cit.).

Sur le plan existentiel, l'itinérance peut se transformer en chemin initiatique, avec émersion d'un objectif personnel, de transformation de soi et identification de sa nouvelle place dans la société (Mercier et Fonovich, 2012). Le détour est alors purement intellectuel, et favorisé par la dimension relationnelle de l'itinérance, les échanges avec les compagnons ou le lien avec les habitants. Ainsi, Lallemand (2010) associe l'itinérance à une quête d'identité via une épreuve initiatique qui amène au contact de l'Autre, cet habitant dont on ne partage ni langue ni culture. Kirschner (2017) a approfondi la synergie entre le détour spatial et intellectuel, dans la confrontation avec l'altérité du corps et de tout l'environnement : physique, matérielle, humaine, événementielle... et l'intégration de celle-ci.

Tous ces détours, avec leurs anecdotes et coups de théâtre, inspirent souvent une production narrative aux itinérants – carnets de voyage, récits d'itinérance, films... –, qui constitue une source inépuisable d'inspiration pour les chercheurs et les acteurs des territoires. Et une production artistique aux artistes comme Dimitri Vazemsky (https://vazemsky.com).

L'itinérance récréative de montagne a été abordée en majeure partie dans sa dimension socioculturelle avec, d'une part, des études sur sa gestion et, d'autre part, sur les pratiques spécifiques. Tollis (in Berthélot et Corneloup, op.cit.) a étudié la gestion partagée, non nécessairement marchande, entre itinérants et acteurs du Pacific Crest Trail aux États-Unis. D'autres acteurs activent des ressources naturelles ou culturelles (les routes de la lavande, de Mozart...). Il s'agit ici de favoriser le détour dans le style touristique, et le détour imaginaire. Dans les formations à l'accompagnement de l'itinérance spontanée en montagne étudiées par Andreux (in ibidem), on retrouve le détour sensoriel et imaginaire au contact de l'environnement de montagne.

Quant aux études des pratiques, l'alpinisme a été associé à l'itinérance, moins par les caractéristiques intrinsèques de cette pratique très normée que par le style de vie nomade qu'il impose (Amy in ibidem). Selon Amy, parmi les pratiques contemporaines de la montagne issues de l'alpinisme, seul le free-ride relève de l'itinérance, en transgressant les chemins balisés des pistes, et en allant chercher des pentes vierges (détour spatial). Kirschner (op.cit.), dans la lignée de Berthélot (2011), a relevé les différentes dimensions de l'itinérance récréative de montagne. D'une part, le détour sensoriel et imaginaire offert par ce milieu, et l'éthique écologique qu'il encourage. D'autre part, le rôle de repère que peut avoir la montagne dans un itinéraire changeant, à la fois spatial et existentiel, comme par exemple dans les itinérances de proximité de Lionel André, qui contribuent à une production philosophique, spirituelle et artistique (http://lionelandre.blogspot.fr).

Problématique et thèmes potentiels d'articles

Ce numéro spécial se donne pour objectif de mieux structurer et enrichir le champ d'étude (aujourd'hui très restreint) de l'itinérance récréative de montagne. Et, ce, du point de vue des pratiquants et des acteurs. Les articles porteront sur les transactions entre le concept d'itinérance, fondé sur le détour, dans toutes ses dimensions (spatiale, socioculturelle, existentielle), et des cas concrets d'itinérance, soit d'itinérances spontanées réalisées par des individus, soit d'initiatives institutionnelles autour de l'itinérance de montagne. La mobilisation du concept de créativité sera particulièrement valorisée, mais il ne s'agit en aucun cas de la seule voie possible d'interprétation du détour au cœur de l'itinérance. Ils porteront sur l'un ou plusieurs des questionnements suivants :

  • Le détour. Quels détours spécifiques favorise l'itinérance récréative de montagne ? Quelles en sont les médiations ? Peut-on parler d'autres détours en plus de ceux mentionnés (spatial, socioculturel, existentiel) ? Quid des détours temporel, corporel ... ?

  • Les pratiques. Quelles pratiques spécifiques (itinérances techniques, flâneries de proximité, stages de méditation et bien-être comportant des randonnées ...) semblent être les plus porteuses à ce propos ? Quelles durées, formes (linéaire, étoile...) et genres d'itinéraires (thématiques, historiques...) ?

  • La production culturelle. En quoi la production narrative liée à l'itinérance permet-elle de nourrir la réflexion sur le concept d'itinérance ? Dans quelle mesure peut-on se baser sur la production narrative issue des itinérances pour l'étudier ? Y a-t-il des limites à cette pratique méthodologique ? En quoi la production artistique inspirée de l'itinérance peut-elle être une ressource pour l'étudier et la déployer sur les territoires ?

  • Les acteurs. Comment les acteurs institutionnels s'approprient aujourd'hui l'itinérance ? Quelles techniques de structuration et de promotion de l'offre se sont montrées les plus prometteuses ? Quels contenus ? Quelles médiations technologiques (digitales et autres) et culturelles (itinéraires que l'on peut façonner en partie, agences, jeux ...) ? Quelles formes de gouvernance ?

  • Les dynamiques territoriales. Comment l'itinérance spontanée peut contribuer à l'animation des territoires ? Quel rôle des réseaux sociaux dans la diffusion de la pratique et dans la notoriété et image des territoires ?

Calendrier

Les articles proposés doivent respecter les objectifs scientifiques de la revue, les principes d’édition et les consignes de présentation. Les indications aux auteurs sont à consulter sur le site. http://www.journals.openedition.org/rga

Conformément au fonctionnement de la revue, chaque contribution sera relue et évaluée anonymement par deux experts.

Les propositions d’articles d’environ 1000 mots sont à envoyer en français (auteurs francophones) ou en anglais (auteurs d’autres langues) pour le 15 octobre 2019 à Chiara Kirschner, chiara.kirschner@gmail.com, Sylvie Duvillard, sylvie.duvillard@univ-grenoble-alpes.fr, ainsi qu'à la coordination éditoriale : Olivier Vallade, olivier.vallade@msh-alpes.fr.

Les articles définitifs sont attendus pour le 1er mars 2020. La publication est prévue pour décembre 2020.

L'article doit être soumis dans une des langues de la revue : langues alpines – français, italien, allemand –, espagnol ou anglais. L’auteur doit au préalable prévoir la traduction dans la seconde langue après expertise. L’une des deux versions doit être en anglais. Si l’article est proposé en anglais au départ, la traduction doit être faite en français.

Bibliographie

« Itinérance douce & tourisme », Espaces tourisme & loisirs, coll. Cahiers ESPACES n° 112, avril 2012

Berthelot, L., 2011.– « Les récits d'expérience pour mieux cerner les arrangements des pratiques itinérantes contemporaines - Dépassement de la logique dialectique et apport de l'après-tourisme ? », in Cousin S., Gravari-Barbas M. , Jacquot S., Tourisme - Concepts et méthodes à la croisée des disciplines, Actes des 1ères Doctoriales du Tourisme

Berthelot L., Corneloup J. (éds.), 2008.– Itinérance, du Tour aux détours : figure contemporaine des pratiques récréatives de nature, L'Argentière-la Bessée, Fournel

Boulaire C., Cova B., 2008.– « Attiser le  »feu du jeu«  postmoderne : le cas du géocaching et de ses zones liminoides », Sociétés, IV (102), p. 69-82.

Bourdeau P., 2012.– « Cerner les contours d'un après-tourisme », in Martin N., Bourdeau P., Daller J. F., Migrations d’agrément : du tourisme à l’habiter, Paris, L'Harmattan, p. 17-33

Corneloup J., 2016.– Sociologie des pratiques récréatives en nature. Du structuralisme à l'interactionnisme, L'Argentière-la Bessée, Fournel

Corneloup J., Mao P. (éds.), 2010.– Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature, L'Argentière-la Bessée, Fournel

Greisch J., 2002.– Paul Ricœur. L’itinérance du sens, Grenoble, Million

Kirschner C., 2017.– « Le projet transmoderne dans les itinérances récréatives. Un processus créatif intégratif de construction identitaire, » Grenoble, Thèse de Doctorat en Géographie, Université Grenoble-Alpes

Lallemand S., 2010.– Routards en Asie. Ethnologie d’un tourisme voyageur, Paris, L’Harmattan

Mercier S., Fonovich M. 2012.– Ils ont fait le tour du monde, Paris, La Martinière.

Haut de page

Actualités