Navigation – Plan du site

Quand les montagnes nous invitent à repenser l'innovation sociale

Préface
Marina Soubirou et Lauranne Jacob
Traduction(s) :
Reconsidering Social Innovation: What Can We Learn from Mountains?

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d'une aide de l’ANR au titre du programme LABEX ITEM ANR-­10-­LABX-­50-­01.

Texte intégral

« Profondément bouleversés par les grandes mutations contemporaines, à la fois d’ordre socio-économiques et environnementales, ces territoires [de montagne] offrent un excellent terrain d’étude pour travailler les mécanismes d’adaptation et/ou d’innovation en cours, d’une part parce que les contraintes du milieu y jouent un effet amplificateur, d’autre part parce que leur écart au modèle industrialo-fordiste qui fut un handicap, peut aujourd’hui apparaître comme une source d’inspiration »
(Attali, Dalmasso et Granet-Abisset, 2014, p. 6).

1Les manifestations des changements globaux sont chaque jour plus nombreuses. Nous nous dirigeons à grande vitesse vers l’atteinte de « limites planétaires » (Steffen et al., 2015) au-delà desquels nos modes de vie et nos existences seront dramatiquement menacés tandis que les richesses sont de plus en plus financiarisées et polarisées (Carroué, 2015). Le Laboratoire d’Excellence Innovation et Territoires de Montagne, partenaire de ce numéro, a fait dès ses débuts l’hypothèse du caractère favorable à l’émergence et à l’analyse des dynamiques innovatrices des territoires montagnards, à la fois amplificateurs et à l’écart des dynamiques globales. Les articles de ce numéro de la Revue de Géographie Alpine proposent d’analyser plus spécifiquement les réponses de territoires de montagne aux manifestations locales de ce double défi environnemental et socio-économique contemporain à travers le prisme des processus d’innovation sociale. Cette notion a été mobilisée pour l’analyse de processus émancipateurs au sein de contextes et enjeux très divers, par exemple dans les espaces urbains (Tremblay, 2007) et ruraux (Klein et al., 2015) ou encore dans la lutte contre les discriminations (Jaurand et Leroy, 2009). Mais quelles solutions et réponses ces processus apportent-ils en montagne ? Au-delà, que peut apporter la montagnité contemporaine à la compréhension des processus d’innovation sociale ?

Les montagnes, des espaces d’innovation sociale

2Le concept d’innovation renvoyait initialement au progrès technique et au développement économique (Schumpeter, 1990). Un questionnement autour de l’innovation sociale – se détachant de ces seuls objectifs – a émergé depuis la fin des années 1980, notamment au sein du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) au Québec. Une innovation sociale peut être définie comme « une intervention initiée par des acteurs sociaux pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles », en vue de « contribuer au mieux-être des individus et des collectivités » (Saucier et al., 2007, p. 390). Cette notion, fortement liée à l’approche du développement humain (Sen, 2003) s’attache tant à la finalité sociale des innovations qu’à la dimension sociale de leur processus de diffusion et d’appropriation. Le territoire est un réseau socio-économique caractérisé par la proximité géographique de ses membres. Conséquemment, l’ancrage et les interrelations territoriales peuvent faciliter la diffusion et l’appropriation sociale de la nouveauté, devenant alors innovation. Cependant les contextes sociaux, économiques, politiques ou encore environnementaux supra-territoriaux dans lesquels ces processus s’inscrivent ont également sur eux une influence positive ou négative (Moulaert et Nussbaumer, 2014).

3Alors que les changements globaux redessinent notre rapport au monde, de nombreux questionnements, propositions et controverses surgissent depuis une décennie quant au devenir des territoires de montagne au XXIe siècle. Ceux-ci abordent des enjeux aussi divers que – entre autres – la gouvernance des espaces protégés et des frontières (Jacob, 2017), la relation ville-montagne (Dematteis, 2009), les projets d’infrastructures (Sutton, 2011), la vulnérabilité de ces territoires (Richard et al., 2010) ou encore les transitions soutenables (Buclet, 2015 ; Sandhu and Sandhu, 2015 ; Soubirou, 2018). Quels sont aujourd’hui les processus d’innovation sociale qui produisent la montagnité du XXIe siècle ? Quelles voies les territoires montagnards choisissent-ils d’emprunter face aux défis globaux et conjugués de la dégradation de la biosphère et de l’accroissement des inégalités socio-économiques ? Comment les orientations et aspirations collectives des citoyens-habitants de ces territoires se traduisent-elles en actes ? Et par quels processus ?

4Dans ce numéro, l’article de Jean-Baptiste Grison et Pierre-Antoine Landel décrit les processus socialement innovants par lesquels une filière socio-économique lainière en crise s’est renouvelée dans le Massif Central (France) tout en suscitant des dynamiques territoriales qui dépassent l’échelle de cette seule filière. Alessandro Gretter, Cristina Dalla Torre, Federica Maino et Andrea Omizzolo nous invitent dans le même esprit à considérer le new farming, ici concernant des activités viticoles, comme une activité collective permettant de mieux répondre aux besoins et défis – notamment démographiques – des communautés montagnardes rurales. Elisa Ravazzoli, Cristina Dalla Torre et Thomas Streifeneder questionnent enfin la dimension transformative des dynamiques d’innovation sociale en montagne. Ils dressent pour ce faire le portrait des effets de deux projets coopératifs : un projet d’écotourisme visant à favoriser l’intégration socio-économique des réfugiés dans la province de Brescia en Lombardie et un projet de services de garde d’enfants dans les fermes de montagne isolées de la province de Bolzano au Sud-Tyrol.

Les montagnes, des espaces pour repenser l’innovation sociale dans l’Anthropocène

  • 1 Dans le massif du Mont-Blanc, la face ouest des Drus a connu un éboulement majeur en juin 2005, emp (...)

5En montagne les changements globaux sont accrus et ont des conséquences particulièrement dévastatrices (Richard et al., 2010) et visibles. La mésaventure de Walter Bonatti en témoigne, rare alpiniste à avoir vu de son vivant disparaitre un relief baptisé en son honneur1. Sensibles, les espaces montagnards ont ainsi aujourd’hui une dimension liminale (Gal et Fourny, 2018), annonciatrice des effets à plus grande échelle des changements globaux. Mais les territoires de montagne sont aussi des marges innovantes, parce que les populations doivent déjà y entreprendre des efforts d’adaptation et parce que le cadre matériel dans lequel s’inscrit la prise de décision politique (par exemple construire un tunnel ou une piste de ski artificielle) est déjà celui d’un environnement poussé au-delà de ses limites, ou plutôt des limites que nous – humains – considérons socialement, politiquement ou encore économiquement acceptables.

6Les territoires de montagne nous permettent en conséquence de penser ensemble les problématiques environnementales et socio-économiques. Ils nous empêchent de les dissocier tant les enjeux de la montagnité contemporaine imbriquent ces deux dimensions, à l’instar de notre nouvelle ère, celle de l’Anthropocène. En cela, ces territoires invitent à penser une innovation sociale écocentrée, où les humains ne sont qu’une des méta-catégories d’acteurs d’un territoire devenu socio-écosystème. En retour, les non-humains de ces socio-écosystèmes ne sont plus simplement des ressources ou des contextes, mais deviennent des actants. Dans ce numéro, l’article de Yann Borgnet intitulé « De l’espace incertain : trajectoire spatiale d’une innovation sociale ‘par retrait’. Étude de la composition de l’association des gîtes et refuges du Queyras (Hautes-Alpes, France) » propose de faire un pas dans cette direction en envisageant la neige en tant qu’actant.

7C’est là une perspective scientifiquement et politiquement des plus stimulantes. L’adaptation aux changements globaux étant aujourd’hui devenue inéluctable, l’effet des activités et évolutions des non-humains sur nos existences est de plus en plus visible et conscient. Dans ce contexte, des perspectives écocentrées, ou tout du moins non-implicitement prométhéennes sur les activités humaines émergent dans la sphère académique depuis la fin des années 2000, notamment sous l’effet d’une attention croissante aux savoirs produits dans et par les Suds. C’est par exemple le cas des contributions rassemblées dans le Manifeste pour une géographie environnementale dirigé par Denis Chartier et Estienne Rodary en 2016 (Chartier et Rodary, 2016) et plus largement des recherches menées dans le champ des humanités environnementales. Les travaux autour des processus d’innovation sociale ont aujourd’hui tout à gagner à ne pas faire l’économie de ce chantier d’importance.

Haut de page

Bibliographie

Attali, M., A. Dalmasso et A.–M. Granet-Abisset, 2014.– Innovation en territoire de Montagne. Le défi de l’approche interdisciplinaire, Collection Montagne et innovation, Presses Universitaires de Grenoble.

Buclet N., 2015.– Essai d’écologie territoriale : l’exemple d’Aussois en Savoie, CNRS éditions.

Carroué L., 2015.– La planète financière. Capital, pouvoirs, espaces et territoires, Armand Colin.

Chartier D. et Rodary E., 2016.– Manifeste pour une géographie environnementale, Collection Académique, Presses de Sciences Po.

Dematteis, Giuseppe, 2009.– « Polycentric urban regions in the Alpine space », in Urban Research & Practice, vol. 2/1, visité le 14 juin 2019, https://doi.org/10.1080/17535060902727017.

Gal, S. et M.–C. Fourny, 2018.– Montagne et liminalité. Les manifestations alpines de l’entre-deux – XVIe au XXIe siècle, Collection Montagne et innovation, Presses Universitaires de Grenoble.

Jacob L., 2017.– « Gouverner la frontière. Innovations dans la coopération transfrontalière des territoires alpins  : espace Mont-Blanc, Alpi-Marittime-Mercantour. » Thèse de doctorat, Université Grenoble Alpes, visité le 14 juin 2019, http://www.theses.fr/2017GREAH017.

Jaurand E. et Leroy S., 2009.– « Espaces de pacs : géographie d'une innovation sociale » in Annales de géographie, vol. 667/3, visité le 14 juin 2019, DOI : 10.3917/ag.667.0179

Klein J.–L. et al., 2015.– « Saint-Camille : Récit d’une expérience de co-construction de la connaissance », Collection Études de cas, Cahiers du CRISES.

Moulaert F., Nussbaumer J., 2014.– « Pour repenser l’innovation : vers un système régional d’innovation sociale » in Klein J.–L., Laville J.–L., Moulaert F. (dir.), L’innovation sociale, Collection Sociologie économique, Éditions Érès, pp. 81-114.

Richard D., George-Marcelpoil E., et Boudières V., 2010.– « Changement climatique et développement des territoires de montagne  : quelles connaissances pour quelles pistes d’action  ? » in Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, vol. 98/4, visité le 14 juin 2019, https://doi.org/10.4000/rga.1322.

Sandhu H. et Sandhu S., 2015.– « Poverty, development, and Himalayan ecosystems » in Ambio, vol. 44/4.

Saucier C. et al., 2007.– « Axe 3 – Développement et territoire » in Klein J.–L., Harrisson D. (dir.), L’innovation sociale. Émergences et effets sur la transformation des sociétés, Collection Innovation sociale, Presses Universitaires du Québec, pp. 377-395.

Schumpeter J., 1990.– Capitalisme, socialisme et démocratie, Collection Bibliothèque historique, Payot.

Sen A., 2003.– Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Collection Poches, Odile Jacob.

Soubirou M., 2018.– « The No TAV Entrepreneurs’ Transition towards a Sustainable Solidarity Economy : Pragmatic Analysis of a Social Innovation Process » in The Journal of Entrepreneurial and Organizational Diversity, vol. 7/1, visité le 14 juin 2019, https://doi.org/10.5947/jeod.2018.005.

Steffen W. et al., 2015.– « The trajectory of the Anthropocene: The Great Acceleration» in The Anthropocene Review, vol. 2/1.

Sutton K., 2011.– « Les Nouvelles Traversées Alpines  : Entre co-spatialité de systèmes nationaux et recherche d’interspatialité, une géopolitique circulatoire ». Thèse de doctorat, Université Grenoble Alpes, visité le 14 juin 2019, http://www.theses.fr/2011GRENA026.

Tremblay D.–G., 2007.– « A-t-on appris et innové ? Le cas du multimédia à Montréal » in Klein J.–L., Harrisson D.(dir.), L’innovation sociale. Émergences et effets sur la transformation des sociétés, Collection Innovation sociale, Presses Universitaires du Québec, pp. 231-248.

Haut de page

Notes

1 Dans le massif du Mont-Blanc, la face ouest des Drus a connu un éboulement majeur en juin 2005, emportant le « pilier Bonnati ». Celui-ci avait été nommé ainsi cinquante en plutôt en l’honneur du célèbre alpiniste Walter Bonatti qui en avait réussi l’ascension en solitaire après six jours d’escalade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Soubirou et Lauranne Jacob, « Quand les montagnes nous invitent à repenser l'innovation sociale », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 107-2 | 2019, mis en ligne le 25 septembre 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rga/5938 ; DOI : 10.4000/rga.5938

Haut de page

Auteurs

Marina Soubirou

Postdoctorante, chaire de recherche du Canada en innovation sociale et développement des territoires, Université du Québec à Rimouski.
marina.soubirou@gmail.com

Lauranne Jacob

Chercheuse associée PACTE (Université Grenoble-Alpes), et GEDT (Université de Genève.
laurannejacob@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités