Navigation – Plan du site

La filière laine à l’heure de l’innovation sociale. Quelles transformations dans le Massif central (France)?

Jean-Baptiste Grison et Pierre-Antoine Landel
Traduction(s) :
The Wool-Processing Industry in an Era of Social Innovation. How Has the Situation Changed in the Massif Central (France)?

Résumés

Cet article propose une analyse comparative de trois initiatives porteuses d’innovation sociale dans la transformation de la laine ovine du Massif central : le Pôle Laine (Haute-Loire), Ardelaine (Ardèche) et Terre de Laine (Puy-de-Dôme). Ces trois entités ont pour point commun d’avoir fait aboutir un triple ancrage : ancrage dans les territoires, ancrage dans la filière de la transformation lainière, ancrage dans les réseaux de l’innovation sociale. Elles se distinguent en revanche par des chronologies différenciées dans la réalisation successive de ces ancrages, qui se sont arrimés au processus de construction des démarches d’innovation à des stades différents et dans un ordre différent. Mais pour les trois pôles, l’induction d’un changement systémique n’a pu se faire qu’à partir du moment où les trois ancrages ont été réalisés. Dès lors, il apparaît que l’innovation sociale dans la filière laine est une solution pour répondre à la crise d’un secteur économique fragilisé, mais aussi pour relancer une dynamique territoriale dans des espaces de montagne enclavés et en difficulté. Enfin, nous observons que les trois initiatives ont abouti à une diversification des activités au-delà de la seule filière laine, passant ainsi d’une innovation sectorielle à l’émergence de véritables projets de territoires.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les montagnes du Massif central, la notion de marginalité est souvent mise en avant comme un marqueur de la crise rurale traversée par les territoires concernés. C’est ainsi qu’au sud de l’ancienne région Auvergne, on trouve les zones rurales de montagne qui, à l’échelle nationale, ont subi les pertes démographiques relatives les plus fortes depuis le milieu du XIXe siècle. Même si, dans certains secteurs, la fin du XXe siècle est marquée par une reprise démographique, ces territoires sont souvent identifiables comme des territoires en crise : crise démographique, crise économique, crise industrielle, crise identitaire. Comme dans de nombreux autres territoires, il s’agit aussi d’une crise de la « dépossession » (Tremblay-Pépin, 2015), marquée par une mise en mobilité des ressources, des activités et des entreprises.

2Pourtant, dans ces espaces marginalisés, des dynamiques d’innovation sociale définies comme « émanant de la société civile, visant à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux nouveaux (…), dans un contexte économique et institutionnel qui ne répond pas ou plus à ces besoins » (Klein et Harrisson, 2007) se développent. Il s’agit ici d’interroger la capacité d’innovation de ces marges, au sein desquelles « la mise à l’écart de la norme permet d’explorer de nouvelles formes de gouvernance, de mieux prendre en compte les acteurs minoritaires et leur capacité collective d’invention » (Depraz, 2017, p. 37). Quel est l’impact de ces innovations sur le système en place ? Quels sont les leviers d’actions ? À travers ces actions, comment peut-on qualifier les liens entre l’innovation sociale et le territoire ?

3Nous proposons de concentrer notre attention sur la filière laine, historiquement présente sur l’ensemble du massif, mais qui a connu une profonde crise depuis les années 1980. Le dernier établissement français d’envergure industrielle de première transformation de la laine ovine a fermé ses portes à Mazamet au tournant des années 2010. Les principaux transformateurs de laine en filature, tissage et bonneterie n’utilisent presque plus de laine française, et de plus en plus de produits synthétiques (pôles de Roubaix, Troyes, Bar-le-Duc, Roanne principalement). En quelque sorte, la crise traversée par la filière est aussi marquée par une « déterritorialisation » des activités de production, dont la localisation a perdu son lien avec les ressources locales.

4À l’échelle du Massif central, nous avons identifié trois initiatives associant innovation sociale et filière laine dans des territoires de montagne : Le Pôle laine en pays de Saugues à l’Ouest de la Haute Loire, Ardelaine en haute Ardèche, Terre de Laine dans le Massif du Sancy. L’innovation sociale est-elle une solution qui s’impose comme condition de son maintien en France ? Peut-on en tirer des conclusions relatives aux filières en crise en France et en Europe ? Notamment pour ce qui concerne la filière textile ?

5Nous posons pour hypothèse que la capacité de l’innovation sociale à répondre à ces problématiques économiques et territoriales repose sur deux points essentiels. Premièrement, les actions mises en œuvre s’inscrivent dans un triple ancrage : celui de la filière, celui du territoire, et celui des réseaux propres à l’innovation sociale. Deuxièmement, ces actions s’insèrent dans l’histoire longue du territoire, en continuité avec son passé. Elles participent à une forme de « reterritorialisation » des activités et des connaissances qui y sont associées, en réactivant leur dimension patrimoniale et leur lien avec les ressources locales. Ce faisant, elles renforcent les capacités des acteurs à développer des projets qui leurs sont singuliers, et à renforcer leur autonomie dans des secteurs marqués par des pertes de compétitivité généralisées.

6Nous avons suivi l’évolution des trois projets étudiés durant plusieurs années. Notre démarche consiste à explorer les processus de développement des trois initiatives que sont le Pôle Laine, Ardelaine et Terre de Laine à l’aune des trois piliers que sont la filière laine, le territoire d’implantation, et l’innovation sociale. La première partie de l’article présente ce cadre ; les parties suivantes replacent ces initiatives dans les grilles déjà existantes de compréhension des innovations sociales. Enfin, à partir de ces éléments, l’analyse des résultats permettra de mettre en évidence les capacités de l’innovation sociale à répondre aux situations de crise, et à ré-ancrer des objets devenus mobiles, au travers de processus « d’attachement » dont la nature et l’intensité seraient à caractériser (Debarbieux, 2014, p. 71).

Un cadre d’analyse et trois lieux significatifs de la filière laine du Massif central

7Les trois initiatives retenues sont localisées dans les territoires de montagne du Massif central (figure 1), sont bien intégrées dans le paysage de la filière lainière française et sont en lien avec des dynamiques d’innovation sociale. Le document 1 en présente les grandes lignes.

Figure 1 – Localisation des lieux étudiés

Figure 1 – Localisation des lieux étudiés

Réalisation : auteurs, 2018.

Document 1 – Présentation des trois innovations sociales observées

a/ Le Pôle Laine

À Saugues, secteur de Haute-Loire qui connaît une déprise démographique marquée, une réflexion a été menée à partir des années 2000 pour développer des activités économiques nouvelles. La filière laine, alors très diminuée mais qui n’a jamais totalement disparue, est apparue comme vecteur potentiel de mise en œuvre d’activités alternatives. Au début des années 2010, un réseau s’est constitué entre différents acteurs concernés : une association d’insertion produisant du feutre (les Ateliers de la Bruyère), une entreprise de matelasserie ayant développé le lavage de laines à façon (Laurent Laine), des éleveurs, des représentants des collectivités locales, services de l’État et consulaires.

Aujourd’hui, en permettant une hybridation entre les activités d’insertion, le travail artisanal de la laine et une valorisation touristique et patrimoniale, le Pôle Laine, structuré en association, est parvenu à trouver un modèle viable de valorisation économique et sociale d’une ressource dont l’avenir semblait pourtant compromis à l’orée du nouveau millénaire.

b/ Ardelaine

En 1975, un jeune couple a racheté une ancienne filature à l’abandon dans un secteur isolé de la montagne ardéchoise, à Saint-Pierreville (500 habitants). En créant un collectif, structuré par la suite sous le statut de SCoP, ils sont parvenus à relancer une activité de collecte et de transformation de la laine. La structure emploie aujourd’hui plus de 60 personnes et son activité continue à se développer, dans des secteurs de plus en plus diversifiés. Il s’est agi d’abord du tourisme, au travers de 2 sites muséaux, de la restauration, l’édition et la diffusion littéraire (Barras, 2014). Un atelier alimentaire, spécialisé dans la fabrication de produits, est ouvert à plusieurs producteurs locaux. Aujourd’hui, ses initiateurs revendiquent la notion de « coopérative de territoire ».

c/ Terre de Laine

Sur les contreforts du massif du Sancy, près de Rochefort-Montagne, un tondeur de moutons s’est installé et a eu l’idée de développer une activité de négoce, puis de transformation de la laine. En développant, dans les années 2000, la production et la vente de matériaux isolants en laine, son objectif était de revaloriser les laines locales peu propices à la filature. Dans une logique d’innovation sociale, l’entreprise individuelle a évolué en SCoP en 2016. Son fondateur a acquis, pour installer ses activités, un ancien poulailler industriel, dont une partie a été aménagée en magasin de produits artisanaux issue de la laine du Massif central. Une autre partie des locaux a été louée pour diverses activités alternatives, dont un cabaret associatif, une brasserie artisanale, des artisans œuvrant dans l’écoconstruction, un traiteur végétarien…

8Nous pouvons, à partir de ces éléments, identifier les liens qui unissent chacune de ces initiatives aux trois piliers de notre cadre d’analyse (tableau 1).

Tableau 1 – Cadre d’analyse des trois initiatives observée

Pôle Laine

Ardelaine

Terre de Laine

Filière laine

Le pôle a relancé :

- une production locale de feutre de laine ;

- une activité de lavage de laines à façon, la seule en France aujourd’hui.

Le pôle laine a intégré le réseau « L’Atelier–Laines d’Europe ».

Le travail de la laine est l’objet initial du projet. La SCoP a développé de multiples activités en lien avec la filière où elle s’est bien insérée, et participe aujourd’hui au réseau « L’Atelier–Laines d’Europe ».

L’initiateur est issu de la filière laine, ayant d’abord exercé comme tondeur.

Il a participé au développement de matériaux isolants en laine.

L’entreprise adhère au réseau « L’Atelier–Laines d’Europe »

Territoire

La réflexion autour d’un projet de territoire est le point de départ de la démarche du Pôle Laine.

Les collectivités locales, bien que n’étant pas à l’initiative, sont présentes et soutiennent la démarche.

Les acteurs initiaux ont progressivement inséré leur activité dans une logique de développement territorial et parlent aujourd’hui d’une « coopérative de territoire ».

Le développement, en lien avec les locaux de Terre de Laine, d’un café associatif jette les bases d’un pôle alternatif dont l’impact territorial pourrait grandir.

Innovation sociale

L’insertion sociale est au cœur de la démarche ; les acteurs sont en lien étroit avec les réseaux de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).

Elle se caractérise par un processus d’hybridation progressif entre un acteur de l’insertion et une entreprise privée, aujourd’hui réunis dans une SCoP pour certaines de leurs activités.

Les acteurs initiaux se situent d’emblée dans une démarche collective alternative, dont l’ESS est le moteur. Ils s’inscrivent dans des réseaux nouveaux, parmi lesquels se développe un atelier de tricotage à Valence.

L’initiateur a fait évoluer son entreprise individuelle vers une SCoP, et alloué une partie de ses locaux à des activités porteuses de lien social et s’inscrivant dans la transition écologique et solidaire.

9En somme, on peut souligner que si l’intégration aux réseaux de la filière laine est relativement homogène d’un projet à l’autre (les trois pôles appartiennent au réseau de L’Atelier–Laines d’Europe, qui fédère de nombreux acteurs participant à la filière), des différences d’approches relatives à l’innovation sociale et à l’intégration territoriale peuvent être soulignées.

10Concernant l’innovation sociale, le Pôle Laine se situe dans une approche très liée aux réseaux de l’économie sociale et solidaire, en particulier à travers l’association d’insertion qui constitue, depuis le début, un pilier important de l’action locale. À Ardelaine, l’innovation sociale répond plus directement à l’utopie partagée par les porteurs de projet initiaux, avec un désir de vie collective et de mise en commun des ressources. Dans le cas de Terre de Laine, l’innovation sociale intervient plus en aval dans le processus, à la faveur d’opportunités rencontrées par l’entrepreneur initial. Dans les trois cas, le statut coopératif est présent. Il représente clairement un des marqueurs de la dynamique d’innovation sociale.

11Concernant le territoire, le Pôle Laine a rassemblé dès le départ un nombre d’acteurs assez important et d’horizons variés, avec une vision assez largement partagée de développement territorial. Concernant Ardelaine, l’insertion territoriale a été plus progressive et n’était pas le moteur initial, bien que les initiateurs aient eu assez tôt le souci de s’intégrer localement. Mais aujourd’hui, la SCoP a atteint un poids significatif dans l’économie de la commune, et la diversification récente de ses activités lui donne de plus en plus le statut d’un pôle au service des ressources du territoire. Quant à Terre de Laine, son lien avec le territoire est plus récent, mais se traduit, là aussi, par une diversification des activités, notamment à travers l’accueil, sur le site, d’un café associatif.

12Ces positionnements différenciés peuvent être perçus comme des formes et des intensités d’ancrage différentes, dans les piliers constitutifs des initiatives observées. La description et l’interprétation de ces formes d’ancrage nous conduisent à mettre en évidence l’idée que la chronologie des évènements qui ont conduit aux configurations actuelles de ces projets revêt une certaine importance. Ainsi, dans la partie suivante nous cherchons à décrypter les processus à l’œuvre et la « chronologie des ancrages » qui en découle.

Processus et ancrages : des chronologies différenciées

13La grille de R. Murray et al. (2010) qui permet de définir des étapes de développement des innovations sociales nous a servi de support pour décrire le processus de mise en place des trois initiatives que nous étudions (tableau 2).

Tableau 2 – Une lecture des processus d’innovation sociale

Stade de l’innovation

Pôle Laine

Ardelaine

Terre de Laine

1- Révélation (élément déclencheur)

La transformation de la laine locale est identifiée comme pouvant répondre à un besoin social, à l’issue d’un diagnostic de territoire.

Un couple achète une ancienne filature à l’abandon et restaure peu à peu l’outil de travail.

Mise en évidence de l’existence d’un marché pour la transformation de laine locale en matériaux isolants

2- Propositions
(génération d’idées)

Recréer un circuit local de transformation de la laine en faisant travailler une association d’insertion où de nouveaux métiers seront développés.

Développer une activité de transformation de la laine économiquement viable.

Mise au point d’un produit et d’une structure de commercialisation

3- Expérimentation (élaboration d’un projet)

Des ateliers de production d’objets en feutre de laine sont développés par l’association d’insertion ; un partenariat est mis en place avec le lavage et les circuits de collecte locaux.

Création d’une SCoP, développement de produits (matelasserie, filature et confection) et développement d’une clientèle au travers d’un réseau de vente local et à distance (marchés).

Installation dans les locaux d’un ancien poulailler industriel. La vente d’isolants en laine se fait principalement sur les marchés. Elle est couplée à une activité de collecte et de négoce.

4- Stabilisation

Une interaction s’installe entre association, éleveurs, intermédiaires locaux.

Des financements sont obtenus et la production se développe.

L’association d’insertion déménage dans un local plus grand.

L’association intègre le réseau « Atelier–Laines d’Europe ».

Obtention de soutiens, intégration et développement de réseaux, valorisation patrimoniale et touristique.

Développement de l’activité.

Ouverture d’un point de vente de produits artisanaux en laine française.

Local pouvant accueillir des formations autour de la laine.

5- Diffusion

Intérêt grandissant des pouvoirs publics.

Valorisation culturelle et patrimoniale.

Fort élargissement du réseau des acteurs concernés.

Création d’une nouvelle association « Pôle Laine ».

Le lavage de laine déménage et évolue en SCoP.

Développement de la notoriété et de la reconnaissance du travail des fondateurs.

Croissance substantielle des effectifs.

Transformation en SCoP.

Une partie des locaux sont mis en location à d’autres artisans travaillant prioritairement dans le domaine de l’écoconstruction/

6- Changement systémique

Évolution de l’image du Pays de Saugues.

La structure s’ouvre à de nouveaux besoins sociaux (label pour les produits locaux ; maraîchage en insertion).

Intégration de nouvelles activités.

Développement de la notion d’une « coopérative de territoire » (restauration, fabrication de bocaux, librairie).

Installation dans les mêmes locaux d’un cabaret associatif.

Installation d’autres activités alternatives (bières artisanales, traiteur bio).

Émergence progressive d’un pôle d’innovation sociale.

14Nous relevons que les temporalités ne sont pas les mêmes d’un projet à l’autre (figure 2). Ardelaine a déjà plus de quarante ans d’histoire, la phase « révélation » pouvant être située au milieu des années 1970, avant que les étapes soient franchies progressivement et que les marqueurs d’un changement systémique n’apparaissent dans les années 2000. Pour le Pôle Laine, le processus a été beaucoup plus rapide et l’ensemble des étapes ont été franchies en quelques années, après 2010. Concernant Terre de Laine, on peut considérer que les premières étapes de l’initiative sont assez éloignées d’une démarche d’innovation sociale, mais qu’on s’en rapproche à partir de la démarche de SCoP, initiée dans les années 2010. On peut parler pour cette dernière d’un ancrage tardif dans l’innovation sociale d’une activité déjà bien ancrée dans la filière laine au préalable.

Figure 2 - Différenciation temporelle des processus d’innovation sociale

Figure 2 - Différenciation temporelle des processus d’innovation sociale

Les numéros renvoient aux stades du Tableau 2

Source : auteurs, 2018.

15Le croisement des tableaux 1 et 2 permet de mettre en évidence une « chronologie des ancrages » qui singularise les projets étudiés.

  • Le Pôle Laine, qui s’est construit assez rapidement dans le temps, s’est appuyé dès les premières étapes sur les trois piliers (territoire, filière laine et innovation sociale) ; la réflexion est partie d’un diagnostic de territoire, mais s’est raccrochée très rapidement aux potentiels croisés de l’innovation sociale (à travers l’insertion) et du travail de la laine.

  • Ardelaine est d’abord né de l’expérience d’innovation sociale de ses initiateurs (des acteurs préalablement imprégnés par l’animation des chantiers de jeunes et le développement d’initiatives alternatives) ; l’insertion dans la filière laine a été dictée rapidement par le choix d’activité des nouveaux propriétaires. Les liens avec le territoire et l’ancrage qui en découle s’est en revanche développé plus tard, sur les phases de la diffusion et du changement systémique.

  • Terre de Laine a d’abord été une entreprise conventionnelle de la filière laine, et la sensibilisation aux problématiques de l’innovation sociale et du développement territorial est intervenue plus tard, une fois que l’activité était déjà stabilisée. Les ancrages territorial et social sont ainsi concomitants de la phase de diffusion, celle du changement systémique restant, pour le moment, plus timide que pour les deux autres initiatives observées.

16Les trois initiatives ont connu des processus de développement assez différents les unes des autres. Le tableau 3 tente de mettre en regard les chronologies respectives des trois ancrages élémentaires que nous avons observés dans ces processus.

Tableau 3 – Chronologie comparée des ancrages du Pôle Laine, d’Ardelaine et de Terre de Laine

Tableau 3 – Chronologie comparée des ancrages du Pôle Laine, d’Ardelaine et de Terre de Laine

17Ces trois trajectoires différentes, d’initiatives produisant de l’innovation sociale dans des territoires de montagne à travers la filière laine, sont aussi le fruit de processus différents dans la formation des réseaux d’acteurs qui les ont soutenues.

La mise en réseau, étape indissociable de l’ancrage

18Le Pôle Laine de Saugues s’est construit dans le cadre d’une relation étroite entre plusieurs acteurs bien ancrés dans le territoire (Grison et Rieutort, 2017), bien que des néo-ruraux y aient apporté une participation. À l’inverse, Ardelaine est né d’une initiative de nouveaux arrivants (Barras, 2014), de manière indépendante (ou presque) vis-à-vis de la population locale. Enfin, Terre de Laine est une entreprise individuelle dont les activités ont pris au fil des évolutions du projet une dimension d’innovation sociale.

19L’appartenance à des réseaux s’impose comme un élément déterminant du processus d’innovation sociale dans les trois cas observés. La place que prennent ces réseaux diffère cependant d’une initiative à l’autre.

  • 1 Le Mouvement des Oasis en tous lieux est une association inspirée par Pierre Rabhi, qui met en rése (...)

20Dans le cas d’Ardelaine, c’est bien le réseau de l’innovation sociale qui a porté la naissance du projet, l’activité émanant, sur le modèle des « Oasis en tous lieux »1, en lien avec d’autres projets déjà développés dans le sud du département. En réalité, ce sont différents réseaux qui s’entrecroisent. Au niveau local, il s’agit de l'association le Mat, avec trois implantations : Le Viel Audon, au travers de l’éducation à l’environnement, Ardelaine et les jardins partagés de Valence. Les initiateurs du projet sont à l’origine du Réseau d'Échanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires (REPAS), qui porte une maison d’édition dédiée à l’économie sociale et solidaire, ainsi qu’un réseau local.

21Dans le cas du Pôle Laine, le développement s’est d’abord appuyé sur des réseaux plus conventionnels liés à l’économie sociale et solidaire, mais globalement, c’est bien les problématiques du territoire qui ont dicté les choix de développement de l’activité. En outre, l’implication, peu après la phase de démarrage du projet, de plusieurs acteurs institutionnels (collectivités, sous-préfecture, direction départementale des territoires) a contribué à consolider le lien au territoire. Les réseaux de la filière laine sont intervenus dans un deuxième temps, et ceux de l’innovation sociale plus en aval encore.

22Enfin, Terre de Laine est né au sein de la filière laine, l’activité s’étant construite autour d’acteur connus de la collecte et du négoce des produits de la tonte ovine. Le lien au territoire et à l’innovation sociale s’est construit postérieurement, dans le cadre d’une ouverture de l’activité et du site à d’autres besoins sociaux du territoire (café alternatif notamment) et la transformation de la société en SCoP à l’occasion de sa transmission.

23On notera en revanche que les coopérations entre les trois pôles étudiés restent ténues, malgré l’appartenance à un réseau commun (Atelier–Laines d’Europe, réseau européen des transformateurs de laine). Ce fait laisse entrevoir la permanence des concurrences entre bassins de production et de transformation de laine.

24Ces trois exemples mettent en lumière des processus faisant intervenir des réseaux différents à différents stades de l’innovation sociale. Là encore, on retrouve la variabilité du lien entre innovation sociale et territoire. Mais dans tous les cas, les initiatives ne peuvent être totalement accomplies comme innovations sociales capables de transformer les territoires qu’à partir du moment où les trois ancrages sont réunis.

L’ancrage territorial des innovations sociales : une solution pour les montagnes en crise ?

25La chronologie des ancrages et celle, subséquente, de l’insertion dans les réseaux conduisent à dessiner des processus différenciés de réponses aux problématiques sociales locales et de transformation de leur environnement. En outre, si les transformations évoquées ont un lien, plus ou moins fort, avec la transition écologique et sociétale, le rapprochement se fait à des niveaux différents d’une initiative à l’autre.

L’innovation sociale, des leviers pour changer les territoires : le lieu, le temps, les besoins et les connaissances

26Il s’agit à présent de poser la question du lien entre les processus d’innovation sociale qui sous-tendent les initiatives observées, et leur capacité à produire du changement dans leurs territoires d’implantation. Nous proposons d’évaluer cette capacité de changement à partir de différents éléments qui peuvent caractériser la relation entre l’innovation sociale et les territoires sur lesquelles elles se développent. La première repose sur leur capacité à mobiliser des ressources locales, à partir des spécificités des territoires et des coordinations d’acteurs qui y sont associées. La seconde interroge l’inscription de cette innovation dans l’histoire longue du territoire, faite d’émergence de ressources, d’innovations, de phases de développement, de crises, de ruptures puis de nouvelles ressources à l’origine de nouveaux cycles. Une troisième passe par la capacité des innovations à répondre à des problématiques locales, en particulier des problématiques de crise économique et sociale. Enfin, une dernière passe par la capacité des innovations sociales à construire des connaissances nouvelles, à partir de connaissances cumulatives générées localement (Crevoisier et Jeannerat, 2009, p. 6).

27La mobilisation de ressources locales, par le renforcement du lien au lieu qu’elle traduit, contribue à stabiliser l’activité durablement dans le territoire. L’inscription dans l’histoire du territoire participe à lui donner une appropriation collective et se traduit par la mobilisation d’éléments patrimoniaux valorisables (Aderghal et al., 2017). La réponse à des besoins sociaux présents sur le territoire est une condition essentielle de la stabilisation et de la capacité de changement portée par l’innovation sociale. Enfin, la production de connaissances nouvelles est consubstantielle de l’innovation et renforce, in fine, les capacités locales. Elle repose sur la mobilisation de connaissances anciennes, transmises sur le territoire, de connaissances importées mais aussi la construction continue de nouvelles connaissances issues de l’action, dans le cadre de processus continus d’apprentissage collectif.

28Le tableau 4 rassemble les éléments, présents dans les innovations sociales étudiées, qui permettent de valider leur insertion dans les dynamiques territoriales auxquelles elles participent, en fonction des quatre points évoqués précédemment.

Tableau 4 – Éléments de relation entre innovations sociales et territoires

Pôle Laine

Ardelaine

Terre de laine

Mobilisation de ressources locales

Collecte de laine de races locales

Installation dans des bâtiments existants et désaffectés (ancienne usine agroalimentaire, ancienne filature)

Mobilisation d’un potentiel régional d’ingénierie (nouvelle machine à feutrer, chantier-test pour l’isolation)

Démarche d’écologie territoriale

Collecte de laine de races locales

Mobilisation de savoir-faire et de main d’œuvre disponible

Collecte de laine de races locales

Installation dans des bâtiments existants et désaffectés (ancien poulailler industriel)

Accueil de nouvelles activités en lien avec les ressources locales (brasserie, écoconstruction...)

Intégration d’objets patrimoniaux matériels ou immatériels

Réemploi et modernisation de machines anciennes (cardage, lavage, bonnêterie…)

Perpétuation de savoir-faire locaux

Valorisation patrimoniale de la mémoire collective (espace muséographique)

Remise en état et modernisation d’un bâtiment traditionnel (ancienne filature et moulinage)

Ouverture d’un café-librairie

Visites patrimoniales

Le café associatif choisit le nom « le Poulailler » pour signifier son inscription dans l’histoire du lieu

Réponse à des problématiques locales

Création d’emplois

Revalorisation de la collecte des laines du Massif central

Réhabilitation de friches industrielles

Réponse à une demande dans le domaine de l’insertion sociale

Diversification de l’activité : distribution de produits locaux, maraîchage.

Création d’emplois

Revalorisation de la collecte des laines du Massif central

Installation secondaire dans un quartier prioritaire de Valence

Maintien de l’emploi

Revalorisation de la collecte des laines du Massif central

Animation du territoire (par l’ouverture du café associatif)

Construction de connaissances et processus d’apprentissage collectifs

Travail sur de nouvelles techniques et outils de feutrage

Tests sur l’isolation en laine

Interconnaissance et nouvelles relations entre le secteur de l’insertion, l’entreprise privée, les éleveurs

Mobilisation permanente de connaissances externes, réintroduites dans le processus de production traditionnel. Travail sur l’interconnaissance et les relations entre éleveurs et transformateurs

Travail sur la notion de « coopérative de territoire »

Promotion des savoirs sur la laine (formations et ateliers sur le site)

29Comme nous l’avons vu plus haut, le Pôle Laine a intégré la dimension territoriale dans son processus d’innovation, plus en amont qu’Ardelaine et que Terre de laine. Assez logiquement, les éléments de relation relevés dans le tableau 4 sont plus nombreux.

30À l’inverse, Terre de Laine est plus en retrait, en matière de capacité transformative. On peut apporter les explications suivantes :

  • Le nombre d’acteurs œuvrant sur place est plus restreint ;

  • Il y a un lien avec l’activité lainière régionale, mais l’intégration d’éléments patrimoniaux locaux et spécifique est très peu présente ;

  • L’initiative est implantée sur un territoire en voie de périurbanisation connaissant une croissance démographique sensible après un minimum atteint au tournant du vingt-et-unième siècle (+ 30 % environ depuis 1999), la problématique du ré-attachement y est moins prégnante ;

  • L’ancrage dans la filière est réel et ancien, mais celui dans l’innovation sociale et le territoire est très récent.

  • Le lien aux réseaux est plus réduit

De l’ancrage à l’entraînement : comment une innovation sociale peut-elle devenir un projet de territoire ?

31L’étape de la stabilisation de l’innovation sociale se fait à partir d’un ancrage marqué dans une dynamique de filière. La filière laine française est en crise profonde : toutes les grandes entreprises de valorisation textile de la laine française ont fermé ou, plus rarement, ont réorienté leur approvisionnement et leurs lignes de produits vers d’autres ressources ou d’autres provenances. Les activités persistantes sont très souvent apparentées à des innovations sociales de différentes natures, sont de mieux en mieux reliées entre elles et à même de défendre des intérêts communs. En clair, la crise de la filière laine ne trouve de réponse, dans les cas étudiés, que dans un lien renforcé au territoire, par hybridation avec des connaissances importées et des pratiques d’innovations sociales.

32Mais au-delà de ce lien initial à la filière, les éléments de diversification sont à la fois consubstantiels de l’ancrage territorial de l’innovation sociale, et marqueurs de sa capacité transformative. À la capacité d’ancrage territorial, succède ainsi une capacité d’entraînement. Celle-ci s’est manifestée, dans le cas d’Ardelaine, par l’ouverture d’un café-librairie, et plus récemment par la mise en place sur le site d’une filière alternative de production agroalimentaire (conserverie de produits locaux). Le Pôle Laine a, quant à lui, initié le développement d’un label et d’un espace de vente par correspondance de produits locaux (« made in Gévaudan ») dont la logistique est assurée par l’association d’insertion. Plus récemment encore, il a développé, au sein de la même structure, une activité de maraîchage biologique. Terre de Laine, enfin, a favorisé l’installation sur son site d’un café culturel associatif.

33Nos observations nous ont ainsi conduits à mettre en évidence le fait que la capacité transformative des innovations sociales étudiées se traduit, dans le territoire, par un effet d’entraînement : aujourd’hui, dans les trois cas, elles sont parvenues à dépasser le cadre strict de la filière laine pour imprégner d’autres domaines qui répondent à d’autres problématiques locales.

Conclusion : quand la marge laisse plus de marges…

34Le Pôle Laine de Saugues, Ardelaine et Terre de Laine deviennent progressivement, malgré leur taille modeste, des lieux emblématiques de la filière laine française, ou plutôt de ce qu’il en reste. Dans ces trois lieux, l’innovation sociale s’est concrétisée par une relance productive d’une filière traditionnelle, avec des dynamiques fortes qui reposent sur des solutions nouvelles et répondent à des besoins et aspirations contemporaines. Il semble évident, et a fortiori dans ces territoires de montagne, que la filière laine ne peut trouver un débouché qu’à travers des processus d’innovation sociale. Cette dernière devient ainsi une clé indispensable dans le maintien et le dynamisme d’un système important pour le fonctionnement des territoires marginalisés. Dans ce sens, l’innovation sociale telle que nous l’avons observée prend toute l’ampleur de ses dimensions et usages possibles : social, sociétal, organisationnel (Richez-Battesti et al., 2012).

35Dans une économie globalisée où les échanges reposent sur des règles qui leur sont externes, l’inscription dans un sous-système de marge explique une forme de relâchement de ce rapport à la norme. Les coordinations d’acteurs locaux facilitent la définition de principes et de règles qui intègrent et valorisent leurs spécificités. Le recours au statut coopératif intensifie ces relations, et les mobilisent dans un cadre délibératif qui permet de relier débat, décision et action. S’en suit un processus d’ancrage au territoire qui combine une double dimension. La première facilite la construction de liens entre les innovations sociales et leur territoire, tant à l’amont de la filière qu’à l’aval. En mobilisant sans relâche des patrimoines, la seconde inscrit ces innovations sociales dans la longue histoire de ces territoires, qui ont parfois été auparavant des centres. Ainsi, dans un contexte de marginalisation, l’innovation sociale renforce l’autonomie des acteurs qui en sont porteurs. Au travers de processus d’apprentissage continus, elle renforce leurs capacités humaines. En contribuant à la construction de ressources territoriales, elle accroit leurs capacités financières. En facilitant la délibération, elle contribue à la construction de capacités organisationnelles qui leur sont propres.

Haut de page

Bibliographie

Aderghal M., Casabianca F., Landel P.A., Michon G., Senil N., 2017.– « L’ancrage territorial des spécificités : regards croisés sur les arrière-pays méditerranéens », in Le Maroc et les changements climatiques : adaptation et résilience des sociétés.  Hespéris-Tamuda, 52 (1), no spécial, 357-381.

Barras B., 2014.– Moutons rebelles : Ardelaine, la fibre développement local : vers une coopérative de territoire. Valence, ed. Repas, 241 p.

Caulier-Grice et al., 2012.– Defining Social Innovation. A deliverable of the project : The theoretical, empirical and policy foundations for building social innovation in Europe (TEPSIE), European Commission, 7th Framework Programme. Brussels : European Commission, DG Research, 43 p.

Crevoisier, O. et Jeannerat H., 2009.– « Les dynamiques territoriales de connaissance : relations multilocales et ancrage régional. » Revue d’économie industrielle (2009). [En ligne], consulté le 04 juin 2015.URL : http://rei.revues.org/4072

Debarbieux B., 2014.– « Enracinement-ancrage-amarrage ? raviver les métaphores ». L’Espace géographique, tome 43, n° 1, p. 68-80.

Depraz S., 2017.– La France des marges. Géographie des espaces « autres », Paris : Armand Colin, Collection U, Géographie

Grison J.-B. et Rieutort, L., 2017.– « La laine entre ressource territoriale et enjeux de gouvernance : du Pays de Saugues à la Provence », in Grison J.-B.et Rieutort L. (dir.), Valorisation des savoir-faire productifs et stratégies de développement territorial : patrimoine, mise en tourisme et innovation sociale, Clermont-Ferrand, PUBP (coll. CERAMAC, n° 36, p. 131-150).

Howaldt J. et al., 2017.– Towards a general theory and typology of social innovation. A deliverable of the project : Social Innovation : Driving Force of Social Change (SI-drive), European Commission – 7th Framework Programme, Brussels : European Commission, 153 p.

Klein J.-L. et Harrisson D. (dir.), 2007.– L’innovation sociale : émergence et effets sur la transformation des sociétés, Québec : Presses de l’Université du Québec, 465 p.

Landel.P.-A., Koop, K., Senil. N., 2018.– « Quand l’innovation sociale change la dynamique des territoires de montagne », in Fourny, M.C. (coord.) Montagnes en mouvements, Dynamiques territoriales et innovation sociale, PUG : Grenoble.

Murray R., Caulier-Grice J., Mulgan G., 2010.– The Open Book of Social Innovation, London : The Young Foundation and Nesta, 220 p.

Richez-Battesti, N., Petrella, F. & Vallade, D., 2012.– « L’innovation sociale, une notion aux usages pluriels : Quels enjeux et défis pour l’analyse ? », in Innovations, 38(2), 15-36. https://doi.org/10.3917/inno.038.0015.

Tremblay-Pepin S., 2015.– Depossession, une histoire économique du Québec contemporain, Québec, Lux éditeur, 323 p.

Haut de page

Notes

1 Le Mouvement des Oasis en tous lieux est une association inspirée par Pierre Rabhi, qui met en réseau à l’échelle internationale des lieux de développement d’alternatives, en particulier dans le domaine de l’agroécologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Localisation des lieux étudiés
Crédits Réalisation : auteurs, 2018.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5957/img-1.jpg
Fichier image/, 80k
Titre Figure 2 - Différenciation temporelle des processus d’innovation sociale
Légende Les numéros renvoient aux stades du Tableau 2
Crédits Source : auteurs, 2018.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5957/img-2.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Tableau 3 – Chronologie comparée des ancrages du Pôle Laine, d’Ardelaine et de Terre de Laine
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/5957/img-3.jpg
Fichier image/, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Grison et Pierre-Antoine Landel, « La filière laine à l’heure de l’innovation sociale. Quelles transformations dans le Massif central (France)?  », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], 107-2 | 2019, mis en ligne le 26 septembre 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rga/5957 ; DOI : 10.4000/rga.5957

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Grison

UMR Pacte, Université Grenoble Alpes.
jbgrison1@gmail.com

Pierre-Antoine Landel

UMR Pacte, Université Grenoble Alpes.
pierre-antoine.landel@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités