Navigation – Plan du site

La recherche sur les montagnes entre Alpes et monde : regards rétrospectifs

Autour d’un entretien avec Thomas Scheurer réalisé à L’Argentière La Bessée en juin 2008
Thomas Scheurer et Anne Sgard
p. 15-25
Traduction(s) :
Mountain research in the Alps and the rest of the world: a retrospective look

Notes de la rédaction

Entretien collecté et textes mis en forme par Anne Sgard.

Texte intégral

1L’expression « recherche alpine », on le constatera au fil de ce volume, reste bien incertaine. La première lecture suscite une interrogation : s’agit-il d’une recherche menée sur les Alpes ou dans les Alpes ? Ou pour les Alpes ? C’est-à-dire répondant à une demande émanant d’« acteurs alpins » ? On observera aisément que la recherche sur des terrains alpins et selon des thématiques et des questionnements soulevés par les sociétés alpines est menée préférentiellement au sein des Alpes. Il n’y a cependant pas concordance exacte : des chercheurs de Paris, d’Oxford ou de Berlin, même s’ils sont peu nombreux, ont pour objet les environnements ou les sociétés alpines. La recherche alpine serait donc alpine par son objet.

2Néanmoins, et les articles de ce volume le déclinent, les réseaux de chercheurs, les lieux de la recherche, les moteurs et les organes de coordination, de montage de projets se concentrent dans les régions alpines. On peut même se demander parfois s’il n’y a pas revendication de ce lien plus que spatial, militant, entre le chercheur et le terrain qu’il étudie et qu’il habite.

3Une seconde lecture, inspirée par l’héritage de la géographie alpine « à la française » renvoie aussi à une lecture plus extensive de l’expression : de la recherche sur les Alpes à la recherche sur les montagnes du monde. La recherche alpine serait la matrice ? l’initiatrice ? l’accompagnatrice de la/de toute recherche sur les montagnes du monde ? Comme il y a des Alpes en Nouvelle-Zélande ou en Normandie, et de la flore alpine sur toutes le pelouses alpines autour du globe ? Ces visées semblent aujourd’hui d’un autre temps. Néanmoins les interactions étroites, intenses entre recherche sur/dans les Alpes et recherches sur les montagnes du monde incitent à re-questionner ces dynamiques de la construction du savoir, en termes de collaborations, de réseaux.

4Pour démêler ces fils, il nous a semblé utile d’ouvrir ce numéro par un regard croisé et rétrospectif sur cette « recherche alpine » : ses prémices au cours du xxe siècle, sa structuration progressive dans les champs scientifiques et institutionnels, et son organisation actuelle autour de l’ISCAR qui promeut, coordonne, représente cette recherche appelée alpine. Un entretien avec l’un des principaux artisans de cette coordination, Thomas Scheurer (TS) servira de trame ; celui-ci a été mené lors de la Semaine Alpine de juin 2008 à l’Argentière la Bessée. Cette trame a été soumise à un autre témoin, Jon Mathieu (JM), historien des Alpes particulièrement attentif à l’évolution de cette recherche alpine, qui est venu apporter précisions et compléments. L’ensemble, qui veut garder le style et la forme de ces libres discussions, cherche à retracer cette histoire déjà riche de la recherche alpine et apporter des éléments de réponse à nos questions liminaires.

5Que Thomas Scheurer et Jon Mathieu soient ici vivement remerciés pour leur active contribution à ce numéro.

Les prémices

RGA. Commençons par les prémices, les signes avant-coureurs de structuration d’une recherche sur les Alpes menée à une échelle du massif. Quels sont les premiers jalons ? Comment est-on passé notamment d’une recherche nationale et/ou régionale sur les Alpes au projet – et à l’expression – de « recherche alpine » ?

T.S. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur les traditions disciplinaires. On observe que les différentes disciplines ont développé chacune leur tradition propre et que certaines ont construit cette tradition sur l’ensemble des Alpes. Il y a par exemple la géomorphologie, très importante, les sciences de la terre, les sciences naturelles, la biologie, la botanique. Et puis aussi, c’est intéressant, des sciences sociales et humaines comme l’anthropologie : on a des disciplines qui ont bien décrit l’héritage culturel, la toponymie, les coutumes… Et parmi elles il y a aussi des chercheurs qui ont fait des études systématiques et qui ont conçu là une approche de type transversal, comme les géographes avec l’étude des milieux et du contexte, notamment avec les travaux de l’Institut de Géographie alpine de Grenoble et de Raoul Blanchard.

J.M. Parmi les premiers grands travaux, il y avait les ouvrages collectifs des géographes ou des historiens comme Paul Guichonnet. Signalons aussi la première étude générale/systématique qui vient d’un anthropologue italien : Pier Paolo Viazzo, en 1989.

Et quand se situent ces premiers travaux ?

T.S. Dans les années cinquante et soixante, c’est donc assez récent. Mais antérieurement, l’entre-deux-guerres a connu une phase de recherches interdisciplinaires, où les disciplines comme la géologie, la pédologie, la botanique, peut être moins les sciences humaines et sociales, ont développé une approche systémique. On cherchait des corrélations entre différents facteurs ; Josias Braun Blanquet par exemple a développé la sociologie des plantes non pas en décrivant une espèce mais en visant une étude intégrale. Et Hans Jenni qui a conçu une démarche globale d’analyse pédologique. C’était une phase très intéressante, qui s’est perdue ensuite.

Mais est-ce que l’on peut parler de « recherche alpine » encore ?

T.S. Oui, car c’est orienté vers le contexte alpin ou montagnard. En principe ces disciplines développent une tradition de recherche qui tourne autour des montagnes. Les Alpes étaient le laboratoire privilégié pour de telles approches parce que les différenciations sont claires : les variations nord-sud, l’étagement, la mosaïque de tous les milieux, les forêts, les milieux calcaires, les milieux siliceux, etc… Même si ces travaux se limitaient aux Alpes, les méthodologies ont été transposées à d’autres montagnes dans le monde.

Donc peut-on dire que pour ces travaux les Alpes ont servi de laboratoire mais avec des visées générales ?

T.S. Oui, par exemple à propos de la genèse des sols. À travers l’étagement, on peut très bien voir comment cette genèse est différente, et transposer cette compréhension à d’autres milieux. Cette approche a été appliquée en Russie et par Hans Jenni dans les Alpes. Ce dernier est parti en Amérique où il a développé le concept de facteurs de formations des sols, qui l’a rendu fameux aux États-Unis pour longtemps. On a eu aussi ces études en géologie, en géomorphologie, notamment avec la découverte des premiers glaciers rocheux dans les années 1910, ou les processus de solifluxion dans les années 1950 ; tous ces phénomènes et processus ont été décrits dans les Alpes et ils ont été importants pour le développement de ces sciences sur d’autres terrains. Mais le savoir au départ est lié aux Alpes et à la recherche alpine.

J.M. Oui, c’est vrai que les Alpes ont souvent fonctionné comme modèle de recherche sur les montagnes du monde – et cela depuis longtemps. On peut citer trois exemples de différentes époques : Alexandre Humboldt et son voyage en Amérique Latine et dans les Andes, 1799-1804, qui fait très souvent des observations comparatives avec les Alpes ; ensuite Albert Heim qui a publié un Handbuch der Gletscherkunde en 1885 avec une perspective globale, mais qui part toujours des Alpes qu’il connaît le mieux. Et aussi Jules Blache en 1933 (L’Homme et la montagne) qui est le premier dans les sciences culturelles à concevoir un travail comparatif sur les montagnes du monde en partant du modèle alpin.

Comment ces travaux se distinguent-ils des recherches nationales, régionales, ou déjà internationales antérieures ?

T.S. Les scientifiques ne fonctionnent guère dans des grilles nationales ou régionales, plutôt en grilles disciplinaires. On peut dire que l’on est passé d’une recherche disciplinaire à une recherche plutôt écologique, de plus en plus interdisciplinaire. Et ainsi, des méthodes, des approches scientifiques ont été développées, ou adaptées dans la recherche alpine. Il me semble que les sciences humaines et sociales sont plutôt tournées vers cet aspect national. Jon Mathieu a bien étudié cela, dans quelle mesure les visées nationales ont guidé l’histoire de l’étude des Alpes.

C’est peut-être aussi différent d’un pays à l’autre… En France, tout ce qui concernait les Alpes relevait d’une approche très régionale. Peut-être qu’en Autriche ou en Suisse on n’a pas, ou moins, cette distinction ?

T.S. Si, la dimension « région de montagne » est prépondérante. Peut-être qu’en effet en Suisse cette région est politiquement plus importante mais scientifiquement c’était avant tout une recherche sur la montagne.

J.M. Tous les pays ont une perception différente des Alpes, quelque fois très différente, quelque fois moins. En Suisse, l’identité nationale a été construite sur les montagnes pendant une certaine période, comme d’ailleurs aussi en Slovénie, et plus tard en Autriche. Pour l’Italie c’était le Risorgimento et la Grande Guerre qui ont déclenché un certain « rush to the Alps », etc. C’est naturel que ces discours se soient reflétés souvent aussi dans la politique de la recherche et dans la recherche elle-même.

Alors, pour revenir à ce que l’on peut appeler une recherche alpine…

T.S. Je pense que c’est le programme IBP, « International Biological Program », qui a été très important parce que c’est là qu’on a commencé à organiser les scientifiques et les disciplines autour d’une thématique, autour d’un problème. Au début il s’agissait des cycles biologiques : comment fonctionnent-ils ? Et c’est à partir de ce programme international au début des années 1970 que se sont développées les approches systémiques dans les sciences environnementales et écologiques. Ensuite, on a développé l’approche MAB (« Man in Biosphere »), et spécialement MAB 6, qui était un programme spécifiquement consacré aux montagnes ; mais malheureusement on n’a pas eu de projets dans tous les pays alpins. Il y en a eu en Autriche, en Allemagne et en Suisse mais je ne connais pas des projets MAB en France, en Italie ou en Slovénie.

Cette approche MAB a fourni une base pour des démarches globales sur les interactions homme-nature etc… Disons que les différentes approches conçues dans le cadre du programme MAB sont des approches scientifiques, qui n’ont pas été spécifiquement faites pour les Alpes mais adaptées à des terrains alpins.

Il n’y a pas une méthode scientifique alpine ; il va peut-être se constituer des coopérations, des réseaux ou des lieux spécifiques où des gens se rencontrent plus facilement sur des thématiques que l’on ne trouve pas ailleurs. Par exemple, dans les plaines, la géologie n’est peut être pas aussi importante alors que dans les Alpes le géologue joue un rôle clé. On a une histoire de l’utilisation du sol qui est davantage déterminée par les ressources naturelles et plus lisible dans le paysage que dans les plaines où les changements sont souvent « effacés ».

Donc on repère des traditions disciplinaires, un tournant dans les années 1970 avec le programme MAB et puis un cadre scientifique avec le développement de l’écologie et des écosystèmes. Il y a ainsi un contexte assez favorable et qui trouve dans les Alpes un terrain particulièrement intéressant.

T.S. Oui, c’est ça.

Est-ce que l’on peut identifier ensuite d’autres tournants, d’autres jalons ?

T.S. Oui, Jon Mathieu est en train de travailler sur la question, comment la recherche globale sur la montagne s’est constituée. Là je crois que les Alpes jouent un rôle central, surtout à travers les travaux de Bruno Messerli, qui fait le lien entre le monde scientifique et le monde politique, entre les Alpes et les montagnes du monde. Le tournant c’est Rio en 1992, où a été approuvé le chapitre 13 de l’Agenda 21 (« Agenda montagne ») initié par la Suisse. Je crois que l’on n’aurait pas pu déclencher le processus d’application de la convention alpine sans le contexte et l’élan donné à Rio.

Comment les processus de Rio et de la Convention alpine ont-ils progressé alors ?

T.S. Les deux processus politiques étaient différents entre les deux. Mais ils se situent dans le même contexte : l’émergence du développement durable et l’émergence des montagnes comme espaces vulnérables face à la globalisation. Rio a abouti à l’établissement d’un agenda sur le développement durable dans les montagnes du monde (top-down) ; pour le développement durable dans les Alpes, l’instrument correspondant était la Convention alpine, établi avec une coopération directe (bottom-up) de tous les pays alpins.

J.M. Je crois que les années 1970 ont été un tournant important un peu partout. C’était la politisation de l’environnement, l’essor de l’écologie politique. En même temps c’était le début de la recherche en grands programmes (Grossforschung), qui a changé le style dans beaucoup de discipline. La Convention alpine était le résultat du discours politico-écologique des années 1980 et du lobbying efficace de la CIPRA, située au Liechtenstein. L’alliance avec les Allemands (surtout le ministre Klaus Toepfer) a produit cette Convention qui a surpris beaucoup d’observateurs. Rio vient un peu plus tard, se base certainement sur une même atmosphère politico-culturelle, mais avec d’autres acteurs. Le chapitre 13 sur les montagnes du monde dans l’Agenda 21, c’est le résultat d’un petit groupe de scientifiques préoccupés de recherche sur les montagnes et engagés autour de Bruno Messerli (le « Mountain Agenda ») en lien avec le corps diplomatique suisse. Sans l’intervention de la politique extérieure de la Suisse ce chapitre n’existerait pas.

La Convention alpine et la recherche alpine

Et l’idée de coordination de la recherche alpine en parallèle avec la convention, est-ce que c’est venu dès le début, dès les premiers projets de convention alpine ? Ou est-ce que c’est une dimension qui s’est rattachée progressivement ?

T.S. Les premiers projets pour une telle coordination de la recherche alpine se sont faits en France, indépendamment de la Convention. C’était le « réseau alpin » initié à Grenoble dans les années 1970. Ce réseau alpin tendait à relier tous les scientifiques, de tous les instituts importants. Finalement cette idée n’est allée que jusqu’à Bern, Aoste ou Turin. Dans les années 1980 une autre initiative émergeait avec la création de l’ICALPE (International Center for Alpine Environment). L’ICALPE constituait un comité scientifique dont le président était le professeur Alexander Cernusca, biologiste autrichien d’Innsbruck et l’un des fédérateurs du MAB en Autriche. Mais l’ICALPE était trop lié à l’initiateur Michel Dubost et pas assez basé sur les institutions de recherche. Cet organisme est encore actif en Corse et en Italie (Centro Ecologia di Monte Bondone).

Comme l’ICALPE n’était pas en mesure de contribuer au développement de la recherche dans le contexte de la Convention alpine, l’Académie suisse des sciences naturelles (ASSN, aujourd’hui SCNAT) a invité, en 1989, des scientifiques de tous les pays alpins à Bern pour discuter de la question : comment et à quelles conditions la recherche scientifique devrait contribuer au processus de la Convention alpine initiée en 1989 à Berchtesgaden pour appliquer les articles 3 et 4 de la convention cadre concernant la coopération scientifiques.

Au sein de l’Académie suisse des sciences naturelles, c’est Anne-Christine Clottu qui a lancé l’idée de rassembler les compétences scientifiques et de les mettre en réseau pour établir une coopération transalpine. Il était évident que seules les activités « recherches » des instituts de recherche ne suffiraient pas. Cette initiative suisse profitait des expériences et des réseaux du MAB, du Réseau alpin, de l’ICALPE qui ont tous montré qu’il existe des intérêts communs entre les pays alpins. En parallèle, des structures de coopération internationales ont été établies tels que l’ICIMOD pour l’Himalaya et le Mountain Forum.

Oui, donc recherche alpine et recherche sur les montagnes avancent en parallèle.

T.S. En principe oui.

Comment se développait la recherche scientifique au sein de la Convention alpine ?

En ce qui concerne la Convention alpine, la recherche ne jouait aucun rôle au début. La Convention alpine, et surtout la France, a poussé à l’installation d’un observatoire. Mais la recherche et les coopérations scientifiques en vertu des articles 3 et 4 manquaient dans ces concepts, ainsi que par l’absence d’actualité et de visibilité de la Convention alpine. Un des premiers pas à effectuer après le colloque de 1989 était de rendre visible la recherche alpine auprès de la Convention alpine et de ses organes. Dans ce but, la SCNAT a organisé un deuxième colloque en 1992 où elle a présenté l’idée du Forum Alpin. Puis le premier Forum Alpin s’est tenu en 1994 à Disentis en Suisse. Depuis lors la recherche alpine a fait son chemin du Forum Alpin en 1994 jusqu’à la fondation de l’ISCAR en 1999. Ce qui a été nouveau par rapport au réseau alpin de Grenoble ou à l’ICALPE, c’est que la SCNAT a trouvé comme partenaires des institutions scientifiques dans tous les pays alpins.

Alors, la fondation de l’ISCAR, ça arrive quand et comment ?

T.S. La fondation était liée étroitement au Forum Alpin, qui a entraîné la création d’un comité scientifique. Il a été décidé qu’il fallait au moins deux représentants de chaque pays, un en sciences sociales et un en sciences naturelles. À partir de ce comité scientifique pour le premier Forum Alpin, ce comité s’est fortifié de plus en plus en organisant les Forums Alpins en France (1996) et en Allemagne (1998). La SCNAT finalement a cherché comme partenaires des institutions scientifiques dans tous les pays pour établir un comité officiel et permanent. Avec succès ! Les Académies en Autriche, Slovénie, Bavière, le Pôle européen à Grenoble et le nouvel Institut nationale IMONT en Italie étaient d’accord pour établir un comité et partager les frais. Ainsi, tous ces partenaires se sont réunis en octobre 1999 à Lucerne pour signer la Convention pour l’ISCAR.

Il a donc fallu dix ans entre les premières initiatives en 1989 et la création de l’ISCAR en 1999. Quel a été le rôle des Forums alpins pendant ces années ?

T.S. Après les conférences de Berne en 1989 et 1992, la SCNAT a donc lancé les Forums Alpins dans l’idée que tous les pays contribuent à l’organisation. Au sein des promoteurs suisses il y avait un groupe qui a voulu établir le siège du Forum à Disentis – comme c’est le cas de Davos pour le World Economic Forum. Mais après le succès du Forum Alpin à Disentis Hervé Gumuchian a proposé d’organiser le prochain en France, parce qu’il estimait qu’il fallait impliquer la recherche alpine de cette manière dans les autres pays. Après une discussion très engagée, les promoteurs suisses se sont finalement décidés pour la rotation, d’abord en 1996 en France et ensuite tous les 2 ans dans un autre pays alpin. L’idée fonctionnait. Et cette année (2008) le Forum Alpin est arrivé avec la Semaine Alpine de nouveau en France ! Un autre produit du Forum Alpin est à mentionner : en 1995, la France a organisé sur le même modèle la première Conférence des espaces protégés à Gap, où l’on a créé le Réseau alpin des espaces protégés !

J.M. Je crois en effet que les Forums Alpins ont été très importants, et Thomas Scheurer était certainement la personnalité centrale comme organisateur ; ainsi qu’Anne-Christine Clottu secrétaire générale de la SCNAT à cette période, qui était une bonne diplomate et a su construire des alliances entre les Académies des différents pays. Cela n’allait pas de soi à l’époque.

L’Association pour l’histoire des Alpes a connu une trajectoire similaire. Elle a été fondée en 1995 à Lucerne, sur une initiative suisse, et comme pour les Forum, le deuxième congrès s’est tenu en France, à Grenoble, 1997. Puis on a fait des congrès dans tous les pays : Trente (Italie) 1999, Kempten (Allemagne) 2001, Innsbruck (Autriche) 2003, Bovec (Slovénie) 2005, Vevey (Suisse) 2007. En 2009 on retournera à Grenoble avec une belle thématique : L’homme et l’animal sauvage dans les Alpes.

Et par rapport aux projets disciplinaires dont on parlait tout à l’heure, est-ce qu’on trouve à peu près les mêmes dans ces premiers forums, avec chaque discipline qui se présente avec ses pratiques et sa culture ? Où est-ce que ces forums permettent autre chose ?

T.S. L’objectif des Forums Alpins c’était toujours que toutes les disciplines puissent se rapprocher et échanger avec le monde socio-politique. Ce n’était pas le but de développer une stratégie de recherche alpine, mais d’élaborer avec les scientifiques des « Plan d’action recherche alpine ». Le principe des Forums Alpins a toujours été de proposer et débattre des thèmes de recherche autour de problèmes qui sont communs. Les Forums mènent plutôt à une analyse stratégique : identifier les problèmes communs et organiser les chercheurs autour de ces problèmes. Pour ça, il faut amener toutes les disciplines sur ces champs et concevoir une démarche de recherche inter- ou même transdisciplinaire. Aujourd’hui, j’ai l’impression que les Forums Alpins ont été des promoteurs pour l’organisation de la recherche alpine – le rôle de l’ISCAR reste l’organisation des ForumsAlpins, mais pas l’organisation de la recherche alpine, qui est faite par les chercheurs.

C’est donc un rôle de coordination.

T.S. Oui, avec l’objectif de promouvoir les approches interdisciplinaires et transalpines. Interdisciplinaire et transalpin, ce sont les deux mots-clés pour les impulsions à donner à la recherche alpine. L’ISCAR a toujours poursuivi ces options : si les scientifiques n’arrivent pas à coopérer entre les disciplines et à travailler à travers l’arc alpin, la mission de l’ISCAR aura failli. Mais en tout cas ce n’est pas une mission facile parce qu’elle appelle un esprit qui est un peu à part du mode de fonctionnement des scientifiques dans leurs disciplines.

Et ça c’est pareil dans toutes les disciplines et dans tous les pays !

T.S. C’est difficile de généraliser, mais il y a les scientifiques des disciplines plus « polyvalentes » comme l’histoire, la géographie, l’écologie qui sont plus ouverts à des coopérations. Concernant les coopérations transalpines, elles dépendent beaucoup de la connaissance de l’anglais, qui est moins répandue chez les scientifiques en France et en Italie que dans les autres pays alpins.

Dans ces mêmes années, quel a été le rôle des observatoires ?

T.S. Les systèmes d’observation liés à l’espace alpin ont été développés dans les années 1990 surtout par la France (Vincent Briquel, Hervé Gumuchian et autres), par la Bavière (Indicateurs), par l’Union Européenne (JRS Ispra, indicateurs, banque de données) et la Suisse avec l’UNEP (banque de données). On a investi beaucoup à plusieurs reprises, malheureusement sans résultats opérationnels. Jusqu’à aujourd’hui, le SOIA (Système d’Observation et d’Information des Alpes) souffre du fait qu’une coopération entre les pays concernés reste assez compliquée.

Ils auraient pu nourrir la recherche, être un moteur…

T.S. En effet le SOIA pourrait constituer une base d’informations pour la recherche et une possibilité pour les scientifiques de déposer leurs données. On verra dans quelle mesure il sera capable de faire le lien entre scientifiques et recherche alpine.

Et dans le cadre des protocoles de la convention, y a-t-il eu un effet d’entraînement ?

T.S. Guère. Les protocoles sont très formels et techniques, disons sans inspiration pour la plupart des scientifiques. C’est pourquoi l’ISCAR a été très intéressée par la démarche de la Convention alpine visant à établir un programme pluriannuel (2005-2010) initié surtout par Ruggero Schleicher-Tappeser ; ce programme est l’aboutissement pour l’ISCAR, de la démarche de conception d’un agenda de recherche dont on est en train de discuter. C’est un projet assez exigeant mais c’est par les thèmes prioritaires de ce programme pluriannuel que l’on peut mettre en place un cadre pour amener les scientifiques à travailler sur des thèmes qui sont en lien avec les problèmes de la société et des pays Alpins. Un autre modèle de fonctionnement serait que la Convention alpine décide et finance des grands axes de recherche, c’est le chemin de la recherche commandée, intéressant pour des administrations mais pas vraiment attractif pour les scientifiques.

Alors, pouvait-on faire la recherche alpine sans la Convention alpine ?

T.S. Oui. Mais il faut dire en même temps que l’ISCAR ne se ferait pas sans la Convention alpine. C’est vraiment la Convention alpine qui a stipulé cet encadrement interdisciplinaire et transalpin. On voit clairement que depuis la Convention alpine ont émergé pas mal d’études qui touchent l’ensemble de l’arc alpin, par exemple le projet Interreg DIAMONT sous la direction du professeur Axel Borsdorf ou des projets dans les programmes européens de recherche, qui ont livré à la Convention alpine des bases de données et des analyses concernant l’agriculture (Ulrike Tappeiner), les eaux (Rolf Weingartner, Daniel Viviroli), l’urbanisation (Manfred Perlik, Werner Bätzing, Paul Messerli). Il faut citer aussi les « Rapports sur les Alpes » de la CIPRA, dans lesquels beaucoup de thèmes ont été élaborés et qui ont servi de modèle pour le Rapport sur l’état des Alpes de la Convention Alpine (2006 : Mobilité et transports ; 2008 : Eaux des Alpes).

J.M. Ces rapports sont en effet le produit de la CIPRA et montrent à mon avis très bien comment et dans quelle mesure la Convention alpine avec ses partenaires (la CIPRA en tant qu’organisation de lobby) a quand même un effet intéressant sur la recherche.

Où en est la recherche alpine aujourd’hui ?

Quels sont les facteurs de transformation de la recherche alpine aujourd’hui ?

T.S. L’Union européenne a beaucoup changé les choses. Si l’on veut survivre en tant que recherche alpine en Europe, il faut avoir des partenaires en Scandinavie, en Écosse, dans les Carpates, etc. C’est peut-être l’aspect que nous avons négligé. C’est surtout à travers les programmes de recherche européens que l’on voit que la recherche alpine doit s’intégrer dans des thèmes européens. Là aussi la Convention alpine doit se prononcer mais le lien n’est pas encore solide : la Convention n’a pas assez de poids politique pour avoir une influence sur le montage de projets et promouvoir une recherche sur les montagnes d’Europe. C’est une chose sur laquelle la Convention alpine doit insister.

Est-ce que les grands enjeux qui se dessinent, notamment autour de la globalisation, du changement climatique, pèsent de manière spécifique et est-ce que l’on peut dire que la recherche alpine se singularise ? notamment par sa réactivité ?

T.S. Oui, et cette réactivité est forte. Aujourd’hui dans la plupart des travaux les mots-clés qui apparaissent sont développement durable, globalisation, changement climatique. La recherche alpine est, on peut dire, prédestinée à étudier les réactions quant aux facteurs extérieurs. J’ai l’impression que cette réactivité est forte vis-à-vis des changements physiques, du changement climatique notamment ; beaucoup moins vis à vis des changements sociaux et face à la globalisation. Par exemple on parle encore beaucoup des citadins par opposition aux montagnards, alors que la majorité des alpins habitent dans des villes. On garde des schémas anciens, on a du mal à identifier les processus en cours. On a malgré tout beaucoup de beaux travaux mais dans le domaine humain, notamment sur l’agriculture, la sylviculture, l’industrie, le tourisme, mais c’est très difficile de comprendre et d’analyser finement les interactions avec les éléments extérieurs ; on y travaille beaucoup et on est en train de construire un savoir solide.

Et comment s’articulent recherche alpine et recherches sur les « montagnes du monde » dans ce contexte ?

T.S. Le rôle de l’ISCAR c’est de c’est de les mettre en relations. Il y a des programmes et des initiatives qui servent aussi à cela, notamment les programmes sur la biodiversité (surtout GMBA, Global Mountain Biodiversity Assessment, de Diversitas, et la Convention sur la biodiversité), ou la stratégie de recherche développée dans le projet européen GLOCHAMORE (par le MRI, « Mountain Research Initiative » des programmes IGBP et IHDP) et l’initiative « Recherche » du « Mountain Partnership » de la FAO à Rome. Mais dès que l’on passe à l’échelle mondiale, il y a des acteurs supplémentaires et les travaux sont plus complexes, avec les distinctions nord-sud qui s’intègrent. À l’échelle globale, les liens se font plus souvent par les institutions et les scientifiques, que sur les contenus, et comme les organismes à l’échelle globale manquent souvent de moyens il est difficile d’orienter la recherche – beaucoup plus difficile comparé à l’espace alpin.

Et aujourd’hui comment se positionne cette recherche alpine entre recherche fondamentale et recherche appliquée ?

T.S. Cette distinction est difficile. C’est vrai que la recherche alpine est plutôt présente en tant que recherche orientée (vers les problèmes spécifiques aux Alpes), mais elle aura toujours besoin d’éléments fondamentaux. Ce qui réunit les deux c’est la recherche de terrain.

Est-ce que c’est la question de la demande qui joue avant tout ?

T.S. Oui, peut-être, ce qui est propre à la recherche alpine, c’est que cette demande sociale provient des sociétés alpines et des milieux politiques locaux, et moins des industries par exemple.

Est-ce que l’on peut dire que la recherche alpine et la recherche sur la montagne en général ont établi de liens originaux et privilégiés avec les milieux professionnels, et les ONG ?

T.S. C’est difficile de généraliser. C’est aussi un choix stratégique de l’ISCAR, de travailler avec les ONG. Le scientifique peut choisir d’être le « super-expert » très écouté par les hommes politiques. Mais pour ça il faut s’investir beaucoup. Alors le chemin le plus direct, c’est de travailler avec des ONG qui, elles, développent une pression politique basée sur des résultats scientifiques : les scientifiques aident mais ils restent dans leur rôle, ils ne sont pas des militants. Par exemple dans le cadre du projet sur les corridors écologiques, les scientifiques de l’ISCAR travaillent avec le WWF, et la CIPRA. L’objectif n’est pas de prendre des décisions politiques mais d’essayer de donner un support scientifique aux processus de décision politiques.

La Convention alpine, parce qu’elle intègre les ONG comme observateurs, donne un cadre approprié pour travailler avec eux. La Semaine alpine (organisée par 5 observateurs et partenaires de la Convention Alpine) sert aussi à cet échange. En effet, l’organisation de la Convention alpine avec ce statut d’observateur donné aux ONG est assez originale ; et elle sert de modèle, pour la Convention des Carpates par exemple. Et finalement c’est plus difficile de travailler avec les États parce qu’ils ont leurs propres experts, avec un mandat précis. Jusqu’à aujourd’hui, les relations entre experts nationaux et experts scientifiques de l’ISCAR ne sont pas claires.

L’enjeu maintenant c’est de faire la recension des chercheurs impliqués dans cette recherche alpine et valoriser la masse de travaux qui ont été accumulés depuis bientôt vingt ans, de 8 Forums Alpins et des centaines de colloques scientifiques – et d’en tirer les pistes des recherches et coopérations futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Scheurer et Anne Sgard, « La recherche sur les montagnes entre Alpes et monde : regards rétrospectifs », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research, 96-4 | 2008, 15-25.

Référence électronique

Thomas Scheurer et Anne Sgard, « La recherche sur les montagnes entre Alpes et monde : regards rétrospectifs », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research [En ligne], 96-4 | 2008, mis en ligne le 04 mars 2009, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rga/610 ; DOI : 10.4000/rga.610

Haut de page

Auteurs

Thomas Scheurer

ISCAR.
scheurer@scnat.ch

Articles du même auteur

Anne Sgard

Pacte-Territoires. Grenoble.
Anne.Sgard@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités