Navigation – Plan du site

Free Solo, questionner un exploit

Ève-Laurence Hébert et Antony Vigneault

Texte intégral

1Aussi petits soient-ils, nombre d’humains ne peuvent s’empêcher de viser les plus hauts sommets. Les grimpeurs et les grimpeuses, pour leur part, ne s’arrêtent pas à la métaphore. Pour défier la verticalité et la gravité, une majorité utilisent de l’équipement et des techniques des plus avancées. Un nombre infime délaisse les outils pour se contenter du strict minimum : des chaussons pour l’adhérence des pieds et de la magnésie pour celle des mains. On nomme cette pratique l’escalade libre en solo intégral (free solo).

2La question a été mille fois posée : pourquoi prendre un tel risque ? Sur quelle pulsion repose l’action de grimper les parois sans protection ? Est-ce un désir de dominer – l’horizon, l’immensité, la nature ou soi-même ? Est-ce une façon plus explicite de donner un sens à sa présence sur terre, une noble manière de se confronter à la nature ? Est-ce que l’existence passe nécessairement par une forme de domination ou encore par une sortie de notre condition basique ?

3Pour tenter de répondre à ces impossibles questions, il vaut la peine de se pencher sur un personnage en particulier : le célèbre soloniste Alex Honnold (en photo), protagoniste du documentaire Free Solo (2018) réalisé par Élizabeth Chai Varsarhelyi et Jimmy Chin.

Le soloniste Alex Honnold.

  • 1 L’échelle française de cotation des voies d’escalade va de 1a à 9c. Cette dernière cotation la plus (...)

4Gagnant en 2019 de l’Oscar du meilleur documentaire, il met en scène le grimpeur dans sa préparation et dans son ascension sans attache de la voie Freerider de la mythique formation rocheuse El Capitan dans le parc Yosemite en juin 2017 (illustration ci-dessous). Loin d’avoir été le premier à escalader librement l’une des voies du mur de presque un kilomètre de haut, le grimpeur états-unien a tout de même accompli un exploit historique en complétant, sans corde, l’ascension de l’un des chemins les plus ardus, atteignant à certains moments une cote de 7c+.1

La formation rocheuse El Capitan dans le parc Yosemite, aux États Unis.

5L’objectif de notre texte est moins de souligner la prouesse du protagoniste du documentaire – celle-ci ayant déjà été amplement célébrée – que de soulever certaines questions philosophiques et sociales en lien avec des thèmes qui gravitent autour du film : la mort, les valeurs masculines et le prestige.

6Le premier angle de questionnement est certainement celui de la mort. L’inconfort à regarder le film et surtout la scène finale est à la fois de l’ordre de l’effroi et de la fascination. Témoins des multiples difficultés que comporte la voie et des nombreuses chutes du protagoniste durant sa préparation, nous savons quels sont les endroits où les mouvements nécessaires sont les plus intimes à la mort. Le montage du film dévoile bien l’ampleur du danger, lequel est sans conteste aussi élevé que l’obsession d’Honnold. Contrairement aux techniciens qui le suivent, et peut-être surtout à son amie, Sanni McCandless, qui tente parfois de le dissuader, le soloniste nous paraît incontestablement en paix avec la mort – et il n’omet pas de le mentionner. Est-ce finalement notre propre angoisse existentielle qui nous tenaille tout au long du film ? Projetons-nous notre propre peur de la mort sur un individu qui ne la craint pas ? Il pourrait être intéressant d’approfondir le fait que l’extraordinaire possibilité de mourir d’Honnold est corrélée au niveau de liberté qu’il atteint. Il existe sans doute un lien entre sa liberté intégrale et l’intention du grimpeur d’être aussi responsable qu’indépendant de tout.

7Le second angle de question porte sur les valeurs typiquement masculines d’indépendance et d’accomplissement personnel que porte Honnold. Ces dernières sont à leur paroxysme dans le film, d’autant plus qu’elles sont mises en confrontation avec les valeurs associées à la féminité : le soin et le souci de l’autre incarnés par l’amie d’Honnold. La représentation de cette tension est de l’ordre de la caricature, car la réalisation des exploits est dépeinte comme compromise à cause d’une femme qui s’inquiète pour le héros, ce qui laisse l’impression amère que les valeurs associées à la féminité sont discréditées au profit des valeurs masculines. Ce sont ces volontés viriles de domination, d’indépendance et de performance qui permettent au grimpeur d’atteindre ses objectifs, alors que les valeurs que représente le seul personnage féminin du film sont présentées comme des obstacles et de la banalité. Cela est sans compter sur le fait que le film invisibilise les femmes grimpeuses – même Lynn Hill, qui a été la première personne à escalader en libre-intégrale El Capitan en 1993 par la voie The Nose. Le documentaire n’entretient-il pas une image anachronique de l’escalade comme un sport qui correspond aux valeurs « hypermasculines » dans lequel des hommes grimpeurs « testent leurs capacité » et affrontent leurs peurs « en laissant leurs cordes à la maison » avec leurs femmes inquiètes ? (Taylor 2010, p. 62)

8Dernier angle : le film personnifie l’escalade en solo intégral, en mettant au centre la figure d’Honnold, sans replacer son exploit dans le contexte socio-historique. Si les grimpeurs et grimpeuses des générations précédentes étaient majoritairement motivé·es par « la quête contre-culturelle de l’atteinte de l’expérience authentique » et « le contact avec la nature » (Taylor 2010, p. 133), le documentaire dépeint plutôt Honnold comme le fruit du XXIe siècle où la performance, le narcissisme et l’individualisme sont normalisés et encouragés. Célébrité incontestée du monde alpin, vedette des réseaux sociaux, commandité par les compagnies qui font du plein air leur profit, Alex Honnold est mis devant ses propres contradictions lorsqu’il rencontre l’ancien soloniste Peter Croft. Dans une très courte scène, ce Croft affirme à Honnold qu’il n’aurait jamais accepté d’être filmé sur la paroi, car l’important est de grimper « pour les bonnes raisons » (Free Solo, 00 :50 :40).

9Le documentaire, en tant que genre cinématographique, utilise des images de la réalité non sans effectuer des choix subjectifs et discursifs pour en donner une représentation voulue par la réalisatrice ou le réalisateur. À notre avis, la mise en scène de Free Solo représente le protagoniste principal, Alex Honnold, d’une manière contestable. Or, le montage ne détourne-t-il pas notre regard de l’humilité qui se trouve derrière la conquête de l’inutile ?

10Enfin, se demander pour quelles raisons Alex Honnold a grimpé et filmé son exploit de solo intégral, c’est aussi se demander pourquoi nous devons repousser et dominer nos limites, pour quelles raisons les valeurs de soin sont encore minorisées dans notre société et enfin s’il est estimable de faire une action seulement pour soi ?

Haut de page

Bibliographie

Chai Vasarhelyi, Elizabeth, et Jimmy Chin. 2018. Free Solo. National Geographic Documentary Films. Documentaire.

Taylor, Joseph E. 2010. Pilgrims of the Vertical : Yosemite Rock Climbers and Nature at Risk. 1st edition. Cambridge : Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 L’échelle française de cotation des voies d’escalade va de 1a à 9c. Cette dernière cotation la plus élevée est un plafond qui ne fut atteint qu’une fois en septembre 2017 par Adam Ondra. L’évaluation des voies se fait en fonction de sa longueur, sa difficulté, son engagement et sa gamme de mouvements générale. Pour situer les lecteurs et lectrices, on peut considérer subjectivement que les niveaux “6” (a, b, c) sont très difficiles, que les niveaux “7” sont exceptionnels, que les “8” sont pour l’élite et les niveaux “9” appartiennent aux mutant·es.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le soloniste Alex Honnold.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/6163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende La formation rocheuse El Capitan dans le parc Yosemite, aux États Unis.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/6163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève-Laurence Hébert et Antony Vigneault, « Free Solo, questionner un exploit », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Montagnes en fictions, mis en ligne le 09 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rga/6163

Haut de page

Auteurs

Ève-Laurence Hébert

Candidate au doctorat en science politique à l’Université de Montréal

Antony Vigneault

Titulaire d’une maîtrise en science politique de l’UQÀM, grimpeur et tuteur de français.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités