Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesLieux-ditsUn village des Apennins à la croi...

Un village des Apennins à la croisée des chemins

Cristina Del Biaggio et Camille Noûs

Texte intégral

Un village des Apennins à la croisée des cheminsAfficher l’image
Crédits : Alberto Campi

Photo 1. Via Francegina, Italie.

1À quelques centaines de mètres de ce petit village dans les Apennins toscans, dont je ne dévoilerai pas le nom, passe un important axe routier, l’autoroute A15, qui relie la plaine du Pô à La Spezia, soit le riche bassin industriel à la mer… Il n’y a désormais que des motard·es et quelques amateurs et amatrices de la lenteur qui prennent la route provinciale par le col de la Cisa. Encore moins sont celleux qui quittent cette route pour découvrir les petits villages parsemés sur les coteaux.

2Nous l’avons fait, Alberto Campi et moi, cet été lors de nos vacances où l’on s’était fixé seulement deux règles. Règle numéro 1 : atteindre, depuis le Nord de l’Italie, Castelvolturno, dans les environs de Naples, pour aller voir la Cooperativa Esperanto, à qui, avec un groupe d’ami·es et connaissances, nous avons précommandé 2000 bouteilles de coulis de tomates éco-solidaires. Règle numéro 2 : ne jamais prendre l’autoroute. C’est comme cela que nous avons parcouru, avec notre Fiat Panda rouge, en à peine deux semaines, 3500 km. Vitesse moyenne : 40 km/h.

3Dans une de ces étapes du périple, nous nous sommes arrêtés dans un village aux pieds du col de la Cisa. C’est là qu’une amie, Maria, connue dans le cadre d’un terrain de recherche et vivant dans la région, nous a amenés manger chez Dina, qu’elle aime appeler, avec beaucoup d’affection, « Dinona ». Dina est la propriétaire d’une trattoria, un bistrot, qui ne porte que le nom de sa fonction : Trattoria. Nous y avons mangé copieusement des plats de la région. La sauce avec laquelle Dina a assaisonné les raviolis aux herbes indique carrément leur vallée de provenance. Dina les a servis avec de la sauce tomate. Dans la vallée d’à côté, située dans la région des Marches, l’huile d’olive et les tomates laissent la place au beurre et au parmesan.

Photo 2. Trattoria de Dina

Photo 2. Trattoria de Dina

Photo : Alberto Campi, août 2020.

4Dina est une hôte passionnée et passionnante. Elle adore s’entretenir avec les client·es de sa trattoria, qui, désormais, est gérée par sa fille et son fils. C’est ce que nous faisons, nous aussi, à la fin du repas en compagnie d’une poignée d’hommes qui jouent aux cartes. La discussion s’intéresse vite à celleux qui partent et qui arrivent dans cette zone des Apennins où il y a plus de maisons vides qu’occupées. Et quand elles le sont, ce n’est que le temps des vacances. Des résidences secondaires pour les enfants et petits-enfants d’émigrant·es qui se sont jadis transféré·es soit en plaine soit en France, en Belgique ou en Suisse.

5Mais depuis que la Via Francigena, qui passe dans la région pour rejoindre in fine Rome, a été créée, il y a aussi des pèlerins qui transitent par là. Pourtant cette année, dit-on sur la terrasse, mêmes les pèlerins délaissent la région. Peur de la COVID-19. Et pour les rares personnes qui se sont mises en marche, c’est difficile de trouver des hébergements bon marché, les chambres à bas prix, partagées, ne sont pas « coronavirus compatibles ». Mais, et de manière inespérée, la COVID est aussi source d’un espoir renouvelé : des retraité·es qui ont vécu le confinement dans des petits appartements dans les centres urbains en plaine cherchent des maisonnettes à rénover dans les Apennins. Aux dires des personnes sur la terrasse, ielles seraient nombreu·ses. Ielles cherchent des échappatoires, aussi par peur d’une « deuxième vague à l’automne ». « Espérons-le », dit Dina, qui s’étonne du fait que, ces dernières années, des familles aient acheté des maisons dans la région : une famille russe, une famille anglaise, des Chinois·es. « Si on me l’avait dit, il y a 30 ans, je ne l’aurais jamais cru », ajoute-t-elle, incapable de comprendre ce que ces personnes cherchent dans un territoire qui, à ses yeux, a très peu à offrir.

  • 1 Traduction : « Un territoire imaginé. Ancienne et nouvelles migrations dans un village des Apennins (...)

6S’il y a ainsi celleux qui cherchent un petit bout de paradis dans ces vallées et ces montagnes, il y a aussi celleux qui, en revanche, y arrivent par hasard, parce que les politiques migratoires nationales en ont décidé ainsi, à leur place. Avant l’arrivée au pouvoir de Salvini, il s’agissait de demandeurs et demandeuses d’asile accueilli·es dans la région, dans les communes de Berceto et Bove, dans le cadre de projets gérés par la Cooperativa Fantasia. Une répartition sur le territoire national, décidée par Rome, critiquée par Maria Molinari – oui, la même Maria qui nous a fait découvrir les délices de Dina – dans son livre Un territorio immaginato. Vecchie e nuove migrazioni in un paese d'Appennino1 (Molinari, 2020, page 105) :

  • 2 Peine restrictive de la liberté individuelle consistant en l'obligation de résider dans un lieu iso (...)

7« Ce qui a été réalisé dans certains cas a été d’envoyer les personnes au confino2 : accueillir dans des lieux dépeuplés ou dans des fractions de quelques centaines d’habitant·es, parfois dans des refuges de montagne où l’isolement et la non-connaissance du système, de la nouvelle culture, de la langue, l’éloignement avec la famille et l’absence de travail ou encore l’impossibilité de bouger, créent un isolement nuisible et qui est aggravé par le fait d’être confiné·e pendant des mois (parfois jusqu’à quelques années) dans une localité de montagne où personne ne passe. Ainsi faisant, on ajoute marginalisation à la marginalisation, silences à silences. Cette double marginalisation n’est positive ni pour la personne ni pour le territoire dans lequel elle est contrainte à vivre. »

Photo 3. Couverture du livre de Maria Molinari, Un territorio immaginato, 2020

Photo 3. Couverture du livre de Maria Molinari, Un territorio immaginato, 2020

© Mup Editore

8Si, comme nous l’explique Maria, pour la majorité des personnes à la recherche d’un refuge, l’expérience en montagne n’est qu’une étape, parfois douloureuse, pour d’autres c’est le début d’une nouvelle vie. Pourtant, parmi ces voyageurs et voyageuses, qui arrivent dans la région parce que contraint·es, une poignée y reste, car ielle a trouvé un travail, et parfois a réussi à faire venir sa famille. Ces montagnes, ielles ne veulent plus les quitter.

9Certainement une autre source d’étonnement pour Dina, à qui, hélas, je n’ai pas posé la question…

Haut de page

Bibliographie

Molinari M, 2020.– Un territorio immaginato. Vecchie e nuove migrazioni in un paese d’Appennino (MUP Editore).

Haut de page

Notes

1 Traduction : « Un territoire imaginé. Ancienne et nouvelles migrations dans un village des Apennins ».

2 Peine restrictive de la liberté individuelle consistant en l'obligation de résider dans un lieu isolé et éloigné. Transformé en 1930 d'une peine à une mesure de police, il a ensuite été déclaré constitutionnellement illégal et remplacé par l'obligation de résider dans une municipalité spécifique, à titre préventif (définition du Vocabulaire Treccani). Il est aujourd’hui utilisé en italien comme synonyme de « relégation », « bannissement ». A noter que le terme « confine » est aujourd’hui couramment utilisé en italien pour définir la « frontière ». La proximité sémantique entre « confine » et « confino » est intéressante à souligner, et mériterait à elle seule un approfondissement que je n’ai pas le temps de développer dans le cadre de ce bref texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 2. Trattoria de Dina
Crédits Photo : Alberto Campi, août 2020.
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/7197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Photo 3. Couverture du livre de Maria Molinari, Un territorio immaginato, 2020
Crédits © Mup Editore
URL http://journals.openedition.org/rga/docannexe/image/7197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Del Biaggio et Camille Noûs, « Un village des Apennins à la croisée des chemins », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine [En ligne], Lieux-dits, mis en ligne le 09 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rga/7197

Haut de page

Auteurs

Cristina Del Biaggio

Maîtresse de conférences, Université Grenoble Alpes et Laboratoire PACTE.

Articles du même auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La Revue de Géographie Alpine est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page

Actualités


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search