Navigation – Plan du site

AccueilRubriques annexesAppels à articlesSanté humaine et santé environnem...

Santé humaine et santé environnementale des territoires de montagne

Appel à articles. Dates limites : 12 novembre 2021 (résumés), 1er mars 2022 (articles). Comité de suivi éditorial : Laine Chanteloup (Université de Lausanne. Institut de géographie et Durabilité, Centre Interdisciplinaire de recherche sur la montagne, Suisse) laine.chanteloup@unil.ch et Thora Herrmann (Department of Ecosystem Services, Helmholtz-Centre for Environmental Research - UFZ, Leipzig, Allemagne & German Center for Integrative Biodiversity Research (iDiv) Halle-Jena-Leipzig, Allemagne) thora.herrmann@gmail.com. Comité de suivi pour la Revue de géographie Alpine : Coralie Mounet (codirectrice) coralie.mounet@univ-grenoble-alpes.fr et Olivier Vallade (olivier.vallade@msh-alpes.fr) secrétaire de rédaction.

Contexte

Lieux d’activités (agro)pastorales, espaces de ressourcement, ou encore lieux de loisir, depuis l’antiquité jusqu’à aujourd’hui les socio-écosystèmes de montagne sont caractérisés par les relations étroites et réciproques entre humains, animaux et environnement. Or, les changements climatiques, les pollutions et l’érosion croissante de la biodiversité contribuent à transformer ces espaces naturels et à altérer les interfaces humains-environnement (Palomo, 2017 ; Peters et al., 2019). De même, la croissance démographique rapide et l’étalement urbain (y compris dans certains milieux de montagne) sont autant d’éléments qui contribuent à fragmenter les espaces naturels, à changer le paysage et à multiplier les espaces de rencontre entre les humains, les animaux et les habitats (Bolon et al., 2018 ; Vlès, 2014). À cela s’ajoute l’actuelle épidémie mondiale liée au coronavirus SARS-CoV-2 qui a mis en évidence la nécessité d’adopter une approche systémique de la santé, où la santé humaine ne peut être disjointe de la santé animale ni de celle des écosystèmes (Parodi, 2021). En effet, selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) 60 % des maladies humaines infectieuses existantes sont d’origine animale ; 75 % des maladies émergentes sont d’origine zoonotique (OIE, 2021 ; Jones et al., 2008). Ces zoonoses, notion créée par le médecin Rudolph Virchow au XIXème siècle, sont liées à la santé de l’environnement.

L’émergence du concept “One Health” / « une seule santé »

C’est dans ce contexte des changements socio-environnementaux anthropogéniques et en continuité du concept “One medicine” (Schwab, 1984) que s’est développé le concept “One Health” ou « une seule santé » en français (Zinsstag et al., 2011). Introduit en 2004 sous l’initiative “One World, One health” par la Wildlife Conservation Society (WCS) (Morand et al., 2020), le concept « une seule santé » a été adopté par la communauté internationale en 2008 (FAO et al., 2008). Depuis la signature d’un accord de collaboration (Tripartite Concept Note) en 2010 (OMS-FAO-OIE, 2010), ce concept est promu par les institutions internationales l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).

« Une seule santé » fait la connexion entre trois dimensions : la santé de l’environnement, celle des animaux et celle des êtres humains et ce à différentes échelles (local, national et mondial). Différentes expertises sont ainsi mobilisées telle que la médecine humaine, la médecine vétérinaire, la santé publique, l’urbanisme, les sciences de l’environnement, etc. La mise en œuvre de cette approche repose ainsi sur les collaborations interdisciplinaires et intersectorielles et amène à travailler de manière collaborative et transdiciplinaire (Simos 2020 ; Min et al., 2013). Cependant, selon Parodi (2021, p. 2-3) : « sur le terrain cette approche se heurte à de multiples difficultés, techniques, financières et aussi humaines. À tous les niveaux, opérationnel, mais aussi dans le domaine de la recherche et dans celui de la formation des futurs acteurs, médecins et vétérinaires notamment, chacun reste, trop souvent encore, enfermé dans sa discipline ou son domaine d’action. […] La répétition de crises sanitaires en est la sanction ».

One Health va au-delà des zoonoses et permet d’insister sur l’appréhension holiste de la santé humaine (Zinsstag et al., 2020), où les aspects physiologiques n’ont pas la primauté mais sont à mettre en relation avec d’autres éléments tels que le bien-être des populations (Fleuret & Atkinson, 2007). Ce concept interpelle ainsi les approches socio-écosystémiques de la santé.

L’approche “One Health” et milieux montagnards

Les socio-écosystèmes de montagne revêtent une importance particulière pour les relations étroites et réciproques entre humains, faune et environnement (Bernbaum, 2006 ; Cruikshank, 2007 ; Doré et al. 2015). Ils comptent parmi les écosystèmes les plus sensibles (espèces endémiques, changements climatiques) et constituent donc un lieu privilégié́ d’application et d’analyse de l’approche One Health.

Différents enjeux autour du triptyque humains-animaux-environnement ont par exemple émergés ces dernières années dans les Alpes : de la crise des bouquetins du Bargy aux marmottes diabétiques en passant par la surfréquentation de sites naturels lors de la crise Covid. L’approche One Health offre à la fois des clés de lecture de la dynamique des socio-écosystèmes de montagne, un cadre de réflexion épistémologique et des pistes pour penser une meilleure gouvernance de la santé des territoires de montagnes.

Thèmes attendus

Cet appel propose de traiter de ces différentes entrées à travers trois axes thématiques et un axe transversal. Nous invitons les contributeurs, quelle que soit leur discipline d’origine, à nous faire parvenir leurs résumés autour des questionnements définis ci-dessous :

Axe thématique 1 : la montagne - lieu de ressourcement et de bien-être

Si dès le XIXème siècle la construction de sanatoriums et le développement du thermalisme ont contribué à forger un imaginaire lié au bien être et à la santé appuyant le développement de l’activité touristique des territoires de montagne (Hagimont, 2017), c’est la littérature romanesque dont le roman de Thomas Mann La montagne magique (prix nobel de littérature de 1929), qui va contribuer à forger le mythe de la montagne comme lieu de soin afin de lutter notamment contre la tuberculose (Guillaume, 1991). La montagne apparaît alors comme un univers physique permettant de se couper de son quotidien, lieu de conquête, elle offre un contact privilégié avec divers éléments du milieu naturel et selon les cultures elle représente un lieu de rapprochement avec le divin (Ben Dridi, 2016).

Les environnements de montagne ne sont toutefois pas toujours positifs pour les corps, les hauts reliefs pouvant affecter différentes fonctions vitales. Malgré ces risques, diverses pratiques de ressourcement liées à ces milieux ont continué à se diffuser : des pratiques de cueillette de plantes comestibles et médicinales à la multiplication des sports de nature. Ces derniers offrent par exemple de multiples possibilités d’expérimenter et de se lier à l’environnement naturel, participant à la ré-création de pratiquants aux modes de vie de plus en plus urbains (Bourdeau et al., 2011). Toutefois ces pratiques ne sont pas sans effets sur le milieu investi. Les phases de déconfinement suite à la crise du COVID 19 ont notamment montré comment certains territoires de montagne pouvaient se retrouver “envahis” par un public en quête de contacts avec la nature, participant de fait à la dégradation de ce qu’ils étaient justement venus chercher.

Différents questionnements peuvent donc être abordés au sein de cet axe thématique.

  • Dans quelle mesure les connexions à la nature façonnent-elles le bien-être des humains en montagne ?

  • Quels rôles jouent les non-humains pour le bien-être des populations (air pur, végétation, biodiversité…) ?

  • Quels sont les impacts d’une augmentation de la présence anthropique et des activités de ressourcement sur les socio-écosystèmes de montagne (p.ex. dérangement de la faune par le tourisme, pollution des milieux fragiles, etc.) ?

Les articles sont ici invités à questionner la place de la montagne comme lieu de ressourcement et de bien-être, mais aussi à questionner les effets de certaines pratiques pour la santé de ces socio-écosystèmes sensibles.

Axe thématique 2 : santé et écologie du paysage en montagne

Dans sa préface du numéro spécial de Carnets de paysage concernant les liens entre Santé et Paysages, Jean-Marc Besse énonce que la problématique de la santé conduit à questionner les liens entre les lieux habités et les êtres afin d’envisager les multiples relations (matérielles, pratiques, sensibles) que l’humain entretient avec son milieu et les caractéristiques de ce milieu (2020 : 6). Dans la continuité de l’axe précédent il conviendra ici de questionner la santé par l’entrée paysagère en s’intéressant aux paysages habités par divers existants, humains et non humains (Khalsi et Uhl, 2020). Cette entrée paysagère pourra par exemple interroger le rôle joué par les éleveurs et bergers, mais aussi par leurs divers compagnons non humains, vaches, moutons, chiens pour l’entretien et le maintien des pâturages en montagne (Dupré et al., 2015, p. 202). Les pâturages apparaissent aujourd’hui essentiels pour éviter la fermeture des milieux et maintenir une certaine biodiversité attachée aux milieux ouverts ou de mosaïques telles que les galliformes de montagnes (Losinger et al., 2011). Sur un autre registre, les grands projets d’aménagement en montagne (station de ski, barrages, exploitation/ ou plantation forestière de grande ampleur…) peuvent laisser des cicatrices paysagères importantes et transformer considérablement les sols (acidification par exemple). Des projets de restauration écologique peuvent alors être menés afin de compenser les effets de ces aménagements (Granjou et al., 2010). Ces restaurations en zone de montagne soulèvent de nombreux enjeux liés à la fragilité et spécificité des écosystèmes (autochtonie de la végétation par exemple) qui pourront être interrogés. À titre d’exemple, les questionnements suivants pourront être abordés :

  • Comment les éleveur.e.s intègrent-ils/elles les enjeux liés à la santé humaine, animale et celle de l’environnement dans leur conduite du pâturage ?

  • Quelles pratiques et techniques agricoles et/ou (agro)pastorales favorisant un usage respectueux des ressources écologiques montagnardes afin de garder le socio-écosystème montagne “en bonne santé” ?

  • Dans quelle mesure les projets de restauration écologique contribuent-ils à maintenir une montagne en santé ?

Axe thématique 3 : maladies, zoonoses et pratiques de gestion en montagne

Du Covid 19, à la grippe aviaire en passant par la fièvre porcine, les risques liés à la transmission de maladie entre animaux sauvages, animaux domestiques et l’humain sont omniprésents et amènent à repenser le rapport aux animaux, et à leurs gestions. Face à ce type de risques, les territoires de montagne ne sont pas en reste, en témoigne la crise des bouquetins du Bargy qui a ébranlé pendant quelques années la stricte protection du bouquetin en France. Le diagnostic de brucellose sur certains individus et les risques que cette maladie représentait pour l’industrie fromagère du reblochon a cristallisé de nombreuses tensions et controverses, soulevant des questionnements sur les modes de gestion appropriés du court au long terme (Arpin, 2018). Ce type d’évènements montre tout l’intérêt de l’approche One Health pour comprendre les multiples enjeux de l’émergence d’un problème publique et aide à analyser la pluralité des discours et des approches autour d’un problème de santé public imbriqué dans la santé environnementale. Les articles de cet axe interrogeront la santé des populations animales (domestiques et /ou sauvages) et les mesures de gestion adoptées. Ils pourront revenir sur des aspects historiques tels que l’éradication de la rage en montagne, traiter d’études de cas spécifiques ou adopter une dimension plus critique des mesures de gestion des milieux de montagne pour maintenir une montagne “en bonne santé” (plans de gestion d’espaces protégés, plans de prévention des risques, etc.) ? Quels sont les impacts à venir des enjeux liés aux zoonoses/ parasitismes sur les services écosystémiques en milieux de montagne et quelles stratégies de gestion devront être adoptées ?

Axe transversal : représentations, valeurs, attitudes et pratiques liées au triptyque humains-animaux-milieux montagnes pour une montagne “en santé”

Cet axe transversal invite diverses contributions autour de systèmes de représentations sociales et culturelles individuelles et/ou collectives développés autour du triptyque humain-animaux-environnement (Bortolamiol et al., 2017, p. 396) sur le thème de la santé. Les cultures montagnardes à travers le monde ont en effet développé certaines valeurs, mythes, rituels autour d’éléments biotiques (animaux, plantes) ou abiotiques (eau, roches) pour favoriser la santé des communautés. Quelles valeurs (matérielles et immatérielles), quelles attitudes sont associés aux animaux, aux montagnes vues à travers le prisme de One Health ? Quelles pratiques sociales et culturelles en résultent ?

Cet axe transversal abordera les multiples dimensions des rapports holistiques, étroits et réciproques de l’humain à l’animal, à autrui et à la montagne, et qui façonnent le sens du lieu dans diverses cultures montagnardes des Andes à l’Himalaya en passant par les montagnes européennes.

La vocation des articles soumis

Les articles soumis à ce numéro pourront prendre différentes formes. Nous accueillerons les articles qui présentent des analyses, dans une perspective pluridisciplinaire autour d’études de cas mobilisant le concept de “One Health” sur les territoires de montagne, ou interconnectant bien-être humain, bien-être animal, équilibre écologique. Nous accueillerons également des articles qui offrent des contributions théoriques et réflexives autour des approches holistiques de la santé en interrogeant ce que pourrait recouvrir l’idée « d’une montagne en santé ». Enfin, des articles qui discutent des enjeux méthodologiques pour la mise en œuvre d’une approche “One Health” / « une seule santé » seront également appréciés.

Calendrier

Les propositions d’articles d’environ 800 mots sont à envoyer en français (auteurs francophones) ou en anglais (auteurs d’autres langues) pour le 12 novembre 2021. Chaque proposition comportera les points suivants : titre, affiliation des auteur·es, courte description du contexte et des objectifs de l’article, du cadre conceptuel, de la zone d’étude, de la méthodologie et des principaux résultats en cas de contribution empirique ou théorique, ainsi que les références bibliographiques.

Le choix des articles retenus sera communiqué le 29 novembre 2021.

Les résumés sont à envoyer au comité de suivi éditorial, qui est composé de Laine Chanteloup (laine.chanteloup@unil.ch) et Thora Herrmann (thora.herrmann@idiv.de) ainsi que de Coralie Mounet, co-directice de la JAR/RGA (coralie.mounet@univ-grenoble-alpes.fr), ainsi qu’au secrétaire de rédaction : Olivier Vallade (olivier.vallade@msh-alpes.fr)

Les articles définitifs seront attendus pour le 1er mars 2022. La publication est prévue pour décembre 2022.

Les articles proposés représentent des contributions originales à la recherche et doivent respecter les objectifs scientifiques de la revue, les principes d’édition et les consignes de présentation. Les indications aux auteur·e·s sont à consulter sur le site. https://journals.openedition.org/rga/757

Conformément au fonctionnement de la revue, chaque contribution sera relue et évaluée anonymement par deux experts.

L’article doit être soumis dans une des langues de la revue : langues alpines – français, italien, allemand –, espagnol ou anglais. L’auteur·e doit au préalable prévoir la traduction dans la seconde langue après expertise. L’une des deux versions doit être en anglais. Si l’article est proposé en anglais au départ, la traduction doit être faite en français.

Bibliographie

Bibliographie citée

Arpin I. (2018). « Lutter contre les zoonoses, vendre des produits d’origine animale et protéger des animaux sauvages : trois systèmes sociotechniques à l’épreuve de la brucellose des bouquetins du Bargy. » Journées scientitifiques de l’AEEMA, May 2018, Maisons Alfort, France. pp. 13-23. hal-02608730

Ben Dridi I. (2016). « La montagne en héritage : affections du corps, gestions syncrétiques d’infortunes, écritures de la mémoire collective et façonnement s des fiertés identitaires dans les Andes Centrales d’Equateur », Thèse soutenue à l’EHESS, Paris

Bernbaum, E. (2006). “Sacred mountains: Themes and teachings”. Mountain Research and Development, 26(4), 304-309.

Besse, JM., (2020). « Le paysage peut-il nous guérir ? », In Les carnets du paysage, Paysage de la santé Santé du paysage, 37, Actes Sud

Bolon, I., Cantoreggi, N., Simos, J., & Ruiz De Castañeda, R. (2018). « Espaces verts et forêts en ville : Bénéfices et risques pour la santé humaine selon l’approche "Une seule santé" (One Health)  ». Revue forestière française.

Bortolamiol, S., Raymond, R. & Simon, L. (2017). « Territoires des humains et territoires des animaux : éléments de réflexions pour une géographie animale. » Annales de géographie, 4(4), 387-407. https://doi.org/10.3917/ag.716.0387

Bourdeau, P., Mao, P. & Corneloup, J. (2011). « Les sports de nature comme médiateurs du "pas de deux" ville-montagne. Une habitabilité en devenir ? » Annales de géographie, 4(4), 449-460. https://doi.org/10.3917/ag.680.0449

Bolon, I., Cantoreggi, N., Simos, J., & Ruiz De Castañeda, R. (2018). « Espaces verts et forêts en ville : Bénéfices et risques pour la santé humaine selon l’approche "Une seule santé" (One Health) ». Revue forestière française.

Cruikshank, J. (2007). Do glaciers listen?: local knowledge, colonial encounters, and social imagination. UBC Press.

Doré, A., Compagnone, C., Dobremez, L., & Madelrieux, S. (2015). « Pâturage et cultures techniques de l’herbe. Les mondes de l’élevage des territoires de montagne du Vercors et de la Bigorre. » Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, (63), 56-73.

Dupré, L., Lasseur, J., & Poccard-Chapuis, R. (2015). « Faire pâturer, faire société, durablement. Éleveurs et élevages, entre inscription territoriale et changements globaux. » Techniques & Culture. Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, (63), 202-231.

FAO, OIE, WHO, UNSIC, UNICEF, WB . 2008. Contributing to one world, one health: a strategic framework for reducing risks of infectious diseases at the animal–human–ecosystems interface. [En ligne]. Disponible sur : https://www.preventionweb.net/publications/view/8627 (consulté le 24 juin 2021)

FAO, OIE OMS, The FAO-OIE-WHO Collaboration Sharing responsibilities and coordinating global activities to address health risks at the animal-human-ecosystems interfaces A Tripartite Concept Note. 2010 :1–8. [En ligne]. Disponible sur : https://www.who.int/influenza/resources/documents/tripartite_concept_note_hanoi_042011_en.pdf ?ua =1 (consulté le 24 juin 2021)

Fleuret, S., & Atkinson, S. (2007). “Wellbeing, health and geography: A critical review and research agenda.” New Zealand Geographer, 63(2), 106-118.

Guillaume P. (1991). « Tuberculose et montagne. Naissance d’un mythe. » In : Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°30, 32-39. doi : https://doi.org/10.3406/xxs.1991.2373

Granjou, C., Gaucherand, S., & Chanteloup, E. (2010). « De la réparation à la restauration. La revégétalisation des pistes de ski à l’Alpe d’Huez. » Journal of Alpine Research| Revue de géographie alpine, (98-3).

Jones, K. E., Patel, N. G., Levy, M. A., Storeygard, A., Balk, D., Gittleman, J. L., & Daszak, P. (2008). “Global trends in emerging infectious diseases.” Nature, 451(7181), 990-993.

Khalsi K., Uhl M., (2021). « Concevoir les existants.es. Les subjectivités autres qu’humaines en sciences sociales. », Cahiers de recherche sociologique, 69.

Lebov, J., Grieger, K., Womack, D., Zaccaro, D., Whitehead, N., Kowalcyk, B., & MacDonald, P. D. (2017). “A framework for One Health research.” One Health, 3, 44-50.

Losinger, Chautan et Magnani, (2011). « Pastoralisme et tétras-lyre. », Faune sauvage, n°291. 20-27

Min, B., Allen-Scott, L. K., & Buntain, B. (2013). “Transdisciplinary research for complex One Health issues: a scoping review of key concepts.” Preventive veterinary medicine, 112(3-4), 222-229.

Morand, S., Guegan, J., & Laurans, Y. (2020). « De One Health à Ecohealth, cartographie du chantier inachevé de l’intégration des santés humaine, animale et environnementale. » Iddri Décryptage, (4/20).

Organisation mondiale de la santé animale. (2021). « One Health, Une seule santé » à préserver [En ligne]. Disponible sur : https://www.oie.int/fr/ce-que-nous-faisons/initiatives-mondiales/une-seule-sante/ (consulté le 24 juin 2021)

Palomo, I. (2017). “Climate change impacts on ecosystem services in high mountain areas: a literature review.” Mountain Research and Development, 37(2), 179-187.

Parodi, A. L. (2021). « Le concept "One Health", une seule santé : réalité et perspectives. » Bulletin de L’academie Nationale de Medecine, 10.1016/j.banm.2021.05.001.

Peters, M. K., Hemp, A., Appelhans, T., Becker, J. N., Behler, C., Classen, A., & Steffan-Dewenter, I. (2019). “Climate–land-use interactions shape tropical mountain biodiversity and ecosystem functions.” Nature, 568(7750), 88-92.

Simos, J. (2020). Synthèse « La nouvelle approche de "une seule santé" (One Health). » Environnement, Risques & Santé, 5(1), 48.

Schwabe, C. W. (1964). Veterinary medicine and human health. Williams & Wilkins, Baltimore.

Vlès, V. (2014). Métastations : Mutations urbaines des stations de montagne. Un regard Pyrénéen. Presses universitaires de Bordeaux.

Zinsstag, J., Schelling, E., Waltner-Toews, D., & Tanner, M. (2011). “From “one medicine” to “one health” and systemic approaches to health and well-being.” Preventive veterinary medicine, 101(3-4), 148-156.

Zinsstag, J., Schelling, E., Waltner-Toews, D., Whittaker, M. A., & Tanner, M. (2020). One Health, une seule santé : Théorie et pratique des approches intégrées de la santé (p. 584). éditions Quae.

Haut de page

Actualités


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search