Navigation – Plan du site

Une entreprise orientaliste. Identité scientifique et échelles de rayonnement du Musée Guimet à l’époque de sa fondation

Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 79-98

Résumés

La biographie d’Émile Guimet, fondateur en 1879 à Lyon d’un musée des religions, est bien connue. Guimet a en effet laissé des écrits autobiographiques dont les faits saillants furent, dès son époque, largement relayés dans différents comptes rendus relatifs au musée. Sa figure d’industriel voyageur semble inscrire d’emblée le musée dans une dimension transnationale. Mais au-delà de cet arrière-plan biographique, la dimension transnationale du Musée demande à être envisagée de manière plus globale et systématique. Si, en philanthrope, Émile Guimet souhaitait contribuer à la diffusion du savoir vers les classes populaires à travers tout le territoire, le déménagement du Musée de Lyon à Paris, en 1889, incite à lire l’histoire de l’institution à différentes échelles : locale, nationale, internationale. À cet égard, la stratégie de positionnement scientifique du Musée s’avère cruciale. Combinant salles d’exposition, bibliothèque et séries éditoriales, le Musée se comprenait bien comme un véritable institut scientifique et entendait participer pleinement au mouvement contemporain d’essor des sciences religieuses en Europe. En analysant ses stratégies constantes de rayonnement international, cet article démontre l’importance, dans une perspective d’histoire transnationale, de prendre en compte la politique scientifique des institutions muséales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir, parmi une bibliographie abondante, Hervé Beaumont, Les aventures d’Émile Guimet. Un industri (...)

1Bien souvent, les musées refoulent la part transnationale de leur histoire. L’étranger est mobilisé plutôt comme échelle par rapport à laquelle se situer : tel musée appartient aux plus grands du genre dans le monde, tel autre fut parmi les premiers créés etc. À cet égard, le Musée Guimet de Paris représente un cas singulier. La personnalité haute en couleur de son fondateur Émile Guimet (1836‑1918) retient l’attention et situe d’emblée le musée éponyme dans le contexte de la découverte et de l’attrait de l’Occident pour l’Orient qui caractérise le XIXe siècle. Industriel issu d’une famille à la sensibilité artistique, Émile Guimet eut tôt le goût des voyages lointains et l’opportunité financière de les réaliser ; les collections qu’il constitua au cours de ses pérégrinations formèrent l’embryon de son musée et ceux qu’il eut l’occasion de visiter à l’étranger furent déterminants dans la genèse de ses conceptions muséographiques. Ces éléments sont connus des historiens1 et font partie intégrante de l’identité du Musée. Mais la logique dominante est d’ordre biographique : il s’agit de chercher dans la trajectoire personnelle du fondateur les principes initiaux d’organisation de l’institution. Or, le Musée Guimet présente d’autres traits saillants qui incitent à rechercher une vision plus globale et systématique de la part transnationale de son histoire.

  • 2  Voir Muriel Mauriac-Le Hénon, « Raisons et conséquences des transformations du musée Guimet dans l (...)

2Celle-ci est marquée par deux changements notoires. Fondé en 1879 à Lyon, le Musée Guimet fut transféré dix ans plus tard à Paris. Ce faisant, son statut passa de musée privé à musée public et national – il sera rattaché à la Réunion des musées nationaux en 1927. Ce premier changement invite à envisager l’histoire du Musée dans une perspective multiscalaire et à interroger l’articulation entre son insertion locale, régionale, nationale, et internationale. Une deuxième évolution d’importance concerne la destination même du Musée. Musée national des arts asiatiques depuis 1945, le Musée Guimet fut d’abord conçu comme un Musée des religions ; les objets étaient exposés dans une perspective moins esthétique qu’ethnographique et devaient renseigner le public sur les différentes religions du monde, en particulier orientales2.

3Si le statut épistémologique du Musée et son évolution constituent un horizon important de notre enquête, celle-ci sera centrée sur la première période de l’existence du Musée, jusqu’au décès d’Émile Guimet en 1918, lorsque prédomine encore le projet de musée des religions. Le Musée est conçu comme un véritable institut scientifique articulant étroitement le musée proprement dit (les salles d’exposition), une bibliothèque, des séries de publications (collections éditoriales et revue) et des activités à destination du public (enseignement de langues à Lyon, puis, à Paris, cycles de conférences). Du fait de ce caractère fortement intégratif, le Musée Guimet invite à redonner toute sa place dans l’histoire (a fortiori transnationale) des musées à la dimension scientifique de leur activité, souvent négligée. Le lien intrinsèque entre les différentes composantes du Musée et le fait qu’il soit dédié aux religions le firent percevoir comme proprement unique par les commentateurs français et étrangers. Toutefois, l’insertion du Musée dans un contexte plus large de développement des sciences religieuses (non théologiques) en Occident, son effort constant pour acquérir une stature internationale, et enfin sa fonction référentielle pour d’autres projets de musée à l’étranger invitent à poser à nouveau frais la question de son unicité.

Philanthropie, vulgarisation scientifique et dynamiques territoriales

  • 3  Hervé Beaumont, op. cit., p. 38‑39.

4Le lien le plus évident entre la qualité d’industriel d’Émile Guimet et son activité de fondateur et directeur de musée est que la première permit de financer la seconde : à commencer par les voyages à travers le monde au cours desquels il amassa objets et observations qui formèrent ensuite la base de son musée. C’est en outre son appartenance au milieu de la bourgeoisie cultivée qui favorisa son attrait pour les arts et la culture. Né en 1836, Émile Guimet était le fils de Jean-Baptiste Guimet, chimiste qui avait fait fortune en inventant une technique de fabrication du bleu d’outremer, et de Rosalie Bidault, femme cultivée et artiste peintre qui éveilla son fils aux productions artistiques en l’emmenant visiter les collections de peinture mais aussi d’égyptologie du Palais des Arts de Lyon3.

  • 4  Émile Guimet, Croquis égyptiens. Journal d’un touriste, Paris, Hetzel, 1867, p. 55‑56. Après son d (...)

5C’est dans les années 1860 qu’Émile Guimet, qui venait de prendre la suite de son père à la direction de l’usine familiale à Fleurieu-sur-Saône, près de Lyon, entama ses périples qui le menèrent en Espagne, en Allemagne, mais aussi en Europe orientale et en Égypte. Dans Croquis égyptiens. Journal d’un touriste (1867) il révèle la profonde impression que fit sur lui la visite du musée de Boulaq au Caire, en 1865. Décrivant une vitrine qui contenait les divinités du panthéon égyptien, Guimet se félicite de ce que le catalogue établi par l’égyptologue Auguste Mariette (1821‑1881), conservateur du Musée, identifiait chacune d’elles et indiquait leur datation, leur provenance et les circonstances de leur exhumation. Tout ceci permettait de ne plus les envisager comme de simples idoles et de ne plus considérer la religion égyptienne comme superstition4. La question de l’authentification des objets est également centrale dans sa description, parue un an plus tard, de la Pinacothèque d’Athènes qui abritait des fragments archéologiques provenant de l’Acropole. En contrepoint à ce qu’il avait observé au Caire, il déplorait l’absence de catalogue et de notice indiquant « la valeur historique ou la provenance de chaque objet », et s’exclamait :

  • 5  Émile Guimet, L’Orient d’Europe au fusain. Notes de voyage, Paris, Hetzel, 1868, p. 40. Guimet vis (...)

La Provenance, c’est la pierre d’achoppement de tous les musées ! Quand donc comprendra-t‑on qu’une collection n’apprend rien tant que l’on ne sait pas les circonstances qui ont accompagné chaque découverte ; quand donc les archéologues auront-ils le soin de ne rien exhumer sans faire une sorte de procès-verbal de la trouvaille5 ?

  • 6  Émile Guimet, Esquisses scandinaves, relation du Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhisto (...)

6Transparaît ici un intérêt pour les objets qui dépasse le simple amateurisme ; si Guimet plaide pour une authentification systématique, c’est bien parce qu’à ses yeux, les objets valent moins pour eux-mêmes que pour les renseignements qu’ils peuvent livrer sur le contexte historique qui les a vus naître. Les questions muséographiques le préoccupent donc dès avant l’établissement de son propre musée. En 1875, il proclama son enthousiasme face aux musées de Copenhague, visités en 1874 : « le musée ethnographique, le musée des Antiquités du Nord, le Muséum d’histoire naturelle et le musée des œuvres de Thorvaldsen sont autant de collections qu’on peut prendre pour modèles, soit comme système d’administration, soit comme moyens d’exhibitions, soit comme clarté de classement ». Là encore, c’est l’effort didactique qui tient lieu de gage de qualité. Les conservateurs l’impressionnent par leur activité d’enseignement et de « démonstration des objets catalogués » ; les « vitrines des collections » répondent en tout point à son idéal, destinées qu’elles sont à « meubler l’intelligence et la pensée de faits intéressants dont la portée philosophique est le but ». Admirant, enfin, les « séries très complètes des divinités de tous les pays » présentées au musée ethnographique, il en forgeait le sentiment qu’en France, il faudrait « au plus tôt fonder une collection dont les enseignements sont si attrayants et si profitables6 ». Dès son retour à Fleurieu il commença à rassembler ses premières collections, parmi lesquelles l’égyptologie prédominait.

7Dans les années 1870, ses voyages prirent une ampleur inédite, avec un tour du monde qui le mena en 1876‑1877 des États-Unis au Japon puis en Chine, à Ceylan, en Inde du Sud et en Méditerranée en compagnie du peintre Félix Régamey (1844‑1907) – nouvelle occasion de concilier activité industrielle et intérêt scientifique, puisqu’il se rendit à l’Exposition universelle de Philadelphie où le bleu outremer fut primé. Surtout, il avait obtenu du gouvernement français une mission d’étude scientifique des religions de l’Extrême-Orient, dans l’idée de constituer un musée des religions. Dès son retour en 1877, fort d’une immense collection d’artefacts acquis à titre personnel, mais aussi enrichi d’une connaissance intime du bouddhisme japonais et du shintoïsme (la mission ayant été l’occasion de visites de temples et d’entretiens oraux approfondis avec des moines, qu’il publia la même année), il se lança dans la réalisation de son projet.

  • 7  Désormais : AM et RHR. Les publications du Musée Guimet paraissaient chez l’éditeur Ernest Leroux. (...)
  • 8  Voir l’autoprésentation d’Émile Guimet dans Émile Guimet. Cinquantenaire. 1er janvier 1860‑1er jan (...)
  • 9  H. Beaumont, op. cit., p. 68.
  • 10Le jubilé du Musée Guimet. Vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879‑1904, Lyon, E. Leroux (...)

8Le musée fut inauguré deux ans plus tard, en 1879 ; il ne se résumait pas à un lieu d’exposition, mais comportait également une bibliothèque, deux séries de publications – la Revue de l’histoire des religions et les Annales du Musée Guimet, cette dernière comprenant les collections « Bibliothèque d’études » et « Bibliothèque de vulgarisation7 » –, et enfin une école de langues orientales où officiaient notamment deux Japonais. L’ensemble constituait dans l’esprit d’Émile Guimet un tout organique et témoignait de son engagement pour la diffusion des connaissances scientifiques. Là encore, les deux versants, muséal et industriel, de ses activités prouvent leur entrelacement. La volonté d’Émile Guimet d’instruire le peuple s’inscrivait en effet plus largement dans une démarche paternaliste et philanthropique dont il se targuait volontiers et qui le conduisit à créer des fanfares, des écoles, des salles d’asile, à s’investir dans des sociétés de secours mutuels, etc.8. Il témoigna d’ailleurs de certaines accointances avec le Saint-Simonisme, rendant visite à Ferdinand de Lesseps lors de son séjour en Égypte, et donnant dans les années 1880 des conférences au Cercle Saint-Simon, dont il fut membre de 1883 à 18879. Si les assertions autobiographiques sont souvent sujettes à caution, il y a une certaine cohérence dans les propos rétrospectifs d’Émile Guimet, lorsqu’il mettra sur le même plan ses œuvres philanthropiques et la fondation de son musée, toutes destinées à donner aux ouvriers « la santé de l’esprit et le bien-être du corps ». La même logique aurait fait porter son intérêt sur les religions car, disait-il, « les créateurs de systèmes philosophiques, les fondateurs de religion avaient eu les mêmes pensées10 ».

9Émile Guimet a donc tout du notable éclairé, ce qui inscrit le projet du musée dans une tension entre son ancrage local assumé et sa dimension intrinsèquement internationale – par l’origine même des collections comme par son ambition scientifique. Mais le choix de Lyon était-il tenable, alors même que les études orientales en France restaient largement concentrées à Paris et qu’en outre, le chantier du musée n’était pas soutenu par la municipalité lyonnaise (seule une partie du bâtiment avait été construite) ? Face à ces difficultés, Émile Guimet résolut de transférer son musée à Paris. Un article paru en 1884 dans la RHR constate que l’institution était plus connue à l’étranger qu’en France et précise :

  • 11  « Le Musée Guimet jugé à l’étranger », RHR, t. 9, 1884, (p. 111‑114), p. 114.

Il est certain que le Musée Guimet exercerait une plus grande action, jouirait de plus d’influence à Paris qu’à Lyon ; il serait davantage visité, non seulement par la population parisienne toujours avide de curiosités, mais encore par les habitants de la province et les étrangers qui viennent en bien plus grand nombre à Paris qu’à Lyon. En outre (…) mieux qu’à Lyon il pourrait devenir le centre des études relatives à l’histoire des religions, puisqu’il grouperait plus aisément autour de lui les nombreux savants dont le concours lui est indispensable11.

  • 12  Musée Guimet, Historique, Fêtes du Cinquantenaire…, op. cit. Le document précise qu’une pétition d (...)

10Guimet offrit alors à l’État les collections du musée et le fonds de la bibliothèque (environ 13 000 volumes à l’époque) ; en contrepartie, la Ville de Paris devait céder le terrain, et l’État financer la construction du bâtiment à parts égales avec Émile Guimet, puis assurer des crédits récurrents à l’institution. À l’issue d’âpres négociations, la loi afférente fut votée le 7 août 1885 et le Musée Guimet de Paris ouvrit ses portes en 188912.

  • 13  AMG, Seconde séance du Comité conseil du Musée Guimet du 25 mai 1908 : « Les dépôts provisoires et (...)
  • 14  S(alomon) R(einach), « Émile Guimet », Revue archéologique, 5e série, T. 8 (juill.-déc. 1918), (p. (...)

11À l’occasion du déménagement, le Musée devenait donc national à la fois sur le plan du rayonnement et en termes statutaires. Cela devait avoir des conséquences sur la constitution du fonds du musée, qui s’enrichit au fil des ans de dons privés, d’autres issus de missions scientifiques (du spécialiste des cultures khmère et cham Étienne-François Aymonier ou du sinologue Édouard Chavannes, par exemple), ainsi que de dépôts provisoires émanant d’autres musées, comme Cluny ou le Louvre13. Les circulations d’objets témoignent de ce que le Musée occupait désormais une position centrale ; mais elles incitent aussi à envisager la vie du musée à différentes échelles d’analyse géographique : locale (le paysage muséal parisien), nationale (la répartition territoriale des musées et la question de la centralisation) et enfin internationale (l’importation d’objets orientaux et le rayonnement du musée). Les archives du Musée font apparaître que celui-ci fut engagé dans la répartition d’artefacts et d’objets archéologiques orientaux entre les différents musées de province, et ce bien avant son rattachement à la Réunion des musées nationaux en 1927. À l’issue de la campagne de fouilles que le Musée avait initiée dans le cimetière égyptien d’Antinoé au tournant du siècle, par exemple, des lots de momies et d’étoffes furent adressés à une longue liste de musées, de Bayonne à Rouen en passant par Angers. Outre les politiques publiques de répartition entre musées et le fait que le Musée Guimet cherchait à se défaire d’objets qu’il avait en surnombre, ce type d’envois participait aussi d’une ambition d’alimenter en biens archéologiques les musées de province14.

  • 15  Septième séance du Comité-Conseil du Musée Guimet du 17 janvier 1920. L’arrêté ministériel afféran (...)
  • 16  Le Comité-Conseil revint sur cette orientation lors de la Cinquième séance du comité-Conseil du 29 (...)
  • 17  Émile Guimet continua à résider à Fleurieu, où se trouvait son usine ; il venait régulièrement à P (...)

12Sa propre expérience lyonnaise l’avait certainement sensibilisé aux besoins et à la précarité de ces derniers. La recherche de cadres administratifs pérennes continua de figurer au rang de ses préoccupations, comme en atteste la mise en place (le 28 mai 1907) d’un Comité-Conseilchargé « de conseiller l’Administration du Musée sur toutes les questions d’ordre scientifique, et de veiller à la bonne gestion des collections et de la Bibliothèque15 ». Lors de sa quatrième séance, le 26 mai 1910, le Comité-Conseil discuta de l’opportunité de soumettre au vote du budget de 1911 au Parlement l’octroi de l’autonomie financière pour le Musée, après lui avoir déjà obtenu le statut de personnalité civile. Émile Guimet fit valoir qu’il fallait « donner à cette campagne un but général pour tous les Musées et toutes les sociétés savantes et (…) qu’après avoir obtenu l’autonomie financière qui permettrait de faire des recettes, il faudrait que ces institutions puissent reporter sur les budgets suivants les sommes non employées », ce qui leur permettrait « de se développer financièrement sans faire appel aux contribuables ». Au-delà du Musée Guimet lui-même, c’était le statut des musées de France dans leur ensemble qui était visé16. Émile Guimet n’avait d’ailleurs pas complètement renoncé à un musée lyonnais, et la réouverture d’un Musée Guimet de Lyon fut relancée dès 191217.

La construction d’une identité scientifique

13Pour présenter aux visiteurs les religions du monde et plus particulièrement de l’Extrême-Orient, le Musée était organisé par aires géographiques (avec une subdivision précise en courants religieux ou sectaires) et chacune était illustrée par une surabondance d’objets : artefacts, maquettes architecturales, manuscrits, photographies…, autant par souci didactique que pour créer une ambiance foisonnante censée évoquer l’Orient.

  • 18  Comité-Conseil du Musée Guimet, Exposé par M. Guimet, Lyon, A. Bonnaviat, 1907.

14Au-delà de la transmission de connaissances, le Musée avait été conçu comme un acteur à part entière de la production savante. Lors de la fondation du Comité-Conseil, Guimet rappela son désir que le Musée fonctionnât comme « un laboratoire scientifique où l’on fer(ait) des études, des analyses de croyances, des recherches d’histoire, des comparaisons de procédés sociaux18 » : d’où une politique de collaboration active avec les plus grands spécialistes en France et à l’étranger. Ainsi le Musée s’est construit au fil des ans une identité scientifique qui l’aidait à remplir sa mission d’édification intellectuelle du peuple, mais devait aussi assurer son rayonnement intellectuel. Gérant son musée en entrepreneur de la science, Guimet avait parfaitement compris que son « usine scientifique » devait reposer sur un réseau de savants de premier ordre.

  • 19  L. Courtes, « Le musée Guimet (musée national des religions) », L’Anthropologie, 1887/4, (p. 476‑4 (...)
  • 20  Sur l’évolution générale des études religieuses en France voir François Laplanche, La Bible en Fra (...)

15En tant que Musée des religions, c’est avec les spécialistes de sciences religieuses que le Musée Guimet entretenait des liens privilégiés. Son développement doit être compris à la lumière de l’essor de ce domaine en France dans le dernier quart du xixe siècle, décennies riches en débats qui précédèrent le vote de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. En 1880, alors que le Musée Guimet venait d’ouvrir ses portes à Lyon, une chaire d’histoire des religions fut créée au Collège de France et confiée au protestant libéral Albert Réville (1826‑1906). La décision du transfert du Musée de Lyon à Paris coïncida en outre avec la création de la Ve section de l’École pratique des hautes études, dédiée aux sciences religieuses, en 1886. Réville en fut le premier Président ; les crédits débloqués provenaient de la suppression de la faculté de théologie catholique de Paris. La Ve section et le Musée entretinrent d’emblée des liens très étroits. En 1882 déjà, Maurice Vernes (1845‑1923), qui dirigeait la RHR depuis sa fondation en 1880, avait appelé de ses vœux le financement par les ministères de l’Instruction publique et du Budget d’un ensemble qui serait composé d’« une école supérieure des sciences religieuses, comptant une quinzaine de chaires avec bibliothèque et musée appropriés19 ». Vernes enseignait alors à la Faculté de théologie protestante, haut lieu du protestantisme libéral qui avait déménagé de Strasbourg à Paris en 1877 suite à l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne. Ce transfert joua un rôle important dans le développement des sciences religieuses à Paris, dont l’optique consistait à soumettre toutes les religions à l’examen scientifique (philologique, historique, ethnographique20).

  • 21Jubilé du Musée Guimet, op. cit., p. 14.

16Si Guimet affichait son impartialité en matière de débats religieux et affirmait vouloir simplement « semer de la graine de savant21 », le transfert du Musée à Paris et les savants directement impliqués dans ses activités l’inscrivaient dans le contexte plus général de laïcisation du rapport aux religions. Après Vernes, la RHR fut dirigée à partir de 1884 par Jean Réville (1858‑1904), fils d’Albert, qui comptait au rang des ardents promoteurs de la laïcité.

  • 22  L. Courtes, art. cit., p. 476.

17Le développement des sciences religieuses était aussi favorisé à l’échelle européenne par l’essor de nouvelles branches des études orientales, de l’ethnologie et de l’anthropologie, et enfin des études mythologiques. C’est bien dans un contexte européen qu’un article paru dans L’Anthropologie en 1887 replace le Musée Guimet. Pour l’auteur, le musée était d’autant plus nécessaire que la science des religions, bien que due en grande partie aux travaux des orientalistes français du début du siècle (Champollion, Abel Rémusat, Eugène Burnouf), s’était exportée en Hollande, en Allemagne et en Belgique où elle disposait de nombreuses chaires. En France en revanche, elle reculait de plus en plus face aux offensives des catholiques22.

  • 23  Abbé Z. Peisson, « Le musée Guimet et l’enseignement officiel des religions en Europe », Annales d (...)
  • 24Ibid., p. 44.
  • 25Ibid., p. 47‑48.

18Peu de temps après, en 1888, un prêtre catholique fit valoir un tout autre point de vue dans Les Annales de l’Extrême-Orient et de l’Afrique. Il mettait lui aussi explicitement le Musée en rapport avec des développements à l’échelle européenne : « Pour mieux comprendre l’importance (du Musée), nous voulons surtout rappeler l’état actuel, en Europe, de l’enseignement des religions qui prend déjà une si large place dans les programmes officiels23 ». Mais, rattachant pour sa part les origines de la science des religions à l’Allemagne, il reprochait à ces études d’avoir « enlevé de plus en plus » leur « caractère confessionnel (aux religions) pour tomber dans le rationalisme absolu24 ». La Hollande allait d’ores et déjà plus loin en ce sens, les facultés de théologie des universités d’État y étant laïques depuis 1877. L’auteur pointait le rôle actif du théologien protestant C. P. Tiele (1830‑1902) dans cette réforme, auteur dont Vernes avait traduit le principal opus en français (Manuel de l’histoire des religions, 1885). Pour l’Angleterre, l’Abbé évoquait le glissement des célèbres Hibbert lectures, conférences initialement dédiées à la théologie, dans le sens de l’étude des religions. On sait qu’un certain nombre de leurs conférenciers (dont F. Max Müller et Monier Monier-Williams) contribuèrent aux Annales du Musée Guimet. Quant à la France, si l’auteur reconnaissait la « grande valeur » et la « haute impartialité » des travaux de la Ve section, les noms de ses enseignants ne lui paraissaient pas « de nature à rassurer les consciences catholiques » : or c’était bien « à ce même mouvement religieux que se rapport(ait) la création du Musée Guimet25 ».En tout état de cause les différents camps en présence considéraient le Musée et ses publications comme d’importants vecteurs de l’installation en France des sciences religieuses et de leur essor ailleurs en Europe, de la Belgique à l’Écosse.

  • 26  Des extraits du compte rendu figurent in ibid., p. 47.

19L’intérêt du Musée pour l’ensemble des religions du monde ne fut pas sans éveiller la méfiance des autorités : en rassemblant les objets des cultes les plus divers, Émile Guimet ne remettait-il pas en cause la prééminence du christianisme ? Ces questions soulevèrent un vif débat lors de la séance du Conseil de la ville de Paris de 1885 qui devait statuer sur l’opportunité d’attribuer un terrain et des fonds au Musée26. Un conseiller estimait que la ville avait « mieux à faire que de consacrer un million à l’installation d’un musée de superstitions » ; un autre protesta qu’il était au contraire « très utile pour la libre-pensée d’avoir à Paris ce musée » : présenter les diverses formes de superstition était le meilleur moyen de démystifier le fait religieux. Le débat portait donc sur la manière dont le grand public allait comprendre ce qui était exposé. Ne serait-il pas plutôt tenté d’adhérer aux superstitions mises en scène ? C’est alors la comparaison avec le Louvre qui fut utilisée par les partisans du musée pour écarter le danger de prosélytisme :

il y a déjà bien des divinités au Louvre (…) mais ce qui nous manque c’est un musée qui nous présente uniquement et côte à côte les divinités de toutes les religions et rien que ces divinités. Il faut que l’on trouve catalogués les dieux de l’antiquité à côté des dieux vendus chez les marchands d’idoles de la rue Saint-Sulpice. Un musée de ce genre, en permettant d’établir des comparaisons entre les différentes divinités et d’en tirer des enseignements, frappera l’esprit de la population d’une manière extrêmement utile.

20Les fronts couraient dont tout autant entre partisans et opposants des religions, qu’à l’intérieur de ces camps respectifs. Finalement, ceux qui voulaient défendre la religion se laissèrent convaincre par l’argument selon lequel la foi était suffisamment solide pour ne pas « s’effaroucher » de « l’ouverture d’un musée de curiosités ».

  • 27  L’article « A Living Mummy », The Scottish Antiquary, or, Northern Notes and Queries, vol. 16, n°  (...)
  • 28The Art Amateur, vol. 11, n° 1, June 1884, p. 7. Jean Réville qui préparait un compte rendu de cet (...)

21À côté des publications, la bibliothèque du Musée jouait aussi un rôle important dans la diffusion des connaissances sur les religions. Outre sa fonction patrimoniale et documentaire, elle accueillait des manifestations diverses, conférences destinées à être ensuite publiées dans les Annales, mais aussi spectacles de danse ou de musique orientaux, présentation de vêtements antiques27, et même l’exécution de rituels religieux. Deux cérémonies bouddhiques furent célébrées respectivement en 1891 et 1893 en présence de personnalités éminentes du monde politique, artistique et savant, ce qui, pour les détracteurs du musée, confirmait son prosélytisme en faveur des religions orientales. Dès 1884, la rumeur avait d’ailleurs couru à l’étranger qu’Émile Guimet avait profité de sa mission gouvernementale en Extrême-Orient pour « faire croire aux prêtres indiens et chinois qu’il était officiellement chargé de collecter des documents et des idoles afin de remplacer, en France, le catholicisme par le bouddhisme28 ! ».

  • 29  Cette analyse sociologique du Musée Guimet est partagée par Roland Lardinois, L’Invention de l’Ind (...)

22L’intense activité culturelle et mondaine du musée témoigne d’un certain sens des affaires chez Émile Guimet ; mais surtout, cela fait apparaître le Musée Guimet comme une incarnation de la sociologie contrastée des milieux orientalistes français du xixe siècle29. En France, les études orientales avaient peiné à s’institutionnaliser ; en dehors du Collège de France, de l’EPHE et de l’École des langues orientales, très peu de chaires y étaient consacrées dans les universités. Comme la Société asiatique de Paris à ses débuts (dont Émile Guimet fut membre), et même s’il s’en différenciait par son philanthropisme militant, le Musée rassemblait des savants professionnels et des amateurs éclairés, appartenant à des classes sociales variées, dont, pour certains, la haute bourgeoisie et la noblesse.

Réseaux transnationaux : le musée, les congrès internationaux et les expositions universelles

23Situé de la sorte à l’interface entre spécialistes et grand public, le Musée Guimet partage une caractéristique fondamentale des expositions universelles et des congrès scientifiques internationaux : toutes manifestations qui se développent, à l’instar du musée, dans la deuxième moitié du xixe siècle, et dans lesquelles Émile Guimet s’impliqua personnellement.

  • 30  Voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « ‘Les grandes assises de l’orientalisme’. La question intercultur (...)
  • 31  « Quatrième circulaire, 23 mai 1873, Section Japonaise, projet de programme », Congrès internation (...)

24Réuni pour la première fois à Paris en 1873, le Congrès international des orientalistes fut l’un des premiers congrès scientifiques à être créés30. Léon de Rosny (1837‑1914), son fondateur, enseignait le japonais à l’École des langues orientales et présidait la Société d’ethnographie de Paris ; il l’avait pensé comme le moyen de rassembler les philologues spécialistes de japonais pour établir un système unifié de transcription des « différents genres de textes usités au Nippon ». Sitôt annoncé, le projet rencontra un tel succès qu’il fut décidé d’en étendre le programme aux aspects historiques et culturels (littéraires, philosophiques, religieux…) mais aussi commerciaux, industriels et administratifs et, finalement, d’y englober l’ensemble des pays orientaux31. Les discours inauguraux des différentes sessions soulignent le caractère rassembleur du Congrès, qui permettait de renouer avec une vue synthétique des études orientales, menacée par la spécialisation accrue des connaissances scientifiques. Cette perspective englobante n’est pas sans évoquer ce que réalisera le Musée Guimet quelques années plus tard en plaçant dans un même bâtiment des traditions religieuses diverses, et en faisant dialoguer leurs spécialistes respectifs dans les mêmes organes de publication.

  • 32  Léon de Rosny fut également à l’origine de l’Alliance scientifique universelle fondée en 1877.

25Léon de Rosny partage un certain nombre de traits avec Émile Guimet. Certes, contrairement à lui il appartenait aux orientalistes de profession du fait de sa chaire à l’École des langues orientales, mais cette institution devait former des interprètes et des cadres de la diplomatie ; elle incarnait donc une orientation plus pratique de l’orientalisme que celle érudite et philologique du Collège de France – l’autre lieu principal d’enseignement des langues orientales en France au XIXe siècle. Grand voyageur, comme Guimet, de Rosny avait séjourné au Japon ; comme lui, il s’était formé en autodidacte aux langues et cultures de l’Orient. En fondant le Congrès il recherchait une position d’autorité qu’il n’aurait pu sinon acquérir face aux représentants de la tradition plus classique des études orientales. À l’instar d’Émile Guimet enfin, de Rosny fait figure de véritable entrepreneur de la science. Par quête de reconnaissance scientifique, mais aussi dans le désir de diffuser le savoir, il s’investit dans la création de diverses sociétés savantes, notamment, dans la foulée du Congrès de 1873, la Société d’études japonaises. Guimet comptait au rang des adhérents, aux côtés d’un autre voyageur et collectionneur, Henri Cernuschi (1821‑1896), fondateur du musée éponyme d’art asiatique32.

26Dès les années 1870, Guimet participa lui-même activement aux congrès scientifiques internationaux – Congrès international des orientalistes dès sa première session, mais aussi Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistorique. À ses propres dires, cette curiosité scientifique aurait contribué de manière décisive à la genèse du projet du Musée. En 1874, c’est en se rendant au Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistorique organisé à Copenhague qu’il put visiter les musées érigés en modèles muséographiques dans les Esquisses scandinaves.

  • 33  Pour des illustrations et photographies de l’Exposition, voir K. Omoto, F. Macouin, op. cit., p. 8 (...)
  • 34  « Extrait du registre des actes du comité national d’organisation », in : Congrès international de (...)

27Au retour de ses voyages en Extrême-Orient, c’est l’Exposition universelle de Paris de 1878 qui fournit à Guimet l’occasion de montrer au public les objets collectés au Japon, en Chine et en Inde : une salle leur était consacrée dans une aile du Trocadéro33. Le lien organique entre congrès, expositions/foires et musées trouve ici une démonstration éclatante. En 1873, le Congrès international des orientalistes avait d’ailleurs organisé une exposition artistique (Exposition orientaliste) pour laquelle le ministère des Travaux publics avait mis à disposition des salles du Palais de l’Industrie ; Cernuschi y avait exposé sa collection d’art asiatique de près de 4 000 pièces et, dans la foulée, acquis le terrain destiné à recevoir son futur musée34.

  • 35  Voir « Discours d’ouverture de M. Le Baron Textor de Ravisi », in : Congrès provincial des orienta (...)

28Peu après son exposition au Trocadéro, Émile Guimet prit en charge l’organisation du Congrès des orientalistes de Lyon (31 août-7 septembre 1878), qui s’inscrivait dans le cadre d’une série de congrès provinciaux directement liés au Congrès international des orientalistes de 1873. Comme exposé dans un « Rapport du comité de direction de la session inaugurale du Congrès international des orientalistes » présenté par la Société d’ethnographie de Paris, la deuxième session du Congrès, tenue à Londres en 1874, avait fait apparaître un certain retard de l’orientalisme français en regard de l’Angleterre et de l’Allemagne. Patronnés par la Société d’ethnographie, les congrès orientalistes provinciaux visaient ainsi à dynamiser l’orientalisme français en en équilibrant la pratique sur le territoire national35. Celui de Lyon prit place après de premières « assises » organisées à Saint-Etienne en 1875, puis Marseille en 1876. En s’investissant dans ce projet, Émile Guimet articulait donc les différentes échelles de la diffusion de la science et de l’activité culturelle au même titre qu’il le fera plus tard à travers son Musée.

  • 36  « Inauguration du Musée Guimet », RHR, t. 20, 1889, p. 346.
  • 37  Voir « News of the Profession. The International Congress of Orientalists », The Far Eastern Quart (...)
  • 38  Voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science la robe au vent. Les congrès internationaux des orien (...)
  • 39  Ainsi que, selon les sessions, Barbier de Meynard, Charles Schefer, Michel Bréal, Paul Regnaud. Cf (...)

29Ainsi, les congrès scientifiques internationaux et les expositions universelles ont joué un rôle de premier plan dans l’élaboration du projet du Musée Guimet comme dans son installation dans le paysage des études orientales. Finalement reportée « pour des raisons d’ordre intérieur » à novembre 1889, l’inauguration du nouveau Musée transplanté à Paris avait initialement été prévue au printemps pour coïncider avec l’ouverture de l’Exposition universelle36. En 1897 la visite du Musée figure parmi les activités culturelles proposées aux participants à la XIe session du Congrès international des orientalistes qui se réunissait pour la seconde fois à Paris ; ce sera à nouveau le cas lorsque le Congrès reviendra dans la capitale en 194837. Ces manifestations ont aussi été un levier important de la reconnaissance scientifique d’Émile Guimet, et, à travers lui, du Musée lui-même. Il assista à la plupart des sessions successives du Congrès orientaliste, y présentant lui-même des communications scientifiques, et y occupa régulièrement les fonctions de délégué du gouvernement français, statut convoité qui ouvrait droit à des défraiements par le ministère de l’Instruction publique. Les candidats étaient sélectionnés par le ministre sur l’avis d’orientalistes reconnus. Participer aux congrès, à titre officiel qui plus est, devint d’autant plus un gage d’appartenance à la communauté scientifique des orientalistes qu’au fil du temps, les savants de profession avaient de plus en plus contesté la place des amateurs au sein du Congrès38. Dans la plupart des cas, c’est vers Henri Cordier (1849‑1925), professeur à l’École des langues orientales, que le ministère se tournait pour établir la liste des délégués. Cordier était très lié au Musée Guimet, dont il fera d’ailleurs partie du Comité-Conseil. Il n’est donc guère étonnant que la délégation soit restée remarquablement stable d’une session à l’autre et qu’elle ait été composée de personnalités scientifiques étroitement liées au Musée : Cordier, Guimet, mais aussi Émile Senart et Henri Maspéro39.

Troc international et politique patrimoniale

  • 40  Cité par Léon de Milloué, « Le septième Congrès international des orientalistes : session de Vienn (...)

30Les congrès se déroulaient selon des rituels précis : discours inauguraux, exposés scientifiques, mais aussi visites touristiques et culturelles, banquets, présentations d’ouvrages scientifiques. Le Musée Guimet avait parfaitement compris qu’il y avait là une opportunité de diffuser ses productions scientifiques et de les intégrer dans le corpus général de l’activité orientaliste internationale ; au Congrès des orientalistes de Vienne en 1886, Émile Guimet offrit les publications du Musée en soulignant que « nombre des membres du Congrès » y avaient signé des articles et que, par conséquent, il s’agissait « d’un cadeau que le congrès fait au congrès, un hommage que vous vous adressez à vous-mêmes40 ».

31Au-delà même de cette configuration particulière des congrès, c’est bien à un niveau international que s’est déployée la politique patrimoniale du musée, que ce soit au niveau de la bibliothèque ou du Musée à proprement parler.

  • 41  AMG, Seconde séance du Comité-Conseil du Musée Guimet, 25 mai 1908.

32En effet, si les fonds de la bibliothèque émanaient en grande partie de dons de particuliers et d’institutions (éditoriales, muséales ou académiques), ils étaient aussi le fruit d’une véritable politique de troc, au sein de laquelle les publications du Musée servaient de monnaie d’échange dans une circulation qui s’effectuait tant au niveau national qu’international : « l’alimentation (de la Bibliothèque) est assurée par une correspondance et des échanges incessants avec les instituts scientifiques des deux mondes41 ». Le rapport de la troisième séance du Comité-Conseil du Musée Guimet du 15 juin 1909, indique que la Bibliothèque s’est enrichie en une année de plus de six cents volumes par le biais de dons émanant de personnalités du monde colonial français (en Indochine), de savants de différents pays (en l’occurrence : les Allemands Albert Grünwedel, Hermann Oldenberg, Otto Münsterberg, le Britannique William Jackson, le Belge Louis de la Vallée Poussin, etc.), mais aussi résultant de « nouveaux services d’échanges ». Le rapport précise :

Les publications du Musée s’échangent très régulièrement avec les grands instituts scientifiques du monde entier, il convient d’ajouter quelques nouveaux services dont l’énumération pourra immédiatement faire saisir l’opportunité :
– Revue des études ethnographiques et sociologiques
– Écoles allemandes de Rome et d’Athènes
– Theological Review. Harvard University
– Revista degli Studi orientali
– École de théologie

33Certes les échanges de publications avec des « instituts scientifiques » étaient pratique courante de la part des musées. Dans le cas du Musée Guimet, elles semblent néanmoins avoir revêtu un relief particulier du fait de l’ambition d’être reconnu comme un acteur scientifique à part entière et de l’association des plus éminents spécialistes internationaux à ses publications.

  • 42 Pour ne citer qu’un exemple, voir Proceedings of the American Philosophical Society, January 7, 18 (...)
  • 43  L. Courtes, art. cit., p. 482.

34Le Musée Guimet pratiquait une telle politique d’insertion dans le paysage scientifique international depuis ses origines. Dès le début des années 1880, on trouve régulièrement mention dans les Proceedings of the American Philosophical Society de courriers reçus de la part du Musée pour solliciter des échanges de publications42 ; présentant en 1887 le Musée dont l’installation était en cours à Paris, un article de L’Anthropologie souligne la collaboration active de « savants du monde entier, une extension que n’avait jamais osé espérer son fondateur » et indique que « Les ouvrages publiés par le Musée (…) lui ont permis d’obtenir des échanges précieux avec presque toutes les sociétés savantes françaises et étrangères43 ».

  • 44  AMG, lettre de Wilhelm Grube au Musée Guimet, Berlin, 3 juin 1890.

35Outre les institutions scientifiques, les échanges avaient aussi lieu avec d’autres musées possédant leurs propres séries éditoriales. Dès 1890, des contacts avaient été établis avec le Museum für Völkerkunde de Berlin. Après être venu visiter le musée Guimet, Wilhelm Grube (1855‑1908), assistant du directeur Adolf Bastian, envoya à Paris le guide et des photos du Musée berlinois44. Au début du xxe siècle, le Musée Guimet prit une conscience accrue de la nécessité de liens systématiques avec les musées à l’étranger. Le rapport du Comité-Conseil du 25 mai 1908 témoigne de cette politique volontariste :

Le Musée comprend parfaitement la nécessité de nouvelles relations scientifiques, il désire étendre son champ d’action aux œuvres qui doivent opportunément solliciter son attention. Monsieur Guimet s’est principalement consacré dans son voyage de l’an dernier aux Musées allemands dont l’extension rapide et rationnelle constitue un très appréciable enseignement. (…) Après une réception charmante Monsieur le Ministre mit M. Guimet en rapport avec M. le Conseiller interne Dr Eilsberger directeur au Ministère qui avec une bonne grâce charmante s’enquit immédiatement des mesures qui faciliteraient l’établissement de rapports immédiats entre les Musées allemands et le Musée Guimet. M. Guimet visita sous ces auspices Cologne – Berlin – Leipzig – Dresde – Nüremberg – Mayence – Francfort – Würzbourg (sic) – Heidelberg – Trêves, etc.

  • 45  AMG, Seconde séance du Comité-Conseil du Musée Guimet, 25 mai 1908.

Le voyage d’études amena des relations immédiates entre les Musées allemands et le Musée Guimet45.

  • 46  AMG, 3e séance du Comité-Conseil du Musée Guimet, 15 mai 1909. Le lien entre le statut de délégué (...)

36C’est donc un véritable tour d’Allemagne des musées qu’Émile Guimet entreprit en 1907. L’année suivante, il le compléta encore en retournant à Berlin avant de visiter les musées de Munich, Ratisbonne et Kiel, élargissant aussi l’horizon des prises de contacts à l’Angleterre (Londres), la Suisse (Zurich), l’Autriche (Innsbruck) – là encore, son statut de délégué à différents congrès favorisa ses déplacements46. L’extrait de rapport précité donne une présentation irénique des relations transnationales. À une période où les relations franco-allemandes n’étaient pas des plus harmonieuses, prédomine ici l’urbanité de relations qui passent principalement par le canal diplomatique. Les relations consistent principalement en échanges de publications, mais aussi d’objets : des « lots d’étoffes provenant des fouilles d’Antinoë » sont « envoyées » à presque tous les musées susmentionnés, et certains reçoivent aussi des poteries issues des « fouilles de Florence, Vichy, Antinoë, etc. ». En contrepartie, le Musée Guimet reçoit du musée romain germanique de Mayence des moulages de poteries gallo-romaines, et de Wurtzbourg, des « reproductions de pierres gnostiques ».

37Ne donnant pas de liste plus précise des objets échangés et ni de détails quant aux éventuelles négociations, les rapports ne permettent pas de connaître la valeur attribuée à ces artefacts, ni les équivalences mises en jeu dans le troc. Cette approximation tend à donner aux transactions le caractère d’échanges de bons procédés diplomatiques, comme si l’acte même des donations respectives importait autant, voire plus, que leur contenu. La recherche de liens avec le nombre le plus exhaustif possible d’institutions conforte aussi cette hypothèse. Comme avec les musées de province, les objets semblent d’ailleurs avoir été sélectionnés surtout en fonction des surplus du musée de départ.

  • 47  Ibid.
  • 48  M. Mauriac-Le Hénon, art. cit., p. 93 indique que Guimet exposait les moulages et les copies parmi (...)

38Les moulages représentaient une part importante des échanges. Ainsi, parmi les dons reçus de l’étranger par le Musée Guimet en 1907‑1908, figure « la copie du Sphinx de Balasote (sic) l’un des monuments les plus étranges d’un art composite dont on retrouve les traces peut-être même les origines en Crète », adressée par le Musée des reproductions artistiques de Madrid avec « trois moulages de têtes archaïques » ; le tout était troqué contre « des moulages et des portraits funéraires47 ». Les moulages étaient particulièrement nombreux pour la partie concernant la Grèce, Rome et la Gaule, qu’il s’agissait de renflouer pour réduire le déséquilibre entre elle et les collections orientales, plus fournies, du Musée48.

  • 49  AMG, Huitième séance du Comité Conseil du Musée Guimet du 23 décembre 1920.

39La systématisation de liens scientifiques avec d’autres institutions s’avéra utile dans le contexte d’« impécuniosité » qui toucha le Musée après le décès d’Émile Guimet. En effet, à la disparition de celui qui en était resté le principal mécène, la faiblesse des dotations d’État apparut crûment. Les séries éditoriales furent les premières touchées, conduisant à espacer les publications. Dans le contexte de la guerre et de l’après-guerre, les administrateurs du Musée étaient aussi confrontés à la diminution des dons de particuliers et durent réfléchir à des vecteurs moins fragiles de constitution des collections. Les réseaux internationaux prirent dans ce cadre une importance renouvelée. Les échanges de publications avec les pays ennemis qui avaient été interrompus par la guerre reprirent au moins partiellement dans les années 1920. Les relations scientifiques avaient été officiellement renouées entre la France et l’Autriche ; des négociations furent aussi engagées entre le Musée et des instituts et des particuliers allemands « qui ne (s’étaient) pas personnellement signalés par une attitude hostile à notre égard ». Enfin, la Bibliothèque du Musée fut habilitée à recevoir « des livres sur le compte officiel des réparations de guerre » dues par l’Allemagne49.

  • 50Ibid.

40Dans le même contexte, les liens développés par le Musée avec des personnalités scientifiques de premier plan prouvèrent leur utilité, par exemple lorsque James Frazer proposa qu’une traduction française du Rameau d’Or paraisse dans les Annales du Musée Guimet. Le célèbre auteur britannique avait négocié en amont avec l’éditeur Geuthner le fait que le Musée achèterait deux cents exemplaires à raison de trois mille francs par volume. Frazer lui-même mettait la somme correspondante à disposition du musée, en échange de quoi celui-ci était tenu d’assurer « la distribution des volumes à lui remis, aux Établissements scientifiques et aux savants avec qui il échange régulièrement des publications ». Ainsi, le savant étranger garantissait au Musée la possibilité de publier un ouvrage déjà mondialement connu, et lui donnait pour mission d’en assurer la diffusion dans d’autres institutions muséales et scientifiques en France et à l’étranger50.

Mesurer l’insertion internationale du musée

41La proposition soumise au Musée Guimet par James Frazer peut aussi être lue comme un indicateur de la réussite de la stratégie mise en œuvre par le Musée pour acquérir une stature scientifique internationale. En opérant des sondages dans les archives du Musée, on trouve ainsi, mêlées aux factures des fournisseurs ou aux courriers échangés avec l’éditeur Ernest Leroux, des lettres provenant des plus illustres orientalistes de l’époque ; les contributeurs aux publications du Musée en constituent naturellement la plus grande part. En 1888, l’indianiste allemand Albrecht Weber décrivit de la sorte les séries éditées par le Musée :

  • 51  Albrecht Weber, « Le Musée Guimet », Nationalzeitung, 28 Sept. 1888, repr. in : Quousque tandem. D (...)

Beaucoup (de ces publications) sont d’excellents travaux, de même que parmi les collaborateurs figurent beaucoup des meilleurs de ceux qui travaillent dans ce domaine (…) Bref, c’est une guilde imposante qui est réunie ici et la Revue est une véritable mine pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des religions51.

42La correspondance conservée au Musée comprend également des lettres de visiteurs étrangers amateurs d’art asiatique ou de spiritualité orientale. Même s’ils n’offrent bien sûr pas de vue d’ensemble de la fréquentation du musée, ces courriers constituent des traces tangibles de l’existence d’un public étranger et des impressions retenues par celui-ci.

43Les comptes rendus parus dans les revues savantes, les revues d’art et les revues muséographiques constituent un moyen complémentaire pour évaluer la visibilité internationale du musée et appréhender la manière dont on percevait à l’époque sa place dans le paysage muséal international. Même si le corpus est éclaté et donc difficile à rassembler, les articles repérés offrent une première impression du type de revues et donc de publics intéressés par le Musée Guimet. La part prépondérante revient aux revues anthropologiques et ethnologiques (de manière logique, vu l’orientation ethnographique du Musée), loin devant celles d’art et de muséographie. Quant aux revues d’orientalisme, elles s’intéressent moins au Musée en tant que tel qu’à ses publications, dont elles publient régulièrement des comptes rendus. Les articles d’époque permettent aussi de se rendre compte que la création, puis le déménagement du Musée de Lyon à Paris furent relayés en temps réel à l’étranger, plusieurs revues relatant même l’adoption du projet de transfert en 1885.

  • 52The Collector, vol. 3, n° 14 (May 15, 1892), p. 217.

44Même si Émile Guimet ne faisait pas mystère de l’inspiration reçue d’autres musées étrangers pour son propre projet de musée, ces références sont totalement absentes des comptes rendus publiés sur l’institution à l’étranger. Au contraire, le Musée Guimet est unanimement présenté comme pionnier et « unique » en son genre. Ainsi,rendant compte en 1892 d’une exposition d’objets de culte indiens, chinois et africains organisée par le Missionary Museum of the board of Foreign Missions of the Presbytarian Church dans la bibliothèque universitaire de Philadelphie, la revue The Collector la présente comme « la première du genre dans ce pays (les États-Unis), et, à l’exception du Musée Guimet de Paris, la première au monde52 ». Le parallèle semble logique entre le Musée Guimet et une exposition touchant à l’histoire et la vie religieuse ; mais il est tout autant motivé par la notion d’accumulation d’un nombre prodigieux d’artefacts en provenance de régions diverses du monde.

45De fait, l’ampleur des collections (en termes tant de nombre que d’extension géographique) était bien perçue comme un élément distinctif du Musée Guimet ; une autre caractéristique étant l’intégration totale de la recherche et de l’activité éditoriale dans l’institution muséale. En 1933, la revue américaine d’anthropologie Man insistera encore sur le caractère remarquable de cette organisation :

  • 53  J.L.M., « Asiatic Mythology. By various authors. Introduction y Paul-Louis Couchoud (English trans (...)

Le Musée Guimet à Paris est une fondation presque sans équivalent, car il ne s’agit pas seulement d’un musée, d’une réserve de matériaux destinés aux études comparatives, mais d’un institut doté, à l’instar d’un College, d’une équipe d’éminents spécialistes des différentes religions de l’Orient et il a publié une longue série de mémoires issus en grande partie d’études impulsées et illustrées par ses soins pour relancer l’intérêt des savants et même du grand public pour la religion et la mythologie orientales et les arts les représentant53.

  • 54The Athenaeum, n° 4011, Sept. 10, 1904.

46Autant de traits qui valaient, selon l’auteur du compte rendu, au Musée Guimet d’être reconnu comme « le centre principal de ces études ». La même tonalité laudative ressortait déjà d’un article paru en 1904 dans la revue littéraire britannique The Athenaeum à l’occasion des 25 ans du musée. En guise de conclusion, l’auteur déplorait qu’aucun musée britannique ne pût attendre un soutien gouvernemental similaire à celui que le Musée Guimet, au statut public, recevait de l’État français. Mais du moins fallait-il espérer « que parmi (les) millionnaires (britanniques), il s’en trouve un doté de la même dévotion, du même esprit public et surtout du même savoir spécial que Monsieur Guimet ». En filigrane, l’article appelait ainsi de ses vœux l’établissement d’une institution similaire au Musée Guimet sur le sol anglais54.

  • 55  Filipa Lowndes Vicente, Altri Orientalismi. L’India a Firenze 1860‑1900, Florence, Firenze Univers (...)

47Pour autant, le Musée Guimet ne se rapprochait-il d’aucun autre musée existant ? En 1897, le sanscritiste Francesco Lorenzo Pullè remarqua à propos du Museo Indiano de Florence fondé en 1886 par Angelo de Gubernatis (un des artisans fervents du Congrès international des orientalistes), qu’il aurait dû représenter un équivalent du Musée Guimet et de l’Indian Museum de Londres. Outre que cette assertion néglige l’extension des collections du musée parisien qui ne se limitaient pas à l’Inde, elle souligne finalement plus l’écart que la proximité entre les deux musées, même si Guimet avait visité l’institution florentine dès 188755.

  • 56  W. H. Holmes, « The World’s Fair Congress of Anthropology », American Anthropologist, vol. 6, n° 4 (...)
  • 57  G. Brown Goode, « On the Classification of Museums », Science, New Series, vol. 3, n° 57, Jan. 31, (...)

48En 1893, le Dr Cyrus Adler (1863‑1940), bibliothécaire de la Smithsonian Institution, organisa dans le cadre de l’Exposition universelle de Chicago une exposition d’objets touchant à l’histoire des religions. Il en présenta le principe dans le cadre du congrès d’anthropologie organisé à l’occasion de cette même Exposition universelle. Comparant, dans ce texte, son propre projet à ce qui avait cours dans différents musées du monde dédiés aux religions, il citait côte à côte le Musée Guimet, le Musée du Latran à Rome, le Musée arabe du Caire et diverses expositions temporaires. Dépassant l’habituel constat d’unicité du Musée Guimet, cette énumération permet d’entrevoir quels autres musées étaient perçus comme semblables ; surtout, Adler déclarait que ces différentes institutions avaient inspiré la section religieuse qu’il venait de concevoir au sein du United States National Museum dépendant de la Smithsonian Institution56. Trois ans plus tard, tentant dans la revue Science d’établir une classification des types de musées en Europe, le zoologue G. Brown Goode (1851‑1896), qui était chargé de la réorganisation scientifique du National Museum, placera le Musée Guimet au côté des « musées d’ethnographie » tout en spécifiant qu’il en représentait un cas particulier, étant dédié à « un domaine spécial », à savoir « illustrer l’histoire des cérémonies religieuses parmi toutes les races humaines, un domaine qu’occupe aussi un département du National Museum à Washington57 ». Le parallèle ainsi effectué tend à confirmer que le premier servit de référence pour la création de la section religieuse du second.

  • 58  George A. Dorsey le qualifie dans The American Anthropologist (N.S, vol. 1, n° 3, juil. 1899, p. 4 (...)

49Le caractère inclassable du Musée Guimet renvoyait ainsi à sa double concentration, sur un fond presque exclusivement oriental d’une part, sur l’histoire religieuse d’autre part. Si le British Museum, le National Museum ou le Musée du Louvre possédaient de riches fonds orientaux, ceux-ci ne représentaient qu’un sous-ensemble de leurs collections respectives. Et si les artefacts exotiques peuplaient les musées d’ethnographie, ils n’y avaient pas pour vocation d’illustrer la seule vie religieuse des peuples représentés. À travers la question de la spécificité du Musée Guimet se jouait donc aussi celle du statut des objets58. Même si Émile Guimet considérait que la vie religieuse d’un peuple s’exprimait tout autant dans ses œuvres d’art et ses objets usuels que dans ceux directement liés aux cultes, l’accumulation d’artefacts de diverses natures à mesure des campagnes de collecte, des dons issus de missions et de legs particuliers tendait toutefois à dissoudre le propos relatif aux religions. D’autant qu’en amateur passionné de ses collections, Émile Guimet ne pouvait s’empêcher d’exposer sur des critères esthétiques les plus belles pièces de ses collections particulières. L’article de L’Anthropologie consacré au Musée en 1887 évoque cette tension entre le tropisme oriental et celui religieux :

  • 59  L. Courtes, « Le musée Guimet », art. cit., p. 478.

Le Musée Guimet est essentiellement consacré à l’étude des religions, qui y sont représentées par les images, les objets et les instruments sacrés servant aux sacrifices et cérémonies des différents cultes ; mais il est plus particulièrement oriental, tant parce que les croyances de l’Orient étant moins bien connues jusqu’à présent que les anciens cultes de l’Occident, il est indispensable de les éclairer par un plus grand nombre de pièces authentiques, d’époques diverses (…) que parce qu’elles ont une importance particulière pour l’étude de celles du monde gréco-romain. Toutefois, si la religion est son objectif principal, il ne fait pas moins une large place à l’archéologie historique et à l’art, qu’il est d’ailleurs aussi impossible de séparer de la religion que l’histoire des peuples, leur philosophie et leur littérature59 (…).

Épilogue. Refonte du musée et statut des objets

  • 60  Huitième séance du Comité Conseil du Musée Guimet du 23 décembre 1920 : « Le vide créé dans nos ga (...)
  • 61  M. Mauriac-Le Hénon, op. cit.

50Si la mort d’Émile Guimet avait porté un coup dur aux finances du Musée, elle fut aussi l’occasion de réorganiser les collections et d’y réintroduire une logique plus systématique60. Parmi les innovations de l’entre-deux-guerres figurent la création d’un Bulletin archéologique et d’un service photographique qui réunissait des photos utilisées en illustration des conférences, des clichés provenant de missions et d’autres reçus d’institutions comme le Musée du Cambodge ou l’École française d’Extrême-Orient. Signe de liens désormais plus manifestes avec l’entreprise coloniale française, les financements reçus émanaient de la Société des amis du musée, mais aussi de la Société française des amis de l’Orient, et au début des années 1930, le Musée reçut une partie des collections de l’Exposition coloniale. Les étapes de la transformation du Musée Guimet dans les années 1920 et 1930 jusqu’à sa nouvelle appellation de Musée national des arts asiatiques ont été retracées par Muriel Mauriac-Le Hénon61. Parmi les facteurs de changement, il y a, bien sûr, le rattachement à la Réunion des musées nationaux en 1927, qui amena une nouvelle répartition des fonds entre les Musées. Le Musée Guimet fit alors office de département des arts asiatiques du Musée du Louvre, dont il avait reçu les collections extrême-orientales en échange de ses propres collections égyptologiques. Muriel Mauriac-Le Hénon suppute l’influence conjointe, sur la réorganisation matérielle du musée, des institutions muséales américaines à caractère didactique et de l’architecture fonctionnelle et rationnelle du Bauhaus. La transformation du Musée doit alors, à nouveau, se lire à différentes échelles, dans l’articulation de facteurs nationaux et internationaux, et même prendre en compte des déterminants plus singuliers. Le site internet du Musée rappelle ainsi qu’en 1912, des collections d’art tibétain remplacèrent des ensembles d’iconographie religieuse, et qu’Émile Guimet accorda lui-même une place de plus en plus restreinte aux religions de l’Antiquité pour se concentrer sur l’Extrême-Orient (y compris dans son versant artistique) et favoriser l’exposition des objets collectés en Corée par Charles Varat (1842‑1893). Certes, la galerie coréenne disparut quasiment après la mort de Guimet, mais le recentrement de plus en plus marqué sur l’Extrême-Orient d’une part, et l’appréhension esthétique des collections d’autre part se confirmèrent.

51Au-delà du cas singulier du Musée, ces transformations indiquent l’opportunité qu’il y aurait à ouvrir un nouveau chantier d’histoire transnationale interrogeant (en les comparant mais aussi en étudiant les effets de circulation) le statut variable des objets orientaux selon leur attribution à des types spécifiques de musées. Les catégorisations disciplinaires, mentales et géographiques afférant à l’Orient trouveraient là un éclairage puissant et novateur

Haut de page

Notes

1  Voir, parmi une bibliographie abondante, Hervé Beaumont, Les aventures d’Émile Guimet. Un industriel voyageur, Paris, Arthaud, 2014 ; Françoise Chappuis et Francis Macouin, D’Outremer et d’Orient mystique. Les itinéraires d’Émile Guimet, Suilly-la-Tour, Sinklady, 2001 ; Jean-Gabriel Leturcq, « Émile Guimet », in : Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala, p. 471‑472 ; Keiko Omoto et Francis Macouin, Quand le Japon s’ouvrit au monde. Émile Guimet et les arts d’Asie, Paris, Découvertes Gallimard, 2001.

2  Voir Muriel Mauriac-Le Hénon, « Raisons et conséquences des transformations du musée Guimet dans les années 1930 », Livraisons d’histoire de l’architecture n° 1, 1er semestre 2001, p. 89‑104.

3  Hervé Beaumont, op. cit., p. 38‑39.

4  Émile Guimet, Croquis égyptiens. Journal d’un touriste, Paris, Hetzel, 1867, p. 55‑56. Après son déménagement à Gizeh en 1891, le nouveau directeur Eugène Grébaut écrira au Musée Guimet pour lui demander des conseils muséographiques : « Nos momies royales, Ramsès et autres, reposent actuellement dans des caisses en bois et verre indignes de leur majesté, et nous voudrions leur préparer des cages en glace avec coins ou cornières en métal. En visitant votre Musée, j’avais remarqué des vitrines d’un genre qui pourrait nous convenir. Je vous serais donc obligé de vouloir bien nous indiquer l’adresse de la personne qui a construit vos vitrines afin de pouvoir établir des devis. » (archives du Musée Guimet – désormais AMG – E. Grébaut au Musée Guimet, Palais de Gizeh, 10 mai 1892).

5  Émile Guimet, L’Orient d’Europe au fusain. Notes de voyage, Paris, Hetzel, 1868, p. 40. Guimet visita aussi la Roumanie et la Turquie. L’année suivante sa destination fut l’Algérie.

6  Émile Guimet, Esquisses scandinaves, relation du Congrès d’anthropologie et d’archéologie préhistorique, Paris, Hetzel, 1875, p. 42.

7  Désormais : AM et RHR. Les publications du Musée Guimet paraissaient chez l’éditeur Ernest Leroux. Une correspondance fournie entre Leroux et les conservateurs figure parmi les archives du Musée.

8  Voir l’autoprésentation d’Émile Guimet dans Émile Guimet. Cinquantenaire. 1er janvier 1860‑1er janvier 1910, Lyon, Legendre, 1910, ainsi que H. Beaumont, op. cit., p. 45.

9  H. Beaumont, op. cit., p. 68.

10Le jubilé du Musée Guimet. Vingt-cinquième anniversaire de sa fondation 1879‑1904, Lyon, E. Leroux, 1904, p. 8. Un document dactylographié de 1935, conservé à la BNF et intitulé Musée Guimet, Historique, Fêtes du Cinquantenaire, Émile Guimet (biographie), réaffirmera cette logique : « Grand industriel, l’effort d’organisation sociale des principaux fondateurs de religions l’intéressa vivement. ».

11  « Le Musée Guimet jugé à l’étranger », RHR, t. 9, 1884, (p. 111‑114), p. 114.

12  Musée Guimet, Historique, Fêtes du Cinquantenaire…, op. cit. Le document précise qu’une pétition de savants en faveur du transfert du musée pesa certainement sur le vote de la loi.

13  AMG, Seconde séance du Comité conseil du Musée Guimet du 25 mai 1908 : « Les dépôts provisoires et les Expositions donnent au Musée un caractère très attrayant de vitalité et d’activité. »

14  S(alomon) R(einach), « Émile Guimet », Revue archéologique, 5e série, T. 8 (juill.-déc. 1918), (p. 341‑343), p. 342 : « D’autres institutions, le Musée archéologique de Toulouse, la Faculté de Médecine de Bordeaux, les Musées de Nantes et du Havre, bénéficièrent de l’encombrement croissant du Musée parisien, obligé, pour ne point étouffer sous le poids de ses richesses, de créer des “filiales”. Agacé plutôt qu’entravé par l’effet de ses conventions avec l’État, Guimet n’en agissait pas moins en patron d’usine, autocrate et débrouillard ; les “bureaux” protestaient, mais finissaient par laisser faire ; le Mécène avait toujours le dernier mot. »
Guimet écrit au chef du Bureau du ministère de l’Instruction publique le 21 décembre 1903 (AMG) : « J’ai préparé des lots pour le Muséum anthropologique de Bordeaux, le Muséum de Lyon, le Musée des Tissus à Lyon, le Musée de Rouen…, le Musée de Toulouse, le Musée de Cahors, le Musée de Guéret.
Il y a encore quatre ou cinq lots qu’on pourrait donner.
Les momies abondent et il y en a bien cinq dont je ne sais trop que faire.
On pourrait peut-être faire des heureux à l’étranger.
J’ai déjà donné sur mes anciennes fouilles, des lots d’étoffes à Mulhouse (Musée Industriel), à Rome (Musée des arts décoratifs, Vatican), à Naples (Musée Décoratif), à Ravenne (Musée de la Ville), à Turin (Musée municipal). »

15  Septième séance du Comité-Conseil du Musée Guimet du 17 janvier 1920. L’arrêté ministériel afférant date du 22 novembre 1919.

16  Le Comité-Conseil revint sur cette orientation lors de la Cinquième séance du comité-Conseil du 29 mai 1911. Mais le projet d’autonomie financière revint en 1920 (lors de la Huitième séance du Comité-Conseil), afin que le Musée puisse « étayer de ses propres recettes l’effort généreux de ses donateurs ».

17  Émile Guimet continua à résider à Fleurieu, où se trouvait son usine ; il venait régulièrement à Paris mais gérait son musée principalement à distance comme en atteste sa correspondance avec le conservateur Léon de Milloué. Il est intéressant de noter qu’il écrivait sur un papier à lettres à en-tête non du musée, mais de son usine.

18  Comité-Conseil du Musée Guimet, Exposé par M. Guimet, Lyon, A. Bonnaviat, 1907.

19  L. Courtes, « Le musée Guimet (musée national des religions) », L’Anthropologie, 1887/4, (p. 476‑482), p. 476.

20  Sur l’évolution générale des études religieuses en France voir François Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique xvie-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994. Sur le rôle du protestantisme libéral dans les luttes pour la laïcité en France, voir Patrick Cabanel, Le Dieu de la République. Aux sources protestantes de la laïcité (1860‑1900), Rennes, PUR, 2003.

21Jubilé du Musée Guimet, op. cit., p. 14.

22  L. Courtes, art. cit., p. 476.

23  Abbé Z. Peisson, « Le musée Guimet et l’enseignement officiel des religions en Europe », Annales de l’Extrême-Orient et de l’Afrique, Tome onzième, juill. 1888-juin 1889, (p. 43‑54), p. 43.

24Ibid., p. 44.

25Ibid., p. 47‑48.

26  Des extraits du compte rendu figurent in ibid., p. 47.

27  L’article « A Living Mummy », The Scottish Antiquary, or, Northern Notes and Queries, vol. 16, n° 63, Jan. 1902 rapporte l’anecdote suivante (dont la véracité reste à prouver) : « (Albert Gayet, chef des fouilles d’Antinoé) rapporta la momie à Paris et la plaça au Musée Guimet. Ayant convié un public à sa conférence, il fit revêtir les vêtements de la momie à une jeune fille pour donner aux Parisiens curieux une idée de la toilette d’une femme égyptienne du IVe siècle ».

28The Art Amateur, vol. 11, n° 1, June 1884, p. 7. Jean Réville qui préparait un compte rendu de cette cérémonie pour la RHR demanda instamment à Léon de Milloué, conservateur du Musée Guimet, de signer l’article d’une initiale, pour « ne pas donner prise à la médisance de ceux qui s’en iraient volontiers dirent (sic) que je fais de la propagande bouddhiste » (AMG lettre de Jean Réville à Léon de Milloué, Paris-Auteuil, 16 avril 1891).

29  Cette analyse sociologique du Musée Guimet est partagée par Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 106‑108.

30  Voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « ‘Les grandes assises de l’orientalisme’. La question interculturelle dans les congrès internationaux des orientalistes, 1873‑1912 », in : W. Feuerhahn et P. Rabault-Feuerhahn (éd.), La Fabrique internationale de la science. Les congrès scientifiques internationaux de 1865 à 1945. Revue germanique internationale 12/2010, p. 47‑67.

31  « Quatrième circulaire, 23 mai 1873, Section Japonaise, projet de programme », Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la première session. Paris, 1873. Tome 1, Paris, Maisonneuve et Larose, 1873, (p. XVII-XVIII), p. XVII-XIX.

32  Léon de Rosny fut également à l’origine de l’Alliance scientifique universelle fondée en 1877.

33  Pour des illustrations et photographies de l’Exposition, voir K. Omoto, F. Macouin, op. cit., p. 8889.

34  « Extrait du registre des actes du comité national d’organisation », in : Congrès international des orientalistes. Compte rendu de la première session, Paris, 1873, t.I, p. XIV. Le transfert du Musée Guimet à Paris fut opéré l’année où l’Exposition universelle se tint à nouveau à Paris (1889).

35  Voir « Discours d’ouverture de M. Le Baron Textor de Ravisi », in : Congrès provincial des orientalistes. Compte rendu de la troisième session de Lyon, Lyon, Pitrat Aîné, 1879, p. 36 : « Vulgarisation, décentralisation et application de l’orientalisme, telle est l’œuvre du Congrès provincial des Orientalistes ; c’est la tentative de l’alliance de l’orientalisme scientifique (prisé seulement de quelques-uns) avec l’orientalisme pratique utile à la majorité ».

36  « Inauguration du Musée Guimet », RHR, t. 20, 1889, p. 346.

37  Voir « News of the Profession. The International Congress of Orientalists », The Far Eastern Quarterly, vol. 8, n° 2, Febr. 1949, p. 198: « There were special showings of Oriental treasures in the Musée Guimet, the Bibliothèque nationale, the Musée Cernuschi, the Archives nationales, and the École des langues orientales. »

38  Voir Pascale Rabault-Feuerhahn, « La science la robe au vent. Les congrès internationaux des orientalistes et la disciplinarisation des études orientales », in : Jean-Louis Chiss, Dan Savatovski, La disciplinarisation de la linguistique. Histoire et épistémologie ( = Histoire épistémologie langage, Dossier en ligne n° 5), 2012. URL http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/num5/articles/RABAULT_2012.pdf

39  Ainsi que, selon les sessions, Barbier de Meynard, Charles Schefer, Michel Bréal, Paul Regnaud. Cf. Archives nationales, Congrès international des orientalistes, F/17/3092/2.

40  Cité par Léon de Milloué, « Le septième Congrès international des orientalistes : session de Vienne, 27 septembre 1886 », RHR, t. 14, 1884, (p. 219‑227), p. 220.

41  AMG, Seconde séance du Comité-Conseil du Musée Guimet, 25 mai 1908.

42 Pour ne citer qu’un exemple, voir Proceedings of the American Philosophical Society, January 7, 1881, vol. 19, n° 108, p. 211‑213: « A letter requesting exchanges was received from M. de Moloux, Director of the Musée Guimet, Lyon. On motion, it was referred to the Committee on Publication with power to act ».

43  L. Courtes, art. cit., p. 482.

44  AMG, lettre de Wilhelm Grube au Musée Guimet, Berlin, 3 juin 1890.

45  AMG, Seconde séance du Comité-Conseil du Musée Guimet, 25 mai 1908.

46  AMG, 3e séance du Comité-Conseil du Musée Guimet, 15 mai 1909. Le lien entre le statut de délégué aux Congrès et les voyages entrepris dans différents musées européens est établi explicitement dans le rapport.

47  Ibid.

48  M. Mauriac-Le Hénon, art. cit., p. 93 indique que Guimet exposait les moulages et les copies parmi les originaux dans le but de « reconstituer un ensemble à partir d’une collection fragmentaire, et ceci afin de conserver à son projet son caractère pédagogique ». De son côté, Adolf Bastian, directeur du Museum für Völkerkunde de Berlin, envisageait l’acquisition, par échanges, de moulages du fonds khmer du Musée Guimet, comme le moyen d’accéder à un champ d’études novateur (A. Bastian, « Besprechungen », Zeitschrift für Ethnologie, 1896, (p. 98‑99), p. 99, note 1).

49  AMG, Huitième séance du Comité Conseil du Musée Guimet du 23 décembre 1920.

50Ibid.

51  Albrecht Weber, « Le Musée Guimet », Nationalzeitung, 28 Sept. 1888, repr. in : Quousque tandem. Der achte internationale Orientalistenkongress, und der Neunte ? Berlin, 1891, (p. 73‑78), 77.

52The Collector, vol. 3, n° 14 (May 15, 1892), p. 217.

53  J.L.M., « Asiatic Mythology. By various authors. Introduction y Paul-Louis Couchoud (English translation by F. M. Atkinson), London 1932 », Man, vol. 33, n° 41, Febr. 1933, p. 39.

54The Athenaeum, n° 4011, Sept. 10, 1904.

55  Filipa Lowndes Vicente, Altri Orientalismi. L’India a Firenze 1860‑1900, Florence, Firenze University Press, 2012, p. 204 et p. 289.

56  W. H. Holmes, « The World’s Fair Congress of Anthropology », American Anthropologist, vol. 6, n° 4, Oct. 1893, p. 423‑434. Adler joua un rôle important dans la mise en place de musées d’objets juifs aux États-Unis. Voir à ce sujet la contribution de Dominique Jarrassé dans ce volume.

57  G. Brown Goode, « On the Classification of Museums », Science, New Series, vol. 3, n° 57, Jan. 31, 1896, (p. 154‑161), p. 156. G. Brown Goode avait été l’instigateur de l’Exposition universelle de Chicago de 1893.

58  George A. Dorsey le qualifie dans The American Anthropologist (N.S, vol. 1, n° 3, juil. 1899, p. 462‑474: « Notes on the Anthropological Museums of Central Europe ») d’« unique en son genre » (apart by itself, p. 469).

59  L. Courtes, « Le musée Guimet », art. cit., p. 478.

60  Huitième séance du Comité Conseil du Musée Guimet du 23 décembre 1920 : « Le vide créé dans nos galeries par le retrait partiel de la collection privée de Mr Émile Guimet a été mis à profit pour un nouveau classement des objets exposés en vitrines. »

61  M. Mauriac-Le Hénon, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Rabault-Feuerhahn, « Une entreprise orientaliste. Identité scientifique et échelles de rayonnement du Musée Guimet à l’époque de sa fondation », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 79-98.

Référence électronique

Pascale Rabault-Feuerhahn, « Une entreprise orientaliste. Identité scientifique et échelles de rayonnement du Musée Guimet à l’époque de sa fondation », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1519 ; DOI : 10.4000/rgi.1519

Haut de page

Auteur

Pascale Rabault-Feuerhahn

Chercheur, UMR Pays germaniques-Transferts culturels, CNRS-ENS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals