Navigation – Plan du site

Franz Boas, le Musée d’Histoire Naturelle de New York et la galerie de Dresde

Isabelle Kalinowski
p. 113-132

Résumés

L’anthropologue d’origine allemande Franz Boas (1858‑1942) joua un rôle déterminant dans le développement des collections d’ethnologie du Musée d’Histoire Naturelle de New York, où il fut engagé comme assistant de 1896 à 1905. Il enrichit notamment le musée de plusieurs milliers d’objets de la côte nord-ouest après l’expédition Jesup dans le Pacifique Nord (1897‑1902). L’approche muséologique développée par Boas à New York était fortement marquée par son séjour antérieur au Musée d’Ethnologie de Berlin, où il avait catalogué la collection Jacobsen d’objets de la côte nord-ouest. Les standards muséographiques germaniques demeuraient pour lui la norme, en particulier le primat accordé aux fonctions de recherche sur l’offre de vulgarisation, mais aussi un mode d’exposition « sanctuarisé » et esthétisant, propice à la « concentration », dont le modèle restait pour lui la galerie de Dresde. La démission de Boas du Musée de New York, en 1905, procéda cependant peut-être moins chez lui d’un désaveu des fonctions de vulgarisation de musée que d’une réserve de fond sur un biais fondamental introduit par le musée en soi : la survalorisation des témoignages de culture matérielle par rapport aux composantes de culture immatérielle (objets de langage, musiques, mythes…).

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1 : Mâts totémiques dans un village haida, Queen Charlotte Island,
photographie tirée de Franz Boas, « The Jesup North Pacific Expedition »,The American Museum Journal, vol. III, 5 octobre 1905.

Fig. 1 : Mâts totémiques dans un village haida, Queen Charlotte Island,photographie tirée de Franz Boas, « The Jesup North Pacific Expedition »,The American Museum Journal, vol. III, 5 octobre 1905.

Muséologie

  • 1  Laurel Kendall, Igor Krupnik, « Introduction », in: Id. (éd.), Constructing Cultures then and now. (...)

1Sous la direction de Morris K. Jesup, qui en était le directeur depuis 1881, le Musée d’Histoire Naturelle de New York (American Museum of Natural History) fut considérablement agrandi entre 1889 et 1901 ; plusieurs ailes nouvelles furent ajoutées aux bâtiments existants. L’anthropologue d’origine allemande Franz Boas (1858‑1942), engagé comme assistant au musée de 1896 à 1905, joua un rôle déterminant dans le développement des collections d’ethnologie, dont les plus fameuses demeurent celles qui rassemblent des objets issus de la « côte nord-ouest » du continent américain. D’une ampleur sans précédent, l’expédition Jesup dans le Pacifique nord (1897‑1902), dont la direction fut de facto assurée par Boas, à la tête d’une équipe internationale et pluridisciplinaire explorant à la fois les régions de Sibérie orientale, du détroit de Béring et de l’extrême nord-ouest américain, permit de collecter un grand nombre d’objets et de documents venant enrichir les collections existantes : pour le seul domaine de la côte nord-ouest, ils représentent aujourd’hui encore la moitié des 16 000 « artefacts » inscrits à l’inventaire du musée1. La concurrence entre les musées américains, y compris les musées privés, mais aussi la demande croissante des collectionneurs tendaient à instaurer une véritable compétition sur le terrain, dont l’urgence d’un « sauvetage des cultures » n’était pas l’unique ressort.

  • 2  Cf. Franz Boas, The Kwakiutl of Vancouver Island, Leiden, E. J. Brill-New York, G. E. Stechert, 19 (...)
  • 3  La correspondance professionnelle entre les deux hommes, au ton souvent très personnel, rédigée po (...)
  • 4  Dans une lettre du 12 juillet 1903, Karl von den Steinen écrivait à Boas : « Bastian est revenu. I (...)
  • 5  Le 4 novembre 1903, Boas écrivait par exemple à von den Steinen : « J’ai fait photographier les sp (...)
  • 6  Le 1er août 1897, Karl von den Steinen se trouvait à San Francisco et annonçait à Boas qu’il s’éta (...)

2À Berlin, Boas avait travaillé au Musée d’Ethnologie en 1885‑1886, où il avait été chargé de cataloguer la collection d’objets de la côte nord-ouest vendue au musée par le capitaine Jacobsen (recueillie entre 1881 et 1883 en Alaska et Colombie britannique). Selon ses propres termes, « l’attrait irrésistible » et la « richesse de pensée » de ces œuvres avaient décidé de son départ et de sa vocation. En 1908, Boas évoquait son passage au musée de Berlin comme un moment de « bonne fortune » ; il mentionnait son « amitié étroite » avec Albert Grünwedel (1876‑1935), dont « le tempérament artistique » avait produit sur lui une « impression durable » ; le « génie versatile » de Felix von Luschan (1854‑1924) et les « fines appréciations » du sinologue Wilhelm Grube (1855‑1908) l’avaient également marqué2. Après son départ, il était resté en contact régulier avec ces anciens collègues et d’autres encore, en particulier Karl von den Steinen (1855‑1929) et Eduard Seler (1949‑1922). La correspondance inédite de Boas avec von den Steinen, amicale et ininterrompue, qui s’étendit sur plus de trente-cinq ans (1893‑1929), sera fréquemment sollicitée dans ce qui va suivre3. Adolf Bastian (1826‑1905), qui dirigea le musée jusqu’à sa mort en 1905, se souvenait de Boas avec sympathie4. Boas avait emporté avec lui aux États-Unis un carnet d’aquarelles (peintes par Grünwedel) représentant des masques de la collection Jacobsen. Une fois installé outre-Atlantique, il servit d’intermédiaire pour de nombreuses acquisitions d’objets nord-américains par le musée de Berlin, y compris après son départ du musée de New York5 ; une politique d’enrichissement des collections défendue sur place par Karl von den Steinen, qui se rendit parfois à l’occasion lui-même sur le terrain pour acheter des objets6.

3Après avoir quitté l’Allemagne pour les grands espaces du Nouveau Monde, Franz Boas continuait à appréhender les questions d’aménagement et d’architecture des musées américains par référence aux musées germaniques. C’est ce qui ressort d’une lettre adressée le 9 mai 1900 à Karl von den Steinen. À la demande de ce dernier et du directeur du musée de Berlin, Adolf Bastian, Boas leur avait adressé, suite au réaménagement du Musée d’Histoire Naturelle de New York, dans lequel il avait été impliqué depuis 1896, des plans de la nouvelle organisation des bâtiments, qu’il commentait dans sa lettre. Tout en saluant favorablement la politique d’expansion des départements du Musée d’Histoire Naturelle, notamment de celui d’ethnologie, auquel Jesup attachait une grande importance, Boas mettait en cause plusieurs « erreurs » de conception. Attentif à chaque détail matériel, il déplorait par exemple de manière récurrente le manque de « hauteur » des salles d’exposition, qui, conjugué au choix malencontreux de la « forme des fenêtres », plaçait les collections dans une « lumière défavorable » et multipliait les « reflets » dans les vitrines. Boas aurait souhaité laisser entrer dans le musée davantage de lumière naturelle en surélevant les ouvertures « jusqu’au plafond » au lieu de les faire débuter « au ras du sol » et en supprimant les arcs supérieurs qui « coupaient la meilleure luminosité ». L’anthropologue regrettait que les priorités architecturales aient prévalu sur les intérêts muséologiques.

  • 7  Franz Boas, Lettre à Karl von den Steinen, 9 mai 1900 (Archives AMNH).

4Un autre défaut de cette rénovation était l’absence d’une salle suffisamment élevée pour installer un « grand mât totémique ». Les collections indiennes de la côte nord-ouest ne pouvaient ainsi être présentées que de manière incomplète : « Nous ressentons très sérieusement le manque d’une salle haute comme le grand hall du Musée d’Ethnologie de Berlin7. » Peu suspect d’une quelconque complaisance à l’égard de ses interlocuteurs allemands, l’émigré n’avait cependant pas cessé de percevoir les standards muséographiques germaniques comme une norme d’excellence non encore dépassée aux États-Unis. Le musée de New York n’était pas vraiment un modèle à suivre, en un temps où la rénovation de celui de Berlin commençait à être envisagée (elle ne fut achevée qu’en 1926).

  • 8  Cf. Douglas Cole, Franz Boas. The Early Years 1858‑1906,Vancouver, Douglas & McIntyre-Seattle, Uni (...)
  • 9  Franz Boas, Lettre à Karl von den Steinen, 26 octobre 1903 (mention « Personal »).

5Au cours de l’été 1898, Boas avait passé plusieurs mois en Europe et effectué une tournée des grands musées d’Europe du Nord (Dresde, Munich, Amsterdam, Haarlem, Leyde, Londres, Brême, Hambourg, Brunschwig et Brauschweig) pour étudier leurs techniques d’exposition et, le cas échéant, organiser des échanges d’objets8. La comparaison transatlantique des musées s’étendait également aux questions administratives et financières : fin 1903 encore, Boas demandait à von den Steinen de lui envoyer « le détail complet du budget du Musée d’Ethnologie de Berlin, non tant les salaires que la liste de tous les membres de l’équipe, le nombre de personnes engagées pour le travail de bureau, les laborantins, les techniciens spécialisés, les gardiens, le budget des bâtiments, le montant total annuel et, si possible, une estimation approximative des fonds apportés au cours des dernières années par des sources privées9 ».

  • 10  Wolf Feuerhahn a étudié le cas de Hugo Münsterberg (1863‑1916), émigré allemand professeur de phil (...)

6Boas ne se prononçait pas, dans sa lettre du 9 mai 1900, sur la répartition des différentes sections du Musée d’Histoire Naturelle, et pas davantage sur la place de l’ethnologie dans cet ensemble. Il ne revendiquait pas de privilèges spécifiques pour sa discipline. À la différence d’autres savants allemands investis d’un rôle institutionnel clé aux États-Unis10, Boas n’envisageait pas la réorganisation du musée sous l’angle d’une hiérarchie des disciplines dont le plan aurait eu à refléter la conception pyramidale, ou encore l’opposition entre un centre et une périphérie. De la même façon que, dans ses études sur la diffusion des mythes, il récusait la quête d’une version première et inaugurale et le principe méthodologique visant à établir une arborescence des dérivations supposées, sa conception des rapports entre les sciences présentes au musée était plutôt régie par un paradigme d’échanges horizontaux. Boas s’intéressait aux circulations entre les bâtiments, saluant la présence « d’ascenseurs » susceptibles de les faciliter, mais regrettait que n’ait pu être conçu un projet architectural évolutif, dans lequel un espace libre aurait été prévu pour les agrandissements ultérieurs de chaque section, sans bouleverser à chaque fois l’ensemble de celles-ci.

7Pour autant, la structure qu’il avait en tête ne se déclinait pas seulement comme un espace de circulations et d’échanges ; il défendait aussi une conception verticale de l’organisation interne des départements. Contrairement au choix qui avait été fait de réserver la plus grande hauteur sous plafond à l’étage le plus élevé, en condamnant les étages inférieurs à une relative obscurité, il aurait souhaité pour sa part que l’option exactement inverse fût retenue : un rez-de-chaussée lumineux et aéré, plus haut que les autres étages, pour présenter de façon « synoptique » les collections à destination du grand public, et des étages consacrés aux collections d’étude, voués à la recherche scientifique et à une catégorie de visiteurs spécialisés. L’échelle de valeurs ainsi délimitée induisait la priorité des objectifs scientifiques du musée sur ses fonctions de vulgarisation. À la dimension sélective des collections grand public s’opposaient, de son point de vue, les impératifs d’accumulation des collections de recherche, qu’il associait à la possibilité d’extensions toujours nouvelles de l’espace muséal.

  • 11  Franz Boas, « Some principles of Museum Administration », Science 35,n° 650, June 14, 1907, (p. 92 (...)

8En 1907, alors qu’il avait démissionné de ses fonctions au Musée d’Histoire Naturelle de New York, Boas rendit publiques, dans le numéro de juin du mensuel Science, ses réflexions sur l’organisation des musées et les articulations possibles entre les trois fonctions de ces derniers, le loisir populaire (offrant une alternative « saine » au « saloon » et au « champ de courses »), l’instruction des publics scolaires et l’avancement de la recherche scientifique. Dans ce texte, il évoquait assez longuement l’American Museum of Natural History, qui disposait alors de 18 halls et 6 galeries, avec une surface de 2 500 à 3 000 m2 pour les premiers et de 1 200 à 1 500 m2 pour les secondes. L’architecture du musée new-yorkais, observait-il, privilégiait explicitement l’accueil du grand public par rapport aux départements voués à la recherche ; proportionnellement, les espaces de stockage des collections d’étude étaient modestes au regard des surfaces dévolues aux expositions ouvertes à tous. À titre de comparaison, Boas évoquait le Musée zoologique de Berlin, « un des très rares bâtiments où l’on [avait] fait le choix de séparer les collections d’exposition des collections d’étude » (fermées au public), et où l’espace alloué aux secondes était deux fois plus important que celui des premières11. L’option imaginée en Grande-Bretagne et mise en pratique par le Musée d’Ethnologie de Berlin, le transfert des collections d’étude dans des locaux situés en banlieue et par suite moins onéreux, n’était pas une solution envisageable pour le musée de New York, qui avait pris le parti de tout concentrer dans un même bâtiment.

  • 12Ibid.,p. 922.
  • 13Ibid.,p. 925.

9La « vulgarisation de la science était devenue au cours des dernières années », notait Boas non sans humeur, « une sorte de schibboleth ». Mais il ne se refusait pas à évoquer cette question et à se prononcer sur les meilleures dispositions à prendre pour l’accueil du grand public. Là encore, il ne ménageait pas ses critiques à l’encontre de l’aménagement des halls du Musée d’Histoire Naturelle de New York, conçus pour produire une « forte impression architecturale » et fatalement voués à « distraire autant que possible le visiteur » qui, « à peine entré dans une salle d’exposition, aspirait déjà à passer dans la suivante » et se voyait ainsi dans l’impossibilité de « concentrer son attention sur un objet particulier12 ». Il suffisait d’observer les visiteurs du Catlin Hall à l’United States National Museum de Washington, où étaient exposés les différents groupes de population indiens, pour voir que, une fois passé le premier groupe qui éveillait une forte curiosité, l’intérêt pour les suivants ne cessait de décroître13. Pour lutter contre une telle dispersion, Boas suggérait que certains partis pris muséologiques auraient été mieux à même de favoriser la « concentration » chez le visiteur : d’abord, le choix de « spécimens particulièrement frappants », en nombre restreint (plutôt un squelette préhistorique ou un ensemble d’oiseaux que plusieurs squelettes ou plusieurs séries d’oiseaux) ; et l’aménagement de salles centrées sur un très petit nombre d’objets, à l’image d’un « sanctuaire ».

  • 14Ibid.,p. 922.
  • 15Ibid.,p. 932.

10Le modèle que Boas avait en tête était le plus fameux des musées d’art allemands, la galerie de Dresde : « Ceux qui ont vu, au musée de Dresde, la pièce contenant la madone de la Sixtine comprendront ce que je veux dire. Dans cette pièce, rien ne peut distraire l’attention du visiteur du seul objet exposé et, par conséquent, on se trouve dans un sanctuaire14 ». Aux États-Unis, un très petit nombre d’expositions, parmi lesquelles il comptait celles du musée de Brooklyn, avaient pu approcher cet idéal « de rare beauté et d’excellence ». Pour les musées à vocation pédagogique, qui visaient l’instruction des scolaires, Boas préconisait également des établissements de dimensions restreintes, seuls propices à la « concentration ». Il défendait ainsi une conception classique de la muséologie à destination du grand public et des publics scolaires, dont le modèle demeurait le culte esthétique d’un petit nombre d’objets choisis. Celui-ci pouvait prendre place dans un hall gigantesque comme celui du Musée d’Ethnologie de Berlin ou dans des pièces plus intimes comme les salles de la galerie de Dresde : l’essentiel était de parvenir à instaurer une relation frontale entre le visiteur et un artefact qui devait susciter la même émotion et le même respect qu’une œuvre d’art. L’objectif muséologique, pour le grand public, devait être de « tout mettre en œuvre pour renforcer l’impression de dignité et de distance par rapport à la vie quotidienne. Dans un hall visité par le public, il devrait être interdit de faire la poussière et de nettoyer les sols, afin de ne pas troubler l’attention des visiteurs15 ». L’attention de Boas à la qualité de l’éclairage naturel et à l’architecture des fenêtres procédait d’un même souci de mise en lumière et de « sanctuarisation » des objets.

Musée et logique scientifique d’accumulation

11À l’opposé de ces principes d’exposition éminemment sélectifs, appelés à jouer sur le levier du sensationnel ou de l’esthétisation, Boas définissait avant tout la fonction scientifique des musées selon une logique d’accumulation. La posture présupposée chez les chercheurs était censée être aux antipodes de celle que Boas observait chez les visiteurs du dimanche ou chez les enfants des écoles : la « lassitude » rapide de ces dilettantes contrastait avec la capacité des scientifiques à observer patiemment un grand nombre de spécimens et à être attentifs aux plus infimes nuances qui les distinguaient. La nécessité de disposer de vastes surfaces permettant l’exposition d’un grand nombre d’artefacts répondait, pour l’anthropologue, à un impératif de recherche ancré dans le cadre épistémologique des sciences naturelles : l’accumulation d’un nombre croissant d’objets collectés sur le terrain avait pour but non seulement de préserver les témoignages de cultures dont la disparition imminente était annoncée par Boas comme par la majeure partie des ethnologues de son temps (il intitula l’un de ses grands projets d’expédition sur le terrain « Vanishing Tribes », « Les Tribus en voie de disparition »), mais aussi de permettre la constitution d’un fonds documentaire « objectif » appelé à nourrir des recherches ultérieures.

  • 16  Cf. Marian W. Smith, « Boas “Natural History” Approach to Field Method », in: Walter Goldschmidt ( (...)
  • 17  Cette citation est extraite d’un des tout derniers textes de Boas, publié à titre posthume : Franz (...)
  • 18  Marian W. Smith, op. cit.,p. 51.
  • 19  Cf. Ira Jacknis, « The Ethnographic Object and the Object of Ethnology in the Early Career of Fran (...)

12Boas se concevait ainsi lui-même comme un archiviste des cultures indiennes. C’est justement parce que la connaissance de celles-ci n’en était encore qu’à ses débuts que le travail de collecte et d’accumulation devait, dans un premier temps, rassembler le plus grand nombre possible de spécimens afin de permettre le repérage de traits pertinents. La constitution de collections d’objets était, du point de vue de Boas, beaucoup plus urgente que leur interprétation, abordée par l’anthropologue avec beaucoup de circonspection. Recueillir « sans discrimination », collecter sans sélectionner, exposer sans commenter, revenait, dans l’éthique scientifique de Boas, à ouvrir la temporalité de la science en direction d’un avenir où ces matériaux pourraient être étudiés de façon plus judicieuse qu’ils ne pouvaient l’être dans cette période de balbutiements scientifiques16. En attendant d’être capable d’« incorporer » et de faire siennes les catégories et représentations de la population étudiée (« comprendre la pensée d’une population […] en se basant sur ses concepts et non sur les nôtres17 »), l’ethnologue devait se garder de rechercher des objets « typiques » ou des informateurs « représentatifs ». Les données ainsi assemblées étaient « objectives » au sens où elles étaient « disponibles en permanence pour des analyses nouvelles », parce que les « généralisations » dont elles étaient accompagnées étaient « réduites au minimum18 ». Cette exigence méthodologique explique aussi que Boas ait été parmi les premiers ethnologues à adopter des outils techniques nouveaux tels que l’appareil photographique ou les dispositifs d’enregistrement sonore sur cylindre ou phonographe, qu’il utilisait aussi bien pour les données linguistiques que musicologiques, même s’ils ne répondaient pas entièrement à sa définition de « l’objectivité », corrélée à la non-imposition du point de vue de l’observateur extérieur19.

  • 20  Marian W. Smith, op. cit.,p. 52.

13Le premier obstacle à l’examen de ces données n’était au demeurant pas même la projection de catégories extérieures sur les objets indiens, mais tout simplement l’incapacité à observer quoi que ce soit et la difficulté à « voir quelque chose ». Marian W. Smith, une élève de Boas qui travaillait sur les textiles incas, relate ainsi sa perplexité première et la manière dont elle était parvenue à repérer un trait significatif : « Je me rappelle encore très bien de la joie que ressentit Boas lorsque je finis par repérer la structure (pattern) d’un textile inca qui, à première vue, m’avait seulement semblé un fouillis d’éléments sans structure aucune20. ». L’impératif d’accumulation de data n’était donc pas seulement destiné à répondre à un objectif de conservation, il répondait aussi et surtout au présupposé méthodologique selon lequel l’examen d’un grand nombre d’objets devait autoriser le « repérage d’une structure », une éducation structuraliste de l’œil devenant peu à peu apte à discerner des schémas matriciels à travers leurs variations. La proximité avec un autre principe méthodologique majeur enseigné par Boas à ses étudiants, l’apprentissage des langues indiennes à partir d’une collecte et d’une transcription écrite de récits de mythes, de chants et de traditions orales, est manifeste : dans le cas des arts comme dans celui des langages parlés ou encore des mythes, Boas prônait l’accumulation non seulement dans une perspective de conservation et de préservation de cultures menacées, mais aussi et surtout en vue de l’établissement d’une grammaire des langues comme des langages mythologiques et artistiques. Un lien étroit unissait l’extension spatiale des vitrines de matériau documentaire et l’extension temporelle de l’apprentissage des structures, nécessairement étalé sur de longues années.

  • 21  Douglas Cole, op. cit.,p. 249.

14Le conflit qui fut à l’origine de la démission de Boas du Musée d’Histoire Naturelle, en 1905, est souvent résumé comme un désaccord de fond sur les finalités du musée : la priorité accordée par Boas aux impératifs de recherche scientifique aurait été incompatible avec les objectifs de vulgarisation mis en avant par le successeur de Morris Jesup à la tête du musée, Hermon Bumpus. Cette version de l’histoire n’est pas fausse : de fait, le modèle d’activité muséale que Boas jugeait le plus pertinent demeurait celui qui avait été réalisé dans l’expédition Jesup, une politique grandiose d’acquisitions et de collecte sur le terrain. Après l’achèvement de la mission Jesup, Boas aurait souhaité mettre en place une campagne de collecte à beaucoup plus vaste échelle encore, en direction des pays d’Asie du sud-est, de l’Inde, du Tibet, de la Perse, mais aussi de l’Arabie et de l’Afrique (à l’exemple, peut-être, du Musée d’Ethnologie de Berlin et d’expéditions fameuses comme celles qui, en Asie centrale, avaient donné naissance à la Turfanforschung). Non seulement ce projet ne put se concrétiser, faute de fonds, mais Bumpus dénonça le principe même de cette politique d’acquisitions au nom d’un autre impératif que le réalisme économique : selon lui, la tâche la plus urgente n’était pas de grossir les réserves du musée mais de « présenter convenablement les fonds déjà existants21 ».

  • 22Ibid.,p. 246.

15Le différend qui entraîna le départ de Boas ne résidait pas seulement, en effet, dans une contestation du primat que celui-ci accordait à la recherche scientifique mais aussi dans une mise en cause directe de ses compétences de curator et d’organisateur d’expositions. C’est là un aspect moins souvent évoqué mais non moins significatif de la rupture de 1905. Morris Jesup lui-même avait déploré, dans une lettre à Boas22, ses déceptions à cet égard : en se promenant dans les halls du musée, il jugeait « insatisfaisant » le mode d’exposition choisi par Boas dans le département d’ethnologie de la côte nord-ouest. Il manquait selon lui les « cartels et arrangements » permettant à « une personne comme [lui], aux capacités ordinaires, de comprendre, en traversant ces collections, ce qu’elles sont supposées représenter et de se faire une idée de la vie, des habitudes et des coutumes de ces populations ». Boas ne faisait effectivement pas mystère de la lassitude que lui inspiraient les opérations de catalogage et les tâches ordinaires du métier de conservateur. Dans sa production scientifique personnelle, il rencontrait au demeurant la même difficulté à assurer le traitement des quantités considérables de données accumulées ; il était constamment tenté de privilégier la collecte de nouvelles informations sur l’élaboration et la mise en valeur des matériaux recueillis, même s’il se faisait un devoir de les rendre disponibles à travers des publications. Il était surtout très réticent à l’énoncé de conclusions et de synthèses : ainsi, en dépit des demandes réitérées de Jesup et même de sa veuve après le décès de ce dernier en 1908, il se refusa obstinément à publier un volume de conclusions de l’expédition Jesup.

  • 23  George Dorsey, « The Anthropological Exhibits at the American Museum of Natural History », Science (...)
  • 24  Franz Boas, « Some principles », p. 922.

16Cependant, il serait très inexact de prétendre que Boas n’attachait guère d’importance à la vulgarisation et à la transmission des connaissances au plus grand nombre. Il fut certainement piqué au vif par les critiques que Jesup et Bumpus formulèrent à l’encontre de son mode de présentation des collections et des expositions visant le grand public. Le fait qu’il ait ressenti le besoin de revenir sur cette thématique dans l’article de Science de juin 1907 en dit long ; fait non moins significatif, peu de temps auparavant, en avril de la même année, il avait également confié à Science un article de George Dorsey, son collègue et ancien concurrent du Field Museum de Chicago, qui défendait en termes élogieux le bilan de Boas au musée de New York, en insistant sur la qualité des « expositions d’anthropologie23 ». Dans son propre article, Boas décrivait la manière dont il concevait une rencontre réussie entre les visiteurs et les objets de musée : le fait qu’il s’étende sur ce point alors même qu’il avait abandonné ses fonctions de conservateur montre que les questions de transmission et d’éducation populaire n’avaient pas cessé de le préoccuper. Mais l’image du « sanctuaire » invoquée à cette occasion suggère aussi que Boas ne croyait guère aux vertus pédagogiques des cartels et à la probabilité que ceux-ci soient scrupuleusement étudiés par les visiteurs de passage. De surcroît, à supposer même qu’ils puissent être lus avec attention, les cartels tendaient à isoler un objet du contexte de relations seules à même de lui conférer une signification et de le constituer comme « objet de pensée » ; face aux inconvénients d’un tel « nominalisme », Boas jugeait qu’une présentation esthétisante était somme toute préférable. L’un des « dangers sérieux des présentations scientifiques populaires », notait-il, était de « faire croire au public que, sans effort, en écoutant exposer un problème pendant une petite heure ou moins de temps encore, il était possible d’en venir à bout ». Une fausse « intelligibilité » était ainsi construite sur l’oblitération des points « mal connus et obscurs24 ».

  • 25  Karl von den Steinen, nécrologie d’Adolf Bastian, p. 247.
  • 26  Max Weber, La Science, profession et vocation,trad. d’Isabelle Kalinowski, Marseille, Agone, 2005, (...)

17Une comparaison entre le modèle allemand d’accumulation incarné dans la figure de Bastian et l’accumulation prônée par Boas au musée de New York permet de faire ressortir toute la distance qui séparait le fondateur du musée de Berlin, infatigable voyageur qui passa plus de vingt-cinq ans sur les routes du monde, loin des couloirs de son établissement, avec le projet d’assembler une collection « universelle », et la figure de « chercheur-voyageur moderne » incarnée par Boas, renonçant à l’encyclopédisme de son vieux maître pour accepter l’entrée dans une ère de « spécialisation ». Pour Karl von den Steinen, Bastian n’avait jamais été un « ethnographe » au sens propre du terme : débusquant partout des érudits locaux auxquels il savait ingénieusement soutirer le travail de toute une vie, manuscrits, traductions et objets, il avait un « sens aigu de la découverte de pièces importantes et une connaissance sûre des objets ; mais il n’était pas en mesure de les décrire, de les mesurer, en un mot de les analyser d’un point de vue descriptif ou morphologique. Il était résolument incapable de faire le travail que réalisaient ses bénévoles : cataloguer méthodiquement une collection ou la mettre en bon ordre et l’étiqueter. Il était l’observateur des phénomènes et des lois sociologiques mais non des objets et des formes, il saisissait les perspectives lointaines mais non les détails immédiats25 ». Von den Steinen observait, en songeant évidemment à Boas, que, en Amérique du Nord, la conjonction d’une spécialisation géographique régionale et d’une politique de « réponse aux besoins de l’État » avait favorisé l’accès de l’ethnologie à un « niveau moyen plus élevé » qu’ailleurs. Les changements ainsi observés entre l’ethnologie allemande à la Bastian et l’ethnologie américaine impulsée par Boas sanctionnaient l’entrée de cette science dans l’ère de la « division du travail » et de la « gestion capitaliste » évoquée quelques années plus tard par Max Weber dans sa conférence La Science, profession et vocation (1917). Mais la rupture de Boas avec le musée de New York traduisait aussi l’âpreté d’une telle transition, et la « difficulté », relevée par Weber, à « être à la hauteur d’une telle routine26 ».

Sociologie d’un départ

  • 27  Franz Boas, Lettre à George Dawson, citée par Ira Jacknis, « Franz Boas and Exhibits: On the Limit (...)
  • 28  Aldona Jonaitis, « Franz Boas, John Swanton and the New Haida Sculpture at the American Museum of (...)
  • 29  Le terme est de Max Weber.
  • 30  Boas expliqua à von den Steinen les raisons de sa démission dans une lettre datée du 25 mai 1905 ( (...)

18L’insistance de Boas sur la « dignité » des objets ethnographiques présentés dans les musées et sur la nécessité d’aborder ceux-ci avec une déférence égale à celle qui était manifestée à l’égard des œuvres d’art était sans doute le symptôme d’un malaise de fond. Boas semble avoir été partagé entre ses convictions démocratiques, qui impliquaient une attention réelle aux questions de pédagogie muséale, et ses présupposés de savant, qui le rendaient réfractaire à toute quête d’objets « attractifs ». En 1899, il écrivait ainsi à son collègue George Dawson, à propos de l’expédition Jesup : « Les spécimens que nous récoltons ne sont en aucun cas collectés avec l’objectif de réaliser une exposition attractive ; ce sont avant tout des matériaux destinés à l’étude approfondie de l’ethnographie et de l’archéologie de cette région27 ». Aldona Jonaitis a rappelé à juste titre les fonctions d’éducation populaire qui étaient à l’époque imparties aux musées d’histoire naturelle par opposition aux musées d’art qui, loin de chercher à attirer et à instruire un vaste public, assumaient quant à eux leur caractère élitiste et ésotérique28. Cet antagonisme latent entre le prestige des institutions vouées aux « fine arts » et les fonctions de « domestication des masses29 » explicitement dévolues aux musées scientifiques permet de mieux comprendre ce que pouvait impliquer, chez Boas, la nostalgie de la galerie de Dresde : elle ne procédait sans doute pas seulement d’une réflexion muséologique mais aussi d’un réflexe sociologique d’appréhension face aux cohortes de visiteurs du dimanche, sans parler des foules gigantesques de l’Exposition universelle de Chicago (1893), à l’organisation de laquelle il avait pourtant activement participé. Peu disposé à se dévouer au seul « purpose of instructing the uneducated30», Boas opta pour un statut de professeur d’université qui induisait le recentrage sur un public d’étudiants triés sur le volet.

  • 31  Voir notamment les lettres de von den Steinen à Boas datées du 9 août 1898, du 11 juillet 1904 ou (...)
  • 32  Max Weber, La Science, profession et vocation,p. 18.

19C’est au demeurant d’abord la recherche d’un poste de professeur qui avait motivé l’immigration de Boas aux États-Unis, compte tenu de la difficulté à accéder à une chaire universitaire en Allemagne pour les juifs non convertis ; l’obtention d’un poste d’assistant au musée de New York n’avait été qu’un pis-aller de ce point de vue. La correspondance entre Boas et von den Steinen atteste que Boas n’avait jamais complètement renoncé (jusqu’en 1916 au moins) à la perspective d’occuper une chaire en Allemagne : les ouvertures que von den Steinen évoquait en ce sens étaient néanmoins abandonnées dès que ce dernier précisait que la condition requise (« Gretchenfrage31») était une conversion au christianisme. Boas, à chaque fois, éludait dès lors la question du poste allemand. La position sociale à laquelle il pouvait aspirer aux États-Unis en tant qu’émigré auréolé du prestige de la science allemande était fort différente de la situation de candidat juif à un poste d’université en Allemagne, confronté à la barrière dont Max Weber rappelait encore l’existence trente ans après le départ de Boas, en 1917 : « S’ils sont juifs, on leur dit évidemment : Lasciate ogni speranza32».

  • 33  Ira Jacknis, « The Ethnographic Object »,p. 187.

20De l’autre côté de l’Atlantique, Boas avait dans un premier temps été un émigré de fraîche date, mais conscient de « l’autorité de son expérience scientifique germanique » ; en témoignait, selon Ira Jacknis, son « attitude discrètement dédaigneuse à l’égard de la science américaine ». Le fait que, dès 1887, un an après son arrivée aux États-Unis, ce nouveau venu se soit permis d’attaquer publiquement les options muséologiques (évolutionnistes) de l’influent conservateur de l’United States National Museum, Otis Mason, en disait long, toujours selon Jacknis, sur la confiance de Boas dans la supériorité et la « sophistication des méthodes et de l’épistémologie allemandes33 ». Les ambitions sociales auxquelles Boas avait pu donner libre cours avec la direction de la Jesup Expedition étaient nourries des expériences spécifiques de ce parcours d’immigration, et son rapport avec les minorités indiennes ne fut pas non plus sans en porter la marque ambiguë, toujours tangible quoiqu’implicite.

  • 34  « Indirekt regiert souverän Ihr damned dollar », écrivait Karl von den Steinen à Boas, le 9 janvie (...)
  • 35  Déclaration de Karl von den Steinen au Königliches Curatorium de l’université de Marbourg, 3 mars (...)
  • 36  Lettre de Karl von den Steinen à Franz Boas, 9 août 1898 (Archives APS).
  • 37  Cf. Max Weber, La Domination, trad. d’Isabelle Kalinowski, Paris, La Découverte, 2013, p. 281 sq.

21La correspondance amicale de Boas avec von den Steinen est instructive de ce point de vue : tandis que le train de vie de la famille Boas contraste dans un premier temps fortement avec celui des von den Steinen, installés à Berlin avec leurs sept enfants dans une vaste demeure de 13 pièces avec jardin servie par une domesticité nombreuse, la période de la Première Guerre mondiale affecte fortement la situation économique du savant allemand, qui ne cesse dès lors de déplorer auprès de son ami new-yorkais les privations matérielles auxquelles il est confronté ; entre-temps devenu un professeur bien établi, Boas lui propose alors une aide pour la publication de sa somme sur les îles Marquises34. Les parcours des deux hommes suivirent à d’autres égards encore des voies croisées, puisque Karl von den Steinen, nommé en 1891 professeur ordinaire dans la prestigieuse université de Marbourg, abandonna ce poste un an plus tard pour retourner au Musée d’Ethnologie de Berlin, faisant valoir qu’un « travail ethnologique fructueux n’était pas possible – pour [lui] en tout cas – sans les matériaux d’un musée35 ». La proximité entre l’université Columbia et le Musée d’Histoire Naturelle de New York et, plus généralement, avec le terrain de la côte nord-ouest évita à Boas d’être confronté à pareil dilemme, qui illustre au demeurant les difficultés auxquelles devaient faire face les ethnologues européens géographiquement très éloignés de leur objet d’étude. En août 1898, mentionnant dans une lettre à Boas la possibilité que ce dernier se portât candidat à une chaire de Vienne, von den Steinen suggérait que son activité américaine était « incomparablement plus fructueuse », auprès d’un terrain où il pourrait « puiser à pleines mains toute sa vie ». Par contraste, l’Allemagne lui apparaissait déjà « provinciale » dans le paysage scientifique36. De fait, l’attrait positif des terrains scientifiques nord-américains avait joué pour Boas un rôle au moins aussi décisif dans la décision de quitter l’Allemagne que le manque de débouchés académiques. Mais la comparaison des parcours opposés de von den Steinen et de Boas recèle également des implications sociologiques : le renoncement à la situation plus confortable de professeur d’université et le choix du musée, chez von den Steinen, présupposaient les dispositions particulières (« anti-économiques » au sens de Max Weber37) de l’héritier suffisamment rassuré sur sa position sociale pour se permettre d’en refuser une plus avantageuse. Fortement isolé dès les années de la Première Guerre mondiale, von den Steinen connut cependant un parcours déclinant tandis que Boas, issu dans une famille de la bourgeoisie commerçante provinciale allemande, ne cessa de développer, à partir de son poste à l’université Columbia, une position toujours plus assise, assortie de la constitution d’une véritable école et d’un rayonnement scientifique national et international croissant. Le processus de légitimation de l’université américaine fut exemplairement nourri des apports de transfuges de ce type, avant même la période de l’après-1933 où il connut une forte accélération.

L’ethnographie entre musée d’histoire naturelle et musée d’art

  • 38  Lettre de von den Steinen à Boas, 10 juillet 1906 (Archives APS).

22Le départ de Boas du musée de New York fut largement tributaire de dissensions personnelles et de divergences sur les finalités du musée. Mais on peut se demander si, par-delà les querelles d’individus (en 1906, von den Steinen écrivait à Boas que Bumpus aurait dû être « guillotiné38 » sans façons), l’enjeu de ce conflit ne résidait pas dans une tension entre l’anthropologie telle que la concevait Boas et la sphère des « sciences naturelles ». Faut-il voir dans la rupture de Boas avec le musée une prise de distance par rapport à ce domaine de savoir ?

  • 39  Cf. Ira Jacknis, « The Ethnographic Object », p. 191.
  • 40  Franz Boas, « The Jesup North-Pacific Expedition », The American Museum Journal 3, n° 5, octobre 1 (...)
  • 41  Journal de bord de Wladimir Bogoras, cité par Boas in : ibid.,p. 115.

23Pour Boas, l’histoire naturelle représentait un socle fondamental qui avait occupé, à ses débuts, une place centrale, avec ses études de physique et de géographie, sa thèse sur l’eau de mer puis son premier terrain outre-atlantique (août 1883-août 1884), un séjour d’un an en terre de Baffin durant lequel il collecta principalement des données géographiques, météorologiques et cartographiques ainsi que des spécimens naturalistes. Il est cependant remarquable que, dès ce premier voyage, il ait aussi commencé à réunir des mesures anthropométriques, des transcriptions musicales, des textes en langue originale et une centaine d’« objets ethnographiques39 ». L’intérêt de Boas tendit à se déplacer toujours davantage du côté des collectes ethnographiques. Cependant, on peut voir dans sa tentative de concilier anthropologie physique et anthropologie culturelle une manière de demeurer fidèle à sa première spécialisation en sciences naturelles. Le lien ne fut jamais rompu. En 1916 encore, la chaire munichoise pour laquelle von den Steinen invitait Boas à présenter sa candidature était une chaire d’anthropologie physique de la préhistoire. Au cours de ses séjours sur la côte nord-ouest, Boas recueillait aussi bien des crânes, des squelettes ou fragments de squelettes, des mesures et des photographies pour ses études anthropométriques que des outils, des masques, des récits de mythes, des recettes de préparations culinaires ou médicinales, des transcriptions ou enregistrements de chants et des plans de maisons. Dans le récit de l’expédition Jesup qu’il confia en 1903 à la revue du Musée d’Histoire Naturelle, il pouvait ainsi postuler l’évidence d’une continuité entre anthropologie culturelle et anthropologie physique : « Nous avons passé quelque temps près de l’embouchure de la Skeena River pour étudier l’art graphique des Haida et analyser l’apparence physique des Tsimshian et des Haida », écrivait-il par exemple d’un trait40. La liste des « trophées » établie par Wladimir Bogoras à son retour de Sibérie répondait absolument aux mêmes prémisses : « 5 000 objets ethnographiques, 33 moulages de visages, 75 crânes et spécimens archéologiques issus de villages abandonnés et de tombes, 300 légendes et traditions, 150 textes, 95 enregistrements phonographiques, 860 mesures d’individus, une collection zoologique et un journal météorologique41 ».

  • 42  Céline Trautmann-Waller, « Unité de l’humanité et unité de la science ? Boas et l’anthropologie ph (...)
  • 43  Yu Xie, « Franz Boas and Statistics », Annals of Scholarship 5, 1988, p. 269‑296.
  • 44  Franz Boas, « L’Étude de la géographie », traduit par Camille Joseph in : Michel Espagne et Isabel (...)
  • 45  Céline Trautmann-Waller, op. cit.,p. 70.

24Céline Trautmann-Waller a montré, dans un article éclairant consacré aux dérangeantes « mesures de crânes » boassiennes, que la permanence du travail anthropométrique, tout au long de la carrière de Boas, attestait qu’il n’avait jamais vraiment abandonné l’horizon d’une « unité de la science42 ». Elle rejoint les conclusions plus anciennes de Yu Xie43 en mettant en garde contre toute confusion entre la partition entre « physiciens » et « cosmographes » proposée par Boas dans l’article de 1887 L’Étude de la géographie44 et la fameuse opposition diltheyenne des « sciences de la nature » (Naturwissenschaften) et des « sciences de l’esprit » (Geisteswissenschaften) : « Chez Boas aussi bien l’approche cosmographique que l’approche physique peuvent donner naissance à des sciences humaines (au sens de Geistewissenschaften) ou à des sciences exactes (au sens de Naturwissenschaften45) ».

  • 46  Sur l’observation de la nature chez Boas enfant, voir Isabelle Kalinowski, « L’exubérance des form (...)

25L’équivalence un peu inattendue que Boas postulait, on l’a vu, entre les « spécimens particulièrement frappants » du musée d’histoire naturelle et la Madone de la Sixtine, en appelant de ses vœux une attitude de « concentration » du public des musées, traduisait pour une part son agacement devant l’attitude désinvolte des foules de visiteurs non avertis, mais doit sans doute être, d’un autre côté, prise au pied de la lettre : tout porte à croire que Boas ressentait personnellement le même saisissement esthétique devant un squelette que devant un chef-d’œuvre de l’art. Depuis son enfance, l’observation de la nature avait été pour lui une source de joies inépuisables46, et le fossé sociologique qui séparait les publics des musées des beaux-arts et des musées d’histoire naturelle ne changeait rien au fait que, pour l’ancien physicien qu’il était, il n’existait fondamentalement aucune hiérarchie, du point de vue de la beauté, entre les productions de la nature et celles de l’art, pas davantage qu’entre l’art des « primitifs » et le « grand art » occidental.

  • 47  Franz Boas, « Facial Paintings of the Indians of Northern British Columbia », Memoirs of the AMNH (...)
  • 48  Sur Edenshaw, voir notamment Aldona Jonaitis, « A “Novel and Modern” Artist: Charles Edenshaw », i (...)

26Ainsi, le départ de Boas du Musée d’Histoire Naturelle de New York ne saurait être interprété comme un divorce avec les sciences de la nature qui, chez lui, ne fut jamais consommé. Néanmoins, le travail de recherche de Boas ne cessa de conforter chez lui une intuition qu’il avait sans doute eue avant même son départ de Berlin : celle de la place unique et privilégiée revenant aux « objets d’art » dans l’ethnologie. L’enjeu n’était pas, pour Boas, de trancher le lien associant les cultures à leurs soubassements « naturels », mais plutôt de mettre en avant le rôle très singulier qui revenait à une catégorie d’objets particuliers, ceux qui ressortissaient à la sphère de l’art. De façon très significative, Boas se décida à publier le premier rapport de l’expédition Jesup47, rédigé par ses soins, immédiatement après avoir rencontré et longuement interrogé un artiste, le sculpteur haida Charles Edenshaw48.

  • 49  Helen Codere, « The Understanding of the Kwakiutl », in: Walter Goldschmidt (éd.), op. cit., p. 61
  • 50Ibid.,p. 72.
  • 51  Franz Boas, Race, Language and Culture, New York, The Macmillan Co., 1940, p. 338.
  • 52Id., L’Art primitif, trad. Manuel Benguigui et Catherine Fraixe, Paris, Adam Biro, 2003, p. 117‑11 (...)

27Helen Codere notait déjà en 195949 que, dans ses publications, Boas accordait un net privilège aux composantes symboliques des cultures indiennes. Les mythes, les langages et l’art primaient sur tout le reste. Dans le cadre du musée, Boas était enclin à valoriser les productions artistiques et les « ustensiles à décoration élaborée » par rapport aux autres objets de la vie quotidienne, aux techniques stricto sensu et aux témoignages plus proches de l’histoire naturelle. Si les objets esthétiques avaient à prendre le pas sur les autres, c’était avant tout, notait l’anthropologue, parce qu’ils constituaient le domaine de différenciation le plus marqué entre les cultures, tandis que les ensembles géographiques partageant une culture matérielle relativement indifférenciée pouvaient être très étendus50. De ce point de vue, les cultures de la côte nord-ouest pouvaient parfaitement être rattachées à une aire plus vaste incluant la côte nord-est de l’Asie et l’Arctique : « La culture matérielle des tribus de pêcheurs de la côte de l’Asie du nord-est, du nord-ouest de l’Amérique et de l’Arctique était si semblable qu’on semble en droit d’affirmer qu’elle présentait une unité », affirmait Boas51. Les différentes composantes des cultures n’offraient pas toutes au même degré des éléments discriminants. Les dimensions géographiques et sociales les plus saillantes, comme, dans ce cas, l’inscription de sociétés de pêcheurs dans un paysage côtier, pouvaient être partagées à une vaste échelle. Boas introduisait également un autre critère, le degré respectif de « conservatisme » : les langues, notamment, possédaient une extension moins vaste que les cultures géographiques, mais se caractérisaient elles aussi, selon l’anthropologue, par un degré de permanence relativement élevé (en particulier d’un point de vue phonétique52). Rites et structures sociales se définissaient eux aussi par leur stabilité ; les éléments les plus dynamiques et les plus turbulents, capables d’introduire du jeu dans cette configuration, étaient les mythes et les arts.

  • 53  Claude Lévi-Strauss, La voie des masques,in : Id., Œuvres, Paris, Blibliothèque de la Pléiade, 200 (...)
  • 54  Franz Boas, « Mythology and folktales of the North American Indians », Journal of American Folklor (...)

28La notion boassienne de « culture » recouvrait ainsi une unité fortement différenciée d’un point de vue interne, conjuguant sur un mode de non-coïncidence des éléments conservateurs et des éléments de mobilité. Cette polarité se reproduisait au demeurant au sein de chaque domaine : ainsi, dans la sphère des productions artistiques, « style », « formes » et « pattern » opposaient leur relative stabilité au travail incessant de la « variation », lui aussi plus ou moins énergique, qui pouvait être poussé dans certains cas, chez les Kwakiutl notamment, jusqu’à « l’exubérance » (« ce dédain des sentiers battus poussant à des improvisations toujours nouvelles », dira plus tard Lévi-Strauss53). Apprendre à distinguer les cultures présupposait par suite de discerner simultanément des constantes et des variantes inédites. La « richesse » d’une culture pouvait s’exprimer dans sa capacité à produire un nombre très élevé de variantes, telle la mythologie des Kwakiutl et ses « centaines d’histoires bâties, de façon plus ou moins stricte, sur les mêmes structures54 ». Le rôle privilégié attribué par Boas aux composantes artistiques dans l’enquête ethnologique était ainsi explicitement justifié par un critère scientifique, le fait que le degré maximal de spécification et de singularisation culturelle soit atteint dans certaines manifestations de l’art.

  • 55  Franz Boas, « Some Principles… », p. 928.
  • 56  « Le Louvre devrait recueillir certains chefs-d’œuvre exotiques dont l’aspect n’est pas moins émou (...)
  • 57  « L’époque n’est pas lointaine, sans doute, où les collections provenant de cette partie du monde (...)
  • 58  Voir la nécrologie de Bastian par von den Steinen (Zeitschrift für Ethnologie 2‑3, 1905, p. 240) : (...)
  • 59  Cf. Isabelle Kalinowski, « Franz Boas et “l’exubérance des formes” », p. 248‑249. Dans une intervi (...)

29Lorsque Boas notait en 1907 que « les collections d’anthropologie devaient être traitées davantage comme des collections de productions artistiques et d’art que comme des collections de sciences naturelles55 », cette polarisation déjà en vigueur du temps où il collaborait au Musée d’Ethnologie de Berlin et s’intéressait particulièrement aux masques (le carnet de dessins qu’il emporta aux États-Unis représentait exclusivement ce type d’objets) ne signifiait donc pas qu’il voulait tourner le dos au musée d’histoire naturelle pour faire entrer l’ethnologie dans un musée d’art. Son objectif n’était pas de revendiquer le principe d’une reconnaissance institutionnelle des arts de la côte nord-ouest à l’égal des arts classiques ; il était personnellement convaincu de leur égale valeur mais étranger à toute revendication primitiviste. Le vœu fameux formulé par Apollinaire en 190956, qui souhaitait faire entrer des « œuvres d’art exotique » au Louvre, et renouvelé par Lévi-Strauss en 194357, n’était pas dans sa manière. Boas ne partageait pas l’absence radicale d’appétence artistique d’un Bastian, décrite avec humour par von den Steinen58, mais il était cependant plus proche, de ce point de vue, de l’ascète scientifique que de l’esthète. Chez lui, l’impulsion de collecte et d’accumulation n’était pas sous-tendue par une personnalité de collectionneur, ni par un privilège accordé a priori aux valeurs du beau59. Il entendait promouvoir avant tout la connaissance des cultures indiennes de la côte nord-ouest, et l’étude des objets artistiques était regardée par lui comme un moyen au service de cette fin. En ce sens, si l’objet d’art représentait finalement à ses yeux l’objet d’étude par excellence de l’ethnologue, il n’avait pas vocation à être autonomisé mais, comme le mât totémique renvoyant, par la virtuosité de ses formes, à l’excellence d’une lignée, il faisait signe en direction d’une « culture » dont son exposition au musée devenait littéralement l’emblème et attestait le raffinement.

Culture matérielle, culture immatérielle et surroundings

30Si Boas ne reconnaissait en fin de compte ni les musées d’histoire naturelle ni les musées d’art comme particulièrement prédisposés à accueillir les collections ethnologiques, le différend qui l’opposa au musée de New York n’eut pas davantage pour conséquence de l’inciter à concevoir le projet d’un musée exclusivement consacré à l’ethnologie ou à chercher un poste dans un établissement de ce type. Il ne manifesta à aucun moment le souhait d’importer et de promouvoir aux États-Unis le modèle inauguré par Bastian à Berlin, qui avait obtenu en 1886 la création d’un musée d’ethnologie indépendant de l’ensemble constitué par les musées royaux. Cette abstention significative ne fut sans doute pas seulement tributaire de sa position institutionnelle, qui ne lui laissait pas la latitude d’entreprendre une réforme d’aussi vaste ampleur que la création initiée par Bastian. Au fond, c’est le musée lui-même plutôt que tel ou tel musée spécialisé ou telle ou telle modalité muséographique qui inspirait à Boas des réserves de principe. Il était d’autant moins enclin à imaginer un nouveau musée d’ethnographie qu’il en vint à douter de la compatibilité même entre le cadre muséal et l’objet de l’ethnologie. Le musée introduisait en effet, de son point de vue, un biais scientifique difficile à corriger : la survalorisation des témoignages de culture matérielle par rapport aux composantes de culture immatérielle. Ces lignes de 1907 résonnaient comme une objection majeure :

  • 60  Franz Boas, « Some Principles of Museum Administration », p. 930‑931.
  • 61Ibid.,p. 928.

« Il arrive souvent, dans les collections anthropologiques, qu’un vaste domaine de pensée trouve son expression dans un seul objet, voire dans aucun objet du tout, lorsque cet aspect particulier de la vie consiste exclusivement dans des idées. Par exemple, si une tribu fait usage de beaucoup d’objets dans son culte religieux, d’autres n’ont pratiquement recours à aucun objet matériel pour le culte. La vie religieuse de ces tribus, qui n’est peut-être pas moins active, ne peut être appréhendée dans ses véritables proportions au vu des collections du musée. Une autre raison, en l’occurrence la destruction naturelle des matériaux, fait qu’il est presque impossible de systématiser les collections archéologiques. Par suite, un ensemble d’objets n’est jamais qu’une présentation excessivement fragmentaire de la vie réelle d’une population. […] La tendance forte à accumuler des spécimens a souvent desservi le développement de l’anthropologie, dans la mesure où, dans beaucoup d’aspects de cette science, les objets matériels n’ont qu’une importance restreinte au regard des questions scientifiques en jeu60 ». Boas notait encore que les spécimens de musée n’étaient souvent que « les expressions incidentes de processus mentaux complexes » qui constituaient quant à eux « les sujets de l’enquête anthropologique » proprement dite61.

  • 62  Cf. Ira Jacknis, « The Ethnographical Object », p. 197 et 189.
  • 63  Franz Boas, L’Art primitif, p. 137.
  • 64  Aldona Jonaitis, op. cit.

31Ira Jacknis a observé que, dans la « boîte à outils ethnographique » de Boas, la place privilégiée ne revenait pas à des objets mais aux transcriptions de textes en langues indiennes. De fait, les carnets de terrain de Boas comprenaient principalement des notes « verbales62 ». Pour lui, les objets collectés sur le terrain n’accédaient pleinement à l’existence qu’à partir du moment où ils étaient corrélés à des énoncés explicatifs recueillis auprès des indigènes, et de préférence auprès de plusieurs interlocuteurs ; lorsque leurs interprétations variaient entre elles et manquaient de cohérence, Boas ne cherchait pas à les unifier mais concluait à une dissociation fondamentale entre « forme et signification » et à une polysémie des objets63. Aldona Jonaitis a montré dans sa belle étude sur Boas, Swanton et Edenshaw que, malgré leur recherche systématique de témoignages anciens et « authentiques », les deux chercheurs tenaient les créations artistiques d’Edenshaw, des objets de commande accompagnés de commentaires oraux, pour plus représentatifs des traditions haida que des objets plus anciens mais privés d’identification verbale64. L’ethnologie boassienne était ainsi construite sur une acception de « l’objet » foncièrement élargie par rapport aux alignements d’artefacts dans les vitrines de musée : elle incluait les « non-objets » dont il était question plus haut à propos des cultes sans support matériel, les objets de langage que Boas voulait constituer en « archives » des cultures indiennes (Jacknis), les énoncés interprétatifs qui fondaient pour lui la réalité des artefacts matériels et même des objets plus impalpables encore comme les musiques ou les rêves.

  • 65  Franz Boas, « Museums of Ethnology and Their Classification », Science 9, n° 228, 17 juin 1887, (p (...)
  • 66Id., « The Occurrence of Similar Inventions in Areas widely Apart », Science 9, n° 224, 20 mai 188 (...)
  • 67Ibid.,p. 486.
  • 68  Voir Isabelle Kalinowski, « L’exubérance des formes ».

32Comme on l’a vu, l’un des premiers articles par lesquels Boas s’était fait connaître aux États-Unis était, en 1887, une prise de position très arrêtée au sujet des modes d’exposition dans les musées d’ethnologie. Boas avait critiqué les choix du conservateur du National Museum of Natural History de Washington, Otis Mason, et lui avait reproché ses classements évolutionnistes et comparatifs, qui faisaient prévaloir la dimension « technologique » sur toutes les autres. Pour lui, non seulement il était réducteur de définir les objets par leur fonction technique (il donnait l’exemple de la « céramique », qui pouvait être mise à contribution dans différentes « branches de la vie65 »), mais il était surtout contestable d’isoler chaque objet de « l’environnement » (surroundings) qui pouvait seul lui conférer un sens. Boas semblait avoir en tête un paradigme linguistique : le mot était indissociable d’une syntaxe à même d’en déterminer la signification. La forme matérielle de l’objet ne permettait pas à elle seule d’en apprécier la teneur, qui ne pouvait être appréhendée qu’en référence à une histoire et à un espace géographique et social ; deux objets apparemment semblables pouvaient revêtir des fonctions foncièrement différentes dans deux contextes distincts. Des « causes différentes » pouvaient entraîner « les mêmes effets66 ». L’image à laquelle Boas avait recours dans ce texte n’était cependant pas linguistique mais musicale. Deux cultures distinctes pouvaient partager l’usage d’un même instrument mais celui-ci ne pouvait dévoiler « le caractère d’une musique » que s’il était replacé dans le cadre d’une « collection complète » d’instruments issus de cette culture67. Cette métaphore aux connotations « pré-structuralistes » invitait à discerner, par-delà les contours matériels des objets de musée, les flottements imperceptibles d’harmonies, de dissonances, de correspondances ou d’échos induits par l’inscription dans les références plurielles d’une culture. Les frontières discriminantes des objets tendaient ainsi à se dissoudre sous l’effet de ce que Boas appelait « l’exubérance des formes », les résonances multiples d’un contexte et la tendance à déplacer continuellement les limites des significations68. En un sens, l’insistance de Boas à rappeler l’inscription des objets dans un « environnement » et à faire disparaître les frontières entre « objets » et « sujets » procédait d’une impulsion quasi phénoménologique. Arraché à son « monde vécu », l’objet de musée semblait menacé à ses yeux d’une perte de substance.

  • 69  Franz Boas, « Some Principles of Museum Administration », p. 931.
  • 70  Cf. Aldona Jonaitis, op. cit., p. 50.
  • 71  Cf. Douglas Cole, op. cit.,p. 209.
  • 72  Ira Jacknis, « The Ethnographical Object », p. 202.

33Le mode d’exposition muséale était ainsi en soi porteur d’une dérive objectiviste dont les classifications évolutionnistes du Musée National de Washington ne représentaient au fond pour Boas qu’un cas particulièrement frappant. Elle affectait aussi les modes de présentation dans les musées d’histoire naturelle : les domaines de la « zoologie et de la botanique systématique », notait l’ethnologue, se prêtaient mieux à une exposition dans des vitrines de musées que, par exemple, les « études anatomiques détaillées69 ». C’est en fin de compte les musées eux-mêmes que, dès 1887, Boas mettait en cause, qu’il s’agisse des musées d’histoire naturelle, d’ethnologie ou d’art. Beaucoup de commentateurs américains ont relevé la méfiance paradoxale de Boas envers les phénomènes d’« acculturation » : le théoricien du diffusionnisme prenait acte de déplacements incessants d’objets, de symboles et de significations entre les cultures mais ne semblait valoriser que ceux qui affectaient les cultures « primitives » entre elles et non ces cultures dans leur rapport avec les cultures « contemporaines », américaines ou européennes. L’insertion d’artefacts dans un cadre tel que celui du musée ne lui semblait pas présenter a priori de potentialités positives de dévoilement, ni même de réinvention ou de réinterprétation. Ou plutôt, il n’envisageait la possibilité de réinventions muséales productives que dans le cas de collaborations avec des Indiens, comme Charles Edenshaw ou George Hunt. Le strict devenir muséal d’un objet était appréhendé par lui sur le mode d’un deuil. Si Boas faisait état, en 1900, de sa nostalgie du hall immense du Musée d’Ethnologie de Berlin, c’est parce qu’un totem haida avait dû être coupé en trois au musée de New York, faute d’un plafond assez élevé pour le recevoir70. Les performances organisées avec des acteurs indiens vivants se concluaient souvent, le fait est bien connu, par le décès des intervenants (et l’archivage de leurs ossements71). Selon Ira Jacknis, la clé de la rupture de Boas avec le musée résidait dans la substitution d’un paradigme du « processus » au paradigme de « l’objet72 ». Les connotations mortifères de ce dernier, ajoutait Jacknis, étaient appréhendées par l’ethnologue avec d’autant plus d’acuité qu’il était l’héritier d’une vision « holistique » inspirée du « romantisme allemand ».

  • 73  Franz Boas, [Compte rendu du livre de Archibald Geikie, The Teaching of Geography,Londres, McMilla (...)
  • 74  Claude Lévi-Strauss, op. cit.,p. 875.

34La notion de « surroundings » mise en exergue dès les premiers textes de Boas semble avoir concentré tout ce dont le musée tendait selon lui à faire éprouver le manque : un « environnement » dont la saisie était d’abord subjective, « affective », effrayante ou délicieuse, mais en tout cas merveilleuse. En même temps que la critique de Mason, Boas avait publié en 1887 le bref compte rendu d’un livre sur la pédagogie de la géographie, qui décrivait l’éveil des enfants à l’observation de leur « environnement », couleur du temps, mobilier de la salle de classe, soie du foulard porté par un élève73. De fait, l’attrait des « surroundings » était pour Boas inextricablement scientifique et enfantin. Ni régressif ni attaché à des totalités perdues, cet intérêt visait surtout à retrouver une pratique de libres associations que les cultures indiennes avaient cultivée avec une intensité unique. Lévi-Strauss l’avait magnifiquement perçu, malgré « l’échec » de Boas, dans les salles du musée de New York aménagées par ce dernier : « Il est à New York, écrivais-je en 1943, un lieu magique où les rêves de l’enfance se sont donné rendez-vous ; où des troncs séculaires chantent et parlent ; où des objets indéfinissables guettent le visiteur avec l’anxieuse fixité de visages ; où des animaux d’une gentillesse surhumaine joignent comme des mains leurs petites pattes, priant pour le privilège de construire à l’élu le palais du castor, de lui servir de guide au royaume des phoques, ou de lui enseigner dans un baiser mystique le langage de la grenouille ou du martin-pêcheur. Ce lieu, auquel des méthodes muséographiques désuètes, mais singulièrement efficaces, confèrent les prestiges supplémentaires du clair-obscur des cavernes et du croulant entassement des trésors perdus, on le visite tous les jours, de 10 heures à 5 heures, à l’American Museum of Natural History74. »

Haut de page

Annexe

Fig. 1 : Mâts totémiques dans un village haida, Queen Charlotte Island,
photographie tirée de Franz Boas, « The Jesup North Pacific Expedition »,The American Museum Journal, vol. III, 5 octobre 1905.

Fig. 1 : Mâts totémiques dans un village haida, Queen Charlotte Island,photographie tirée de Franz Boas, « The Jesup North Pacific Expedition »,The American Museum Journal, vol. III, 5 octobre 1905.
Haut de page

Notes

1  Laurel Kendall, Igor Krupnik, « Introduction », in: Id. (éd.), Constructing Cultures then and now. Celebrating Franz Boas and the Jesup North Pacific Expedition, Washington, Arctic Studies Center / National Museum of Natural History / Smithsonian Institution, 2003, (p. 1-14), p. 4.

2  Cf. Franz Boas, The Kwakiutl of Vancouver Island, Leiden, E. J. Brill-New York, G. E. Stechert, 1909, p. 307.

3  La correspondance professionnelle entre les deux hommes, au ton souvent très personnel, rédigée pour l’essentiel en allemand (Von den Steinen) et en anglais (Boas), est conservée aux Archives de l’American Museum of Natural History (AMNH) pour la période où Boas y fut employé (1896‑1905), et à l’American Philosophical Society (APS) de Philadelphie pour les autres années. Elle comprend plus d’une centaine de lettres. Je remercie Kirsten Mable et les conservateurs de l’APS de Philadelphie pour leur accueil et leurs conseils. Une copie microfilmée (la seule à ce jour en Europe) de la totalité de la correspondance professionnelle de Boas conservée à Philadelphie est à présent consultable à la médiathèque du musée du quai Branly.

4  Dans une lettre du 12 juillet 1903, Karl von den Steinen écrivait à Boas : « Bastian est revenu. Il est un peu plus petit, mais il n’a pas changé. […] Il m’a vivement demandé de vos nouvelles, il vous aime beaucoup, vos Eskimos ont une foule de pensées élémentaires » (Archives APS). En 1915 encore, von den Steinen évoquait dans une lettre à Boas la mémoire de Bastian, décédé dix ans plus tôt, qui « aurait eu 90 ans » (lettre du 28 juin 1915, Archives APS).

5  Le 4 novembre 1903, Boas écrivait par exemple à von den Steinen : « J’ai fait photographier les spécimens que je vais vous envoyer, et une liste descriptive complète a été préparée. […] J’espère pouvoir envoyer toute la collection à Berlin ce mois-ci. Elle comprend pour une large part des objets Sioux, Gros Ventres et Ojibwa » (Archives AMNH). Voir aussi la lettre de Boas à von den Steinen datée du 13 mai 1904 (objets Blackfeet collectés par Wissler ; objets de Colombie britannique et du nord de l’État de Washington collectés par James Teit) ; et la lettre du 25 juillet 1907 à von den Steinen, au sujet de manteaux à plumes de Hawaii (Archives APS).

6  Le 1er août 1897, Karl von den Steinen se trouvait à San Francisco et annonçait à Boas qu’il s’était rendu sur l’île de Vancouver pour rencontrer une nouvelle fois « Jacobsen » et « faire quelques acquisitions pour le musée de Berlin » (Archives AMNH).

7  Franz Boas, Lettre à Karl von den Steinen, 9 mai 1900 (Archives AMNH).

8  Cf. Douglas Cole, Franz Boas. The Early Years 1858‑1906,Vancouver, Douglas & McIntyre-Seattle, University of Washington Press, 1999, p. 217.

9  Franz Boas, Lettre à Karl von den Steinen, 26 octobre 1903 (mention « Personal »).

10  Wolf Feuerhahn a étudié le cas de Hugo Münsterberg (1863‑1916), émigré allemand professeur de philosophie à Harvard, dont il voulut réorganiser le campus autour de la faculté de philosophie (« “Oeuvrer pour l’unité de la connaissance humaine”. Le Congress of Art and Science de Saint-Louis (1904) », Revue germanique internationale 12, 2010, p. 139‑157). À la veille du Congrès de Saint-Louis, Boas fustigeait la mégalomanie de Münsterberg, « dont l’objectif avoué était de faire venir des célébrités de toutes les nations pour discuter son épistémologie » (Lettre de Boas à von den Steinen, 4 novembre 1903, Archives APS).

11  Franz Boas, « Some principles of Museum Administration », Science 35,n° 650, June 14, 1907, (p. 921‑933),p. 932.

12Ibid.,p. 922.

13Ibid.,p. 925.

14Ibid.,p. 922.

15Ibid.,p. 932.

16  Cf. Marian W. Smith, « Boas “Natural History” Approach to Field Method », in: Walter Goldschmidt (éd.), The Anthropology of Franz Boas, Memoir n° 89 of the American Anthropological Association, vol. 61, n° 5, part 2, october 1959, (p. 46‑60), p. 51.

17  Cette citation est extraite d’un des tout derniers textes de Boas, publié à titre posthume : Franz Boas, « Recent anthropology », Science 98, 1943, (p. 334-337), p. 314.

18  Marian W. Smith, op. cit.,p. 51.

19  Cf. Ira Jacknis, « The Ethnographic Object and the Object of Ethnology in the Early Career of Franz Boas », in: George W. Stocking Jr. (éd.), Volksgeist as Method and Ethic. Essays on Boasian Ethnography and the German Philosophical Tradition, Madison Wis., The University of Wisconsin Press, 1996, (p. 185‑214), p. 196‑197.

20  Marian W. Smith, op. cit.,p. 52.

21  Douglas Cole, op. cit.,p. 249.

22Ibid.,p. 246.

23  George Dorsey, « The Anthropological Exhibits at the American Museum of Natural History », Science 25, 12 April 1907.

24  Franz Boas, « Some principles », p. 922.

25  Karl von den Steinen, nécrologie d’Adolf Bastian, p. 247.

26  Max Weber, La Science, profession et vocation,trad. d’Isabelle Kalinowski, Marseille, Agone, 2005, p. 46.

27  Franz Boas, Lettre à George Dawson, citée par Ira Jacknis, « Franz Boas and Exhibits: On the Limitations of the Museum Method of Anthropology », in: George W. Stocking (éd.), Objects and Others, (p. 75‑111), p. 89.

28  Aldona Jonaitis, « Franz Boas, John Swanton and the New Haida Sculpture at the American Museum of Natural History », in: Janet Catherine Berlo (éd.), The Early Years of Native American Art History, Seattle,Washington University Press, 1992, (p. 22‑62), p. 40 sq.

29  Le terme est de Max Weber.

30  Boas expliqua à von den Steinen les raisons de sa démission dans une lettre datée du 25 mai 1905 (Archives AMNH).

31  Voir notamment les lettres de von den Steinen à Boas datées du 9 août 1898, du 11 juillet 1904 ou encore du 26 décembre 1916 (Archives AMNH et APS).

32  Max Weber, La Science, profession et vocation,p. 18.

33  Ira Jacknis, « The Ethnographic Object »,p. 187.

34  « Indirekt regiert souverän Ihr damned dollar », écrivait Karl von den Steinen à Boas, le 9 janvier 1923 (Archives APS).

35  Déclaration de Karl von den Steinen au Königliches Curatorium de l’université de Marbourg, 3 mars 1892, document d’archives reproduit dans la notice Wikipédia allemande « Karl von den Steinen ».

36  Lettre de Karl von den Steinen à Franz Boas, 9 août 1898 (Archives APS).

37  Cf. Max Weber, La Domination, trad. d’Isabelle Kalinowski, Paris, La Découverte, 2013, p. 281 sq.

38  Lettre de von den Steinen à Boas, 10 juillet 1906 (Archives APS).

39  Cf. Ira Jacknis, « The Ethnographic Object », p. 191.

40  Franz Boas, « The Jesup North-Pacific Expedition », The American Museum Journal 3, n° 5, octobre 1903, (p. 73‑119), p. 85.

41  Journal de bord de Wladimir Bogoras, cité par Boas in : ibid.,p. 115.

42  Céline Trautmann-Waller, « Unité de l’humanité et unité de la science ? Boas et l’anthropologie physique », in : Michel Espagne et Isabelle Kalinowski (éd.), Franz Boas. Le travail du regard,Paris,Armand Colin, 2013, p. 53‑75.

43  Yu Xie, « Franz Boas and Statistics », Annals of Scholarship 5, 1988, p. 269‑296.

44  Franz Boas, « L’Étude de la géographie », traduit par Camille Joseph in : Michel Espagne et Isabelle Kalinowski (éd.), p. 271‑280 (initialement paru dans Science 9, 1887, p. 137‑141).

45  Céline Trautmann-Waller, op. cit.,p. 70.

46  Sur l’observation de la nature chez Boas enfant, voir Isabelle Kalinowski, « L’exubérance des formes », in : Michel Espagne et Isabelle Kalinowski (éd.), p. 241‑242 ; Douglas Cole, op. cit., p. 230, a relaté combien Boas avait pris plaisir à renouer avec ces promenades naturalistes en compagnie de son fils Ernst.

47  Franz Boas, « Facial Paintings of the Indians of Northern British Columbia », Memoirs of the AMNH 2, 1898.

48  Sur Edenshaw, voir notamment Aldona Jonaitis, « A “Novel and Modern” Artist: Charles Edenshaw », in: Daina Augaitis, Robin K. Wright et Jim Hast (éd.), Charles Edenshaw,Londres, Black Dog Publishing, 2013, p. 195-203.

49  Helen Codere, « The Understanding of the Kwakiutl », in: Walter Goldschmidt (éd.), op. cit., p. 61.

50Ibid.,p. 72.

51  Franz Boas, Race, Language and Culture, New York, The Macmillan Co., 1940, p. 338.

52Id., L’Art primitif, trad. Manuel Benguigui et Catherine Fraixe, Paris, Adam Biro, 2003, p. 117‑118.

53  Claude Lévi-Strauss, La voie des masques,in : Id., Œuvres, Paris, Blibliothèque de la Pléiade, 2006, p. 876 (ce passage est une reprise du texte « The Art of the Northwest Coast at the American Museum of Natural History », Gazette des Beaux-Arts 24, 1943, p. 175‑182).

54  Franz Boas, « Mythology and folktales of the North American Indians », Journal of American Folklore Society 27, 1914, (p. 374-410), p. 381.

55  Franz Boas, « Some Principles… », p. 928.

56  « Le Louvre devrait recueillir certains chefs-d’œuvre exotiques dont l’aspect n’est pas moins émouvant que celui des beaux spécimens de la statuaire occidentale », écrivait Apollinaire (« Sur les musées » [1909], in : Id., À propos d’art nègre, Toulouse, Toguna, 1998, p. 6).

57  « L’époque n’est pas lointaine, sans doute, où les collections provenant de cette partie du monde quitteront les musées ethnographiques pour prendre place, dans les musées des Beaux-Arts, entre l’Égypte ou la Perse antiques et le Moyen Âge européen. » (Claude Lévi-Strauss, op. cit., p. 875).

58  Voir la nécrologie de Bastian par von den Steinen (Zeitschrift für Ethnologie 2‑3, 1905, p. 240) : « “Mais à quoi bon ces peintres modernes ? Est-ce que nous avons le temps d’avoir des états d’âme ” Il n’était pas en très bons termes avec les Muses de l’art. En 1903, je lui demandai s’il allait voir des expositions artistiques. “Jamais”, me répondit-il très énergiquement.'Et quand avez-vous été au théâtre pour la dernière fois ?' Il réfléchit un instant et me dit : “En 1859” ».

59  Cf. Isabelle Kalinowski, « Franz Boas et “l’exubérance des formes” », p. 248‑249. Dans une interview de 1938, Boas confiait que les deux grands chocs de sa jeunesse avaient été la rencontre avec un étudiant théologien et, d’autre part, « une série de conversations avec une sœur aînée qui avait des dons artistiques » et ne pouvait se résoudre à admettre le « monde matérialiste » du jeune chercheur (in : The Nation 147, 1938, p. 201‑204).

60  Franz Boas, « Some Principles of Museum Administration », p. 930‑931.

61Ibid.,p. 928.

62  Cf. Ira Jacknis, « The Ethnographical Object », p. 197 et 189.

63  Franz Boas, L’Art primitif, p. 137.

64  Aldona Jonaitis, op. cit.

65  Franz Boas, « Museums of Ethnology and Their Classification », Science 9, n° 228, 17 juin 1887, (p. 587‑589), p. 589.

66Id., « The Occurrence of Similar Inventions in Areas widely Apart », Science 9, n° 224, 20 mai 1887, (p. 485‑486), p. 485.

67Ibid.,p. 486.

68  Voir Isabelle Kalinowski, « L’exubérance des formes ».

69  Franz Boas, « Some Principles of Museum Administration », p. 931.

70  Cf. Aldona Jonaitis, op. cit., p. 50.

71  Cf. Douglas Cole, op. cit.,p. 209.

72  Ira Jacknis, « The Ethnographical Object », p. 202.

73  Franz Boas, [Compte rendu du livre de Archibald Geikie, The Teaching of Geography,Londres, McMillan], Science vol. , 16 septembre 1887, p. 139.

74  Claude Lévi-Strauss, op. cit.,p. 875.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Mâts totémiques dans un village haida, Queen Charlotte Island,photographie tirée de Franz Boas, « The Jesup North Pacific Expedition »,The American Museum Journal, vol. III, 5 octobre 1905.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1522/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 1 : Mâts totémiques dans un village haida, Queen Charlotte Island,photographie tirée de Franz Boas, « The Jesup North Pacific Expedition »,The American Museum Journal, vol. III, 5 octobre 1905.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Kalinowski, « Franz Boas, le Musée d’Histoire Naturelle de New York et la galerie de Dresde », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 113-132.

Référence électronique

Isabelle Kalinowski, « Franz Boas, le Musée d’Histoire Naturelle de New York et la galerie de Dresde », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1522 ; DOI : 10.4000/rgi.1522

Haut de page

Auteur

Isabelle Kalinowski

Directrice de recherches, UMR Pays germaniques-Transferts culturels, CNRS-ENS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals