Navigation – Plan du site

Emprunts transnationaux et constitution du Musée de l’Homme

Alice Conklin
Traduction de Pascale Rabault-Feuerhahn
p. 169-186

Résumés

Dans l’entre-deux-guerres, la plupart des grands musées d’ethnographie occidentaux furent rénovés et restructurés, grâce à une volonté nouvelle d’instruire le grand public sur les régions lointaines du monde. Ces musées avaient été créés à la fin du xixe siècle, au moment où la conquête impériale, les fiertés nationales et la professionnalisation de l’anthropologie encourageaient la collecte scientifique des artéfacts des sociétés dites « primitives ». À Paris, Paul Rivet et Georges-Henri Rivère firent de l’ancien Musée d’ethnographie du Trocadéro, créé en 1878 et qui était assez marginal, l’un des musées anthropologiques les plus modernes au monde : le musée de l’Homme. Pour ce faire ils s’inspirèrent de modèles très variés sur le plan idéologique, comme les musées soviétiques et américains, profondément didactiques, ou les collections coloniales belges et hollandaises. Malgré les crises politiques et économiques des années 1930, on assiste ainsi de 1929 à 1938 à un moment particulièrement fort dans la circulation transnationale des modèles muséographiques en France.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l'anglais par Pascale Rabault-Feuerhahn

Texte intégral

 « Pourquoi sommes-nous dédaigneusement tenus à l’écart de ce grand courant d’échanges de collections, de publications et d’idées entre les différents musées ethnographiques du monde ? »
Rapport sur la réorganisation générale du Musée, 1er sept. 1931

1En 1938, le principal musée ethnographique de Paris, le Musée d’ethnographie du Trocadéro, rouvrit ses portes sous sa nouvelle identité de musée de l’Homme. Au cours des dix années précédentes, avec un budget des plus limités, il avait entrepris deux rénovations et se targuait d’être désormais l’institution la plus moderne au monde dédiée à l’exposition de la diversité culturelle et raciale de l’humanité. Le principe directeur du Musée était que l’on pouvait et même que l’on devait ordonner et présenter l’ensemble de l’histoire naturelle de l’humanité à l’attention à la fois des spécialistes et du grand public. Conçue par Paul Rivet, spécialiste d’anthropologie physique et plus particulièrement d’archéologie précolombienne et de langues amérindiennes, la rénovation du Trocadéro eut toutefois aussi un autre impresario en la personne de Georges Henri Rivière, jeune assistant issu du monde de l’art qui n’avait pas encore fait ses preuves et qui dirigea la transformation matérielle du Musée entre 1929 et 1937.

  • 1  Un musée parisien, le Musée Guimet consacré à l’art religieux et à l’archéologie de l’Asie, a auss (...)

2Cet article se concentre sur l’évolution formelle du Musée et sur le public visé par cette institution en voie de rénovation à une époque où la question du public était de plus en plus prise en compte dans les musées d’art en France. Plutôt que d’envisager comme des évidences l’élan du Trocadéro vers la modernité et son ouverture au grand public, je chercherai à replacer ces évolutions dans un contexte international plus large. Les années 1920 et 1930 se révélaient être une période d’innovation globale, avec le remaniement de nombreux musées ethnographiques plus anciens et la création de nouveaux musées. En Europe, les conservateurs de musée qui désiraient engager des réformes, comme Rivet et Rivière, considéraient les États-Unis comme la patrie par excellence du musée moderne, où organisation rationnelle et technicité étaient combinées de façon à attirer le grand public tout en satisfaisant les spécialistes. Les deux rénovations du Trocadéro furent ainsi très largement inspirées par des exemples américains. Mais Rivet et Rivière furent aussi influencés par d’autres expérimentations qui avaient été engagées dans le domaine de l’organisation des musées dans l’entre-deux-guerres en Scandinavie, aux Pays-Bas, en Allemagne et de manière peut-être encore plus spectaculaire en Union Soviétique, où les bolcheviques créaient des musées ethnographiques très didactiques, destinés à apporter la science aux masses1.

3Dans ce qui suit, j’explorerai les emprunts transnationaux qui aidèrent Rivet et surtout Rivière à transformer, à Paris, au plus fort de la Grande dépression, un musée négligé en un musée unique en France, à la pointe de la vulgarisation. L’avènement du Front populaire, dont Rivet était l’un des architectes, et la forte popularité du « primitif » sous toutes ses formes dans l’entre-deux-guerres jouèrent un rôle clé dans cette rénovation. Mais tout aussi importante fut la série de voyages que Rivière entreprit entre 1929 et 1937 pour visiter des musées à l’étranger et collecter des idées pour trouver la meilleure manière de procéder à Paris. La transformation du Musée d’ethnographie en Musée de l’Homme offre ainsi un exemple convaincant de la manière dont les élites françaises ont, pendant ces années marquées par la crise économique et politique, été chercher à l’étranger l’inspiration pour moderniser et démocratiser une institution culturelle prestigieuse – on pourrait d’ailleurs voir là un précédent à la décision audacieuse de François Mitterrand de s’adresser à un architecte américain, I. M. Pei, pour insuffler une nouvelle vie dans un musée démodé et dépérissant tel que le Louvre dans les années 1980.

  • 2  Sur les collections ethnographiques en Allemagne, voir H. Glenn Penny, Objects of Culture: Ethnolo (...)
  • 3  AMH/2 AM 1 G2/b/Rapport sur la réorganisation générale du musée, 1er septembre 1931.

4Le Musée d’ethnographie du Trocadéro avait été fondé à la fin des années 1870, à une époque où de nombreuses villes occidentales créaient de nouveaux musées d’ethnographie ou bien développaient des collections plus anciennes. Il avait pour vocation d’héberger une série éclectique d’artefacts provenant de sociétés traditionnelles ou « primitives » à une période d’expansion impérialiste. Mais en l’espace d’une génération après sa fondation, il fut dépassé par la plupart de ses rivaux à l’étranger, dont beaucoup étaient bien mieux dotés que lui. Les grandes villes d’Allemagne et des États-Unis montraient la voie ; Londres aussi avait des collections impressionnantes, même s’il ne s’y trouvait pas de musée spécifiquement dédié à l’ethnographie2. La France se voyait même humiliée par des pays de taille plus modeste comme la Suisse, la Belgique ou les Pays-Bas. Vers 1925 cependant, le destin du Musée d’ethnographie prit un autre tour. En 1928, Rivet fut élu à la chaire d’anthropologie du Muséum d’histoire naturelle, la seule en France consacrée à cette discipline. Il lia alors la direction du Musée d’ethnographie à sa chaire, rêvant de faire du Musée « le conservatoire de la civilisation matérielle considérée dans son ensemble : chasse, pêche, alimentation, habitation, habillement, parure, attributs cérémoniels, objets rituels, magiques, juridiques, jeux, productions artistiques etc. (…) des peuples primitifs vivants ou disparus dans les tout derniers siècles3 ».

  • 4  Sur la carrière professionnelle de Rivière, voir Nina Gorgus, Le Magicien des vitrines. Le muséolo (...)

5Si cette formulation peut sembler un peu aride, Rivet fut suffisamment avisé pour tourner en avantage le défi que représentait la réorganisation des collections en choisissant comme sous-directeur du Musée Georges Henri Rivière4.

6Rivière était un choix inspiré mais surprenant à une époque où la discipline ethnologique venait d’être professionnalisée en France avec la création, en 1925, de l’Institut d’ethnologie de l’Université de Paris. Rivière n’avait ni diplôme universitaire, ni formation scientifique même s’il avait étudié l’art antique à l’École du Louvre, et qu’il travaillait depuis 1925 comme conservateur à temps partiel pour l’amateur d’art parisien David David-Weill. Rivière retint l’attention de Rivet à cause de son rôle dans l’organisation de la première exposition d’art précolombien, à Paris en 1928, dont il emprunta la moitié des 1 250 objets au Trocadéro. Cette exposition connut un succès immédiat auprès des mécènes parisiens et montra que l’on pourrait faire appel à des fonds privés pour contribuer au financement de la rénovation que Rivet souhaitait entreprendre. En embauchant Rivière, Rivet bénéficia non seulement de son sens du contact et de ses compétences étendues sur le plan administratif et artistique, mais aussi de son carnet d’adresses. Rivière allait se dévouer entièrement à la rénovation jusqu’à la fin des années 1930 et inciter une équipe de volontaires à faire de même, avant de se mettre à travailler à la création d’un nouveau musée national du folklore (le musée des Arts et Traditions Populaires).

  • 5  Paul Rivet, Paul Lester, Georges-Henri Rivière, « Le Laboratoire d’anthropologie du Muséum », Nouv (...)

7L’une des premières démarches de Rivet fut d’envoyer Rivière faire une tournée internationale des musées ethnographiques, et Rivière continua à voyager d’un musée étranger à l’autre pendant toutes les années 1930, pour des raisons qui allaient au-delà de son inexpérience dans ce domaine et de son besoin de se former lui-même. Attiré par l’innovation sous toutes ses formes, il lui fallait se tourner vers l’étranger car les musées français n’avaient pas beaucoup changé depuis un demi-siècle. Au niveau international en revanche proliféraient des modèles de modernisation susceptibles d’être imités par les nouveaux directeurs du Musée d’ethnographie. Rivet et Rivière affirmaient que c’était en fait un avantage d’arriver après les autres, car cela permettait de profiter de l’expérience de tous ceux qui avaient précédé5.

  • 6  Voir sa biographie de son mari: Nina Spalding Stevens, A Man and a Dream: the Book of George W. St (...)

8De façon attendue pour un conservateur en quête des dernières innovations, la première destination de Rivière fut les États-Unis, berceau de ce que les Européens de l’entre-deux-guerres nommaient communément le « musée moderne ». En effet, Rivière était tellement impatient de voir les musées américains spécialisés en ethnographie qu’en janvier 1929, il consacra son voyage de noces à les visiter avec sa nouvelle femme Nina Spalding Stevens. Les coulisses de ce voyage de noces studieux méritent qu’on s’y attarde car elles révèlent la place particulière des musées américains dans l’imaginaire européen de l’entre-deux-guerres. Nina Stevens, qui était veuve, fut une pionnière de l’étude du rôle social des musées, surtout au Toledo Art Museum (Ohio) qu’elle avait contribué à fonder6. Étant donné l’homosexualité de Georges Henri Rivière (que Stevens ignorait peut-être), le mariage reposait sur l’avantage qu’il procurait à chacun des époux, Stevens cherchant à entrer dans la société parisienne et Rivière, dans le monde des musées américains. Il dura néanmoins cinq ans et la relation entre Rivière et Stevens débuta autour d’une passion commune pour les beaux objets.

  • 7  AMH/2 AM 1 B1/a/Conférence de Georges Henri Rivière adressée au American Women’s Club, 9 mai 1930: (...)

9Rivière n’a pas laissé de compte rendu direct de ses impressions sur les musées qu’il visita en 1929 avec Stevens à Cleveland, Chicago, Détroit, Philadelphie, Boston et New York. Mais une conférence détaillée qu’il donna en mai 1930 à l’American Women’s Club de Paris sur les rénovations en cours au Trocadéro nous livre quelques renseignements. Rivière flatte son auditoire féminin en parlant des « heureux Américains » et en invoquant « ces magnifiques bâtiments en marbre blanc où l’air, la température, la propreté sont réglés minutieusement ». Citant explicitement les grandes institutions ethnographiques américaines comme modèles (le Smithsonian, le Field Museum, l’American Museum of Natural History, la Heye Collection of the American Indian), il préconise la patience et la confiance dans le futur concernant son propre musée : « nous aurons de tout cela aussi et bien d’autres choses ». Il note ensuite que le Musée d’ethnographie, quoique riche en objets, est hébergé dans un bâtiment petit et ridicule dont la vue ferait honte à une petite ville américaine de cent mille habitants. Il fallait ajouter des pièces de stockage et prendre exemple sur les Américains qui divisaient les collections, n’exposaient que les pièces de premier choix au public et réservaient le reste des objets aux spécialistes. À la fin de son panorama, Rivière rend un dernier hommage aux femmes qui l’écoutent : « Enfin, en bons Américains, nous devons songer à notre publicité7 ».

  • 8  Jean Lemeere, « La conception et l’organisation modernes des Musées d’Art et d’Histoire », Mouseio (...)
  • 9  Jean Capart, « Le rôle social des Musées », Mouseion 12, 1930, (p. 219‑238), p. 221.
  • 10  Jean Lemeere, op. cit., p. 279.

10Énoncé devant un public qu’il souhaitait acquérir à sa cause, le jugement positif de Rivière sur les techniques muséales américaines était cependant typique du discours des experts européens des musées de l’époque. Même les conservateurs de musée les moins enclins au changement étaient plus ou moins d’accord pour dire que le musée moderne « a vu le jour aux États-Unis8 » où « nos amis d’outre-Atlantique ont eu la bonne fortune de pouvoir “créer de toutes pièces” s’inspirant des principes nouveaux9 », contrairement à l’Europe où les musées restaient prisonniers de collections beaucoup plus anciennes réunies au hasard, étaient mal logés, et commençaient à peine à se préoccuper de problèmes tels que la fatigue des visiteurs ou la surcharge sensorielle. Rivière louait particulièrement le concept américain de « double musée », qui correspondait à une division de l’institution entre des galeries publiques avec des œuvres « importantes » à voir pour tout le monde, et des réserves fermées pour « les objets secondaires ou moins intéressants » susceptibles d’intéresser les experts10. Les Européens avaient aussi beaucoup à apprendre, selon lui, des nouvelles techniques pédagogiques mises en œuvre dans les musées américains pour atteindre un public inhabituel. En Europe, les musées étaient restés l’apanage exclusif des spécialistes, tandis qu’aux États-Unis les écoles publiques élémentaires et les musées collaboraient de longue date. Là encore, estimaient les spécialistes des musées, il était avisé d’imiter les Américains.

  • 11  AMH/2 AM 1A 3/a/Georges Henri Rivière à L’Humanité, 24 décembre 1931, n° 2330.

11Mais vers 1930, les musées américains n’étaient pas les seuls à se soucier de toucher un public populaire. Les Russes avaient depuis longtemps initié une politique d’expansion des musées pour faire connaître au peuple les divers groupes ethniques de la nouvelle Union des républiques socialistes soviétiques. Même si Rivière ne voyagea pas en Russie avant 1936, en décembre 1931 il commença à évoquer l’exemple soviétique comme preuve supplémentaire que le musée ethnographique parisien était honteusement en retard. « Notre plus cher objectif est d’instruire et d’intéresser les travailleurs », écrivit-il au rédacteur en chef de l’Humanité. « Si vous voulez bien vous informer de la politique suivie par l’Union soviétique en faveur des musées ethnographiques, vous serez édifié : leur nombre est devenu considérable au cours de ces dernières années et beaucoup d’entre eux pourront nous servir de modèles11 ».

  • 12  Francine Hisch, Empire of Nations: Ethnographic Knowledge and the Making of the Soviet Union, Itha (...)

12Rivière était très bien informé. Depuis la fin de la guerre civile, les Soviétiques avaient, pour des raisons idéologiques, lancé une série d’expositions ethnographiques. Ils cherchaient à soviétiser l’ensemble de la population en créant – aussi paradoxal cela puisse-t‑il paraître – des identités nationales pour les communautés ethniques non russes qui peuplaient les républiques et les districts d’Asie centrale récemment intégrés au régime. Officiellement anti-impérialistes, les Soviétiques devaient réconcilier cet aspect de leur idéologie avec leur volonté de contrôler les ressources et les peuples de l’ancien Empire russe. Pour ce faire ils adoptèrent une politique marxiste d’évolutionnisme sponsorisé par l’État et visant à transformer les tribus et les clans de « l’ère féodale » en « nationalités » avancées sur le plan économique et vouées à devenir des nations de l’ère socialiste puis, à un moment donné, à se fondre dans le communisme. Un élément clé de ce dispositif était le département ethnographique du Musée Russe de Leningrad, ainsi que le Musée, plus ancien, d’anthropologie et d’ethnographie dont le personnel se concentrait sur la mise en place d’expositions muséales véritablement marxistes pour tracer la voie du progrès vers le socialisme12. De même que le futur Musée de l’Homme allait se targuer d’offrir aux visiteurs un « tour du monde en deux heures », le Musée russe proclamait qu’il était possible pour des gens ordinaires de visiter toute l’Union soviétique en une seule et même visite guidée.

13Envisagé dans le contexte du développement muséologique au niveau international, l’effort pour créer des expositions représentant des ethnies et leurs cultures comme « nationalistes dans la forme et socialistes dans le contenu » peut sembler tout à fait extraordinaire. Les Américains ont peut-être été les premiers à utiliser de nombreuses techniques que les Soviétiques reprirent ensuite pour faire passer leur message à un public de spectateurs : le double musée, l’affichage didactique, avec des visites guidées. Mais les Soviétiques étaient plus ambitieux quant au contenu (dialectique marxiste) communiqué à travers ces médias et ils étaient aussi plus déterminés à impliquer des ouvriers et des paysans dans les expositions. On demandait aux spectateurs d’écrire ce qu’ils avaient appris car les membres du parti voulaient mesurer si le changement des mentalités qu’ils voulaient réaliser était bien en train de se produire. Rivière fut tout aussi séduit par ces pratiques soviétiques lorsqu’il les vit en 1936, qu’il l’avait été par celles américaines sept ans plus tôt.

  • 13  Penny, op. cit., p. 147.
  • 14  AMH/2 AM 1 G 2/c/ brouillon de rapport « sur la nécessité de doter le Musée d’Ethnographie du Troc (...)
  • 15  Anne-Solène Rolland, « Art ou ethnologie ? Questions de présentation dans les Museen für Völkerkun (...)

14Aussi impressionnants fussent-ils, les musées américains et soviétiques n’épuisaient pas l’éventail des formes que pourrait prendre le Trocadéro rénové. Dans plusieurs villes européennes, l’entre-deux-guerres vit les premières tentatives de présenter les objets ethnographiques comme des objets d’art plutôt que des artefacts. À cet égard les grandes collections allemandes, que Rivière visita davantage que toutes les autres, sont un cas d’école. En Allemagne, les conservateurs, les chercheurs et les artistes débattaient depuis longtemps de la stratégie à mettre en œuvre pour présenter leurs collections. Le Museum für Völkerkunde de Berlin comme le musée ethnographique de Munich étaient considérés comme en crise du fait de l’excès d’objets, de l’absence de réserves, et de modes d’exposition datés et destinés aux seuls scientifiques13. Ces deux musées déménagèrent chacun dans des locaux plus grands au milieu des années 1920 et furent modernisés, mais selon des modalités très différentes14. À Berlin, les vitrines encombrées disparurent au profit d’un « ordre rationnel » moins fatigant pour les spectateurs profanes, notamment les familles ; mais l’intérêt scientifique restait le critère premier de sélection des objets à exposer15.

  • 16  Martin Heydrich, « La réorganisation du musée ethnographique de Munich », Mouseion 11, 1930, (p. 1 (...)
  • 17Ibid., p. 130‑131, 136.
  • 18  AMH/2 AM 1 K/68/b/Georges Henri Rivière à Lucien Scherman, 5 oct. 1933.

15À Munich, au contraire, avec l’arrivée du linguiste Lucian Scherman la priorité fut donnée aux considérations esthétiques. Influencé par la « découverte » de l’art africain et océanien par les expressionnistes allemands autour de 1900, Scherman faisait partie d’une nouvelle génération d’ethnologues basés dans des musées qui considéraient certains artefacts comme des œuvres d’art selon les critères européens. Il insistait sur le fait que pour apprécier justement un art, quel qu’il soit, il fallait connaître le milieu dans lequel il avait été produit16. Dans le cadre de son remaniement du musée, il invita des artistes à peindre les murs de différentes couleurs, introduisit des miroirs, remplaça les tables d’exposition horizontales par des vitrines verticales en verre, et exposa isolément les plus belles pièces. Cette transformation radicale intervint toutefois après 1923, lorsque les collections furent déménagées dans des bâtiments beaucoup plus vastes, dans le vieux Musée national. « Chaque salle et parfois aussi chaque groupe de salles furent organisés en unités artistiques, de façon à faire valoir au mieux leur contenu » ; les objets du quotidien étaient groupés de manière synoptique dans des vitrines tandis que les œuvres d’art étaient mises à part, avec assez d’espace pour produire le maximum d’effet. Pour éviter toute monotonie, les installations géographiques étaient interrompues par des regroupements comparatifs de vêtements, de céramiques et d’instruments de musique. « Si les savants spécialistes peuvent parfois être désagréablement impressionnés par le manque d’unité […] l’avantage de cette répartition reste évident pour le public ». Comme le nota un critique, « le musée de Munich est à la tête de tous les musées ethnographiques d’Europe17 ». En octobre 1933, Rivière demanda à Scherman de le guider à travers le musée de Munich « que vous avez, je le sais, si magnifiquement aménagé18 ».

  • 19  AMH/2 AM 1 K69/c/Rapport provisoire a.s. d’une visite d’études à Amsterdam et Bruxelles, pour la r (...)
  • 20  AMH/2 AM 1 A4/d/Georges Henri Rivière à Gaston Monnerville, 22 dec. 1932, n° 2703.

16Au cours de ses voyages d’exploration, Rivière cibla encore un autre modèle d’où s’inspirer : le Musée du Congo Belge à Tervuren (aujourd’hui appelé Musée royal de l’Afrique centrale) fondé en 1898 et l’Institut colonial d’Amsterdam (aujourd’hui Tropenmuseum) ouvert en 1926. Il se rendit dans ces deux musées à l’automne 1931, après avoir visité les principales collections coloniales britanniques, celles du Pitt Rivers Museum d’Oxford, du musée ethnographique de Cambridge, et du British Museum. Aucune de ces institutions n’était en cours de reconception, et il n’y a aucune trace des impressions de Rivière à leur sujet. À l’inverse, il fut subjugué par les ressources allouées au Musée du Congo à Tervuren et à l’Institut colonial d’Amsterdam. Le roi Léopold II avait créé le Musée du Congo pour contribuer à légitimer le régime scandaleux qu’il avait mis en place au Congo, fait historique que Rivière ne mentionne pas. Le musée avait des sections dédiées respectivement à l’ethnographie, aux ressources naturelles et minérales, et à l’histoire coloniale de cette unique possession belge d’Outre-mer. Avec une superficie de 8 000 m2, Rivière rapporte que le musée était déjà trop petit. Le budget d’un million de francs de Tervuren, écrivit-il, était « sans rival dans le monde, notamment pour le sérieux et l’abondance des documents19 ». L’Institut colonial d’Amsterdam avait aussi une organisation tripartite, un tiers du musée étant consacré au développement économique, un tiers à l’ethnographie, et un dernier tiers à l’hygiène tropicale. Rivière fut ébloui par la bibliothèque et ses rayonnages sur sept étages, une autre bibliothèque distincte de prêt pour les écoliers, un cinéma de 650 places avec trois écrans, l’éclairage électrique dans tout le musée, y compris dans les vitrines d’exposition, des panneaux muraux lumineux, un salon avec des chaises pivotantes, et par l’ordre parfait et la propreté qui régnaient partout. En 1932, il qualifia dans une lettre à un critique la section ethnographique de Tervuren de l’un de « nos modèles20 ».

17Entre-temps, toutefois, Rivière avait vu suffisamment d’endroits pour commencer à remodeler le musée du Trocadéro, dans la limite de différentes contraintes liées soit à sa représentation de ce qu’un musée ethnographique devait inclure, soit au manque de fonds. C’est un fait connu que lorsque Rivière et Rivet prirent la direction du Musée d’ethnographie, ils trouvèrent un établissement sous-financé, sous-doté en personnel, et qui débordait d’objets de qualité inégale, ni convenablement décrits ni suffisamment soignés. À défaut d’un budget pour les acquisitions, les collections avaient été amassées par donations, et les expositions d’origine étaient si dépassées que c’en était gênant. Le musée était particulièrement riche en artefacts précolombiens, mais ses collections d’Afrique subsaharienne et d’Asie du sud-est étaient étonnamment restreintes en regard des colonies françaises établies dans ces régions. De manière tout aussi importante, le vieux Palais du Trocadéro, qui avait été construit pour l’exposition universelle de 1878 et n’avait pas été conçu comme un musée, avait désespérément besoin d’être réhabilité selon des normes de construction plus modernes.

  • 21  AMH/2 AM 1 G2/c/ordre de service n° 6, 29 juin, 1929, revu le 7 juillet, 1930.
  • 22  Michel Leiris, « Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques », mai 1931, (...)

18Inspiré au moins en partie par ses voyages, Rivière releva chacun de ces défis avec énergie, imagination et talent. L’une de ses priorités fut de mobiliser ses contacts au Parlement pour assurer le financement par l’État de l’installation de nouvelles fenêtres, de l’éclairage électrique, du chauffage central et de nouvelles vitrines d’exposition. Dans le même temps, il revit l’ancien aménagement de manière à créer des galeries d’expositions temporaires et permanentes, une salle de conférences et de bibliothèque, des espaces de travail, des bureaux et des laboratoires. Suivant l’exemple américain, il répartit les collections entre des galeries destinées au public où des pièces uniques ou caractéristiques seraient exposées de manière beaucoup moins dispersée qu’auparavant, et des réserves accessibles seulement aux chercheurs compétents. Pour remettre en état les collections, Rivière recruta une petite armée de volontaires pour commencer le travail de longue haleine de restauration matérielle et de catalogage des objets du musée, tandis que de nouveaux objets commençaient à être acquis par le biais de dons, d’échanges, et d’expéditions vers les colonies françaises en particulier. Rivière avait alors déjà imposé un système méticuleux pour inventorier les objets, forgé sur celui en vigueur dans plusieurs musées américains21. Chaque objet collecté pour le musée devait comporter la mention exacte du site et de la date de sa « récolte », son ou ses noms en langues locales, et sa fonction. Seules les pièces correctement décrites seraient acceptées. Toutefois, elles ne devaient être ni exceptionnelles, ni spécialement belles. La sélection visait les objets les plus typiques et les plus pratiques d’un groupe ethnique donné : chaises, armes, ustensiles, vêtements mais aussi instruments de musique, jeux et masques sacrés, de façon à ce que la vie quotidienne des gens ordinaires soit adéquatement représentée22.

  • 23  AMH/2 AM 1 B1/d/Paul Croizé, « Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro qui demeura si longtemps mécon (...)
  • 24  AMH/2 AM 1 B1/d/Jean Archambaud, « Le Trocadéro poudreux devient sans doute un beau musée moderne. (...)

19Il est aussi impressionnant de voir comment Rivière réussit à entretenir constamment l’intérêt médiatique pour les efforts de rénovation du musée d’ethnographie, alors même que différentes galeries permanentes étaient temporairement fermées. Des journalistes de tous les bords politiques étaient invités pour voir la nouvelle muséographie en avant-première, et on les encourageait à diffuser la « bonne » nouvelle qu’un musée de style américain, organisé rationnellement à l’attention du grand public, allait enfin ouvrir dans la France « retardée ». En 1929, le grand quotidien Le Matin dévoila les plans du musée d’ethnographie en matière d’éclairage, de chauffage et de vitrines d’exposition23. En octobre 1930, Jean Archambaud du Paris Soir releva la transformation du musée poussiéreux du Trocadéro en un « beau musée moderne » avec des collections divisées en une section « didactique » et une section « spécialiste ». Chaque cabinet inclurait une carte, notait-il, de manière à ce que les visiteurs puissent voir la région occupée par la tribu dont les objets étaient exposés. « Le musée sera ainsi clair, vivant… chaque salle comprendra plus tard de petits cinématographiques automatiques : pour une somme modique on y pourra voir des films correspondant aux nations représentées dans la salle24 ».

  • 25  AMH/2 AM 1 B1/d/Paul Dany, « Notre Musée d’Ethnographie s’éveille de son long sommeil », 8 déc. 19 (...)

20En 1931, Paul Dany, du journal de droite L’Ami du Peuple, présenta Rivière comme un apôtre de la modernité parti en guerre contre la somnolence de l’ethnographie française depuis 1878. Il relayait avec approbation le constat de Rivière quant à la nécessité de rendre la France compétitive au niveau international : « Nous avons dû faire un appel sérieux à l’expérience de l’étranger pour rattraper le temps perdu… C’est de nos notes que sont sorties toutes les idées neuves en France qui seront utilisées25 ». Visitant le musée en avant-première en 1932, Joseph Billiet traita ces mêmes sujets dans L’Avenir, mais en louant particulièrement ce qu’il considérait comme le nouveau didactisme du musée. Le Trocadéro nouvelle version avait manifestement compris que « la base de toute éducation est sensorielle ». Chaque vitrine d’exposition bénéficiait d’un double éclairage ; des photos, des cartes, des dessins et des panneaux explicatifs étaient accrochés aux murs, selon une méthode de présentation déjà en œuvre dans la plupart des grands centres ethnologiques du monde. Billiet concluait que :

  • 26  AMH/2 AM 1 B4/a/Joseph Billiet, « Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro », L’Avenir 16 juillet, 193 (...)

(…) Devant ces salles claires, ces objets purement présentés, cette vaste documentation, immédiatement sensible, on se prend à penser qu’ainsi devrait être ordonné dans les établissements scolaires l’enseignement des matières vivantes : l’histoire, la géographie (…) et les sciences du langage et la formation de la pensée26 (…).

  • 27  AMH/2 AM 1 G2/b/Rapport sur la réorganisation générale du Musée, 1er sept. 1931.
  • 28  AMH/2 AM 1 A4/c/Paul Rivet à M. le Sous-Secrétaire des Beaux-Arts, 20 oct. 1932, n° 2249.
  • 29  Sur l’ouverture de ces salles voir AMH/2 AM 1 A4/a/Georges Henri Rivière à Michel Leiris and Marce (...)

21En fin de compte, la rénovation des galeries permanentes s’avéra plus longue que prévu. En 1931, Rivière devait encore créer les réserves nécessaires à la mise en place du principe du double musée, et sans lesquelles le public restait privé des « premières expositions rationnelles tant annoncées27 ». Un an plus tard, Rivet se plaignit que les réserves prévues soient déjà trop petites, sachant que 10 000 nouveaux objets arrivaient chaque année28. En dépit de ces contretemps, en 1932 les premières galeries publiques permanentes rouvrirent leurs portes : en juillet les sections de la salle américaine, et en décembre une salle d’ethnographie européenne, une salle des trésors, et une phonothèque et photothèque. Les salles de préhistoire africaine et asiatique et la salle d’Afrique noire suivirent en 1933, et les salles sur l’Asie et l’Océanie ouvrirent en janvier 1934. Vers la fin 1934, les galeries d’Afrique blanche (c’est-à-dire d’Afrique du Nord), de préhistoire américaine, de l’Arctique et de Madagascar avaient aussi ouvert ; la salle américaine fut achevée en mars 193529.

22Même un survol rapide de la liste des galeries et des départements indique que le principe d’organisation des objets par aires géographiques puis par groupe ethnique ou par civilisation n’était pas vraiment remis en cause. Seule la salle des trésors rompait avec ce modèle. Son existence rappelle que Rivière avait en tête la manière dont le marché de l’art primitif, en pleine expansion, pourrait être mis au profit du Musée d’ethnographie. Le but de la salle des trésors était d’exposer des œuvres « particulièrement remarquables au point de vue artistique (…), allégées de l’appareil et du classement scientifiques et rapprochées pour le plaisir de nos yeux ». Rivière fit appel au sculpteur Jacques Lipschitz pour installer des piédestaux en marbre noir sur fond rouge, un éclairage tamisé et des vitrines en verre encastrées dans les murs. La plupart des « trésors » étaient choisis pour leur beauté, leur rareté et leur valeur sur le marché de l’art :

  • 30  AMH/2 AM 1 A4/a/Georges Henri Rivière, « L’exposition de Bénin et les transformations du Musée d’E (...)

Un casque en plume des îles Hawaii… un bloc d’obsidienne gravé d’un signe du calendrier aztèque, un masque d’or de la Côte d’Ivoire, une statue du dieu Tiki des Iles Marquises, un pendentif en or de Colombie, une tête de mort en cristal de roche (Mexico), dieu serpent emplumé, chef-d’œuvre de la sculpture aztèque, un appuie-tête en ivoire du Congo belge, deux masques du Mexique précolombien, un miroir du Mexique en pyrite de fer, une grande plaque du Bénin et enfin un grand tissu du vieux Pérou30.

  • 31  AMH/2 AM 1 A5/d/Ordre de service, 23 août, 1933.

23Rivière expliqua au personnel du musée que la grande vitrine en verre vide à droite de l’entrée de la galerie africaine serait aussi réservée à l’« art nègre », pour s’aligner sur ce qui avait été fait dans les musées de Berlin, de Francfort et de Munich et pour se prémunir contre toute plainte de la part de la presse ou du public31.

  • 32  AMH/2 AM 1 G3/d/Anatole Lewitsky, « Quelques considérations sur l’exposition des objets ethnograph (...)

24En même temps qu’il séparait les « pièces maîtresses » et qu’il les réservait pour une exposition spéciale, Rivière affinait un ensemble de principes muséographiques plus généraux qui étaient aussi marqués par ses voyages. Comme il n’a laissé que quelques rapports sur ce sujet, le meilleur témoignage est fourni par l’un de ses proches collaborateurs, Anatole Lewitsky, un émigré russe qui connaissait bien les nouvelles pratiques soviétiques et qui arriva au Musée d’ethnographie en 1931 pour aider au stockage et à l’installation. De par leur nature, écrit-il, il est difficile de travailler avec les objets ethnographiques, car il y en a de toutes tailles et de toutes formes tandis que les vitrines n’ont qu’un seul format de base. Aussi nécessaires soient-ils pour le progrès de la science, les musées tuent les objets vivants en les ôtant à leur milieu et en les figeant. L’usage de matériaux alternatifs pour les ressusciter (cartes, photos, textes) soulève un autre problème : l’œil du spectateur doit constamment voyager entre et parmi les objets, le texte et le contexte. Le respect de quelques principes élémentaires doit néanmoins permettre de relever ces défis. Le mieux est de recourir à des fonds neutres et une présentation sobre et esthétique. Lewitsky observe que les Soviétiques ont rejeté les couleurs adoptées par Scherman à Munich parce qu’elles étaient trop intenses ; les objets doivent chacun être vus sans effort, et les plus grands, disposés au fond ; les groupes d’objets doivent être exposés horizontalement ou verticalement (plutôt que sur un pan incliné, fatiguant pour l’œil) ; les objets plus petits peuvent être accrochés et Lewitsky relève que Paul Rivet et Georges Henri Rivière ont beaucoup recouru à cette méthode depuis leur arrivée au musée. Le personnel doit continuer à éviter les modèles en cire (trop criards et artificiels) et il faut des textes courts et expressifs32.

  • 33  AMH/2 AM 1 A8/d/Statistique des entrées du Musée d’Ethnographie, 8 août, 1935, n° 1686.
  • 34  AMH/2 AM 1 A8/b/Georges Henri Rivière à M. Brémond, Secrétaire général des Émissions de la Radiodi (...)

25Avec l’ouverture de leurs dernières galeries dans la salle américaine en 1935, Rivet et Rivière pensaient être arrivés au terme de leur travail après sept ans d’abnégation. Rivière avait consacré toutes ses journées à la rénovation, organisant un flux continu d’expositions temporaires pendant que le musée était en cours de reconstruction. Les recettes avaient augmenté chaque année entre 1929 (18 519 francs) et le premier trimestre de 1935 (99 764 francs33). En accord avec la fibre pédagogique de Rivet, des milliers d’écoliers et d’autres groupes avaient été admis gratuitement ou à tarif réduit, et il espérait parvenir à faire ouvrir le musée en soirée. Depuis 1930 les chefs de départements, Rivet compris, avaient fait des visites guidées pour les groupes. En mars 1935, technologie moderne et objectif de diffusion furent encore combinés mais sous une forme différente, lorsque Rivière accepta la proposition du secrétaire général de la radio nationale de diffuser de brèves conférences du personnel du musée « dans un esprit d’encore plus grande vulgarisation34 ».

26Mais au moment même où Rivet et Rivière espéraient pouvoir passer à d’autres projets, la ville de Paris fit savoir au personnel du Musée d’ethnographie que le Palais du Trocadéro devrait être partiellement détruit et reconstruit à beaucoup plus grande échelle pour l’Exposition universelle des arts et techniques de 1937. Les commissaires de l’Exposition voulaient construire une esplanade imposante qui surplomberait le Champ de Mars et la tour Eiffel.

Fig. 1 : Le Trocadéro, vue aérienne, Getty Research Institute,
Los Angeles (87-B9569)

Fig. 1 : Le Trocadéro, vue aérienne, Getty Research Institute, Los Angeles (87-B9569)

27Cela impliquait de démolir les parties centrales du bâtiment existant, qui abritaient la salle américaine tout juste refaite. Les ailes et les tours du Trocadéro devaient cependant être préservées, étendues et recouvertes de nouvelles façades art déco. Si Rivet acceptait de déménager, il obtiendrait un bâtiment beaucoup plus grand et moderne, et la garantie d’avoir des fonds pour la réinstallation.

  • 35  AMH/2 AM 1 A11/b/Jacques Soustelle à Henri Labouret, 11 mai, 1938, no 705. Selon Soustelle, la sur (...)
  • 36  AMH/2 AM 1 A10/b/Georges Henri Rivière à M. le ministre de l’Éducation nationale, 24 mai 1937, no  (...)

28Au départ il refusa de voir la moitié des améliorations récemment apportées réduites à néant et de devoir mettre en caisse tout le contenu du musée, mais finalement l’offre était trop intéressante pour la laisser passer. Il y aurait assez de place pour créer des réserves beaucoup plus grandes, la surface d’exposition passerait de 2 000 à 4 000, voire 5 000 m2, chaque département disposerait d’un bureau, il y aurait une salle de séminaire, le laboratoire de désinfection (contre les parasites attaquant les objets) serait agrandi de même que la bibliothèque, la photothèque et la photothèque, enfin un café-bar serait créé35. Cette opportunité de réinstaller les anciennes collections du Trocadéro si tôt présentait un autre avantage. Comme Rivière le dit dans sa demande de mission à l’étranger de mai 1937 (en Hollande, Allemagne du Nord, Scandinavie), ce nouvel espace impliquait que le personnel du musée pourrait utiliser les ressources muséographiques les plus modernes : « Il est donc nécessaire d’étudier de très près et de façon critique l’organisation des grands musées ethnologiques de l’étranger avant de donner au nouvel établissement parisien ses traits définitifs36 ».

  • 37  AMH/2 AM 1 D14/Rapport, 1er avril 1937.
  • 38  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport annexe aux plans des nouvelles installations du Palais du Trocadéro, 27 ja (...)

29Le Musée de l’Homme ressemblerait bien sûr beaucoup au Musée d’ethnographie rénové qu’il allait remplacer. Mais il s’en distinguerait aussi notablement par trois aspects. Premièrement, en 1936, Rivière était engagé dans un nouveau projet, la création d’un musée français du folklore, et il céda son poste au Trocadéro à Jacques Soustelle, qui était pour sa part déterminé à ce que la sociologie fût représentée dans les galeries du musée37. Dans cette perspective, la salle des trésors n’était pas une priorité et elle ne fut jamais reconstituée. Rivet autorisa toutefois la tenue dans le foyer du Musée de l’Homme d’une « exposition mensuelle » montrant les acquisitions récentes, ou consacrée à des thèmes spécifiques38.

  • 39  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport musée de l’Homme, 31 mars 1936 [première version].
  • 40  AMH/2 AM 1 A10/a/Paul Rivet à Louis Germain, 22 janvier 1937, no 146.
  • 41  AMH/2 AM 1 B2/a/Paul Rivet, « Musée des races et des civilisations », Monde Libre, 1er mai 1938.
  • 42  Jacques Soustelle, « Musées vivants, pour une culture populaire », Vendredi, 26 août 1936.

30Une deuxième différence était liée au contexte politique, très différent en ce milieu des années 1930 par rapport à cinq ans plus tôt. En 1936, les radicaux, les socialistes et les communistes laissèrent de côté leurs divisions pour former un Front populaire voué à défendre les libertés républicaines contre la menace grandissante du fascisme en France. Léon Blum devint le premier Premier ministre juif de la France à une époque où l’antisémitisme d’Hitler menaçait d’engloutir le continent. Socialiste, Rivet avait joué un rôle clé dans la formation du Front populaire, et Soustelle, marxiste internationaliste fervent, était déterminé à aider le peuple à ouvrir des brèches dans les murs des institutions culturelles élitistes. Suite à la victoire de la gauche, Rivet et Soustelle entrevoyaient la possibilité d’aller au-delà de la première rénovation et de transformer le musée d’Ethnographie en un « Musée de l’Homme » plus axé sur la vulgarisation39. Le nouveau musée « est fondé sur une conception entièrement nouvelle, puisqu’il s’adresse résolument aux masses écolières et laborieuses ». À l’exemple des grands musées soviétiques et scandinaves, des « collaborateurs » spécialement formés conduiraient des groupes « pour associer le peuple aux résultats de l’activité scientifique » du personnel40. Selon Rivet, la survie de la paix dans le monde n’impliquait rien de moins : « Nous avons travaillé pour le peuple, pour l’éducation du peuple de tout notre cœur. Nous espérons qu’il répondra à notre appel fraternel, qu’il en comprendra toute la signification41 ». Soustelle se faisait l’écho de cette opinion : « (…) par l’union des techniciens et des usagers (…) le Musée de demain peut être le musée du peuple42 ».

  • 43  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport annexe aux plans des nouvelles installations du Palais du Trocadéro, 27 ja (...)
  • 44  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport musée de l’Homme, 31 mars 1936 [seconde version].
  • 45  AMH/2 AM 1 G3/d/La reconstruction du Troca et le musée de l’Homme, 29 déc. 1936.

31Les idéaux affichés dans ces déclarations furent bel et bien mis en œuvre et donnèrent lieu à un troisième et dernier changement par rapport au Musée d’ethnographie, qui concernait l’agencement des sections ethnographiques et reflétait l’insistance de Rivet sur la pédagogie à la fin des années 1930. Comme précédemment, chaque « aire de civilisation » (Amérique, Océanie, Asie, Arctique, Union soviétique, Europe, Afrique noire et blanche) devait avoir sa propre galerie et son propre département de recherche43. Mais l’innovation la plus visible était que chaque salle d’exposition permanente était désormais divisée en deux circuits de visite. D’un côté, occupant un quart de chaque galerie dans la longueur, on prévoyait un ensemble d’expositions synthétiques, aux thèmes généraux et résumant les caractéristiques sociales et culturelles des principaux groupes ethniques. Elles étaient destinées aux visiteurs pressés mais visaient aussi plus spécifiquement les écoliers et les ouvriers. Juste en face de ces expositions synoptiques, une série d’expositions « annexes » devaient être installées avec des objets organisés de manière analytique par « techniques, fonctions, ou représentations » à destination des visiteurs mieux informés44. L’habillement, les outils agricoles, les poteries ou le tissage d’une société particulière étaient susceptibles d’y figurer car dans les sociétés « primitives » les activités artistiques et techniques étaient beaucoup moins différenciées que dans les sociétés « avancées ». Ces expositions analytiques devaient occuper les trois autres quarts de la galerie, et permettre au visiteur de passer du général au particulier. Une bibliographie serait incluse dans ces annexes de manière à encourager les visiteurs à monter au quatrième étage et à consulter les ouvrages correspondants dans la bibliothèque désormais très agrandie. Pour finir, une section introductive et une section de conclusion devaient encadrer chacune de ces galeries. Dans celles-ci, « les objets et documents ethnographiques ser[aient] rapprochés méthodiquement, et non par groupes ethniques », afin de suggérer de possibles relations avec d’autres parties du monde45.

  • 46  Sur la muséographie similaire de Rivière aux ATAP et au musée de l’Homme, voir Daniel J. Sherman, (...)
  • 47  AMH/2 AM 1 A9/e/Georges Henri Rivière à Albert Henraux, 18 déc. 1936, n° 1629.
  • 48  AMH/2 AM 1 A9/c/Anatole Lewitsky à Jacques Soustelle, 12 sept. 1936, no 1042.
  • 49  AMH/2 AM 1 A9/d/Note pour le Directeur de l’Enseignement, 26 nov. 1936, no 1392.

32Toutefois, si on peut estimer que ce style particulier de présentation a été inspiré par la combinaison d’événements de politique intérieure et d’aspirations pédagogiques nouvelles, il portait aussi, une fois de plus, le sceau des voyages de Rivière. À la fin juillet et en août 1936, Rivière refit un tour des musées d’Europe de l’Est et de l’Union soviétique pour voir quelles mesures y étaient prises pour amener les gens au musée. La justification à ce voyage était la préparation de Rivière à son futur rôle de directeur du nouveau Musée des Arts et Traditions Populaires, mais à l’époque il était toujours impliqué dans la transition du Musée de l’Homme46. Il fut très impressionné par « (…) les organisations spéciales dans les musées, la collaboration avec les syndicats et Kolkhozes, l’exposition dans les usines, dans les parcs et maisons de culture, les excursions collectives dans les musées, les musées et la jeunesse, les méthodes soviétiques d’exposition à l’usage des masses47… ». À son retour, il discuta longuement de ses découvertes avec Soustelle et Lewitsky. Ils réalisèrent que les principes directeurs des musées soviétiques recoupaient leur ambition de créer un musée vivant avec des « expositions parallèles synthétiques et analytiques, reproduisant l’évolution historique jusqu’à l’époque contemporaine48 ». Pour Rivet aussi, les Soviétiques étaient une référence de plus en plus incontournable. Là où il avait jadis invoqué les musées allemands pour tenter de faire honte aux autorités et les pousser à donner plus d’argent au Trocadéro, il renvoyait désormais à l’Institut d’anthropologie et d’ethnographie de Leningrad, fondé en 1878. Avec le même programme que le musée de l’Homme, écrivait-il, les Soviétiques avaient 105 employés à plein temps et 30 scientifiques à titre temporaire, comparés aux 17 personnes de l’effectif parisien49.

  • 50  AMH/2 AM 1 A10/d/Rapport mensuel du jeudi, 2 sept. 1937.
  • 51  AMH/2 AM 1 A9/d/Henri Lehmann à Jacques Soustelle, 19 nov. 1936, no 1341.

33Débordant d’idées de réformes, mais tributaire d’une dépression économique inextricable, le Front populaire ne finançait pas plus généreusement le personnel du musée que les gouvernements précédents. Pendant ce temps le destin de la rénovation du musée de l’Homme semblait suivre celui de la coalition politique de Blum, qui se fracturait et s’effritait toujours davantage. Rivet dut se résoudre à ce que le musée n’ouvre pas pour l’Exposition universelle de 1937, contrairement à ce qui avait été annoncé. Ce report donna un peu plus de temps au personnel pour contacter des spécialistes de la documentation et des objets50. La création du double circuit était un véritable défi étant donné la mission floue du musée, sa nature hétérogène, et la difficulté de traduire la théorie ethnologique en pratique muséologique. Comme Henri Lehman, qui travaillait alors sur la salle d’Amérique, écrivit à Soustelle, « Je ne suis guère satisfait au point où nous en sommes. Les thèmes généraux sont insuffisamment dégagés, ils s’enchevêtrent dans les comparaisons… ». Les résultats prêtaient tellement à confusion, concluait-il, qu’il semblait presque impossible de mettre au point des circuits distincts, adaptés aux besoins de groupes différents51. Toutefois, le 21 juin 1938, le Musée de l’Homme fut finalement inauguré.

Conclusion

34À l’été 1938, la Carnegie Corporation et l’American Association of Museums envoyèrent Betty Holmes, du musée d’histoire naturelle du Colorado, faire une tournée des musées européens. Autorisée à visiter le Trocadéro avant son ouverture, elle conclut son rapport de la manière suivante :

  • 52  Betty Holmes, « Display Technics in Three European Museums of Anthropology », Newsletter 6, Nov. 1 (...)

« Il n’y a rien de complètement neuf ou sans précédent dans ce nouveau Trocadéro (…) Ce qui le rend toutefois digne d’être décrit, c’est que nous avons là, à une échelle jamais atteinte auparavant, la meilleure méthode d’éducation moderne et le meilleur sens de la mise en scène muséale synthétisés dans un ensemble cohérent52. »

  • 53  AMH/2 AM 1 B2/b/New York Herald Tribune, 4 juillet, 1938; AMH/2 AM 1 B2/d/Time, 30 janvier, 1939: (...)
  • 54  AMH/2 AM 1 B2/b/Jacques Perret, « Le Musée de l’Homme au Palais de Chaillot », Le Journal, 19 juin (...)

35Quelques mois plus tard, le New York Herald qualifia lui aussi le musée de l’Homme de « l’un des centres ethnologiques les plus complets et les mieux aménagés au monde, qui rencontre un succès fulgurant. Les autorités annoncent que désormais il sera ouvert trois soirs par semaine ». Le Time Magazine rapporta que « la meilleure idée » du nouveau musée était d’avoir arrangé « (…) les vitrines comme le texte et les notes de bas de page dans un livre, une ligne de vitrines le long des murs de gauche donnant une vue d’ensemble de chaque période de chaque civilisation tandis que les autres vitrines, détachées du mur de droite, contiennent les collections complètes du musée53 ». Dans la perspective américaine, l’aspect le plus remarquable de cette seconde réfection du Musée d’ethnographie résidait clairement dans ses tentatives modernes de s’adresser au grand public. Une grande partie de la presse française était aussi de cet avis. Candide salua le premier café-bar installé dans un musée parisien. Pour Le Journal, le musée de l’Homme marquait surtout le triomphe de l’« organisation rationnelle et (de la) technicité », rompant avec bonheur avec les tendances françaises antimodernes. Armand Lanoux, dans le journal d’extrême droite L’Émancipation nationale, loua Rivet pour avoir « su faire d’un musée mort une chose vivante », et en avoir fait « le musée le plus jeune de Paris54 ».

  • 55  Georges Henri Rivière, « Les musées de folklore à l’étranger et le futur Musée des Arts et Traditi (...)

36Avec de tels comptes rendus, Rivière avait atteint l’un des objectifs qu’il avait très tôt affiché : avoir tout ce qu’avaient les musées américains, et même plus. De fait il les surpassa en matière de popularisation, en puisant chez les Soviétiques l’inspiration à ce sujet. Dans un article de 1937, Rivière insista sur le fait que pour atteindre les gens, il fallait des galeries synthétisant l’information par le biais de photographies et de grands panneaux explicatifs, ainsi que d’objets « ultra sélectionnés ». Bref, le musée idéal était celui que l’on pouvait visiter sans guide, comme l’Union soviétique avait réussi à en créer55. En 1938, la modernité au musée de l’Homme n’était pas synonyme d’installations austères et bien illuminées et d’un bar de style américain, mais d’information distillée de manière à maximiser la communication. En dépit de tout ce que le Musée de l’Homme devait à des emprunts à travers l’Europe et l’Amérique – sans parler des objets « récoltés » dans l’Empire colonial –, l’esprit de synthèse distinctif qui dominait dans les galeries rénovées lui imprimait indéniablement la marque du « made in France ».

Haut de page

Notes

1  Un musée parisien, le Musée Guimet consacré à l’art religieux et à l’archéologie de l’Asie, a aussi influencé Rivière. Son directeur, Joseph Hackin, ami et mentor de Rivière, modernisa Guimet entre 1923 et 1926, même s’il ne cherchait pas à attirer les ouvriers ni les enfants dans son musée à l’instar de ce que Rivet fera finalement. Voir Alice L. Conklin, In the Museum of Man: Race, Anthropology, and Empire in France, 1850‑1950, Ithaca, Cornell University Press, 2013, chapitre 3.

2  Sur les collections ethnographiques en Allemagne, voir H. Glenn Penny, Objects of Culture: Ethnology and Ethnographic Museums in Imperial Germany, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2001; Rainer F. Buschmann, Anthropology’s Global Histories: The Ethnographic Frontier in German New Guinea, 1870‑1935, Honolulu, University of Hawaii Press, 2009; Youssouf Diallo, « L’africanisme en Allemagne: Hier et aujourd’hui », Cahiers d’études africaines 161, 2001, p. 13‑44; pour la Grande-Bretagne, voir Annie Coombes, Reinventing Africa: Museums, Material Culture and Popular Imagination in late Victorian and Edwardian England, New Haven, Yale University Press, 1994; pour la France, Benoît de l’Étoile, Le goût des autres. De l’Exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion, 2010 ; Fabrice Grognet, Le concept du musée. La patrimonialisation de la culture “des Autres” d’une rive à l’autre, du Trocadéro au Branly. Histoire des métamorphoses, thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2009; et pour les États-Unis, voir Steven Conn, Museums and American Intellectual Life, 1876‑1926, Chicago, University of Chicago Press, 1998; Curtis M. Hinsley, The Smithsonian and the American Indian: Making Moral Anthropology in Victorian America, Washington, DC, Smithsonian Institution Press, 1981; Sally Gregory Kohlstedt, « Thoughts in Things: Modernity, History, and North American Museums », Isis 96, 2005, p. 586‑601.

3  AMH/2 AM 1 G2/b/Rapport sur la réorganisation générale du musée, 1er septembre 1931.

4  Sur la carrière professionnelle de Rivière, voir Nina Gorgus, Le Magicien des vitrines. Le muséologue Georges Henri Rivière, traduction de Marie-Anne Coadou, Paris, Éditions des Sciences de l’homme, 2003 ; Jean-François Leroux-Dhuys (éd.), La muséologie selon Georges Henri Rivière: cours de muséologie, textes et témoignages, Paris, Dunod, 1989 ; Christine Laurière, « Georges Henri Rivière au Trocadéro, du bric-à-brac à la sécheresse d’étiquette », Gradhiva 33, 2003, p. 57‑66.

5  Paul Rivet, Paul Lester, Georges-Henri Rivière, « Le Laboratoire d’anthropologie du Muséum », Nouvelles archives du Muséum d’histoire naturelle, 62e série, 1935, (p. 507‑531), p. 520.

6  Voir sa biographie de son mari: Nina Spalding Stevens, A Man and a Dream: the Book of George W. Stevens, Hollywood, Hollycrofters, s. d. Sur les tendances dans l’entre-deux-guerres aux États-Unis, voir Carol G. Duncan, A Matter of Class: John Cotton Dana, Progressive Reform, and the Newark Museum, Pittsburgh, Periscope Publishing, 2010; Robert J. Foster, « Notes for a Networked Biography: The P.G.T. Black collection of Oceanic Things », Museum Anthropology 35, 2012, p. 149‑169, et Robert J. Foster, « Art/Artefact/Commodity: Installation design and the exhibition of Oceanic things at two New York museums in the 1940s », The Australian Journal of Anthropology 23, 2012, p. 129‑157.

7  AMH/2 AM 1 B1/a/Conférence de Georges Henri Rivière adressée au American Women’s Club, 9 mai 1930: « those magnificent buildings of white marble, where the air, the temperature and cleanliness are minutely regulated […] We, too, shall have these things and many others […] Being good Americans, we must think about our publicity. »

8  Jean Lemeere, « La conception et l’organisation modernes des Musées d’Art et d’Histoire », Mouseion 12, 1930, (p. 239‑311), p. 240.

9  Jean Capart, « Le rôle social des Musées », Mouseion 12, 1930, (p. 219‑238), p. 221.

10  Jean Lemeere, op. cit., p. 279.

11  AMH/2 AM 1A 3/a/Georges Henri Rivière à L’Humanité, 24 décembre 1931, n° 2330.

12  Francine Hisch, Empire of Nations: Ethnographic Knowledge and the Making of the Soviet Union, Ithaca, NY, Cornell University Press, 2005, p. 189‑215. Voir aussi Julia Fein, « Cultural Curators and Provincial Publics: Local Museums and Social Change in Siberia, 1887‑1941 », Ph.D dissertation, University of Chicago, 2012.

13  Penny, op. cit., p. 147.

14  AMH/2 AM 1 G 2/c/ brouillon de rapport « sur la nécessité de doter le Musée d’Ethnographie du Trocadéro du personnel indispensable à son fonctionnement », sans lieu, sans date (1930).

15  Anne-Solène Rolland, « Art ou ethnologie ? Questions de présentation dans les Museen für Völkerkunde en Allemagne après 1900 », Histoire de l’art et anthropologie, Paris, coédition INHA/muse du quai Branly (« Les Actes ») 2009, [En ligne], mis en ligne le 28 juillet 2009, URL : http://actesbranly.revues.org/155.

16  Martin Heydrich, « La réorganisation du musée ethnographique de Munich », Mouseion 11, 1930, (p. 128‑136), p. 129.

17Ibid., p. 130‑131, 136.

18  AMH/2 AM 1 K/68/b/Georges Henri Rivière à Lucien Scherman, 5 oct. 1933.

19  AMH/2 AM 1 K69/c/Rapport provisoire a.s. d’une visite d’études à Amsterdam et Bruxelles, pour la réorganisation du Musée des Colonies, 23 oct. 1931.

20  AMH/2 AM 1 A4/d/Georges Henri Rivière à Gaston Monnerville, 22 dec. 1932, n° 2703.

21  AMH/2 AM 1 G2/c/ordre de service n° 6, 29 juin, 1929, revu le 7 juillet, 1930.

22  Michel Leiris, « Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques », mai 1931, Paris, Musée d’Ethnographie, p. 8‑10.

23  AMH/2 AM 1 B1/d/Paul Croizé, « Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro qui demeura si longtemps méconnu va être réorganisé », Le Matin, janvier 1929.

24  AMH/2 AM 1 B1/d/Jean Archambaud, « Le Trocadéro poudreux devient sans doute un beau musée moderne. La civilisation et l’art primitif vont être présentés au public sous des aspects aimables », Paris Soir, 26 octobre 1930.

25  AMH/2 AM 1 B1/d/Paul Dany, « Notre Musée d’Ethnographie s’éveille de son long sommeil », 8 déc. 1931.

26  AMH/2 AM 1 B4/a/Joseph Billiet, « Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro », L’Avenir 16 juillet, 1932.

27  AMH/2 AM 1 G2/b/Rapport sur la réorganisation générale du Musée, 1er sept. 1931.

28  AMH/2 AM 1 A4/c/Paul Rivet à M. le Sous-Secrétaire des Beaux-Arts, 20 oct. 1932, n° 2249.

29  Sur l’ouverture de ces salles voir AMH/2 AM 1 A4/a/Georges Henri Rivière à Michel Leiris and Marcel Griaule, 22 juillet 1932, n° 1600 ainsi que les coupures de presse in AMH/2 AM 1 B 4, B5 et B6.

30  AMH/2 AM 1 A4/a/Georges Henri Rivière, « L’exposition de Bénin et les transformations du Musée d’Ethnographie du Trocadéro », Les Nouvelles Littéraires, 6 juillet 1932.

31  AMH/2 AM 1 A5/d/Ordre de service, 23 août, 1933.

32  AMH/2 AM 1 G3/d/Anatole Lewitsky, « Quelques considérations sur l’exposition des objets ethnographiques », 1935. Voir aussi AMH/2 AP 5 4.1/Activité au Musée de l’Homme.

33  AMH/2 AM 1 A8/d/Statistique des entrées du Musée d’Ethnographie, 8 août, 1935, n° 1686.

34  AMH/2 AM 1 A8/b/Georges Henri Rivière à M. Brémond, Secrétaire général des Émissions de la Radiodiffusion, 25 mars 1935, n° 7.

35  AMH/2 AM 1 A11/b/Jacques Soustelle à Henri Labouret, 11 mai, 1938, no 705. Selon Soustelle, la surface totale sera finalement de 8 000 m2, dont la moitié consacrée aux salles d’exposition.

36  AMH/2 AM 1 A10/b/Georges Henri Rivière à M. le ministre de l’Éducation nationale, 24 mai 1937, no 727.

37  AMH/2 AM 1 D14/Rapport, 1er avril 1937.

38  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport annexe aux plans des nouvelles installations du Palais du Trocadéro, 27 janvier, 1936.

39  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport musée de l’Homme, 31 mars 1936 [première version].

40  AMH/2 AM 1 A10/a/Paul Rivet à Louis Germain, 22 janvier 1937, no 146.

41  AMH/2 AM 1 B2/a/Paul Rivet, « Musée des races et des civilisations », Monde Libre, 1er mai 1938.

42  Jacques Soustelle, « Musées vivants, pour une culture populaire », Vendredi, 26 août 1936.

43  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport annexe aux plans des nouvelles installations du Palais du Trocadéro, 27 janvier 1936 ; AMH/2 AM 1 A9/b/Jacques Faublée à Charles Le Cœur, 18 avril 1936, n522.

44  AMH/2 AM 1 G3/d/Rapport musée de l’Homme, 31 mars 1936 [seconde version].

45  AMH/2 AM 1 G3/d/La reconstruction du Troca et le musée de l’Homme, 29 déc. 1936.

46  Sur la muséographie similaire de Rivière aux ATAP et au musée de l’Homme, voir Daniel J. Sherman, French Primitivism and the Ends of Empire, Chicago, Chicago University Press, 2011, chapitre 2.

47  AMH/2 AM 1 A9/e/Georges Henri Rivière à Albert Henraux, 18 déc. 1936, n° 1629.

48  AMH/2 AM 1 A9/c/Anatole Lewitsky à Jacques Soustelle, 12 sept. 1936, no 1042.

49  AMH/2 AM 1 A9/d/Note pour le Directeur de l’Enseignement, 26 nov. 1936, no 1392.

50  AMH/2 AM 1 A10/d/Rapport mensuel du jeudi, 2 sept. 1937.

51  AMH/2 AM 1 A9/d/Henri Lehmann à Jacques Soustelle, 19 nov. 1936, no 1341.

52  Betty Holmes, « Display Technics in Three European Museums of Anthropology », Newsletter 6, Nov. 1938, Clearing House for Southwestern Museums, p. 20: « There is nothing completely new or without precedent in this new Trocadéro (…) What makes it worthy of description is that we have here, on a scale never previously attempted, the best of modern educational method and the best of museum showmanship synthesized into a consistent whole. »

53  AMH/2 AM 1 B2/b/New York Herald Tribune, 4 juillet, 1938; AMH/2 AM 1 B2/d/Time, 30 janvier, 1939: « one of the most complete and best arranged ethnological centers in the world, which is catching on like wildfire. Authorities announce that from now on it will be open three evenings a week ».

54  AMH/2 AM 1 B2/b/Jacques Perret, « Le Musée de l’Homme au Palais de Chaillot », Le Journal, 19 juin 1938 et Jean Bouchon, Le Journal, 19 nov. 1938 ; Armand Lanoux, « Le Tour du monde en 80 minutes, ou à la recherche du plus haut totem d’Europe », L’Émancipation Nationale, 27 Jan. 1939.

55  Georges Henri Rivière, « Les musées de folklore à l’étranger et le futur Musée des Arts et Traditions Populaires », Revue de folklore français et de folklore colonial,May-June 1936, (p. 58‑71), p. 68.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le Trocadéro, vue aérienne, Getty Research Institute, Los Angeles (87-B9569)
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Conklin, « Emprunts transnationaux et constitution du Musée de l’Homme », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 169-186.

Référence électronique

Alice Conklin, « Emprunts transnationaux et constitution du Musée de l’Homme », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1527 ; DOI : 10.4000/rgi.1527

Haut de page

Auteur

Alice Conklin

Professeur d’histoire, Ohio State University

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals