Navigation – Plan du site

D’ombres et de lumières. L’exposition de 1937 et les premières années du Palais de la découverte au prisme du transnational

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg
p. 187-206

Résumés

Les musées de science présentent un intérêt particulier pour l’histoire transnationale des musées dans la mesure où ils négocient la tension entre la revendication de la portée universelle de la science et la réalité de sa construction matérielle et discursive fortement déterminée par les contextes nationaux. On sait que le Palais de la découverte, créé dans le cadre de l’exposition internationale de 1937 à Paris puis pérennisé, a joué un rôle important dans la mise en place des politiques culturelle et de la recherche françaises. Nous montrons ici qu’il est aussi l’expression de l’internationalisme scientifique et politique militant de ses fondateurs, que vient confirmer une analyse approfondie de la section d’astronomie du Palais, contrastant avec l’internationalisation de la vulgarisation commerciale dont témoigne le planétarium au moment de l’exposition. Le Palais est également un acteur majeur de l’organisation internationale des musées de sciences et planétariums après la deuxième guerre mondiale par le rôle important que joue son premier directeur, André Léveillé, dans l’animation de la revue Museum et la création et de l’International Council of Museums.

Haut de page

Texte intégral

 « Si le côté profondément humain de cette œuvre, où le peuple tout entier est convié à communier avec les plus grands esprits dans une haute passion spirituelle marque le Palais de la Découverte, un autre caractère l’ennoblit également : œuvre de conception, d’initiative, et de réalisation française, le Palais de la Découverte est orienté vers un internationalisme, un universalisme qui est bien dans la tradition humaniste de la France. Par là il apparaît que la découverte scientifique est souvent une longue chaîne dont les maillons portent les couleurs des nations les plus diverses. »

André Léveillé, « Le Palais de la Découverte »,
Museum, vol. I, n° 1‑2, 1948, p. 115.

  • 1  Pour la France, voir Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789‑1815, Paris, Gallimard, 199 (...)
  • 2  Harry W. Paul, From Knowledge to Power. The Rise of the Science Empire in France, 1860‑1939, Cambr (...)

1Les approches transnationales permettent de problématiser la conception du musée comme monument national et d’interroger notamment la manière dont les musées eux-mêmes participent à la construction de la nation et de ses imaginaires1. Pour les musées de science s’ajoute une dimension supplémentaire à ce type d’analyse, puisque ceux-ci négocient la tension pérenne qui existe entre la revendication ancienne de la portée universelle de la science et la réalité de sa construction matérielle et discursive qui, elle, est fortement déterminée par les contextes nationaux. On sait à quel point l’institutionnalisation des sciences est dépendante de l’émergence des États-nations au XIXesiècle. C’est aussi le cas en France sous la Troisième République, dont l’une des dernières réalisations est le Palais de la découverte, premier grand musée de sciences français créé depuis le Muséum national d’histoire naturelle et le Conservatoire des Arts et Métiers, à travers lequel est réaffirmée, au bord du gouffre, cette idée à la fois scientifique et politique de la « république des savants2 ».

  • 3  Jacqueline Eidelman, La création du Palais de la découverte. Professionnalisation de la recherche (...)
  • 4  Pascal Ory, « Une cathédrale pour les temps nouveaux ? Le Palais de la découverte (1934‑1940) », i (...)

2La création du Palais dans l’élan de l’organisation de l’exposition internationale de 1937 à Paris a ainsi été analysée tantôt à la lumière de l’institutionnalisation de la recherche publique en France, puisque dans les années 1930 Jean Perrin (1870‑1942, professeur de chimie-physique à la Sorbonne) préside à la fois à la création du CNRS et à celle du Palais3, tantôt à celle de l’élaboration d’une véritable politique culturelle française par le Front populaire4. Même si dans ces deux études le positionnement de ces entreprises dans le contexte international est en partie pris en compte, il est utile de reconsidérer l’histoire du Palais à la lumière des renouveaux historiographiques qui ont transformé, dans la vingtaine d’années qui nous séparent de ces premières analyses, l’histoire des musées et l’histoire des sciences et de leur vulgarisation et ont vu éclore les approches transnationales.

  • 5  Brigitte Schroeder-Gudehus, Rebecca Letteval, Geert Somsen et Sven Widmalm, Neutrality in twentiet (...)
  • 6  Voir Jean-Jacques, Renoliet, L’Unesco oubliée : la Société des Nations et la coopération intellect (...)

3Car la période que couvre la Troisième République est aussi particulièrement importante pour l’histoire transnationale dans la mesure où ces décennies voient l´intensification non seulement des nationalismes mais aussi de l’internationalisme comme idéal politique et scientifique, matérialisé par les congrès internationaux et les expositions universelles, conçues comme autant de plateformes dédiées à la compétition pacifique des nations5 mais encore par la mise en place d’organisations transnationales, comme la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI6) ou la Confédération Internationale des Travailleurs Intellectuels (CITI), qui de manière plus ou moins active agissent à la mise en œuvre de l’internationalisme scientifique et intellectuel.

4Cette étude porte donc sur les réseaux internationaux, les échanges de personnes, d’idées et d’objets au sein et au-delà des frontières françaises ; et ce non seulement dans la période de gestation du Palais, la mieux connue, mais aussi dans la décennie suivante : la période de l’occupation et l’immédiat après-guerre sont porteurs d’évolutions importantes comme on peut l’imaginer y compris dans le positionnement international du Palais et des musées de sciences plus généralement.

  • 7  Sur la nature de l’engagement scientifico-politique de Perrin et de son cercle, voir Bernadette Be (...)

5Jusqu’à présent l’histoire du Palais a été majoritairement analysée du point de vue de Jean Perrin et de sa discipline d’appartenance, la physique. Si ces choix sont justifiables en raison de la place centrale qu’ils occupent au Palais, l’élargissement de la focale pour prendre compte d’autres acteurs et d’autres domaines invitent à une lecture plus différenciée. L’analyse de la mise en scène de l’astronomie au Palais, tout comme l’étude du rôle d’André Léveillé dans la genèse et l’action internationale du Palais jusqu’après la guerre fournissent des éléments inédits qui éclairent l’histoire du Palais de la découverte sous un jour nouveau, ou tout du moins complémentaire. Si la création du Palais et la mise en scène de la physique participent certainement de l’effort de Perrin et de son cercle pour promouvoir la recherche publique en France, on verra que ces ambitions peuvent parfaitement s’accommoder d’une vision internationaliste, universaliste et humaniste de la science et de la politique7 partagée par les principaux acteurs de la mise en place des sections, comme le cas de l’astronomie le montera ici ; tandis que le Palais est fortement impliqué, notamment par l’action de son directeur André Léveillé, dans le processus d’internationalisation du paysage muséologique dans l’immédiat après-guerre.

Un acteur oublié : André Léveillé

Fig. 1 : Entretien de travail entre Jean Perrin (au milieu)
et André Léveillé (à droite) en 1937. © Palais de la découverte

Fig. 1 : Entretien de travail entre Jean Perrin (au milieu) et André Léveillé (à droite) en 1937. © Palais de la découverte
  • 8  La plus visible étant celle de Georges-Henri Rivière. Voir Nina Gorgus, Le magicien des vitrines. (...)
  • 9  Voir ci-après.

6Lire les archives du Palais de la découverte au prisme du transnational fait sortir de l’ombre un personnage étonnamment oublié de l’historiographie du Palais de la découverte et, plus généralement, de celle de l’organisation internationale des musées de sciences. En effet, l’action d’André Léveillé (1880‑1963), personnalité moins immédiatement visible que les scientifiques de premier plan (Perrin, Borel, Laugier, etc.) qui œuvrent à la création du Palais de la découverte ou que les figures de la muséologie8 qui deviendront des références internationales après la guerre, n’a encore été décrite dans l’historiographie que pour ainsi dire par allusion. Son projet de « Palais des éléments9 » ne dure que le temps d’une réunion, nous disent les commentateurs, vite remis dans un ordre plus conforme à l’état de la science et aux visées des acteurs par un Jean Perrin unanimement reconnu comme seul grand architecte de cette affaire. Quant à l’historiographie de la structuration internationale des musées (de sciences), elle préférera retenir d’autres noms.

7Pourtant, André Léveillé, maître d’œuvre au quotidien et au long cours de cette épopée dont Perrin est le maître d’ouvrage (Figure 1), a joué un rôle primordial sur plusieurs plans : tout d’abord dans l’organisation générale de l’exposition internationale de 1937 en assurant le secrétariat général du Groupe I « Expression de la pensée » ; ensuite dans l’histoire du Palais de la découverte dont il fut vingt-deux ans durant le premier directeur ; enfin, après la Seconde Guerre mondiale, pour la structuration internationale des musées de sciences, tant à l’Unesco qu’à l’ICOM.

  • 10  Pascal Ory, « Une cathédrale pour les temps nouveaux ? », op. cit.

8Né en 1880 à Lille, André Léveillé débute comme dessinateur industriel. Passionné d’art, il se forme en autodidacte par le biais d’une fréquentation assidue du musée des Beaux-Arts de Lille. Il s’installe en 1914 à Paris et se consacre dès lors à la peinture. Son travail lui vaut rapidement une certaine notoriété : il est admis à exposer au Salon des Indépendants, les critiques de la presse spécialisée sont élogieuses. Il fait en outre partie des artistes à qui le joaillier Georges Fouquet demande de dessiner des bijoux à l’occasion de l’exposition des arts décoratifs de 1925. C’est peut-être ce qui lui vaut d’être parfois curieusement présenté dans l’historiographie comme « décorateur10 ».

  • 11  Fondée en 1920 par des personnalités du monde des arts, des sciences et des lettres, la CTI se cré (...)
  • 12  A. Léveillé à H. Bergoruen, Unesco, 11 mai 1948, Archives nationales (désormais AN) 19900512‑24.
  • 13  En tant qu’organisateur, il compte au moins deux opérations à son actif avant le succès du Palais (...)

9Mais Léveillé a d’autres talents : c’est incontestablement un homme de réseaux et un organisateur efficace. Au début des années 1930, il est vice-président de la Société des artistes indépendants (1923‑1939), vice-président de la Confédération des Travailleurs Intellectuels (CTI11) (1925‑1939) et membre du Conseil supérieur des Beaux-Arts (1930‑193812). Au travers de ces appartenances, et comme ce sera le cas pour la suite de sa carrière, il se constitue des réseaux solides qu’il sait à la fois mettre à profit et en valeur13.

Coopération et travail intellectuels dans l’Exposition de 1937 : le rôle de la Confédération des Travailleurs Intellectuels

  • 14  Une (seconde) exposition d’Arts décoratifs (voté le 30 juin par la Chambre des députés) ; une expo (...)
  • 15  Gérard Namer, « Les imaginaires dans l’exposition de 1937 », Cahiers Internationaux de Sociologie (...)
  • 16  Pierre-Gerlier Forest et Brigitte Schroeder-Gudehus, « L’internationalisme et les Expositions Univ (...)
  • 17Ibid., p. 216.

10L’exposition de 1937 est le résultat d’un compromis. Trois projets avaient été soumis au gouvernement français14. Le second, visant à développer la coopération intellectuelle et soutenu par les radicaux15, a partie liée avec un ensemble de réseaux défendant le même objectif, au premier rang desquels la Commission Française de Coopération intellectuelle16 et la CTI, dont André Léveillé est le vice-président. La Convention de Paris entrée en vigueur en 1931 régulant désormais le rythme des expositions internationales, la commission désignée par le gouvernement pour trancher la question choisit le compromis : le décret du 16 janvier 1933 annonce ainsi la tenue à Paris en 1937 d’une « Exposition générale internationale (arts décoratifs et industriels modernes, vie ouvrière et paysanne, coopération intellectuelle) ». Si le projet d’une exposition centrée sur la coopération intellectuelle ne se réalise donc pas en tant que tel, le thème finalement adopté, « Les Arts et les Techniques dans la Vie Moderne », permet une interprétation « généreuse et englobante17 ».

  • 18  Décret du 15 février 1933. Normalien, agrégé de philosophie, Aimé Berthod est l’un des auteurs ave (...)
  • 19  AN 19900512‑7 : lettre d’A. Léveillé au Dr Renaudeaux, non datée (1937 ?).
  • 20  AN 19900512‑7 : lettre d’A. Léveillé à Léon Binet, 17 août 1937. Dans une intervention faite en ju (...)
  • 21  Journaliste et diplomate, sénateur de la Corrèze, Henry de Jouvenel a été délégué de la France à l (...)

11Le premier commissaire général de l’exposition est le radical Aimé Berthod18, un proche de la CTI. Il confie à André Léveillé le soin d’assurer la coordination de la partie consacrée à la coopération intellectuelle. C’est dans ce cadre que Léveillé propose une classification en « trois groupes de manifestation de la pensée » : « expression », « formation » et « diffusion19 » ; une classe « Sciences » figure explicitement dans le groupe « Expression de la pensée ». Dans le projet qu’il remet à Berthod, Léveillé émet « l’idée d’un Palais des Éléments et une large place [faite] à la Science et au Progrès humain20 ». Berthod retient la classification en trois groupes qui sera conservée par Edmond Labbé devenu commissaire général en 1934. Cet ensemble (expression, formation et diffusion de la pensée) sera pris en charge par la Commission de synthèse et de coopération intellectuelle, placée sous la présidence d’Henri de Jouvenel21, l’un des fondateurs de la CTI ; on parlera par la suite plus fréquemment du « Groupe I ».

  • 22  Romain Coolus, Gaston Rageot, José Germain, Henri de Weindel, Louis Gallié et bien d’autres.
  • 23  On note également parmi les scientifiques qui prennent part à la conception du Palais la présence (...)
  • 24  Gérard Namer, op. cit.

12Les membres les plus actifs de la CTI sont présents dans toutes les classes du Groupe I22, dont André Léveillé continue par ailleurs d’assurer la coordination. La classe I du Groupe, consacrée aux « Découvertes scientifiques dans leurs applications », ne fait pas exception, bien au contraire : Jean Perrin (président) est membre de la CTI, Émile Borel (vice-président) en est l’un des vice-présidents fondateurs, Sainte-Laguë (secrétaire) en est le président23. Si l’on se souvient que c’est à Max Hymans (membre du groupe de défense des travailleurs intellectuels à la Chambre) que sera confiée la responsabilité de l’Exposition après la chute du gouvernement Blum24, on ne peut que constater la présence massive des cadres de la CTI ou de leurs principaux soutiens à des postes clés du Groupe I de l’Exposition et tout particulièrement au Palais de la découverte. Rien d’étonnant donc à ce que la Confédération puisse, à l’approche de l’inauguration, revendiquer la large part faite dans l’Exposition à ses idées et ses projets :

  • 25  Discours d’André Léveillé en présence du président de la République, non daté (1937 ?), AN 1990051 (...)

Si nous jetons un œil sur le programme ambitieux dont nous vous parlions tout à l’heure, peut-être reconnaîtra-t‑on que dans tous ces projets réalisés, on retrouve quelque peu la pensée de la CTI, peut-être sa main – il ne manquera, hélas ! que sa signature25 !

  • 26  AN 19900512‑3 : « Le Palais de la découverte », Conférence prononcée par M. Léveillé, secrétaire g (...)

13Le palais de la découverte est probablement le résultat le plus visible de la mise en œuvre de cette « pensée de la CTI ». C’est parce que celle-ci repose sur une fédération de l’ensemble des travailleurs intellectuels, sans exclusion disciplinaire, que son représentant, André Léveillé, propose de réserver « une large place à la Science et au progrès humain », sous forme d’un « Palais des éléments », et l’inscrit d’emblée au sein du groupe « expression de la pensée ». Cette proposition, validée par les autorités successives de l’exposition (Berthod puis Labbé), fournit la base sur laquelle Henri de Jouvenel, lorsqu’il prend la responsabilité du groupe I, organise le déjeuner rassemblant les éminents savants dont Jean Perrin26. C’est ce jour-là que Perrin, partant de la proposition originelle de Léveillé (et la déconstruisant !), pose les grands principes du Palais de la découverte.

Internationalisme et internationalité dans la création du Palais de la découverte

  • 27  Cité in Romain Coolus, « Henry de Jouvenel, animateur », La revue des vivants : organe de la génér (...)

14La CTI est incontestablement internationaliste. Après seulement trois ans d’existence, elle a été l’initiatrice du Premier Congrès International des Confédérations Nationales de Travailleurs intellectuels (dont bon nombre s’étaient créées à son exemple) qui a abouti à la fondation de la Confédération Internationale des Travailleurs Intellectuels. La CTI était partie prenante ou partenaire des organisations internationales (telles l’IICI ou le BIT) qui avaient à faire avec le travail intellectuel, sa reconnaissance et sa réglementation. Mais au-delà, il existe chez ses dirigeants une philosophie certaine de l’internationalisme du travail intellectuel : la civilisation (pour reprendre un terme qui deviendra cher à Léveillé) résulte du travail accompli par les hommes de toutes les nations, elle est en quelque sorte « une longue chaîne dont les maillons portent les couleurs des nations les plus diverses ». On reconnaît donc bien les frontières, mais ainsi que le déclare Jouvenel à ce premier congrès : « la frontière a besoin d’une route qui la traverse27 ». En tant que dirigeant de la Confédération, mais aussi que responsable de la Société des artistes indépendants, Léveillé est fortement concerné par cette question.

  • 28  AN 19900512‑1 : lettre d’A. Léveillé à Paul Léon, 7 juin 1935.
  • 29  Commandée par le pouvoir allemand comme instrument de propagande, l’exposition Le miracle de la vi (...)

15Mais c’est aussi dans une approche pragmatique que le, 7 juin 1935, André Léveillé propose à Paul Léon28 (commissaire général adjoint de l’exposition de 1937) un voyage d’étude à l’Exposition de Bruxelles au terme duquel il rédigerait un rapport. Le rapport finalement produit dépasse largement le cadre de l’exposition de 1935, puisqu’il synthétise un ensemble d’informations se rapportant à des expositions (ou autres initiatives muséales) « remarquables » ayant eu lieu en France et à l’étranger : exposition universelle de 1900 (Paris), exposition des arts décoratifs (Paris, 1925), exposition coloniale (Paris, 1931), exposition pour le centenaire de Faraday (Londres, 1931), exposition Das Wunder des Lebens (Berlin, 193529) et surtout exposition universelle A century of progress(Chicago, 1933).

  • 30  Elles ont, semble-t‑il, été écrites suite à un entretien avec Henri Bonnet, alors directeur de l’I (...)
  • 31  C’est le cas, par exemple pour la section de mathématique. Voir Victor Blanchard, La création de l (...)
  • 32  AN 19900512‑1 : rapport sur l’exposition de Chicago : non daté, non signé, p. 3.
  • 33  AN 19900512‑86 : « Les grands travaux et la confédération des travailleurs intellectuels », causer (...)
  • 34  AN 19900512‑1 : rapport sur l’exposition de Chicago : non daté, non signé.
  • 35Ibid.

16Les pages que Léveillé consacre à cette dernière30 sont extrêmement élogieuses. Elle semble avoir joué pour la suite de la préparation de l’exposition de 1937 un rôle d’étalon de l’innovation muséologique31. De Chicago, Léveillé retient d’abord et avant tout le mouvement : « Pas une vitrine n’existait, tout était en mouvement32 » écrit-il ainsi. On retrouve ici son aspiration, qui apparaît à de nombreuses reprises dans les rapports préparatoires du Palais de la découverte comme dans ses propres archives, au développement de musées vivants, qui ne soient pas une simple juxtaposition d’objets poussiéreux – quand il ne s’agit pas de mauvaises copies –, aspiration qui ne se limite pas, loin de là, aux musées de sciences. La CTI, et Léveillé avec elle, ne cesse de militer pour que les musées de toute sorte, qu’elle considère comme des « centres d’éducation et de culture » soient aidés et (rationnellement) réorganisés, bref pour que disparaissent « tous les fouillis ridicules et poussiéreux, et que les trésors accumulés sans goût soient disposés logiquement33 ». Chicago est aussi l’exposition des expériences où « on ne [dit] pas aux visiteurs “ne touchez pas’’ [où] au contraire ils [sont] invités à prendre part », celle qui parvient « à rendre préhensible ce que l’on n’avait pas compris. Et cela de façon merveilleuse quoique simple34 ». Pour Léveillé, il ne fait aucun doute : « L’exposition de Chicago [est] une grande réussite et un exemple à suivre en ce qui concerne les classes du groupe I35 ».

  • 36  Pascal Ory, op. cit.
  • 37Le Temps, 5 mars 1937.

17L’exposition Faraday est, quant à elle, la seule à laquelle Perrin fera allusion36. Mais Faraday occupe chez lui une place à part : cet « ouvrier relieur, devenu l’un des plus grands savants de l’humanité » personnifie l’un des vœux les plus chers de Perrin : que naissent de son action des vocations réussies parmi les jeunes gens des classes populaires – il ira jusqu’à évoquer cet exemple édificateur devant les ouvriers du chantier de l’Exposition en voie d’achèvement37.

  • 38  Au-delà du cas de l’exposition de Chicago, Léveillé retient de chacun des cas étudiés des éléments (...)
  • 39  AN 1990512‑1 : A. Léveillé à Joliot, 26 novembre 1935.
  • 40  A. Léveillé à Sainte-Laguë, cité par Blanchard, op. cit., p. 20

18Que Perrin ne cite jamais, Faraday excepté, les expositions recensées dans ce rapport38 ne signifient pas pour autant qu’elles n’aient eu aucune influence sur la conception du Palais de la découverte. Jusqu’ici l’historiographie n’a pris en considération ce document que pour étayer l’idée que le Palais de la découverte ne tirait pas sa source de musées existants, le fait que le rapport ne soit pas de la main de Perrin lui-même le disqualifiant pour ainsi dire d’emblée. Mais ceci sous-estime sans aucun doute l’impact possible des informations ainsi rassemblées dans le travail quotidien de conception auquel se sont consacrés des scientifiques, certes de premier plan, mais totalement novices pour ce qui est de la muséologie – et donc très probablement avides de sources concrètes d’inspiration. D’autant que Léveillé à l’occasion de ses multiples échanges avec les scientifiques engagés dans le projet ne se prive pas de faire référence à l’exposition de Chicago, qu’il s’agisse d’en faire circuler le catalogue39, ou de suggérer très explicitement, comme ici à Sainte-Laguë : « Inspirez-vous de ce qui a été fait à Chicago40 ! ».

L’astronomie à l’exposition internationale de 1937 : Le Palais de la découverte

19Il nous semble ainsi difficile de rester sur l’idée d’un Palais de la découverte construit sans aucune inspiration muséologique extérieure. Si en effet, les musées de science existant à l’époque, comme le Science Museum de Londres ou le Deutsches Museum de Munich, ne paraissent pas avoir été des références notables, les grandes expositions précédentes sont évoquées, ce qui paraît logique en raison du contexte de la création du Palais. Mais mesurer précisément les emprunts que font les fondateurs aux expositions recensées et plus largement la présence de l’international au Palais demande un dépouillement précis des archives de chaque section et une comparaison plus exhaustive.

  • 41  Jean Perrin, « Préface », in Exposition Internationale. Le Palais de la découverte, Paris, 1937, p (...)

20C’est ce que nous avons réalisé pour la section d’astronomie mise en place pour l’ouverture du Palais en 1937. Rappelons que les créateurs du Palais l’envisagent dès le départ comme une institution pérenne, même s’ils le revendiquent comme un anti-musée : un certain nombre d’objets proviennent de musées comme le Science Museum de Londres, mais la plupart sont empruntés à des institutions et personnalités du monde scientifique. Cette « exposition vivante » est élaborée non par des professionnels de la muséologie des sciences, profession balbutiante, mais par des praticiens eux-mêmes. Dès le départ, le parti pris est celui d’une exposition sans collections, où la science contemporaine domine, mise en scène à l’aide de démonstrations, d’expériences, de films et de dispositifs interactifs41.

  • 42  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), (...)
  • 43Ibid. ; « section d’astronomie », Exposition Internationale. Le Palais de la découverte (Paris, 19 (...)

21Ce parti pris est perceptible dans la section d’astronomie : « pour rester dans l’esprit du Palais qui n’est pas un musée, on a négligé également, sauf quelques rappels nécessaires, la partie historique42 ». Pour pallier les difficultés particulières qui se présentent, selon ses concepteurs, dans la mise en scène de l’astronomie moderne (instruments trop grands, trop complexes pour que l’on puisse réaliser des démonstrations vivantes), on a substitué des photographies, des diapositives et des modèles comme celui de la lune présents en grand nombre et pour certains en très grand format, ainsi qu’un dispositif de projection directe de la surface solaire sur un écran (figure 2). Au-dessus du grand escalier menant à la section d’astronomie au premier étage du Palais, un planétaire, grand modèle en mouvement du système solaire, est construit pour 76 000 francs, sur un total de 723 000 francs pour cette section. Les subtilités de la cosmologie ou de l’astrophysique contemporaines sont communiquées par des films et des conférences43.

Fig. 2 : Plan du premier étage du Palais de la découverte en 1937.
Exposition internationale. Le Palais de la découverte (Paris, 1937)

Fig. 2 : Plan du premier étage du Palais de la découverte en 1937. Exposition internationale. Le Palais de la découverte (Paris, 1937)
  • 44  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), (...)
  • 45  Franz Fuchs,« Der Aufbau der Astronomie im Deutschen Museum(1905‑1925) », Deutsches Museum, Abhan (...)
  • 46  Helmuth Trischler, Wilhelm Füßl (éd.), Geschichte des Deutschen Museums : Akteure, Artefakte, Auss (...)
  • 47  Jacqueline Eidelman, op. cit., p. 15‑111. Voir aussi Dominique Pestre, « The moral and political e (...)
  • 48  Anke Te Heesen, Theorien des Museums zur Einführung, Hambourg, Junius Verlag, p. 73‑104.

22Cette section, comme l’a remarqué Pascal Ory, sera critiquée comme donnant à voir une « astronomie 1900 » vieillotte. Cette critique, pas complètement injustifiée, est cependant à relativiser, d’abord parce qu’elle est partiale (on y reviendra), et ensuite, si l’on en croit le rapport, car 9/10 des objets exposés sont récents44. La comparaison des sections d’astronomie du Palais et du Deutsches Museum suggère que par exemple à travers la présence forte de la photographie, l’une des techniques fondamentales de l’astrophysique, le Palais propose une astronomie indubitablement plus moderne que le musée allemand, focalisé largement sur l’histoire de l’instrumentation astronomique45. Initié autour des années 1900, le Deutsches Museum, musée des « chefs-d’œuvre de la science et de la technologie » veut s’approprier le prestige du musée pour promouvoir la technique et le statut culturel de l’ingénieur et se distancier des expositions industrielles46. À l’inverse, le Palais de la découverte est dédié à la science pure47 et ses créateurs (comme les critiques de la section d’astronomie) déploient une rhétorique « anti-musée » qui reprend le discours réformiste classique des muséologues qui naît avec le développement massif des expositions à la fin du XIXe siècle et la remise en question concomitante des musées, pressés désormais non seulement de préserver, classifier et exposer les canons du passé mais aussi de prendre en compte les nouvelles attentes de publics habitués aux expositions48.

  • 49  Pascal Ory, « Une cathédrale pour les temps nouveaux ? », op. cit., surtout p. 191‑197.
  • 50  Thomas Gieryn, « Laboratory design for post-fordist science », Isis 99/4, 2008, p. 796‑802, sur la (...)

23L’impression de modernité associée au Palais est certainement aussi le produit des choix esthétiques, dont la dissimulation du style Beaux-Arts derrière des coffrages blancs, conférant un caractère anhistorique et a-situé qui convient à la science désintéressée, alliance de la politique progressiste et de l’esthétique moderniste49. Cette mise en scène peut être rapprochée de l’architecture standardisée des laboratoires qui contribue à l’idée d’une science générique décontextualisée de son environnement immédiat50. Le Palais apparaît non seulement une « cathédrale pour la science » (P. Ory) mais aussi un « white cube » revendiquant un modernisme artistique et scientifique à portée universelle.

  • 51  AN 19900512‑3 : « Le Palais de la découverte », Conférence prononcée par M. Léveillé, secrétaire g (...)

24La section d’astronomie est, comme les autres, présidée par un scientifique en activité, et non des moindres : Ernest Esclangon (1876‑1954), directeur des observatoires de Paris et de Meudon et membre de l’Institut. Sa position d’autorité dans le monde scientifique français, tout comme son implication précoce dans le projet dès 1934, à l’invitation d’Henri de Jouvenel, avant même que Perrin ne prenne celui-ci en main, explique probablement ce choix qui peut paraître paradoxal51. Car contrairement aux autres responsables de section, Esclangon n’appartient pas aux réseaux scientifiques et politiques de Léveillé ou de Perrin, il est même en conflit avec ce dernier pendant cette période.

25Loin de rester cantonné à une présence honorifique, Esclangon est très activement impliqué dans la réalisation de la section. La mise en place de l’exposition d’astronomie est en partie le fruit de la contingence, obéissant aux contraintes financières et matérielles, aux opportunités d’acquisition et d’emprunt grâce aux réseaux ou aux contacts pris par la petite équipe autour d’Esclangon, dont Robert Lencement est l’acteur principal. Mais on décèle aussi dans la mise en œuvre du projet un certain nombre de principes, qui correspondent largement à l’esprit internationaliste mis en avant par Léveillé et Perrin, teintés d’une couleur spécifique au contexte de l’astronomie et aux conceptions d’Esclangon.

26Dans la droite lignée des professions de foi des fondateurs du Palais, la section d’astronomie revendique un caractère international. Son rapport liste sur plusieurs pages les 18 institutions nationales et 44 internationales et les individus ayant contribué à l’exposition :

  • 52  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), (...)

Plus de la moitié des photographies exposées est d’origine étrangère. Les États-Unis en ont fourni la plus grande partie. Ceci montre qu’un large appel a été fait aux participations des autres pays, bien qu’à valeur et qualité égale, la préférence ait naturellement été accordée aux documents français. Une correspondance importante a été échangée avec les principaux observatoires du monde, qui ont tous répondu favorablement aux demandes qui leur étaient adressées52.

  • 53  AN 19900512‑66.
  • 54  AN 19900512‑4.

27Par la suite, Esclangon propose de remettre des diplômes ou médailles commémoratifs à un nombre particulièrement important de personnalités ou sociétés savantes étrangères, plus d’une trentaine53. On trouve dans les archives plusieurs cartons de correspondance avec ces personnes, astronomes mais aussi fabricants d’instruments comme Carl Zeiss, qui fournissent de nombreuses reproductions photographiques, objets et suggestions pour la section54.

  • 55  L’UAI affiche les objectifs suivants : « (1) To facilitate the relations between astronomers of di (...)
  • 56  Gudrun Wolfschmidt, « Internationalität von der VAG (1800) bis zur Astronomischen Gesellschaft », (...)

28Le fait que le caractère international de la science soit particulièrement souligné dans la section d’astronomie n’est pas le fruit du hasard. Ce sont les astronomes qui créent la première Union Internationale après la Première Guerre mondiale : l’UAI voit le jour en 1919, fédérant de nombreuses initiatives précédentes, dont des programmes internationaux collaboratifs d’observation comme la Carte du Ciel, la Solar Union ou l’Astronomische Zentralstelle chargée d’informer les astronomes du monde entier de phénomènes astronomiques éphémères55. L’astronomie est une petite discipline élitiste, historiquement liée à la construction nationale (géodésie, navigation, service de l’heure) mais également pionnière de la science transnationale : ce sont des astronomes qui les premiers organisent des congrès internationaux et mettent sur pied des réseaux internationaux d’observation à la fin du XVIIe siècle56 et ses membres sont à la pointe de l’internationalisme scientifique au XIXe et début du XXe siècle : George Ellery Hale et Arthur Schuster sont les initiateurs de l’International Research Council qui regroupe les Unions. La section d’astronomie du Palais de la découverte en 1937 donne à voir une instance typique de l’internationalisme de l’entre-deux-guerres tel qu’il est avancé dans les expositions universelles et par de nombreux savants. On voit dans le Palais converger de manière forte les idéaux internationalistes scientifiques et politiques, qui sont pour des personnages tels que Perrin, Borel ou Léveillé, deux facettes d’une même médaille.

  • 57  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), (...)
  • 58  Henri Mineur, « le service de recherches d’astrophysique », L’Humanité, 4 mai 1937, p. 4 : « Une n (...)
  • 59  AN 19900512‑67 : Conseil de l’observatoire de Paris. Procès-verbal de la séance du 8 mars 1937.

29Cet internationalisme revendiqué n’empêche en rien, et parfois participe des ambitions locales et nationales qu’Esclangon poursuit à travers l’exposition d’astronomie. Celle-ci a pour but d’encourager la connaissance et l’étude de l’astronomie en France, où elle est selon lui particulièrement négligée. À ceci s’ajoute la nécessité de s’assurer d’un soutien public pour la construction d’un nouvel observatoire en montagne (projet qui remonte à 1929) sur le modèle des observatoires américains qui bénéficient de conditions climatiques optimales57. Si la section d’astronomie fait intervenir tous les acteurs majeurs du domaine en France, à l’époque de l’exposition et par la suite, notamment comme conférenciers, elle ne peut pas complètement dissimuler le conflit qui éclate dans les années 1930 entre Henri Mineur et Esclangon. Mineur, astronome « dissident » de l’observatoire, est soutenu par Perrin alors sous-secrétaire aux recherches scientifiques, dans la création d’un service de recherche d’astrophysique adossé au CNRS et donc indépendant de l’Observatoire58. On trouve dans les archives du Palais, égaré ou placé là de manière délibérée, le compte rendu d’une réunion particulièrement tendue du conseil de l’Observatoire de Paris, où est discutée la proposition de Perrin d’installer le service de recherches astrophysique sur les terrains de l’Observatoire et de transférer à l’Observatoire de Haute Provence (dont la responsabilité échoira au service) un grand télescope appartenant à l’Observatoire de Paris ; propositions qui pour des raisons évidentes rencontrent une opposition farouche de la part d’Esclangon et du conseil59.

  • 60  Henri Mineur, « L’Astronomie à l’exposition de 1937 », L’Humanité, 8 juin 1937, p. 4.
  • 61  Arnaud Saint-Martin, L’Office et le télescope. Une sociologie historique de l’astronomie française (...)

30La section d’astronomie du Palais ne peut rester entièrement dégagée des conflits au sein de l’astronomie française. Elle participe aussi indirectement aux débats en cours sur les moyens de réformer l’astronomie française, perçue comme étant en déclin et en deçà des standards internationaux, et plus particulièrement américains : Mineur et Esclangon proposent tous les deux des solutions différentes à ce problème et il n’est pas anodin, dans ce contexte, que ce soit Mineur qui formule la critique de la section d’astronomie comme représentant « l’astronomie 190060 ». De fait, Esclangon sera régulièrement présenté par ses opposants comme tenant d’un conservatisme nuisible à l’astronomie française61.

Le planétarium

31Le Palais de la découverte n’a pas le monopole sur l’astronomie à l’exposition de 1937. Il faut mentionner le planétarium, plus méconnu encore que la section d’astronomie (au point qu’il fait l’objet d’une confusion récurrente avec le grand planétaire du Palais) et qui pourtant offre un point de comparaison utile avec celle-ci du point de vue de l’histoire transnationale. Le planétarium est d’autant plus pertinent à cette analyse qu’il est intégré au Palais après la guerre.

  • 62  AN 19900512‑75 : Lettre de François Poncet, ambassadeur de France à Berlin à M. Hautecœur, Conserv (...)
  • 63  Karen Fiss, Grand Illusion. The Third Reich, the Paris Exposition, and the Cultural Seduction of S (...)

32Le planétarium de l’exposition de 1937 est le premier construit en France. C’est au conservateur du musée du Luxembourg de Paris et à l’ambassadeur de France à Berlin que revient l’initiative : dès octobre 1934 ce dernier prend contact avec le représentant du constructeur Zeiss à Berlin et avec Edmond Labbé pour en discuter des modalités62. Cet épisode est révélateur de la politique d’apaisement envers l’Allemagne et de la reprise des relations commerciales63.

  • 64  Franz Fuchs,op. cit., p. 59‑65 ; Friedrich Schomerus, Geschichte des Jenaer Zeisswerkes, 1846‑194 (...)

33Le planétarium est un dôme d’une vingtaine de mètres de diamètre, à l’intérieur duquel un projecteur opto-mécanique simule le ciel étoilé et les mouvements des astres pour un public de plusieurs centaines de personnes. Ce dispositif sophistiqué est inventé au début des années 1920 par Walther Bauersfeld, ingénieur de la compagnie d’instruments optiques Carl Zeiss de Jena, sur une demande d’Oskar von Miller, l’initiateur du Deutsches Museum, premier grand musée des sciences et des techniques allemand. Le premier planétarium est construit sur le toit de l’usine Zeiss de Jena en 1924 avant d’être installé à Munich puis d’essaimer dans le monde entier, grâce notamment au service de vente efficace de Zeiss et son réseau international de représentants64.

  • 65  AN F12 12602 : Lettre de Franz Fieseler, représentant de Zeiss à Robert Martzloff, Directeur des s (...)
  • 66  AN 19900512‑1 : rapport sur l’exposition de Chicago : non daté, non signé.

34Comme le palais, le planétarium est un dispositif à cheval entre l’exposition et le musée. En raison de leur nouveauté, les planétariums sont dans les premières années souvent construits dans le cadre des grandes expositions, mais ils sont ensuite pérennisés ou parfois même construits, comme à Munich, dans le cadre d’une institution muséale (ce qui s’explique en partie par le coût très important du dispositif, le projecteur seul coûtant 300 000 Reichsmark en 1935, ou 1,8 million de francs soit autant que la section la plus coûteuse du Palais65). Ils font partie des dispositifs remarqués par les Français aux expositions de Chicago66 et de Bruxelles :

  • 67  AN 19900512‑1 : notes sur les expositions universelles ou scientifiques, 1900‑1935 : conclusions g (...)

Il semble qu’à côté du Palais de la science pure, une place doit être faite au Planétarium. C’est un admirable moyen de vulgarisation des sciences, qui a pour but de mettre à la portée du public les éléments essentiels de connaissance de l’astronomie. De toutes les grandes villes d’Europe, Paris est à peu près la seule à n’en point posséder. L’exposition n’est-elle pas le moyen de combler cette regrettable lacune67 ?

  • 68  AN F12 12602 : Lettre de Franz Fieseler (représentant de Zeiss) à Robert Martzloff (Directeur des (...)

35Ils sont un facteur d’émulation et de compétition entre les expositions et les nations, et Zeiss ne se prive pas d’en jouer. Lors des négociations menant à la construction du planétarium de 1937, Zeiss insistera sur le grand succès, à la fois financier et moral, des planétariums aux expositions récentes de Stockholm et Chicago : si le planétarium, désormais âgé d’une dizaine d’années, ne peut plus prétendre être le « clou » de l’exposition de 1937 il promet d’être rentable et une attraction certaine, ce qui se vérifiera si l’on en croit le nombre de visiteurs et les critiques dans la presse68.

  • 69Ibid.

36Selon les analyses de l’époque, le dispositif doit son succès autant à son caractère spectaculaire qu’à l’édification scientifique qu’il propose. Il est pourtant systématiquement mis en avant par son constructeur comme étant non pas un simple spectacle mais un lieu dédié à l’éducation astronomique. Cette stratégie permet à Zeiss d’inciter les pouvoirs publics à participer aux frais d’achat et d’installation de son projecteur. En 1937, cette stratégie se heurte à la décision des responsables de l’exposition de placer le planétarium dans le « parc des attractions69 ».

Fig. 3 : Des ouvriers se maintiennent à la voûte maillée du planétarium du Palais de la découverte lors de sa construction, dans le hall d’Antin, le 22 janvier 1952. © Palais de la découverte / Chartier

Fig. 3 : Des ouvriers se maintiennent à la voûte maillée du planétarium du Palais de la découverte lors de sa construction, dans le hall d’Antin, le 22 janvier 1952. © Palais de la découverte / Chartier

37Dans la perspective de l’histoire transnationale de la vulgarisation des sciences, le planétarium constitue une instance très particulière non pas d’internationalisme, car les considérations idéologiques sont rarement exprimées dans ce contexte, mais d’une internationalisation principalement motivée par des considérations commerciales. La dissémination des planétariums peut être mise en relation avec le déclin rapide dans l’entre-deux-guerres et plus particulièrement après la crise de 1929 des observatoires populaires, initiatives plus ou moins privées et informelles qui avaient fleuri à la fin du XIXe siècle. Le planétarium privatise (au sens où ces dispositifs sont distribués par une entreprise privée) et standardise l’astronomie populaire, puisque Zeiss fournit non seulement le projecteur et le dôme (ou des conseils précis pour sa construction) mais aussi le contenu des conférences. Même si les représentants de Zeiss insistent souvent sur le manque de rentabilité du planétarium, il participe d’une stratégie commerciale dont l’efficacité réside dans le développement et la vente à perte de produits très haut de gamme, principalement pour et en collaboration avec des chercheurs mais facteurs de prestige et marqueurs de qualité, qui bénéficient aux ventes d’instruments, de lentilles et lunettes au plus grand nombre.

  • 70  AN 19900512‑75 « note sur le planétarium », non signée, non datée.

38Démantelé à la fin de l’exposition, le planétarium est acquis par le Gouvernement et entreposé dans les sous-sols du CNAM, puis transféré au Palais après la guerre, remonté et adapté et rouvert dans l’enceinte du Palais en 1952, à la place du grand générateur sous la coupole (figure 3). Il est considéré comme une « introduction à la section d’astronomie » faisant avec elle « un tout70 ». Plus tard, il sera installé dans la section d’astronomie, et placé sous contrôle de son directeur l’astronome de l’Observatoire de Paris Paul Couderc, par ailleurs vulgarisateur très actif et membre de l’union rationaliste.

Vers une structuration internationale des musées (scientifiques)

  • 71  AN 19900512‑66 : A. Léveillé à M. Cros, secrétariat du Bulletin Officiel, 7 novembre 1945. En réal (...)

39Quant au Palais, après l’exposition et suite à un lobbying réussi et à un incontestable succès public, il est maintenu et rattaché à la Caisse Nationale de la Recherche Scientifique71. Il rouvre ses portes en avril 1938 après une courte période de fermeture. Des expositions temporaires, souvent à dimension internationale, sont organisées. La première accueille en 1938, avec l’aide du New York Museum of Science and Industry, une exposition de l’Institut Carnegie de Washington consacrée aux résultats récents de la biologie et de l’astronomie aux États-Unis. En 1939, le Palais de la découverte est chargé de la réalisation de la section scientifique organisée par la France, sous la direction de Joliot, pour l’exposition internationale de New-York.

  • 72  AN 19900512‑86 : A. Léveillé, Allocution à la TSF du 3 août 1946.

40La guerre survient peu après. Le musée poursuit ses activités malgré les nombreuses difficultés de la période. Nous savons par la correspondance ultérieure de Léveillé que le Palais fait son possible pour réduire les contacts avec les forces d’occupation. Le 23 août 1944, lors de la bataille de Paris, le Palais est sévèrement endommagé : cinq salles (dont la salle de cinéma) sont détruites72. Malgré les contraintes de la reconstruction, le musée et son directeur vont faire preuve d’une intense activité.

  • 73  AN 19900512‑24 : Mission à Londres, Oxford et Cambridge du 2 au 11 avril.

41André Léveillé, dès les derniers mois de 1944, cherche à multiplier les contacts internationaux que la guerre avait interrompus. Ses premiers efforts vont en direction des États-Unis. Outre Robert P. Shaw, le directeur du New York Museum of Science and Industry avec qui il avait collaboré en 1938, il mobilise ses réseaux amicaux aux États-Unis, et en tout premier lieu Henri Laugier devenu secrétaire général adjoint des Nations Unies. L’Angleterre est une autre cible prioritaire : des conférences de scientifiques britanniques (Dirac, Huxley, Bernal…) sont organisées avec l’aide du British Council ; une exposition sur la pénicilline, réalisée avec le concours actif de Fleming et le soutien du British Council et de l’United States Information Service, est ouverte en 1946. Cette même année, missionné par la direction des Relations Culturelles, Léveillé accomplit un voyage à Londres qui sera extrêmement fructueux. Un programme de travail commun est amorcé avec le Science Museum qui se traduira notamment par l’échange d’expositions73. Outre les États-Unis et la Grande-Bretagne, des échanges se développent rapidement avec la Chine, la Tchécoslovaquie et les Pays-Bas.

42On le voit, l’activité internationale du Palais est tangible et se met en place dès avant la fin du conflit. Mais elle est loin de se limiter à une circulation d’expositions entre établissements comparables.

  • 74  AN 19900521‑24 : Note concernant une exposition scientifique dans les pays arabes, André Léveillé, (...)

43Très tôt, le Palais de la découverte est sollicité par l’Unesco. Huxley (qui en est président) et Needham (qui dirige la section « science » de l’organisme naissant) connaissent bien le Palais de la découverte où ils sont intervenus. L’Unesco demande au Palais de la découverte d’organiser l’exposition scientifique internationale prévue dans le cadre du mois de l’Unesco, en novembre 1946 à l’occasion de la fondation de l’organisation ; Léveillé est invité à participer au Comité d’experts européens pour la vulgarisation des aspects internationaux de la science en septembre 1947 ; en 1948, Auger (qui succède à Needham à la tête de la section sciences) et l’ICOM lui commandent un rapport sur les musées scientifiques et techniques qu’il remettra en 1949 ; cette même année le Palais assure pour le compte de l’Unesco la réalisation d’une exposition scientifique dans les pays arabes dont l’inauguration doit avoir lieu pendant le mois de l’Unesco à Beyrouth74. Peut-être en raison de la proximité géographique et intellectuelle entre le Palais et les dirigeants de l’Unesco, tout se passe comme si, pour ce qui a trait aux musées et expositions scientifiques, le Palais avait été durant cette période le bras armé de l’organisation internationale.

  • 75  AN 19900521‑24 : Grace Morley à A. Léveillé, 25 avril 1948.
  • 76  AN 19900521‑24 : Note concernant la croisade des musées (A. Léveillé à Montel), 15 mai 1950.

44La coopération avec l’Unesco prend aussi la forme de responsabilités éditoriales. Avec la fin des hostilités et à l’aube de la naissance de l’Unesco, un bureau des musées s’est réinstallé à Paris, dirigé de 1946 à 1949 par Grace Morley, directrice du Musée d’Art de San Francisco. Soucieuse de relancer une revue internationale dédiée aux musées (la revue Museion créée en 1929 à l’initiative de l’Office International des Musées) et d’en élargir le spectre, elle met en place pour la nouvelle revue Museum un conseil de rédaction. Elle demande à André Léveillé d’y participer (194875) puis rapidement (1949) d’en prendre la présidence ; il assurera très activement ce rôle. Léveillé et Morley resteront en contact étroit après le retour de cette dernière aux États-Unis. Ils seront par exemple les deux initiateurs en 1949 du projet de Croisade des musées76, visant à promouvoir le rôle éducatif et social des musées du monde, qui sera financé et réalisé par l’Unesco en 1955 sous le nom de Campagne internationale des musées.

  • 77  http://archives.icom.museum/exec_members_history.html, consulté le 4 juillet 2014.
  • 78  AN 19900521‑24 : Léveillé à Laugier, 1er avril 1946.

45C’est en novembre 1946 que se déroule aumusée du Louvre l’assemblée constitutive de l’ICOM, à l’initiative de Chauncey J. Hamlin, président du Buffalo museum of science. Léveillé prend une part active à la fondation de l’organisation, dont il sera le premier trésorier (fonction qu’il occupera jusqu’en 195977) et dont il présidera la section « planétarium et musées de sciences ». Léveillé avait lui-même eu, peu de mois auparavant, la volonté de structurer les musées de sciences : en avril 1946, il avait écrit à Laugier pour lui faire part de son projet d’une « organisation mondiale ou tout au moins internationale de Palais de la découverte (…) qui pourraient se communiquer régulièrement la documentation scientifique qui pourrait permettre d’informer le public des travaux et des découvertes » et lui demander le concours des services culturels de l’ONU78. Laugier s’était déclaré favorable à cette proposition et lui avait suggéré de prendre les devants, ce que Léveillé avait commencé à faire auprès de quelques proches comme Herman Shaw. En août, il est contacté par Hamlin qui, raconte-t‑il,

  • 79  AN 19900521‑86 : Léveillé, allocution à la TSF, 16 août 1946.

venait nous communiquer son idée d’une organisation internationale des musées du monde. Donc, sans connaître nos premiers travaux, il avait conçu quelque chose de similaire et ne se limitant pas uniquement aux établissements scientifiques79.

  • 80  Pierre Levau, Épistémologie de la conservation du patrimoine : ontologie d’un domaine, ergologie d (...)

46L’exemple du développement de l’activité internationale au Palais de la découverte montre deux choses. D’une part, que le Palais reprend très vite une activité internationale que seule la Seconde Guerre mondiale avait interrompue et qu’à cette fin il s’appuie tant sur un réseau d’établissements homologues que sur un ensemble d’organismes internationaux (comme l’Unesco) ou sur les institutions qui sont chargées de développer les relations culturelles extérieures des États (comme le British Council ou la direction des Relations Culturelles française). Même si l’énergie déployée au Palais sur ces questions est particulièrement marquée (l’établissement étant le plus souvent à l’initiative des échanges), tout laisse à penser qu’il en va de même pour de nombreux établissements. D’autre part, le développement simultané d’une revue (sous l’égide de l’Unesco) et de l’ICOM, rapidement organisé en sections spécialisées, atteste de la structuration rapide du champ muséal. La concomitance entre les initiatives de Hamlin et de Léveillé indique quant à elle que cela répondait à un besoin ressenti par les acteurs. Mais, dans le cas des musées comme dans le cas du patrimoine étudié par Pierre Leveau80, les initiatives développées dans l’immédiat après-guerre s’appuient sur des structures (comme le bureau des musées de l’Unesco qui reprend la tâche de l’ancien Office International des Musées) et des réseaux déjà ébauchés avant la guerre.

  • 81  AN 19900512‑75 : Note sur le planétarium, non signée, non datée.

47Cette évolution est également perceptible dans le cas des planétariums : alors qu’avant la guerre c’est Zeiss qui majoritairement centralise la communication entre leurs directeurs, par la suite ils expriment une volonté de communication multilatérale et la création d’associations nationales, processus qui culminera avec l’inclusion, lors de la création de l’ICOM, de la section regroupant les « musées de sciences et planétariums81 », consacrant ainsi à la fois la dimension éducative de ces dispositifs et leur inclusion dans le domaine du musée. Ici encore, le rôle du Palais de la découverte est déterminant.

48Pour conclure, notre étude permet de discerner au Palais de la découverte, lors de sa genèse et pendant la première décennie de son existence, une superposition de rapports à l’international :

  • Au travers du Palais, c’est le pendant scientifique des conceptions internationales, internationalistes et universalistes « classiques » de l’entre-deux-guerres qui se voit mis en avant. Si les créateurs du Palais ne s’inspirent guère des musées de science existants, leur intérêt pour les expositions scientifiques étrangères est notable ; dans la section d’astronomie, de nombreux artefacts et travaux étrangers sont exposés, une communauté astronomique internationale et internationaliste est mise en scène. Comme nous le soulignons, ces visées n’empêchent en rien des objectifs disciplinaires ou nationaux de s’exprimer, que ce soit la création d’un observatoire de montagne ou le soutien public à la recherche.

  • L’examen approfondi des réseaux qui relient les acteurs principaux de la mise en place du Palais révèle le rôle important et jusqu’à présent négligé de la Confédération des Travailleurs Intellectuels, dont la vision imprime une forme particulière à l’internationalisme de ses membres. Ce nouvel élément du contexte de l’histoire du Palais permet de montrer que les ambitions nationales et internationalistes de ses créateurs font plus que cohabiter : elles sont parties prenantes d’un même projet. Dans le contexte très tendu de la fin des années 1930, le Palais peut être perçu comme une résistance aux crispations nationalistes, dans une exposition qui en est elle-même le théâtre.

  • Enfin, cette étude témoigne de deux types d’internationalisation pendant cette période : dans un premier temps, une internationalisation culturelle et commerciale de la vulgarisation scientifique dont témoigne la dissémination des planétariums par son constructeur Zeiss ; ensuite d’une structuration internationale des musées de science notamment à travers l’ICOM, dont les racines remontent avant la guerre, et dans laquelle le Palais joue un rôle majeur.

49On voit ainsi comment une analyse à plusieurs niveaux permet d’aller au-delà de la vision du seul Perrin et de mettre en lumière un ensemble d’acteurs, de réseaux déterminants dans la création du Palais et les premières années de son existence, et de montrer l’imbrication de différents processus et conceptions dans l’élaboration, toujours complexe, d’un musée. On constate également une superposition de conceptions et d’objectifs relevant du national et de l’international qui font que le Palais de la découverte a pu être à la fois un reflet de son temps lorsqu’il matérialise un certain internationalisme caractéristique de l’entre-deux-guerres, et un acteur important de l’internationalisation de la muséologie après la guerre.

Haut de page

Notes

1  Pour la France, voir Dominique Poulot, Musée, nation, patrimoine, 1789‑1815, Paris, Gallimard, 1997. Pour une synthèse, voir Sharon Macdonald, Companion to Museum Studies, Oxford et al., Blackwell, 2006.

2  Harry W. Paul, From Knowledge to Power. The Rise of the Science Empire in France, 1860‑1939, Cambridge, Cambridge University Press 1985 ; Spencer Weart, La grande aventure des atomistes français, Paris, Fayard, 1980;Jean-François Picard, La république des savants. La recherche française et le CNRS. Paris, Flammarion, 1990.

3  Jacqueline Eidelman, La création du Palais de la découverte. Professionnalisation de la recherche et culture scientifique dans l’entre-deux-guerres, Thèse pour le doctorat unique, Université Paris V, 1988.

4  Pascal Ory, « Une cathédrale pour les temps nouveaux ? Le Palais de la découverte (1934‑1940) », in : Régine Robin (éd.), Masses et culture de masse dans les années 30, Paris, Les éditions ouvrières, 1991, p. 180‑204 ; Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front Populaire (1935‑1938), Paris, Plon, 1994.

5  Brigitte Schroeder-Gudehus, Rebecca Letteval, Geert Somsen et Sven Widmalm, Neutrality in twentieth-century Europe. Intersections of science, culture and politics after the First World War, Londres et New York, Taylor & Francis, 2012 ; Paul Forman, « Scientific Internationalism and the Weimar Physicists : the Ideology and its manipulation in Germany after World War I », Isis 64/2, 1973, p. 150‑180. Geert J. Somsen, « A History of Universalism. Conceptions of the Internationality of Science from the Enlightenment to the Cold War », Minerva 46, 2008, p. 361-379.

6  Voir Jean-Jacques, Renoliet, L’Unesco oubliée : la Société des Nations et la coopération intellectuelle (1919‑1946), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

7  Sur la nature de l’engagement scientifico-politique de Perrin et de son cercle, voir Bernadette Bensaude-Vincent, Langevin. Science et Vigilance, Paris, Belin, 1987 ; Micheline Charpentier-Morize, Perrin savant et homme politique, Paris, Belin, 1987 ; Mary-Jo Nye, « Science and Socialism : The Case of Jean Perrin in the Third Republic », French Historical Studies 9, 1975, p. 141‑169 ; Hélène Gispert, « Émile Borel, les multiples formes d’un engagement “politique” », in : L’aventure de l’analyse, de Fermat à Borel. Mélanges pour Christian Gilain, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2012, p. 665‑676.

8  La plus visible étant celle de Georges-Henri Rivière. Voir Nina Gorgus, Le magicien des vitrines. Le muséologue Georges Henri Rivière, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003.

9  Voir ci-après.

10  Pascal Ory, « Une cathédrale pour les temps nouveaux ? », op. cit.

11  Fondée en 1920 par des personnalités du monde des arts, des sciences et des lettres, la CTI se crée autour de l’idée de « travailleur intellectuel ». Entre les ouvriers et le patronat, les travailleurs intellectuels seraient en effet, selon H. de Jouvenel, les victimes oubliées dont la CTI entend défendre la cause, et par là même « sauver la part de l’esprit dans la Société » (H. de Jouvenel, allocution au premier Congrès international des confédérations nationales de travailleurs intellectuels, Paris, 1923). La CTI se veut donc à la fois organe syndical et cercle de pensée. Voir Alain Chatriot, « La lutte contre le “chômage” intellectuel : l’action de la Confédération des Travailleurs Intellectuels (CTI) face à la crise des années trente », Le mouvement social, n° 214, janvier-mars 2006, p. 77‑91.

12  A. Léveillé à H. Bergoruen, Unesco, 11 mai 1948, Archives nationales (désormais AN) 19900512‑24.

13  En tant qu’organisateur, il compte au moins deux opérations à son actif avant le succès du Palais de la découverte : le « Train Exposition des Artistes » en 1934 et le Salon des Artistes indépendants, qu’il reprend avec Maximilien Luce après la mort de Paul Seurat et dont il assure l’accrochage selon de nouveaux principes en 1936.

14  Une (seconde) exposition d’Arts décoratifs (voté le 30 juin par la Chambre des députés) ; une exposition internationale de la civilisation (projet de résolution adopté par le Sénat le 25 février en vue du développement de la coopération intellectuelle) ; une exposition de la vie ouvrière et paysanne (projet de résolution déposé à la Chambre par le député Eugène Fiancette). Voir AN 19900512‑1 : Préparation de l’exposition universelle de 1937, Note générale (non signée, non datée), archives du Palais de la découverte.

15  Gérard Namer, « Les imaginaires dans l’exposition de 1937 », Cahiers Internationaux de Sociologie N.S. 70, 1981, p. 35‑62.

16  Pierre-Gerlier Forest et Brigitte Schroeder-Gudehus, « L’internationalisme et les Expositions Universelles dans les années trente » in : Régine Robin, Masses et culture de masse dans les années 30, Paris, Éditions ouvrières, p. 205‑224 ; Patrick Petitjean, « The Joint Establishment of the World Federation of scientific Workers and of UNESCO after World War II », Minerva 46, 2008, p. 247-270.

17Ibid., p. 216.

18  Décret du 15 février 1933. Normalien, agrégé de philosophie, Aimé Berthod est l’un des auteurs avec Émile Borel de La politique républicaine (Alcan, 1924) qui synthétise la doctrine radicale. Il partage en outre avec ce dernier l’appartenance au deuxième gouvernement Painlevé (1925) et au « Groupe de défense des travailleurs intellectuels » à la Chambre dont Borel est le président.

19  AN 19900512‑7 : lettre d’A. Léveillé au Dr Renaudeaux, non datée (1937 ?).

20  AN 19900512‑7 : lettre d’A. Léveillé à Léon Binet, 17 août 1937. Dans une intervention faite en juillet 1939 au Centre d’étude des problèmes humains, Léveillé raconte ceci : « Le commissaire général M. Berthod décida de réunir les trois projets dans une même exposition et c’est ainsi qu’un soir, un artiste à l’esprit sans doute mal formé émit cette idée que pour faire une exposition où la pensée aurait une place, il faudrait que l’on songeât à garder celle de la science. Cette proposition recueillit une majorité formidable contre elle, et c’est grâce à l’appui du Directeur de l’institut international de la coopération intellectuelle, du directeur du musée pédagogique et à la grande autorité de M. François Carnot que la minorité de trois voix put imposer sa volonté à la majorité de 30 voix. Et c’est ainsi que bouleversant les formes de classifications établies par le Bureau International des Commissions, une place pour les sciences fut réservée à l’Exposition de 1937 », AN 19900512‑86.

21  Journaliste et diplomate, sénateur de la Corrèze, Henry de Jouvenel a été délégué de la France à la Société des Nations et président de l’Association française d’action artistique. Il a, lui aussi, appartenu au second gouvernement Painlevé.

22  Romain Coolus, Gaston Rageot, José Germain, Henri de Weindel, Louis Gallié et bien d’autres.

23  On note également parmi les scientifiques qui prennent part à la conception du Palais la présence de Charles-Marie qui appartient au comité directeur de la CTI.

24  Gérard Namer, op. cit.

25  Discours d’André Léveillé en présence du président de la République, non daté (1937 ?), AN 19900512‑86.

26  AN 19900512‑3 : « Le Palais de la découverte », Conférence prononcée par M. Léveillé, secrétaire général du Palais de la Découverte à la réunion du vendredi 19 novembre 1937 de la société d’économie industrielle et commerciale.

27  Cité in Romain Coolus, « Henry de Jouvenel, animateur », La revue des vivants : organe de la génération de la guerre, oct.-nov. 1935, p. 1709‑1718.

28  AN 19900512‑1 : lettre d’A. Léveillé à Paul Léon, 7 juin 1935.

29  Commandée par le pouvoir allemand comme instrument de propagande, l’exposition Le miracle de la vie est l’œuvre du typographe et designer autrichien Herbert Bayer, membre du Bauhaus. L’usage qu’il fait dans cette exposition d’un graphisme très conventionnel attesterait selon Meißner son désaveu du discours de l’exposition (Meißner, 2009). Bayer s’exilera aux États-Unis en 1938.

30  Elles ont, semble-t‑il, été écrites suite à un entretien avec Henri Bonnet, alors directeur de l’IICI : c’est ce qu’indiquent les archives de l’IICI (Pierre-Gerlier Forest et Brigitte Gudehus, op. cit., note 24, p. 216) et que corrobore une inscription manuscrite sur les archives du Palais (AN 19900512‑1 : Chicago 1933, Interview du Dr B. : non daté, non signé.).

31  C’est le cas, par exemple pour la section de mathématique. Voir Victor Blanchard, La création de la section de mathématique au Palais de la Découverte, mémoire de master Lophiss, Université Denis Diderot – Paris 7, 2013, p. 20.

32  AN 19900512‑1 : rapport sur l’exposition de Chicago : non daté, non signé, p. 3.

33  AN 19900512‑86 : « Les grands travaux et la confédération des travailleurs intellectuels », causerie de M. André Léveillé au poste de radiodiffusion des PPT, sans date (probablement 1936).

34  AN 19900512‑1 : rapport sur l’exposition de Chicago : non daté, non signé.

35Ibid.

36  Pascal Ory, op. cit.

37Le Temps, 5 mars 1937.

38  Au-delà du cas de l’exposition de Chicago, Léveillé retient de chacun des cas étudiés des éléments qui lui semblent susceptibles d’intérêt pour le groupe I dans son ensemble. Il en est ainsi, par exemple, de l’exposition coloniale de 1931 dont il retient « la cité de la presse » comme un modèle d’efficacité pour la communication de l’exposition.

39  AN 1990512‑1 : A. Léveillé à Joliot, 26 novembre 1935.

40  A. Léveillé à Sainte-Laguë, cité par Blanchard, op. cit., p. 20

41  Jean Perrin, « Préface », in Exposition Internationale. Le Palais de la découverte, Paris, 1937, p. 3‑7, sur la p. 6.

42  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), p. 7.

43Ibid. ; « section d’astronomie », Exposition Internationale. Le Palais de la découverte (Paris, 1937), p. 17‑21 ; AN 19900512‑67 : dossier « section de l’astronomie : Palais de la découverte de l’exposition internationale de 1937 ».

44  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), p. 22.

45  Franz Fuchs,« Der Aufbau der Astronomie im Deutschen Museum(1905‑1925) », Deutsches Museum, Abhandlungen und Berichte Nr. 1, 1955. Cette comparaison est fondée sur la mise en scène temporaire de l’astronomie avant que le Deutsches Museum n’intègre son bâtiment définitif en 1925.

46  Helmuth Trischler, Wilhelm Füßl (éd.), Geschichte des Deutschen Museums : Akteure, Artefakte, Ausstellungen, Munich, Prestel, 2003 ; Wilhelm Füßl, Oskar von Miller (1855‑1934), Munich, Beck, 2005.

47  Jacqueline Eidelman, op. cit., p. 15‑111. Voir aussi Dominique Pestre, « The moral and political economy of French scientists in the first half of the 20th century », in S. Boudia and X. Roque (éd.), Science, medicine and industry : The Curie and Joliot-Curie laboratories. History & Technology (special issue), 13/4, 1997, p. 241‑8.

48  Anke Te Heesen, Theorien des Museums zur Einführung, Hambourg, Junius Verlag, p. 73‑104.

49  Pascal Ory, « Une cathédrale pour les temps nouveaux ? », op. cit., surtout p. 191‑197.

50  Thomas Gieryn, « Laboratory design for post-fordist science », Isis 99/4, 2008, p. 796‑802, sur la p. 798. Voir aussi Robert E. Kohler, Landscapes and Labscapes : Exploring the Lab – Field Border in Biology, Chicago, Univ. Chicago Press, 2002, p. 6‑11.

51  AN 19900512‑3 : « Le Palais de la découverte », Conférence prononcée par M. Léveillé, secrétaire général du Palais de la Découverte à la réunion du vendredi 19 novembre 1937 de la société d’économie industrielle et commerciale.

52  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), p. 13.

53  AN 19900512‑66.

54  AN 19900512‑4.

55  L’UAI affiche les objectifs suivants : « (1) To facilitate the relations between astronomers of different countries where international co-operation is necessary or useful ; (2) to promote the study of astronomy in all its departments. » Voir Transactions of the International Astronomical Union 1, 1922, p. 3.

56  Gudrun Wolfschmidt, « Internationalität von der VAG (1800) bis zur Astronomischen Gesellschaft », in : W. R. Dick et Jürgen Hamel (éd.), Astronomie von Olbers bis Schwarzschild, Francfort-sur-le-Main, H. Deutsch, 2002, p. 182‑203.

57  AN 19900512‑3 : (Robert Lencement), Section d’astronomie, texte dactylographié non daté (c. 1937), p. 1‑3.

58  Henri Mineur, « le service de recherches d’astrophysique », L’Humanité, 4 mai 1937, p. 4 : « Une nouvelle organisation scientifique vient d’être créée, elle s’appelle « service de recherche d’astrophysique » et a pour but de développer en France les recherches d’astrophysique moderne. Les premières réalisations sont : édification d’un grand observatoire en Haute-Provence et création d’un laboratoire de mesures et de recherches situé à Paris… Enfin, le service de recherche d’astrophysique attirera les astronomes des pays voisins, il constitue déjà un important élément d’attraction important vers la France, car nous cherchons le concours des savants étrangers… Création du gouvernement de Front populaire, le premier Observatoire d’Europe restera comme une de ses réalisations et sera une image vivante de l’œuvre constructive de paix et de progrès des démocraties. ».

59  AN 19900512‑67 : Conseil de l’observatoire de Paris. Procès-verbal de la séance du 8 mars 1937.

60  Henri Mineur, « L’Astronomie à l’exposition de 1937 », L’Humanité, 8 juin 1937, p. 4.

61  Arnaud Saint-Martin, L’Office et le télescope. Une sociologie historique de l’astronomie française, 1900‑1940, Thèse de doctorat de l’université Paris-Sorbonne, 2008, plus particulièrement p. 414‑456.

62  AN 19900512‑75 : Lettre de François Poncet, ambassadeur de France à Berlin à M. Hautecœur, Conservateur du Musée du Luxembourg à Paris, du 24 octobre 1934.

63  Karen Fiss, Grand Illusion. The Third Reich, the Paris Exposition, and the Cultural Seduction of Science, Chicago/Londres, Chicago University Press, 2009.

64  Franz Fuchs,op. cit., p. 59‑65 ; Friedrich Schomerus, Geschichte des Jenaer Zeisswerkes, 1846‑1946 Stuttgart, Piscator, 1952, p. 140‑147.

65  AN F12 12602 : Lettre de Franz Fieseler, représentant de Zeiss à Robert Martzloff, Directeur des services d’architecture et des promenades de la ville de Paris, du 28 août 1935.

66  AN 19900512‑1 : rapport sur l’exposition de Chicago : non daté, non signé.

67  AN 19900512‑1 : notes sur les expositions universelles ou scientifiques, 1900‑1935 : conclusions générales : non daté, non signé.

68  AN F12 12602 : Lettre de Franz Fieseler (représentant de Zeiss) à Robert Martzloff (Directeur des services d’architecture et des promenades de la ville de Paris), 13 février 1935.

69Ibid.

70  AN 19900512‑75 « note sur le planétarium », non signée, non datée.

71  AN 19900512‑66 : A. Léveillé à M. Cros, secrétariat du Bulletin Officiel, 7 novembre 1945. En réalité, la perspective de maintenir le Palais après l’exposition est présente dès les premières réunions du Groupe I et rassemble, bien au-delà de Perrin, les responsables du groupe, voire ceux de l’Exposition elle-même (AN 19900512‑1 : Réunion du Groupe I, 24 juin 1935).

72  AN 19900512‑86 : A. Léveillé, Allocution à la TSF du 3 août 1946.

73  AN 19900512‑24 : Mission à Londres, Oxford et Cambridge du 2 au 11 avril.

74  AN 19900521‑24 : Note concernant une exposition scientifique dans les pays arabes, André Léveillé, 22 juin 1948.

75  AN 19900521‑24 : Grace Morley à A. Léveillé, 25 avril 1948.

76  AN 19900521‑24 : Note concernant la croisade des musées (A. Léveillé à Montel), 15 mai 1950.

77  http://archives.icom.museum/exec_members_history.html, consulté le 4 juillet 2014.

78  AN 19900521‑24 : Léveillé à Laugier, 1er avril 1946.

79  AN 19900521‑86 : Léveillé, allocution à la TSF, 16 août 1946.

80  Pierre Levau, Épistémologie de la conservation du patrimoine : ontologie d’un domaine, ergologie d’une discipline, Thèse de doctorat Aix-Marseille université, Marseille, 13 décembre 2012.

81  AN 19900512‑75 : Note sur le planétarium, non signée, non datée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Entretien de travail entre Jean Perrin (au milieu) et André Léveillé (à droite) en 1937. © Palais de la découverte
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2 : Plan du premier étage du Palais de la découverte en 1937. Exposition internationale. Le Palais de la découverte (Paris, 1937)
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3 : Des ouvriers se maintiennent à la voûte maillée du planétarium du Palais de la découverte lors de sa construction, dans le hall d’Antin, le 22 janvier 1952. © Palais de la découverte / Chartier
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/1529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg, « D’ombres et de lumières. L’exposition de 1937 et les premières années du Palais de la découverte au prisme du transnational », Revue germanique internationale, 21 | 2015, 187-206.

Référence électronique

Andrée Bergeron et Charlotte Bigg, « D’ombres et de lumières. L’exposition de 1937 et les premières années du Palais de la découverte au prisme du transnational », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1529 ; DOI : 10.4000/rgi.1529

Haut de page

Auteurs

Andrée Bergeron

Maître de conférences, Universcience et Centre Alexandre Koyré CNRS-EHESS-MNHN, Paris

Charlotte Bigg

Chercheur, Centre Alexandre-Koyré, CNRS-EHESS-MNHN, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals