Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25« Temporalisation » et modernité ...

« Temporalisation » et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck

Alexandre Escudier
p. 37-67

Résumés

La catégorie de « temporalisation » est omniprésente dans les textes fondateurs de la Begriffsgeschichte koselleckienne. Elle renvoie à la question générale de la temporalité humaine et au problème épistémologique des temporalités historiques en particulier. Elle constitue en outre, pour Koselleck, un cadre interprétatif fondamental de notre modernité politique. Ce texte revient sur ces différents problèmes en reconstruisant la « théorie générale de l’expérience historique » qui se trouve à l’arrière-plan. Un inventaire des usages analytiques de la catégorie de « temporalisation » est ensuite proposé. Par là même, le schème de la « temporalisation » apparait comme un processus global traversant notre modernité politique, en interaction avec d’autres processus englobants, qu’il s’agit aujourd’hui de tenter de typologiser dans la continuité certes, mais au-delà du cadre koselleckien initial. Soucieux de faire apparaître, en les distinguant et articulant ensemble, les différents niveaux d’analyse mis en œuvre par l’entreprise même de l’histoire des langages politiques modernes, cet article tente de réengager le dialogue entre l’histoire (structurelle, culturelle et événementielle) et les sciences politiques en reconnaissant un statut causal propre aux idées politiques et religieuses modernes, à la philosophie politique et juridique moderne, à l’inertie des sémantiques historiques sur la longue durée : toutes choses qui ne peuvent être causalement, et partant disciplinairement, disqualifiées que parce que l’on part d’une vision étriquée et pauvre de ce qu’est l’expérience de l’histoire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le présent texte est une réédition de Alexandre Escudier, « 'Temporalisation' et modernité politique : penser avec Koselleck », Annales HSS, 64-6, 2009, p. 1269-1301, © Éd. de l’Ehess, Paris. Nous remercions cordialement les éditions des Annales et l’auteur.

Texte intégral

1Parmi les innombrables tentatives de refondation épistémologique de l’histoire depuis le xviiie siècle, plusieurs questions demeurent omniprésentes, bien qu’elles n’aient été que rarement envisagées de front : qu’est-ce que l’expérience de l’histoire, comment fonder une théorie générale de l’expérience historique et quels enjeux méthodologiques concrets pourraient en découler pour la pratique historiographique ? Certes, de Vico et Chladenius jusqu’à nous, en passant par Hegel, Droysen, Dilthey, Rickert ou Weber, les auteurs mobilisables pour répondre à ces interrogations sont légion. Mais les thèses de Reinhart Koselleck, plus récentes, se distinguent tout particulièrement, autant par leur degré de formalisation philosophique que par leur portée empirique heuristique. Ce caractère bifrons faisant tout le prix de ses analyses, il me paraît nécessaire d’en proposer ici un réexamen approfondi.

  • 1 Complémentaires quant à leur visée et leurs résultats respectifs, deux œuvres majeures contemporain (...)

2Les réponses de Koselleck ne sont certes pas les seules possibles1, et tel ou tel point (au niveau anthropologique notamment) peut faire et fera sans nul doute l’objet de contestations. Cela étant – et au-delà des partages disciplinaires établis –, il s’agit ici d’accepter, ne serait-ce que provisoirement, ce référentiel général et d’en proposer une lecture en forme de contribution à une théorie de l’expérience historique en général et de l’expérience historique moderne en particulier. Il conviendra pour ce faire de tenir ensemble les deux bouts de la chaîne théorique koselleckienne : l’anthropologie fondamentale d’une part, la théorie des temporalités historiques de l’autre.

3Parmi les maillons intermédiaires entre ces deux extrémités, le thème de la « temporalisation » (Verzeitlichung) des imaginaires sociaux et des attentes politiques modernes fera l’objet d’une analyse particulière. S’il est vrai que Koselleck voit dans ce phénomène global de « temporalisation » un processus fondamental de toute l’histoire moderne et contemporaine, ce dernier gagne à être appréhendé à l’intérieur d’une théorie générale de l’expérience historique et relativement à d’autres processus globaux de l’histoire moderne. C’est dans ce cadre général que la reconstruction d’ensemble ici tentée reviendra sur les notions désormais classiques de « champ d’expérience », d’« horizon d’attente », de « régimes d’historicités » ou encore de « sémantique historique ».

4Il n’est sans doute pas inutile de mieux spécifier formellement lesdites notions. L’enjeu est double. D’un côté, il s’agit de mieux déterminer analytiquement ces concepts de sorte à en maximiser les effets heuristiques pour la recherche (une typologisation plus fine des régimes d’historicité ayant eu cours jusqu’à nous pourrait, par exemple, en découler). De l’autre, repartir du problème d’une théorie générale de l’expérience historique, c’est réengager le dialogue entre l’histoire et les sciences politiques en reconnaissant un statut causal propre aux idées politiques et religieuses modernes, à la philosophie politique et juridique moderne, à l’inertie des sémantiques historiques sur la longue durée : toutes choses qui ne peuvent être causalement, et partant disciplinairement, disqualifiées que parce que l’on part d’une vision étriquée et pauvre de ce qu’est l’expérience de l’histoire.

  • 2 Reinhart Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort/Main, Suhrka (...)

5La question de l’historicité et des temporalités historiques est omniprésente dans l’œuvre de Koselleck. Deux de ses trois recueils d’articles en témoignent : Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten (1979) et Zeitschichten. Studien zur Historik (2000)2. Trois aspects différents du problème seront envisagés dans le cadre de cet article. J’examinerai tout d’abord les diverses manières suivant lesquelles Koselleck traite de la question du temps, soit la tension entre anthropologie fondamentale, théorie de l’histoire (Historik) et méthodologie historique (Methodik). Je reviendrai ensuite sur la catégorie de « temporalisation », qui se trouve au cœur du projet même de la sémantique historique. Enfin, je plaiderai pour un dépassement de la catégorie de « temporalisation » à l’usage d’une histoire comparée des sémantiques politiques européennes.

  • 3 La meilleure synthèse disponible sur l’œuvre de Koselleck est l’article nécrologique publié par Wil (...)

6Au-delà des questions de pure exégèse de l’œuvre de Koselleck3, il s’agit plus fondamentalement de faire apparaître, en les distinguant et articulant ensemble, les différents niveaux d’analyse mis en œuvre par l’entreprise même de l’histoire des langages politiques modernes. Penser avec Koselleck mais au-delà de Koselleck, en tentant de poursuivre ce qu’il a inventé sans avoir toujours pris le temps de l’inscrire dans un cadre systématique d’ensemble, tel me semble être aujourd’hui pour nous l’enjeu. La tâche, on le voit, relève autant de la théorie de l’histoire que de la pratique à venir de l’histoire des concepts politiques et de la sémantique historique dans son ensemble.

1. Temporalité « existentielle » et temps « historique » chez Koselleck

  • 4 Reinhart Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit der Geschichtswissenschaft » (1972]), in Zeitsc (...)
  • 5 Reinhart Koselleck, « Historik und Hermeneutik », in R. Koselleck et H.-G Gadamer, Hermeneutik und (...)

7Afin de saisir toute la profondeur de la question du temps chez Koselleck, il convient de repartir des textes tardifs portant la marque d’une interrogation anthropologique fondamentale. Non pas que les questions alors abordées aient été auparavant absentes – tout ceci est en germe dès 19724 –, mais c’est autour de la laudatio intitulée « Historik und Hermeneutik » prononcée en l’honneur de Hans-Georg Gadamer5 que Koselleck a formulé sa position avec le plus de clarté. Cette clarté me semble néanmoins toute relative, c’est pourquoi je tenterai de systématiser son argumentation quant à ce qu’il dénomme lui-même les conditions « quasi transcendantales » de possibilité de toute histoire.

8Deux parties composent l’hommage à Gadamer. Dans la première, Koselleck s’emploie à réfuter Martin Heidegger ; dans la seconde, il critique le primat accordé par l’auteur de Vérité et Méthode à l’herméneutique sur la théorie de l’histoire. Je voudrais ici montrer que les différents couples d’opposition modélisés par Koselleck pourraient en fait être ramenés à deux oppositions fondamentales : « Pouvoir de mettre à mort » (Totschlagenkönnen) / « Être pour la mort » (Sein zum Tode) et « avant » (vorher) / « après » (nachher). Rapporter toutes les actualisations historiques à ces deux couples d’opposition suppose cependant de s’atteler à la tâche (ce que Koselleck, me semble-t-il, n’a pas fait) de penser quelque chose comme la « spécification » des catégories quasi transcendantales de l’histoire, c’est à dire le passage du niveau primaire fondationnel à l’histoire concrète via un certain nombre de concepts intermédiaires. En effet, si Koselleck écrit « quasi transcendantales », c’est qu’il sait que son argumentation flotte quelque peu entre le transcendantal et l’empirique (quand bien même serait-il formalisé par raisonnement inductif). Nombre de critiques n’ont pas manqué de le lui reprocher.

L’opposition « Pouvoir de mettre à mort » / « Être pour la mort »

  • 6 Reinhart Koselleck, « Vielerlei Abschied vom Krieg », in H. L. Arnold, B. Sauzay et R. von Thadden (...)

9Que signifie ce premier couple d’opposition : « Pouvoir de mettre à mort » / « Être pour la mort » ? Est-il vraiment transcendantal ou simplement le fruit d’une obsession personnelle de Koselleck, en raison de ses propres « expériences primaires » (Primärerfahrungen) ? La part des expériences faites par le jeune Koselleck de la grande histoire mondiale ne doit en effet pas être sous-estimée. Comme il l’écrit dans un texte autobiographique de 1995 à propos de la découverte oculaire, le 8 mai 1945, des baraquements du camp d’Auschwitz I : « Il y a des expériences qui se répandent et se figent dans votre chair comme de la lave incandescente. Elles demeurent dès lors là, à chaque instant, indélogeables et inchangées »6.

10Il serait de mauvaise méthode philosophique de réduire sa théorie de l’histoire au simple statut de rationalisation psychologisante (sous couvert d’anthropologie fondamentale) de sa propre expérience, nécessairement limitée, d’individu situé. Ce qu’il importe plutôt ici de constater, c’est la manière dont Koselleck aura tenté, sa vie durant, de dégager des structures durables de l’expérience historique sous la surface des expériences, espérances et souffrances individuelles. Ce qu’il a ainsi en vue, dans la première partie de sa laudatio de 1985, c’est d’opposer au « Sein zum Tode » heideggérien un « existential » de rang supérieur, à savoir : « das Totschlagenkönnen » – le pouvoir de mettre à mort l’autre homme, par anticipation de sa propre mise à mort. Cet existential-là fonctionne alors, sous la plume de Koselleck, comme une donnée anthropologique minimale pérenne ; il paraît être la condition de possibilité « des » histoires, à travers la possibilité inéradicable de la guerre de tous contre tous. Implicitement, c’est Thomas Hobbes qui se trouve ici mobilisé contre Heidegger, ce même Hobbes qui, dans le chapitre XIII du Leviathan (1651), écrivait :

  • 7 Thomas Hobbes, Leviathan ou matière, forme et puissance de l’État chrétien et civil, Paris, Gallima (...)

Par cela, il est manifeste que pendant ce temps où les humains vivent sans qu’une puissance commune ne leur impose à tous un respect mêlé d’effroi, leur condition est ce qu’on appelle la guerre : et celle-ci est telle qu’elle est une guerre de chacun contre chacun. En effet, la Guerre ne consiste pas seulement dans la bataille ou dans l’acte de combattre, mais dans cet espace de temps pendant lequel la volonté d’en découdre par un combat est suffisamment connue ; et donc, la notion de temps [Time] doit être prise en compte dans la nature de la guerre, comme c’est le cas dans la nature du temps qu’il fait [Weather]. Car, de même que la nature du mauvais temps ne consiste pas en une ou deux averses, mais en une tendance au mauvais temps, qui s’étale sur plusieurs jours, de même, en ce qui concerne la nature de la guerre, celle-ci ne consiste pas en une bataille effective, mais en la disposition reconnue au combat, pendant tout le temps qu’il n’y a pas d’assurance du contraire. Tout autre temps est la PAIX7.

11L’état social de guerre civile potentielle (que cette potentialité soit manifeste ou simplement latente pour les acteurs), telle serait la définition même du temps. Telle serait l’épaisseur existentiellement vécue de la temporalité en cas d’expériences-limites – expériences du monde durant lesquelles la possibilité imminente de la mort physique est à chaque instant ressentie. À l’existential du Totschlagenkönnen, et à l’état pré-institutionnel de la guerre de tous contre tous, correspond ainsi chez Koselleck un concept particulier de temps que j’aimerais qualifier de temps existentiel prépolitique. C’est le temps angoissé de la possibilité illimitée de la mort ; c’est le temps vécu en dehors de toute institution politique stable – un temps vécu sous un mode quasi déshistoricisé, puisque tout se passe comme si aucune institution sociale (politique ou autre, pas même symbolique ni morale) n’avait de prise sur l’individu afin de refréner sa pulsion autoconservatrice de mort (le droit naturel hobbesien).

  • 8 Reinhart Koselleck, « Was sich wiederholt », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 juillet 2005. À tra (...)
  • 9 C’est l’analyse kantienne du « jugement réfléchissant », dans la troisième Critique, qui me sert ic (...)

12D’un point de vue logique, l’existential « das Totschlagenkönnen » subsume plusieurs autres couples d’opposition développés par Koselleck. « Das Totschlagenkönnen » qualifie l’angoisse et la conflictualité fondamentale de l’homme (das Konfliktwesen Mensch)8. Mais cette temporalité angoissée intime se trouve spatialisée dès lors que le combat pour la survie a eu lieu. En découle directement, à mon sens, la structure dynamique du « haut » (oben) / « bas » (unten). Nous sommes là, déjà, dans un premier niveau de « spécification »9, par quoi l’existential « das Totschlagenkönnen » reçoit une extension empirique dans l’histoire réelle. Le combat à mort a eu lieu ; la mort d’une des deux parties a été évitée au prix d’une soumission à l’autre dans la structure du oben/unten. L’existential a ainsi été socialement spatialisé, consacrant par là même le début de toute institutionnalisation.

  • 10 Les différents niveaux de fondation puis de spécification des concepts ci-après évoqués sont récapi (...)

13La spécification graduelle du « pouvroir de mettre à mort » conduit ainsi à la dialectique du pouvoir10. Les deux couples d’opposition « vainqueurs » (Sieger) / « vaincus » (Besiegte) et « maître » (Herr) / « serviteur, esclave » (Knecht) s’inscrivent logiquement et empiriquement dans ce cadre en ce sens qu’ils ne représentent in fine que des actualisations dérivées (niveau ternaire) – dans des configurations successives de pouvoir historiquement variables et datables – de la structure conflictuelle oben/unten (niveau secondaire) générée par le dépassement de la guerre civile originaire et du temps existentiel prépolitique (niveau fondationnel primaire).

14L’opposition « dedans » (innen) / « dehors » (außen) remodalise elle aussi les potentialités du Totschlagenkönnen, non plus cette fois à l’échelle micro (le combat à mort de tel individu ou groupe restreint contre tel ou tel autre dans l’espace de la guerre civile), mais au niveau d’entités politiques plus larges au sein desquelles les groupes s’affrontant jadis dans la guerre de tous contre tous reconnaissent désormais (temporairement ou non) une instance centrale coordinatrice. Si avec le couple oben/unten (niveau secondaire), l’existential du Totschlagenkönnen se trouvait « spécifié » à la faveur d’une spatialisation sociale non encore territorialement circonscrite, le couple innen/außen traduit quant à lui deux choses concomitantes : 1) l’inscription strictement spatiale (via des frontières concrètes) du combat à mort existant toujours de manière latente entre au moins deux unités d’action territorialement élargies (toutes choses qui sont au fondement de la tradition réaliste en matière de théorie des relations internationales) et 2) le nécessaire maintien, afin de rendre l’action possible, d’une limite imperméable entre les cercles de pouvoir décideurs et le reste des gouvernés au sein d’un groupe de population et d’un territoire donné.

15Le premier cas de figure correspond au couple fameux « ami » (Freund) / « ennemi » (Feind) développé par Carl Schmitt dans Der Begriff des Politischen (1927). Vu sous l’angle d’une méta-théorie de l’histoire et des divers degrés de spécification qu’elle implique, ce couple d’opposition peut être considéré – c’est en tout cas ma proposition ici contre toutes les critiques idéologiques moralisantes adressées à Koselleck – comme une simple retraduction sémantique (dans la langue des acteurs, i. e. au niveau praxéologique du « sens subjectif » orientant les actions sociales correspondantes) de l’opposition innen/außen. Le couple notionnel « ami » (Freund) / « ennemi » (Feind), qui arrache à certains commentateurs des cris d’orfraie vise ainsi simplement à spécifier le Totschlagenkönnen, à ménager des passerelles empiriques concrètes aux conditions de possibilités structurelles de l’histoire pointées par Koselleck. Tous les concepts agonaux de relation (Relationsbegriffe) que l’on trouve dans les sémantiques politiques particulières ne font en ce sens que donner un contenu historique concret à cette structure de base. C’est à la condition de penser finement cette spécification que l’on pourra ainsi passer du niveau anthropologique sur l’histoire (Metahistorik) au niveau méthodologique, historiographique concret.

16Le second cas de figure de la dérivation secondaire innen/außen correspond quant à lui au couple « secret » (geheim) / « public » (öffentlich) et à la nécessité, pour toute entité politique agissante, de maintenir une zone d’ombre sur ses motivations, sur ses ressources tactiques, sur sa stratégie et ses buts de sorte à pouvoir intervenir efficacement sur la réalité concrète agonalement préstructurée par d’autres entités politiques agissantes (politique infra- et/ou internationale). De cette contrainte minimale de toute action politique, c’est assurément le régime démocratique moderne (et son exigence de transparence médiatique) qui a le plus de mal à s’accommoder.

  • 11 R. Koselleck, « Historik und Hermeneutik », op. cit., p. 100-101, repris dans L’expérience de l’his (...)

17Une remarque, importante, doit néanmoins être ajoutée. Contrairement aux propositions de Koselleck11, l’existential « das Totschlagenkönnen » n’est sans doute pas de rang ontologique supérieur. En effet, s’il y a, dans l’état de nature hobbesien, pouvoir de mettre à mort, c’est en raison de l’anticipation par chaque être humain de sa possible mise à mort par l’autre homme. C’est donc bien la définition heideggérienne du Dasein (suivant une lecture anthropologisante que Heidegger lui-même refusait) comme « Sein zum Tode » (c’est-à-dire l’anticipation de sa propre fin par le Dasein) qui est la condition de possibilité du Totschlagenkönnen. Il conviendra de revenir plus loin sur ce point car il me semble que c’est le primat du futur ancré dans l’angoisse du Dasein comme « Sein zum Tode » qui, chez Koselleck, conditionne également la théorie de l’expérience historique, et notamment la définition formelle du rapport existant entre « champ d’expérience » (Erfahrungsraum) et « horizon d’attente » (Erwartungshorizont). C’est alors l’« attente » (Erwartung) qui apparaîtra comme première au plan des dynamiques sémantiques concrètes. L’enjeu est uniment ontologique et méthodologique.

L’opposition « avant » (vorher) / « après » (nachher)

  • 12 Cette dichotomie d’ordre primaire peut elle-même être fondée sur l’analyse kantienne du « sens inte (...)
  • 13 Voir essentiellement les cinq textes suivants : R. Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit », ar (...)

18Le temps proprement historique, par opposition avec le temps existentiel prépolitique analysé auparavant, peut être quant à lui déduit de la dichotomie vorher/nachher12. Il convient pour ce faire d’aller au-delà de la seule laudatio de 1985 en mobilisant plusieurs textes antérieurs de Koselleck13. Trois niveaux d’analyse doivent être ici précisément distingués.

  • 14 Je m’appuie ici sur le passage important suivant du texte de 1973 : Reinhart Koselleck, « Geschicht (...)

19Premier niveau. Ce premier niveau d’analyse permet de thématiser le degré de « répétabilité » (Wiederholbarkeit) et d’« irréversibilité » (Irreversibilität) des différentes séquences historiques14. Il revient à thématiser le partage gnoséologique entre continuité et discontinuité historiques. La continuité en question ne saurait être strictement causale (liaison mécaniste nomothétique de l’avant et de l’après), mais plutôt un mélange de conditions de possibilité structurelles (structures matérielles, économiques, sociales, juridico-politiques, mentales, etc.) et d’actes illocutoires (décisions de sens dans le medium d’une culture stabilisée, avec des effets de sens induits pour partie non intentionnels). Cette causalité hybride – ni totalement nomothétique ni totalement idiographique – oblige à penser et à articuler ensemble deux niveaux d’historicité :

    • 15 Le texte programmatique séminal est celui de Werner Conze, Die Strukturgeschichte des technisch-ind (...)
    • 16 Voir notamment les 67 volumes de la collection « Industrielle Welt » publiée par l’Arbeitskreis für (...)
    • 17 Reinhart Koselleck, « Dankrede am 23. November 2004 », in S. Weinfurter (éd.), Reinhart Koselleck ( (...)

    celui des « structures de répétition » (Wiederholungsstrukturen) – thème omniprésent chez le dernier Koselleck. C’est sur ce point que notre auteur reste le plus fidèle au programme d’« histoire structurelle » (Strukturgeschichte) formulé par Werner Conze15 et l’Arbeitskreis für moderne Sozialgeschichte de Heidelberg dès la fin des années 195016. Soit une histoire des structures sociales, économiques et politico-juridiques qui ne ferait pas (ou plus) l’impasse sur les structures et inerties culturelles, langagières, sémantiques à travers lequelles la question des représentations et du sens subjectif se joue pour les acteurs individuels comme collectifs. Koselleck a clairement réaffirmé ce point dans le discours de remerciement qu’il a prononcé à Heidelberg le 23 novembre 2004 à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa thèse de doctorat17 ;

    • 18 R. Koselleck, « Darstellung, Ereignis und Struktur », art. cit., p. 144-157, ici p. 149, repris dan (...)
    • 19 Entre les deux principaux représentants de ce qu’on appelle l’école de Cambridge et la Begriffsgesc (...)
    • 20 Développée en termes de « sociologie de la traduction » versus « sociologie du social », l’approche (...)
    • 21 Urs Stäheli, « Die Nachträglichkeit der Semantik. Zum Verhältnis von Sozialstruktur und Semantik », (...)

    celui de l’« événement », introduisant une différence qualitative – et donc une dose d’irréversibilité – entre un avant et un après. C’est sans doute dans le texte de 1973 intitulé « Darstellung, Ereignis und Struktur » que Koselleck a le mieux précisé sa position quant au rapport existant entre structures et événements – avec les problèmes subséquents d’exposition (description des structures versus narration des événements) au niveau de la mise en intrigue des résultats de toute recherche historique. S’il est vrai que « les structures ne peuvent être appréhendées qu’au moyen des événements dans lesquels elles s’articulent, au travers desquels elles transparaissent18 », il apparaît que la « sémantique historique » est située au point de croisement de ces deux temporalités, celle des structures et celle des événements. Le point est crucial car, contrairement à la docte ignorance affichée par Quentin Skinner et John Pocock19, la « sémantique historique » – en tant que méthode d’objectivation des productions socioculturelles de sens et de leurs effets politiques instituants20 – va bien au-delà de la seule historicisation, en forme de dictionnaire, de mots et concepts politiques isolés. Elle permet de thématiser la tension interne de la temporalité historique en général, à savoir : sa double dimension – dans la diachronie et la synchronie – d’inertie structurelle et de pragmatique innovante en situation21.

  • 22 Qu’on me permette ici de renvoyer à ma mise au point : Alexandre Escudier, « La temporalité histori (...)

20Second niveau. Le couple vorher/nachher subsume non seulement la différence entre diachronie et synchronie (la différence entre événements et structures), mais encore la catégorie arendtienne de « générativité », soit le couple d’opposition pères/fils. Cette catégorie de « générativité » permet à Koselleck – au-delà de Wilhelm Dilthey, Wilhelm Pinder et Karl Mannheim – d’articuler trois aspects dissemblables du concept et du fait des « générations »22 :

  1. la génération au sens de succession et de décalage biologique (pères/fils) ;

  2. la génération au sens de socialisation spécifique partagée entre les pères d’un côté, entre les fils de l’autre, etc. ;

  3. la génération au sens politique : lorsque des événements politiques en viennent à structurer les attitudes et les consciences par-delà les deux déterminations générationnelles précédentes.

  • 23 Paul Ricoeur, Temps et récit, Paris, Le Seuil, 1983.

21Troisième niveau. Le couple vorher/nachher renvoie, enfin, à un plan d’analyse plus général, à la question de la distentio animi, au problème donc – thématisé à partir de saint Augustin et de Edmund Husserl (toutes choses que Paul Ricœur affinera dans Temps et récit23) – du temps subjectif écartelé entre les trois ek-stases du temps (passé, présent, futur).

  • 24 - Une étude systématique comparative est en cours de préparation, dans laquelle je chercherai à mon (...)

22Le couple vorher/nachher subsume en ce sens le partage notionnel, avancé par Koselleck en 1976, entre « champ d’expérience » (Erfahrungsraum) et « horizon d’attente » (Erwartungshorizont). Il oblige alors à penser ce que pourrait être une théorie générale de l’expérience pour l’histoire : une théorie générale de l’histoire qui dépasserait une vision fort répandue mais tronquée de la dynamique historique faisant le départ entre l’histoire réelle d’un côté et de l’autre les états mentaux subjectifs des acteurs (en tant que purs êtres-affectés par ladite histoire réelle). Une telle conception des choses en resterait au seul niveau de ce qu’on pourrait appeler les synthèses de premier ordre (les affections induites par le seul champ d’expérience), alors que l’expérience de l’histoire apparaît, à y bien regarder, comme bien plus complexe, c’est-à-dire comme un emboîtement de synthèses de divers degrés (voir tableau, § 5). Koselleck a indiqué ça et là les linéaments d’une telle théorie de l’expérience de l’histoire ; il importe de poursuivre la tâche en confrontant et combinant ses propositions avec les grandes théories de l’histoire dont nous disposons aujourd’hui (la Science nouvelle de Giambattista Vico, l’Éthique de Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher, les œuvres de Georg Wilhelm Friedrich Hegel et de Karl Marx, la « Systematik » de Johann Gustav Droysen, le projet d’une « critique de la raison historique » chez Wilhelm Dilthey, la « logique de l’histoire » d’Heinrich Rickert, l’épistémologie wébérienne, la réflexion théorique d’Ernst Troeltsch sur l’histoire enfin)24. Je me limiterai ici au problème du rapport dynamique existant entre « champ d’expérience » et « horizon d’attente ». Il convient là aussi d’essayer de sérier au mieux les différents niveaux d’analyse et d’effectivité empirique.

23Une partie du « champ d’expérience » est constituée par des données structurelles, ne changeant que lentement, voire pas du tout, dans la diachronie via l’intervention des êtres humains sur leur milieu. Ce sont les fameuses structures de répétition, qui opèrent avant toute sémantisation pour certaines (le prédonné climatique, géographique, la différence sexuelle, la succession et le chevauchement des générations biologiques, etc.) ou bien suivant des sémantiques à inertie forte dans la diachronie (le droit et sa « structure itérative », les religions, etc.). À cela viennent s’ajouter des structures et mutations d’ordre matériel, largement extra-langagières (l’histoire des techniques, l’histoire des cycles et systèmes économiques, l’évolution de la morphologie sociale, etc.).

24Ces structures de répétition changent à des rythmes variables, ceux de l’histoire sociale, de l’histoire économique, de l’histoire politico-juridique ou encore de l’histoire culturelle. Une kyrielle de séries sous-systémiques donc qui, considérées ensemble, ne forment pas une temporalité historique continue, homogène et univoque, dont on pourrait avoir l’intuition immédiate comme acteur. Dans ce cadre d’expérience méta-individuel (un cycle économique embrasse souvent plusieurs générations, et l’on ne peut comme acteur en avoir que confusément conscience), le sujet ne saurait être considéré comme pleinement souverain ; son champ d’expérience est pluriel, constitué de diverses séries et de nombreuses interactions entre différents sous-systèmes.

  • 25 Suivant la formule de Philippe Muray, Après l’histoire, Paris, Gallimard, [1999-2000] 2007.

25La cohérence interne de chaque champ d’expérience sera ainsi plus ou moins stable et changeante. Si le degré d’instabilité s’accroît, un sentiment d’accélération s’en dégage – accélération de la succession de l’avant et de l’après. C’est seulement ensuite – à un second niveau de sémantisation – que l’expérience de premier degré de l’accélération se trouve interprétée et redéployée in situ en fonction des réservoirs sémantiques et symboliques culturellement disponibles afin de signifier deux ordres d’horizon dissemblables : le possible et l’optatif, le probable escompté et l’idéal espéré, voire le pire redouté. D’où, par exemple, cette lente transition sémantique et métaphorique entre le régime d’attente chrétien parousiaque et le régime d’attente temporalisé, radicalement intramondain, des Modernes signifiant l’accélération de la fin des temps d’abord (millénarismes), l’accélération téléologisée de l’Histoire ensuite (philosophies de l’histoire), la pure et simple accélération sociale – sans telos – après 1989 (fin de l’histoire ou Après l’Histoire25).

26On ne saurait trop insister sur la complexité interne de la distentio animi reformulée par le couple « champ d’expérience » / « horizon d’attente ». En effet, l’expérience historique à l’état brut, intuitif, n’existe pas : ni comme objet, ni comme connaissance. C’est pourquoi une théorie générale de l’expérience historique doit inclure et articuler ensemble le premier niveau des structures de répétition (structures de divers ordres, plus ou moins déjà sémantisés) et le second niveau des sémantisations du probable (éléments cognitifs prognostiquant le futur proche) et du souhaitable (éléments normatifs appelant de leurs vœux un devoir-être, en connexion plus ou moins forte avec les dogmatiques religieuses et politiques sémantisant l’espérance, voire les peurs, ici bas).

  • 26 Encore convient-il de relever la différence entre « accélération itérative » (le même se répétant e (...)

27Ce point méthodologique est d’importance ; il suffit à lui seul à indiquer pourquoi la « sémantique historique » koselleckienne ne saurait, sans méprise, être assimilée à la traditionnelle histoire des idées et des représentations collectives. En effet, l’Erwartungshorizont resémantisant l’expérience de premier degré (stabilité ou accélération26 ressenties de manière passive par les acteurs) est lui-même un mélange historiquement variable de cognition et d’espérance, voire de craintes. L’Erwartungshorizont présente ainsi une structure clivée, et c’est des tensions et dynamiques d’une telle structure qu’il faut repartir.

  • 27 François Hartog, « Marshall Sahlins et l’anthropologie de l’histoire », Annales ESC, 38-6, 1983, p. (...)
  • 28 F. Hartog, « Sur la notion de régime d’historicité… », art. cit., p. 139 et 148.
  • 29 Ibid., p. 144 et 141.

28Sous l’heureuse formule des « régimes d’historicité », François Hartog a remis sur le métier l’ensemble des propositions koselleckiennes relatives à ce problème27, à savoir : d’un côté, les propositions formelles, méta-historiques, articulant Erfahrungsraum et Erwartungshorizont et, de l’autre, les thèses historiques (empiriques) sur les différentes figures de la conscience historique (i. e. du rapport des sociétés aux temporalités de l’histoire). Entrant en résonance, afin d’aider à mieux les saisir, avec les préoccupations de toute une époque – la nôtre –, la notion de « régimes d’historicité » a ainsi connu une grande fortune. « Combinaison », à dessein, « d’imprécision et de précision » comme tout « essai » véritable28, elle a permis de mettre au travail des expériences diffuses dans un climat culturel d’attentes idéologiques déçues. Il convient de saluer ce franc succès (au-delà du reste des seuls cercles académiques), mais il convient aussi de se déprendre des usages possiblement dilettantes, aujourd’hui, du concept et du couple Erfahrungsraum/Erwartungshorizont. Comme l’écrit son inventeur : « la notion [de régimes d’historicité] est certes dans le paysage, elle circule (un peu), il serait dommage qu’elle achève sa course en mot passe-partout, dispensant d’un véritable questionnement », telle « une passoire » ne retenant finalement rien à force d’indétermination et de galvaudage29.

  • 30 R. Koselleck, Vergangene Zukunft, op. cit., p. 358, repris dans Le futur passé, op. cit., p. 314.

29Prolongeant quelques éléments de définition originellement avancés par Reinhart Koselleck et François Hartog, j’aimerais soutenir que l’« attente » (Erwartung) constitue l’élément dynamique de l’histoire, directement en prise sur la sémantisation du couple Erfahrungsraum/Erwartungshorizont30. Elle n’est rien de moins que l’instance possibilisante du Dasein ; elle correspond à l’existential du « Sein zum Tode » heideggérien. Or l’attente s’entend elle-même comme un mixte de prévision de l’empiriquement probable (prévision rationnelle et/ou prophétique) et d’espérances/craintes (axiologiquement et/ou dogmatiquement motivées) – la politique n’étant qu’une modalisation intramondaine de ces deux composantes, modalisation qui tient pragmatiquement compte (ou non) des contraintes matérielles, sociales et institutionnelles du moment.

  • 31 Une telle distinction pourrait être aisément réinscrite dans la continuité de la théorie des « idol (...)

30Écrire l’histoire des « régimes d’attente » consistera donc à analyser la proportion et l’équilibre variable de ce qu’on pourrait appeler les éléments prévisionnels cognitifs d’un côté et, de l’autre, les éléments normatifs expectatifs présents dans tout rapport aux choses futures (futura). Cette distinction me paraît historiographiquement capitale et toujours devoir recevoir une détermination empirique concrète dès lors que l’on mobilise les catégories formelles de « champ d’expérience » et d’« horizon d’attente »31. En effet, détailler ainsi la structure clivée de toute attente, c’est se mettre en position de mieux montrer :

  1. que le référent empirique « futur » (dans l’imaginaire des acteurs) n’opère pas historiquement en tant qu’instance globale de détermination des attentes, mais doit être appréhendé plus finement suivant ses deux aspects principaux (i. e. empiriquement probable/normativement souhaitable et/ou redouté) et en fonction des sémantiques historiquement disponibles pour les signifier (prophétismes puis sciences d’un côté, dogmatiques puis axiologies sécularisées sous forme politique de l’autre). Toutes choses qui ont historiquement donné lieu à des combinaisons infinies de registres sémantiques hétérogènes (mixtes de prophétisme et de science, de dogmatique et d’axiologie sécularisée, etc.) ;

  2. que les éléments prévisionnels cognitifs d’un côté et normatifs expectatifs de l’autre permettent de penser la transition complexe entre âge théologique et âge sécularisé (rationalisé) de la politique. Et ceci sans pour autant gommer la part d’espérance des âges sécularisés : car si – dans tout rapport aux choses futures, et à côté des éléments prévisionnels cognitifs – des éléments passionnels (mélange d’espérance et de craintes) sont à l’œuvre, la question est alors de savoir, suivant les contextes pragmatiques et les sémantiques disponibles, en quelles proportions, sous quelles formes, en direction de quels groupes sociaux à instituer et à faire agir comme collectifs ;

  3. que la force de persuasion des idéologies politiques futuro-centrées modernes provient de leur faculté de rendre rhétoriquement plausibles, et en situation, les éléments cognitifs positifs (i. e. prévision du probable via de nouvelles rationalités) de sorte à accréditer des espérances/craintes dogmatiquement motivées. C’est précisément ici – dans ce changement de l’équilibre interne de la structure formelle clivée de tout horizon d’attente – que se joue le processus englobant de « scientificisation » (Verwissenschaftlichung) des discours politiques modernes. Par là même, c’est tout une partie du phénomène proprement moderne des « religions politiques » qui pourrait être ressaisie – dans le sillage de la « dialectique des Lumières » et de celle de l’« État absolutiste » dégagées par Kritik und Krise dès 1954 ;

  4. que ce sont des éléments expectatifs (espérances/craintes) éthiquement et dogmatiquement fondés (par exemple, conceptions de la justice, du Salut, du bien, du « bon » ordre politique) qui donnent leurs contenus concrets aux horizons d’attente et que ce sont par conséquent les sémantiques à long terme de l’histoire des religions et des représentations de l’ordo politique qui constituent les éléments dynamiques de l’histoire. Le politique et le religieux (les questions de justice, de salut, d’ordo, de légitimité à gouverner et être gouverné) doivent donc être mis au centre de toute historicisation d’ensemble des sémantiques sociales, a fortiori des langages politiques modernes.

  • 32 Richard Olson, The emergence of the social sciences, 1642-1792, New York/Toronto, Twayne/Maxwell Ma (...)
  • 33 Il conviendrait de coupler l’approche koselleckienne articulant expériences et régimes d’attente av (...)
  • 34 François Hartog, « Régimes d’historicité », in S. Mesure et P. Savidan (éd.), Le dictionnaire des s (...)

31Pour le dire autrement, une histoire des « régimes d’historicité » qui ne parlerait que du rapport des hommes (ou des sociétés) à l’Histoire (ou à la conscience historique, ou aux trois ek-stases du temps) risquerait d’être trop idéalisante, empiriquement peu opératoire et in fine peu plausible. Il semble davantage pertinent de montrer en quoi les figures empiriques concrètes de la conscience historique sont indexées sur l’expérience politique et religieuse, sur la structure clivée des régimes d’attente. Cela étant, les structures constitutives de l’expérience peuvent être portées à la réflexivité humaine et, en un second temps, refluer dans la praxis par la médiation de la theoria (via la mise à distance de l’objet par le sujet de sorte à en dégager les mécanismes régulateurs) et des institutions sociales qu’elle se donne. Les êtres humains vivant en société s’avèrent ainsi capables (a fortiori depuis les xviie et xviiie siècles32) de produire des savoirs, méthodiquement stabilisés, sur les régularités sociétales (ou autres) qui contraignent leurs volontés et leurs actions. Cette faculté réflexive est capitale pour toute dynamique historique : elle signe le passage des synthèses passives de premier degré (l’être humain comme être-affecté, passif, par des structures) aux synthèses de second ordre via lesquelles les éléments cognitifs prévisionnels de chaque régime d’attente vont être modifiés – ces derniers transformant à leur tour l’économie religieuse multiséculaire de l’espérance et de la peur33. Plus les sciences sociales et humaines (jadis appelées « sciences de l’État ») vont apparaître aux acteurs comme étant susceptibles de décrypter les ressorts fondamentaux des contraintes structurelles de la société, et plus la volonté d’auto-gouvernement et d’auto-institution ici-bas va être grande. Les équilibres internes du « régime d’historicité chrétien » d’un côté (i. e. la structure du « déjà » / « pas encore » de l’attente parousiaque) et de l’« ancien régime d’historicité » de l’autre (celui de l’historia magistra vitae)34 vont s’en trouver radicalement modifiés, et c’est alors en fonction des situations politiques singulières (e. g. blocage politique de l’État absolutiste français ou bien possibilité de participation dans le cas du parlementarisme anglais) que la face dogmatique/axiologique (espérances/craintes) de tout régime d’attente va être (ou non) radicalisée par un volontarisme politique de fait accrédité via davantage de savoirs positifs sur le futur probable de telle ou telle société.

32On l’aura compris. Les catégories de « champ d’expérience » et d’« horizon d’attente » sont suffisamment formelles pour trouver place au niveau de dérivation secondaire de l’anthropologie fondamentale koselleckienne ; en même temps, elles peuvent être aisément spécifiées de sorte à permettre de reconstruire n’importe quel type d’« expérience historique ». À la triple condition suivante toutefois : 1) de distinguer précisément les différents degrés d’expérience (c’est-à-dire de synthèse) à l’œuvre (de l’être-affecté passif à l’auto-réflexivité pratique) ; 2) de dégager les modalités d’articulation existant entre « régimes d’expérience primaires » et « régimes d’attente » et 3) de repartir de la structure hétérogène clivée de l’attente et de la dynamique complexe existant toujours entre ses deux pôles fondamentaux (éléments prévisionnels cognitifs versus éléments normatifs expectatifs, constitués à la fois d’espérances et de craintes). Le tableau récapitulatif situé à la fin de cet essai s’efforce de synthétiser l’ensemble de ces moments.

2. « Temporalisation » et sémantique historique : essai d’inventaire

  • 35 Ernst Troeltsch, « Die Krisis des Historismus », Die neue Rundschau, 1, 1922, p. 572-590 ; Id., Der (...)
  • 36 Johann Gottfried von Herder, Verstand und Erfahrung. Eine Metakritik zur Kritik der reinen Vernunft(...)

33Au-delà d’une possible théorie générale de l’expérience historique, la thématique de la « temporalisation » renvoie à divers phénomènes concrets que j’aimerais maintenant m’employer à sérier. Cette catégorie désigne tout d’abord un phénomène proprement moderne, dans la lignée des travaux d’Ernst Troeltsch et de Friedrich Meinecke35 sur l’historisme moderne, à savoir : la découverte, depuis le second xviiie siècle, de l’historicité fondamentale des sociétés humaines. Deux aspects principaux dissemblables en découlent. Il y a d’une part que notre monde sublunaire est désormais pensé comme radicalement historique, comme fondamentalement changeant, instable, culturellement conventionnel et non pas donné de toute éternité par une nature et/ou un dieu. Il y a ensuite, d’autre part, l’idée suivant laquelle – à un même instant t sur le globe terrestre – plusieurs degrés différents d’historicité coexistent, en se côtoyant ou s’ignorant. C’est là le locus classicus de la Metakritik herderienne36 contre l’« esthétique transcendantale » de la première Critique kantienne : il y a non pas « le temps » comme forme a priori de l’intuition sensible, mais bien « des » temporalités, qui diffèrent en fonction des peuples, des cultures, mais aussi des séries empiriques considérées (le temps du climat, de l’économie, des sciences, des arts, etc.). Soit tout ce que nous appellerions aujourd’hui historicités sectorielles, et qui était devenu un lieu commun, sous divers vocables, de la pensée européenne entre la querelle des Anciens et des Modernes et la formalisation des sciences de l’État en Allemagne à la fin du xviiie siècle.

  • 37 R. Koselleck, « Geschichte, Geschichten… », art. cit., p. 130-143, ici p. 132, repris dans Le futur (...)
  • 38 Jacob Daniel Wegelin, « Sur la philosophie de l’histoire », Nouveaux Mémoires de l’Académie Royale (...)
  • 39 R. Koselleck, « Geschichte, Geschichten… », art. cit., p. 141, repris dans Le futur passé, op. cit.(...)
  • 40 Reinhart Koselleck, Preußen zwischen Reform und Revolution. Allgemeines Landrecht, Verwaltung und s (...)
  • 41 R. Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit… », art. cit., p. 302 sq.

34Présente dès 1973 sous la plume de Koselleck37, cette thématique de la « non contemporanéité du contemporain » (Ungleichzeitigkeit des Gleichzeitigen) se décline empiriquement suivant deux niveaux dissemblables. Au plan historiographique reconstructif de la réalité passée, elle désigne ce moment (fin du xviiie siècle) à partir duquel on se met à penser l’histoire en termes de séries – chaque série obéissant à des rythmes de transformation systémique qui lui sont propres, chaque série se trouvant en plus ou moins grande interaction avec d’autres séries (l’exemple type étant ici Jacob Daniel Wegelin38). « Le » temps historique ne peut plus être pensé dans ce cadre que comme la résultante d’une interaction multifactorielle complexe, que comme la résultante d’historicités sectorielles plurielles. Devient par là même pensable, dans le sillage des Lumières écossaises, les effets non intentionnels de l’action, à savoir : l’« hétérogonie des fins » (Heterogonie der Zwecke), et la différence toujours existante entre planification consciente et effets induits39. La thèse d’habilitation de Koselleck sur la Prusse40 constitue à la fois la mise en œuvre empirique de ce type de pensée et l’enquête séminale qui conduira son auteur à dégager les premiers linéaments d’une théorie générale « des temporalités historiques » (Theorie der geschichtlichen Zeiten)41. Toute réception de Koselleck qui ferait l’impasse sur ce travail se condamnerait à ne lire cet auteur qu’à partir de Vergangene Zukunft et à ne voir en lui finalement qu’un théoricien abstrait, pour ne pas dire abscons, de l’histoire.

  • 42 Niklas Luhmann, « Temporalisierung von Komplexität. Zur Semantik neuzeitlicher Zeitbegriffe », Gese (...)
  • 43 R. Koselleck a parfaitement vu ce point : « Darstellung, Ereignis und Struktur », art. cit., p. 148 (...)

35Mais la thématique de la « non contemporanéité du contemporain » se décline à un second niveau, non plus historiographique reconstructif mais praxéologique : pour espérer être opératoire et efficace, la politique moderne doit désormais historiciser sa pratique. En effet, si les contraintes de toute action politique sont historiquement advenues et héritées, vouloir s’en affranchir pour agir dans le présent suppose qu’on en élabore au préalable une connaissance, laquelle permettra d’intervenir, avec méthode et prudence, au sein des unités d’action politiques modernes, de vaste envergure et systémiquement complexes42. C’est ainsi tout le rationalisme politique moderne qui, au-delà de sa justification principielle jusnaturaliste, se trouve structurellement obligé – sous peine d’être inefficient, et donc bientôt illégitime – de gouverner via la médiation de savoirs mettant en transparence la société avec elle-même, à tout le moins suivant ses structures contraignantes constitutives dans la diachronie et la synchronie (i. e. le partage pragmatische Historie narrative et Staatswissenschaften descriptives de la fin du xviiie siècle43).

La « temporalisation » comme théorie de la modernisation

  • 44 - Car c’est via cette seconde dénomination que Koselleck s’est défendu de la critique formulée par (...)

36La catégorie de « temporalisation » fonctionne ensuite, dans les travaux de Koselleck, comme une théorie de la modernisation. C’est la catégorie de Sattelzeit (qu’on peut traduire par « époque charnière ») ou de Schwellenzeit (« époque-seuil »44) qui subsume l’ensemble des nouveaux processus diagnostiqués par la sémantique historique koselleckienne entre 1750 et 1850, à savoir :

  1. l’expérience d’une accélération inédite des dynamiques politiques (révolutions américaine et française, conquêtes napoléoniennes, nouvelles idéologies, etc.). Soit le passage de l’Ancien Régime (Alteuropa) à la politique démocratique moderne ;

  2. l’expérience d’une accélération matérielle sans précédent (fin de l’âge hippomobile, rétrécissement de l’espace, organisation industrielle du travail versus corporations artisanales, bouleversement des modes de production et de consommation, etc.). Soit l’avènement de la révolution industrielle, de la révolution des transports et des moyens de communication, à l’échelle globalisée de la planète, avec les phénomènes d’opinion publique et la rhétorique des masses qui en découlent ;

  3. l’expérience d’une différence toujours plus accrue entre les structures des mondes vécus passés et celles des mondes vécus présents. Du point de vue des acteurs, la conscience de cette différence induit des espérances et des craintes inédites quant au futur : la politique moderne en devient par là même plus abstraite, plus radicalement idéologisée, et – comme jamais auparavant – le genre des « philosophies de l’histoire » projette dans la pure immanence du vivre ensemble politique la plupart des attentes normatives. Concomitamment cependant, cette même conscience de la différence accélérée des temps oblige lesdits acteurs politiques à penser les conditions pragmatiques de réalisation de leurs idéaux. Expérience de la nouveauté radicale et conscience d’historicité peuvent ainsi produire simultanément, au sein d’un même espace politique, utopisme radical (ou son symétrique exact : la nostalgie radicale) et prudence pragmatique auto-historicisante. Autant de potentialités conflictuelles qui – engendrées par une accélération sociale continue – fourniront l’arrière-plan durable de toute la politique moderne ;

  4. l’apparition et la diffusion massive de « concepts politiques de mouvement » (Bewegungsbegriffe) comme le Progrès, la Révolution, etc., autant donc de « collectifs singuliers » (la République, le Peuple, la Nation, etc.) qui nourrissent l’idée suivant laquelle l’« Histoire en général » (Geschichte überhaupt ; au singulier en majuscules) serait désormais porteuse de « temps nouveaux » et ferait entrer l’humanité dans une « nouvelle époque » (Neuzeit) ;

    • 45 Dans la lignée critique mais fidèle de Koselleck, voir les matériaux rassemblés par Rolf Reichardt, (...)
    • 46 Ferdinand Fellmann, Gelebte Philosophie in Deutschland. Denkformen der Lebensweltphänomenologie und (...)

    la sémantique sociale et politique du « moment 1800 » devient de plus en plus incertaine ; des néologismes en tous genres apparaissent45. Surtout, des concepts de crise (Krisenbegriffe), des concepts téléologiques (Zielbegriffe) et des concepts d’attente (Erwartungsbegriffe) envahissent la scène politique et condensent – souvent à un niveau plus émotionnel (expressif) que cognitif (descriptif) – le sentiment d’une incertitude radicale face à l’avenir. Autant de notions donc qui – dans la langue des acteurs – fonctionnent moins comme des instruments d’analyse que comme des symboles attrape-tout permettant de signifier vaguement le malaise ou (au contraire) l’espérance : soit donc ce que Ferdinand Fellmann a utilement dénommé « concepts vécus » (gelebte Begriffe), qui sont – pour l’historien – autant de sources/symptômes permettant de reconstruire le changement de régime d’historicité de toute une époque46.

Du perspectivisme spatial à la fin de l’historia magistra vitae

  • 47 Johann Martin Chladenius, Allgemeine Geschichtswissenschaft, Leipzig, 1752 ; Johann Christoph Gatte (...)

37Quatre processus contemporains peuvent en troisième lieu être rangés sous le chef général de la « temporalisation ». Le passage du perspectivisme spatial au perspectivisme historiciste tout d’abord. Koselleck a été le premier à montrer comment de Johann Martin Chladenius à Johann Christoph Gatterer47 (et nombre d’autres auteurs contemporains) on est passé d’une pensée qui – dans le sillage de l’optique leibnizienne – faisait de la relativité des points de vue un simple problème de position/perception spatiale à une pensée de la radicale historicité de tout point de vue apporté rétrospectivement sur les faits advenus. Autrement dit, à l’époque moderne, le passé – pourtant une fois pour toutes révolu – se trouve objectivé de manière changeante, en fonction de l’expérience historique variable des historiens : là aussi, c’est désormais l’objet qui tourne autour du sujet de la connaissance, et non plus l’inverse. Toute connaissance du passé est elle-même indexée sur une expérience historique datable ; les questionnaires (ou intérêts de connaissance) au travers desquels les hommes présents envisagent le passé sont eux-mêmes historiquement variables et cognitivement constitutifs : il faudra donc chroniquement réécrire (umschreiben) l’histoire – cette totalité empirique certes irrémédiablement révolue, mais néanmoins indéfiniment réinterrogeable au fil des générations et des subjectivités induites.

  • 48 R. Koselleck, « Historische Kriterien des neuzeitlichen Revolutionsbegriffs », art. cit., p. 63-80. (...)

38On assiste ensuite à une « dénaturalisation » (Denaturalisierung) radicale des catégories temporelles traditionnelles. Les sociétés d’Ancien Régime (moyennant la prépondérance de la paysannerie et une hiérarchisation sociopolitique par ordres) se trouvent matériellement, sociologiquement, politiquement et culturellement bouleversées par tout une série de processus englobants (révolutions sociopolitiques et révolutions technico-économiques). L’indexation des mondes vécus (et des sémantiques afférentes) sur les rythmes de la nature a de moins en moins cours. Si l’on pouvait encore jusque-là se figurer les phénomènes d’accélération comme simple succession rapide de formes déjà connues avant de revenir au même (par exemple le cycle des régimes politiques depuis les Grecs), un autre type d’accélération – créatrice cette fois, et non plus itérative – s’impose désormais aux consciences. Le concept de « révolution » par exemple48 ne désigne plus le retour périodique d’un astre à un point de son orbite (comme en astronomie) ou bien la rotation complète, à 360 oC, d’un corps mobile autour de son axe (comme en géométrie), mais bien un phénomène politique inédit, sémantisé par conséquent via le collectif singulier « Révolution », inaugurant un nouvel âge de la politique au sein duquel de nouveaux principes viendraient durablement fonder tout ordre politique légitime.

  • 49 On oublie du reste souvent de préciser que – contre toute dialectisation téléologique – Friedrich v (...)

39En troisième lieu, les jugements de valeur rendus sur le passé se trouvent rapportés non plus à une morale ou une dogmatique transhistoriques mais à l’Histoire comme méta-sujet de l’évolution historique elle-même. Suivant le vers fameux – relayé ensuite par Hegel – de Friedrich von Schiller dans Resignation : « Die Weltgeschichte ist das Weltgericht » (L’histoire du monde est le tribunal du monde)49. « Les histoires » (Geschichten) ne recèlent ainsi plus des exempla qu’il serait possible de juger (pour les adopter ou les rejeter) en fonction de critères atemporels ; elles doivent désormais être évaluées en fonction de la trame téléologique générale dont elles sont censées faire partie : c’est au nom d’un telos probable ou fantasmé de l’Histoire comme totalité qu’elles font dès lors l’objet d’un jugement. Jugement moral et jugement politique fusionnent ainsi dans des idéologies temporalisées.

40Quatrième phénomène coextensif à ce dernier, le régime d’historicité ancien de l’historia magistra vitae s’épuise progressivement au début du xixe siècle. La structure de l’action s’en trouve radicalement modifiée. L’action individuelle ou collective n’est alors plus pensée en fonction d’un catalogue moral et suivant un simple rapport d’applicatio mimétique d’exemples vertueux passés. Toute volonté politique se trouve désormais doublement indexée sur l’analyse historique des structures contraignantes du possible (auto-réflexivité versus facticité) et sur les impératifs axiologico-dogmatiques d’une espérance intramondaine (normativité).

La « sécularisation » comme variante de la « temporalisation »

  • 50 À Heidelberg, prêtant main-forte à son ami Hanno Kesting, Koselleck a lui-même traduit, sans que ce (...)
  • 51 Hans Blumenberg, La légitimité des temps modernes, Paris, Gallimard, [1988] 1999. Sur ces différent (...)

41Plus fondamentalement encore, Koselleck assimile à maintes reprises la thématique de la « temporalisation » à celle de la « sécularisation » (Säkularisierung). Il reste en cela fidèle à des auteurs comme Carl Schmitt ou Karl Löwith50 diagnostiquant massivement, pour l’époque moderne et contemporaine, une sécularisation de l’espérance religieuse dans le medium des philosophies de l’histoire. Indépendamment du fait que Koselleck n’a pas intégré les critiques émises par Hans Blumenberg sur cette lecture-là de la modernité51, il me semble qu’il convient de lire ces thèses sur la sécularisation à travers le prisme des régimes d’historicité et que, ce faisant, on peut en conclure moins à une rupture radicale qu’à une longue transition du régime moderne d’attente et de ses rationalités politiques.

42Dans le cadre du régime d’attente chrétien, le terme de l’Histoire – la fin des temps et sa signification – est d’ores et déjà connu, mais son avènement se faisant attendre l’Église institutionnelle doit gérer symboliquement et politiquement cette parousie indéfiniment prorogée. S’employant à endiguer les velléités intramondaines d’accélération volontariste de tels ou tels acteurs millénaristes, l’Église (ou la Tradition) devient de ce fait – depuis au moins saint Augustin – idéologiquement conservatrice : elle assume ouvertement sa fonction de « katechon » (celui qui retient), de saint Paul à Carl Schmitt, et s’expose à ce titre politiquement. Si les prophètes de l’Ancien Testament se contentaient le plus souvent de prédire les catastrophes, les chiliastes modernes et contemporains s’activent à déjouer en pratique ce qu’ils prévoient et redoutent en théorie. À cette alliance de prophétisme religieux et d’activisme politique, l’Église opposera longtemps la stabilité dilatoire de son ordre pré-parousiaque.

  • 52 Reinhart Koselleck, « Über die Verfügbarkeit der Geschichte » [1977], Vergangene Zukunft, op. cit., (...)
  • 53 On peut renvoyer par exemple aux nombreux travaux de Dirk van Laak, Weiße Elefanten : Anspruch und (...)

43Avec le régime d’attente moderne, la structure idéelle, voire culturelle, de l’espérance change radicalement ; la parousie devient un telos intramondain indexé sur un agenda politique à fonction programmatique pour des acteurs individuels ou collectifs. Du même coup, c’est aussi bien l’équilibre interne de l’attente (éléments prévisionnels cognitifs versus éléments normatifs expectatifs) qui s’en trouve profondément modifié : les sciences humaines et sociales, les arts de gouverner permettent de penser autrement l’empiriquement probable et le pragmatiquement réalisable. Autrement dit, la part de rationalisme politique s’est accrue, dans l’économie interne des mondes politiques et dans l’horizon d’attente clivé des Modernes. La thématique de la « faisabilité » (Machbarkeit) et de la « possible planification » (Planbarkeit) de l’Histoire apparaît52, et avec elles le couplage de l’idéologue rationaliste (voire irrationnel à force de rationalisme) et de l’expert bureaucratique53. Or ce nouveau couple idéologique et pratique ne fait pas nécessairement reculer l’emprise de l’espérance dogmatiquement motivée (le moment saint-simonien étant ici paradigmatique). Il la conforte au contraire, le plus souvent, en lui adjoignant les armes pratiques de l’empiriquement probable. Ainsi, au niveau des formes de la persuasion politique, on assiste plutôt à un réajustement continu – depuis le début du xixe siècle – des espérances et contenus dogmatiques par rapport aux nouvelles formes de la rationalité politique et de la sémantique des actions possibles.

Au-delà de la « temporalisation » : vers une topique processuelle générale des concepts politiques modernes

44Par-delà cet essai de typologisation, il convient aujourd’hui de réinscrire l’hypothèse interprétative de la « temporalisation » dans un cadre analytique d’ensemble permettant de mieux appréhender la genèse de notre modernité politique. Pareil cadre d’analyse doit, certes, prendre appui sur le questionnaire originaire de la Begriffsgeschichte koselleckienne, mais il doit aussi s’efforcer de l’affiner analytiquement et de le compléter diachroniquement ; il lui faut, pour ainsi dire, l’approfondir pour mieux le dépasser.

45Sous le chef général d’une « sémantique historique comparée de la modernité politique », il s’agirait ainsi d’inventorier les principaux processus globaux qui, sur la longue durée (à tout le moins depuis le xvie siècle) et à travers la diversité des entités politiques existantes, ont tour à tour – parfois concomitamment et concurremment – affecté les langages politiques modernes. Un tel cadre d’ensemble subsumerait les analyses monographiques de détail en les réinscrivant dans un horizon processuel commun ; il autoriserait du même coup la comparaison entre les pays mais aussi les époques ; il permettrait de prendre comparativement en compte des mutations d’ordres différents : d’ordre structurel extra-langagier, d’ordre sémiotique (forme historique des langages) et sémantique (réseaux stabilisés de signification), d’ordre pragmatique enfin (discours en situation, en fonction des structures variables de la communication et des cultures politiques).

  • 54 Le réseau européen Europaeum. European Conceptual History a été fondé, à l’initiative de Henrik Ste (...)

46Il s’agirait, en somme, de dégager une « topique générale » des processus globaux ayant durablement affecté, voire affectant encore notre modernité politique. Il n’est toutefois pas question d’ajouter une nouvelle métathéorie à une métathéorie ancienne, mais bien plutôt de formaliser les identités et les différences processuelles existant – dans la diachronie et dans la synchronie – entre les discours politiques modernes. Concevoir une telle topique générale – comme celle récemment esquissée par Willibald Steinmetz pour le projet Europaeum54 et que je crois utile d’infléchir sur plusieurs points – implique que chaque proposition théorique historiographiquement applicable ait des effets idéal-typiques forts qui, seuls, la valideront en tant qu’élément constitutif de la topique générale visée.

« Vernacularisation »

47Dès la phase initiale de conception des Geschichtliche Grundbegriffe, Koselleck a attiré l’attention sur le passage (massif à partir du xvie siècle et au-delà, mais important déjà dès le xive siècle) des langues anciennes aux vernaculaires européens dans l’évolution de la sémantique politique moderne. C’est précisément pour cette raison que les articles du Lexikon commencent tous par une histoire longue, depuis les langues anciennes en passant par le Moyen Âge et la Renaissance, des notions ou groupes de notions considérés. Ce processus de « vernacularisation » (selon Steinmetz) à partir du corpus antique et médiéval n’a nullement été synchrone ; il s’est étalé dans le temps, avec des différences importantes entre tel ou tel territoire européen. Il doit constituer le socle de départ de toute enquête comparative d’ensemble de la modernité politique européenne. Il devra parfois être couplé à un autre grand processus moderne, celui de la « nationalisation » des discours politiques à partir du moment 1800.

« Temporalisation » et « détemporalisation »

  • 55 Eric-B. Henriet, L’uchronie, Paris, Klincksieck, 2009.
  • 56 Reinhart Koselleck, « Die Verzeitlichung der Utopie », in W. Vosskamp (éd.), Utopieforschung. Inter (...)
  • 57 Il est sans doute possible d’aller quelque peu au-delà de Koselleck en affirmant que, d’une certain (...)

48Au sens strict, les utopies modernes sont moins des « non lieux » (et les « uchronies » des « hors temps »55) que des « topies » à venir. Elles ne figurent plus un ailleurs idéal soustrait à l’emprise des méfaits de la civilisation, mais un autre temps de la société, qu’il serait possible de faire advenir, dans l’immanence, via une autre politique. Avec ce que Koselleck et Lucian Hölscher ont appelé la « temporalisation de l’utopie » (Verzeitlichung der Utopie)56, les Modernes sont ainsi passés d’un « régime d’attente eschatologique » (l’accélération intramondaine comme symbole de l’avènement accéléré de la fin des temps avant la résurrection des corps) à un « régime d’attente téléologique ». Les « figures »57 ou cibles de l’espérance religieuse ont pris forme concrète dans l’immanence, et les éléments normatifs expectatifs de l’économie du croire ont alors fait l’objet d’une progressive axiologisation. Autrement dit : leur détermination dogmatico-religieuse d’antan a été supplantée par des modes de détermination éthiques – via des principes et des critères de justice intramondains.

  • 58 Armin Nassehi, « Keine Zeit für Utopien. Über das Verschwinden utopischer Gehalte aus modernen Zeit (...)
  • 59 Heinz Dieter Kittsteiner, Wir werden gelebt : Formprobleme der Moderne, Hambourg, Philo, 2006 ; Dan (...)
  • 60 Serge Latouche, Survivre au développement. De la décolonisation de l’imaginaire économique à la con (...)

49À compter de la fin du xviiie siècle, cette reconfiguration fondamentale du régime d’attente inhérent aux idéologies politiques modernes a été le lot commun des sociétés en voie de modernisation. Depuis quelques décennies, elle a fait place à une tout autre configuration, à savoir un régime d’attente « atéléologique » ou « post-téléologique » correspondant à un processus global de « détemporalisation » des utopies politiques. La plupart des discours contemporains sur la vitesse accélérée du monde moderne nous indiquent que de la thématique antérieure de « l’accélération de l’Histoire » n’est plus conservée aujourd’hui que la dimension sociale : une accélération désormais sans telos – sans finalité processuelle globale espérée ou redoutée –, vécue comme simple fait, voire problème immaîtrisable, et non plus du tout comme espérance ou levier concret de l’art politique58. Qu’on s’en réjouisse ou s’en désole, cette accélération sociale amplifiée par les télécommunications et les structures globales de l’économie contemporaine est concomitante d’un changement de culture politique notoire : ce qu’on pourrait appeler le passage de la « modernité héroïque » à un régime d’attente « démocratique post-héroïque »59. Envisagées sous cet angle, les politiques de la « décroissance »60 n’apparaissent dès lors plus que comme la variante exacerbée de la culture politique réformiste gestionnaire de l’âge de la « détemporalisation des utopies ».

« Scientificisation(s) »

50Il ne suffit toutefois pas de mettre l’accent sur le nouveau régime d’attente (téléologique temporalisé puis atéléogique détemporalisé) des Modernes. Encore faut-il préciser en quoi s’est modifié le rapport entre les éléments respectivement prévisionnels cognitifs et normatifs expectatifs composant tout horizon d’attente. À cet égard, diagnostiquer un mouvement de « scientificisation » des discours politiques modernes revient à expliciter le passage moderne de la prévision prophétique (religieusement motivée) à la prévision cognitive (rationnellement, voire pseudo-scientifiquement fondée) du devenir intramondain. Étalé dans le temps à des rythmes différents suivant les espaces politiques, ce mouvement fut au moins triple.

  • 61 Wolfgang Reinhard, « Was ist europäische politische Kultur ? Versuch zur Begründung einer politisch (...)

51Juridicisation. On a tout d’abord assisté à un mouvement de rationalisation juridique des ordres politiques, de la sortie des guerres civiles confessionnelles du xvie siècle (via la construction d’États souverains et leurs maillages administratifs) à la constitutionnalisation des régimes pluralistes démocratiques (en trois grandes étapes : 1776/1798, 1815-1848/1918 et après 1945)61. À cela est venu s’ajouter – au cours des dernières décennies – un second mouvement de juridicisation, lui-même bifrons et de nature sensiblement différente : d’un côté, une inflation des « droits subjectifs » opposables à l’État et, de l’autre, une montée des revendications collectives en termes de « droits culturels », incompatibles pour partie avec les dispositifs contractualistes fondateurs des démocraties constitutionalisées modernes.

52Historicisation/sociologisation. En second lieu, on peut dégager une tendance lourde (depuis le xviiie siècle) à la scientificisation des discours politiques via les ressources épistémiques de l’histoire et de la sociologie. Depuis lors, il n’est pas de programme ou attente politique qui n’intègre des éléments prévisionnels cognitifs empruntés aux sciences humaines et sociales. En d’autres termes, la politique moderne et les idéologies sous-jacentes se rationalisent à un double niveau : celui, tout d’abord, des technologies de gouvernement (les appareils bureaucratiques d’État devenant des futurologues planificateurs), et celui ensuite du régime d’attente des acteurs informé par des éléments de futurologie (plus ou moins bien fondés épistémologiquement). Top down (États) ou bottom up (les individus et/ou les groupes sociaux), les agendas et conflits politiques se trouvent tous argumentés à partir d’une analyse des structures économiques et sociales, ainsi qu’à partir des arbitrages qui en découlent en matière de justice distributive, d’intégration sociopolitique interne et de pression géopolitique externe. Les « crises » qui scandent néanmoins la politique moderne sont vécues avec d’autant plus de désarroi que ce sont tous ces dispositifs prévisionnels cognitifs (comme par exemple le keynésianisme) qui semblent pris à revers par le dérèglement d’un ou plusieurs sous-systèmes – à l’instar d’un secteur aussi crucial, pour les économies locales, que le système financier globalisé contemporain.

  • 62 Johann Friedrich Blumenbach, Über den Bildungstrieb und das Zeugungsgeschäft, Göttingen, Dieterich, (...)
  • 63 On se rappelle en outre le rôle crucial que joue la pensée de Blumenbach pour Kant lorsque ce derni (...)
  • 64 Christoph Meiners, Grundriß der Geschichte der Menschheit, Lemgo, Meyer, 1785 ; Id., Untersuchungen (...)
  • 65 À la racine du conservatisme politique (comme l’a bien montré Karl Mannheim dans son habilitation d (...)
  • 66 Dominique Guillo, Les figures de l’organisation. Sciences de la vie et sciences sociales au xixe si (...)

53Biologisation. Troisièmement, la raison scientifique classificatoire de la fin du xviiie siècle entre pour partie en phase avec les deux processus précédents. L’idée de Bildungstrieb (pulsion formatrice) ou nisus formativus de Johann Friedrich Blumenbach62 est transposée au plan des généalogies nationales63. Si Johann Gottfried von Herder (et son « esprit des peuples ») historicise la monadologie leibnizienne, ses continuateurs ont tendance à l’ontologiser, à l’instar d’un Christoph Meiners qui n’hésite pas à développer un européocentrisme différentialiste et racialiste64. Par la suite, de l’organicisme romantique du début du xixe siècle65 aux effets épistémiques (sociobiologies) et politiques (darwinisme social) de l’évolutionnisme spencérien, les différences historiques (politiques, sociales, culturelles, économiques, etc.) se trouvent peu à peu re-sémantisées au moyen de métaphores inspirées de l’anatomie comparée66 : le processus d’historicisation/sociologisation des discours politiques est alors redoublé, voire frontalement concurrencé par un large mouvement de biologisation des différences synchroniques et diachroniques existant entre les sociétés présentes et passées. La voie était dès lors ouverte vers une possible déshistoricisation-réontologisation du champ d’expérience et du régime d’attente des Modernes (les formes vulgarisées du darwinisme, du nietzschéisme, du bergsonisme, de l’existentialisme et des philosophies de la vie joueront ici un rôle crucial).

  • 67 Cette impossible rationalisation sans reste du politique constitue le cœur de l’analyse d’Ernst Cas (...)
  • 68 Ce niveau « méso » pourrait encore être spécifié, dans ses parties, comme mixte de 1) « pratiques i (...)

54En somme, devenant de plus en plus prégnante par rapport à la futurologie prophétique antérieure, la prévision cognitive du politique (à partir des structures itératives de la société, objectivables via des savoirs réglés) a pour conséquence au moins potentielle de rationaliser les éléments normatifs expectatifs dynamisant les horizons d’attente modernes. Bien sûr, en période de crise multifactorielle aiguë (1918/1929/1933-1945), cela n’a pas empêché la politique moderne de resubstantialiser le lien social sous un mode irrationnel via des utopies totalitaires67. L’effet n’a ainsi nullement été automatique ; il ne s’est fait sentir que pour autant que le niveau « méso »68 des institutions démocratiques et des cultures politiques non extrémistes a pu faire l’objet d’une appropriation active, via la mémoire vive, critique, de sociétés brutalisées (xxe siècle).

Les âges de la communication politique (de l’oralité à la médialité)

  • 69 Voir en particulier Barbars Stollberg-Rilinger (éd.), Was heißt Kulturgeschichte des Politischen ?, (...)

55Indépendamment des évolutions proprement sémantiques (ayant trait à la variabilité historique des significations politiques et de leurs formes linguistiques), les grandes mutations de la « communication politique » (de ses espaces concrets, de ses supports matériels et de ses formes sémiotiques) devraient être inventoriées pour elles-mêmes comme autant de changements structurels des conditions de possibilité pragmatiques de la « persuasion politique » (définie – en paraphrasant Émile Benvéniste – comme cette unité de base de l’action politique consistant à dire quelque chose sur quelque chose en direction de quelqu’un, individus ou groupes, afin de le constituer comme groupe et de le faire agir en vue de finalités spécifiques, simplement suggérées ou bien déclarées). En effet, l’analyse sémantique, immanente, de discours politiques n’a guère de sens dès lors que la question du cui bono ? n’est pas posée, et que les contraintes et ressources pragmatiques de toute énonciation n’apparaissent pas clairement. Si, entre les trois types purs de l’« oralité », de la « scripturalité » et de la « médialité iconique » – pour traduire au plus près les termes en usage dans l’historiographie allemande –, les formes hybrides sont assurément innombrables, la nouvelle histoire culturelle du politique nous invite à revisiter l’histoire des « régimes de persuasion politique » en fonction de la typologie des rapports ayant historiquement existé entre paroles vives (de l’agora puis du sermon au talk show contemporain en passant par l’éloquence parlementaire), écritures (graffiti, pamphlets, journaux, livres, etc.) et images (de l’image édifiante ou caricaturale au podcasting contemporain)69. Amender la sémantique historique koselleckienne par un argumentaire pragmatique interdit d’en rester sur ce point aux habituelles pétitions de principes méthodologiques ; seule une histoire longue – matérielle, institutionnelle et culturelle – des régimes de persuasion politique peut y satisfaire.

« Nationalisation » (depuis 1800)

  • 70 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; Krzysztof Pomian, L’Europe (...)
  • 71 Le réseau de recherche Europaeum va particulièrement s’attacher à dégager sur ce point similitudes (...)
  • 72 Friedrich Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, Munich, R. Oldenbourg, 1907.
  • 73 Voir la synthèse de Wolfgang Reinhard, Geschichte der Staatsgewalt, op. cit., ainsi que Bertrand Ba (...)

56Si l’apparition des consciences politiques nationales est antérieure70, on assiste dans le sillage de la Révolution française et de l’occupation napoléonienne à un processus global de nationalisation des discours politiques. Ce sont les nations qui font désormais office d’instance principale d’ascription identitaire des communautés politiques ; l’agenda des droits politiques ne s’articule bientôt plus que dans la référence à la souveraineté de la nation. Détruisant les cadres de vie communautaires et matériels traditionnels, la révolution industrielle ne manque pas de renforcer cette nouvelle sémantique politique et de donner – en période de crise ou de rivalité interethnique – un tour réactif, voire franchement nationaliste et agonal, à ce premier processus (revendication stato-juridique) de nationalisation des entités politiques européennes. Dans certains cas, le passage des discours politiques aux vernaculaires modernes s’est effectué en même temps que ce double processus de nationalisation (pour créer les États-nations d’abord, afin d’exacerber leurs rivalités ensuite), moyennant par conséquent un certain nombre de décalages sémantiques entre les vieilles nations et les nations plus récentes, issues d’empires multiethniques71. Formulée jadis par Friedrich Meinecke à travers l’opposition Staatsnation/Kulturnation72, l’hypothèse d’antériorité (ou non) de l’État par rapport à la nation peut conserver une bonne part de sa pertinence heuristique à condition que la sémantique historique de la nation soit articulée aux apports récents de la sociologie historique comparée de l’État73.

« Démocratisation », « politisation » et « idéologisation »

  • 74 Le concept d’« Histoire » (Geschichte) fonctionne dans le Lexikon, à mon sens, comme le Grundbegrif (...)

57La thèse générale de la « temporalisation »74 ne doit pas conduire à occulter le fait que, dès 1972, Koselleck pointait plusieurs autres processus sous-jacents à la politique moderne, à savoir un triple mouvement :

  • de « démocratisation » (extension à/appropriation par toutes les couches sociales des lexiques politiques, inclusion d’expériences sociales nouvelles dans la langue politique héritée de l’Ancien Régime et apparition/densification de l’espace public via de nouvelles pratiques de lecture, d’expression, de mobilisation, de contestation, etc.) ;

  • d’« idéologisation » (abstraction croissante des langages politiques, formation de nombreux collectifs singuliers, désormais instrumentalisables à l’envi en fonction de leur équivocité même) ;

  • de « politisation » (des concepts antithétiques se forment et s’incarnent dans des formations politiques qui se perçoivent comme incompatibles ; plus les langages politiques sont temporalisés, informés par une philosophie de l’histoire sous-jacente, et plus ils font l’objet d’une politisation agonale, légitimant la montée aux extrêmes).

58Développé à propos du vocabulaire politique et social de langue allemande entre 1750 et 1850 (sous le coup d’une double révolution : dissolution sociale progressive de la société d’ordres en raison de l’industrialisation et révolution politique des droits de l’homme à partir de 1789), ce cadre heuristique processuel conserve aujourd’hui encore toute sa pertinence, mais devrait être précisé au moyen de comparaison synchroniques et diachroniques.

« Occidentalisation », « globalisation » et « déterritorialisation »

59Un dernier processus global mériterait enfin une analyse de détail. Je ne le mentionnerai ici que pour mémoire, tant il est empiriquement évident et néanmoins historiquement complexe. On pourrait le décrire comme un triple mouvement croissant :

    • 75 Jean-Louis Halperin, Histoire des droits en Europe de 1750 à nos jours, Paris, Flammarion, [2003] 2 (...)

    d’« occidentalisation » du politique via : différentes vagues de colonisation du globe depuis la fin du xve siècle ; la juridicisation des ordres politiques extra-européens sur le modèle soit du common law anglais, soit des grandes codifications continentales au xixe siècle75 ; les phénomènes majeurs d’importation de l’État occidental et d’anglicisation contemporaine généralisée ;

  • de « globalisation » du politique via : l’interconnexion généralisée des économies, des sphères étatiques d’action et des espaces de communication politique ; via le tournant iconique du politique, l’accélération des interactions symboliques à l’échelle géopolitique globale et la reconduction, par des diasporas réelles ou fantasmées, sur des espaces nationaux restreints de conflits territorialement éloignés (à l’instar par exemple du conflit israélo-palestinien en France aujourd’hui) ;

    • 76 Voir par exemple la trilogie de Bertrand Badie, La fin des territoires. Essai sur le désordre inter (...)

    de « déterritorialisation » du politique : via l’apparition d’acteurs non étatiques, la démultiplication des dispositifs non stato-centrés de gouvernance, etc. ; via enfin le paradoxe de la « glocalisation » contemporaine, soit le double mouvement de « mondialisation » (des flux économiques et migratoires) et de durcissement des identités de groupes (re-nationalisation des populations non mobiles d’accueil et re-communautarisation symétrique des diasporas migratoires)76.

60Plusieurs points méritent d’être soulignés au terme de ce parcours. Tout d’abord, la fondation anthropologique de l’histoire chez Koselleck n’est pas entièrement compatible avec sa théorie implicite de l’expérience historique. Tout se passe, en effet, comme s’il y avait des expériences-limite qui – contre toute genèse psychique des sujets (au fil de leur histoire individuelle, familiale, générationnelle, etc.) – devenaient, de par leur violence extrême, des expériences de rang chronologique et causal supérieur. Or s’il en allait ainsi, c’est le projet même d’une « sémantique historique » qui s’en trouverait démenti et invalidé. Contre la tendance koselleckienne à exhausser (niveau méta-historique) les expériences-limite au rang de déterminant antéprédicatif, il conviendrait de requalifier comme « expériences-limite » (Grenzerfahrungen) ce qu’il dénomme « expériences primaires » (Primärerfahrungen) et de mettre l’accent sur le fait que les effets (psychiques au plan individuel et/ou culturels et politiques au plan collectif) desdites expériences varient en fonction de ce qui les a précédés dans l’économie psychique des sujets (voir tableau § 5.3). Entre son anthropologie hobbésienne (niveau fondationnel) et son culturalisme historiciste (niveau méthodologique), il y a chez Koselleck une tension argumentative que ses propositions générales, lues ici a maxima, ne permettent visiblement pas de résoudre.

61Ensuite, il ressort de notre analyse que le processus de « temporalisation » des langages politiques ne constitue qu’un processus englobant parmi d’autres de la politique moderne. S’il est en lui-même fort divers et déclinable suivant plusieurs facettes, il nous faut aujourd’hui – grâce à Koselleck, mais au-delà de ses propositions – compléter la topique générale dont ce processus fait partie. Dans cette optique, l’essai de systématisation qu’on vient de lire n’est qu’une contribution parmi d’autres. Argumentant la double cause d’une théorie de l’expérience historique en général et de l’expérience politique moderne en particulier, il invite à transcender les cloisonnements disciplinaires établis entre l’histoire (sociale, économique, institutionnelle et culturelle), la sociologie, les sciences politiques et la théorie politique. Nous n’avons que trop conscience qu’il abstrait inductivement à partir de l’expérience, somme toute limitée, de la modernité européenne. Une théorie véritablement générale de l’expérience historique et une typologie exhaustive des régimes d’historicité avérés devraient porter leurs regards plus loin. La mise en œuvre (nécessairement collective) d’analyses comparées et croisées entre les différentes aires culturelles du globe constitue sans nul doute ici la seule voie praticable.

  • 77 Rappelons que si le titre n’avait déjà été pris par Max Horkheimer et Theodor Adorno pour leur célè (...)
  • 78 R. Koselleck, « Historische Kriterien… », art. cit., p. 67-86, ici p. 86, repris in Le futur passé…(...)

62Pour finir, on remarquera que la sémantique historique proposée par Koselleck (surtout sous sa première formulation dans les notes infrapaginales de Kritik und Krise, 1954-1959), constitue elle-même une stratégie de détemporalisation et de désidéologisation de la politique moderne née à la fin du xviiie siècle sur les ruines de l’État absolutiste, lequel – ironie dialectique77 – avait pourtant mis fin aux guerres civiles confessionnelles des xvie et xviie siècles. À ce titre, la Begriffsgeschichte apparaît comme un moment spécifique des innombrables boucles cybernétiques de la pratique politique moderne ; elle constitue, pour ainsi dire, un élément modérateur du rationalisme politique moderne, tant il est vrai pour Koselleck que « l’histoire des concepts, même si elle se compromet avec des idéologies, nous rappelle que les mots et l’usage que l’on en fait sont plus importants pour la politique que tout autre arme »78.

  • 79 – Par « spécification », on entendra ici le passage du niveau primaire fondationnel à l’histoire co (...)

Structure de l’expérience historique : essai de systématisation à partir de Koselleck

Niveau primaire
(fondationnel)

Niveau secondaire
(spécification I)79

Niveau ternaire
(spécification II)

« Être pour la mort » / « Pouvoir de mettre à mort »
(Sein zum Tode / Totschlagenkönnen)
• couple d’existentiaux
• analytique du Dasein

haut/bas
(
oben/unten)

vainqueurs/vaincus
(Sieger/Besiegte)
maître/serviteur, esclave
(Herr/Knecht)
→ Processus empirique sous-jacent : combat à mort décidé par la guerre de tous contre tous ; « pouvoir » institutionalisé dans une relation agonale non ouverte « vainqueurs/ vaincus », « dominants/ dominés »

dedans/dehors
(innen/außen)

ami/ ennemi
(
Freund/Feind)
→ Processus empirique sous-jacent : combat à mort latent, matérialisé par des frontières, entre au moins deux unités d’action territorialement élargies au sein desquelles les groupes s’affrontant jadis dans la guerre civile reconnaissent désormais (temporairement ou non) une instance centrale coordinatrice

secret/public
(
geheim/öffentlich)
→ Processus empirique sous-jacent : maintien nécessaire d’une limite imperméable, afin de rendre l’action possible, entre les cercles de pouvoir décideurs et le reste des gouvernés au sein d’un groupe de population et d’un territoire donné

Avant/ Après
(vorher/nachher)
• analyse du « sens interne » chez Kant puis Husserl
• Esthétique transcendantale

1. générativité
(Generativität)

1. pères/fils
(Väter/Söhne) ; « générations » (biologique, sociale, politique)

2. répétabilité
(Wiederholbarkeit)
→ continuité

2. structures itératives
(
Wiederholungstrukturen) ; exposition « descriptive » (Beschreibung)

3. irréversibilité
(Irreversibilität)
→ discontinuité

3. événements
(Ereignisse) ; exposition « narrative » (Erzählung)

4. non contemporanéité
du contemporain
(
Ungleichzeitigkeit
des Gleichzeitigen)

4. histoires/Histoire ; comparaison diachronique/ comparaison synchronique ; individualités historiques/ évolution globale

5. champ d’expérience/
horizon d’attente
(Erfahrungsraum/ Erwartungshorizont) ; « distentio animi »

5.1 Structure de l’« expérience » :
• « expériences primaires » (Primärerfahrungen) vécues sous le mode passif d’être affecté
• puis synthèses de second degré via les anticipations hétérogènes (cf. infra) de chaque régime d’attente (i. e. les idola fori baconiennes réinvesties par Droysen jusqu’à nous)

5.2 Structure de l’« attente » :
• « structure clivée » de l’attente : un mixte d’éléments « prévisionnels cognitifs » et d’éléments « normatifs expectatifs » (i. e. espérances et/ou craintes religieusement ou axiologiquement fondées)
• « régimes d’attente » découlant de l’équilibre historiquement variable entre ces deux éléments hétérogènes

5.3 « Régimes d’historicité »
• résultante de la chaîne phénoménologique suivante :
a) Expériences primaires (l’être-affecté par les histoires/ l’Histoire)
b) Sémantisation des expériences primaires via les anticipations hétérogènes (prévisionnelles cognitives et normatives expectatives), historiquement variables, des « régimes d’attente »
c) Synthèses de second degré transformant les affections pures primaires en jugement d’expérience sur l’état historique du monde environnant
• il n’est d’expérience de l’Histoire au sens strict qu’au niveau c) des synthèses de second degré après rétroaction des anticipations de l’attente
• la structure de tout régime d’historicité est dynamisée par les anticipations de l’attente
• typologie historique des principaux « régimes d’historicité » européens :
1. régime « ancien itératif »
2. régime « chrétien eschatologique »
3. régime « téléologique temporalisé »
4. régime « atéléologique détemporalisé »

Haut de page

Notes

1 Complémentaires quant à leur visée et leurs résultats respectifs, deux œuvres majeures contemporaines ont posé, parallèlement, les fondations d’une théorie générale de l’expérience historique : celle de Jean-Marc Ferry, Les puissances de l’expérience. Essai sur l’identité contemporaine, 2 tomes, Paris, Le Cerf, 1991 ; Id., La question de l’Histoire : nature, liberté, esprit. Les paradigmes métaphysiques de l’histoire chez Kant, Fichte, Hegel entre 1784 et 1806, Bruxelles, Éd. de l’université de Bruxelles, 2002 ; Id., Les grammaires de l’intelligence, Paris, Le Cerf, 2004, et celle de Jean Baechler, Nature et histoire, Paris, puf, 2000 ; Id., Esquisse d’une histoire universelle, Paris, Fayard, 2002 ; Id., Les morphologies sociales, Paris, puf, 2005 ; Id., Les fins dernières. Éléments d’éthique et d’éthologie humaines, Paris, Hermann, 2006 ; Id., Les matrices culturelles. Au foyer des cultures et des civilisations, Paris, Hermann, 2009 ; Id., Agir, faire, connaître, Paris, Hermann, 2008. Bon nombre des insuffisances de l’argumentation koselleckienne (au niveau anthropologique notamment) peuvent être amendées par la lecture de ces différents travaux.

2 Reinhart Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort/Main, Suhrkamp, 1979 ; Id., Zeitschichten. Studien zur Historik, Francfort/Main, Suhrkamp, 2000.

3 La meilleure synthèse disponible sur l’œuvre de Koselleck est l’article nécrologique publié par Willibald Steinmetz, « Nachruf auf Reinhart Koselleck (1923-2006) », Geschichte und Gesellschaft, 32-3, 2006, p. 412-432.

4 Reinhart Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit der Geschichtswissenschaft » (1972]), in Zeitschichten, op. cit., p. 298-316.

5 Reinhart Koselleck, « Historik und Hermeneutik », in R. Koselleck et H.-G Gadamer, Hermeneutik und Historik, Heidelberg, C. Winter, 1987, p. 9-28, repris in Reinhart Koselleck, L’expérience de l’histoire, Paris, Le Seuil/Gallimard, 1997, p. 181-199.

6 Reinhart Koselleck, « Vielerlei Abschied vom Krieg », in H. L. Arnold, B. Sauzay et R. von Thadden (éd.), Vom Vergessen, Vom Gedenken. Erinnerungen und Erwartungen in Europa zum 8. Mai 1945, Göttingen, Wallstein, 1995, p. 19-25, ici p. 21. Koselleck ajoute plus loin (ibid., p. 24), non sans jeu de mots ironique : « Wissen ist besser als Besserwissen » (mieux vaut savoir d’expérience charnelle que d’avoir toujours raison, abstraitement, de loin, après coup, dans le noir et blanc tranché d’une morale hors contexte, celle de la critique idéologique des années 1960). Voir également la version abrégée de ce texte : Reinhart Koselleck, « Glühende Lava, zur Erinnerung geronnen. Vielerlei Abschied vom Krieg : Erfahrungen, die nicht austauschbar sind », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6 mai 1995.

7 Thomas Hobbes, Leviathan ou matière, forme et puissance de l’État chrétien et civil, Paris, Gallimard, [1651] 2000, p. 224-225.

8 Reinhart Koselleck, « Was sich wiederholt », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 21 juillet 2005. À travers les trois couples d’opposition fondamentaux suivants oben/unten, innen/außen et früher/später, Koselleck maintient dans ce texte tardif le projet d’une « Anthropologie elementarer Oppositionsverhältnisse » en tant qu’elle livrerait le socle indépassable des structures de répétition de l’histoire.

9 C’est l’analyse kantienne du « jugement réfléchissant », dans la troisième Critique, qui me sert ici de guide, avec la distinction fondamentale des opérations de « classification » et de « spécification » : Immanuel Kant, Critique de la faculté de juger, Paris, Flammarion, [1790] 2000, p. 104-105.

10 Les différents niveaux de fondation puis de spécification des concepts ci-après évoqués sont récapitulés dans le tableau infra p. 66-67. Précisons simplement ici que : le niveau dit « primaire » est fondationnel (existential et/ou transcendantal) alors que les niveaux dits « secondaire » puis « ternaire » correspondent respectivement aux niveaux de « spécification I » et « II ».

11 R. Koselleck, « Historik und Hermeneutik », op. cit., p. 100-101, repris dans L’expérience de l’histoire, op. cit., p. 184-185 : « Comme Dasein, l’homme n’est pas encore libre pour les autres hommes – c’est là une thématique de Löwith ; porteur de conflits, il n’est pas ouvert à son prochain. Les temporalités de l’histoire ne sont pas identiques ; elles ne sont pas non plus totalement dérivables des modalités existentielles développées autour de la notion d’homme conçu comme Dasein. Les temporalités de l’histoire sont tout d’abord constituées par les rapports existant entre les hommes ; il s’agit toujours de la simultanéité du non-contemporain, de rapports de différence contenant leur propre finitude, laquelle ne peut être référée à une “existence” particulière ».

12 Cette dichotomie d’ordre primaire peut elle-même être fondée sur l’analyse kantienne du « sens interne », au sein de l’« Esthétique transcendantale » de la première Critique (cf. Tableau infra).

13 Voir essentiellement les cinq textes suivants : R. Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit », art. cit., p. 298-316 ; Id., « Geschichte, Geschichten und formale Zeitstrukturen » [1973], Vergangene Zukunft, op. cit., p. 130-143, repris dans Id., Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’ehess, 1990, p. 119-131 ; Id., « Darstellung, Ereignis und Struktur » [1973], Ibid., p. 144-157, repris dans Le futur passé, op. cit., p. 133-144 ; Id., « ‘Erfahrungsraum’ und ‘Erwartungshorizont’ – zwei historische Kategorien » [1976], Ibid., p. 349-375, repris dans Le futur passé, op. cit., p. 307-329, et Id., « Erfahrungswandel und Methodenwechsel. Eine historisch-anthropologische Skizze » [1988], Zeitschichten, op. cit., p. 27-77, repris dans L’expérience de l’histoire, op. cit., p. 201-247.

14 Je m’appuie ici sur le passage important suivant du texte de 1973 : Reinhart Koselleck, « Geschichte, Geschichten und formale Zeitstrukturen », Vergangene Zukunft, op. cit., p. 132-133, repris dans Le futur passé, op. cit., p. 121 : « Avant de mettre en discussion, dans leur dimension temporelle, quelques exemples d’une expérience “pré-historique”, je rappellerai, en les formalisant très rigoureusement, trois modes d’expérience temporels : (1) l’irréversibilité des événements, présence d’un avant et d’un après dans leurs divers contextes de déroulement ; (2) la répétitivité des événements, qu’il s’agisse d’une identité présumée de ceux-ci, du retour de constellations ou d’une coordination figurée ou typologique des événements ; (3) la simultanéité du non-simultané ».

15 Le texte programmatique séminal est celui de Werner Conze, Die Strukturgeschichte des technisch-industriellen Zeitalters als Aufgabe für Forschung und Unterricht, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1957.

16 Voir notamment les 67 volumes de la collection « Industrielle Welt » publiée par l’Arbeitskreis für Moderne Sozialgeschichte fondé par Conze à Heidelberg en 1957, à Stuttgart chez Klett-Cotta entre 1962-1999, puis à Cologne chez Böhlau, à partir de 2000. Il est fondamental de percevoir que la « sémantique historique » koselleckienne est demeurée fortement rattachée à ce terreau premier d’histoire structurelle (économique, sociale, juridico-politique) tout en en reproblématisant les confins en prenant au sérieux les médiations praxéologiques de la langue.

17 Reinhart Koselleck, « Dankrede am 23. November 2004 », in S. Weinfurter (éd.), Reinhart Koselleck (1923-2006). Reden zum 50. Jahrestag seiner Promotion in Heidelberg, Heidelberg, Winter, 2006, p. 33-60, ici p. 59-60. Voir également la notice nécrologique sur W. Conze, in Reinhart Koselleck, « Werner Conze. Tradition und Innovation », Historische Zeitschrift, 245, 1988, p. 529-543.

18 R. Koselleck, « Darstellung, Ereignis und Struktur », art. cit., p. 144-157, ici p. 149, repris dans Le futur passé…, op. cit., p. 137 : « Inversement certaines structures ne seront appréhendées que par le biais des événénements dans lesquels elles s’articulent, à travers lesquels elles transparaissent. »

19 Entre les deux principaux représentants de ce qu’on appelle l’école de Cambridge et la Begriffsgeschichte allemande, le malentendu demeure aujourd’hui encore total, voir Hartmut Lehmann et Melvin Richter (éd.), The meaning of historical terms and concepts : New studies on Begriffsgeschichte, Washington, German Historical Institute, 1996, ainsi que l’interview récente donnée par Quentin Skinner : Javier Fernandez Sebastian, « Intellectual history, liberty and republicanism : An interview with Quentin Skinner », Contributions to the History of Concepts, 3-1, 2007, p. 103-123, en particulier p. 114 sq., dans laquelle il s’emploie à réfuter une caricature taillée sur mesure. Si l’on prenait la peine de le lire, on s’apercevrait en effet que Koselleck a depuis le début, et avec détermination, insisté sur la question du cui bono (c’est-à-dire le problème des « usages » concrètement faits, en situation, des langages politiques) et sur la nécessité d’historiciser finement la dimension pragmatique de toute sémantique historique (à la fois ce que les concepts signifient et ce qu’ils font faire dans tel ou tel contexte singulier, le plus souvent conflictuel). Sur ce point, voir en dernier lieu Reinhart Koselleck, « Begriffsgeschichte », in S. Jordan (éd.), Lexikon Geschichtswissenschaft. Hundert Grundbegriffe, Stuttgart, Reclam, 2002, p. 40-44.

20 Développée en termes de « sociologie de la traduction » versus « sociologie du social », l’approche du politique exposée en 2002 par Bruno Latour est en bien des points homologue à la position koselleckienne : Bruno Latour, « Si l’on parlait un peu politique ? », Politix, 15-58, 2002, p. 143-165.

21 Urs Stäheli, « Die Nachträglichkeit der Semantik. Zum Verhältnis von Sozialstruktur und Semantik », Soziale Systeme. Zeitschrift für soziologische Theorie, 4-2, 1998, p. 315-339.

22 Qu’on me permette ici de renvoyer à ma mise au point : Alexandre Escudier, « La temporalité historique comme objet de réflexion dans l’épistémologie moderne de l’histoire », Divinatio. Studia culturologica series, 18, 2003, p. 35-65.

23 Paul Ricoeur, Temps et récit, Paris, Le Seuil, 1983.

24 - Une étude systématique comparative est en cours de préparation, dans laquelle je chercherai à montrer continuités et discontinuités, points communs et différences entre ces rares grandes tentatives de fondation théorique de l’histoire.

25 Suivant la formule de Philippe Muray, Après l’histoire, Paris, Gallimard, [1999-2000] 2007.

26 Encore convient-il de relever la différence entre « accélération itérative » (le même se répétant en accéléré) et « accélération créatrice » de l’histoire (production de nouveautés inédites à grande vitesse) : Alexandre Escudier, « Le sentiment d’accélération de l’Histoire chez les Modernes : éléments pour une histoire », Esprit, 6, 2008, p. 165-191.

27 François Hartog, « Marshall Sahlins et l’anthropologie de l’histoire », Annales ESC, 38-6, 1983, p. 1256-1263 ; Id., Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003. Dans une très intéressante interview : « Sur la notion de régime d’historicité. Entretien avec François Hartog », in C. Delacroix, F. Dosse et P. Garcia (éd.), Historicités, Paris, La Découverte, 2009, p. 133-149, F. Hartog est récemment revenu sur la genèse complexe de cette notion, de sa lecture de Marshall Sahlins dans les années 1980 à l’expérience des historicités berlinoises après la chute du Mur en 1989 en passant par les propositions sur la mémoire de Pierre Nora et par celles de Reinhart Koselleck sur le rapport des Modernes à l’histoire. Voir également Gérard Lenclud, « Traversées dans le temps », Annales HSS, 61-5, 2006, p. 1053-1084.

28 F. Hartog, « Sur la notion de régime d’historicité… », art. cit., p. 139 et 148.

29 Ibid., p. 144 et 141.

30 R. Koselleck, Vergangene Zukunft, op. cit., p. 358, repris dans Le futur passé, op. cit., p. 314.

31 Une telle distinction pourrait être aisément réinscrite dans la continuité de la théorie des « idola » ou anticipations baconiennes telle qu’en fait abondamment usage Johann Gustav Droysen, Historik. Rekonstruktion der ersten vollständigen Fassung der Vorlesungen, textes établis et présentés par P. Leyh, Stuttgart/Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, [1857] 1977, voir tableau, § 5.1.

32 Richard Olson, The emergence of the social sciences, 1642-1792, New York/Toronto, Twayne/Maxwell Macmillan International, 1993 ; Hans Erich Bödeker, « Das staatswissenschaftliche Fächersystem im 18. Jahrhundert », in R. Vierhaus (éd.), Wissenschaften im Zeitalter der Aufklärung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985, p. 143-162.

33 Il conviendrait de coupler l’approche koselleckienne articulant expériences et régimes d’attente avec l’histoire des seules représentations religieuses si savamment reconstruite par Jean Delumeau, La peur en Occident (xive-xviiie siècles) : une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978, et Id., Une histoire du paradis, 3 tomes, Paris, Fayard, [1992] 2000.

34 François Hartog, « Régimes d’historicité », in S. Mesure et P. Savidan (éd.), Le dictionnaire des sciences humaines, Paris, puf, 2006, p. 980-982.

35 Ernst Troeltsch, « Die Krisis des Historismus », Die neue Rundschau, 1, 1922, p. 572-590 ; Id., Der Historismus und seine Probleme, t. 1 [le seul paru] : Das logische Problem der Geschichtsphilosophie, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1922 ; Friedrich Meinecke, Die Entstehung des Historismus, Munich/Berlin, R. Oldenbourg, 1936.

36 Johann Gottfried von Herder, Verstand und Erfahrung. Eine Metakritik zur Kritik der reinen Vernunft, Leipzig, J. F. Hartknoch, 1799, vol. 1, p. 120-121 : « En fait, chaque chose finie porte en elle la mesure de sa propre temporalité […]. Existe donc, dans l’univers, en même temps une infinité de temporalités. »

37 R. Koselleck, « Geschichte, Geschichten… », art. cit., p. 130-143, ici p. 132, repris dans Le futur passé…, op. cit., p. 121. Voir également Id., « Fortschritt », in R. Koselleck, O. Brunner et W. Conze (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett-Cotta, 1975, vol. 2, p. 390-393, sections I-III-VI.

38 Jacob Daniel Wegelin, « Sur la philosophie de l’histoire », Nouveaux Mémoires de l’Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres, Berlin, Decker, 1770, p. 361-414, en particulier p. 365.

39 R. Koselleck, « Geschichte, Geschichten… », art. cit., p. 141, repris dans Le futur passé, op. cit., p. 128.

40 Reinhart Koselleck, Preußen zwischen Reform und Revolution. Allgemeines Landrecht, Verwaltung und soziale Bewegung von 1791 bis 1848, Stuttgart, Klett, [1967] 1975.

41 R. Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit… », art. cit., p. 302 sq.

42 Niklas Luhmann, « Temporalisierung von Komplexität. Zur Semantik neuzeitlicher Zeitbegriffe », Gesellschaftsstruktur und Semantik. Studien zur Wissenssoziologie der modernen Gesellschaft, Francfort/Main, Suhrkamp, 1980, vol. 1, p. 235-300.

43 R. Koselleck a parfaitement vu ce point : « Darstellung, Ereignis und Struktur », art. cit., p. 148 sq., repris dans Le futur passé…, op. cit., p. 137.

44 - Car c’est via cette seconde dénomination que Koselleck s’est défendu de la critique formulée par Pocock contre l’hypothèse de la Sattelzeit pour l’ensemble de la modernité politique, voir Reinhart Koselleck, « A response to comments on the Geschichtliche Grundbegriffe », in H. Lehmann et M. Richter (éd.), The meaning of historical terms and concepts…, op. cit., p. 59-70, ici p. 69. Ce concept d’époque a été depuis mis en œuvre par Stefan Jordan, Geschichtstheorie in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts. Die Schwellenzeit zwischen Pragmatismus und Klassischem Historismus, Francfort/Main, Campus, 1999, et Stefan Jordan (éd.), Schwellenzeittexte. Quellen zur deutschsprachigen Geschichtstheorie in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts, Waltrop, Spenner, 1999.

45 Dans la lignée critique mais fidèle de Koselleck, voir les matériaux rassemblés par Rolf Reichardt, Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich (1680-1820), t. 1, Allgemeine Bibliographie. Einleitung, Munich, Oldenbourg, 1985.

46 Ferdinand Fellmann, Gelebte Philosophie in Deutschland. Denkformen der Lebensweltphänomenologie und der kritischen Theorie, Fribourg/Munich, Alber, 1983, p. 20 et suiv.

47 Johann Martin Chladenius, Allgemeine Geschichtswissenschaft, Leipzig, 1752 ; Johann Christoph Gatterer, « Abhandlung vom Standort und Gesichtspunct des Geschichtschreibers oder der teutsche Livius », Allgemeine historische Bibliothek, 5, 1768, p. 3-29.

48 R. Koselleck, « Historische Kriterien des neuzeitlichen Revolutionsbegriffs », art. cit., p. 63-80. Voir également Alain Rey, « Révolution ». Histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1989.

49 On oublie du reste souvent de préciser que – contre toute dialectisation téléologique – Friedrich von Schiller s’était empressé d’affirmer l’absence de toute justice compensatrice extra-mondaine : « Was man von der Minute ausgeschlagen / Gibt keine Ewigkeit zurück » (Ce qu’à cette minute on a refusé /aucune éternité ne le restitue).

50 À Heidelberg, prêtant main-forte à son ami Hanno Kesting, Koselleck a lui-même traduit, sans que cela soit mentionné lors de la publication, les quatre derniers chapitres ainsi que les notes du livre de Karl Löwith, Meaning in history : The theological implications of the philosophy of history, Chicago, The University of Chicago Press, 1949. Voir le témoignage de R. Koselleck, « Dankrede am 23. November 2004 », art. cit., p. 45.

51 Hans Blumenberg, La légitimité des temps modernes, Paris, Gallimard, [1988] 1999. Sur ces différents débats interprétatifs et idéologiques, voir Jean-Claude Monod, La querelle de la sécularisation. Théologie politique et philosophies de l’histoire de Hegel à Blumenberg, Paris, Vrin, 2002.

52 Reinhart Koselleck, « Über die Verfügbarkeit der Geschichte » [1977], Vergangene Zukunft, op. cit., p. 260-277, repris in Le futur passé, op. cit., p. 233-247.

53 On peut renvoyer par exemple aux nombreux travaux de Dirk van Laak, Weiße Elefanten : Anspruch und Scheitern technischer Großprojekte im 20. Jahrhundert, Stuttgart, DVA, 1999, et Id., Imperiale Infrastruktur : Deutsche Planungen für eine Erschließung Afrikas 1880 bis 1960, Paderborn, Schöningh, 2004.

54 Le réseau européen Europaeum. European Conceptual History a été fondé, à l’initiative de Henrik Stenius (Helsinki) et de Michael Freeden (Oxford) en novembre 2006 à Oxford. La parution d’une première série de cinq volumes thématiques comparatistes, couvrant l’ensemble de l’Europe, est prévue à partir de 2010. Présenté à Berlin le 11 octobre 2008, le texte prospectif inaugural de Willibald Steinmetz, « Are the steering principles of Geschichtliche Grundbegriffe a good model for a European conceptual history ? » paraîtra dans le volume 1 de la série.

55 Eric-B. Henriet, L’uchronie, Paris, Klincksieck, 2009.

56 Reinhart Koselleck, « Die Verzeitlichung der Utopie », in W. Vosskamp (éd.), Utopieforschung. Interdisziplinäre Studien zur neuzeitlichen Utopie, Stuttgart, Metzler, 1982, vol. 3, p. 1-14, repris in Zeitschichten, op. cit., p. 131-149, et Lucian Hölscher, « Utopie », in R. Koselleck, O. Brunner et W. Conze (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., Stuttgart, Klett-Cotta, 1997, vol. 6, p. 733-788, en particulier p. 768 sq.

57 Il est sans doute possible d’aller quelque peu au-delà de Koselleck en affirmant que, d’une certaine manière, tout le « régime d’attente chrétien » pourrait être interprété via le schème « figuriste » mis en évidence par Erich Auerbach dans ses recherches sur Dante et son étude séminale de 1938 : Erich Auerbach, Figura, Paris, Macula, [1938] 2003. La différence entre exégèse « typologique » (à partir de saint Paul, qui pointe dans le texte évangélique la récurrence de « types » vétéro-testamentaires) et exégèse « figuriste » de la Bible s’avère ici essentielle quant au régime d’attente induit. Comme l’indique Marc de Launay dans sa postface, « tandis que la conception du temps et de l’histoire sous-jacente à la typologie est d’ordre cyclique, celle que présuppose l’idée d’accomplissement (la figura) est d’ordre linéaire » (E. Auerbach, Figura, op. cit., p. 124). La figura est ainsi au type ce que le temps linéaire de l’accomplissement de la promesse est au temps cyclique de la répétition.

58 Armin Nassehi, « Keine Zeit für Utopien. Über das Verschwinden utopischer Gehalte aus modernen Zeitsemantiken » [1996], Differenzierungsfolgen. Beiträge zur Soziologie der Moderne, Opladen/Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 1999, p. 179-201, ainsi que mon essai d’inventaire : A. Escudier, « Le sentiment d’accélération… », art. cit.

59 Heinz Dieter Kittsteiner, Wir werden gelebt : Formprobleme der Moderne, Hambourg, Philo, 2006 ; Daniel Innerarity, Le futur et ses ennemis. De la confiscation de l’avenir à l’espérance politique, Paris, Flammarion, 2008.

60 Serge Latouche, Survivre au développement. De la décolonisation de l’imaginaire économique à la construction d’une société alternative, Paris, Mille et une nuits, 2004 ; Id., Petit traité de la décroissance sereine, Paris, Mille et une nuits, 2007.

61 Wolfgang Reinhard, « Was ist europäische politische Kultur ? Versuch zur Begründung einer politischen historischen Anthropologie », Geschichte und Gesellschaft, 27, 2001, p. 593-616 (trad. fr. : « Qu’est-ce que la culture politique européenne ? Fondement d’une anthropologie historique politique », « Culture politique et communication symbolique », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 2, 2008 : http://trivium.revues.org/index902.html), ainsi que Id., Geschichte der Staatsgewalt. Eine vergleichende Verfassungsgeschichte Europas von den Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, Beck, 1999.

62 Johann Friedrich Blumenbach, Über den Bildungstrieb und das Zeugungsgeschäft, Göttingen, Dieterich, 1781.

63 On se rappelle en outre le rôle crucial que joue la pensée de Blumenbach pour Kant lorsque ce dernier discute la possibilité de conjoindre l’approche mécaniste et l’approche téléologique du vivant. Dans un passage fameux de la troisième Critique (fin du § 81), le philosophe de Königsberg salue ainsi expressément l’apport de Blumenbach en matière d’épigenèse via sa catégorie téléologique de « Bildungstrieb ».

64 Christoph Meiners, Grundriß der Geschichte der Menschheit, Lemgo, Meyer, 1785 ; Id., Untersuchungen über die Verschiedenheiten der Menschennaturen in Asien und den Südländern, in den ostindischen und Südseeinseln ; nebst einer historischen Vergleichung der vormahligen und gegenwärtigen Bewohner dieser Continente und Eylande, Tübingen, Cotta, 1811-1815.

65 À la racine du conservatisme politique (comme l’a bien montré Karl Mannheim dans son habilitation de 1925), le romantisme politique a joué dans l’Empire romain-germanique défunt, puis dans une bonne partie de l’Europe, un rôle essentiel en politisant le common law anglais (Edmund Burke via Wilhelm August Rehberg, Friedrich von Gentz, etc.) dans le langage des « droits historiques » organiques opposés au jusnaturalisme français et à l’impérialisme napoléonien.

66 Dominique Guillo, Les figures de l’organisation. Sciences de la vie et sciences sociales au xixe siècle, Paris, puf, 2003.

67 Cette impossible rationalisation sans reste du politique constitue le cœur de l’analyse d’Ernst Cassirer, Le mythe de l’État, Paris, Gallimard, [1946] 1993.

68 Ce niveau « méso » pourrait encore être spécifié, dans ses parties, comme mixte de 1) « pratiques institutionnelles », 2) de « cultures politiques » et 3) de « cultures historiques » (lesquelles ne sont pas la « mémoire historique », mais la résultante de la dialectique proprement moderne existant entre « mémoires subjectives » et « histoire-science publicisée ».

69 Voir en particulier Barbars Stollberg-Rilinger (éd.), Was heißt Kulturgeschichte des Politischen ?, Berlin, Duncker & Humblot, 2005 ; Id., « La communication symbolique à l’époque prémoderne. Concepts, thèses, perspectives de recherche », in « Culture politique et communication symbolique », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 2, 2008 : http://trivium.revues.org/index1152.html, ainsi que Willibald Seinmetz (éd.), « Politik » : Situationen eines Wortgebrauchs im Europa der Neuzeit, Francfort/Main, Campus Verlag, 2007.

70 Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985 ; Krzysztof Pomian, L’Europe et ses nations, Paris, Gallimard, 1990 ; Claude Nicolet, La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, 2003.

71 Le réseau de recherche Europaeum va particulièrement s’attacher à dégager sur ce point similitudes et différences, et le cas de la Roumanie est à cet égard éloquent : le projet d’histoire des concepts politiques roumains mis en chantier, en 2009, par Victor Neumann (Université Ouest de Timişoara) et Armin Heinen (Université d’Aix-la-Chapelle), et financé par la Fondation Volkswagen, s’attache ainsi à la mise en évidence de ces interférences linguistiques multiethniques aux confins de plusieurs empires.

72 Friedrich Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, Munich, R. Oldenbourg, 1907.

73 Voir la synthèse de Wolfgang Reinhard, Geschichte der Staatsgewalt, op. cit., ainsi que Bertrand Badie et Pierre Birnbaum, Sociologie de l’État, Paris, Hachette, [1979] 1990 ; Gil Delannoi et Pierre-André Taguieff (éd.), Théories du nationalisme, Paris, Kimé, 1991 ; Gil Delannoi, Sociologie de la nation. Fondements théoriques et expériences historiques, Paris, Armand Colin, 1999 ; Antoine Roger, Les grandes théories du nationalisme, Paris, Armand Colin, 2001.

74 Le concept d’« Histoire » (Geschichte) fonctionne dans le Lexikon, à mon sens, comme le Grundbegriff de tous les « concepts fondamentaux » de la langue sociopolitique moderne des territoires germaniques (et le genre de la « philosophie de l’histoire » est implicitement posé comme sous-jacent à l’ensemble des idéologies politiques modernes – comme s’il constituait la matrice dynamique du régime d’attente – téléologique temporalisé – de toute la politique moderne).

75 Jean-Louis Halperin, Histoire des droits en Europe de 1750 à nos jours, Paris, Flammarion, [2003] 2006.

76 Voir par exemple la trilogie de Bertrand Badie, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995 ; Id., Un monde sans souveraineté. Les États entre ruse et responsabilité, Paris, Fayard, 1999 ; Id., L’impuissance de la puissance. Essai sur les incertitudes et les espoirs des nouvelles relations internationales, Paris, Fayard, 2004, ainsi que Catherine Colliot-Thélène, « La fin du monopole de la violence légitime ? », Revue d’études comparatives Est-Ouest/East-West Comparative Studies, 34-1, 2003, p. 5-31, et Jean-François Bayart, Le gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004.

77 Rappelons que si le titre n’avait déjà été pris par Max Horkheimer et Theodor Adorno pour leur célèbre étude, l’ouvrage de Koselleck aurait dû s’intituler : Die Dialektik der Aufklärung.

78 R. Koselleck, « Historische Kriterien… », art. cit., p. 67-86, ici p. 86, repris in Le futur passé…, op. cit., p. 77.

79 – Par « spécification », on entendra ici le passage du niveau primaire fondationnel à l’histoire concrète via un certain nombre de concepts intermédiaires – les concepts primaires recevant des extensions empiriques de rang successivement inférieur, de moins en moins formel, voir I. Kant, Critique de la faculté de juger, op. cit., p. 104-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Escudier, « « Temporalisation » et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck »Revue germanique internationale, 25 | 2017, 37-67.

Référence électronique

Alexandre Escudier, « « Temporalisation » et modernité politique : penser avec Reinhart Koselleck »Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1653

Haut de page

Auteur

Alexandre Escudier

Alexandre Escudier est chercheur au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), FNSP, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search