Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Guerre et paix. Crise de la moder...

Guerre et paix. Crise de la modernité et critique historique dans l’œuvre de Reinhart Koselleck

Gennaro Imbriano
p. 79-93

Résumés

Dans sa thèse de doctorat Kritik und krise Reinhart Koselleck thématise l’origine de « l’opinion publique » en remontant au conflit qui oppose l’État et la société civile. Il montre ainsi comment la lutte des Lumières contre l’État conduit à élargir la critique morale de la conscience individuelle vers la sphère publique. L’opinion publique assume ainsi un rôle politique, devenant une arme pour la critique éclairée. La situation de « globalisation » du monde après la seconde guerre mondiale est marquée, aux yeux de Koselleck, par un état de crise permanent qui proviendrait de ce conflit entre critique morale et Etat, c’est-à-dire du dualisme inhérent à la critique menée par les Lumières. Notre propos vise ici concevoir la critique historique comme un possible instrument permettant de limiter la critique idéologique et de neutraliser ainsi l’état permanent de crise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Reinhart Koselleck, Kritik und Krise. Eine Untersuchung der politischen Funktion des dualistischen (...)

1Reinhart Koselleck s’est mesuré de nombreuses fois, au cours de sa vie intellectuelle, au thème de l’hostilité politique et du conflit, voyant dans l’état de guerre la condition génétique du monde moderne. Dès sa thèse de doctorat, Kritik und Krise, il développe l’idée selon laquelle la condition de l’histoire planétaire serait précisément dérivée, suite à la seconde guerre mondiale, de la crise originelle de la société bourgeoise, c’est-à-dire du dualisme inhérent à la critique des Lumières et des formes politiques qui en découlent1.

2À partir de ces prémisses Koselleck en conclut que la tâche fondamentale de la critique historiographique était celle d’établir les conditions qui permettront de limiter la guerre et de produire la paix. Si la crise structurelle de la modernité européenne est le résultat auquel parvient l’analyse de Koselleck, la critique historiographique – et la polémique contre la philosophie de l’histoire utopique et la neutralisation de ses concepts – en constitue le remède, qu’il entend proposer au niveau pronostique pour favoriser de nouvelles conditions de paix. La visée de cet article est de voir, d’un côté, comme l’interprétation koselleckienne conçoit la modernité comme un état de crise permanente et, de l’autre, la façon dont la critique historique est conçue par l’auteur comme une possible contribution pour en limiter les conséquences.

« Critique » et « crise »

  • 2 Koselleck, Le règne de la critique, op. cit., p. 83 et suiv.

3Dans sa brillante œuvre de jeunesse, Kritik und Krise, la connexion sémantico-systématique entre les concepts de « critique » et de « crise » est déclinée par Koselleck dans les termes d’une relation historique entre la critique des lumières et la crise révolutionnaire. La première, vue comme une attaque polémique intellectuelle de la raison d’État née des cendres des guerres de religion, prépare historiquement l’affirmation objective de la crise, c’est-à-dire la Révolution française. Les philosophes des Lumières interprètent le monde selon un schéma dualiste – d’un côté le bien, la vérité, le juste, c’est-à-dire le « devant être » à instaurer, de l’autre le status quo, c’est-à-dire l’existant à liquider – et, mettant du côté négatif l’État et le souverain, finissent par condamner la politique comme moyen de limiter la morale2.

  • 3 Ibid., p. 101.
  • 4 Ibid., p. 107.

4Née d’une perspective apparemment apolitique et désintéressée, c’est-à-dire universelle, la critique vise en fait, comme le montre Koselleck, à la déstructuration de l’État au nom de l’intérêt partisan de la nouvelle classe bourgeoise, opportunément investie d’un prétendu universalisme moral et apolitique. La dialectique de la critique se développe donc dans l’hypocrisie : « les positions dualistes ne servaient plus qu’à mettre le souverain dans son tort […]. Ce n’est plus le roi, mais le critique qui est le véritable usurpateur. Que cette usurpation soit dans son droit, là est l’illusion »3. La critique morale prépare ainsi la crise politique, mais de telle sorte qu’elle masque cette crise en la désignant comme le corollaire politique de la critique4.

  • 5 Ibid., p. 110 et suiv.
  • 6 Ibid., p. 116.
  • 7 Exception faite pour ses représentants les plus brillants, Diderot et Rousseau, cf. ibid., p. 132 e (...)
  • 8 Ibid., p. 132-133. Sur ce thème, voir aussi Reinhart Koselleck, Historische Kriterien des neuzeitli (...)

5Construite sous le signe du progrès, qui garantit la légitimité et la victoire finale d’une morale abstraite contre un despotisme tout aussi vague et abstrait, la philosophie de l’histoire contribuerait à ce processus5. Plus la crise était latente, plus la critique devenait acérée et d’autant plus politique : « le pronostic politique de la révolution et sa dissimulation par la philosophie de l’histoire sont deux aspects du même phénomène : la crise »6. Cette reconstruction se dessine sur fond d’une polémique politique contre la critique des Lumières, coupable selon Koselleck de ne pas penser de façon appropriée la « crise », tant elle est occupée à planifier la « révolution ». Ainsi, pour Koselleck, ce n’est pas un hasard si la critique a évacué le problème de la « crise »7, puisque la guerre civile européenne est sans cesse nommée de manière différente, c’est-à-dire par le terme de « révolution », qui indique davantage un processus progressif et linéaire, contrairement à ceux de « crise » ou de « guerre civile » qui sont des termes évoquant des scénarii moins édifiants8.

  • 9 Reinhart Koselleck, Le règne de la critique, op. cit., p. 134.
  • 10 Ibid., p. 7.

6Il n’est donc guère surprenant que la critique des Lumières ne conceptualise pas le point central de la crise : dans la vision progressiste du futur, dans la victoire palingénésique de la morale sur le despotisme, il n’y a pas de place pour une doctrine achevée de la crise. En tant qu’« annonciateurs du progrès », les philosophes des Lumières « ne pouvaient sentir le phénomène de la crise comme tel », précisément parce que « toute crise échappe à la planification, au contrôle rationnel qui est porté par la foi dans le progrès »9. Selon Koselleck, la crise révolutionnaire est bien une nouvelle proposition, sous les traits d’une utopie sécularisée, de la guerre civile elle-même, tandis que la crise mondiale, qui se présente à travers le conflit entre Occident et Russie au tournant des années cinquante, ne serait rien d’autre que la dilatation à l’échelle mondiale de la crise européenne, c’est-à-dire de sa guerre civile originelle10.

Crise et philosophie de l’histoire

  • 11 Reinhart Koselleck, « Krise », in : Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschicht (...)
  • 12 Ibid., p. 626.
  • 13 Ibid.

7Quand il écrira, trente ans plus tard, l’histoire conceptuelle de la « crise », Koselleck reverra partiellement la thèse selon laquelle les philosophes de l’histoire n’utilisent pas le concept de « crise ». S’il est vrai qu’à l’époque pré-moderne le terme puise son sens dans la sphère juridico-politique (la crise étant alors pensée comme l’état d’exception dans le gouvernement de la chose publique), théologique (la krisis coïncidant, dans la tradition chrétienne, avec le Jugement dernier) et médical (la crise comme l’état final d’une maladie)11, Koselleck relève qu’à partir de la seconde moitié du xviiie siècle on peut observer l’application de ce concept au domaine de la philosophie de l’histoire12. La genèse de cette extension est complexe : d’un côté, « l’interprétation métaphorique de la maladie » appliquée non plus seulement au niveau politique mais au cours de l’histoire y contribua assurément, mais surtout le retour d’une « nuance religieuse » dans l’usage du terme, qu’il faut toutefois entendre « en un sens qui est déjà post-théologique, c’est-à-dire interne à la philosophie de l’histoire » qui, exploitant « la capacité d’association du jugement dernier et de l’apocalypse », interprète l’histoire comme crise cosmique, signalant clairement « l’origine théologique de la nouvelle formation du concept »13.

  • 14 Ibid., p. 628.
  • 15 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation (1762), in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1959 (...)
  • 16 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 628.
  • 17 Denis Diderot, Lettre à la princesse Daškov, 3 avril 1771, in Œuvres complètes, 20 vol., Paris, Gar (...)
  • 18 Denis Diderot, Essai sur les règnes de Claude et de Néron (1778), in Œuvres complètes, op. cit., vo (...)
  • 19 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 629.

8C’est Rousseau qui, pour la première fois, utilise ce concept « dans un sens moderne, c’est-à-dire comme concept servant à offrir un pronostic sur le futur dans le cadre d’une philosophie de l’histoire »14. Prévoyant déjà, dans un futur proche, l’inévitabilité d’une époque de crise (« nous approchons de l’état de crise et du siècle des révolutions »15), Rousseau transpose ainsi « un concept eschatologique dans le cadre de la philosophie de l’histoire »16. Diderot, de façon similaire, écrit que « nous touchons à une crise qui aboutira à l’esclavage ou à la liberté »17, même s’il continue à utiliser la métaphore médicale, lorsqu’il décrit Paris en 1778, parlant alors d’un « malaise semblable à celui qui précède la crise dans la maladie »18. De ces premiers éléments, il est clair que « dans l’usage du mot étaient contenues et dosées de façon proportionnée et chaque fois différente toutes les fonctions auxquelles nous avons auparavant fait référence : la fonction historico-critique [historisch-urteilende], juridique [richtende], médicale et diagnostique, ainsi que la fonction théologique »19 : chaque utilisation du mot reprise par la philosophie de l’histoire n’est pas déterminable sur la base d’une univoque déviation sémantique (théologique, juridique ou médicale).

  • 20 Ibid., p. 626.
  • 21 Ibid., p. 630. Paine décrit la révolution américaine comme « la plus grande et complète révolution (...)
  • 22 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 630.
  • 23 Ibid., p. 631. Edmund Burke, Reflections on the Revolution in France (1790), Londres, Dent, 1950, p (...)
  • 24 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 631.

9C’est précisément la prévalence de telle ou telle nuance sémantique dans l’usage du terme qui marque son appartenance politique. La notion de « crise » est en effet un concept politique ambivalent, utilisé – avec différents tons et nuances – par toutes les sensibilités politiques : « l’utilisation du mot ne signale pas l’appartenance à un camp politique : le concept de crise restait un terme ambivalent »20. Un exemple de cette ambivalence peut être trouvé dans la comparaison entre l’usage qu’en font Thomas Paine et Edmund Burke. Pour le premier, le sens du mot « crise » renvoie au concept moderne de « révolution » : la crise américaine est la révolution américaine, que Paine défend, en bon progressiste et révolutionnaire, la crise étant alors – exactement comme la Révolution française – vue comme une bataille morale décisive entre vertu et dépravation, démocratie et despotisme, de sorte que « le concept politique de crise est élevé au rang d’un concept propre à une philosophie de l’histoire grâce à un enrichissement théologique qui récupère la notion de jugement universel »21. Le même concept est utilisé par Burke, avec la référence à la métaphore médicale, pour décrire la Révolution française comme guerre civile européenne. La distance, bien que masquée par l’utilisation du même terme, ne pourrait être plus grande : alors que Paine utilise l’expression en termes évocateurs, exploitant les suggestions provenant de la signification théologique du terme et insistant sur le caractère d’alternative décisive entre le bien et le mal, entre le salut et la damnation, le conservateur Burke utilise le même mot, en référence à la métaphore médicale du corps et de la maladie, « pour décrire de façon analytique ce que Paine avait seulement évoqué »22, utilisant ainsi le concept comme « catégorie de la connaissance historique »23. Paine et Burke utilisèrent donc le concept, mais dans une perspective différente. Ils « faisaient références aux fonctions de diagnostic et pronostic du terme, mais divergeraient radicalement tant par rapport au contenu qu’en ce qui concerne son horizon d’attente. Tous deux utilisèrent la nouvelle qualité sémantique de “crise”, pour interpréter ou, mieux encore, pour proposer des alternatives historico-universelles […] Ainsi le mot se transforma en un concept polémique [Kampfbegriff] pouvant être utilisé par chacune des parties l’une contre l’autre »24.

Politisation et temporalisation

  • 25 Reinhart Koselleck, Die Geschichte der Begriffe und Begriffe der Geschichte (2003), in Begriffsgesc (...)
  • 26 Reinhart Koselleck, Einleitung, in : Brunner, Conze, Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, (...)
  • 27 Koselleck, Die Geschichte der Begriffe, op. cit., p. 69.

10Dans la philosophie de l’histoire le concept de « crise » est utilisé, comme nous l’avons vu, surtout pour faire référence à des attentes ou pour formuler des pronostics sur de futurs événements. Dans le cadre de la philosophie de l’histoire, la vraie crise est celle qui n’est pas encore advenue et l’utilisation emphatique du concept sert à orienter la pratique en direction de cet événement décisif. Non seulement le mot peut ainsi être utilisé comme « concept pour enregistrer une expérience » [Erfahrungsregistraturbegriff], mais également comme « concept fondateur de l’expérience » [Erfahrungsstiftungsbegriff] ou même comme « concept d’attente » [Erwartungsbegriff] visant à orienter l’action future25. On voit là à l’œuvre l’un des quatre principes qui, aux dires de Koselleck, régissent le processus de transformation immanent au langage de la période de la « Sattelzeit », c’est-à-dire la « temporalisation [Verzeitlichung] des concepts » par le biais de l’affirmation de « concepts de mouvement » [Bewegungsbegriffe] orientés vers le futur26. Comme le souligne Koselleck, il est possible d’établir « une règle sémantique de compensation » : « plus les contenus d’expérience sont réduits, plus les attentes sont grandes »27. Bien que Koselleck signale comme appartenant typiquement à cette catégorie les concepts en – ismus, il est possible d’établir une telle règle de compensation même face à l’évocation millénariste de la crise présente dans la philosophie de l’histoire.

11Le concept est ainsi doté d’une profondeur temporelle dans laquelle il est possible de distinguer au moins deux niveaux : comme catégorie d’expérience se référant à une nouvelle époque, c’est-à-dire au présent en formation, la « crise » est alors un concept doté d’une dimension éminemment temporelle, lié à la perception d’un temps dynamique en transformation. Dans cet usage dynamique et temporel du concept on ne voit pas encore à l’œuvre le processus de temporalisation, parce que le mot reste ancré dans l’expérience du présent. Dans la philosophie de l’histoire, cette dimension temporelle permet au contraire au concept de mouvement d’abandonner son niveau descriptif pour s’orienter vers le futur. Si, dans le premier cas, le présent est déjà orienté vers le futur, c’est-à-dire saisi comme un temps dynamique en devenir, dans le second, tout résidu lié à l’expérience est liquidé et c’est le futur qui est projeté dans le présent, c’est-à-dire vaut désormais comme horizon régulateur de la pratique.

  • 28 Reinhart Koselleck, Einleitung, op. cit., p. XVI-XVIII.

12Selon Koselleck le concept moderne subit, outre à la « temporalisation » dont nous venons de parler, un triple processus de « démocratisation », correspondant à la désintégration de la société organisée en milieux et à l’affirmation des Lumières au niveau politique, d’ « idéologisation » [Ideologisierbarkeit], ce pourquoi il est utilisé de façon instrumentale « en fonction de la classe d’appartenance ou à l’intérêt du locuteur », et, enfin, de « politisation », visant à un usage et une mobilisation sociale plus large28.

  • 29 Sur les concepts de « sémantique », « sémasiologie » et « onomasiologie » cf. Reinhart Koselleck, E (...)

13Nous reviendrons sur le premier point, c’est-à-dire sur la double profondeur temporelle du concept, élément lourd de conséquences tant pour la question du lien entre crise et accélération que pour l’usage du concept dans le cadre d’une théorie de l’histoire. Ce qui nous importe de souligner ici est en revanche le deuxième aspect, c’est-à-dire le lien entre la « crise » et le « politique ». L’analyse historico-conceptuelle ne peut se limiter à une opération de sémasiologie, c’est-à-dire à l’étude de la succession des significations d’un mot. Qu’il n’existe pas une correspondance nécessaire entre un modèle sémantique et un parti politique défini signifie en effet que le processus de « politisation » du terme « crise » n’est pas simplement déductible à partir du seul plan sémasiologique. D’où la nécessité d’adjoindre à la sémasiologie l’onomasiologie, qui prend en considération la façon dont un état de fait est différemment nommé par le biais de différents concepts : non seulement la signification d’un concept change au cours du temps, mais un état de fait donné peut également être nommé par des concepts différents29. C’est justement cette perspective onomasiologique qui est en mesure d’enrichir politiquement l’analyse sémantique du concept de « crise », c’est-à-dire de rendre évident le lien entre son usage et sa portée « politique ».

14Ce lien a été clairement mis en évidence dans l’analyse des cas de Burke et Paine. Imaginons un triangle conceptuel constitué par les termes de « crise », « révolution » et « guerre civile ». Posons notre concept comme sommet mobile du triangle, les deux autres termes constituant ses sommets fixes, de sorte que le terme de « crise » puisse être un terme mobile pouvant glisser vers ces points. Comprise dans le sens de « révolution », la « crise » est la phase négative d’un processus dialectique visant au progrès, sa manifestation étant comprise comme un moment nécessaire d’un processus progressif. La crise révolutionnaire peut toutefois être considérée d’un point de vue différent, c’est-à-dire comme un événement destructif et dégénératif de l’ordre social. Dans ce cas, elle est plus généralement comprise comme « guerre civile », terme qui en souligne le côté conflictuel sans qu’il soit pour autant intégré dans un processus téléologique. Définir les événements de 1789 comme « révolution » ou « guerre civile » permet ainsi de mesurer la distance idéologique entre les parties et établit la possibilité d’un double usage du concept de crise dans le domaine politique.

La critique du temps

  • 30 Koselleck, Le règne de la critique, op. cit., p. 154-56.

15Pour le jeune Koselleck, la catégorie de « crise » est tout d’abord une catégorie gnoséologique. Alors que la critique des Lumières ne conceptualise pas la « crise », se crée un vide au niveau de la connaissance, c’est-à-dire de l’ « historicité » et de l’analyse ponctuelle des phénomènes et l’avancée de l’utopie sécularisée30. Pour reprendre la métaphore du triangle, sur la possibilité du glissement mobile de « crise » vers un des autres sommets du triangle conceptuel se greffe aussi sa possible utilisation scientifique : dans la conception de la crise politique comme conflit pur, privée de toute orientation dialectique, c’est-à-dire comme « guerre civile », est à l’œuvre une catégorie appropriée de la connaissance historique, alors qu’au contraire dans le refoulement du caractère éminemment situé du conflit et dans son interprétation comme « révolution » progressive est à l’œuvre, dans la meilleure hypothèse, sa compréhension erronée, voire même son usage utopique et idéologique, c’est-à-dire non scientifique.

  • 31 On peut trouver une reconstruction minutieuse de la position de Koselleck sur les Lumières, accompa (...)
  • 32 Reinhart Koselleck, « Standortbildung und Zeitlichkeit. Ein Beitrag zur historiographischen Erschli (...)
  • 33 Cf. Jürgen Habermas, « Verrufener Fortschritt – Verkanntes Jahrhundert. Zur Kritik an der Geschicht (...)
  • 34 On trouve une reconstruction intéressante des structures argumentatives typiques des théories conse (...)
  • 35 Habermas affirmera ironiquement, dans son compte-rendu de Kritik und Krise, qu’il faut savoir gré à (...)
  • 36 Parmi les enquêtes les plus récentes sur la relation entre Schmitt et Koselleck, voir Gennaro Imbri (...)

16C’est ce caractère prétendument descriptif (et non idéologique) du concept de « guerre civile » qui, selon nous, reste problématique. En faisant ce choix, Koselleck prend en un sens le parti de Burke, c’est-à-dire celui d’une des parties impliquées dans le conflit. Avec pour postulat que le milieu conservateur est convenable, alors que les Lumières seraient obnubilées par l’utopie31. Comme il le soutient, le fait d’adopter un certain point de vue ne compromet pas en soi l’objectivité de la narration32. Ce qui est mis ici en évidence c’est le caractère situé de l’horizon de Koselleck : la récupération des catégories de « crise » et de « guerre civile » et leur élévation au rang de catégories historiques ne sont pas des opérations neutres, comme Koselleck voudrait nous le faire croire, puisqu’elles dérivent elles-mêmes de la veine « idéologique » de Kritik und Krise, c’est-à-dire de sa polémique anti-Lumières33. Alors même qu’il fait de la « guerre civile » une catégorie historique, il finit par choisir l’un des deux camps, utilisant de façon instrumentale le terme de crise alors qu’il en revendique l’absolue scientificité34. La notion de « crise » finit ainsi par se transformer en un indicateur du mouvement historique, c’est-à-dire de la polémique idéologique de l’après-guerre, la position de Koselleck renvoyant à celle de Carl Schmitt35, dont l’influence est patente, notamment dans Kritik und Krise36.

« Concepts historiques » et « catégories scientifiques »

17Dit en ces termes, il semblerait que le concept de « crise » reste pour Koselleck une catégorie appropriée pour la connaissance historique une fois délivrée de son caractère utopique, à savoir non plus tournée vers le futur et restreinte à une dimension analytique et descriptive. Il semblerait presque que la proposition théorique de Koselleck consiste en une mise à l’écart de la prévision, c’est-à-dire de la fonctionnalisation de l’histoire au service du futur, typique de la philosophie de l’histoire, c’est-à-dire en une sorte de rejet de ce processus de temporalisation des concepts duquel nous avons parlé auparavant, par le biais duquel ils ne sont plus des catégories analytiques de l’expérience mais deviennent des facteurs de mouvement historique. Ceci est sans doute vrai, mais les choses sont plus complexes.

  • 37 Reinhart Koselleck, Darstellung, Ereignis und Struktur (1973), in Vergangene Zukunft, op. cit., p.  (...)
  • 38 Ibid., p. 140-41.

18Comme les concepts historiques fondamentaux, les concepts de la connaissance historique possèdent une pluri-dimensionnalité temporelle, que Koselleck n’entend pas nier. Tout au contraire : c’est précisément dans leur capacité de pronostic que réside leur valence théorique. Vus comme des instruments glissant le long de l’arc temporel, les concepts sont un ensemble de stratifications sémantiques sur lesquelles se condensent de nombreux niveaux de significations, qui souvent se superposent et se mélangent les uns aux autres37. Un concept recueille ainsi en soi des significations historiquement sédimentées, toutes simultanément présentes, différents niveaux sémantiques, « contemporains dans le non-contemporain qui ne se laissent pas réduire à la simple succession du temps de l’histoire », raison pour laquelle ils peuvent également avoir une valeur pronostique38, si tant est que le pronostic est ici lié au calcul et non à l’utopie, c’est-à-dire à une analyse qui tienne compte des structures sur le long terme du processus historique.

  • 39 Reinhart Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshorizont – zwei historische Kategorien » (1976), (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

19Cette différentiation est importante précisément parce qu’elle permet, du point de vue de Koselleck, d’opérer une distinction théorique fondamentale qui est relative à la pluralité des fonctions du langage : celle entre les « concepts liés à des sources » et les « catégories scientifiques de la connaissance »39. Comme il le souligne, « il est impératif de distinguer » ces deux types d’éléments linguistiques, lesquels « peuvent avoir un rapport les uns aux autres mais pas nécessairement »40, d’autant qu’ils « sont fréquemment recouverts par le même terme ; il est alors d’autant plus important de différencier leur emploi »41.

20D’un côté, nous avons les concepts du langage politique qui servent de source à l’histoire conceptuelle. Leur analyse permet de découvrir différents niveaux de temporalité et de reconstruire, en en suivant les développements, les différents mondes historiques, en particulier le monde moderne. De l’autre côté, nous avons les catégories gnoséologiques, distinctes des concepts historiquement établis, en tant que catégories formelles, utilisées pour définir les conditions d’histoires possibles et pour lesquelles il n’est pas nécessaire de retracer (comme pour les concepts) les usages historiques.

  • 42 Koselleck, Représentation, événement et structure, op. cit., p. 142.

21Cette distinction relève de l’horizon temporel inscrit dans le mot : il s’agit du fait que les concepts perdent, dans leur usage épistémologique, leur temporalisation, acquérant alors le profil de catégories descriptives, mais qui peuvent tout aussi bien renvoyer à différents niveaux de durée, des structures de longues durées ou des événements. C’est cette pluri-dimensionnalité temporelle qui les dote d’une capacité de pronostic, permettant à la science historique de fonder sur la prévision (et non plus sur la prophétie) sa propre projection dans le futur : le renoncement à la temporalisation, en d’autres termes, n’implique pas que « le futur va se soustraire à toute application des enseignements de l’histoire »42. Toutefois, ce dernier maintenant n’est plus seulement évoqué mais bien pronostiqué :

  • 43 Ibid., p. 143.

L’historiographie renvoie aux conditions d’un futur possible, qui ne sont pas la simple somme des événements isolés. Mais dans les événements qu’elle analyse se dessinent des structures qui conditionnent et limitent à la fois le libre champ d’action du futur. Ainsi l’historiographie montre-t-elle les limites d’une possible altérité de notre futur sans pour autant être à même de renoncer aux conditions structurelles d’une répétition possible. En d’autres termes, la critique à l’égard de l’auto-garantie volontariste des planificateurs d’un futur utopique ne peut se justifier que lorsque l’histoire comme magistra vitae tire ses enseignements non seulement des histoires mais tout autant des « structures de mouvement » de notre histoire.43

De l’histoire des concepts à la théorie de l’histoire

  • 44 Reinhart Koselleck, « Champ d’expérience et horizon d’attente », op. cit., p. 308.

22« La mesure et l’analyse de la différence et de la convergence » entre « concepts » et « catégories » relevant de sa compétence, « l’histoire des concepts, pour spécifiques que soient ses méthodes, indépendamment de sa richesse empirique, constitue ainsi une sorte de propédeutique à une théorie de l’histoire », c’est-à-dire à la dérivation de catégories de la connaissance à partir de concepts historiques44. C’est le cas du concept de « crise » : si, dans le langage moderne de la philosophie de l’histoire, est « temporalisé », ce qui met en évidence la dérivation théologique du terme, le concept est « détemporalisé » dans la théorie de l’histoire, désignant d’un côté l’accélération du monde moderne et, de l’autre, les conditions de possibilités structurelles, c’est-à-dire les structures répétitives de l’histoire – le conflit constitutif pour la vie et pour la mort.

  • 45 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 637.
  • 46 Reinhart Koselleck, Krise als geschichtlicher Begriff, in Nachlass Koselleck/Geschichtliche Grundbe (...)
  • 47 Ibid., p. 2.
  • 48 Ibid., p. 18. Sur les possibilités d’un usage du concept de « crise » à l’intérieur de la science h (...)

23Koselleck observe en outre, parallèlement à l’usage philosophico-historique qui dominerait d’une certaine façon encore le langage moderne, qu’émergent, surtout au xixe siècle, des « tentatives pour utiliser le terme “crise” de façon univoque dans des contextes opportunément définis d’un point de vue historique et théorique », à savoir comme « concept de la théorie de l’histoire [geschichtstheoretischer Begriff] »45, c’est-à-dire comme « concept historique [geschichtlicher Begriff] »46, desquels il ressort que ce concept est « utilisable comme un terme technique riche de sens à l’intérieur de la science politique et historique »47. Dans ces cas il possède une plus grande « prétention de connaissance », puisqu’il est délié de la temporalisation et donc utilisé avec « prudence », c’est-à-dire avec une série de « précautions » qui se limitent à la formulation d’hypothèse, limitation qui augmente la valeur cognitive de l’expression48.

  • 49 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 638. Cf. Lorenz von Stein, Geschichte der sozialen Bewegung (...)
  • 50 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 639. Cf. Johann Gustav Droysen, Zur Charakteristik der euro (...)
  • 51 Reinhart Koselleck, Krise als geschichtlicher Begriff, op. cit., p. 18.
  • 52 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 639-40. Cf. Jacob Burckhardt, Weltgeschichtliche Betrachtun (...)
  • 53 Reinhart Koselleck, Einige Fragen an die Begriffsgeschichte von » Krise « (1985), in Begriffsgeschi (...)

24Il est ainsi possible de trouver des exemples d’un usage rigoureusement historique du mot chez Lorenz von Stein, qui offre un diagnostic précis de la crise de 1848 en l’attribuant au passage à la société industrielle49 ; chez Droysen, qui utilise le concept dans une théorie du développement historique pour décrire la « crise européenne » qui se déploie dans les années 1850, marquant « le passage d’une époque du monde à une époque complètement nouvelle »50 ; chez Burckhardt, qui, soulignant comment les crises se rapportent à la fois à des « chaînes d’évènements sur le court terme » et à des « transformations sociales de plus long terme »51, montre que « la crise est précisément une possibilité permanente [Dauermöglichkeit] du temps historique »52 ; et, enfin, chez Marx, qui, oscillant entre l’attente que « la crise ultime du capitalisme porte à la liberté de la domination et à l’élimination des différences de classe » et une tendance opposée, sur la base de laquelle « il ne se sentait pas en mesure d’interpréter les crises du capitalisme de sorte que nécessairement le système doive exploser au lieu de se conserver », en fin de compte demeure sur « une position en quelque sorte médiane »53.

  • 54 Ibid. Cf. Karl Marx, Friedrich Engels, Manifest der Kommunistischen Partei (1848), in Karl Marx, Fr (...)

25Si dans le premier cas la « présumée bataille ultime entre le prolétariat et la bourgeoisie » avait lieu « sans aucun doute sous la forme d’un jugement dernier », descendant de présupposés « de nature théologique », dans le deuxième cas Marx « travaillait avec un concept de crise immanente au système, mettant en relief la structure itérative des crises économiques »54. La façon dont Koselleck reconstruit l’argumentation de Marx et distingue, en son sein, le noyau dur rationnel – la discernant dans la capacité proprement diagnostique de l’enquête scientifique marxienne – de la coquille mystique – que Koselleck prétend discerner dans le présumé reste théologique de l’argumentation politique et philosophico-historique marxienne – montre que la distinction entre concepts philosophico-historique et catégories de la connaissance repose, selon son jugement, dans le fait que le terme soit pris dans une perspective temporalisée ou non.

De la crise à la critique

26C’est ainsi que Koselleck parvient à reconfigurer le rapport entre « critique » et « crise » : si la critique des Lumières produit la crise, la crise peut à son tour orienter l’exercice de la critique afin de revoir à la baisse les prétentions utopiques de la philosophie de l’histoire. À la spirale de la dialectique « critique – crise » Koselleck voudrait opposer la critique de la crise. Si la critique a produit la crise, il s’agira alors de comprendre conceptuellement cette dialectique et d’en découvrir l’origine refoulée. Si le mouvement des Lumières procède de la critique à la crise, il s’agira d’en renverser – en la dévoilant – la logique. De la crise et de sa persistance, il s’agira de montrer, en ultime analyse, son appartenance originelle à la modernité et, au bout du compte, à l’histoire même, d’où la nécessité d’abandonner les prévisions utopiques propres à la philosophie de l’histoire et d’y substituer la recherche d’instruments politiques de gouvernement de la crise.

  • 55 Ivan Nagel, Der Kritiker der Krise. Zum 50. Jahrestag von Reinhart Kosellecks Promotion – Rede beim (...)

27Pour reprendre une expression heureuse d’Ivan Nagel, Koselleck fut un « critique de la crise »55, c’est-à-dire, un analyste de sa genèse, dont la critique vise à trouver des dispositifs qui permettent de la gouverner et de la dépasser. Le langage de l’historiographie se présente donc comme un langage de la critique, non pas au sens de la critique des Lumières, mais au sens d’une critique du langage, comme on la trouve à travers son projet d’histoire conceptuelle. Définissant des conditions de possibilité, les catégories décrivent ainsi des structures, racontent des événements sur la base de diagnostics et de pronostics, s’opposant consciemment aux concepts philosophico-historiques, victimes de leur héritage théologique.

  • 56 Voir une des dernières interviews donnée par Koselleck quelques mois avant de mourir, en novembre 2 (...)
  • 57 Sur l’anthropologie et la méthodologie de l’historiographie de Koselleck, voir Alexandre Escudier, (...)

28Le monde historique serait ainsi traversé dans son unité par des processus de crise, conviction profonde que Koselleck ne remettra jamais en cause56. Le thème de la scission et du dualisme, au centre de son travail de doctorat, réapparaît de manière constante dans toutes ses recherches ultérieures, jusqu’à en faire une donnée anthropologique indépassable57. Koselleck part ainsi de la reconnaissance du statut contradictoire et conflictuel de l’histoire, l’absence radicale d’un ordre, l’excédant structurel du chaos et du dynamisme, de l’hostilité, comme trait éminent des rapports historiques, de la précarité de tout équilibre, du rien ontologique qui fonde toute histoire possible : autant de conditions structurelles grâce auxquelles il s’attache à saisir la condition historique. Le réalisme de Koselleck s’appuie ainsi sur une polémique contre toute tentative visant à édulcorer cette condition première, que l’utopie (sous ses diverses formes), la foi religieuse et la philosophie de l’histoire alimenteraient de différentes façons, empêchant toute réelle solution politique en vue de la paix. À travers cette pensée de la crise, Koselleck s’inscrit ainsi dans la continuité de la grande tradition du rationalisme politique moderne qu’il entend revivifier et ce, contre la tradition des Lumières qui représenterait à ses yeux un incroyable retour en arrière, voire une réhabilitation de la pensée théologique.

29Ce faisant Koselleck veut parvenir à une pensée radicalement matérialiste, s’il est possible utiliser cette expression : une pensée qui parte des conflits politico-sociaux, qui saisisse le présent comme le fruit d’une lutte jamais complètement résolue, qui découvre les équilibres donnés à la lumière des pré-conditions contradictoires qui les ont produits, qui comprenne que ces équilibres ne sont que seconds face au conflit, à l’exception et à la crise, anthropologiquement inhérents à l’existence humaine. Si la modernité en est un cas particulier, cela n’empêche pas, comme le fait Koselleck, d’en interroger les structures et connexions, les articulations et fractures.

30Face à la conscience désenchantée dont il entend se faire le porte-parole, il ne reste donc plus de place pour des possibilités de salut, encore moins pour des tentatives volontaristes : il est au contraire désormais nécessaire de rechercher des instruments rationnellement utiles pour œuvrer pour la paix, si on l’entend comme limitation de la guerre, c’est-à-dire mettre en œuvre une critique pratique afin de réguler politiquement la crise. Les efforts de Koselleck restent bien en ce sens soutenus par une attitude rationaliste et d’une certaine façon héritière des Lumières.

  • 58 Schmitt à Koselleck, 21.06.1959, in Reinhart Koselleck, Carl Schmitt, Briefwechsel (1953-1980), in (...)
  • 59 Hermann Lübbe est revenu sur ces éléments de l’historiographie koselleckienne, observant que le noy (...)

31C’est ce qui expliquerait que Schmitt parle, à propos de Koselleck, de « Lumières potentialisées à un degré ultérieur »58 : ce sont là des mots qui sonnent justes. Ces « Lumières d’un degré supérieur » s’appliqueraient à une critique des Lumières, selon Koselleck jamais réellement parvenues à maturité, ne s’étant pas libérées des présupposés théologiques qui en polluent la rationalité59. La critique peut ainsi apparaître comme le moment conclusif et nécessaire d’une pensée radicale de la crise : c’est seulement en prenant au sérieux l’aspect constitutif et non exceptionnel de cette dernière qu’il serait possible d’échapper aux simplifications de la philosophie progressiste, incapable d’éviter la catastrophe.

  • 60 Reinhart Koselleck, Zur historisch-politischen Semantik asymmetrischer Gegenbegriffe (1975), in Ver (...)

32Les efforts pour trouver des solutions cohérentes présupposent de dépasser le dualisme et la scission qui sont inhérentes à la conscience historique, à la source des conflits entre les hommes. « Aussi longtemps que les actions des hommes s’excluront et se limiteront les unes les autres, il existera des paires de concepts asymétriques et des techniques de négation interférant dans les conflits jusqu’à ce que naissent d’autres conflits »60. Limiter les techniques de négation : il faudrait aspirer selon Koselleck à la restriction de l’horizon expansif de la guerre civile. La paix est atteignable donc uniquement par le biais d’un processus de reconnaissance réciproque et de médiation entre les parties en lutte.

  • 61 Ibid.

Celui qui stylise la paix comme le concept dominant l’opposition « ami/ennemi », doit lui aussi partir de l’idée que pour faire la paix il faut être deux, deux – au moins – qui soient capables et désireux de la conclure. « Non ergo ut sit pax nolunt sed ut ea sit quam volunt ». Ce n’est pas que l’on refuse la paix mais bien plutôt que chacun cherche à faire sa propre paix.61

Haut de page

Notes

1 Reinhart Koselleck, Kritik und Krise. Eine Untersuchung der politischen Funktion des dualistischen Weltbildes, thèse de doctorat soutenue le 20.11.1954 à Heidelberg. La thèse paraîtra ensuite sou le titre de Kritik und Krise. Ein Beitrag zur Pathogenese der bürgerlichen Welt, Fribourg, Munich, Alber Verlag, 1959, trad. fr. Le règne de la critique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

2 Koselleck, Le règne de la critique, op. cit., p. 83 et suiv.

3 Ibid., p. 101.

4 Ibid., p. 107.

5 Ibid., p. 110 et suiv.

6 Ibid., p. 116.

7 Exception faite pour ses représentants les plus brillants, Diderot et Rousseau, cf. ibid., p. 132 et suiv.

8 Ibid., p. 132-133. Sur ce thème, voir aussi Reinhart Koselleck, Historische Kriterien des neuzeitlichen Revolutionsbegriffs (1969), in Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort/Main, Suhrkamp, 1979, p. 67-86, trad. fr. Critères historiques du concept de « révolution » des temps modernes, in Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’École de l’EHESS, 2000, p. 63-80.

9 Reinhart Koselleck, Le règne de la critique, op. cit., p. 134.

10 Ibid., p. 7.

11 Reinhart Koselleck, « Krise », in : Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, 8 vol., Stuttgart, Klett-Cotta, 1972-1997, vol. 3 (1982), p. 617-650, ici p. 617-19.

12 Ibid., p. 626.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 628.

15 Jean-Jacques Rousseau, Émile ou de l’éducation (1762), in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1959 suiv., vol. 4 (1969), p. 468.

16 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 628.

17 Denis Diderot, Lettre à la princesse Daškov, 3 avril 1771, in Œuvres complètes, 20 vol., Paris, Garnier frères, 1875-1877, vol. 20 (1877), p. 28.

18 Denis Diderot, Essai sur les règnes de Claude et de Néron (1778), in Œuvres complètes, op. cit., vol. 3 (1875), p. 168 suiv.

19 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 629.

20 Ibid., p. 626.

21 Ibid., p. 630. Paine décrit la révolution américaine comme « la plus grande et complète révolution jamais vue au monde, accomplie avec gloire et fortune », in Thomas Paine, « The Crisis », 13 [19 avril 1783], repris in The Writings, New York, B. Franklin, 1969, vol. 1, p. 370. Il considère la révolution française comme « une révolution complète et universelle. […] Le moment critique était venu, et il n’y avait d’autres choix que d’agir avec force et décision ou de ne point agir du tout », in The Rights of Man [1791], Writings, op. cit., vol. 2, p. 283.

22 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 630.

23 Ibid., p. 631. Edmund Burke, Reflections on the Revolution in France (1790), Londres, Dent, 1950, p. 8.

24 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 631.

25 Reinhart Koselleck, Die Geschichte der Begriffe und Begriffe der Geschichte (2003), in Begriffsgeschichten. Studien zur Semantik und Pragmatik der politisch-sozialen Sprache, Francfort/Main, Suhrkamp, 2006, p. 56-76, ici p. 67-68.

26 Reinhart Koselleck, Einleitung, in : Brunner, Conze, Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., vol. 1 (1972), p. XIII-XXVII, ici p. XV-XVII.

27 Koselleck, Die Geschichte der Begriffe, op. cit., p. 69.

28 Reinhart Koselleck, Einleitung, op. cit., p. XVI-XVIII.

29 Sur les concepts de « sémantique », « sémasiologie » et « onomasiologie » cf. Reinhart Koselleck, Einleitung, op. cit., p. XXI-XXII ; Die Geschichte der Begriffe, op. cit., p. 62.

30 Koselleck, Le règne de la critique, op. cit., p. 154-56.

31 On peut trouver une reconstruction minutieuse de la position de Koselleck sur les Lumières, accompagnée d’une vaste critique de ses présupposés interprétatifs, in Hans Erich Bödeker, Aufklärung über Aufklärung ? Reinhart Kosellecks Interpretation der Aufklärung, in : Carsten Dutt, Reinhard Laube (éd.), Zwischen Sprache und Geschichte. Zum Werk Reinhart Kosellecks, Göttingen, Wallstein, 2013, p. 128-174. Voir à ce propos la critique de Michael Schwartz, « Leviathan oder Lucifer. Reinhart Kosellecks Kritik und Krise revisited », in Zeitschrift für Religions-und Geistesgeschichte, 45, 1993, p. 33-57. Ce dernier met en évidence que le schématisme de Koselleck est constamment victime de polarisation, en particulier ibid., p. 46-47. Cf. Jason Edwards, « Critique and Crisis Today : Koselleck, Enlightenment and the Concept of Politics », in Contemporary Political Theory, 2006, 5, p. 428-446, qui relève l’absence d’une distinction suffisante entre les diverses Lumières des différents pays européens, in ibid., p. 438-440. Sur la variété des propositions nationales et l’irréductibilité des Lumières face au champ de l’utopie, voir Franco Venturi, Utopia e riforma dell’illuminismo, Torino, Einaudi, 1970 ; Hans Erich Bödeker, George I. Iggers, Jonathan B. Knudsen, Peter H. Reill (éd.), Aufklärung und Geschichte. Studien zur deutschen Geschichtswissenschaft im 18. Jahrhundert, Goettingue, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986.

32 Reinhart Koselleck, « Standortbildung und Zeitlichkeit. Ein Beitrag zur historiographischen Erschließung der geschichtlichen Welt » (1977), in Vergangene Zukunft, op. cit., p. 176-207 ; trad. fr. Point de vue, perspective et temporalité. Contribution à l’appropriation historiographique de l’histoire, in Le futur passé, op. cit., p. 161-187.

33 Cf. Jürgen Habermas, « Verrufener Fortschritt – Verkanntes Jahrhundert. Zur Kritik an der Geschichtsphilosophie », in Merkur, 14, 1960, p. 468-477.

34 On trouve une reconstruction intéressante des structures argumentatives typiques des théories conservatrices in Claus Offe, « Unregierbarkeit. Zur Renaissance konservativer Krisentheorien », in : Jürgen Habermas (éd.), Stichworte zur Geistigen Situation der Zeit’’, vol. 1 (Nation und Republik), Francfort/Main, Suhrkamp, 1979, p. 294-318.

35 Habermas affirmera ironiquement, dans son compte-rendu de Kritik und Krise, qu’il faut savoir gré à Koselleck – et à Hanno Kesting, qui également fait paraître en 1959 un écrit intitulé Geschichtsphilosophie und Weltbürgerkrieg. Deutungen der Geschichte von der Französischen Revolution bis zum Ost-West-Konflikt, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag, 1959 – pour avoir illustré grâce à leurs écrits, « comment Carl Schmitt […] juge la situation actuelle », in « Verrufener Fortschritt – Verkanntes Jahrhundert », op. cit., p. 477. Pour une reconstruction du climat général qui se crée autour de la figure de Schmitt dans l’après-guerre, voir Dirk van Laak, Gespräche in der Sicherheit des Schweigens. Carl Schmitt in der politischen Geistesgeschichte der frühen Bundesrepublik, Berlin, Akademie Verlag, 1993. Voir également Jan-Werner Müller, A Dangerous Mind : Carl Schmitt in Post-war European Thought, New Haven, Yale University Press, 2003, en particulier p. 104-115.

36 Parmi les enquêtes les plus récentes sur la relation entre Schmitt et Koselleck, voir Gennaro Imbriano, « Alcune riflessioni sul carteggio inedito tra Carl Schmitt e Reinhart Koselleck (1953-1980) », in Filosofia Politica, XXVIII, 2014, 2, p. 291-310 ; Niklas Olsen, History in the Plural. An Introduction to the Work of Reinhart Koselleck, New York-Oxford, Berghahn Books, 2012, p. 23-26, 52-63, 69-74 ; « Carl Schmitt, Reinhart Koselleck and the foundations of history and politics », in History of European Ideas, 37, 2011, p. 197-208 ; Reinhard Mehring, « Begriffsgeschichte mit Carl Schmitt », in : Hans Joas, Peter Vogt (éd.), Begriffene Geschichte. Beiträge zum Werk Reinhart Kosellecks, Berlin, Suhrkamp, 2011, p. 138-168 ; Timo Pankakoski, « Conflict, Context, Concreteness : Koselleck and Schmitt on Concepts », in Political Theory, 38, 2010, p. 749-779 ; Reinhard Mehring, « Begriffssoziologie, Begriffsgeschichte, Begriffspolitik. Zur Form der Ideengeschichtsschreibung nach Carl Schmitt und Reinhart Koselleck », in : Harald Bluhm, Jürgen Gebhardt (éd.), Politische Ideengeschichte im 20. Jahrhundert. Konzepte und Kritik, Baden-Baden, Nomos, 2006, p. 31-50 ; Jan-Friedrich Missfelder, « Die Gegenkraft und ihre Geschichte. Carl Schmitt, Reinhart Koselleck und der Bürgerkrieg », in Zeitschrift für Religions- und Geistesgeschichte, 58, 2006, p. 310-336 ; Patrick Bahners, « Ein Reiter will ich werden, wie mein Lehrer war. Carl Schmitt half dem Analytiker der Weltbürgerkriege in den Sattel : Zum Tode des Historikers Reinhart Koselleck », in Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, 5.2.2006, p. 25 ; Willibald Steinmetz, « Nachruf auf Reinhart Koselleck [1923-2006] », in Geschichte und Gesellschaft, 32, 2006, p. 412-432, repris in : Joas, Vogt (éd.), Begriffene Geschichte, op. cit., p. 57-83, en particulier p. 62-65 ; Reinhard Mehring, « Das Politikum der Kritik. Geschichtstheorie nach Carl Schmitt », in Neue Rundschau, 111, 2000, 3, p. 154-167, en particulier p. 159-163.

37 Reinhart Koselleck, Darstellung, Ereignis und Struktur (1973), in Vergangene Zukunft, op. cit., p. 144-157, trad. fr. Représentation, événement et structure, in Le futur passé, op. cit., p. 133-144.

38 Ibid., p. 140-41.

39 Reinhart Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshorizont – zwei historische Kategorien » (1976), in Vergangene Zukunft, op. cit., p. 348-375, trad. fr. « Champ d’expérience et horizon d’attente : deux catégories historiques », in Le futur passé, op. cit., p. 307-329, ici p. 308.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Koselleck, Représentation, événement et structure, op. cit., p. 142.

43 Ibid., p. 143.

44 Reinhart Koselleck, « Champ d’expérience et horizon d’attente », op. cit., p. 308.

45 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 637.

46 Reinhart Koselleck, Krise als geschichtlicher Begriff, in Nachlass Koselleck/Geschichtliche Grundbegriffe, HS.2008.0095 : Konvolut zum Lemma « Krise » 2, 00581818, HS005818182, p. 1.

47 Ibid., p. 2.

48 Ibid., p. 18. Sur les possibilités d’un usage du concept de « crise » à l’intérieur de la science historique, voir Rudolf Vierhaus, « Krisen », in : Stefan Jordan (éd.), Lexikon Geschichtswissenschaft. Hundert Grundbegriffe, Stuttgart, Reclam, 2002, p. 193-197 ; « Zum Problem historischer Krisen », in : Karl-Georg Faber, Christian Meier (éd.), Historische Prozesse, Munich, dtv, 1978, p. 313-329 ; Gerhard Masur, Crisis in History, in : Philip W. Wiener (éd.), Dictionary of the History of Ideas. Studies of Selected Pivotal Ideas, New York, Charles Scribner’s Sons, 1973, vol. 1, p. 589-596 ; Randolph Starn, Historians and « Crisis », in Past and Present, 52, 1971, p. 3-22.

49 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 638. Cf. Lorenz von Stein, Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich von 1789 bis auf unsere Tage (1850), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1959. Cf. Ernst-Wolfgang Böckenförde, Lorenz von Stein als Theoretiker der Bewegung von Staat und Gesellschaft zum Sozialstaat, in Recht, Staat, Freiheit. Studien zur Rechtsphilosophie, Staatstheorie und Verfassungsgeschichte, Francfort/Main, Suhrkamp, 1991.

50 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 639. Cf. Johann Gustav Droysen, Zur Charakteristik der europäischen Krisis (1854), in Politische Schriften, Munich, Berlin, Oldenbourg, 1933, p. 328. Voir Alexandre Escudier, De Chladenius à Droysen : Théorie et méthodologie de l’histoire de langue allemande, in Annales : histoire, sciences sociales, 58, 2003, 4, p. 743-777.

51 Reinhart Koselleck, Krise als geschichtlicher Begriff, op. cit., p. 18.

52 Reinhart Koselleck, Krise, op. cit., p. 639-40. Cf. Jacob Burckhardt, Weltgeschichtliche Betrachtungen. Über geschichtliches Studium (1870), in Gesammelte Werke, vol. 4, Bâle-Stuttgart, Schwabe, 1970. Cf. Karl Löwith, Jacob Burckhardt. Der Mensch inmitten der Geschichte, in Sämtliche Schriften, vol. VII, Stuttgart, Metzler 1984.

53 Reinhart Koselleck, Einige Fragen an die Begriffsgeschichte von » Krise « (1985), in Begriffsgeschichten, op. cit., p. 203-217, ici p. 213.

54 Ibid. Cf. Karl Marx, Friedrich Engels, Manifest der Kommunistischen Partei (1848), in Karl Marx, Friedrich Engels, Werke (MEW), Berlin, Dietz, 1956 suiv., vol. 4 (1959), p. 467 ; Karl Marx, Theorien über den Mehrwert, vol. 2 (1861/63), in Karl Marx, Friedrich Engels, Werke (MEW), op. cit., vol. 26/2 (1967), p. 510-530 ; Karl Marx, Das Kapital (Ökonomisches Manuskript 1863-1865). Gesetz des tendenziellen Falls der allgemeinen Profitrate im Fortschritt der kapitalistischen Produktion, in Karl Marx, Friedrich Engels, Gesamtausgabe (MEGA), Berlin, Dietz/Akademie Verlag, 1975 suiv., vol. II/4.2, Berlin, Dietz, 1992, p. 285-340.

55 Ivan Nagel, Der Kritiker der Krise. Zum 50. Jahrestag von Reinhart Kosellecks Promotion – Rede beim Festakt der Universität Heidelberg, in : Stefan Weinfurter (éd.), Reinhart Koselleck (1923-2006). Reden zum 50. Jahrestag seiner Promotion in Heidelberg (Heidelberger historische Beiträge 1), Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2006, p. 26-31, repris in Joas, Vogt (éd.), Begriffene Geschichte, op. cit., p. 94-102. Pour approfondir ces thèmes, je me permets de renvoyer à Gennaro Imbriano, Le due modernità. Critica, crisi e utopia in Reinhart Koselleck, Roma, DeriveApprodi, 2016.

56 Voir une des dernières interviews donnée par Koselleck quelques mois avant de mourir, en novembre 2005 et publiée en 2010 sous le titre « Über Krisenerfahrungen und Kritik. Ein Gespräch aus dem Nachlass von Reinhart Koselleck », in Frankfurter Allgemeine Zeitung, 13.1.2010, p. 4.

57 Sur l’anthropologie et la méthodologie de l’historiographie de Koselleck, voir Alexandre Escudier, « Von Kosellecks Anthropologie zu einer vergleichenden Topik der politischen Moderne. Ein Vorschlag », in : Dutt, Laube (éd.), Zwischen Sprache und Geschichte, op. cit., p. 196-235 ; Dominic Kaegi, Historik als Hermeneutik. Koselleck und Gadamer, ibid., p. 256-267 ; Stefan-Ludwig Hoffmann, « Was die Zukunft birgt : über Reinhart Kosellecks Historik », in Merkur, LXIII, 2009, 6, p. 546-550.

58 Schmitt à Koselleck, 21.06.1959, in Reinhart Koselleck, Carl Schmitt, Briefwechsel (1953-1980), in Nachlass Carl Schmitt (RWN 260-386, 19).

59 Hermann Lübbe est revenu sur ces éléments de l’historiographie koselleckienne, observant que le noyau de la pensée de Koselleck consistait dans le fait d’avoir libéré l’historiographie de toute vocation philosophico-téléologique et du « moralisme politique agressif », ralliant la pratique historiographique à un antihistoricisme qui a coïncidé avec une tendance rigoureusement sceptique et empirique dans l’analyse des faits historiques, in Hermann Lübbe, « Geschichte lernen oder aus der Geschichte lernen ? Praktische Konsequenzen der Geschichtstheorie », in : Dutt, Laube (éd.), Zwischen Sprache und Geschichte, op. cit., p. 44-45.

60 Reinhart Koselleck, Zur historisch-politischen Semantik asymmetrischer Gegenbegriffe (1975), in Vergangene Zukunft, op. cit., p. 211-259, trad. fr. : La sémantique historico-politique des concepts antonymes asymétriques, in Le futur passé, op. cit., p. 191-232, ici p. 227.

61 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gennaro Imbriano, « Guerre et paix. Crise de la modernité et critique historique dans l’œuvre de Reinhart Koselleck »Revue germanique internationale, 25 | 2017, 79-93.

Référence électronique

Gennaro Imbriano, « Guerre et paix. Crise de la modernité et critique historique dans l’œuvre de Reinhart Koselleck »Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1657

Haut de page

Auteur

Gennaro Imbriano

Gennaro Imbriano est chercheur rattaché au département de philosophie et de communication de l’Université de Bologne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search