Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25L’épistolaire à l’épreuve de la «...

L’épistolaire à l’épreuve de la « Sattelzeit »

Marie Claire Hoock-Demarle
p. 145-156

Résumés

Reinhart Koselleck fait du « Tournant 1800 » un moment de transition – Sattelzeit – caractérisé par l’élargissement de l’espace européen à la suite des conquêtes napoléoniennes et par l’accélération du temps grâce aux nouvelles techniques de communication. La dynamique engendrée par l’interaction temps/espace qui fonde cette Sattelzeit permet une autre approche de certains genres d’écriture jusque-là fortement délaissés. Dans cette nouvelle optique, les correspondances sont à considérer à la fois dans le temps de leur écriture et, en tant qu’objets d’échange, dans l’espace de leur transmission. Dans quelle mesure témoignent-elles au plus près de l’expérience d’un temps vécu dans un processus d’accélération perceptible dans l’immédiate actualité et de la prise de possession d’un espace élargi qu’elles contribuent à mettre en réseau ? Comment, mis à l’épreuve de la Sattelzeit, l’épistolaire réussit-il le passage du statut de témoignage subjectif sans valeur reconnue à celui de document historique, de source authentique pour servir à l’écriture de l’histoire ?

Haut de page

Texte intégral

1Présente dans la plupart des essais de Reinhart Koselleck, la « Sattelzeit » – terme éminemment difficile à traduire au plus juste en français – est évoqué dès la préface du Lexikon der geschichtlichen Grundbegriffe :

  • 1 Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, Stuttgart, Klet (...)

Le postulat heuristique du dictionnaire est l’hypothèse, que depuis le milieu du xviiie siècle s’est opéré un profond changement sémantique des topos classiques… Ce postulat heuristique introduit pour ainsi dire un « temps-charnière » [Sattelzeit], dans lequel l’origine de notre présent se transforme1.

  • 2 Marie Claire Hoock-Demarle, L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace (...)
  • 3 Johann Wolfgang von Goethe à Carl Friedrich Zelter, Weimar, 6 juin 1825, in : Robert Mandelkow (éd. (...)
  • 4 Stendhal, note « Genève », datée du 6 juillet 1817, Rome, Naples et Florence, Paris, Delaunay, 1817 (...)
  • 5 Le terme d’actualité, absent de l’Encyclopédie, apparaît dans son sens moderne comme « ensemble des (...)

2Lié pour une large part au « tournant 1800 » postrévolutionnaire, cette période de transition a la particularité d’imbriquer étroitement les concepts d’espace et de temps, créant entre les deux une dynamique interactive génératrice de nouvelles perspectives. Autant de changements qui renouvellent l’appréhension de champs aussi divers que celui de l’histoire ou de la littérature et donnent à certaines formes d’écritures jusque-là plutôt négligées un statut inattendu. Il en va ainsi de l’épistolaire, un genre traditionnel quelque peu délaissé, franchement méprisé par les historiens qui ont certes utilisé, voire pillé, les correspondances comme autant de sources de second rang, bienvenues mais peu fiables2. Allant à l’encontre de cette méfiance généralisée, l’étude qui suit va tenter de montrer comment, précisément pendant cette période, les lettres considérées à la fois dans le temps de leur écriture et dans leur circulation dans l’espace ont été marquées par deux phénomènes concomitants qui caractérisent la « Sattelzeit », à savoir l’accélération du temps et l’élargissement de l’espace. Car c’est bien dans les correspondances privées jouissant encore d’une certaine liberté ou dans l’intense échange épistolaire transfrontalier que les composantes du bouleversement qui traverse l’époque touchant à la perception du temps et de l’espace s’expriment le plus directement, quasi au jour le jour, et le plus librement au mépris des censures et interdictions. Dans quelle mesure les échanges épistolaires de l’époque témoignent-ils au quotidien de l’expérience d’un temps pris dans un processus d’accélération que Goethe, quelque peu inquiet, qualifiait de diabolique, de « velozifärisch »3 ? Comment les innombrables correspondances qui mettent alors littéralement l’Europe en réseau s’approprient-elles un espace considérablement élargi au fil des conquêtes napoléoniennes et le transforment-elles peu à peu en un espace européen considéré par Stendhal dès 1817 comme l’espace possible « des Etats généraux de l’opinion européenne »4 ? Par quelles nouvelles stratégies d’écriture et d’ouverture au monde, les lettres s’imposent-elles dans le champ d’une communication, où temps et espace transformés après la cassure révolutionnaire œuvrent de concert à cette nouvelle forme d’information qui prendra le nom d’actualité en 18235 et s’épanouira, à la manière des Briefe aus Paris de Börne ou des Französiche Zustände de Heine, dans le feuilletonisme journalistique du xixe siècle ? Comment enfin les réflexions sur le passé-présent-futur qui alimentent largement les lettres de cette décennie intègrent-elles les diverses strates de temporalités qui constituent précisément la « Sattelzeit » ?

Temporalités épistolaires

  • 6 Reinhart Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort/Main, Suhrka (...)
  • 7 Reinhart Koselleck, Zeitschichten. Studien zur Historik, Francfort/Main, Suhrkamp, 2000.

3Dans la préface de son essai Vergangene Zukunft, Reinhart Koselleck se réfère à trois temporalités très différentes qui, coexistant tout au long des siècles, se complètent mutuellement6. Il distingue ainsi le temps naturel, « celui de notre système planétaire calculé sur les lois de la physique et de l’astronomie […], temps unique, d’essence naturelle », le temps biologique de l’existence humaine et un temps historique, « geschichtliche Zeit », dont il précise que cette dernière catégorie n’est pas à prendre au singulier, mais se compose de « nombreuses temporalités, qui se recouvrent les unes les autres », esquissant ainsi le concept ultérieur de strates du temps, « Zeitschichten »7 :

  • 8 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 10.

Car le temps historique – si cette notion doit avoir un sens – est lié à des ensembles d’actions sociales et politiques, à des êtres humains concrets, agissants et souffrants, aux organisations et institutions qui en dépendent. Tous adoptent des modes d’exécution précis, inhérents à eux seuls, avec chaque fois un rythme temporel qui leur est propre8.

4Considéré sur la longue durée, il apparaît clairement que l’épistolaire en tant qu’expression de l’activité humaine individuelle qu’est l’écriture de la lettre, mais aussi comme mode d’échange dans la distance calculée en unités de temps naturel que sont les jours, les nuits, les années, voire les saisons, relève de toutes ces temporalités, avec toutefois quelques nuances caractéristiques propres au temps des lettres. Ainsi, l’écriture d’une lettre constitue une unité de temps qui s’inscrit naturellement dans le rythme d’une journée dont le cours est défini « selon les lois de la physique et de l’astronomie ». Mais la lettre dépend aussi de l’individu qui la rédige et donc de son « temps biologique » propre, elle peut tout aussi bien se contenter de griffonner quelques lignes à la manière des lettres de marchands comme elle peut faire éclater le carcan du temps naturel qu’est la journée pour ricocher sur un temps sans limites, circonscrit par le seul auteur de la lettre. Dans une lettre adressée à son ami Behrisch, Goethe s’excuse d’écrire sans jamais connaître les limites de la fatigue :

  • 9 Johann Wolfgang von Goethe à Ernst Wolfgang Behrisch, vendredi 13 novembre vers onze heures du soir (...)

Ma lettre a une jolie propension à se faire ouvrage en miniature. Encore une nouvelle plume, encore quelques instants de réflexion. Oh, mon ami, déjà le troisième feuillet. Je pourrais t’en écrire mille sans jamais être fatigué, sans jamais terminer9.

5Et de fait, la lettre commencée le mardi 10 novembre s’achève le samedi 14 novembre, ayant coûté quatre jours et autant de nuits à l’individu doté d’une énergique constitution qu’est le jeune Goethe, lequel reste toutefois quelque peu perplexe face à sa propre tendance à se laisser aller à une forme d’écriture chronophage : « Je viens de la relire [la lettre à Behrisch] et je m’effraie de moi-même. Je pensai que j’allais m’arrêter après deux feuillets pleins. Dieu, quel barbouillage de papier ! ». Au prix du cours normal du quotidien et parfois même du sommeil, l’épistolier se crée un temps propre, à la mesure de son individualité. Ainsi naît un temps à soi, un temps pour soi qui préfigure sur le mode temporel le One own’s room spatial de Virginia Woolf. Cette maîtrise du temps propre à l’individu gérant à sa guise une écriture qui s’inscrit par ailleurs dans le temps naturel du calendrier est une des marques originelles du temps des lettres.

  • 10 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 172.
  • 11 Wilhelm von Humboldt à Karoline von Beulwitz, in : Wilhelm und Karoline von Humboldt in ihren Brief (...)

6Mais l’épistolaire n’est pas un exercice d’écriture à sens unique. Instrument de communication, vecteur des informations, des évènements et du savoir, il s’inscrit pleinement dans le temps de l’histoire, relayant quasi au jour le jour les évènements historiques ou les bouleversements sociaux et faisant circuler dans le plus grand espace possible les idées nouvelles et les débats du moment. Cette fonction a certes existé de tous temps mais c’est dans le court laps de temps entre 1789 et 1815, entre prise de la Bastille et Congrès de Vienne, qu’elle est marquée par le changement radical dans le rapport que l’épistolaire entretient avec le temps. Plus qu’un choc, l’évènement révolutionnaire et ses conséquences, guerres révolutionnaires et conquêtes napoléoniennes, se révèlent être une cassure : « Il est indéniable que le brutal changement d’expérience introduit par la Révolution française a fortement contribué à cette temporalisation de la perspective »10. Et la cassure temporelle se double d’un effondrement des frontières ouvrant l’espace continental à l’échange épistolaire qui, en quelques années, opère un véritable maillage en réseau de l’Europe, défiant les censures et inventant pour s’y soustraire d’innombrables chemins de traverse. Les lettres ne sont plus alors des instantanés isolés, des moments volés aux sociabilités quotidiennes de leurs auteurs, elles deviennent des témoignages à part entière de l’évènement vécu. À l’exemple de Wilhelm von Humboldt et de son précepteur et compagnon de route Joachim Heinrich Campe qui, apprenant dans le lointain Berlin la prise de la Bastille, rejoignent à brides abattues le « théâtre de l’évènement ». Si Humboldt en relate les différents actes dans des lettres privées à sa fiancée, Campe, alors directeur du Journal de Brunswick, les publiera dès son retour d’abord dans son journal puis réunies en un volume paru sous le titre Briefe aus Paris, laissant volontairement à ces témoignages saisis in vivo leur caractère épistolaire11. Le succès public d’un genre jusque-là considéré comme intimiste et réservé à la sphère privée tient pour une grande part à cette nouvelle perception d’un temps que Reinhart Koselleck désigne comme le « temps historique ». Celui-ci est capable de prendre en compte, avec une efficacité à la hauteur de la curiosité suscitée par l’évènement, l’une des composantes essentielles du moment de la « cassure », l’accélération :

  • 12 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 70.

Quelles sont les caractéristiques qui délimitent le champ conceptuel de la Révolution depuis 1789 ? […] Il faut mentionner, parce qu’il est impossible de l’ignorer, l’expérience d’une accélération du temps12.

7Or l’accélération est particulièrement sensible dans le domaine des moyens de communication dont la lettre par le truchement de la poste est fortement tributaire. C’est du reste un phénomène qui en effraie durablement plus d’un, comme Goethe, qui livre dans une lettre tardive à Zelter ces quelques réflexions aux accents très modernes :

  • 13 Johann Wolfang von Goethe à Carl Friedrich Zelter, Weimar, 6 juin 1825, in : Goethes Briefe, op. ci (...)

Richesse et rapidité, c’est là tout ce que le monde admire et ce à quoi tout un chacun aspire ; chemins de fer, voitures de poste, bateaux à vapeur et toutes ces commodités de la communication, voilà ce qui pousse le monde civilisé à faire de la surenchère et à se cultiver avec excès et, de ce fait, à s’enferrer dans la médiocrité13.

8Ainsi s’impose une fonction de la lettre qui sera reprise avec brio au cours du siècle avec les « Tagesberichte », ces notices journalières envoyés par Heine dans les années 1832-33 au grand journal d’opinion publié par Johann Friedrich Cotta, la Allgemeine Zeitung, dont il est le correspondant à Paris. Conscient de l’inestimable valeur d’authenticité de ces « feuillets éphémères » (flüchtige Blätter), Heine en recommande même l’usage aux futurs historiens :

  • 14 Heinrich Heine, Französische Zustände, Sämtliche Werke, vol. IX, Berlin, éd. G. Karpeles, 1887, p.  (...)

Les notices journalières qui suivent, écrites à la vue des évènements, dans le brouhaha des luttes partisanes et toujours avant le départ imminent de la poste, ces feuilles volantes, je les communique ici sans en rien changer… L’historiographe pourra peut-être un jour en faire usage avec d’autant plus de bonne conscience qu’il sera assuré qu’elles n’ont pas été fabriquées en fonction d’intérêts ultérieurs14.

9La lettre s’inscrit dès lors comme témoignage vécu dans un présent historique et peut enfin prétendre au statut de document authentique permettant de consigner au plus près le déroulement du « temps historique » dans sa fugace actualité.

L’échange épistolaire au cœur de l’interaction temps-espace

10Les lettres ne relèvent pas de la seule catégorie du temps, elles ont besoin pour exister de s’établir en un échange que traduit très exactement le terme de Briefwechsel et de manière très concrète celui de « correspondance(s) » telle que définie dans l’Encyclopédie :

  • 15 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1780), art. « Let (...)

Correspondance, relation s.f. : commerce réciproque qu’ont ensemble deux personnes. Il se dit en termes de commerce, de la relation qu’un marchand entretient avec un autre marchand, un banquier avec un autre banquier […] On dit de l’un et de l’autre qu’ils ont de grandes correspondances quand ils ont affaire avec quantité d’autres négociants ou banquiers15.

11La lettre n’existe vraiment que lorsqu’elle se déploie dans l’espace. Non envoyée, non partagée, elle reste un segment de journal intime, une page de mémoires, une notice dans une chronique familiale. La lettre se constitue dans et par la distance à l’autre, lorsque ayant atteint son destinataire – qui peut être singulier ou pluriel – elle attend la réponse et déclenche ainsi un processus de circulation sans fin. La lettre dépend donc existentiellement de la communication spatiale qui la porte et c’est précisément cet ancrage de la communication dans l’espace qui change au tournant du siècle. Longtemps les correspondances et les systèmes de communication qui en assuraient la circulation ont été le fait de quelques réseaux mis en place par les marchands et surtout par une élite savante et/ou religieuse. Erasme de Rotterdam avait pu faire usage d’un espace épistolier à l’échelle européenne grâce à un système de communication extrêmement dense réservé aux humanistes érudits de son temps qui partageaient non seulement les voies et moyens de communication mais aussi la maîtrise d’une langue pour happy few. Et Leibniz avait pu bâtir son réseau de correspondants jusqu’en Chine sur la base d’une communauté éclairée qui se reconnaissait par-delà les frontières. Avec la Révolution française et le tournant postrévolutionnaire qui s’en suit, les deux phénomènes de l’accélération du temps et de l’élargissement de l’espace convergent et modifient de fond en comble la communication sous toutes ses formes, dans la matérialité de ses réseaux, dans la temporalité de son écriture comme dans la teneur de ses contenus. L’histoire de la poste témoigne de la secousse qui bouleverse alors l’ensemble de l’Europe dont les guerres révolutionnaires, les conquêtes napoléoniennes ont fait tomber les frontières les unes après les autres. Car ce ne sont pas seulement les voies empruntées par la poste – que celle-ci soit royale puis impériale en France ou reste compagnie privée aux mains des Thurn und Taxis comme dans les pays germaniques – qui profitent à leur manière de la multiplication et de l’amélioration dans des buts évidemment militaires de la voirie européenne. L’organisation même de la poste offre un exemple frappant de la collusion temps/espace qui s’opère à ce moment précis. Plus fonctionnelle, elle diminue considérablement la durée du transport des lettres, ainsi, entre Paris et Strasbourg, la baisse est de moitié et six jours sont nécessaires là où, une décennie plus tôt, il en fallait douze. Les individus sont par ailleurs très mobiles, pour des raisons qui tiennent autant à la curiosité suscitée par les « choses de France » – comme on appelait alors pudiquement les évènements révolutionnaires – qu’à des persécutions politiques qui les obligent à s’éloigner. Ils voyagent ou émigrent, s’installent pour quelque temps ou dans la durée et ce, souvent dans des lieux d’exil qui deviennent du fait de leur regroupement des lieux de culture, voire d’opposition à portée européenne. Cette mobilité génère un échange épistolaire très actif, lui-même créateur d’une nouvelle dynamique dans la communication qui se manifeste dans une mise en réseau de l’ensemble du continent. Les correspondances des grands éditeurs de l’époque témoignent abondamment de ce maillage systématique de l’Europe dont leurs entreprises profitent largement. Johann Friedrich Cotta, surnommé le « Napoléon de l’édition », est en 1805 à la tête d’une « communauté d’édition franco-allemande », maison d’édition bicéphale établie d’une part à Stuttgart, d’autre part à Paris et traite ses affaires dans des lettres à teneur commerciale – et parfois politique – rédigées dans les deux langues. Et le grand éditeur-libraire de Leipzig, Friedrich Arnold Brockhaus, qui n’en n’est qu’aux débuts de son expansion avec un comptoir à Amsterdam, se met en quête de manuscrits par lettres interposées adressées à ses correspondants parmi lesquels Benjamin Constant, Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi ou August Wilhelm Schlegel :

  • 16 Friedrich Arnold Brockhaus à August Wilhelm Schlegel, Amsterdam, le 19 février 1808, in : Josef Kör (...)

Nous avons pris, au début du mois dernier, la liberté d’adresser à M. Benjamin Constant une lettre qui était tout autant destinée à Votre Excellence […] et nous vous prions aussi de bien vouloir transmettre nos souhaits à Madame de Staël-Holstein. Si cette dame d’esprit voulait bien un jour ou l’autre nous confier un de ces grands ouvrages comme le furent sa Corinne et sa Delphine, […] notre jeune maison en serait consolidée16.

12D’autres, comme Friedrich Perthes, vont jusqu’à échafauder dans leurs lettres de véritables plans éditoriaux qui tisseraient leur toile dans l’ensemble de l’Europe :

  • 17 Friedrich Perthes à August Wilhelm Schlegel, 12 décembre 1809, in : Krisenjahre der Frühromantik, o (...)

Mon intention toute particulière était de me procurer dans les divers pays de judicieux correspondants qui me feraient en permanence des rapports sur l’état de la science – pourrai-je espérer trouver, grâce à vos conseils, un tel homme en Italie ?17

13Avec l’accélération de la communication et l’élargissement de l’espace ouvert à l’échange qui caractérisent la « Sattelzeit » de Koselleck, on entre de fait dans un univers systématiquement relayé, véritable toile d’araignée qui en préfigure une autre.

Constellations épistolaires

  • 18 Le terme d’« intellectuel », dans son sens moderne, apparaît au moment de l’affaire Dreyfus avec le (...)
  • 19 Le Prince de Ligne à Madame de Staël, 1er juillet 1808, lettre inédite publiée par Kurt Kloocke, in (...)

14L’exemple le plus remarquable d’une correspondance en mouvement capable de s’inscrire dans les nouvelles dimensions d’un espace/temps revisité est le réseau de correspondances qui se constitue entre 1804 et 1814 autour de Madame de Staël. Au centre de la toile il y a un lieu, le château de Coppet, acquis en 1784 par le père de Madame de Staël, Jacques Necker, alors ministre de Louis XVI, soucieux de se ménager une retraite sûre en ces temps troublés. Coppet est proche de Genève mais, situé dans le Canton de Vaud, échappe à l’occupation, puis à l’annexion d’une partie de la Suisse par Napoléon. Si, d’un point de vue géographique, c’est le carrefour idéal entre Paris et Berlin ou, par l’axe rhénan, entre Cologne et Rome, politiquement et culturellement, Coppet est, au tournant du siècle, le lieu en marge par excellence, celui dans lequel Madame de Staël, chassée en 1803 de France par Bonaparte, sera assignée à résidence. Revenue précipitamment de son tour d’Allemagne à l’annonce de la mort de Necker en avril 1804, Madame de Staël fait promptement de Coppet un lieu géopolitiquement central dans l’espace européen. Très vite Coppet attire et retient ceux qu’on n’appelle pas encore les intellectuels venus de tous les coins de l’Europe18. À la fois lieu d’exil et d’opposition ouverte à Napoléon, territoire aux marges et centre culturel rayonnant sur toute l’Europe, Coppet cristallise, dans un surprenant imbroglio de langues, de cultures, de positions politiques, voire philosophiques, tous les paradoxes que les correspondances vont se faire un plaisir de répandre en tous lieux. Par la volonté de Madame de Staël, Coppet devient un lieu de sociabilité ouverte dont le pouvoir de diffusion, essentiellement par le biais de son réseau de correspondances, est parfaitement saisi par le Prince de Ligne qui écrit dans une de ses lettres à Germaine de Staël : « C’est bien pour vous qu’on pourrait mettre sur l’addresse (sic !) au génie, en Europe. Mais mandés-moi si je la mets bien ; et bien vite si vous recevés cette lettre »19. Et, en 1817, Stendhal en route pour l’Italie s’arrête à Coppet endeuillé par la mort récente de Madame de Staël et note dans la préface à Rome, Naples et Florence :

  • 20 Stendhal, Rome, Naples et Florence, op. cit., Paris, Delaunay, 1817, p. 356.

On me raconte qu’il y eut cet automne sur les bords du lac Léman la réunion la plus étonnante, c’était les états généraux de l’opinion européenne… Ai-je besoin de nommer le personnage étonnant qui était l’âme de cette assemblée ? À mes yeux le phénomène s’élève à l’importance politique20.

15À la mobilité des individus vient en effet s’ajouter celle des idées, portée par un goût et un usage poussés à l’extrême de l’échange épistolaire. L’exterritorialité du lieu, l’hétérogénéité du groupe – qui se constituera au fil des ans en Groupe de Coppet – font l’originalité de l’échange. À côté de lettres de facture classique qui supposent une relation privilégiée, voire exclusive, entre auteur et destinataire comme celles que s’échangent Madame de Staël et Juliette Récamier ou August Wilhelm Schlegel et son amie berlinoise résidant alors à Rome Sophie Tieck-Bernhardi, les correspondances émanant de Coppet s’élargissent le plus souvent en cercles concentriques, ricochant allègrement de par l’Europe entière. Suivre leur traçabilité devient un voyage au long cours à l’exemple d’une lettre écrite à Genève, tombée dans les mains de Bonstetten qui en fait cadeau à son amie Friederike Brun à Copenhague, laquelle fait recopier des passages de cette lettre pour ses amis. Quelques termes de facture étonnamment moderne, tels que « connexions » ou d’« interférences », apparaissent de manière récurrente, traduisant au plus juste l’extension européenne de l’échange épistolaire qui se fabrique alors dans ce laboratoire d’Europe qu’est devenu Coppet. Deux éléments sont révélateurs de l’apport de Coppet dans l’épanouissement de ce type nouveau de correspondances croisées : Coppet fonctionne d’une part comme le noyau émetteur qui diffuse dans l’ensemble de la constellation générée par l’épistolaire et, de l’autre, comme le récepteur principal d’un vaste réseau conçu comme un véritable maillage de l’Europe.

16En faisant de son lieu de bannissement un centre européen de résistance intellectuelle à Napoléon, en inversant le lieu d’exil en lieu interculturel ouvert auquel participent les divers étrangers qu’elle héberge mais qui gardent leur spécificité, qu’il s’agisse de leur langue, de leur enracinement ou de leur culture d’origine, Madame de Staël imprime à l’échange épistolaire propre à Coppet une dynamique particulière. La correspondance intense, évoquée plus haut, entre les éditeurs allemands les mieux placés sur le marché européen du livre comme Friedrich Arnold Brockhaus, Georg Andreas Reimer, Friedrich puis sa veuve Friederike Helene Unger, Friedrich Christof Perthes, Johann Friedrich Cotta et leurs « correspondants », hôtes à demeure à Coppet, comme August Wilhelm Schlegel ou de passage comme Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi, témoigne de cette volonté de s’affirmer dans le champ d’un épistolaire à taille résolument européenne. Dans la « Sattelzeit » que constitue le tournant du siècle, nombreux sont les membres du Groupe qui trouvent à Coppet non seulement un lieu mais, chacun à sa manière, y opèrent un enracinement identitaire européen. Tous soulignent par le biais de leurs correspondances croisées, l’importance du rôle désormais dévolu à l’épistolaire comme instrument de la formation d’une opinion publique à l’échelle européenne dont Coppet, « lieu des états généraux de l’opinion européenne », est devenu l’épicentre incontesté.

Entre expériences et attentes

  • 21 Marie Claire Hoock-Demarle, « De l’usage de la correspondance chez K. V. von Bonstetten, citoyen su (...)
  • 22 Le terme est appliqué à Johannes von Müller : « Müller a été pendant toute sa vie en contact épisto (...)
  • 23 Bonstettiana. Briefkorrespondenzen Karl Viktor von Bonstettens und seines Kreises, 14 vol., Doris e (...)

17Au cœur du vaste ensemble épistolaire que l’on peut désigner sous le terme générique de « Lettres de Coppet » une autre correspondance retient l’attention par ce qu’elle révèle de la prise de conscience du changement de perspective spatial et temporel qui affecte également le champ de l’épistolaire. Répondant à un besoin d’échange quasi simultané, la lettre continue certes à exprimer au plus près la réactivité de son auteur face à l’actualité du moment, comme elle l’avait fait en présence des évènements révolutionnaires. Mais au fil de la décennie qui ouvre le xixe siècle, la lettre se fait de plus en plus porteuse d’une réflexion plus vaste, moins évènementielle, qui certes interpelle le présent, mais interprète aussi le passé à la lumière de ce présent et s’interroge sur un avenir incertain, imbriquant ainsi dans une même écriture les diverses strates de temps dont est constitué la « Sattelzeit ». Familier de Coppet, ami de Necker, de Sismondi et de l’historien suisse Johannes von Müller, le Suisse Karl Viktor von Bonstetten, patricien de Berne né en 1745, cumule dans sa longue vie – il mourra à Genève en 1832 – les fonctions publiques de bailli de Nyons et, un temps, de représentant de la ville de Berne auprès des provinces suisses de l’Italie du Nord et l’écriture d’ouvrages philosophiques dont L’homme du Midi et l’homme du Nord, qui paraît en 1824 et connaît un vif succès dans toute l’Europe21. « Epistolographe »22 sans limites et sans frontières, Bonstetten est au cœur d’une constellation épistolaire qui, de 1753 à 1832, rayonne dans toutes les directions et en au moins trois langues – ces correspondances ont, du reste, fait l’objet d’une remarquable édition en 14 volumes parue sous le titre de Bonstettiana23. Très proche de Madame de Staël qu’il irrite ou console selon les moments, il entretient avec elle une correspondance intermittente dont on retiendra ici celle, brève mais très éclairante, qui couvre le séjour de Bonstetten à Paris au cours de l’été 1805. Bonstetten s’est engagé à rendre compte de ce séjour parisien à Madame de Staël qui, toujours bannie de France, le lui a instamment demandé. Il lui adresse donc quasi quotidiennement une lettre qu’il appelle un « journal informe », où il relate fidèlement ses retrouvailles avec une ville visitée une première fois en 1770 au terme de son Grand Tour. Prises dans une spirale comparative entre le présent dont il est le témoin oculaire et le passé déjà casé dans sa mémoire individuelle et consigné, les décennies passant, dans le « temps historique », ses lettres témoignent de la mutation des structures sociales, politiques et culturelles générée par l’accélération. Les strates de temps se superposent et interfèrent à chaque coin de rue : « Monsieur Suard est un souvenir vivant de l’ancien Paris « comme au théâtre français, « la salle est belle et me rappelle le temps qui n’est plus ». Non sans mal, il s’efforce de mesurer le nouvel univers parisien à l’aune d’un autre temps, celui d’un passé que, en proie à la nostalgie des fondamentaux perdus, il tente de remettre à l’ordre du jour :

  • 24 À Madame de Staël, 10/12. 8. 1805, Bonstettiana, vol. IX, op. cit., p. 955.

Il faut en revenir aux Lumières… il faut en revenir à dire que les Français sont de toutes les nations la plus sociable, c’est à dire celle qui aime le mieux communiquer ses idées, mettre en contact l’esprit avec l’esprit24.

  • 25 À Madame de Staël, 31.8.1805, ibid, p. 970.

18Dans le Paris devenu impérial, Bonstetten ne peut que constater à la fois l’omniprésence de la révolution « je ne puis frapper sur rien que le mot Révolution ne retentisse » et la persistance d’un « vernis du présent » où « l’indifférence et l’oubli ont partout englouti les souvenirs »25. Ses réflexions parfois pathétiques traduisent une perception du temps qui n’a plus rien de linéaire :

  • 26 À Madame de Staël, 3.11.1805, ibid, p. 981.

Si j’étais en état d’écrire un voyage à Paris, je prendrais les Lettres Persanes pour modèle. Mais quelle blasphémie ! On n’oserait pas être Montesquieu en ces temps malheureux de défiance et d’incertitude. Avant la Révolution on jouait un jeu de commerce où le bien jouer entrait dans les combinaisons, aujourd’hui on joue à rouge et noir, to be or not to be26.

  • 27 À Madame de Staël, 12.-15.9.1805 (les expressions sont soulignées dans les lettres), Bonstettiana, (...)

19L’expérience du présent oblige l’auteur, également témoin oculaire, à opérer simultanément une réinterprétation du passé et à avancer des conjectures sur un avenir inconnu. Mis brutalement face aux réalités du tournant 1800, il finit par « regretter le siècle d’argent dont nous sommes sortis pour être jetés dans le siècle de fer, de conquêtes, d’avilissement et de misère »27.

20Usant de l’écriture de l’immédiateté qui caractérise la lettre, Bonstetten relate avec lucidité la prise de conscience qui accompagne le changement d’époque tel que lui-même, Madame de Staël et toute cette génération le vivent avec un certain effarement. Un changement que Reinhart Koselleck qualifie de « temps de transition » (Übergangszeit) :

  • 28 Reinhart Koselleck, Zeitschichten, Francfort/Main, Suhrkamp, 2000, p. 297.

Il s’agit ici du concept de « période de transition ». Depuis le xviiie siècle, vivre dans une époque de transition fait partie de l’expérience fondamentale des individus vivant dans ce que l’on appelle les temps modernes (Neuzeit). Les champs d’expérience des générations qui chaque fois coexistent changent avec une telle vitesse que les leçons des grands parents paraissent déjà inutiles pour les petits-enfants […] Et chaque fois qu’apparaissent de nouvelles expériences, qui n’ont jamais été faites jusque-là, c’est l’expérience temporelle fondamentale de la transition qui se renforce28.

Conclusion

  • 29 Monumenta Germaniae historica (MGH) 1819-1969, Munich, 1969, IVe partie, Epistolae.

21L’intérêt porté par Reinhart Koselleck aux lettres, correspondances et à l’échange épistolaire en général ne s’est jamais démenti. En témoignent les innombrables références à la partie Epistolae des Monumenta Germaniae historica29 tout comme le renvoi bibliographique explicite aux correspondances d’auteurs comme Leibniz, Goethe, Stein, Tocqueville, Heine et bien d’autres dont il extraie nombre d’exemples pour étayer son argumentation. De même il fait de l’accélération des communications postales et de l’explosion des échanges épistolaires au seuil du xixe siècle un des facteurs essentiels du changement d’époque :

  • 30 Ibid., p. 228.

Depuis le xviiie siècle, on voit nombre de nos données expérientielles s’inscrire dans des courbes de temps exponentielles qui confirment un changement accéléré. Les techniques d’information ont créé un maillage d’information tel que les temps de transmission entre évènement et information sont proches de zéro, là où jadis ils nécessitaient des jours, des semaines, des mois ou des années30.

22Cependant, tout en leur conférant un statut de sources authentiques pour écrire l’histoire, l’historien dans un article datant de 1994 ne leur accorde qu’une place mineure dans la hiérarchie des « trois types de base que l’on peut déceler dans le matériau des sources que nous utilisons » :

  • 31 Reinhart Koselleck, « Some reflections on the temporal structure of conceptual Change », in : Wilhe (...)

En tout premier, il y a les sources caractérisées par leur unicité […] L’auteur de lettres cherche à transmettre une information unique. Il n’écrit pas en règle générale au motif d’être constamment relu […] Mon point de vue est qu’il y a un type de sources produit pour une consommation et un usage immédiats, un type de sources qui consiste en une seule couche de temps31.

23Une lecture à l’épreuve de la Sattelzeit des correspondances produites précisément dans ce moment de transition qui marque la charnière du xixe siècle contredit quelque peu cette thèse d’une « source à strate temporelle unique » et ce, à différents niveaux. De nombreux auteurs ont pleinement conscience que leurs lettres seront lues par leurs contemporains et relues par les futures générations, ce qui les hisse au rang de source historique à part entière. Le meilleur exemple en est donné par Goethe dans ses volontés testamentaires :

  • 32 Johann Wolfgang von Goethe à Sulpiz Boisserée, Weimar, 12 janvier 1826, in Goethes Briefe, op. cit. (...)

C’est le lieu de faire remarquer que dans mes papiers et tout particulièrement dans ma correspondance, laquelle est soigneusement classée, il se trouvera des choses qui, aux mains d’une intelligente rédaction, devraient être du plus haut intérêt pour le public32.

  • 33 Melching, Wyger, Main trends in cultural History, op. cit., p. 16.

24Ces lettres sont clairement destinées dès le départ à être publiées et intègrent ainsi plutôt le troisième type de sources relevé par Reinhart Koselleck : « il y a des textes qui revendiquent une vérité et une valeur permanente et intemporelle dans leur forme originale et inchangée »33.

25D’autre part, une lecture attentive de ces correspondances – dont une très infime partie a été prise en compte ici – fait apparaître que loin de relever d’une temporalité unique, qui serait celle de leur écriture immédiate, elles concentrent dans leurs relations des évènements comme dans leurs réflexions contextualisées plusieurs temporalités. Auteur de « Tagesberichte », de billets quotidiens adressés au journal dont il est le correspondant – terme éminemment épistolaire –, Heine saisit fort bien l’imbrication des couches temporelles qui font la force de ces feuillets en apparence produits pour la seule consommation immédiate, et dont il prend la défense :

  • 34 Heinrich Heine, Französische Zustände I, op. cit., t. IX, p. 72.

C’est là une occupation doublement utile, vu que, cherchant à éclairer le présent par le passé, il devient en même temps évident que ce dernier, le passé, trouve son véritable sens seulement grâce au premier, le présent, et que chaque jour nouveau l’éclaire d’une lumière nouvelle34.

26L’épistolaire se révèle ce faisant comme le champ où s’exercent des temporalités multiples. S’y croisent temps naturel de l’écriture et de la transmission matérielle, temps biographique de l’auteur qui écrit dans sa temporalité propre et temps historique acquis par la lettre dont le récit, loin de se dérouler dans un temps linéaire, accole à l’immédiat du présent la réinterprétation, parfois nostalgique, du passé tout en s’interrogeant, non sans angoisse, sur un futur incertain, reflétant ainsi toute la complexité de la « Sattelzeit » :

  • 35 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 321.

Le sentiment de se trouver vers 1800 à un tournant faisant époque était général […]. On se savait, on se sait depuis, dans une époque de transition qui échelonne autrement dans le temps la différence entre expérience et attente.35

Haut de page

Notes

1 Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, Stuttgart, Klett, 1972, vol.1, introduction, p. XV.

2 Marie Claire Hoock-Demarle, L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace européen, Paris, Albin Michel, 2008.

3 Johann Wolfgang von Goethe à Carl Friedrich Zelter, Weimar, 6 juin 1825, in : Robert Mandelkow (éd.), Goethes Briefe und Briefe an Goethe, Munich, Beck, 1976, vol. IV, p. 146. Goethe s’amuse à inventer ici le terme de « velozifärisch », associant vitesse et Lucifer.

4 Stendhal, note « Genève », datée du 6 juillet 1817, Rome, Naples et Florence, Paris, Delaunay, 1817, p. 356.

5 Le terme d’actualité, absent de l’Encyclopédie, apparaît dans son sens moderne comme « ensemble des évènements actuels, des faits tout récents » à partir de 1823 et dans la presse en 1845. Voir à cet égard l’entrée « actualité » dans le Dictionnaire culturel de la langue française édité par Alain Rey, Paris, Le Robert, 2005.

6 Reinhart Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort/Main, Suhrkamp, 1979. Les citations sont empruntées à la traduction française : Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990.

7 Reinhart Koselleck, Zeitschichten. Studien zur Historik, Francfort/Main, Suhrkamp, 2000.

8 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 10.

9 Johann Wolfgang von Goethe à Ernst Wolfgang Behrisch, vendredi 13 novembre vers onze heures du soir (la lettre est datée du mardi 10 novembre au samedi 14 novembre 1767), in : Goethes Briefe, vol. 1, op. cit., p. 57.

10 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 172.

11 Wilhelm von Humboldt à Karoline von Beulwitz, in : Wilhelm und Karoline von Humboldt in ihren Briefen, vol. 1, Briefe aus der Brautzeit, Anna von Sydow (éd.), Berlin, S. Mittler & Sohn, 1910.

12 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 70.

13 Johann Wolfang von Goethe à Carl Friedrich Zelter, Weimar, 6 juin 1825, in : Goethes Briefe, op. cit., vol. IV, p. 146.

14 Heinrich Heine, Französische Zustände, Sämtliche Werke, vol. IX, Berlin, éd. G. Karpeles, 1887, p. 128.

15 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1780), art. « Lettres des Modernes », Stuttgart, éd. Fac-similé, 1966, t. IV, p. 413.

16 Friedrich Arnold Brockhaus à August Wilhelm Schlegel, Amsterdam, le 19 février 1808, in : Josef Körner (éd.), Krisenjahre der Frühromantik. Briefe aus dem Schlegelkreis, 3 vol., Berne, Munich, Francke, 1969, vol. 1, p. 508.

17 Friedrich Perthes à August Wilhelm Schlegel, 12 décembre 1809, in : Krisenjahre der Frühromantik, op. cit., vol. 2, p. 94.

18 Le terme d’« intellectuel », dans son sens moderne, apparaît au moment de l’affaire Dreyfus avec le « Manifeste des intellectuels » en 1898. Sur l’histoire de ce terme, voir Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Seuil, 1996.

19 Le Prince de Ligne à Madame de Staël, 1er juillet 1808, lettre inédite publiée par Kurt Kloocke, in Cahiers Staëliens no 38, Paris, Touzot, 1987, p. 133.

20 Stendhal, Rome, Naples et Florence, op. cit., Paris, Delaunay, 1817, p. 356.

21 Marie Claire Hoock-Demarle, « De l’usage de la correspondance chez K. V. von Bonstetten, citoyen suisse, cosmopolite et homme de lettres », in Œuvres & Critiques, vol. XXXVII, Tübingen, Narr Francke, 2012, p. 87-108.

22 Le terme est appliqué à Johannes von Müller : « Müller a été pendant toute sa vie en contact épistolaire étroit avec des intellectuels, des hommes d’État et des amis dans toute l’Europe et outre-mer. Comme épistolographe il a, en particulier avec ses Lettres d’un jeune savant parues anonyme en 1798 (adressées à K. V. von Bonstetten), exercé une forte influence sur le premier romantisme allemand », in Historisches Lexikon der Schweiz, Stiftung historisches Lexikon der Schweiz (HLS), vol. 8, Bâle, Schwabe, 2009 – www.hls-dhs-.chD16568.php.

23 Bonstettiana. Briefkorrespondenzen Karl Viktor von Bonstettens und seines Kreises, 14 vol., Doris et Peter Walser-Wilhelm(éd.), Bern/Göttingen, Lang/Wallstein, 1996-2011.

24 À Madame de Staël, 10/12. 8. 1805, Bonstettiana, vol. IX, op. cit., p. 955.

25 À Madame de Staël, 31.8.1805, ibid, p. 970.

26 À Madame de Staël, 3.11.1805, ibid, p. 981.

27 À Madame de Staël, 12.-15.9.1805 (les expressions sont soulignées dans les lettres), Bonstettiana, vol. X, 2partie, p. 996.

28 Reinhart Koselleck, Zeitschichten, Francfort/Main, Suhrkamp, 2000, p. 297.

29 Monumenta Germaniae historica (MGH) 1819-1969, Munich, 1969, IVe partie, Epistolae.

30 Ibid., p. 228.

31 Reinhart Koselleck, « Some reflections on the temporal structure of conceptual Change », in : Wilhelm Melching, Wyger Velema (éd.), Main Trends in cultural History. Ten essays, Amsterdam, Rodopi Chicago, 1994, p. 15

32 Johann Wolfgang von Goethe à Sulpiz Boisserée, Weimar, 12 janvier 1826, in Goethes Briefe, op. cit. IV, p. 174. Sur Goethe épistolier et l’importance de la correspondance dans son œuvre, voir Albrecht Schöne, Der Briefschreiber Goethe, Munich, C. H. Beck, 2015.

33 Melching, Wyger, Main trends in cultural History, op. cit., p. 16.

34 Heinrich Heine, Französische Zustände I, op. cit., t. IX, p. 72.

35 Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 321.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Claire Hoock-Demarle, « L’épistolaire à l’épreuve de la « Sattelzeit » »Revue germanique internationale, 25 | 2017, 145-156.

Référence électronique

Marie Claire Hoock-Demarle, « L’épistolaire à l’épreuve de la « Sattelzeit » »Revue germanique internationale [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1664

Haut de page

Auteur

Marie Claire Hoock-Demarle

Marie-Claire Hoock-Demarle est professeur émérite d’histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris 7 – Denis Diderot.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search