Navigation – Plan du site

L’enseignement de l’intuition : du devenir des formes. Les années d’apprentissage de Gottfried Semper à Göttingen et Paris

Sonja Hildebrand
Traduction de Isabelle Kalinowski
p. 19-37

Résumés

L’article porte sur certaines approches épistémologiques et méthodologiques qui n’ont jusqu’ici pas été prises en compte par la recherche sempérienne ou ne l’ont été que de manière marginale : Gottfried Semper s’est familiarisé avec elles dans ses années d’études et dans différents contextes et elles ont contribué de manière décisive à la formation de sa propre théorie. Deux professeurs dont Semper a suivi les cours pendant ses études à Göttingen, notamment, ont joué un rôle central : Bernhard Thibaut, avec son concept de formation de l’intuition, emprunté à Johann Friedrich Herbart, fondé sur une pensée des processus de transformation, et Arnold Heeren, avec sa conception des processus d’échange qui marquent les cultures. On étudiera en second lieu le rapport sur la Nubie de Franz Christian Gau, qui fut le professeur d’architecture de Semper à Paris, comme exemple d’une anthropologie culturelle qui rapproche les espaces, les temps, cultures savantes et cultures vernaculaires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les travaux préparatoires à la rédaction de cet article ont été menés dans le cadre du projet « Architektur und die Globalisierung des Wissens im 19. Jahrhundert. Gottfried Semper und die Disziplin der Architekturgeschichte » [L’Architecture et la mondialisation du savoir au xixe siècle. Gottfried Semper et l’histoire de l’architecture comme discipline] soutenu par le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique et dirigé par Sonja Hildebrand (Università della Svizerra italiana) et Philip Ursprung (ETH Zurich).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

« Voyages en zigzag »
Univers du savoir : Semper étudiant à Göttingen de 1823 à 1825
L’anthropologie culturelle historique de Franz Christian Gau

Aperçu du texte

Gottfried Semper conçut sa théorie de l’art comme une théorie de la genèse des formes. Cette ambition qui induisait en même temps une réserve était clairement formulée dans les « Prolégomènes » de Der Stil. Semper écrivait que le thème traité était « le devenir-art », le « processus de devenir et la genèse des phénomènes artistiques » ainsi que les « lois et l’ordre qui se manifest[ai]ent » dans ce dernier. Semper suggérait une réserve en observant qu’il ne prenait pas pour objet la « production » d’une forme artistique, autrement dit un processus de création dépendant exclusivement de l’artiste. Il était également question de devenir (et de disparition) dans la célèbre comparaison qui ouvrait Le Style : de même que le « ciel nocturne » abritait non seulement « des astres prodigieusement brillants mais aussi des brouillards à l’éclat mat, qui [étaient] soit des systèmes anciens, morts, dispersés dans l’univers, soit des nébuleuses en train de prendre forme autour d’un noyau », de mê...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonja Hildebrand, « L’enseignement de l’intuition : du devenir des formes. Les années d’apprentissage de Gottfried Semper à Göttingen et Paris », Revue germanique internationale, 26 | 2017, 19-37.

Référence électronique

Sonja Hildebrand, « L’enseignement de l’intuition : du devenir des formes. Les années d’apprentissage de Gottfried Semper à Göttingen et Paris », Revue germanique internationale [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1674 ; DOI : 10.4000/rgi.1674

Haut de page

Auteur

Sonja Hildebrand

Sonja Hildebrand est historienne de l’art, elle enseigne à l’Università della Svizzera italiana (Mendrisio, Suisse).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals