Navigation – Plan du site

Semper, Hittorff, Labrouste, Jones et la polychromie en architecture

David Van Zanten
Traduction de Camille Joseph
p. 103-122

Résumés

Gottfried Semper a fait partie d’une génération d’architectes qui ont développé une palette extraordinairement large d’objets de curiosité et de méthodes pour les explorer, associant des approches de la couleur, de la géométrie ornementale ou de la géométrie spatiale. Poursuivant les expérimentations de Hittorff et Labrouste dans les années 1820, Semper et son contemporain anglais Owen Jones (tous deux actifs à Londres dans les années 1851-1855) formulèrent peu à peu des théories détaillées de l’ornementation chromatique dans les temples grecs antiques : la Grammaire de l’ornement de Jones (1856) et Le Style dans les arts techniques et tectoniques de Semper (1860-1863) sont le pendant intellectuel de la splendide Salle de lecture de Labrouste dans la nouvelle Bibliothèque impériale (1859-1863).

Haut de page

Notes de l’auteur

Mes remerciements les plus chaleureux vont aux amis qui m’ont aidé dans la rédaction de cet article : Sarah Betzer, Martin Bressani, Michael Kiene, Harry Malgrave, Richard Neer, Simone Zurawski et les responsables des Collections spéciales de la Northwestern University Library, Scott Krafft, Sigrid Perry et Nick Munagian.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Les temples peints
Les années 1830 et l’« art industriel »
Une architecture raisonnée
Est-ce si simple ?
Finis

Aperçu du texte

Les temples peints

« Laissez-moi voir d’abord, mon ami ; c’est une œuvre d’art que vous voulez que j’examine, pour en exprimer mon opinion. Eh bien ! Ce n’est que par les yeux que je puis [la] juger, comme c’est par la vue seule que toutes les œuvres pareilles doivent, avant tout, être appréciées… ».
Charles Percier à Jacques Ignace Hittorff quand celui-ci lui montra sa reconstitution des ornements peints du temple d’Empédocle à Sélinonte.

En 1811, les fouilles menées à Egine par les architectes Charles Robert Cockerell, John Foster, Carl Haller von Hallerstein et Jakob Linckh révélèrent la présence indiscutable de traces de motifs peints sur des sculptures de marbre et des fragments de l’architecture du temple. Les sculptures furent mises en vente et achetées en 1813 par le prince Louis de Bavière et confiées à Bertel Thorvaldsen à Rome pour y être restaurées sous les yeux d’un public en émoi. En 1819, Cockerell publia une reconstitution du temple où figuraient des triglyphes bleus et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Van Zanten, « Semper, Hittorff, Labrouste, Jones et la polychromie en architecture », Revue germanique internationale, 26 | 2017, 103-122.

Référence électronique

David Van Zanten, « Semper, Hittorff, Labrouste, Jones et la polychromie en architecture », Revue germanique internationale [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1684 ; DOI : 10.4000/rgi.1684

Haut de page

Auteur

David Van Zanten

David Van Zanten est historien d’art, il enseigne à la Northwestern University (États-Unis).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals