Navigation – Plan du site

Opus plumarium : Gottfried Semper et l’art chinois de la juxtaposition des couleurs

Isabelle Kalinowski
p. 123-142

Résumés

Cet article commente un extrait du passage consacré à l’architecture chinoise dans le premier tome de Der Stil. Semper n’avait pas voyagé en Chine mais découvrit les modes de construction chinois à Paris, en explorant les collections de la Bibliothèque impériale, où il consulta notamment un « beau manuscrit » rapporté de Pékin par des missionnaires jésuites sous le règne de Louis XVI, qui comprenait un grand nombre de planches coloriées à la main. Dans les arts de la Chine, il fut surtout attentif au mode d’organisation des couleurs, fondé sur un principe de juxtaposition plutôt que de mélange, et interpréta ce mode parataxique de définition de la polychromie comme l’indice d’une généalogie textile de l’architecture : la juxtaposition trouvait selon lui son origine dans l’art « industriel » de la broderie à plat ou opus plumarium. Les réflexions de Semper sur ce principe de juxtaposition prirent appui sur un ouvrage fondamental paru pour la première fois en 1839, De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés de Michel-Eugène Chevreul, qui dirigeait l’atelier de teinture de la manufacture des Gobelins.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Le manuscrit en couleurs de la Bibliothèque impériale et la polychromie chinoise
Opus plumarium
Semper et la « loi du contraste simultané » de Chevreul

Aperçu du texte

La vive attention que Gottfried Semper porta à l’architecture chinoise ne se fonda pas, de prime abord, sur un désir d’acclimatation de curiosités exotiques ; il ne chercha pas dans cette culture lointaine une source d’inspiration pour agrémenter, par exemple, des parcs et jardins européens, comme avait pu le faire un auteur tel que William Halfpenny, dont, au milieu du xviiie siècle, les recueils Rural Architecture in the Chinese Taste (1755) réunissaient des chinoiseries d’invention destinées à pimenter le décor extérieur de demeures raffinées (fig. 1), cédant à un usage si apprécié outre-Manche que Louis-François Delatour pouvait, au début du xixe siècle, observer que les « jardins anglois » étaient « plutôt chinois » et que « les grands parcs d’Angleterre » n’étaient « qu’une imitation de ceux de la Chine ». Semper ignora tout engouement pour ces aménagements horticoles hérités du xviiie siècle, dont la mode avait également fleuri en France et qui culminaient souvent, selon une ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Kalinowski, « Opus plumarium : Gottfried Semper et l’art chinois de la juxtaposition des couleurs », Revue germanique internationale, 26 | 2017, 123-142.

Référence électronique

Isabelle Kalinowski, « Opus plumarium : Gottfried Semper et l’art chinois de la juxtaposition des couleurs », Revue germanique internationale [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1686 ; DOI : 10.4000/rgi.1686

Haut de page

Auteur

Isabelle Kalinowski

Isabelle Kalinowski est germaniste, directeur de recherche au CNRS (Laboratoire Pays germaniques, École Normale Supérieure, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals