Navigation – Plan du site

Gottfried Semper et le « sens divinatoire de l’artiste »

Michael Gnehm
Traduction de Isabelle Kalinowski
p. 143-157

Résumés

Convaincu que l’architecture antique était polychrome, Gottfried Semper tenta d’accorder les maigres vestiges de peinture retrouvés sur des monuments grecs et romains et les données – en pratique manquantes – relatives à la couleur chez des auteurs antiques. Il eut recours à l’herméneutique, à laquelle sa formule « le sens divinatoire de l’artiste » fait allusion. L’idée était de déduire du contexte les données manquantes pour l’interprétation d’un texte. Semper en donna une illustration à partir d’un passage d’Hérodote consacré à un oracle. À la différence de Franz Kugler, qui comprenait ce passage comme une attestation de la couleur principalement blanche de l’architecture grecque, Semper prenait au sérieux le contexte de l’oracle et son caractère énigmatique. Compte tenu du fait que, dans l’oracle, la couleur rouge jouait aussi un rôle central, il aboutissait à une conclusion opposée : en faisant usage d’une méthode d’analogie inversée, il croyait voir dans ce texte une preuve que le rouge était la couleur dominante de l’architecture antique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version allemande de ce texte est parue dans le livre de Michael Gnehm, Stumme Poesie. Architektur und Sprache bei Gottfried Semper, Zurich, gta Verlag, 2014, pp. 55-69.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Archéologie, philologie et polychromie
La preuve par analogie
Paralepse et fausse monnaie

Aperçu du texte

L’intérêt de Semper pour les structures analogiques des sciences naturelles, en tant que composante de la faculté d’imagination, se traduit dans son rapport à l’archéologie. Dans Der Stil, il apostrophe cette discipline : « C’est toujours, en fin de compte, au sens divinatoire de l’artiste et à lui seul qu’il revient de reconstruire un tout à partir des vestiges mutilés de l’Antiquité » ; à côté de ce sens divinatoire de l’artiste, la « critique archéologique » est « très résolument en désavantage » et « perd l’initiative ». Dans une publication un peu antérieure, il évoquait une « tâche appropriée » pour « l’architecte qui réfléchit » : « faire des recherches » pour mettre au jour « certaines lois simples universellement valables » renforçant sa « faculté de deviner la nécessité et l’ordre dans la création et la combinaison de ses formes ». À cette époque, en tant qu’aspect de l’herméneutique développée par Friedrich Schleiermacher, la divination était devenue une composante, il es...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Gnehm, « Gottfried Semper et le « sens divinatoire de l’artiste » », Revue germanique internationale, 26 | 2017, 143-157.

Référence électronique

Michael Gnehm, « Gottfried Semper et le « sens divinatoire de l’artiste » », Revue germanique internationale [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1687 ; DOI : 10.4000/rgi.1687

Haut de page

Auteur

Michael Gnehm

Michael Gnehm est historien de l’art, il est chercheur à l’Università della Svizzera italiana (Mendrisio, Suisse) et enseigne à l’ETH de Zurich (Suisse).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals