Navigation – Plan du site

La scène primitive de l’architecture. Gottfried Semper et Alfred Gell, les origines, le style et les effets de l’art

Caroline van Eck
Traduction de Isabelle Kalinowski
p. 207-224

Résumés

Inspiré par la vue d’artefacts de Nouvelle-Zélande à l’Exposition universelle de Londres de 1851, Gottfried Semper affirma que cannibalisme et tatouage faisaient partie des premiers rites et objets humains, aux origines de la société. Cet article étudie la manière dont Semper développe une anthropologie de la création d’artefacts dans laquelle les effets produits par ces derniers et leur style jouent un rôle prépondérant. Dans la deuxième partie, nous montrerons que les conceptions de Semper étaient très proches de celles de l’anthropologue britannique Alfred Gell, au sens où tous deux appréhendent l’effet produit par les artefacts comme un effet attribué qui ne peut se déployer que dans une interaction entre êtres humains et choses. Une lecture confrontant Semper et Gell implique ainsi que le concept d’agency de ce dernier soit entendu au sens de l’attribution sociale d’effets à des objets. Une comparaison entre ces deux œuvres permet de comprendre non seulement pourquoi les hypothèses de Semper sur les effets des artefacts peuvent être confirmées par l’enquête empirique, mais aussi pourquoi la théorie de l’agentivité sociale des artefacts peut être enrichie par les analyses sempériennes du style de ces derniers.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article doit beaucoup à des conversations, au moment de sa rédaction, avec Patricia Falguières, Isabelle Kalinowski et Odile Nouvel au sujet de la réception française d’Alfred Gell, et de l’anthropologie française en général.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

La cabane primitive du cannibale
L’agentivité cachée des artefacts
Effet et agentivité
Le style
Conclusion

Aperçu du texte

La cabane primitive du cannibale

Les périodes que Semper passa à Paris ont joué un rôle décisif dans sa vie et dans sa pensée. Au cours de son premier séjour, de 1826 à 1827, il devint architecte en se formant dans l’atelier de Franz Christian Gau (1790-1854) qui avait lui-même étudié à l’Ecole des Beaux-Arts ; durant son avant-dernier séjour, en 1849-1850, il put voir les sculptures et reliefs assyriens récemment arrivés au Louvre, et cette découverte fut à l’origine de sa conception fondamentale de l’architecture comme forme de revêtement, qui devait devenir la pierre angulaire de sa théorie du style. La rencontre de la sculpture assyrienne qu’il continua d’étudier de façon approfondie au British Museum après son départ de Paris pour Londres fut aussi une source d’inspiration majeure : le projet d’écrire une histoire typologique de l’architecture céda alors la place à celui d’élaborer ce que nous appellerions aujourd’hui une histoire globale de la culture matérielle, dont la Vergle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline van Eck, « La scène primitive de l’architecture. Gottfried Semper et Alfred Gell, les origines, le style et les effets de l’art », Revue germanique internationale, 26 | 2017, 207-224.

Référence électronique

Caroline van Eck, « La scène primitive de l’architecture. Gottfried Semper et Alfred Gell, les origines, le style et les effets de l’art », Revue germanique internationale [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 27 décembre 2020, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1695 ; DOI : 10.4000/rgi.1695

Haut de page

Auteur

Caroline van Eck

Caroline Van Eck est historienne de l’art, elle enseigne à l’université de Cambridge (Royaume-Uni).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals