Navigation – Plan du site

Introduction

Clémence Couturier-Heinrich
p. 5-19

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Aperçu du texte

« Rien n’existe dans la conscience qui n’ait existé auparavant dans les sens. » Cette maxime généralement présentée comme empruntée à Aristote par John Locke peut être lue comme la devise de l’empirisme, dont l’essor caractérise la philosophie européenne au xviiie siècle. Comme Locke, George Berkeley, qui publie en 1709 un Essai de nouvelle théorie de la vision, et David Hume, qui achève son Traité de la nature humaine (1739-1740) avant l’âge de trente ans, considèrent que la perception est à l’origine de toutes les connaissances ou idées de l’homme. Cette approche, qui rompt avec l’innéisme cartésien, favorise une intense discussion philosophique – mais pas seulement – sur les sens, qui prend notamment pour objet, dans la première moitié du xviiie siècle, le problème de Molyneux. Dans son Essai sur l’entendement humain (1690), Locke rapporte une expérience de pensée qui lui a été soumise par le médecin anglais William Molyneux. Elle consiste à imaginer un aveugle de naissance qui a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Couturier-Heinrich, « Introduction », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 5-19.

Référence électronique

Clémence Couturier-Heinrich, « Introduction », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1716

Haut de page

Auteur

Clémence Couturier-Heinrich

Clémence Couturier-Heinrich est maître de conférences en études germaniques à l’Université de Picardie Jules Verne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals