Navigation – Plan du site

Le « Maître de musique intérieur » : ouïe et connaissance de l’Ordre, ou les limites du rationalisme du Père André dans l’Essai sur le Beau

The “inner music Master” : hearing and knowledge of the Order, or the limits of Father André’s rationalism in his Essay on the Beautiful
Der „innere Musikmeister“: Gehör und Kenntnis der Ordnung, oder die Grenzen von Yves-Marie Andrés Rationalismus in seinem Versuch über das Schöne
Camille Guyon-Lecoq
p. 21-33

Résumés

Si, dans l’Essai sur le Beau, le Père André pose qu’il existe un « Beau musical » conforme au principe augustinien d’« unité » qui gouverne, selon lui, l’ensemble du système des Beaux-Arts, il précise pourtant que « les lois que l’oreille doit suivre dans ses arrêts sont d’une théorie trop fine et trop délicate » pour qu’il puisse se « résoudre à commencer par elles ». La musique fait, selon lui, tant d’effet sur les sens et sur la sensibilité qu’elle échappe parfois à la Raison à laquelle l’ouvrage entier semblait la réduire. Dans l’écoute de la musique, art essentiellement « mixte », la perception d’un Ordre que l’on peut voir par « idées claires », mais que « l’on connaît aussi par sentiment », révèle l’ouïe comme cette « oreille de l’âme » dont le Père André nous découvre les vertus en se montrant fidèle à un cartésianisme malebranchiste qui n’a que peu à voir avec un rationalisme intransigeant qui oublierait de faire droit à la nature sensible.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Raison et lyrisme
Le point de vue de l’auditeur
Le « Maître de musique intérieur »
Conclusion

Aperçu du texte

Le Père Yves-Marie André occupe dans le mouvement de l’histoire des idées au xviie siècle, mais aussi dans le temps actuel de l’historiographie, une place assez particulière. S’il a été, en son temps, très lu, et en particulier, en France, par Diderot et par les Encyclopédistes, mais aussi, un peu plus tard, à l’étranger, comme Bouhours, Batteux, Crousaz ou Dubos, il n’a cependant jusqu’à aujourd’hui guère été étudié pour lui-même, mais plutôt considéré pour son importance dans les réflexions et les théories de ses illustres lecteurs. Alors qu’on peut soutenir qu’il fait partie des inventeurs de l’esthétique en France et qu’à l’Essai sur le Beau il a ajouté un Essai sur l’homme dont le sujet est la question des rapports, en l’homme, entre l’âme et le corps, sujet des Lumières s’il en est, mais qu’il aborde de manière assez originale, puisqu’il s’interroge sur les effets de l’âme sur le corps, et non le contraire, il n’a jusqu’alors pas eu les honneurs d’une monographie et les articl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Guyon-Lecoq, « Le « Maître de musique intérieur » : ouïe et connaissance de l’Ordre, ou les limites du rationalisme du Père André dans l’Essai sur le Beau », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 21-33.

Référence électronique

Camille Guyon-Lecoq, « Le « Maître de musique intérieur » : ouïe et connaissance de l’Ordre, ou les limites du rationalisme du Père André dans l’Essai sur le Beau », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1723 ; DOI : 10.4000/rgi.1723

Haut de page

Auteur

Camille Guyon-Lecoq

Camille Guyon-Lecoq est maître de conférences en littérature française à l’Université de Picardie Jules Verne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals