Navigation – Plan du site

Du goût à l’ouïe : la discussion sur la métaphoricité des sens au xviiie siècle

From taste to hearing : The discussion on the metaphoricity of the senses in the 18th century
Vom Geschmack zum Gehör: Die Diskussion über die Metaphorizität der Sinne im 18. Jahrhundert
Boris Previšić
p. 35-45

Résumés

Le goût constitue le principal catégorème esthétique du xviiie siècle. Dans ce contexte, la question de savoir dans quelle mesure la notion de goût peut être métaphorique sans perdre pour autant sa relation avec la faculté gustative s’avère cruciale. En se référant à Anne Dacier, jeune traductrice d’Aristophane, Johann Ulrich König commente les critiques suscitées par le décalage métaphorique de second degré qui résulte de la comparaison entre le goût et l’ouïe. Ses propos montrent que l’harmonie est déjà perçue comme une catégorie esthétique très construite et que l’on cherche à s’appuyer sur la pratique musicale. En effet, au lieu d’un tempérament mésotonique produisant des tierces justes, la pratique musicale recourt de plus en plus, dès la fin du xviie siècle, à un tempérament inégal. La métaphoricité secondaire du goût, à savoir la métaphorique auditive, est étroitement reliée au corps humain et devient de plus et plus pertinente comme catégorie esthétique durant le xviiie siècle – aux dépens du goût.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Le discours établi autour du goût
L’ancrage corporel du goût
La complémentarité auditive
L’harmonie comme processus
Le paradigme musical : le tempérament inégal

Aperçu du texte

Pour examiner la fonction de l’ouïe au xviiie siècle, il me semble utile d’effectuer une première digression à propos de la catégorie du goût. Ceci pour trois raisons : premièrement, c’est le goût qui forme le catégorème esthétique de la plus grande partie du xviiie siècle, surtout en littérature. Deuxièmement, si le goût ne domine pas la hiérarchie des sens comme la vue, c’est cependant lui qui la détermine et la réorganise avant de finalement disparaître. Troisièmement, on retrouve le goût comme catégorie du jugement surtout en littérature et en musique, c’est-à-dire dans les domaines où l’on discute le plus de sa métaphoricité, laquelle cherche son double dans l’ouïe. C’est la raison pour laquelle je propose de suivre une seconde digression, une trace qui nous ramène du milieu du xviiie siècle à la fin du xviie siècle. Pour cela, je procède en cinq étapes que je suis à rebours : je commence par esquisser le discours établi autour de la notion de goût en 1751 chez Gottsched, leque...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Previšić, « Du goût à l’ouïe : la discussion sur la métaphoricité des sens au xviiie siècle », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 35-45.

Référence électronique

Boris Previšić, « Du goût à l’ouïe : la discussion sur la métaphoricité des sens au xviiie siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1732 ; DOI : 10.4000/rgi.1732

Haut de page

Auteur

Boris Previšić

Boris Previšić est professeur d’études littéraires et culturelles à l’Université de Lucerne (chaire financée par le Fonds National Suisse de la recherche Scientifique).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals