Navigation – Plan du site

L’ouïe dans Le Neveu de Rameau

Hearing in Rameau’s Nephew
Das Gehör in Rameaus Neffe von Diderot
Sylviane Albertan-Coppola
p. 47-58

Résumés

Le son tient une place de choix dans l’œuvre théorique de Diderot qui, dès 1751, fonde sur l’ouïe sa réflexion sur la formation du langage dans sa Lettre sur les sourds et muets et ne cessera ensuite de s’interroger sur la production sonore, en particulier par la voix humaine, dans Le Rêve de d’Alembert (1769) et le Paradoxe sur le comédien (1773) et naturellement à propos de la musique dans les divers opuscules qu’il lui a consacrés, comme les Leçons de clavecin (1770). C’est que, pour le philosophe matérialiste, le phénomène de l’audition, ainsi que l’expression du son qui lui est étroitement associée, ne sont pas des objets isolés d’étude mais se rattachent à une conception globale du monde qui pose l’existence d’une énergie de nature, source de toute vie. On retrouve cette préoccupation auditive au sein même de l’œuvre romanesque de Diderot, en particulier dans Le Neveu de Rameau, qui fourmille de notations relatives à la voix humaine et, d’une manière plus générale, au bruit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Aperçu du texte

« Ce dialogue éclate comme une bombe au beau milieu de la littérature française, et il faut une extrême attention pour être bien sûr de discerner au juste ce qu’atteignent les éclats et comment ils portent. » Ces paroles enthousiastes de Goethe adressées à Schiller le 21 décembre 1804 saluent l’entrée fracassante du Neveu de Rameau dans le monde des lettres. C’est en effet paradoxalement à un écrivain allemand – et non des moindres – que l’on doit la première impression du chef-d’œuvre de Diderot. Le texte fut d’abord édité en allemand dans une traduction de Goethe à qui Schiller avait transmis une copie clandestine, provenant de la Bibliothèque de l’Ermitage à Saint-Petersbourg, où avaient été acheminés à la mort de Diderot ses manuscrits et ses livres, en vertu d’un accord passé avec la tsarine.

Le champ lexical du bruit utilisé par le poète pour désigner métaphoriquement le succès éclatant et la portée tonitruante de ce dialogue entre LUI et MOI, entre le Neveu et le Philosophe, e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Albertan-Coppola, « L’ouïe dans Le Neveu de Rameau », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 47-58.

Référence électronique

Sylviane Albertan-Coppola, « L’ouïe dans Le Neveu de Rameau », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1744 ; DOI : 10.4000/rgi.1744

Haut de page

Auteur

Sylviane Albertan-Coppola

Sylviane Albertan-Coppola est professeur honoraire de littérature française à l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals