Navigation – Plan du site

Le Neveu de Boerhaave

Boerhaave’s Nephew
Boerhaaves Neffe
Philippe Robichaud
p. 59-72

Résumés

Les Éléments de physiologie de Denis Diderot, œuvre fragmentaire composée en grande partie de notes glanées dans les Elementa physiologiæ d’Albrecht von Haller, font une intéressante référence à un médecin ayant perdu l’ouïe qui entendait des mélodies en posant sa main sur l’instrument de musique qui les jouait. Dans le présent article, il sera question de jeter un nouvel éclairage sur l’écriture de la physiologie en prenant pour objet de pensée cette « réclame » que Diderot écrit au sujet d’Abraham Kaau-Boerhaave (1715-1758), neveu du célèbre physiologiste Herman Boerhaave.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Valeur heuristique de la réclame
Précisions bibliographiques
Abraham Kaau-Boerhaave (1715-1758)
Denis et Abraham
La représentation du mouvement vital
Naissance d’une vérité
Un Neveu de Boerhaave ?

Aperçu du texte

Bien qu’il fréquente plusieurs médecins, Denis Diderot lui-même ne pratique pas les arts médicaux au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Lorsqu’il conçoit le projet d’écrire ses Éléments de physiologie, la forme des savoirs qu’il compile est essentiellement livresque. Or, si après avoir souvent répété qu’il n’était pas musicien, Diderot abandonne une large part de ses écrits musicaux, le fait de ne pas être médecin ne suscite aucun commentaire de sa part. Pour le philosophe, la physiologie est, contrairement à la musique ou encore à l’anatomie, un domaine de savoir qui peut se dispenser d’expérience pratique. Le physiologiste peut réfléchir à l’« œconomie animale » à partir d’observations et de témoignages : Diderot lui-même développe ses Éléments exclusivement à partir du langage – en l’occurrence, celui des autres. Il note, il cite, il paraphrase, il collectionne des « réclames d’idées » sans juger nécessaire d’appuyer sa réflexion sur de rigoureux témoignages de première main o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Robichaud, « Le Neveu de Boerhaave », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 59-72.

Référence électronique

Philippe Robichaud, « Le Neveu de Boerhaave », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1756 ; DOI : 10.4000/rgi.1756

Haut de page

Auteur

Philippe Robichaud

Philippe Robichaud est doctorant en littérature française à l’Université du Québec à Trois-Rivières / Université de Paris-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals