Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Le Neveu de Boerhaave

Le Neveu de Boerhaave

Boerhaave’s Nephew
Boerhaaves Neffe
Philippe Robichaud
p. 59-72

Résumés

Les Éléments de physiologie de Denis Diderot, œuvre fragmentaire composée en grande partie de notes glanées dans les Elementa physiologiæ d’Albrecht von Haller, font une intéressante référence à un médecin ayant perdu l’ouïe qui entendait des mélodies en posant sa main sur l’instrument de musique qui les jouait. Dans le présent article, il sera question de jeter un nouvel éclairage sur l’écriture de la physiologie en prenant pour objet de pensée cette « réclame » que Diderot écrit au sujet d’Abraham Kaau-Boerhaave (1715-1758), neveu du célèbre physiologiste Herman Boerhaave.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une note manuscrite de Diderot dans le Fonds Vandeul (n.a. fr. n. 24932, Appendice A, « Notes de la (...)
  • 2 Charles Burney, The Present State of Music in France and Italy, Londres, T. Becket and Co., 1771, p (...)
  • 3 Encyclopédie, t. IX, 1765, p. 360.
  • 4 Voir l’article « Physiologie » de l’Encyclopédie, où les opérations de la physiologie sont rapproch (...)
  • 5 Denis Diderot, Mélanges pour Catherine II, § 54 « Sur ma manière de travailler », Œuvres complètes,(...)

1Bien qu’il fréquente plusieurs médecins, Denis Diderot lui-même ne pratique pas les arts médicaux au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Lorsqu’il conçoit le projet d’écrire ses Éléments de physiologie, la forme des savoirs qu’il compile est essentiellement livresque1. Or, si après avoir souvent répété qu’il n’était pas musicien, Diderot abandonne une large part de ses écrits musicaux2, le fait de ne pas être médecin ne suscite aucun commentaire de sa part. Pour le philosophe, la physiologie est, contrairement à la musique ou encore à l’anatomie, un domaine de savoir qui peut se dispenser d’expérience pratique. Le physiologiste peut réfléchir à l’« œconomie animale3 » à partir d’observations et de témoignages : Diderot lui-même développe ses Éléments exclusivement à partir du langage4 – en l’occurrence, celui des autres. Il note, il cite, il paraphrase, il collectionne des « réclames d’idées5 » sans juger nécessaire d’appuyer sa réflexion sur de rigoureux témoignages de première main ou des dissections de cadavres. Encore moins éprouve-t-il le besoin de porter le bonnet de docteur.

  • 6 Les principaux états du texte des Éléments sont ceux, manuscrits, du Fonds Vandeul (BnF) et du Fond (...)
  • 7 Denis Diderot, Œuvres complètes, édition de Jules Assézat et Maurice Tourneux, Paris, Garnier frère (...)
  • 8 Jacques-André Naigeon, Mémoires historiques sur la vie et les ouvrages de D. Diderot, Paris, Brière (...)
  • 9 Johann Jakob Brucker, Historia critica philosophiae a mundi incunabulis ad nostram usque aetatem de (...)

2Comme l’indique Maurice Tourneux dans sa notice préliminaire de la première édition, les Éléments6 sont des notes de lectures « prises au jour le jour et rassemblées à la hâte7 ». C’est surtout en lisant les Elementa physiologiæ d’Albrecht von Haller que Diderot compose les siens – de nombreux passages paraphrasent carrément la traduction française. Jacques-André Naigeon, ami du philosophe, note que Diderot a lu « par deux fois et la plume à la main, [l]a grande Physiologie8 » de Haller. De manière analogue à la synthèse philosophique de Johann Jakob Brucker9, qui lui permet de découvrir nombre de philosophes étrangers lors de la rédaction de l’Encyclopédie, les huit gigantesques volumes de Haller lui offrent une source inestimable d’auteurs médicaux.

3Dans le présent article, il sera question de jeter un nouvel éclairage sur la genèse de cette œuvre de physiologie à l’aide du parcours d’un seul objet de pensée : une simple « réclame », pour rester fidèle au terme qu’utilise Diderot, mais une réclame qui attire à la fois l’attention de ce dernier et de Haller. En élucidant sa provenance puis son sens dans le contexte intellectuel au sein duquel elle s’inscrit, nous espérons éclairer au passage certains louvoiements et détours dans la circulation de l’information dans la communauté scientifique à laquelle Diderot prend part.

  • 10 Denis Diderot, Éléments de physiologie, édition de Paolo Quintili, Paris, Champion, 2004, p. 273. L (...)
  • 11 Quant à l’opinion des encyclopédistes à son égard, on peut lire leur jugement sans équivoque à l’ar (...)

4Voici le curieux passage qui se trouve dans une partie des Éléments consacrée aux « Phénomènes du cerveau », dans le premier chapitre intitulé « Sensation », à l’intérieur duquel la première sensation à être traitée est le « Toucher » : « Boerhaave, dans son ouvrage intitulé : Hyppocrates impetum faciens, dit de lui-même qu’ayant perdu l’ouïe, il entendait un air en posant la main sur l’instrument10. » D’abord, des éléments biographiques sont nécessaires : on peut se demander qui est ce médecin sourd qui partage le nom du grand11 Herman Boerhaave. On peut en outre, comme le fait Jean Mayer dans son édition critique, se demander comment Diderot aurait pu savoir que cet homonyme était sourd. Ensuite, puisque la référence de Diderot est laconique, il faut quelques précisions bibliographiques : rien n’assure que le titre qu’indique le philosophe pointe bel et bien vers un passage facilement identifiable. Après une première partie qui distingue les règnes respectivement végétal, animal et humain, puis une seconde qui propose une anatomie fonctionnaliste du corps humain, la troisième partie des Éléments, la plus originale, est consacrée aux « Phénomènes du cerveau » et présente le brouillon d’une explication matérielle de l’âme, de l’entendement et des passions, où le cerveau détermine la coordination des différents organes. C’est dans cette partie sur l’entendement – et non sur les sens – que figure l’exemple de Boerhaave. En quoi précisément intéresse-t-il Diderot ? À qui s’adresse l’image d’un sourd qui entend en posant sa main sur un instrument et à quoi fait-elle référence ?

Valeur heuristique de la réclame

  • 12 Denis Diderot, Mélanges, p. 355.
  • 13 Jacques-André Naigeon, op. cit., p. 222, note.
  • 14 Denis Diderot, Mélanges, p. 355. Pour l’auteur des Salons, cela évoque certainement l’ancienne quer (...)

5La description que fait Tourneux de l’état désordonné du texte cadre bien avec la méthode compositionnelle que Diderot décrit à une époque où il travaille activement aux Éléments : la première étape est de jeter ses idées sur « un grand papier », « sans ordre, en tumulte, comme elles [lui] viennent » ; il les laisse librement advenir avant de penser la structure de l’œuvre qui les réunira. Ensuite, il « reprend ces réclames d’idées tumultueuses et décousues et [il] les ordonne, quelquefois en les chiffrant ». À cette étape, l’essentiel est fait : il dit son ouvrage « achevé ». Cependant, il reste « bien encore » à faire avant que « l’ouvrage puisse être publié », avant qu’il soit dit lisible12. Naigeon dit justement des Éléments qu’ils étaient constitués d’extraits qui « ne pouvaient guère être utiles » qu’à leur auteur, extraits qui n’étaient « souvent que des simples mots de réclame destinés à lui rappeler dans le besoin des idées analogues ou contraires13 ». Ce qu’il reste à faire est un pénible « travail de la lime » que Diderot associe par analogie picturale à « la couleur » du peintre, qui remplit et orne ce que le « dessin14 » avait composé. Ainsi, pour la postérité, il ne reste des Éléments, à l’exception de quelques passages plus étayés, qu’un dessin figurativement incolore, une sorte de schéma détaillé.

6Qu’est-il donc possible de tirer de l’étude d’une réclame qui « ne pouvait guère être utile » qu’à son auteur ? Contrairement à la stérilité heuristique pour autrui dont Naigeon accuse les notes de son ami, l’état brut du texte que la révision n’a pas encore limé, les multiples marques et mesures du dessinateur que le pinceau n’a pas encore cachées peuvent offrir au chercheur des pistes captivantes. Pour reprendre une image chère au Rêve de d’Alembert, la division et l’énumération des brins individuels de l’ouvrage autorise un regard plus net sur leur singularité, regard qui serait plus difficile dans l’écheveau plus homogène de l’œuvre finie. C’est là un travail déjà largement entrepris par les éditions critiques de Jean Mayer et de Paolo Quintili. Toutefois, même l’impressionnante rigueur, la portée et la justesse de leurs études n’ont pas entièrement épuisé la richesse du texte : beaucoup de passages restent impensés ou à nuancer.

Précisions bibliographiques

  • 15 Denis Diderot, Éléments, p. 273, note 3.
  • 16 « Ou bien il distinguait les sons en approchant son doigt de la cithare ». Notre traduction.
  • 17 Albrecht von Haller, Elementa physiologiæ corporis humani, vol. V, Lausanne, Grasset, 1765, p. 253.
  • 18 Abraham Kaau-Boerhaave, Impetum faciens dictum Hippocrati, Lugduni Batavorum [Leyde], Samuel Luchtm (...)
  • 19 Denis Diderot, Éléments de physiologie, édition de Jean Mayer, Paris, Didier, 1964, p. 215, n. 2.

7Dans son édition critique, Quintili rattache le passage qui nous intéresse à la référence suivante : « Abraham Kaau Boerhaave (1715-1758), Impetum faciens dictum Hippocrati […], Lugduni Batavorum, 1745, p. 233 ; repris dans Haller, [Elementa physiologiæ], vol. V, p. 25315 ». La référence à l’œuvre d’Albrecht von Haller est exacte : ce dernier, un illustre élève d’Herman Boerhaave, fait effectivement référence au neveu de son professeur. On trouve dans ses Elementa, à l’endroit indiqué par Quintili, un très bref fragment de phrase, « aut digito admoto citharae distinguebat16 », dont Haller donne la source : « Kaauw [sic] perspir, n. 115017 ». Cependant, la source que Quintili donne pour l’Impetum faciens de Kaau-Boerhaave renvoie à une page qui n’a absolument aucun rapport avec un médecin posant sa main sur un instrument pour entendre – voire, à une page qui est absente du livre à cause d’une erreur d’assemblage de l’édition de 1745. Dans tout l’Impetum faciens, le médecin sourd parle de percevoir des sons avec ses mains et ses pieds18, mais non pas de mélodies ou d’instruments. Un coup d’œil à l’édition de Jean Mayer n’éclaircit rien : ce dernier rajoute même à l’énigme en se demandant où Diderot a pu apprendre que le sourd du passage était Kaau-Boerhaave lui-même puisqu’en relisant uniquement Haller, il est impossible de le deviner. « Sans doute Diderot s’est-il renseigné à une autre source19 », conjecture Mayer. En allant consulter la bibliographie de Kaau-Boerhaave avec la note « perspir. » de Haller en tête, on peut cependant identifier la véritable source que Diderot, loin d’en être à sa première erreur minime, a sans doute prise pour l’Impetum faciens. Il s’agit du Perspiratio dicta Hippocrati de 1738. L’indication de Haller « n. 1150 » est erronée. La note pertinente porte le numéro 1100, c’est la dernière de l’ouvrage de Kaau-Boerhaave. Cette confusion conduisant tout chercheur vers une impasse bibliographique est peut-être à l’origine du silence quasi-total des études diderotiennes au sujet de Kaau-Boerhaave, figure mineure mais fascinante dont l’existence entière semble nous avoir été occultée par une notice fautive.

Abraham Kaau-Boerhaave (1715-1758)

8Une fois ces précisions bibliographiques apportées, le lectorat contemporain reste encore dans l’obscurité : qui était cet auteur qui entendait en posant sa main sur l’instrument ? Nous l’avons déjà remarqué : Diderot cite le nom « Boerhaave », porté par l’un des médecins les plus influents de son époque, professeur renommé de Leyde ayant enseigné son art à Haller (qui l’appelle admirativement communis totius Europae praeceptor), à La Mettrie, à Tronchin, au chevalier Jaucourt, mais qui n’était pas sourd. Le titre contenu dans la citation des Éléments se réfère plutôt à un ouvrage de son neveu, Abraham Kaau (parfois orthographié Kaaw, Kaw ou Kaauw), dit Kaau-Boerhaave.

  • 20 Voir Antoine Portal, Histoire de l’anatomie et de la chirurgie, t. V, Paris, Didot, 1770, p. 149-15 (...)
  • 21 R. Geoffroy, op. cit. Albinus est un proche de Frederik Ruysch ; c’est peut-être par lui que Kaau-B (...)
  • 22 Joseph Frank, op. cit., p. 411.
  • 23 Jean-Eugène Dezeimeris, op. cit., p. 299.
  • 24 Frère dont le prénom est également Herman. Nous l’indiquons afin de prévenir une confusion avec l’o (...)
  • 25 Le Dictionnaire de Dezeimeris ne dit rien de son déplacement de Hollande en Russie, notant simpleme (...)
  • 26 Une lettre de Herman Boerhaave (oncle) à un agent du tsar de Russie (3 avril 1717) le félicite pour (...)
  • 27 Décret du 13 février 1718. Le décret et les collections peuvent aujourd’hui être consultés au Musée (...)
  • 28 Abraham Kaau-Boerhaave, Historia anatomica infantis, cuius pars corporis inferior monstrosa, Saint- (...)
  • 29 Toutefois, le Dictionnaire de Dezeimeris propose des rectifications : « Il mourut le 14 juillet 175 (...)
  • 30 Voir par exemple la place que lui fait Yury Natochin dans son article « Становление физиологии в Ро (...)

9Avec plus ou moins de précision, les dictionnaires biographiques de médecine en langue française20 s’accordent : fils du médecin Jacques Kaau et de Marguerite Boerhaave, sœur de Herman, Abraham naît à La Haye le 5 janvier 1715. En 1733, il se rend à Leyde chez son oncle Herman pour suivre ses cours réputés, tout comme ceux de « Bernard-Si[ge]froi Albinus, d’Herman Oosterdyk Schacht, d’Adrien van Royen & de Jérôme-David Gaubius, professeurs à la faculté de médecine21 ». En 1736, à l’âge de vingt et un ans, il perd subitement l’ouïe « pendant la nuit », mais poursuit néanmoins sa pratique et ses études aidé de truchements : sa surdité ne « l’empêcha pas de devenir savant en plusieurs genres22 ». On y compte notamment l’éloquence : l’année suivante, il prononce un discours académique, son De gaudiis Alchemistarum, qui d’après le Dictionnaire d’Eloy est si bien reçu que les curateurs de l’Université de Leyde font battre une médaille en son honneur. En 1738, il reçoit le bonnet de docteur. Fier, Herman Boerhaave, sur son lit de mort la même année, « voulut que son nom passât à ses neveux […] Kaau, et qu’ils l’unissent à celui de leur famille23 ». Abraham Kaau et son frère24 deviennent donc Kaau-Boerhaave ratifiant par le nom leur avunculat privilégié. Après deux ans de pratique médicale à La Haye, Abraham est appelé à Saint-Pétersbourg25, puis admis à l’Académie des Sciences de la même ville en 1744 où il est aussi titulaire d’une chaire d’anatomie et de physiologie. Alors qu’il est à Saint-Pétersbourg, Kaau-Boerhaave s’intéresse particulièrement à la tératologie, ayant à sa disposition l’importante collection de cadavres malformés que Pierre 1er avait achetée à Frederik Ruysch26, puis continuellement enrichie au moyen d’un décret obligeant les Pétersbourgeois au don de toute dépouille d’enfant jugé monstrueux, avec peines pour dissimulation27. Suite à l’étude de ce fonds, Kaau-Boerhaave publie un traité d’histoire sur la malformation des membres inférieurs chez les nouveau-nés28, puis laisse quelques mémoires à l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg. En 1748, il récupère à Moscou la charge de Premier médecin de la Cour Impériale qu’occupait son frère. Abraham, en position confortable, reste supposément en Russie jusqu’à son décès le 14 juillet 1758 à Moscou29. Sa renommée posthume y est assurée : contrairement à l’anonymat que Kaau-Boerhaave connaît chez les critiques et historiens français, on le présente comme un personnage relativement important de l’histoire médicale russe30.

  • 31 R. Geoffroy, op. cit.
  • 32 François-Gabriel Boisseau, op. cit., p. 391.
  • 33 Jean-Eugène Dezeimeris, op. cit., p. 299.

10Les sources biographiques citées lui consacrent pour la plupart des articles élogieux ; au xviiie siècle, on semble s’accorder sur le fait que, si son « nom si célèbre fixoit les yeux sur lui […] il sentit les obligations qu’il lui imposoit, & le soutint avec honneur31 ». Toutefois, au siècle suivant, sans doute victimes d’une pratique historiographique qui privilégie quelques grands hommes choisis, son souvenir et sa renommée s’estompent rapidement. En 1822, François-Gabriel Boisseau note laconiquement qu’il « n’a marqué dans la littérature médicale que par un seul de ses ouvrages [l’Impetum faciens], qui, en récompense, a été cité des milliers de fois, bien qu’il soit peu lu32 ». Son Impetum faciens dictum Hippocrati – un ouvrage sur la « nature de la force vitale », sur la « substance intermédiaire entre l’esprit et la matière » et sur la « distinction entre la force musculaire et la force nerveuse », complété par des « remarques nombreuses sur les sympathies33 » – connaît effectivement, d’après ce qu’en disent les dictionnaires biographiques médicaux de l’époque, beaucoup de popularité, du moins en ce qui concerne les citations.

Denis et Abraham

  • 34 Nous remercions Didier Kahn (CNRS) de nous avoir précisé la durée de la relation entre Diderot et M (...)
  • 35 Sergueï V. Korolev, La Bibliothèque de Diderot. Vers une reconstitution, Ferney-Voltaire, Centre in (...)

11Cela ne répond toutefois pas à la question de savoir comment Diderot a pu savoir que Kaau-Boerhaave était lui-même sourd, puisque Haller ne l’indique pas. Hormis l’hypothèse facile suggérant que Diderot ait entendu parler de Kaau-Boerhaave lors de son voyage en Russie en 1773 (ce qui serait sans doute trop tard pour que sa mention se retrouve dans le manuscrit des Éléments conservé à l’Ermitage), on retient deux explications possibles. Premièrement, en 1758, le traducteur français d’Un discours académique sur les qualités qui constituent et perfectionnent les médecins d’Abraham Kaau, prononcé en latin à Moscou en 1750, n’est nul autre que Philippe-Florent de Puisieux, mari de Madeleine d’Arsant de Puisieux. Diderot a entretenu une liaison avec Madame de Puisieux de 1745 ou 1746 à 175034, c’est-à-dire après la publication du Perspiratio d’Abraham Kaau. Il est possible que l’anecdote ait été partagée à cette époque. Deuxièmement (et de manière plus intéressante), la récente enquête menée par Sergeï V. Korolev visant à reconstituer la bibliothèque de Diderot prouve hors de tout doute que la collection de livres que Diderot vendit à Catherine II en 1765 contenait au moins trois titres de Kaau-Boerhaave : le Sermo academicus (1752 ; c’est l’ouvrage que de Puisieux traduisit en français), l’Impetum faciens dictum Hippocrati (1745), puis le Perspiratio dicta Hippocrati (1738)35. Il est donc possible que Diderot ait véritablement lu l’Impetum faciens du neveu de Boerhaave dans le texte, où il aurait aisément pu apprendre par la note 372 de la page 311 que l’auteur était sourd. Dans cette note, Kaau-Boerhaave renvoie à un passage où il a « déjà écrit » (« Scripsi antea ») au sujet de cette surdité, à savoir la toute fin de son propre Perspiratio, un passage que Diderot aurait alors très facilement pu consulter dans sa propre bibliothèque. C’est ce second passage qui contient la référence qui se retrouve dans les Éléments. Diderot aurait associé le détail biographique de la main qui entend en se posant sur un instrument – lu dans le Perspiratio – à l’Impetum faciens, dont il contribue à démontrer le contenu.

12Quoi qu’il en soit, voici notre traduction du passage latin du Perspiratio cité par Haller :

  • 36 « 1100. Cui soni deficit perceptio, illi visus fit acutior, et per totum corpus audit tremulum, dum (...)

1100. Pour celui qui ne perçoit pas le son, la vision s’améliore, et à travers tout son corps il entend des tremblements, pendant que les nerfs auditifs se forment au cours du même processus. À peine le musicien tire-t-il de la douce cithare les chansons dont notre sujet se rappelle le rythme, qu’après avoir approché le bout de son doigt, non seulement il ressent une vibration, mais il distingue les accents des sons et leurs différences de hauteur, et ce, comme s’il les captait lui-même à une grande distance. Le sabot du cheval touche à peine le pavé des chemins, mais n’indiquera pas moins au sourd, par le son du pied du cheval, de céder la place à l’heureux chevalier : à l’inverse, de trop lourds pas d’hommes l’effrayeront : un livre ne tombera pas de son étui sans qu’il en perçoive le son avec ses pieds. Ou s’il tient la main de quelqu’un qui parle, ou place ses mains sur celui-ci, il compte toutes les articulations tremblantes des mots et il distingue même combien de syllabes il y a dans les mots de celui qui parle. Toutes ces choses – et plus –, je les perçois tristement moi-même par le malheur qui m’a cruellement affligé, moi qui ai été privé il y deux ans de l’usage des oreilles, l’ayant perdu subitement36.

13Les allusions poétiques à la douce cithare d’Horace (« inbelli cithara carmina diuides » [Odes 1,15,15]) puis à aux sabots des chevaux de Virgile (« quadripedante putrem sonitu quatit ungula campum » [Énéide, VIII, 596]) cautionnent la réputation d’orateur féru de culture classique que se complaît à entretenir Kaau-Boerhaave. Elles servent peut-être aussi à détourner le regard des hypothèses antifinalistes que l’exemple d’une main qui apprend à entendre peut fort bien étayer.

14En citant l’exemple, Haller ne retient que la transmission de la perception qu’évoque Kaau-Boerhaave. Pour lui, une réorganisation de la sensibilité du corps humain est hors de question : il n’est pas envisageable que les fibres du corps fassent autre chose que relayer la vibration vers les nerfs auditifs de l’oreille. Rappelons toutefois ce qui intéresse Diderot : « Boerhaave, dans son ouvrage intitulé : Hyppocrates impetum faciens, dit de lui-même qu’ayant perdu l’ouïe, il entendait un air en posant la main sur l’instrument. » Dans les Éléments, cette réclame se trouve entre une autre qui parle du « toucher » comme d’un sens pouvant suppléer tous les autres et une troisième qui glose la différence entre une tenaille de bois ou de fer et une tenaille de chair – autrement dit, formée « de deux doigts ». La première définit la sensibilité comme un phénomène principalement tactile, nerveux ; la troisième établit une polarité entre matières insensible et sensible. Entre les deux, nous comprenons que la référence à Kaau-Boerhaave sert d’exemple de la variété dont est susceptible l’adéquation de la sensibilité à un corps vivant.

15En général, les formes du vivant telles que les entendent les vitalo-matérialistes comme Diderot sont fondamentalement arbitraires, adaptables aux situations contingentes dans lesquelles elles se retrouvent. Hormis les doigts qui perçoivent des mélodies, c’est aussi ce que manifestent avec éclat les naissances dites monstrueuses qui remplissent les livres de tératologie.

La représentation du mouvement vital

  • 37 Voir Georges Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et (...)
  • 38 Albrecht von Haller, Elementa physiologiæ corporis humani, vol. I, Lausanne, Bousquet, 1757, p. i, (...)
  • 39 Diderot s’en moque dans ses Éléments de physiologie : « L’animal, suivant quelques auteurs, est une (...)
  • 40 Robert James, Dictionnaire universel de médecine […] précédé d’un discours historique sur l’origine (...)
  • 41 Henri Fouquet, art. « Sensibilité », Encyclopédie, t. XV, 1765, p. 39.
  • 42 Sur la dette des vitalistes envers le stahliansme, voir François Duchesneau, « G. E. Stahl : Antimé (...)

16L’importance de la main de Kaau-Boerhaave se comprend plus aisément dans le contexte d’un débat sur la représentation du mouvement vital, d’une « impulsion » ou cause efficiente à l’animation du corps humain. Continuation des rudiments de zoologie comparative légués par Aristote37, la physiologie du xviiie siècle se développe en établissant des modèles analogiques pour exprimer les diverses « forces et humeurs par lesquelles la vie se maintient38 ». Différentes écoles de pensée défendent leurs modèles. Parmi ceux-ci, l’iatromécanisme de William Harvey, Robert James ou Robert Boyle, héritier des analogies de Descartes, propose des corps-machines, pompes hydrauliques, écluses, poulies, etc., comparant l’organisme humain à des constructions dont les forces sont facilement mesurables39. Cependant, leur mouvement premier, leur impetus est encore imputé à une « âme », mystérieuse. Élégants pour la netteté des calculs qu’ils permettent, les modèles iatromécanistes s’avèrent impuissants face à l’expérience pratique. Préoccupés par des calculs spécifiques qui ne concernent qu’une partie isolée de l’organisme total, les médecins « raisonneurs » échouent souvent à guérir leurs patients, d’où la remarque placée au début de la traduction du Dictionnaire de James par Diderot qui les accuse de réductionnisme, affirmant que « la philosophie Cartésienne, loin d’être utile à la Medecine, fut bannie de nos écoles, comme dangeureuse40 ». D’un autre côté, des médecins dits iatrochimistes comme Willis ou Van Helmont, héritiers de l’analogie d’Héraclite, élaborent des représentations de l’âme sensitive comme flamme vitale ou « particule ignée ». Les iatrochimistes pratiquent leur art de guérir par des réactions chimiques, se souciant d’opérations comme la fermentation, la distillation, la volatilisation et de qualités comme l’alcalinité des organes. Toutefois, pour la chimie de l’époque, des phénomènes comme la combustion du feu restent trop mal étudiés et difficilement quantifiables ; ainsi, une analogie entre le feu et la vie, aussi indéfendable qu’inattaquable, apparaît comme une de ces « hypothèses les plus hasardées & les plus puériles41 » aux yeux de médecins proches des encyclopédistes. Plus extrême encore, l’animiste Georg Stahl, à la fois père et souffre-douleur des vitalistes42, explique l’âme par un souffle de vie semblable au ψυχή (psukhê) grec.

  • 43 Denis Diderot, Éléments, p. 157.

17Diderot cherche lui aussi à livrer une explication matérielle du mouvement vital ou des causes efficientes du corps humain – bref, de ce qui met en branle la machine. Pour lui, nul besoin de prendre parti dans cette explication en tenant compte d’une origine absolue ou d’une cause finale. Une simple propriété de la matière, pourvu qu’elle soit sensible, suffit à remplacer l’anima des modèles substantialistes. C’est sous la plume de Haller, sans doute le plus illustre élève de l’oncle Boerhaave, qu’il entend une note juste, celle de la matière fibrillaire. Suivant Haller, Diderot suppose que « tous les solides du corps humain sont faits de fibres plus ou moins pressées […] sans en excepter le cerveau, ni le cervelet, ni la moelle épinière ; elles sont perceptibles dans les os, dans les tendons et les muscles43 ». L’idée de matière fibrillaire permet aussi de donner une description anatomique cohérente avec la notion fameusement avancée par Boerhaave oncle, le sensorium commune, c’est-à-dire un siège commun et cérébral pour toutes les sensations.

  • 44 Voir François Duchesneau, op. cit., p. 142. Le mémoire de Haller De partibus corporis humani sensib (...)
  • 45 Défenseur d’une foi en Dieu basée sur la raison, Haller rédige d’ailleurs plusieurs écrits dans les (...)

18Or, Haller lui-même divise la sensation en deux propriétés distinctes qu’il nomme respectivement « irritabilité » et « sensibilité ». Il s’agit d’une gradation dualiste de la sensation : l’irritabilité (vis irritabilis) désigne la réaction involontaire des fibres aux stimuli ; la sensibilité (vis sensibilis) désigne l’effet particulier sur « l’âme » des impressions reçues44. Haller, fervent chrétien45, peut alors se réfugier derrière l’idée de sensibilité telle qu’il la postule pour placer en Dieu la cause efficiente de l’entendement. Ce faisant, il fournit néanmoins les fondements empiriques d’une explication matérialiste du corps humain. Diderot en tiendra compte ; pour sa propre philosophie, c’est un cadeau conceptuel inespéré. Georges Canguilhem commente ce legs :

  • 46 Georges Canguilhem, op. cit., p. 224.

En nommant « irritabilité » et « sensibilité » les propriétés spécifiques du muscle et du nerf, Haller distinguait l’une et l’autre de tout effet de causes mécaniques et de toute expression d’un pouvoir psychique. Il libérait la physiologie de la tutelle où la tenait la mécanique en mettant en évidence, expérimentalement, l’existence de propriétés vitales sans analogues dans le domaine des corps inertes46.

  • 47 Il est intéressant de noter que le terme s’emploie à la fois en musique (le tempérament d’un instru (...)
  • 48 Henri Fouquet, art. « Sensibilité », Encyclopédie, t. XV, p. 41.
  • 49 Denis Diderot, Lettre sur les aveugles, in : Œuvres philosophiques, édition de Michel Delon, Paris, (...)

19Ainsi, le système nerveux « s’anime » lorsqu’il sent un stimulus qui correspond d’une manière ou d’une autre à son propre « tempérament47 », comme les cordes vibrantes d’instruments de musique dont les harmonies excitent le mouvement d’autres cordes à tensions proportionnelles – un phénomène à la fois sensible et mesurable. Si les impressions reçues par les organes forment les idées de l’âme sensitive, le tact devient le sens le plus pur en ce qu’il offre le contact le plus direct avec la matière à sentir. Diderot en fait le « le fondement et l’origine des cinq sens qui radicalement se réduisent à un, c’est-à-dire le tact48 » – pensons au Saunderson de la Lettre sur les aveugles, un mathématicien privé de la vue qui élabore tout de même un système mathématique admiré où « les sensations qu’il aura prises par le toucher, seront, pour ainsi dire, le moule de toutes ses idées49 ».

  • 50 Denis Diderot, « Fragments dont on n’a pu retrouver la véritable place », manuscrit de Saint-Péters (...)
  • 51 Denis Diderot, Le Rêve de d’Alembert, in : Œuvres philosophiques, p. 353.

20Rappelons que lorsque Diderot cite l’exemple de Kaau-Boerhaave, il donne une référence erronée. Comment interpréter cette erreur ? D’une façon ou d’une autre, le titre fautif, Impetum faciens dictum Hippocrati, convenait sans doute mieux à ce que Diderot voulait exprimer. Peut-être lisait-il l’expression hippocratique impetum faciens comme complémentaire de l’exemple du sourd qui entend par sa main. Impetum, accusatif singulier de impetus, puis faciens, participe présent épicène (c’est-à-dire dépourvu de marque de genre) du verbe facio – la traduction en français de cette expression donne quelque chose comme « il/elle/cela fait le mouvement ». Que la main d’un homme, disposée d’une certaine manière, puisse progressivement développer la sensibilité qui le rendrait capable « d’entendre » un air : voilà ce qui « fait le mouvement ». La génération de nouvelles formes de vie s’explique dès lors comme une adaptation continuelle de différents organes au plus grand « bien-être » qu’ils peuvent trouver dans une situation donnée : « L’animal par sa sensibilité cherche le bien-être50. » Contre le fixisme, cela préfigure le transformisme lamarckien : si les organes sont composés de matériaux différents partageant une caractéristique fibrillaire commune, il est plus aisé de concevoir que l’ensemble de l’organisme ne soit pas une machine inaltérable dont les fonctions sont d’avance délimitées. Autrement dit, la polyvalence de la matière en décourage la fixité. C’est, du moins pour le Diderot du Rêve comme pour celui des Éléments de physiologie, une « proposition simple qui explique tout » et qu’il résume en une formule radicale : la « sensibilité, propriété générale de la matière51 ».

Naissance d’une vérité

  • 52 Voir Barbara de Negroni, « Diderot et le bien d’autrui », ibid., p. xxvii-xxxviii.
  • 53 Au xviiie siècle, il s’agit, au propre, d’un terme de chasse (« un oiseau qui revient au réclame ») (...)

21Dans ce jeu de citations, la filiation entre auteurs et ouvrages est troublée ; écrivant avant l’hégémonie de la citation signée dans les ouvrages scientifiques au xixe siècle, Diderot use très librement du « bien d’autrui52 ». De plus, l’attribution est un enjeu que soulève la figure même du neveu, uni à l’oncle par une filiation oblique, aussi bien dans le cas de Kaau-Boerhaave que dans celui d’un Jean-François Rameau. À qui doit-on les paroles, les fortunes, les œuvres de ces individus ? La paternité d’une descendance génétique directe est tout aussi remise en question que la validité d’une formation auprès des milieux intellectuels de leurs « grands oncles » : la position de neveu brouille subtilement la distinction entre nature et culture. Ainsi en va-t-il de l’attribution d’une citation précise à un individu déterminé qui en serait l’auteur : Diderot ne semble pas s’en soucier au-delà de la fonction de réclame, c’est-à-dire de rappel d’une idée53.

  • 54 Jacques-André Naigeon, Mémoires, p. 261-262.

22Après la mort de Diderot, Naigeon, en synthétisant le propos de la troisième section des Éléments dans ses Mémoires historiques et philosophiques sur la vie et les ouvrages de D. Diderot, parle de sa thèse de la « perfectibilité de l’homme », supposant que celle-ci naît de « la faiblesse des sens, dont aucun ne prédomine sur l’organe de la raison ». Si un organisme avait « le nez du chien, il flairerait toujours ; l’œil de l’aigle, il ne cesserait de regarder ; l’oreille de la taupe, ce serait un être écoutant ». Enfin, les « sensations en général » ne seraient toutes « qu’un toucher diversifié ». À cette dernière remarque, en guise d’exemple, Naigeon ajoute une note en bas de page qui est à un mot près identique à celle du manuscrit des Éléments : « Kaau-Boerhaave, dans son ouvrage intitulé Hippocrates impetum faciens, dit de lui-même qu’ayant perdu l’ouïe, il entendait un air en portant la main sur l’instrument54. » Comme l’atteste la différence entre le manuscrit où Diderot note « Boerhaave » et les Mémoires où l’auteur rajoute « Kaau- », Naigeon avait donc l’information nécessaire afin de corriger le nom puis d’identifier le médecin sourd. Qui plus est, il accordait suffisamment d’importance à la réclame pour la citer mot pour mot. En revanche, il reconduit la localisation fautive du témoignage dans l’Impetum, ce qui tend à donner raison à l’article biographique de Boisseau, mais montre aussi que la précision bibliographique, dans ce contexte, n’est pas déterminante pour la valeur et l’efficacité de l’exemple.

  • 55 Henri Fouquet, art. « Sensibilité », Encyclopédie, t. XV, p. 51.

23En effet, il ne s’agit plus d’une démonstration, ou même d’un appel à l’autorité d’un savant dont l’œuvre précisément citée et supposée canonique serait à consulter. C’est plutôt un mimétisme des références jugées utiles ou agréables qui caractérise les opérations intellectuelles présentes dans la composition des Éléments. Lorsqu’ils appuient certains paradigmes, des exemples comme le nôtre parviennent à accéder au statut d’évidence, malgré les légères transformations qu’ils connaissent lors de leur migration sémantique entre leurs œuvres sources et leurs destinations. Au sein de la même communauté scientifique qui gravite autour de l’Encyclopédie, le paradigme vitalo-matérialiste s’impose progressivement comme garant de vérité. L’achèvement de ce processus est patent sous la plume d’Henri Fouquet, médecin encyclopédiste : « Le tact, qu’est-il, sinon le satellite universel de l’ame sensitive ? Il semble que cela n’a pas besoin d’une plus grande démonstration55. » L’évidence découle d’un consensus qui résulte lui-même d’un ensemble concordant de représentations analogiques.

24Or, bien entendu, abstraction faite de la question de savoir s’il est véridique ou non, l’exemple de la main de Kaau-Boerhaave qui entend ne reste qu’une image. À l’instar de la souplesse dans la fonctionnalisation des organes que suppose la main auriculaire de Kaau-Boerhaave, la réclame qui la décrit joue aussi différents rôles selon l’auteur qui l’emploie. Lorsque Haller y fait référence, il l’utilise pour parler de la transmission du son dans diverses fibres du corps. Jamais il ne suppose que le fait de poser une main sur un instrument puisse porter atteinte au fixisme des organes ou de la sensibilité ; il est simplement question de préciser les propriétés des fibres. Kaau-Boerhaave laisse transparaître l’idée d’une réadaptation dans son témoignage personnel, mais, peut-être par prudence, ne l’exprime pas ouvertement. Quant à Diderot, peut-être grâce à ou en dépit de sa position d’outsider par rapport aux académies et aux universités médicales, il utilise la même réclame pour appuyer des idées peu orthodoxes sur le mouvement constant de la matière sensible.

Un Neveu de Boerhaave ?

  • 56 Maurice Tourneux suppose qu’il s’agit sans doute du « pasteur Pierre-Henri [en réalité Paul-Henri, (...)

25Tels qu’on les connaît d’après les manuscrits de l’Ermitage puis du fonds Vandeul, les Éléments de physiologie de Diderot n’auront rien dit de plus quant à Abraham Kaau-Boerhaave, un des rares médecins sourds de l’époque des Lumières à connaître une diffusion internationale de ses œuvres. Toutefois, il existe supposément un « manuscrit autographe achevé » des Éléments que Diderot aurait remis « quelques mois avant sa mort » à un « citoyen Garron56 », que Jean Mayer croit être le pasteur Paul-Henri Marron dont selon Tourneux on aurait mal lu la signature. Or, ce manuscrit n’a, à ce jour, jamais été retrouvé. Plaisons-nous à imaginer que si l’on en retrouve la trace, il sera possible d’y lire un long développement sur le Neveu de Boerhaave, double médical du personnage de Jean-François Rameau, sorte de variation monstrueuse sur le thème de son oncle vénéré.

Haut de page

Notes

1 Une note manuscrite de Diderot dans le Fonds Vandeul (n.a. fr. n. 24932, Appendice A, « Notes de la main de mon père sur la physiologie ») nous indique d’ailleurs les sources qu’il projetait utiliser : « Livres qu’il faut lire / Institutions of médecine par M. Cullen d’Edimbourd [sic] in 12. Essai analytique de Bonnet. / Nouveaux éléments de la science de Barthès / Traité de l’expérience, par Zimmerman / Mr. Whit. [sic, Whytt] Haller. Fontana. / Lecture / Lire la médecine de l’esprit par le Camus et les caractères des passions par de la Chambre / L’anatomie d’Heister / La médecine pratique de Sthall [sic, Stahl] / Les ouvrages de Bordeux [sic] / La physiologie de Haller / La femme de Roussel. / L’homme de J.P. Marat / L’esprit et L’homme d’Helvétius / et commencer par Haller / L’homme machine / et l’homme plante de La Mettrie / et avoir toujours à côté de soi Spigelius ». Soulignons que Diderot avait l’intention de « commencer par Haller », qui constitue de fait la principale source des Éléments tels qu’ils sont parvenus jusqu’à nous.

2 Charles Burney, The Present State of Music in France and Italy, Londres, T. Becket and Co., 1771, p. 392-393 : “[Diderot] entered so zealously into my views concerning the history of his favourite art, that he presented me with a number of his own MSS. sufficient for a volume in folio on the subject. These, from such a writer, I regard as invaluable ; ‘Here, take them,’ says he, ‘I know not what they contain ; if any materials for your purpose, use them in the course of your work, as your own property ; if not, throw them into the fire.” Diderot a aussi souvent nié sa capacité de musicien : « Le titre de musicien ne me va plus. Il y a cinq ou six ans que j’ai perdu le peu de voix que j’avais […] », écrit-il en 1754 à « Mme de M*** » (voir Jean Mayer, « Diderot et la musique », in : Denis Diderot, Œuvres complètes, édition de Herbert Dieckmann, Jacques Proust et Jean Varloot, Paris, Hermann [désormais DPV], t. XIX : Musique, 1983, p. ix-xxii).

3 Encyclopédie, t. IX, 1765, p. 360.

4 Voir l’article « Physiologie » de l’Encyclopédie, où les opérations de la physiologie sont rapprochées de celles de la géométrie et de la physique : « Tout ce qui est purement corporel dans l’homme, ne nous offre que des principes tirés des méchaniques & des expériences de Physique ; & c’est par-là seulement qu’on peut connoître les forces générales & particulieres des corps. La Médecine, comme l’observe le grand Boërhaave, a donc des démonstrations distinctes & même si claires, si faciles à saisir, si évidemment vraies, qu’il faut être insensé pour les nier. […] La définition du cercle n’est pas plus claire en Géométrie, que les lumieres qui guident souvent un savant praticien » (t. XII, 1765, p. 537).

5 Denis Diderot, Mélanges pour Catherine II, § 54 « Sur ma manière de travailler », Œuvres complètes, édition de Laurent Versini, t. III : Politique, Paris, Laffont, 1995, p. 355.

6 Les principaux états du texte des Éléments sont ceux, manuscrits, du Fonds Vandeul (BnF) et du Fonds Diderot (Bibliothèque de l’Ermitage), celui de l’édition Assézat-Tourneux des Œuvres complètes (vol. IX), celui de l’édition critique de Jean Mayer de 1964, celui, réduit, que J. Mayer a établi pour l’édition Dieckmann-Proust-Varloot des Œuvres complètes (DPV, t. XVII), celui que Paolo Quintili donne dans son édition critique de 2004 chez Honoré Champion et les extraits qui se trouvent dans les relativement récentes Œuvres philosophiques dirigées par Michel Delon dans la Bibliothèque de la Pléiade.

7 Denis Diderot, Œuvres complètes, édition de Jules Assézat et Maurice Tourneux, Paris, Garnier frères, vol. IX, 1875, p. 238.

8 Jacques-André Naigeon, Mémoires historiques sur la vie et les ouvrages de D. Diderot, Paris, Brière, 1821, p. 222, note. Une lettre à François Tronchin du 29 août 1780 nous apprend que Diderot possédait bel et bien « [s]on exemplaire » des Elementa : « Vous aurez donc pour agréable de vous donner au diable, jusqu’à ce que vous m’aiez obtenu des libraires de Lauzanne propriétaires de la Grande Physiologie de Haller non les planches, comme je vous l’avois dit, – mais les tables des matières, de tous les volumes, au nombre de huit ; lesquelles tables manquent à mon exemplaire » (Denis Diderot, Correspondance, édition de Georges Roth et Jean Varloot, vol. XV, Paris, Minuit, 1970, p. 181).

9 Johann Jakob Brucker, Historia critica philosophiae a mundi incunabulis ad nostram usque aetatem deducta, Leipzig, 1741-1744, 1767, 6 volumes.

10 Denis Diderot, Éléments de physiologie, édition de Paolo Quintili, Paris, Champion, 2004, p. 273. Le manuscrit du fonds Vandeul donne la graphie « Boërrhave » ; nous reproduisons celle du manuscrit de l’Ermitage.

11 Quant à l’opinion des encyclopédistes à son égard, on peut lire leur jugement sans équivoque à l’article « Physiologie » de l’Encyclopédie : « Boerhaave a été le plus grand théoricien que nous ayons jamais eu » (t. XII, p. 538).

12 Denis Diderot, Mélanges, p. 355.

13 Jacques-André Naigeon, op. cit., p. 222, note.

14 Denis Diderot, Mélanges, p. 355. Pour l’auteur des Salons, cela évoque certainement l’ancienne querelle en peinture entre les poussinistes et les rubénistes (partisans du dessin contre ceux de la couleur).

15 Denis Diderot, Éléments, p. 273, note 3.

16 « Ou bien il distinguait les sons en approchant son doigt de la cithare ». Notre traduction.

17 Albrecht von Haller, Elementa physiologiæ corporis humani, vol. V, Lausanne, Grasset, 1765, p. 253.

18 Abraham Kaau-Boerhaave, Impetum faciens dictum Hippocrati, Lugduni Batavorum [Leyde], Samuel Luchtmans, 1745, p. 311-312, n. 372.

19 Denis Diderot, Éléments de physiologie, édition de Jean Mayer, Paris, Didier, 1964, p. 215, n. 2.

20 Voir Antoine Portal, Histoire de l’anatomie et de la chirurgie, t. V, Paris, Didot, 1770, p. 149-152 ; Nicolas Eloy (éd.), Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, t. II, Mons, Hoyois, 1778, p. 631-632 ; Félix Vicq-D’Azyr (éd.), Encyclopédie méthodique. Médecine, t. VIII, Paris, Veuve Agasse, 1808, p. 3 (l’article est signé « R. Geoffroy », nous n’avons pu identifier cet auteur) ; Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale, t. V, Paris, Panckoucke, 1822, p. 391-392 (article de François-Gabriel Boisseau) ; Jean-Eugène Dezeimeris, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, t. III, Paris, Béchet jeune, 1836, p. 299-300. ; Joseph Frank (éd.), Encyclopédie des sciences médicales, t. VI « Biographie médicale », vol. II, Paris, Au Bureau de l’Encyclopédie, 1841, p. 411-412. L’Encyclopédie dirigée par Diderot et d’Alembert ne cite Abraham Kaau qu’une seule fois rapidement à l’article « Poil » (t. XII, p. 864); la citation concerne son traité sur la transpiration. L’article ne parle d’ailleurs que de « Kaaw », orthographe qui est celle de Haller.

21 R. Geoffroy, op. cit. Albinus est un proche de Frederik Ruysch ; c’est peut-être par lui que Kaau-Boerhaave développe un intérêt pour les travaux du tératologue.

22 Joseph Frank, op. cit., p. 411.

23 Jean-Eugène Dezeimeris, op. cit., p. 299.

24 Frère dont le prénom est également Herman. Nous l’indiquons afin de prévenir une confusion avec l’oncle.

25 Le Dictionnaire de Dezeimeris ne dit rien de son déplacement de Hollande en Russie, notant simplement que l’Académie des Sciences de Pétersbourg « l’admit au nombre de ses membres en 1744 ». Il cherche aussi à corriger l’article de Boisseau en disant que c’est son frère Herman Kaau-Boerhaave qui était premier médecin de l’empereur de Russie. Voir Jean-Eugène Dezeimeris, op. cit., p. 299.

26 Une lettre de Herman Boerhaave (oncle) à un agent du tsar de Russie (3 avril 1717) le félicite pour l’achat de la collection de Ruysch, disant que « rien est sous le soleil de pareil ! », puis le conseillant sur le choix d’un conservateur (M. Van der Hulst) afin de lui éviter de devoir recruter « un [F]rançais » (voir Herman Boerhaave, Boerhaave’s Correspondence, éditée et présentée par Gerrit Arie Lindeboom, Brill, Leyde, vol. III, 1979, p. 177-178).

27 Décret du 13 février 1718. Le décret et les collections peuvent aujourd’hui être consultés au Musée d’ethnographie et d’anthropologie Pierre-le-Grand de l’Académie des sciences de Russie, dit la Kunstkamera.

28 Abraham Kaau-Boerhaave, Historia anatomica infantis, cuius pars corporis inferior monstrosa, Saint-Pétersbourg, Académie des Sciences, 1754.

29 Toutefois, le Dictionnaire de Dezeimeris propose des rectifications : « Il mourut le 14 juillet 1758, et non en 1753, comme le dit Sprengel [?], qui a pris la date de la mort d’Hermann [sic] Kaau Boerhaave, pour celle de la mort de son frère » (Jean-Eugène Dezeimeris, op. cit., p. 299).

30 Voir par exemple la place que lui fait Yury Natochin dans son article « Становление физиологии в России : xviii век » [Formation de la physiologie en Russie au xviiie siècle], Studies in the History of Biology 8/2, 2016, p. 9-24.

31 R. Geoffroy, op. cit.

32 François-Gabriel Boisseau, op. cit., p. 391.

33 Jean-Eugène Dezeimeris, op. cit., p. 299.

34 Nous remercions Didier Kahn (CNRS) de nous avoir précisé la durée de la relation entre Diderot et Madame de Puisieux. Sa précision doit paraître dans le volume Correspondance I des Œuvres complètes de Diderot : « Diderot avait une liaison depuis 1745 ou 1746 avec Mme de Puisieux », puis « leur rupture était consommée en 1750, lorsqu’elle déclarait dans Les Caractères : “j’ai appris que cinq ans d’habitude ne dévoilent pas le fond du cœur quand les gens ont intérêt de le déguiser” » (DPV, t. XXVIII, à paraître, p. 40).

35 Sergueï V. Korolev, La Bibliothèque de Diderot. Vers une reconstitution, Ferney-Voltaire, Centre international d’Études du xviiie siècle, 2014, p. 73, entrées n° 449, 450, 451. Le Sermo et l’Impetum faciens sont reliés en un volume. Nous disons « au moins », parce que Korolev répertorie 882 titres d’une bibliothèque estimée à quelque 3 000 titres.

36 « 1100. Cui soni deficit perceptio, illi visus fit acutior, et per totum corpus audit tremulum, dum in ambitu ejusdem nervi fiunt auditorii. Imbelli cithara carmina vix dividet muficus, quorum ille meminit numeros, quin apposito digiti apice, tremulam sentit vibrationem non tantum, sed & tonos distinguit ac modulamen, & quidem ita, quasi e longinquo sonum caperet ipsum. Quadrupedante pede sonitu vix quatit viarum strata equi ungula, quine minus jam surdo indicet, locum cedat equiti feliciori : imo vero & crassiora terrent hominum vestigia : non cadet de seriniis liber, cujus non ille sonum pedibus percipit. Si vel loquentis manum tenet, vel ejus humeris suas imponit manus, omnes tremulas vocum articulationes numerat, & quidem quot sunt in vocibus loquentis, syllabas distinguit. Haec omnia ipse & plura ex infausto, quod tam dire afflixit, malo infelix percipio : cui jam per biennium aurium usus, subito amissus, defuit » (Abraham Kaau-Boerhaave, Perspiratio dicta Hippocrati, Lugduni Batavorum [Leyde], Samuel Luchtmans, 1738, p. 440-441). Nous remercions chaleureusement D. Brault (Loyola College) et P. Pietquin (Université de Liège), qui nous ont apporté leur aide précieuse pour la traduction. P. Pietquin nous a également ouvert les yeux sur les allusions poétiques à Horace et à Virgile dans le passage du Perspiratio de Kaau-Boerhaave.

37 Voir Georges Canguilhem, Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie, Paris, Vrin, 1994, p. 216-218.

38 Albrecht von Haller, Elementa physiologiæ corporis humani, vol. I, Lausanne, Bousquet, 1757, p. i, cité dans François Duchesneau, La Physiologie des Lumières, La Haye, Martinus Nijhoff Publishers, 1982, p. 126.

39 Diderot s’en moque dans ses Éléments de physiologie : « L’animal, suivant quelques auteurs, est une machine hydraulique. Que de sottises on peut dire d’après cette unique supposition ! » (Denis Diderot, Éléments, p. 120).

40 Robert James, Dictionnaire universel de médecine […] précédé d’un discours historique sur l’origine et les progrès de la médecine, traduit de l’anglais de M. James par Mrs Diderot, Eidous et Toussaint, t. I, Paris, Briasson, David, Durand, 1746, p. cxxxii.

41 Henri Fouquet, art. « Sensibilité », Encyclopédie, t. XV, 1765, p. 39.

42 Sur la dette des vitalistes envers le stahliansme, voir François Duchesneau, « G. E. Stahl : Antimécanisme et concept d’organisme », in : op. cit., p. 1-31 et Roselyne Rey, « La critique de l’animisme », in : Naissance et développement du vitalisme en France, Oxford, SVEC, 2000, p. 115-130.

43 Denis Diderot, Éléments, p. 157.

44 Voir François Duchesneau, op. cit., p. 142. Le mémoire de Haller De partibus corporis humani sensibilibus et irritabilibus, paru en 1753, a fait l’objet dès 1755 d’une traduction française de Tissot sous le titre Dissertation sur les parties irritables et sensibles des animaux (Lausanne, Bousquet). Le brillant chapitre de Duchesneau sur « La théorie physiologique de Haller : irritabilité et sensibilité » s’ouvre par un point très utile sur les publications et traductions de Haller.

45 Défenseur d’une foi en Dieu basée sur la raison, Haller rédige d’ailleurs plusieurs écrits dans lesquels il défend la vérité de la révélation biblique – en particulier contre les attaques de Voltaire (préface à l’ouvrage de Johann Heinrich Samuel Formey Prüfung der Secte die an allem zweifelt [Examen de la secte qui doute de tout], 1751 ; Briefe über die wichtigsten Wahrheiten der Offenbarung [Lettres sur les plus importantes vérités de la révélation], 1772 ; Briefe über einige Einwürfe nochlebender Freygeister wider die Offenbarung [Lettres sur quelques objections de libres-penseurs encore vivants contre la révélation], 3 volumes, 1775-1777). Qui plus est, la publication posthume d’extraits de son journal (Albrecht von Haller, Tagebuch seiner Beobachtungen über Schriftsteller und über sich selbst : zur Karakteristik der Philosophie und Religion dieses Mannes, 2 volumes, Bern, Haller, 1787) laisse transparaître les tensions existentielles auxquelles il fut confronté en quête de la « vraie foi chrétienne ».

46 Georges Canguilhem, op. cit., p. 224.

47 Il est intéressant de noter que le terme s’emploie à la fois en musique (le tempérament d’un instrument) qu’en médecine, par exemple pour parler de la diversité des tempéraments (voir Denis Diderot, Éléments, p. 194).

48 Henri Fouquet, art. « Sensibilité », Encyclopédie, t. XV, p. 41.

49 Denis Diderot, Lettre sur les aveugles, in : Œuvres philosophiques, édition de Michel Delon, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2010, p. 144.

50 Denis Diderot, « Fragments dont on n’a pu retrouver la véritable place », manuscrit de Saint-Pétersbourg (1774) des Éléments de physiologie, DPV, t. XVII, p. 233.

51 Denis Diderot, Le Rêve de d’Alembert, in : Œuvres philosophiques, p. 353.

52 Voir Barbara de Negroni, « Diderot et le bien d’autrui », ibid., p. xxvii-xxxviii.

53 Au xviiie siècle, il s’agit, au propre, d’un terme de chasse (« un oiseau qui revient au réclame »), d’imprimerie (le mot que l’on met en bas d’une page et qui est le premier de la page suivante) ou de bréviaire (la dernière partie d’un répons). L’article « Réclame » de l’Encyclopédie ajoute à propos du sens religieux que la réclame était marquée par le même signe que celui qu’utilisait Diderot pour signer ses articles : « La réclame se marque avec une étoile » (t. XIII, 1765, p. 856).

54 Jacques-André Naigeon, Mémoires, p. 261-262.

55 Henri Fouquet, art. « Sensibilité », Encyclopédie, t. XV, p. 51.

56 Maurice Tourneux suppose qu’il s’agit sans doute du « pasteur Pierre-Henri [en réalité Paul-Henri, P. R.] Marron, né à Leyde en 1754, mort à Paris en 1832 » qui, « selon M. Étienne Chavaray », avait l’habitude de former « la lettre initiale de son nom à peu près comme un G » (Maurice Tourneux, Les manuscrits de Diderot conservés en Russie, Genève, Slatkine, 1967, reproduction de l’édition de Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. 28). Dans l’« Introduction » aux Éléments de physiologie de l’édition DPV, J. Mayer note effectivement qu’il manque toujours la « pièce maîtresse », c’est-à-dire « l’autographe que Diderot confia, quelques mois avant sa mort, au “citoyen Garron” », autographe supposément achevé (DPV, t. XVII, p. 269). Elle aussi à la recherche de cet autographe perdu, Caroline Warman rapproche les Éléments des leçons d’analyse de l’entendement données par Dominique Joseph Garat à l’École normale en l’an III (1795), voir son article « Les Éléments de physiologie de Diderot : inconnus ou clandestins ? », in : Isabelle Moreau (éd.), Les Lumières en mouvement. La circulation des idées au xviiie siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 65-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Robichaud, « Le Neveu de Boerhaave »Revue germanique internationale, 27 | 2018, 59-72.

Référence électronique

Philippe Robichaud, « Le Neveu de Boerhaave »Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1756

Haut de page

Auteur

Philippe Robichaud

Philippe Robichaud est doctorant en littérature française à l’Université du Québec à Trois-Rivières / Université de Paris-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search