Navigation – Plan du site

L’ouïe dans les réflexions sur l’harmonie du monde chez Gottfried Wilhelm Leibniz et Johann Gottlob Krüger

Hearing in Gottfried Wilhelm Leibniz’ and Johann Gottlob Krüger’s reflections on the harmony of the world
Das Gehör in den Überlegungen zur Weltharmonie bei Gottfried Wilhelm Leibniz und Johann Gottlob Krüger
Laure Spaltenstein
p. 73-84

Résumés

Le concept d’harmonie du monde tel qu’il est développé par Gottfried Wilhelm Leibniz et par le médecin-philosophe Johann Gottlob Krüger met en évidence un changement de paradigme en ce qui concerne l’attention portée au sens de l’ouïe. Chez Leibniz, l’harmonie est un état donné, immuable, auquel les hommes participent sans même s’en rendre compte ; l’ouïe, bien que centrale pour la perception, est un sens essentiellement passif. Chez Krüger, au contraire, l’harmonie est un but à atteindre qui nécessite un effort de chaque individu. L’ouïe devient un sens actif, une écoute dirigée non pas tant vers l’univers que vers les hommes. Ces observations sont établies essentiellement à partir de lettres de Leibniz et de l’ouvrage littéraire Träume de Krüger, recueil de récits fictifs de rêves où le médecin confirme la place de choix qu’il accorde à la musique dans ses réflexions physiologiques et philosophiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

I.
II.
III.

Aperçu du texte

Illustration : frontispice et page de titre de Christian Wolff, Vernünfftige Gedancken von dem Gebrauche der Theile in Menschen, Thieren und Pflantzen, Francfort-sur-le-Main et Leipzig, In der Rengerischen Buchhandlung, 1725

Illustration : frontispice et page de titre de Christian Wolff, Vernünfftige Gedancken von dem Gebrauche der Theile in Menschen, Thieren und Pflantzen, Francfort-sur-le-Main et Leipzig, In der Rengerischen Buchhandlung, 1725

Le frontispice des Vernünfftige Gedancken von dem Gebrauche der Theile in Menschen, Thieren und Pflantzen de Christian Wolff, ouvrage publié en 1725, pourrait surprendre le lecteur d’aujourd’hui : pourquoi a-t-on illustré ce traité de physiologie par la représentation d’un instrument de musique, plus précisément d’un luth, tenu par une main divine sortie des nuages (voir illustration) ? La devise en latin selon laquelle ce qui sonne différemment s’accorde, « Consona, quae diversa sonant », apporte la réponse, puisqu’elle se réfère de toute évidence non seulement aux cordes du luth, mais aussi aux différentes parties du corps humain, du corps animal et des plantes dont il est question dans ce traité : toutes ces parties s’accordent da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Spaltenstein, « L’ouïe dans les réflexions sur l’harmonie du monde chez Gottfried Wilhelm Leibniz et Johann Gottlob Krüger », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 73-84.

Référence électronique

Laure Spaltenstein, « L’ouïe dans les réflexions sur l’harmonie du monde chez Gottfried Wilhelm Leibniz et Johann Gottlob Krüger », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1767 ; DOI : 10.4000/rgi.1767

Haut de page

Auteur

Laure Spaltenstein

Laure Spaltenstein est post-doctorante à l’Université de Lucerne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals