Navigation – Plan du site

Expérience auditive et scène imaginaire dans les fictions du xviiie siècle : merveille et suggestion

Auditory experience and imaginary scenes in 18th century fiction : the marvelous and suggestion
Gehörerfahrung und vorgestellte Szene in den Fiktionen des 18. Jahrhunderts: Wunder und Suggestion
Emmanuelle Sempère
p. 85-100

Résumés

Les pouvoirs suggestifs de l’ouïe concernent tout aussi bien les physiciens, pour lesquels la fiabilité des perceptions est de la première importance, que les moralistes et théologiens, qui entreprennent de démasquer les superstitions et de prévenir des dangers de l’illusion. Nous voudrions montrer que les « erreurs de l’ouïe » sont en même temps la base d’un « merveilleux sonore » qu’il serait réducteur de limiter à la musique. Celle-ci renvoie de fait au lien entre le merveilleux et l’expression du sentiment, à une époque où la notion de merveilleux s’est déplacée de la « merveille » à l’effet. Aussi la capacité des sons à faire entendre l’invisible concerne-t-elle tout autant la sphère du divin que celle des relations affectives et de la psyché humaine. La perception auditive par son caractère fugitif et son immatérialité peut créer des « scènes imaginaires » dont l’évaluation en termes de vérité et de fausseté est plus difficile que pour la vue, suggérant un continuum de la sensation entre l’irréel et le réel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Les erreurs de l’ouïe
Le merveilleux sonore
Diables sonores
Suggestions mentales et transcendances sonores

Aperçu du texte

Les travaux d’Hélène Cussac ont mis en évidence l’importance d’une étude de « la sensibilité acoustique » des écrivains du xviiie siècle, en rapport bien sûr avec la musique et la réflexion esthétique qui lui est liée, mais sans leur être limitée. De fait, l’attention aux sens imprègne tous les domaines de la pensée et de la création et conduit à déplacer nombre de questionnements. Parmi eux, la question du « surnaturel » est particulièrement intéressante dans la mesure où l’ouïe est, comme la vue, un sens dépourvu de contact qui fait intervenir un sens second et intérieur, partiellement identifiable au « sixième sens » ou, pourquoi pas, à l’imagination. La profonde refonte définitionnelle du surnaturel au xviiie siècle est certes un point nodal des bouleversements idéologiques et spirituels de la période, mais elle est aussi profondément influencée par la façon d’envisager le monde et la nature : l’expérience sensible et le jugement propre d’un sujet singulier fondent un nouveau ra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Sempère, « Expérience auditive et scène imaginaire dans les fictions du xviiie siècle : merveille et suggestion », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 85-100.

Référence électronique

Emmanuelle Sempère, « Expérience auditive et scène imaginaire dans les fictions du xviiie siècle : merveille et suggestion », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1776 ; DOI : 10.4000/rgi.1776

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Sempère

Emmanuelle Sempère est maître de conférences en littérature française à l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals