Navigation – Plan du site

L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du xviiie siècle

Hearing put to the test of taste in 18th century European culture
Das Gehör auf dem Prüfstand des Geschmacks in der europäischen Kultur im 18. Jahrhundert
Hélène Cussac
p. 101-120

Résumés

La question du goût en tant que faculté qui perçoit le beau concerne au xviiie siècle au premier chef le sens de l’ouïe. Cet article revient donc sur quelques questions d’importance dans toute l’Europe des Lumières : la perception auditive est-elle une affaire de sensibilité naturelle ou d’éducation ? Quelles parts respectives fait-elle aux idées et au sentiment ? Sur quels critères la sensation conduit-elle à juger d’un beau son ? Quelles incidences sur la perception auditive peut avoir la façon des théoriciens et des philosophes d’envisager le goût ? S’il est nécessaire d’avoir « une tête harmonique » pour « saisir toutes les nuances qui nous échappent », comme l’écrit Louis-Sébastien Mercier à la fin du siècle, cela veut-il dire que l’organe serait insuffisant à faire éprouver le sentiment du beau ? Sachant que le goût de l’oreille a à voir aussi, à en croire Diderot, le penseur de la mécanique naturaliste de l’ouïe, avec la morale, comme il l’affirme dans le Salon de 1767, l’article rend compte de la complexité de la réflexion à partir d’un panorama observant la notion de plaisir transmis par le sens de l’ouïe, puis la capacité de l’organe dans la perception et le jugement de ce plaisir, enfin l’évolution des idées sur le sens de l’ouïe.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

I – Du plaisir auditif
1. Prolégomènes : du goût des philosophes pour le sens de l’ouïe
2. À l’origine du plaisir de l’oreille
3. Au plaisir de l’oreille : l’efficacité des rapports
4. Au plaisir de l’oreille : ordre, uniformité et variété
II – De la capacité de l’oreille à juger
1. De l’impression et/ou de la sensation auditive
2. De l’universalité du goût auditif
3. Du sentiment auditif
III – De l’éducation de l’ouïe à la relativité du goût
1. Au-delà de l’oreille : du rôle de l’imagination et de l’habitude
1.1. L’imagination
1.2. L’habitude
2. Le goût de l’ouïe au-delà de l’oreille : une affaire de gens « bien-nés » ?
2.1. Une pensée sociologique du sens de l’ouïe
2.2. Le rôle du préjugé
3. De la relativité du goût à la subjectivité du goût auditif
Conclusion

Aperçu du texte

Au xviiie siècle, l’oreille occidentale est délicate. Exigeante, il faut que les sons la ravissent : si ce n’est pas le cas, le son perçu n’est révélateur ni de beauté, ni de bonheur de l’âme. La sensation sonore en reste alors au sens premier, immédiat, le sens externe, qui, comme l’a montré Hutcheson, ne permet pas d’atteindre un sentiment raffiné du beau. La délicatesse de l’oreille est en ce temps d’autant plus complexe que son goût se porte vers les sons naturels. C’est la raison pour laquelle la voix chantée est le son qui lui procure le plus de plaisir. La question du goût, en ce qu’il peut être entendu comme une faculté qui perçoit le beau, concerne donc au premier chef le sens de l’ouïe. La plus grande preuve, s’il en fallait une, en est la querelle que l’on connaît entre les tenants de la musique française et ceux de la musique des Italiens : Saint-Preux ne trouvait-il pas la musique française « d’un faux à choquer l’oreille la moins délicate » ? Il ne s’agira pas de reven...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Cussac, « L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du xviiie siècle », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 101-120.

Référence électronique

Hélène Cussac, « L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du xviiie siècle », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1786 ; DOI : 10.4000/rgi.1786

Haut de page

Auteur

Hélène Cussac

Hélène Cussac est maître de conférences en littérature française à l’Université Toulouse – Jean Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals