Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27L’ouïe à l’épreuve du goût dans l...

L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du xviiie siècle

Hearing put to the test of taste in 18th century European culture
Das Gehör auf dem Prüfstand des Geschmacks in der europäischen Kultur im 18. Jahrhundert
Hélène Cussac
p. 101-120

Résumés

La question du goût en tant que faculté qui perçoit le beau concerne au xviiie siècle au premier chef le sens de l’ouïe. Cet article revient donc sur quelques questions d’importance dans toute l’Europe des Lumières : la perception auditive est-elle une affaire de sensibilité naturelle ou d’éducation ? Quelles parts respectives fait-elle aux idées et au sentiment ? Sur quels critères la sensation conduit-elle à juger d’un beau son ? Quelles incidences sur la perception auditive peut avoir la façon des théoriciens et des philosophes d’envisager le goût ? S’il est nécessaire d’avoir « une tête harmonique » pour « saisir toutes les nuances qui nous échappent », comme l’écrit Louis-Sébastien Mercier à la fin du siècle, cela veut-il dire que l’organe serait insuffisant à faire éprouver le sentiment du beau ? Sachant que le goût de l’oreille a à voir aussi, à en croire Diderot, le penseur de la mécanique naturaliste de l’ouïe, avec la morale, comme il l’affirme dans le Salon de 1767, l’article rend compte de la complexité de la réflexion à partir d’un panorama observant la notion de plaisir transmis par le sens de l’ouïe, puis la capacité de l’organe dans la perception et le jugement de ce plaisir, enfin l’évolution des idées sur le sens de l’ouïe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francis Hutcheson, Recherche sur l’origine de nos idées de la beauté et de la vertu [premier traité (...)
  • 2 Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse, in : Œuvres complètes, édition de Bernard Gagnebin et M (...)
  • 3 Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des A (...)
  • 4 Denis Diderot, Salon de 1767, in : Œuvres complètes, édition de Herbert Dieckmann, Jacques Proust e (...)
  • 5 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, édition de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, (...)

1Au xviiie siècle, l’oreille occidentale est délicate. Exigeante, il faut que les sons la ravissent : si ce n’est pas le cas, le son perçu n’est révélateur ni de beauté, ni de bonheur de l’âme. La sensation sonore en reste alors au sens premier, immédiat, le sens externe, qui, comme l’a montré Hutcheson1, ne permet pas d’atteindre un sentiment raffiné du beau. La délicatesse de l’oreille est en ce temps d’autant plus complexe que son goût se porte vers les sons naturels. C’est la raison pour laquelle la voix chantée est le son qui lui procure le plus de plaisir. La question du goût, en ce qu’il peut être entendu comme une faculté qui perçoit le beau, concerne donc au premier chef le sens de l’ouïe. La plus grande preuve, s’il en fallait une, en est la querelle que l’on connaît entre les tenants de la musique française et ceux de la musique des Italiens : Saint-Preux ne trouvait-il pas la musique française « d’un faux à choquer l’oreille la moins délicate2 » ? Il ne s’agira pas de revenir sur la polémique bien connue, mais plutôt d’observer combien le sens de l’ouïe préoccupait les penseurs et de revenir sur quelques questions d’importance : la perception auditive est-elle une affaire de sensibilité naturelle ou d’éducation ? Sur quels critères la sensation conduit-elle à juger un son beau ou désagréable ? Quelle est la part des idées et celle du sentiment dans ce jugement ? Que l’oreille par exemple soit susceptible d’apprécier positivement un son bruyant révèle-t-il que l’auditeur n’est pas un « homme de goût » ou qu’il n’a pas un « esprit aux organes bien constitués, relativement aux choses auxquelles il s’applique3 » ? Quelles incidences sur la perception auditive peut alors avoir la façon des philosophes d’envisager le goût ? Sachant que le goût de l’oreille a à voir aussi, à en croire Diderot, le penseur de la mécanique naturaliste de l’ouïe, avec la morale – « Écartez du son toute idée accessoire, et morale, et vous lui ôterez la beauté », affirme-t-il dans le Salon de 17674 –, la question, on le constate, est encore plus complexe. Qu’en est-il en fin de compte de la nature du plaisir ou du déplaisir acoustique, dans le sens où il arrive que l’ouïe révèle un rapport affectif profond entre le son et l’auditeur ? S’il est nécessaire d’avoir « une tête harmonique » pour « saisir toutes les nuances qui nous échappent5 », comme l’écrit Mercier à la fin du siècle, cela veut-il dire encore que l’organe serait insuffisant à faire éprouver le sentiment du beau ? L’oreille, en termes de goût, serait-elle en fin de compte limitée ? Le – modeste – panorama proposé répond à ces questionnements en s’intéressant à la question du plaisir transmis par le sens de l’ouïe, puis en s’interrogeant sur la capacité de l’organe dans la perception et le jugement de ce plaisir et enfin en envisageant l’évolution de la réflexion sur le goût de l’ouïe.

I – Du plaisir auditif

1. Prolégomènes : du goût des philosophes pour le sens de l’ouïe

  • 6 Encyclopédie, art. « Ouïe », t. XI, 1765, p. 702.
  • 7 Yves-Marie André, Essai sur le Beau [1741], Paris, Ferra aîné, 1810, p. 21.
  • 8 Encyclopédie, art. « Ouïe », p. 704.
  • 9 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature [1784], édition de Colas Duflo, Presse (...)
  • 10 Johann Gottfried Herder, Viertes Kritisches Wäldchen [1769], in : Werke, édition de Wolfgang Proß, (...)
  • 11 Joseph Duverney, Traité de l’organe de l’ouïe, Paris, Michallet, 1683 ; Claude Perrault, Œuvres div (...)
  • 12 L’Académie de Toulouse propose même pour son prix en 1751 le sujet : Traité de l’ouïe. Réservé pour (...)
  • 13 Johann Georg Sulzer, Nouvelle théorie des plaisirs par Mr. Sulzer, […] avec des réflexions sur l’or (...)
  • 14 Julien Onfray de La Mettrie, L’homme-machine [1747], in : Œuvres philosophiques, Amsterdam, [s. n.] (...)

2L’ouïe, cette « sensation excitée par les sons reçus dans l’oreille ; ou, si l’on aime mieux, [cette] perception du son qui se fait dans l’ame par le secours de tout l’organe nommé auditif6 », est appréciée des Lumières avant tout pour sa fonction de communication. Le commerce entre les hommes effectué par l’organe dans sa relation à la voix leur offre un accroissement de l’espace et en conséquence une potentialité d’extension de la sociabilité. C’est bien la première définition que lui donne l’Encyclopédie, et en ce sens, les philosophes des Lumières européennes s’entendent plus qu’on ne le pense à ne pas toujours placer la vue avant l’ouïe, malgré l’héritage d’une culture rationnelle préférant les objets plus faciles à nommer. Ils les mettent souvent en effet à égalité, comme le fait le Père André pour qui ce sont « les seules de nos facultés corporelles qui aient le don de le discerner [le beau]7 ». Ils donnent même parfois la primauté à l’ouïe sur la vue : l’Encyclopédie trouve à l’oreille une « perfection […] supérieure à celle des yeux » au point d’affirmer que « ce sens est plus parfait dans son genre8 » ; Bernardin de Saint-Pierre voit en elle le sens immédiat de l’intelligence9 ; Herder lui confère la qualité d’être « le plus interne, le plus profond des sens10 ». Certes, nous sommes là bien avancés dans le siècle et avant que l’ouïe ne gagne une place meilleure dans la hiérarchie des sens, il a fallu non seulement que les iatromécaniciens – avec tout particulièrement Duverney en 1683 et Perrault en 172111 – et les physiologistes éclairent mieux sa configuration, mais que s’écrivent aussi maints traités de l’ouïe12, que le sensualisme ait droit de cité et que les théoriciens – du sentiment notamment – débattent sur le rôle des sens dans la définition du beau et du goût. Le fait que l’homme se voit progressivement défini comme un être en rapport sensoriel et sensible à l’étendue (l’espace) marque l’intérêt croissant pour l’ouïe. Aussi, même si la statue de Condillac s’éveille à la vie d’abord par les sens de la vue et du toucher, comme à peine plus tard celle de Charles Bonnet, et même si pour Sulzer, en 1767 encore, les nerfs auditifs tiennent le second rang et les nerfs optiques le premier13, l’ouïe affirme de plus en plus son importance. Diderot ne déplace-t-il pas son intérêt de jeune intellectuel déiste des mathématiques vers la question de la surdité et du mutisme, parallèlement à celui pour les aveugles, en vue de comprendre la genèse des idées et leur dépendance physique ? La Mettrie, de son côté, confirme cette conscience d’un sens primordial en n’hésitant pas à fonder l’éducation sur lui14. L’ensemble des philosophes et des scientifiques ont bien conscience que l’ouïe est un sens incapable de ne pas être sensible aux phénomènes qui le concernent. L’oreille immerge l’être entendant dans l’espace des bruits qui l’assaillent malgré lui. Aussi est-ce bien cette affirmation insistante de la valeur du sens de l’ouïe qui fait que l’on s’intéresse tellement au cas du sourd-muet, condamné au malheur de n’entendre rien ni surtout aucune langue et d’être isolé au milieu des hommes. L’audition néanmoins a toujours été pensée en termes de plaisir. Les premières réflexions de Mersenne dans le Traité de l’harmonie en 1636 étaient déjà bien marquées par une esthétique subjective de l’agrément et il a fallu attendre Rameau pour l’incorporer à un discours scientifique que le cartésianisme avait imposé comme horizon de la réflexion et comme valeur culturelle. Ce que le xviiie siècle a gagné, c’est l’accroissement du plaisir, l’oreille étant amenée à accepter la dissonance comme attente, retardement, promesse, suspense et production indirecte d’un plaisir accru de l’âme. Ainsi les théoriciens participent-ils dans toute l’Europe à une longue réflexion sur l’univers des vibrations.

2. À l’origine du plaisir de l’oreille

  • 15 Voir Marin Mersenne, Traité de la voix et des chants, in : Harmonie universelle [1636], édition de (...)

3L’univers des sons auquel ces derniers sont le plus attentifs correspond toutefois prioritairement à la voix parlée et chantée, et à la musique instrumentale. L’oreille du xviiie siècle n’innove pas dans son goût pour la voix15 et toute la littérature romanesque du temps témoigne des effets de la voix qui enchante, séduit, saisit l’oreille et le cœur d’un personnage et lui ôte toute résistance. Quant à la musique, elle occupe une place centrale dans la culture du temps, malgré son caractère artificiel. La beauté sonore est celle qui provient de sons qui ne s’arrêtent pas à l’organe, mais qui parlent à l’âme, d’où une préférence progressive pour la musique, ainsi qu’en atteste Mercier en 1788 :

  • 16 Louis-Sébastien Mercier, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Mercier, Ms 15083, f°103.

Je brûle tous les tableaux, mais je laisse la musique, parce qu’elle donne des impressions sublimes, indéfinissables, c’est la musique qui nous ouvre la porte d’un autre monde, d’un monde intellectuel : les idées terrestres s’envolent. J’entendrais de la musique chaque jour sans me lasser16.

  • 17 Pour une étude poussée de cette question voir l’excellent livre d’André Charrak : Raison et percept (...)
  • 18 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § VIII, p. 55.
  • 19 Yves-Marie André, Essai sur le Beau [1741], Paris, Ferra aîné, 1810, p. 152.
  • 20 Voir ibid., p. 149.
  • 21 Rousseau, Dictionnaire de musique [1768], O. C., vol. V, 1995, art. « Consonnance », p. 726.

4La raison de ce penchant pour ces sonorités spécifiques, dans un contexte où un autre intérêt pour l’ouïe est celui de l’harmonie, vient du fait qu’à l’écoute, un son simple semble aisé à percevoir et provoque moins de plaisir ; ce qui n’est pas le cas dès lors qu’il devient complexe17 : « Ainsi, en musique – explique Hutcheson – le plaisir de la composition est-il incroyablement plus grand que celui de n’importe quelle note unique, si douce, pleine et ample soit-elle18. » Dans la mesure où « deux sons (successifs et simultanés) peuvent produire dans l’oreille trois impressions différentes : l’unisson, la consonance et la dissonance19 », explique le Père André, les théoriciens débattent de la capacité de l’oreille à distinguer par exemple une basse fondamentale de ses harmoniques20. Rousseau, tout en ajoutant la notion de plaisir à la configuration sonore, observe bien lui aussi que « [l]a nature […] a voulu qu’un son quelconque fût toujours accompagné d’autres sons agréables21 », à savoir ses harmoniques, qui donnent les intervalles consonants. Cette sensation très fine du son ne semble toutefois pas donnée à toutes les oreilles, malgré l’idée d’universalité de la réception du sens en raison d’une espèce humaine physiologiquement et biologiquement uniforme. L’intérêt pour la dissonance – dont Diderot s’est fait le chantre à partir des performances du neveu de Rameau – pousse aussi les théoriciens à étudier tout particulièrement la musique. Se font jour de longs débats, tout particulièrement dans la première moitié du xviiie siècle, sur les concepts de plaisir, de beau et de jugement à partir des sensations, dont celles produites par l’organe de l’ouïe sont loin d’être absentes.

  • 22 René Descartes, Abrégé de musique. Compendium musicæ, édition de Frédéric de Buzon, Paris, PUF, 198 (...)
  • 23 André Charrak, op. cit., p. 174.
  • 24 Voir Syliane Malinowski-Charles, « De la poétique à l’esthétique : la métamorphose de l’art chez Ba (...)

5En quoi consiste alors le plaisir ressenti à l’écoute d’un son ? L’interrogation est légitime si l’on prend en compte l’affirmation de Descartes : « Tous les sens sont capables de quelque plaisir22. » C’est à partir de celle-ci, d’après André Charrak, que « se développe une analyse des déterminations de l’objet plaisant23 ». Nombre de théoriciens répondent d’abord par le concept philosophique du je ne sais quoi théorisé par Bouhours en 1671, et intégré par Leibniz dans sa réflexion sur la connaissance sensible en 1684 ; on pensera aussi à Morvan de Bellegarde en 1702 ou Montesquieu autour de 1728. Baumgarten lui-même s’intéressera au jugement sensible dans la connaissance du beau24.

  • 25 Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Expression », O. C., vol. V, p. 820.
  • 26 Rousseau, Essai sur l’origine des langues, O. C., vol. V, p. 105.
  • 27 Jean-Pierre de Crousaz, Traité du beau [1714], édition de Francine Markovits, Paris, Fayard, 1985, (...)

6Mais ce plaisir éprouvé vient-il de l’objet ou de l’individu atteint par le son au-delà de l’organe et de la seule sensation ? Si Rousseau explique « qu’on ne peut […] toucher le cœur si l’on ne plaît à l’oreille25 », accordant ainsi une fonction primordiale à la sensation due à l’organe, dans l’Essai sur l’origine des langues, il exprime aussi que « ce n’est pas tant l’oreille qui porte le plaisir au cœur, que le cœur qui le porte à l’oreille26 ». Ainsi le cœur aurait son langage propre, qui plus il sera porteur de bonté et de vertu, plus il transmettra par la voix des qualités susceptibles de procurer un plaisir indéfinissable à l’auditeur. Cette approche sensorielle de l’ouïe se transforme en approche morale. Mais au début du siècle, c’est une relation au sens beaucoup plus sociologique, qui n’est pas sans lien avec les règles de l’éloquence et les traités de savoir-vivre venus du Grand Siècle, que propose Crousaz : « On se gâte même l’oreille par le commerce continuel des personnes qui parlent mal, et qui ont un mauvais accent27. » Plaisir ou déplaisir, goût ou dégoût : l’ouïe se voit ainsi de plus en plus intégrée à la réflexion philosophique qui ne se contente plus de l’idée de la sensation physique, ou en tout cas immatérielle.

  • 28 Denis Diderot, Lettre à Madame *** [1772], Correspondance, édition de Georges Roth et Jean Varloot, (...)
  • 29 « [l’homme] ne croira pas que le soin de satisfaire l’organe dispense de l’obligation encore plus i (...)
  • 30 Denis Diderot, Réfutation d’Helvétius [1778], DPV, t. XXIV, 2004, chapitre 15, p. 574.
  • 31 Jean-Jacques Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Harmonie », OC., volV, p. 851.
  • 32 Encyclopédie, art. « Goût », p. 768.

7De fait, à partir du constat émis par un Diderot admiratif « qu’il est inouï toute la puissance que l’oreille a sur notre âme28 », il est inévitable pour le philosophe que l’homme, possédant la faculté de penser, réfléchisse plus précisément au plaisir de l’ouïe29 : « La sensation de l’oreille s’arrête-elle dans l’oreille ? », se demande-t-il ; « Est-ce elle qui assure et qui nie30 ? » Et alors que la jouissance esthétique du xviiie siècle n’exige plus l’intelligibilité des causes, mais la sensibilité « aux véritables beautés de l’art31 », l’article « Goût » de l’Encyclopédie, observant la promptitude de la réception sensorielle, veut bien « conserv[er] à l’oreille tous ses droits32 », mais entrevoit que nombre de paramètres entrent dans le plaisir acoustique. Rappelons brièvement les principaux.

3. Au plaisir de l’oreille : l’efficacité des rapports

8Le premier correspond aux notions de convenances et de rapports que tout le xviiie siècle cultive, qu’il observe dans la nature et qu’il applique à tous les arts. Il s’agit d’un des critères essentiels du beau et le plaisir auditif n’y échappe pas :

  • 33 Encyclopédie, art. « Beau », t. II, 1752, p. 176 [nous mettons en italique, H.C.].

Quand je dis, tout ce qui éveille en nous l’idée de rapports, je […] n’exige pas […] que celui qui entend un concert, sache plus quelquefois que ne sait le Musicien, que tel son est à tel son dans le rapport de 2 à 4, ou de 4 à 5. Il suffit qu’il apperçoive & sente […] que les sons de cette piece de musique ont des rapports, soit entr’eux, soit avec d’autres objets. C’est l’indétermination de ces rapports, la facilité de les saisir, & le plaisir qui accompagne leur perception, qui a fait imaginer que le beau étoit plutôt une affaire de sentiment que de raison33.

  • 34 Jean Deprun, La Philosophie de l’inquiétude en France au xviiie siècle, Paris, Vrin, 1979, p. 80. A (...)
  • 35 Etienne Bonnot de Condillac, Traité des sensations [1754], Paris, Fayard, 1984, p. 61.
  • 36 Pierre Hartmann, « L’émergence du sentiment moral dans les Salons de Diderot », in : Béatrice Guion (...)

9Diderot, dont l’article « Beau » dans l’Encyclopédie reprend et analyse les « auteurs qui ont écrit le mieux sur le beau », à savoir, pour les auteurs modernes, Wolff, Crousaz, Hutcheson et le Père André, « ramène l’expérience du beau à une perception de rapports34 », pendant que Rousseau insiste sur la nécessité de la simplicité de ces derniers, même si, comme l’explique Condillac, « [l]’oreille étant organisée pour en sentir exactement les rapports [des sons], elle y apporte un sentiment plus fin et plus étendu35 » ; le plaisir s’en voit donc accru. Mais si Diderot prend soin de préciser que l’une des caractéristiques de ce plaisir réside bien dans les rapports, il reconnaît que l’auditeur peut donner raison à l’ouïe dans le sentiment du beau qu’elle conditionne, indépendamment de sa connaissance desdits rapport. Il est vrai que dans les Salons, sa réflexion « s’enracine dans la philosophie sensualiste36 », ce qui ne sera pas toujours le cas.

  • 37 Voir Élisabeth Décultot, « Métaphysique ou physiologie du beau ? La théorie des plaisirs de Johann (...)
  • 38 Ibid., p. 97-98.
  • 39 Ibid., p. 99.
  • 40 Ibid.
  • 41 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § XII, p. 58.
  • 42 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, « Étude XII », op. cit., p. 453.

10Quoiqu’il en soit de l’écoute, spontanée ou savante, il semble que le plaisir émanant des données acoustiques soit identique, mais il y a un point auquel se confronteront aussi bien Rameau, Euler ou Pierre Estève que Diderot et Rousseau, mais aussi Sulzer dans sa théorie des plaisirs au mitan du siècle : la cause du plaisir se trouve-t-elle dans la mécanique des vibrations ou dans l’appréhension d’un élément intellectuel, par l’esprit qui éprouve ce sentiment ? Pour Sulzer, le sentiment de plaisir ne provient pas de la perfection de l’objet, c’est-à-dire du son, mais de l’activité même de l’âme, entendue comme un principe actif37. Certes Sulzer ne nie pas l’apport des sens dans la connaissance, mais dans sa hiérarchie des plaisirs qui sont à ses yeux de trois ordres, ceux-ci, bien que « puissants », sont « fugaces » et se trouvent au bas de l’échelle38. Le plaisir du beau sonore, du beau réel comme l’appelle Diderot, correspond chez Sulzer au plaisir intellectuel et se place au second rang. Mais l’ouïe, comme on l’a évoqué, a à voir avec la morale : pour Sulzer, il est indéniable que le beau moral, lié à l’affectivité, figure au premier rang. L’oreille aura par conséquent d’autant plus de plaisir que celui-ci proviendra de la voix humaine et de ses accents qu’elle distinguera comme revêtus du vrai et du bien. D’après Élisabeth Décultot, le point de vue de Sulzer diverge ici de celui de Baumgarten, pour qui « la beauté sensible se définit par un certain nombre de qualités propres à l’objet, qui ont toutes pour point commun le caractère de “perfection”39 ». Le plaisir et le sentiment de la beauté peuvent donc naître immédiatement à l’audition d’une pièce de musique dont les rapports entre les sons harmoniques et l’unité seraient particulièrement riches. « La connaissance du beau pour Baumgarten est [donc] le fait d’une faculté sensible » à l’inverse de Sulzer pour qui « le plaisir du beau est clairement distinct des plaisirs sensibles40 ». Hutcheson, quant à lui, distingue le plaisir du sens du plaisir de l’entendement : « [le plaisir] nous frappe immédiatement en même temps que l’idée de beauté. Et la connaissance la plus parfaite n’augmente en rien ce plaisir, quoiqu’elle puisse lui adjoindre un plaisir rationnel distinct41. » Si c’est bien en effet le sens de l’ouïe qui est, affirme Bernardin de Saint-Pierre, « par ses modulations infinies, l’expression de toutes les convenances de la nature et de tous les sentiments du cœur humain42 », il semble qu’aucun auteur n’ait en fin de compte de réponse définitive quant aux sources du plaisir provenant des sons.

4. Au plaisir de l’oreille : ordre, uniformité et variété

  • 43 Leonhard Euler, Tentamen novae theoriæ musicæ, Saint-Pétersbourg, Imprimerie de l’Académie Impérial (...)
  • 44 Denis Diderot, Principes généraux d’acoustique [1748], DPV, t. II, 1975, § 6, p. 256.

11La notion de rapports paraît toutefois insuffisante dans l’analyse du plaisir auditif. Diderot, dans les Principes généraux d’acoustique, ajoute d’une part l’idée d’ordre constitué par la durée et le temps qu’avait développée Euler : « […] celui qui perçoit dans les sons [de la musique] la relation de vitesse des coups comprend l’ordre des sons et pour cette raison éprouve du plaisir43 », d’autre part l’idée d’égalité liée à celle d’utilité et de confort ; enfin l’idée de contraste, et celle de variété44.

  • 45 Francis Hutcheson, op. cit, section III, § XVI, p. 69.
  • 46 Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu, Essai sur le goût, [1e ébauche 1727 (...)
  • 47 Francis Hutcheson, op. cit., section II, § XIII, p. 68.
  • 48 Ibid., section II, § III, p. 62.
  • 49 Ibid., section I, § XV, p. 60 et section II, § XIII, p. 68.
  • 50 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 20 et 21.

12Autre élément essentiel encore au plaisir acoustique, celui défini par Hutcheson comme « l’uniformité au sein de la variété45 ». L’oreille peut se fatiguer, l’âme aussi : « les fibres qui en ont été les organes [du plaisir] ont besoin de repos », écrit Montesquieu, l’oreille devra donc être « surprise46 ». Hutcheson, qui observe cette variété dans la nature et qui passe par la théorie musicale pour expliquer sa théorie du beau, dans le sens où « [s]ous le nom de beauté originelle, on peut inclure l’harmonie, ou beauté de son […]47 », met à égalité variété et uniformité : « là où l’uniformité des corps est égale, la beauté est fonction de la variété, et réciproquement48 » ; c’est ainsi que la beauté de l’harmonie perçue par l’ouïe est qualifiée par lui d’absolue49. Montesquieu avait déjà pointé ces aspects sur lesquels sont revenus de façon plus approfondie Diderot, Rousseau et Hutcheson : constatant qu’une « longue uniformité rend tout insupportable », il affirmait que « [l]’âme aime la variété50 ».

  • 51 Denis Diderot, Principes généraux d’acoustique, DPV, t. II, p. 257-258.

13Mais un problème demeure qu’avait particulièrement bien vu Diderot : l’impression première est-elle suffisante pour que l’auditeur éprouve la beauté sonore ? Un sentiment particulier s’y joint-il ? « L’âme a-t-elle ces connaissances sans s’en apercevoir51 ? » Bref, dans quelle mesure l’oreille est-elle capable de juger ?

II – De la capacité de l’oreille à juger

1. De l’impression et/ou de la sensation auditive

  • 52 Syliane Malinowski-Charles, op. cit., p. 59.
  • 53 Denis Diderot, Mémoires sur différents sujets de mathématiques [1748], DPV, t. II, Premier Mémoire, (...)
  • 54 Charles Bonnet, Essai analytique sur les facultés de l’âme [1760], édition de Serge Nicolas, Paris, (...)
  • 55 Étienne Bonnot de Condillac, op. cit., p. 62, note 1.
  • 56 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § XII, p. 58.
  • 57 Charles Bonnet, op. cit., § 121, p. 117.
  • 58 Denis Diderot, Lettre sur les sourds et muets [1751], DPV, t. IV, 1978, p. 207.
  • 59 Étienne Bonnot de Condillac, op. cit., p. 62.

14L’appréciation des sons passant par l’organe de l’ouïe, nombre de théoriciens fondent le plaisir ou le déplaisir sur la physiologie, comme Dubos, mais aussi, plus tard, de façon peut-être surprenante, Baumgarten qui « jette les bases – explique Syliane Malinowski-Charles – d’une véritable physiologie, ou physique, de la sensation » en vue de son « projet d’ancrage du jugement dans les sens52 ». On cherche alors à comprendre comment se met en place la sensation. Ainsi de Diderot, qui à partir de sa comparaison du tympan avec la peau d’un tambour53, explique de façon empiriste le processus physique qui permet de recevoir l’impression puis la sensation. Ajoutons en effet que certains des théoriciens distinguent les deux : « Chaque sens transmet à l’âme une mutitude d’impressions différentes, auxquelles répondent autant de différentes sensations54 », écrit Charles Bonnet précisant la pensée de Condillac55. Ce que ne contredit pas Hutcheson : le sens de la beauté, affirme-t-il, « a cette affinité avec les autres sens que le plaisir ne provient pas d’une quelconque connaissance des principes, des proportions, des causes ou de l’utilité de l’objet, mais qu’il nous frappe immédiatement en même temps que l’idée de beauté56 ». C. Bonnet, lui, « défini[t] le tempérament d’une fibre, l’aptitude plus ou moins grande de cette fibre à céder à l’impression de l’objet57 » ; Diderot, pour qui un bon organe est capable de bien juger, observe que « le plus beau morceau de symphonie ne ferait pas grand effet si le plaisir infaillible et subit de la sensation pure et simple n’était infiniment au-dessus de celui de l’expression souvent équivoque58 », ce que confirme encore Condillac : « En premier lieu, ils [les plaisirs] commencent […] à la plus légère sensation. Le premier bruit, quelque foible puisse-t-il être, est donc un plaisir pour notre statue. Que le bruit augmente, le plaisir augmentera, et ne cessera que quand les vibrations heurteront le tympan59. »

  • 60 Marion Chottin, Le Partage de l’empirisme. Une histoire du problème de Molyneux aux xviie et xviiie(...)
  • 61 Voir l’introduction de Serge Nicolas à l’Essai analytique sur les facultés de l’âme, op. cit., p. 5 (...)

15Or, même si la tradition, depuis la seconde moitié du xviie siècle, reconnaît à l’être humain la faculté de jugement sensible et lui donne la primauté, « être empiriste au xviiie siècle ne consiste pas à considérer les objets des sens comme des agrégats d’atomes sensibles, mais, bien plutôt, comme des effets de jugements60 ». Il est entendu par conséquent pour les philosophes que le plaisir de l’ouïe ne laisse pas d’atteindre l’âme, que certains remplacent par le cœur ou l’esprit. C. Bonnet, par exemple, installe l’activité de l’âme au commencement, dès la première sensation, en accord avec les idées de Leibniz61. N’est-ce pas alors l’esprit qui juge ? Peut-on réellement parler d’un goût naturel, dépendant de fait exclusivement du sens externe de l’ouïe, alors qu’une activité intellectuelle semble bien en effet se mettre en place dès lors que l’oreille montre une préférence pour un son ou un autre ?

  • 62 Charles Bonnet, op. cit., § 131, p. 123.

Cet être ne peut distinguer une sensation d’une autre sensation, ou un degré d’une sensation d’un autre degré de la même sensation, qu’il ne préfère une sensation à une autre sensation, un degré à un autre degré dans le rapport qu’ont cette sensation ou ce degré avec ce qui constitue en lui le plaisir62.

  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid., § 108, p. 108.
  • 65 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 32-33.
  • 66 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, vol. I, p. 1051.
  • 67 Charles Bonnet, op. cit., § 108, p. 108.
  • 68 Jean-Jacques Rousseau, Émile, livre II, O. C., vol. IV, p. 417.
  • 69 Jean-Jacques Rousseau, Notes sur « De l’Esprit » d’Helvétius, O. C., vol. IV, p. 1121.

16Le jugement passe donc par la comparaison, activité intellectuelle, mais la préférence revêt peut-être encore un caractère naturel. C. Bonnet met l’accent sur le concept d’attention, propre au cerveau : « L’effet immédiat de cette préférence est l’attention que l’être donne à la sensation, ou au degré de sensation qui lui procure le plus de plaisir63. » Le souvenir, conscient ou non, de la sensation joue aussi un rôle non négligeable : « Lorsque l’âme éprouve de nouveau une sensation qu’elle n’a pas éprouvée depuis longtemps, elle est plus affectée du souvenir de cette sensation qu’elle ne le serait de celui d’une sensation qui l’aurait occupée moins rarement64. » La sensation crée alors une expérience émotionnelle qui entraîne une véritable re-connaissance, comme le soulignait déjà Montesquieu : « une chose qui nous a plu nous plaît encore, par la seule raison qu’elle nous a plu, parce que nous joignons l’ancienne idée à la nouvelle : ainsi une actrice, qui nous a plu sur le théâtre, nous plaît encore dans la chambre ; sa voix, sa déclamation […]65. » L’âme peut même aller jusqu’à désirer vivre l’expérience d’une récurrence auditive : « Quel agrément, si chaque soirée, si après le souper chaque rue avait sa musique particulière66 ! », imagine Mercier. Mais si la réminiscence peut renforcer le plaisir de la sensation auditive, elle l’amoindrit parfois : « Un objet nouveau nous affecte beaucoup, précisément parce qu’il ne nous a point encore affecté67. » Mais alors qu’Helvétius essaie de démontrer que se resouvenir de la sensation n’est que sentir, Rousseau, distinguant dans ses Notes sur De l’Esprit le souvenir et la sensation présente, différencie organe extérieur et organe intérieur. Âme, esprit, idée, organe intérieur, sixième sens : si l’appréhension d’un son s’effectue en premier lieu par le sens externe, le jugement de goût relève d’une activité tenant davantage à la nature d’un élément interne au corps humain. Rousseau, qui assimile le sixième sens au sens commun issu d’Aristote68, procède à la distinction suivante : « Il me semble qu’il faudrait distinguer les impressions purement organiques et locales des impressions universelles qui affectent tout l’individu. Les premières ne sont que de simples sensations, les autres sont des sentiments69. »

17Deux notions sont à examiner ici. D’abord celle de l’universalité de la sensation, confondue ici avec l’impression. Ensuite celle du sentiment.

2. De l’universalité du goût auditif

  • 70 Annie Becq, Genèse de l’esthétique française moderne. De la Raison classique à l’Imagination créatr (...)
  • 71 Syliane Malinowski-Charles, op. cit., p. 64.
  • 72 Francis Hutcheson, op. cit., section VI, § IV, p. 100.
  • 73 Voir Stéphane Lojkine, « Le goût de Diderot : une expérience du seuil », Recherches sur Diderot et (...)
  • 74 Denis Diderot, Essais sur la peinture, DPV, t. XIV, p. 408.

18La première, au niveau de la réception de l’ouïe, vient du fait que l’espèce humaine étant physiquement identiquement constituée, la réception auditive devrait être la même pour tous : « qu’est-ce qui peut en effet mieux fonder une prétention à l’universalité que la dépendance à la conformation physique spécifique de l’espèce humaine70 ? » Pour Baumgarten par exemple, à partir du moment où l’organe de l’ouïe est sain, cette « universalité de la physiologie du corps humain permet de parer à l’individualité des personnalités et des caractère naturels71 ». À cette proposition correspondrait donc une universalité du goût, comme existerait une universalité de la beauté de l’objet, une beauté pure d’un son, dite encore beauté absolue. Ainsi l’idée d’universalité présenterait la qualité de s’abstraire d’un jugement subjectif, et même si les théoriciens observent des variables au sujet des goûts, la cohabitation de l’universalité avec l’uniformité du beau est pour Hutcheson tout à fait possible, ainsi que l’enseigne l’expérience72. Il est d’accord sur ce point avec Diderot, qui défend l’idéal du beau classique dès lors que les règles se trouvent respectées, le rendant ainsi atemporel73 ; ce même Diderot qui réfute la subjectivité du goût en se demandant : « Si [celui-ci] est une chose de caprice, s’il n’y a aucune règle du beau, d’où viennent donc ces émotions délicieuses74 ? » Mais justement, c’est bien avec ce questionnement que Diderot pointe, avec d’autres, le problème. D’abord il apparaît rapidement que physiologiquement les sens sont inégaux, ensuite que le goût n’est peut-être pas inné, auquel cas c’est la raison qu’il s’agit d’interroger. Mais au-delà des impressions universelles que suppose Rousseau, il faut aussi tenir compte du sentiment, correspondant à un sens inné du beau, lequel ne résiderait pas dans l’oreille, mais en l’homme.

3. Du sentiment auditif

  • 75 Annie Becq, op. cit., p. 251 et 254.
  • 76 Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain [1ère édition 1765, rédaction 1 (...)
  • 77 Gottfried Wilhelm Leibniz, Système nouveau de la nature et de la communication des substances et au (...)
  • 78 Jean-Baptiste Dubos (Abbé), Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture, édition de Domin (...)
  • 79 Ibid., p. 278.
  • 80 Voir Annie Becq, op. cit., p. 284-285.
  • 81 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 13.
  • 82 Pierre-François Guyot Desfontaines (Abbé), Observations sur les écrits modernes, Paris, Chaubert, t (...)

19Comme l’a montré naguère Annie Becq, même si « Malebranche emploie indifféremment sentiment et sensation », le premier « ne se confond pas avec émotion ou impression, […] cette distance qu’il prend à leur égard rend justement possible le jugement qui est sa fonction propre75 ». Par ce biais du sentiment, l’ouïe est devenue une porte largement ouverte sur la nature de l’homme et non plus, contrairement à l’opinion rationaliste de Rameau ou de Leibniz pour qui « les sens ne sauraient nous convaincre de l’existence des choses sensibles sans le secours de la raison76 », uniquement sur la nature des choses. Leibniz avait défini au début du siècle ce qu’il avait appelé un sens interne77, qui correspond à un instinct, un sentiment intérieur ou au sixième sens de Dubos, « qui est en nous sans que nous voyions ses organes78 », ayant eu la fortune que l’on connaît et qui va remplacer le je ne sais quoi de Bouhours. Produit par le sentir, il permet de juger du beau, mais avec le concours de l’âme ou du cœur. Avec Dubos et plus tard Baumgarten, il fait passer l’appréciation de l’objet d’un jugement moral – lequel est inhérent à la sensation pour Malebranche – à un jugement esthétique : « Tous les hommes, à l’aide du sentiment intérieur qui est en eux, connaissent sans savoir les règles79 », affirme Du Bos, suivant en cela Nicole80, rejoint plus tard par Montesquieu81 ou encore Desfontaines selon qui le « sentiment ou goût » est « ce qui nous élève au-dessus des règles82 ».

  • 83 Ibid., p. 281.
  • 84 Jean-Baptiste Dubos, op. cit., p. 277.
  • 85 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, t. I, p. 1051.
  • 86 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, « Étude XII », op. cit, p. 579.

20Dubos interpelle alors son lecteur : « Que penserait-on du musicien qui soutiendrait que ceux qui ne savent pas la musique sont incapables de décider si le menuet qu’il a composé plaît ou s’il ne plaît pas83 ? » Le sentiment intérieur a, quoiqu’on en dise, toujours à voir avec le goût naturel, ou inné, en ce qu’il s’agit d’être touché : « Le cœur s’agite de lui-même, et par un mouvement qui précède toute délibération, quand l’objet qu’on lui présente est réellement un objet touchant84. » N’est-ce pas l’expérience que relate Mercier dont l’oreille est séduite par « le son mélodieux de ces orgues nocturnes, qui égaient » la nuit les rues de Paris85 ? L’orgue, fusionnant les sons, fait du bien à l’âme en ce qu’il offre un son « prolongé » et « diversifié », et touche immédiatement au cœur en ce qu’il s’associe au moral sense, spontané et naturel, cher à son inventeur, Shaftesbury. « Le foyer des sensations est au cœur86 », conclut en quelque sorte Bernardin de Saint-Pierre.

  • 87 Diderot, Lettres à Sophie Volland. 1759-1774, édition de Marc Buffat et Odile Richard-Pauchet, Pari (...)
  • 88 Voir Riccardo Martinelli, « Entre toucher et sentiment. Herder et le “Gefühl” », Esercizi Filosofic (...)

21Mais si au mitan du siècle, prime encore la sensibilité comme critère essentiel du jugement de goût et de beau, faisant ainsi vaciller la raison comme garante de l’universalité du goût, du moins en France, certains philosophes, comme Diderot, suivant en cela le Père André dont il fait l’éloge, finissent par rejeter catégoriquement la notion émise par Dubos : « Je répondis que ce sixième sens, que quelques métaphysiciens avaient accrédité en Angleterre, était une chimère ; que tout était expérimental en nous87. » Plus tard, Herder88, à l’inverse de Kant dans la troisième critique, n’effectuera pas de séparation entre la sensibilité et l’intellect. Quelle est alors la part intellectuelle qui entre en ligne de compte dans la perception auditive, au-delà du sens externe et du sens interne ?

III – De l’éducation de l’ouïe à la relativité du goût

1. Au-delà de l’oreille : du rôle de l’imagination et de l’habitude

1.1. L’imagination

  • 89 Jean-Jacques Rousseau, Émile, livre II, O. C., vol. IV, p. 384.
  • 90 Encyclopédie, art. « Goût », p. 760.
  • 91 Voir Daniel Dumouchel, « La raison des sentiments. Beauté et moralité chez Moses Mendelssohn », in  (...)

22Souvenons-nous des peurs irraisonnées qu’évoque Rousseau dans l’Émile à l’audition de bruits la nuit, mettant ainsi en relief le « souverain empire » de l’imagination89. « Les personnes dont l’imagination est fort vive » – reconnaît aussi Diderot – « sont les plus sujettes à cet ébranlement de la machine, qui fait que l’odeur, la vûe même, ou l’ouïe des choses très-agréables ou desagréables au goût, suffisent pour affecter ces personnes délicates, dont le genre nerveux s’émeut facilement90. » Cette « folle qui se plaît à faire la folle » selon Malebranche, cette « imagination séductrice », comme l’écrit Mendelssohn sous le nom fictif de Palémon dans l’avant-propos des Lettres sur les sentiments de 1755, en raison de son adoption du perfectionnisme leibnizien91, tronque donc le jugement. L’oreille apporte dans ce cas davantage d’idées confuses. S’agirait-il alors d’un défaut de sensibilité ? Peut-être, mais, comme le démontre Diderot, la cause en est bien l’imagination :

  • 92 Ibid.

l’imagination échauffée par quelques beautés du premier ordre dans un ouvrage monstrueux par ailleurs, fermera bientôt les yeux sur les endroits foibles, transformera les défauts mêmes en beautés, & nous conduira par degrés à cet enthousiasme froid & stupide qui ne sent rien à force d’admirer tout, espece de paralysie de l’esprit, qui nous rend indignes & incapables de goûter les beautés réelles. Ainsi sur une impression confuse & machinale, ou bien on établira de faux principes de goût, ou, ce qui n’est pas moins dangereux, on érigera en principe ce qui est en soi purement arbitraire ; on rétrécira les bornes de l’art, & on prescrira des limites à nos plaisirs, parce qu’on en voudra que d’une seule espece & dans un seul genre92.

  • 93 Denis Diderot, Lettre sur les sourds et muets, DPV, t. IV, p. 206.
  • 94 Jean-Jacques Rousseau, Émile, O. C., vol. IV, p. 384.

23Ainsi en fut-il sans doute, entre autres raisons, de la primauté longtemps donnée à l’harmonie sur la mélodie par des oreilles enthousiastes, si bien formatées à l’ordre et aux consonances, qu’elles ne pouvaient imaginer ni entendre les principes de la seconde. Pour Rousseau mais aussi pour Diderot, pour qui « [l]e plaisir de la sensation dépend d’une disposition particulière non seulement de l’oreille, mais de tout le système des nerfs93 », l’imagination est donc à la source de la sensation auditive. C’est elle encore, pour C. Bonnet, qui avec la mémoire permet de réactiver les sens. Rousseau affine la question : dans les objets que l’on voit ou que l’on entend tous les jours, « ce n’est plus l’imagination qui agit, c’est la mémoire », au point que « l’habitude » – ajoute-t-il – « tue l’imagination94 ».

1.2. L’habitude

  • 95 Jean-Pierre de Crousaz, op. cit, p. 91.

24La force de l’habitude joue peut-être en effet tout autant sinon plus dans la faculté sensorielle à percevoir le beau sonore. « Chacun sait que la Coûtume est une seconde Nature, et que nos habitudes produisent les mêmes effets que le Temperament. L’un se laisse prendre par les yeux, un autre par les oreilles […]. La force des habitudes n’est pas croyable, elles sont aidées par mille ressorts cachez, mais très-efficaces95 », observe Crousaz. Mais si le théoricien critique l’habitude, qui reflète la paresse intellectuelle mais aussi sensorielle, nous faisant préférer une moindre complexité sonore, elle a, pour de Jaucourt, bien des avantages du fait de l’insuffisance d’un seul sens :

  • 96 Encyclopédie, art. « Ouïe », p. 704.

ce sens [l’ouïe] est sujet à bien des erreurs ; & il doit nous tromper, toutes les fois que nous ne pouvons pas rectifier par le toucher les idées qu’il produit. De même que le sens de la vûe ne nous donne aucune idée de la distance des objets, le sens de l’ouïe ne nous donne aucune idée de la distance des corps qui produisent le son. Un grand bruit fort éloigné, & un petit bruit fort voisin, excitent la même sensation ; & à moins qu’on n’ait déterminé la distance par les autres sens, & à force d’habitude, on ne sait point si ce qu’on a entendu est en effet un grand ou un petit bruit96.

  • 97 Francis Hutcheson, op. cit, section VII, § I, p. 108.
  • 98 Voir Jean-Jacques Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Harmonie », OC., volV, p. 849.

25Hutcheson rejoint sur ce point l’encyclopédiste en ce que l’habitude permet à l’oreille d’affiner sa perception d’un son connu. Néanmoins, elle ne peut agir que si nous avons « un sens naturel de la beauté qui résulte de l’uniformité », et de l’oreille : « Lorsque nous possédons déjà ces sens naturels, l’habitude peut nous rendre capables d’étendre nos vues plus avant, et de recevoir des idées plus complexes de la beauté des corps, ou de l’harmonie des sons, en augmentant notre attention et la vivacité de notre perception97. » En fin de compte, pour éprouver du plaisir à l’audition de certains sons complexes, la sensation ne suffira pas ; il faudra y être accoutumé98.

  • 99 Denis Diderot, Salons IV, DPV, t. IV, p. 382.

26Une éducation de l’ouïe ne serait-elle pas par conséquent nécessaire pour accroître le plaisir de la sensation et l’appréciation du sentiment ? C’est bien le questionnement que formule Diderot : « N’y a-t-il aucune différence entre le goût qu’on tient de l’éducation ou de l’habitude du grand monde, et celui qui naît du sentiment de l’honnête ? Le premier n’a-t-il pas ses caprices99 ? » Le goût serait-il donc une affaire de gens « bien-nés » ? Et si c’était le cas, dans quelle mesure ces derniers auraient-ils autorité sur le jugement du beau en termes de sonorités ?

2. Le goût de l’ouïe au-delà de l’oreille : une affaire de gens « bien-nés » ?

2.1. Une pensée sociologique du sens de l’ouïe

27Le Père André, récusant les idées venues du sensualisme, reproche à la philosophie du siècle de prendre en compte des paramètres que l’on appellerait aujourd’hui psycho-sociaux :

  • 100 Yves-Marie André, op. cit., p. 170-171.

Je sais qu’il y a dans le monde une espèce de philosophes qui […] prétendent que le sentiment est le seul juge de l’harmonie, que le plaisir de l’oreille est le seul Beau qu’on y doive chercher ; que ce plaisir même dépend trop de l’opinion, du préjugé, des coutumes reçues, des habitudes acquises100.

  • 101 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 35.
  • 102 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., vol. I, p. 1417.

28Cette approche sociologique du sens auditif se trouve en fait partagée par un certain nombre de philosophes. Diderot reprend tel quel à l’article « Beau » ce qu’écrivait déjà Montesquieu : « Les gens grossiers n’ont qu’une sensation : leur âme ne sait composer ni décomposer ; ils ne joignent ni n’ôtent rien à ce que la nature donne […] ceux qui jugent avec goût […] ont et se sont fait une infinité de sensations que les autres hommes n’ont pas101. » Mercier, des décennies plus tard, effectue le même constat mais pointe des raisons d’ordre plus politique : « Non, jamais le peuple parisien n’a connu la douce euphonie ; et son oreille, incessamment déchirée et non révoltée, est la plus étrangère à toute expression musicale. Aussi dans les spectacles n’a-t-il point le sentiment de la mélodie, et le plus souvent même de l’harmonie102. » Avec Mercier, c’est parce que le peuple est victime de n’avoir pas d’oreille qu’il a mauvais goût ; le peuple incarne chez lui le drame d’une humanité privée de l’expression sonore adaptée à la vérité esthétique, sociale et morale de l’être humain réussi. Le goût pour une performance vocale ou instrumentale ne se limite par conséquent ni à la sensation ni au sentiment. L’acuité d’un musicien ou d’un grand amateur est accrue ; ses sensations auditives, multipliées, font qu’il sait juger plus qu’un autre de la qualité sonore.

  • 103 Alexander Gottlieb Baumgarten, Esthétique, précédée des Méditations philosophiques sur quelques suj (...)
  • 104 Encyclopédie, art. « Beau », p. 179.
  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid.

29Baumgarten approfondit la question. Distinguant le jugement sensible de l’ouïe, qui correspond pour lui au « goût au sens large », du jugement intellectuel qui revient à « l’art de juger », il observe qu’il existe des « fautes de jugement […] des sens [qui] sont des illusions sensibles », lesquelles correspondent au « mauvais goût103 ». « Que devient alors le beau ? » – renchérit Diderot – « Ou il est présenté à une troupe d’ignorans qui ne sont pas en état de le sentir, ou il est senti par quelques envieux qui se taisent ; c’est-là souvent tout l’effet d’un grand morceau de Musique104. » « Mais qu’est-ce qu’un bon esprit ? », apte à juger de la beauté d’un son, se demande-t-il encore105, si l’organe ne suffit pas à cette capacité. Malgré les nombreux débats, la majorité des théoriciens font bel et bien entrer plusieurs critères dans le jugement de la perception auditive : « selon qu’on a plus ou moins de connoissances, d’expérience, d’habitude de juger, de mediter, de voir, plus d’étendue naturelle dans l’esprit, on dit qu’un objet est pauvre ou riche, confus ou rempli, mesquin ou chargé106 », explique encore Diderot, dont Voltaire illustre propos par la sensibilité acoustique musicale :

  • 107 Encyclopédie, art. « Goût », p. 761.

Un jeune homme sensible, mais sans aucune connoissance, ne distingue point d’abord les parties d’un grand chœur de Musique » […] mais peu-à-peu ses oreilles apprennent à entendre & ses yeux à voir […] Ce n’est qu’avec de l’habitude & des réflexions qu’il parvient à sentir tout-d’un-coup avec plaisir ce qu’il ne déméloit pas auparavant107.

  • 108 Ibid., p. 763.
  • 109 Ibid., p. 761.
  • 110 Alexander Gottlieb Baumgarten, op. cit., p. 112, § 608.
  • 111 Ibid., § 609.

30Pour que son oreille soit sensible à certaines sonorités, le jeune homme devra devenir un « bon esprit », c’est-à-dire encore un « homme de goût », un « connoisseur », bref, faire partie des « gens du monde » qui éprouvent « un certain plaisir délicat [qui] se nomme goût108 ». Diderot reconnaît néanmoins « qu’il ne faut point disputer des goûts ». On ne discutera donc pas du plaisir ou du déplaisir immédiat ; mais « [i]l n’en est pas de même dans les Arts », précise celui pour qui toute musique nécessite une oreille avertie en raison des sensations composées qu’elle sollicite : « comme ils ont [les arts] des beautés réelles, il y a un bon goût qui les discerne, & un mauvais goût qui les ignore ; et on corrige souvent le défaut d’esprit qui donne un goût de travers109. » Pour Baumgarten, « [l]’aptitude à éviter les fautes de jugement est la maturité du jugement » qui apporte « la distinction du goût (sa pureté, son raffinement)110 » ; aussi donne-t-il des conseils pédagogiques : « Plus la mémoire, la réminiscence, la faculté d’inventer, l’aptitude à prévoir et le jugement sont importants de naissance, plus il est facile de les développer par des exercices111. »

31On ne peut par conséquent pas faire confiance au seul sens de l’ouïe en ce que son jugement ne saurait être assez fiable dès lors que les sons sont aussi complexes que ceux de la musique. Mais l’habitude et la coutume, accompagnées de toute une culture auditive, ou en d’autres termes l’habitus acoustique, ont leur revers : il s’agit du préjugé.

2.2. Le rôle du préjugé

  • 112 Hélène Cussac, « Bruit versus Son ? Circulation des savoirs et des idées sur la musique des Noirs d (...)
  • 113 Sylvain-Meinrad Xavier de Goberry, Fragmens d’un voyage en Afrique, fait pendant les années 1785, 1 (...)
  • 114 Godefroy Loyer, Relation du voyage du Royaume d’Issigny, Côte d’Or, païs de Guinée, en Afrique, Par (...)
  • 115 William Smith, Nouveau voyage de Guinée, Paris, Durand et Pissot, 1751, p. 40.
  • 116 Willem Bosman, Voyage de Guinée, Utrech, A. Schouten, 1705, p. 143.
  • 117 Jean-Baptiste Labat, Nouvelle relation de l’Afrique occidentale, Paris, Guillaume Cavelier, 1728, t (...)
  • 118 William Snelgrave, Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée, et du commerce d’esclaves qu’o (...)
  • 119 Jean-Baptiste Labat, op. cit., t. II, p. 231.
  • 120 Jean-Jacques Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Bruit », O. C., vol. V, p. 672.
  • 121 Jean-Philippe Rameau, Démonstration du principe de l’harmonie, servant de base à tout l’art musical (...)

32Qu’elle ait été éduquée ou non, l’oreille est sensible à l’environnement sonore qui lui est familier. Que se passe-t-il lorsqu’elle est confrontée à des sonorités qui lui sont étrangères, telles que celles d’autres peuples ? Une étude que j’ai menée sur une quinzaine de récits de voyageurs européens en Afrique au xviiie siècle112 montrent une perception de la « musique des Nègres », comme elle était nommée, particulièrement négative. Les mots utilisés pour transmettre le son soulignent une gradation du lexique exprimant des sensations intolérables à l’oreille des voyageurs : « bruit étourdissant et tumultueux113 » ; « bruit affreux » et « bruit épouvantable114 » ; « bruit épouvantable et peu amusant115 » ; « bruit très désagréable116 » ; « bruit sourd et pesant plus propre à étourdir qu’à se réjouir117 » ; « bruit enragé118 ». Et comme si l’un de ces termes n’était pas suffisant à la compréhension du degré d’intensité, il sont accumulés comme pour faire redoubler le « bruit » à l’oreille du lecteur : « Les Nègres du Royaume de Galam et de la rivière de Gambie », avec leurs trompettes variées, « ne font qu’un bruit confus, et un tintamarre qui a plus l’air d’un charivari que de tout autre chose119. » Que nous indiquent ces propos au sujet du sens de l’ouïe de ces voyageurs-auteurs ? Leur réaction est en fait fondée sur tout un habitus sensible, du point de vue acoustique, et sur la connaissance de l’Afrique qu’avait l’Europe à partir de la littérature viatique. La mission qui était la leur en Afrique, en ces temps d’esclavage, déterminait aussi leur audition. Aussi entendaient-ils la musique africaine uniquement en termes de bruit en un moment où la tradition intellectuelle et morale faisait que l’on avait encore tendance à maintenir l’opposition entre son et bruit. Définir la musique africaine comme bruyante connotait l’idée de désordre et de confusion : « On donne aussi, par mépris, le nom de Bruit, à une musique étourdissante et confuse, où l’on entend plus de fracas que d’harmonie, et plus de clameurs que de chant120 », explique Rousseau. L’ouïe par conséquent réagit à des conditionnements d’ordre idéologique et sa confrontation avec la musique des Noirs révèle un inouï impensable à l’oreille de ces voyageurs occidentaux. Il existe, remarque Rameau, « des hommes pour qui la musique ne sera que du bruit, ceux qui ne seront frappés que du son fondamental, ceux pour qui tous les harmoniques seront perdus121 ». Peut-être, mais on ajoutera que si les sonorités des instruments africains échappent à la saisie cognitive des voyageurs, c’est bien parce qu’on les juge ne pas répondre aux normes de l’objet scientifiquement légal d’une part, et que la perception ne se défait pas d’un ethnocentrisme empreint d’un complexe de supériorité d’autre part, déterminant ainsi l’oreille à une sensibilité chargée d’idéologie. Si l’habitude et la connaissance sont donc susceptibles d’accroître le goût, le préjugé peut évidemment lui nuire :

  • 122 Encyclopédie, art. « Goût », p. 768.

il [le vrai philosophe] reconnoîtra que comme la musique a un effet général sur tous les peuples, quoique la musique des uns ne plaise pas toujours aux autres, de même tous les peuples sont sensibles à l’harmonie poétique, quoique leur poésie soit fort différente. C’est en examinant avec attention cette différence, qu’il parviendra à déterminer jusqu’à quel point l’habitude influe sur le plaisir que nous font la Poésie & la Musique, ce que l’habitude ajoûte de réel à ce plaisir & ce que l’opinion peut aussi y adjoindre d’illusoire122.

  • 123 Jean-Jacques Rousseau, Sur le goût, O. C., vol. V, p. 482.

33Rousseau, comme Diderot, entend bien le préjugé sur lequel repose le jugement de la majorité des voyageurs qui procèdent, plus ou moins explicitement, à une comparaison avec la musique européenne : « L’opinion avantageuse que nous avons du nôtre [goût] », analyse Rousseau, « ainsi que celle que chaque nation a du sien, n’est donc qu’un préjugé qui ne deviendra une raison qu’en faveur de celui qui aura le mieux soutenu le parallèle123 ». Mais la distinction entre son et bruit n’est pas uniquement culturelle ; elle souligne un problème éminemment moral et politique.

34La question est en effet de savoir si, comme le sous-entendent les philosophes après Dubos, le goût est éducable. Ils se demandent également si le sentiment issu de la disposition innée de l’homme au sentir est suffisant pour émettre un jugement de goût valide, ou si celui-ci doit faire intervenir la raison. Quoi qu’il en soit des réponses apportées à des questions aussi complexes, on décèle parfois chez quelques-uns de ces voyageurs une oreille plus attentive et généreuse, faisant preuve de l’émergence d’une réflexion sur la relativité du goût.

3. De la relativité du goût à la subjectivité du goût auditif

  • 124 Bernard Picart, Cérémonies et coutumes religieuses des peuples idolâtres, in : Cérémonies et coutum (...)
  • 125 Paul Erdmann Isert, Voyages en Guinée et dans les îles Caraïbes en Amérique, par Paul Erdmann Isert (...)
  • 126 Jean-Pierre de Crousaz, op. cit., p. 19.

35Bernard Picart par exemple, un dessinateur et graveur français, n’avait pas attendu l’évolution du siècle pour émettre l’idée, en 1728, que même sans habitude il était possible d’apprécier l’effet produit par un gongom cafre : « Cette musique ne laisse pas de plaire, même à des oreilles plus faites à une musique de bon goût qu’à celle des Cafres124. » Malgré la restriction émise, il est patent que l’oreille est tout à fait apte à accueillir des sonorités étrangères. Paul Erdmann Isert, voyageant en Guinée à la fin du siècle, se fait persan à la manière de Montesquieu en reprenant une réflexion donnée par Diderot en 1748 : « La musique que l’on fait avec ces instruments est toujours dans le goût héroïque et guerrier, mais elle sonne toujours très mal à une oreille européenne. En échange, les plus doux sons du violon, surtout ceux du clavecin, ne sont pas capables de toucher celle d’un Nègre125. » Mais comme pour donner raison aux tenants de l’éducation de l’ouïe, les voyageurs ayant eu l’oreille la plus accueillante à la « musique des Nègres » sont ceux qui sont les plus érudits. Ainsi, même si « les hommes n’ont pas la même idée du Beau », et même si « leurs sens se ressemblent beaucoup moins qu’on ne croit, et leur font apercevoir les objets très differemment126 », comme l’affirmait Crousaz en 1714, faisant fi de l’universalité du goût, des éléments de nature très diverse rendent le jugement et même le plaisir de l’oreille aléatoire.

36Mais le goût a pris le chemin de l’intériorisation tout au long du siècle. Soulevant moins de passion dans la seconde moitié, parallèlement à l’émergence de l’individuation, le goût peut désormais être celui d’une oreille détectant par exemple la puissance d’un son et l’appréciant hors de toute intentionnalité artistique :

  • 127 Louis-Sébastien Mercier, Journal de Paris, 28 août 1798.

Le bruit d’une cataracte ou d’une tempête ; celui du tonnerre, d’une acclamation vive et soudaine dans un vaste rassemblement, le cri subit d’une alarme publique, voilà des sons qui étonnent, qui produisent une grande sensation, et il n’entre aucun art, aucune exactitude dans cette espèce de musique127.

  • 128 Denis Diderot, Essais sur la peinture, DPV, t. XIV, p. 411.
  • 129 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § IX, p. 55.

37Mercier est presque surpris de cette capacité nouvelle de l’ouïe à accueillir et à éprouver avec satisfaction des sons dont l’intrusion subite surprend un état de quiétude. Cette subjectivité du goût n’était certainement pas faite pour plaire à un Diderot : « De l’expérience et de l’étude, voilà les préliminaires et de celui qui fait et de celui qui juge ; j’exige ensuite de la sensibilité128 », alors que Hutcheson, observant la « liberté voulue pour [la] diversité de goût » entendait bien le rapport à la beauté subjectivement dès l’ouverture de la Recherche : « le mot beauté est pris pour l’idée qu’elle suscite en nous, et le sens de la beauté pour notre faculté de recevoir cette idée129. »

Conclusion

  • 130 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Introduction à l’esthétique, Paris, Aubier, 1958, p. 84.
  • 131 Emmanuel Kant, Critique du jugement, suivie des Observations sur le sentiment du beau et du sublime(...)

38À l’article « Beau » de l’Encyclopédie, Diderot avait relevé une douzaine de sources de la diversité des jugements. Par conséquent, si le sens de l’ouïe offre une impression première euphorique de l’objet, et si le sentiment fait à son tour son œuvre, la plupart des théoriciens admettent le fait que nombre d’idées accidentelles mais aussi accessoires entrent en ligne de compte dans l’appréciation. Même pour Hegel, qui affirme en 1818 qu’« avoir du goût, c’est donc avoir le sentiment, le sens du beau130 », le jugement ne saurait être effectif sans profondeur. Diderot ne lui aurait pas donné tort : on peut faire confiance au sentiment du beau, mais il s’agit toujours d’activer la raison. L’expérience n’en demeure pas moins singulière, et le plaisir est d’abord celui d’un auditeur sensible qui, même sans connaître les causes de son plaisir, saura accueillir des sons harmonieux. Quoi qu’il en soit à la fin du siècle du désaccord entre Herder et Kant sur l’objectivation de la sensation, les théoriciens européens semblent bien tous reconnaître à l’ouïe sa capacité à nous offrir la magie de sons qui parfois nous transportent, en raison, comme l’exprime Kant, de ce « champ illimité, mais inaccessible aussi pour toute notre faculté de connaître, le champ du supra-sensible131 ».

Haut de page

Notes

1 Francis Hutcheson, Recherche sur l’origine de nos idées de la beauté et de la vertu [premier traité 1725], traduction d’Anne-Dominique Balmès, Paris, Vrin, 1991 [toutes nos références se font à cette édition et au premier traité].

2 Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse, in : Œuvres complètes, édition de Bernard Gagnebin et Marcel Raymond, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade [désormais O. C.], vol. II, 1961, lettre II, 23, p. 286.

3 Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers [désormais Encyclopédie], art. « Goût », t. VII, 1751, p. 763.

4 Denis Diderot, Salon de 1767, in : Œuvres complètes, édition de Herbert Dieckmann, Jacques Proust et Jean Varloot, Paris, Hermann [désormais DPV], t. XVI, 1990, p. 195.

5 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, édition de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, vol. 1, p. 361.

6 Encyclopédie, art. « Ouïe », t. XI, 1765, p. 702.

7 Yves-Marie André, Essai sur le Beau [1741], Paris, Ferra aîné, 1810, p. 21.

8 Encyclopédie, art. « Ouïe », p. 704.

9 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature [1784], édition de Colas Duflo, Presses universitaires de Saint-Etienne, 2007, « Étude XII », p. 453.

10 Johann Gottfried Herder, Viertes Kritisches Wäldchen [1769], in : Werke, édition de Wolfgang Proß, Munich, Hanser, vol. 2, 1987, p. 111-112.

11 Joseph Duverney, Traité de l’organe de l’ouïe, Paris, Michallet, 1683 ; Claude Perrault, Œuvres diverses de physique et de mécanique, Leyde, Vander, 1721.

12 L’Académie de Toulouse propose même pour son prix en 1751 le sujet : Traité de l’ouïe. Réservé pour 1754, puis pour 1757 et annoncé triple, il est gagné par le médecin Nicolas Le Cat en 1757.

13 Johann Georg Sulzer, Nouvelle théorie des plaisirs par Mr. Sulzer, […] avec des réflexions sur l’origine du plaisir, par Mr. Kaestner [1751-1752], [s. l.], 1767, p. 150.

14 Julien Onfray de La Mettrie, L’homme-machine [1747], in : Œuvres philosophiques, Amsterdam, [s. n.], 1774, t. III, p. 27.

15 Voir Marin Mersenne, Traité de la voix et des chants, in : Harmonie universelle [1636], édition de François Lesure, CNRS, 1965, vol. 2, p. 1-88.

16 Louis-Sébastien Mercier, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Mercier, Ms 15083, f°103.

17 Pour une étude poussée de cette question voir l’excellent livre d’André Charrak : Raison et perception. Fonder l’harmonie au xviiie siècle, Paris, Vrin, 2001.

18 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § VIII, p. 55.

19 Yves-Marie André, Essai sur le Beau [1741], Paris, Ferra aîné, 1810, p. 152.

20 Voir ibid., p. 149.

21 Rousseau, Dictionnaire de musique [1768], O. C., vol. V, 1995, art. « Consonnance », p. 726.

22 René Descartes, Abrégé de musique. Compendium musicæ, édition de Frédéric de Buzon, Paris, PUF, 1987, p. 54 (cité aussi par André Charrak, op. cit., p. 174).

23 André Charrak, op. cit., p. 174.

24 Voir Syliane Malinowski-Charles, « De la poétique à l’esthétique : la métamorphose de l’art chez Baumgarten », in : Syliane Malinowski-Charles (éd.), Figures du sentiment : morale, politique et esthétique à l’époque moderne, Québec, Presses de l’Université Laval, 2003, p. 105-123.

25 Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Expression », O. C., vol. V, p. 820.

26 Rousseau, Essai sur l’origine des langues, O. C., vol. V, p. 105.

27 Jean-Pierre de Crousaz, Traité du beau [1714], édition de Francine Markovits, Paris, Fayard, 1985, p. 106-107.

28 Denis Diderot, Lettre à Madame *** [1772], Correspondance, édition de Georges Roth et Jean Varloot, Paris, Les Éditions de Minuit, 1970, t. XVI, p. 60.

29 « [l’homme] ne croira pas que le soin de satisfaire l’organe dispense de l’obligation encore plus importante de penser » (Encyclopédie, art. « Goût », t. VII, 1751, p. 768).

30 Denis Diderot, Réfutation d’Helvétius [1778], DPV, t. XXIV, 2004, chapitre 15, p. 574.

31 Jean-Jacques Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Harmonie », OC., volV, p. 851.

32 Encyclopédie, art. « Goût », p. 768.

33 Encyclopédie, art. « Beau », t. II, 1752, p. 176 [nous mettons en italique, H.C.].

34 Jean Deprun, La Philosophie de l’inquiétude en France au xviiie siècle, Paris, Vrin, 1979, p. 80. A. Charrack précise, à raison, que Diderot s’inspire là de Malebranche et analyse la notion chez ce dernier, op. cit., p. 177-179.

35 Etienne Bonnot de Condillac, Traité des sensations [1754], Paris, Fayard, 1984, p. 61.

36 Pierre Hartmann, « L’émergence du sentiment moral dans les Salons de Diderot », in : Béatrice Guion (éd.), Le Sentiment moral, Paris, Champion, 2015, p. 365.

37 Voir Élisabeth Décultot, « Métaphysique ou physiologie du beau ? La théorie des plaisirs de Johann Georg Sulzer (1751-1752) », Revue Germanique Internationale 4, 2006, p. 93-106.

38 Ibid., p. 97-98.

39 Ibid., p. 99.

40 Ibid.

41 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § XII, p. 58.

42 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, « Étude XII », op. cit., p. 453.

43 Leonhard Euler, Tentamen novae theoriæ musicæ, Saint-Pétersbourg, Imprimerie de l’Académie Impériale des Sciences, 1739, chapitre II, § 17, p. 228 (cité dans André Charrak, op. cit., p. 181).

44 Denis Diderot, Principes généraux d’acoustique [1748], DPV, t. II, 1975, § 6, p. 256.

45 Francis Hutcheson, op. cit, section III, § XVI, p. 69.

46 Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu, Essai sur le goût, [1e ébauche 1727-28], édition de Louis Desgraves, postface de Jean Starobinski, Paris, Rivages/poche, 1993, p. 27. Des fragments de cet essai de Montesquieu sont repris à l’art. « Goût » de l’Encyclopédie.

47 Francis Hutcheson, op. cit., section II, § XIII, p. 68.

48 Ibid., section II, § III, p. 62.

49 Ibid., section I, § XV, p. 60 et section II, § XIII, p. 68.

50 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 20 et 21.

51 Denis Diderot, Principes généraux d’acoustique, DPV, t. II, p. 257-258.

52 Syliane Malinowski-Charles, op. cit., p. 59.

53 Denis Diderot, Mémoires sur différents sujets de mathématiques [1748], DPV, t. II, Premier Mémoire, § III, p. 239.

54 Charles Bonnet, Essai analytique sur les facultés de l’âme [1760], édition de Serge Nicolas, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 7.

55 Étienne Bonnot de Condillac, op. cit., p. 62, note 1.

56 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § XII, p. 58.

57 Charles Bonnet, op. cit., § 121, p. 117.

58 Denis Diderot, Lettre sur les sourds et muets [1751], DPV, t. IV, 1978, p. 207.

59 Étienne Bonnot de Condillac, op. cit., p. 62.

60 Marion Chottin, Le Partage de l’empirisme. Une histoire du problème de Molyneux aux xviie et xviiie siècles, Paris, Champion, 2014, p. 23.

61 Voir l’introduction de Serge Nicolas à l’Essai analytique sur les facultés de l’âme, op. cit., p. 5-8 tout particulièrement.

62 Charles Bonnet, op. cit., § 131, p. 123.

63 Ibid.

64 Ibid., § 108, p. 108.

65 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 32-33.

66 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, vol. I, p. 1051.

67 Charles Bonnet, op. cit., § 108, p. 108.

68 Jean-Jacques Rousseau, Émile, livre II, O. C., vol. IV, p. 417.

69 Jean-Jacques Rousseau, Notes sur « De l’Esprit » d’Helvétius, O. C., vol. IV, p. 1121.

70 Annie Becq, Genèse de l’esthétique française moderne. De la Raison classique à l’Imagination créatrice. 1680-1814, Paris, Albin Michel, 1984, p. 252.

71 Syliane Malinowski-Charles, op. cit., p. 64.

72 Francis Hutcheson, op. cit., section VI, § IV, p. 100.

73 Voir Stéphane Lojkine, « Le goût de Diderot : une expérience du seuil », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie 50, 2015, p. 45-59.

74 Denis Diderot, Essais sur la peinture, DPV, t. XIV, p. 408.

75 Annie Becq, op. cit., p. 251 et 254.

76 Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain [1ère édition 1765, rédaction 1704], édition de Jacques Brunschwig, Paris, GF-Flammarion, 1990, livre II, chapitre VII, p. 101.

77 Gottfried Wilhelm Leibniz, Système nouveau de la nature et de la communication des substances et autres textes, 1690-1703, édition de Christiane Frémont, Paris, GF-Flammarion, 1994, p. 237.

78 Jean-Baptiste Dubos (Abbé), Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture, édition de Dominique Désirat, Paris, École Nationale des Beaux-Arts, 1993, 2e partie, section XXII, p. 277.

79 Ibid., p. 278.

80 Voir Annie Becq, op. cit., p. 284-285.

81 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 13.

82 Pierre-François Guyot Desfontaines (Abbé), Observations sur les écrits modernes, Paris, Chaubert, t. XIX, 1739, p. 126.

83 Ibid., p. 281.

84 Jean-Baptiste Dubos, op. cit., p. 277.

85 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, t. I, p. 1051.

86 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, « Étude XII », op. cit, p. 579.

87 Diderot, Lettres à Sophie Volland. 1759-1774, édition de Marc Buffat et Odile Richard-Pauchet, Paris, Non-Lieu, Lettre du 3 octobre 1767, p. 545-546.

88 Voir Riccardo Martinelli, « Entre toucher et sentiment. Herder et le “Gefühl” », Esercizi Filosofici, 5, 2010, p. 1-7.

89 Jean-Jacques Rousseau, Émile, livre II, O. C., vol. IV, p. 384.

90 Encyclopédie, art. « Goût », p. 760.

91 Voir Daniel Dumouchel, « La raison des sentiments. Beauté et moralité chez Moses Mendelssohn », in : Syliane Malinowski-Charles (éd.), op. cit., p. 125-139.

92 Ibid.

93 Denis Diderot, Lettre sur les sourds et muets, DPV, t. IV, p. 206.

94 Jean-Jacques Rousseau, Émile, O. C., vol. IV, p. 384.

95 Jean-Pierre de Crousaz, op. cit, p. 91.

96 Encyclopédie, art. « Ouïe », p. 704.

97 Francis Hutcheson, op. cit, section VII, § I, p. 108.

98 Voir Jean-Jacques Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Harmonie », OC., volV, p. 849.

99 Denis Diderot, Salons IV, DPV, t. IV, p. 382.

100 Yves-Marie André, op. cit., p. 170-171.

101 Charles-Louis de Montesquieu, op. cit., p. 35.

102 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., vol. I, p. 1417.

103 Alexander Gottlieb Baumgarten, Esthétique, précédée des Méditations philosophiques sur quelques sujets se rapportant à l’essence du poème et de la Métaphysique, édition de Jean-Yves Pranchère, Paris, L’Herne, 1988, p. 112, § 608.

104 Encyclopédie, art. « Beau », p. 179.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 Encyclopédie, art. « Goût », p. 761.

108 Ibid., p. 763.

109 Ibid., p. 761.

110 Alexander Gottlieb Baumgarten, op. cit., p. 112, § 608.

111 Ibid., § 609.

112 Hélène Cussac, « Bruit versus Son ? Circulation des savoirs et des idées sur la musique des Noirs dans les récits de voyages en Afrique occidentale au xviiie siècle », in : Karine Bénac-Giroux, Poétique et politique de l’altérité, Paris, Garnier, à paraître ; voir aussi Hélène Cussac, « Anthropologie du bruit au siècle des Lumières », in : actes du colloque « Bruits », L’Autre musique [en ligne], 28 mars 2016. URL : http://www.lautremusique.net/lam4/preambule/anthropologie-du-bruit-au-siecle-des-lumieres.html

113 Sylvain-Meinrad Xavier de Goberry, Fragmens d’un voyage en Afrique, fait pendant les années 1785, 1786 et 1787, dans les Contrées occidentales de ce Continent, Paris, Treuttel et Würtz, 1802, p. 386.

114 Godefroy Loyer, Relation du voyage du Royaume d’Issigny, Côte d’Or, païs de Guinée, en Afrique, Paris, Arnoul Seneuze et Jean-Raoul Morel, 1714, p. 113.

115 William Smith, Nouveau voyage de Guinée, Paris, Durand et Pissot, 1751, p. 40.

116 Willem Bosman, Voyage de Guinée, Utrech, A. Schouten, 1705, p. 143.

117 Jean-Baptiste Labat, Nouvelle relation de l’Afrique occidentale, Paris, Guillaume Cavelier, 1728, t. II, p. 230.

118 William Snelgrave, Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée, et du commerce d’esclaves qu’on y fait. Trad. de l’anglais par A. Fr. D. de Coulanges [1735], édition de Pierre Gilbert, Paris, Gallimard, 2008, t. I, p. 75.

119 Jean-Baptiste Labat, op. cit., t. II, p. 231.

120 Jean-Jacques Rousseau, Dictionnaire de musique, art. « Bruit », O. C., vol. V, p. 672.

121 Jean-Philippe Rameau, Démonstration du principe de l’harmonie, servant de base à tout l’art musical théorique et pratique, Paris, Durand & Pissot, 1750, p. 14.

122 Encyclopédie, art. « Goût », p. 768.

123 Jean-Jacques Rousseau, Sur le goût, O. C., vol. V, p. 482.

124 Bernard Picart, Cérémonies et coutumes religieuses des peuples idolâtres, in : Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, représentées par des figures dessinées de la main de Bernard Picart, avec une explication, et quelques dissertations curieuses, Amsterdam, Jean-François Bernard, t. II, 1728, p. 53.

125 Paul Erdmann Isert, Voyages en Guinée et dans les îles Caraïbes en Amérique, par Paul Erdmann Isert, Ci-devant Médecin-Inspecteur de S. M. Danoise, dans ses Possessions en Afrique ; Tirés de sa correspondance avec ses Amis ; Trad. de l’Allemand, Paris, Maradan, 1793, p. 129-130.

126 Jean-Pierre de Crousaz, op. cit., p. 19.

127 Louis-Sébastien Mercier, Journal de Paris, 28 août 1798.

128 Denis Diderot, Essais sur la peinture, DPV, t. XIV, p. 411.

129 Francis Hutcheson, op. cit., section I, § IX, p. 55.

130 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Introduction à l’esthétique, Paris, Aubier, 1958, p. 84.

131 Emmanuel Kant, Critique du jugement, suivie des Observations sur le sentiment du beau et du sublime [1790], traduit de l’allemand par Jules Barni, Paris, Librairie philosophique de Ladrange, 1846, t. I, p. 19-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Cussac, « L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du xviiie siècle »Revue germanique internationale, 27 | 2018, 101-120.

Référence électronique

Hélène Cussac, « L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du xviiie siècle »Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1786

Haut de page

Auteur

Hélène Cussac

Hélène Cussac est maître de conférences en littérature française à l’Université Toulouse – Jean Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search