Navigation – Plan du site

Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder

The Role of Hearing in the Birth of Language according to J. G. Herder
Die Rolle des Gehörs in der Entstehung der Sprache nach J. G. Herder
Clémence Couturier-Heinrich
p. 121-136

Résumés

Dans son Traité sur l’origine du langage, Herder entend prouver l’origine humaine du langage contre la thèse de l’origine divine, en s’appuyant sur des « données solides » fournies par l’anthropologie, la psychologie et la connaissance des langues les plus anciennes ou parlées par les peuples premiers. Herder situe l’invention du langage par le premier homme dans une interaction auditive avec la nature. Selon lui, la première production langagière de l’homme est un « mot intérieur » ou « mot de l’âme », que la réflexion, conçue comme l’unité de toutes les facultés humaines, fixe à partir d’un son émis par un objet de la nature, et qui permet à l’homme d’identifier cet objet en le distinguant des autres. Après seulement vient le « mot extérieur », production sonore de l’homme associant un signifié à un signifiant audible. Pour étayer sa thèse selon laquelle c’est grâce à l’ouïe que l’homme est une « créature de langage », Herder développe l’idée que le sens auditif est au centre du système perceptif humain.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Le Traité sur l’origine du langage (1772) de Johann Gottfried Herder (1744-1803) : première approche
Du mot intérieur au mot extérieur : le premier homme à l’écoute de la nature
Les dénominations d’objets non perceptibles par l’ouïe
La place centrale de l’ouïe dans le système des sens
La relativisation du rôle de l’ouïe dans la deuxième partie du Traité
Conclusion

Aperçu du texte

Le Traité sur l’origine du langage (1772) de Johann Gottfried Herder (1744-1803) : première approche

En 1769, l’Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin mit au concours la question suivante, formulée en français selon la volonté de son « protecteur », le roi Frédéric II de Prusse : « En supposant les hommes abandonnés à leurs facultés naturelles, sont-ils en état d’inventer le langage ? Et par quels moyens parviendront-ils d’eux-mêmes à cette invention ? On demande une hypothèse qui explique la chose clairement et qui satisfait toutes les difficultés. » Ce sujet attira l’attention de Johann Gottfried Herder (1744-1803), jeune pasteur protestant en mal de reconnaissance, déjà connu dans la République des Lettres germaniques comme l’auteur de fragments anonymes Sur la nouvelle littérature allemande (1766-1767). Herder écrivit en octobre 1769 à son éditeur que la question posée par l’Académie de Berlin était « remarquable, grande et véritablement philosophique » et qu’el...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Couturier-Heinrich, « Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 121-136.

Référence électronique

Clémence Couturier-Heinrich, « Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1802 ; DOI : 10.4000/rgi.1802

Haut de page

Auteur

Clémence Couturier-Heinrich

Clémence Couturier-Heinrich est maître de conférences en études germaniques à l’Université de Picardie Jules Verne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals