Navigation – Sitemap

HauptseiteAusgaben27Le rôle de l’ouïe dans la naissan...

Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder

The Role of Hearing in the Birth of Language according to J. G. Herder
Die Rolle des Gehörs in der Entstehung der Sprache nach J. G. Herder
Clémence Couturier-Heinrich
p. 121-136

Zusammenfassungen

In der Abhandlung über den Ursprung der Sprache will Herder gegen die These vom göttlichen Ursprung den menschlichen Ursprung der Sprache beweisen, indem er sich auf „feste Data“ aus der Anthropologie, der Psychologie und der Kenntnis der ältesten Sprachen, beziehungsweise derjenigen Sprachen stützt, die noch zu seiner Zeit von „unzivilisierten“ Völkern gesprochen werden. Nach Herder erfand der erste Mensch die Sprache, indem er durch den Grehösinn mit der Natur interagierte. Seiner Darstellung zufolge besteht die erste sprachliche Hervorbringung des Menschen in einem „inneren Wort“ oder „Wort der Seele“, das von der als Einheit aller Seelenvermögen aufgefassten „Besonnenheit“ festgelegt wird. Sie geht dabei von dem Laut aus, den ein Naturgegenstand von sich gibt. Das innere Wort erlaubt dem Menschen, diesen Gegenstand von anderen zu unterscheiden und so zu identifizieren. Erst dann produziert er ein hörbares „äußeres Wort“, das ein Signifikat mit einem Signifikanten verbindet. Für Herder ist der Mensch dank des Gehörs ein „Geschöpf der Sprache“. Um diese These zu belegen führt er die zentrale Stellung des Gehörs im menschlichen Wahrnehmungssystem aus.

Seitenanfang

Volltext

Le Traité sur l’origine du langage (1772) de Johann Gottfried Herder (1744-1803) : première approche

  • 1 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, édition de Martin Bollacher et al., Francfort-sur-le (...)
  • 2 recht vor mich gegeben (ibid).
  • 3 Il n’en existe pas moins de trois traductions françaises relativement récentes : Johann Gottfried H (...)

1En 1769, l’Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin mit au concours la question suivante, formulée en français selon la volonté de son « protecteur », le roi Frédéric II de Prusse : « En supposant les hommes abandonnés à leurs facultés naturelles, sont-ils en état d’inventer le langage ? Et par quels moyens parviendront-ils d’eux-mêmes à cette invention ? On demande une hypothèse qui explique la chose clairement et qui satisfait toutes les difficultés1. » Ce sujet attira l’attention de Johann Gottfried Herder (1744-1803), jeune pasteur protestant en mal de reconnaissance, déjà connu dans la République des Lettres germaniques comme l’auteur de fragments anonymes Sur la nouvelle littérature allemande (1766-1767). Herder écrivit en octobre 1769 à son éditeur que la question posée par l’Académie de Berlin était « remarquable, grande et véritablement philosophique » et qu’elle lui semblait pour ainsi dire taillée sur mesure pour lui2. Lorsqu’il envoya son texte à l’Académie en décembre 1770, il séjournait à Strasbourg, où il avait fait au mois d’octobre la connaissance de Goethe, son cadet de cinq ans, et faisait soigner sa fistule lacrymale. Les opérations tentées par deux chirurgiens se soldèrent du reste par un échec qui tranche avec les succès obtenus dès la première moitié du siècle dans l’opération de la cataracte. Herder eut néanmoins la consolation de voir son Traité sur l’origine du langage récompensé par le prix de l’Académie, qui publia le texte en 1772 sans que son auteur ait pu le retoucher. Il s’agit d’un texte célèbre et très étudié du début de « l’époque goethéenne » (Goethezeit)3.

  • 4 Johann Peter Süßmilch, Versuch eines Beweises, daß die erste Sprache ihren Ursprung nicht vom Mensc (...)
  • 5 Selon W. Proß, le diagnostic selon lequel Herder tourne le dos aux Lumières n’est, « vu superficiel (...)
  • 6 Ulrich Gaier souligne avec pertinence l’analogie entre ce mode de présentation et la conception her (...)
  • 7 Ibid., p. 1320.
  • 8 Ibid., p. 720.
  • 9 Voir aussi ibid., p. 717-719. U. Gaier distingue dans ces multiples formulations trois conceptions (...)
  • 10 W. Proß signale que l’académicien Jean Bernard Mérian, dans son « Analyse » (traduction condensée) (...)
  • 11 Voir Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 369.

2Herder entend prouver l’origine humaine du langage contre la thèse de l’origine divine défendue par le théologien Johann Peter Süßmilch dans un ouvrage de 17664. L’intention polémique qui anime son Traité ne s’arrête pas à cette cible principale mais vise aussi notamment Rousseau (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dit Second discours, 1754), Condillac (Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, Traité des sensations, 1754) et Diderot (Lettre sur les sourds et muets, 1751). Typique de l’œuvre de Herder par l’omniprésence du dialogue polémique de plus ou moins bonne foi avec d’autres auteurs, nommés ou pas, le Traité sur l’origine du langage l’est aussi par un mode de pensée et d’écriture qui témoigne de la distance critique prise par son auteur par rapport aux Lumières5. Loin d’être l’exposé méthodique d’une doctrine qui serait le résultat d’une élaboration en amont de la rédaction, le texte de Herder donne à suivre une pensée en « progression6 ». Ulrich Gaier écrit à propos de l’argumentation qu’il contient : « l’auteur et le lecteur [y] sont présupposés comme en train d’apprendre, de constamment revoir et dépasser leurs positions7. » Cette dynamique se traduit par la recherche permanente de l’expression adéquate dans une terminologie mouvante. Herder, en effet, veut revivifier la langue allemande de son temps par la synonymie et la polysémie. Il propose ainsi toute une gamme de mots (Bespiegelung, Besinnung, Verstand, Vernunft, Besonnenheit, Reflexion) et de périphrases pour désigner la réflexion, cette « force positive unique de l’âme8 » qui est le propre de l’homme9, et fait jouer à chaque occurrence les différentes acceptions du terme Gefühl, qui peut renvoyer au sens du toucher, mais aussi plus généralement à la sensation, à l’impression, au sentiment. Le lecteur peut, certes, tenter à chaque fois d’identifier laquelle de ces significations est prioritairement activée par Herder, mais les autres entrent inévitablement en résonance avec elle, ce qui crée une sorte de halo cognitif qui déconcerte l’exégète et ne peut manquer de décourager le traducteur10. Les développements consacrés par Herder au rôle de l’ouïe dans l’origine du langage humain permettent d’illustrer avec précision cette spécificité du texte herdérien, en ce qu’elle détermine à la fois le fond et la forme, ou, comme l’écrit Herder lui-même, la pensée et l’expression, qui « collent » l’une à l’autre comme le corps et l’âme11.

  • 12 Ibid., p. 724. Dans la première édition du Traité sur l’origine du langage, Herder reprend « l’opin (...)
  • 13 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 724. Voir Jean-Jacques Rousseau, Discours (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 810.
  • 16 W. Proß propose comme source de cette conviction de Herder un passage du discours de l’apôtre Paul (...)
  • 17 Voir Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 794-795.
  • 18 der erste Mensch ; der Erstling der Sprache, ibid., p. 788. Dans le même passage, Herder parle au p (...)
  • 19 Ibid., p. 787 .
  • 20 Ibid., p. 810.
  • 21 Ibid., p. 739.
  • 22 Ibid., p. 702-703.

3Le Traité sur l’origine du langage est divisé en deux parties. La première comporte trois sections, la seconde quatre. C’est dans la deuxième section de la première partie que Herder livre un premier récit de la naissance du langage, sur lequel nous reviendrons. Il est immédiatement suivi d’une évocation de quatre théories concurrentes sur l’origine humaine du langage, que les auteurs ont, selon Herder, cherchée soit dans « la meilleure articulation des organes phonatoires » présentée par l’homme par rapport aux animaux12, soit dans le cri des passions, soit dans un principe d’imitation par l’homme des bruits de la nature, soit enfin dans une convention de la société, thèse qui semble absurde à Herder comme à Rousseau, les hommes n’ayant pas pu se mettre d’accord sur le langage sans en disposer préalablement13. Telles sont les « si diverses faussetés insupportables14 » que Herder entend infirmer. Un examen attentif permettra cependant de montrer que l’une d’elles au moins est intégrée à son propre dispositif d’explication, qui consiste dans la reconstitution de l’invention du langage par le premier homme, sur la base de « données solides » issues de différents champs du savoir : anthropologie, psychologie et connaissances sur les langues que l’on qualifierait aujourd’hui de « premières15 ». Herder, en effet, est un tenant de la monogenèse16. Pour lui, le genre humain tout entier est issu d’un couple primitif unique, comme dans le récit biblique. Il ne revendique pas explicitement cette position, mais elle s’exprime en creux dans sa restitution ironique de l’opinion opposée, défendue notamment par Voltaire dans la préface de l’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations17. Le protagoniste de l’invention du langage humain selon Herder est bien « le premier homme18 », plus précisément le premier mâle humain, « le premier père » qui fait l’expérience de la confrontation avec la nature nourricière ou hostile, assure la subsistance de la femme et de leur enfant et forge le langage, qu’il leur enseigne19. Les données sur lesquelles Herder s’appuie pour reconstituer l’origine du langage sont, selon ses propres termes, relatives d’une part à « l’âme humaine », à « l’organisation humaine », par quoi il entend l’organisme, le corps et son interaction avec l’âme, qui forme un tout non dissociable en facultés distinctes. D’autre part, il s’agit des connaissances disponibles sur les langues réputées les plus anciennes et sur les langues que Herder qualifie de « sauvages », reprenant à dessein un adjectif habituellement péjoratif pour lui donner une connotation positive20. Dans la troisième section de la première partie, il parle des « vestiges de la langue considérée comme la plus ancienne21 ». Il évoque aussi fréquemment « les langues orientales ». Ces expressions semblent faire référence à l’hébreu biblique. Herder a notamment utilisé l’ouvrage de l’orientaliste hollandais Albert Schultens Origines hebraeae (1724-1738). Il considérait le récit de la Création, au début de la Genèse, comme « le plus ancien document du genre humain », titre d’un ouvrage qu’il publia en deux volumes en 1774 et 1776. Les langues « sauvages » sont celles des peuples situés à des stades précoces de leur évolution et géographiquement proches ou éloignés des cultures sénescentes de l’Europe occidentale. Herder se réfère aux témoignages ou ouvrages scientifiques de voyageurs éclairés ou de missionnaires pour évoquer par exemple les langues respectives des Abénaquis et des Hurons d’Amérique du Nord, des indigènes du Pérou et de Siam, mais aussi des Estoniens et des Lapons, qui forment « notre reste de sauvages en Europe22 ».

Du mot intérieur au mot extérieur : le premier homme à l’écoute de la nature

  • 23 Il écrit ainsi que la différence entre les hommes et les animaux ne réside pas dans des « forces su (...)
  • 24 Ibid., p. 718-721. Herder rejette l’idée de « réflexion en puissance » telle qu’il la trouve ou cro (...)
  • 25 Ibid., p. 717.
  • 26 Ibid., p. 722 et 717. La traduction de Besonnenheit en français pose problème. Nous souscrivons au (...)
  • 27 Ibid., p. 722 et 726.
  • 28 Ibid., p. 723.
  • 29 Ibid., p. 733.

4Dans la première partie du Traité sur l’origine du langage, Herder reconstitue l’invention du langage par l’homme, qu’il conçoit comme doté de sens proprement humains et doué de réflexion. Pour Herder, les sens ne constituent pas une faculté commune à l’homme et à l’animal, qui existerait à l’identique chez l’un et chez l’autre et serait complétée chez l’homme par d’autres facultés dont les animaux seraient dépourvus23. Il souligne la spécificité des sens humains par rapport aux sens animaux, dont la plus forte excitabilité est incompatible avec la réflexion, qui est le propre de l’homme, et ce d’emblée, aussi bien ontogénétiquement que phylogénétiquement, c’est-à-dire respectivement dès la naissance de l’individu et dès l’apparition de l’espèce24. Pour la désigner, Herder semble d’abord tâtonner, avant de s’arrêter au terme Besonnenheit sans pour autant cesser d’employer des synonymes. Il ne faut pas voir dans cette hésitation l’aveu involontaire d’une impuissance face à la richesse lexicale de la langue. Herder cherche bien plutôt à montrer que cette richesse nourrit et stimule la pensée, tandis que la terminologie figée de la Schulphilosophie, avec sa nomenclature de facultés hiérarchisées, la stérilise sous couvert de rigueur. Dans la série formée par « Besonnenheit » et ses équivalents, le tout premier terme est « Bespiegelung25 », qui désigne l’action de se refléter (Spiegel signifie « miroir »). De fait, la réflexion est selon Herder la capacité de l’âme à se regarder en train d’agir, à être consciente de ses propres opérations, elle rend l’homme apte à se forger lui-même comme individu et comme espèce26. L’invention du langage est un « acte » de la réflexion, un « jugement de l’âme27 » qui s’exerce en quelque sorte sur un matériau sensible apporté par l’ouïe. Herder la décrit comme une illumination subite, s’il est permis de revenir ici au champ lexical visuel dominant des Lumières. Il invite ses lecteurs à crier avec lui « Eurêka ! » au premier homme28, comme pour souligner à la fois la découverte faite par celui-ci et celle qu’il a faite lui-même en reconstituant la naissance du langage, et ponctue son exposé en assimilant le langage au feu dans une référence mythologique : « Nous avons repéré le foyer sur lequel l’étincelle divine de Prométhée allume le feu dans l’âme humaine29. »

5Herder relate la naissance du langage humain dans un long paragraphe – le passage le plus célèbre du Traité – consacré aux deux premières rencontres de l’homme avec la brebis :

  • 30 Ibid., p. 723-724. Voir Johann Gottfried Herder, Traité sur l’origine de la langue [traduction de P (...)

Faites passer devant son œil l’image de cette brebis. Il ne se comportera pas comme un autre animal. Pas comme le loup hargneux et affamé, pas comme le lion sanguinaire, qui flairent et dévorent déjà en pensée ! La sensibilité les a dominés, l’instinct les jette sur elle ! Pas comme le bélier ardent qui ne la ressent que comme l’objet de sa jouissance, que la sensibilité domine donc lui aussi et que l’instinct jette sur elle. Ni comme tout autre animal indifférent à la brebis, et qui la laisse donc passer en un clair-obscur parce que son instinct le tourne vers autre chose. – Rien de pareil chez l’homme ! Dès qu’il a besoin de connaître la brebis, il n’est dérangé par aucun instinct, aucun sens ne l’attire trop près d’elle ou ne l’en éloigne : elle est là, telle qu’elle se manifeste à ses sens. Blanche, douce, laineuse – son âme s’exerçant à la réflexion cherche une marque. La brebis bêle ! L’âme a trouvé une marque. Le sens interne agit. Ce bêlement, qui fait à l’âme la plus forte impression, qui s’est détaché de toutes les autres qualités de la vue et du toucher, a jailli, a pénétré au plus profond, lui reste. La brebis revient. Blanche, douce, laineuse – l’âme voit, touche, réfléchit, cherche une marque – la brebis bêle, et voilà qu’elle la reconnaît ! « Ah ! Tu es l’être qui bêle ! » sent-elle intérieurement, elle en a acquis la connaissance d’une manière humaine, puisqu’elle la reconnaît distinctement, c’est-à-dire au moyen d’une marque, et la nomme. […] Le bruit du bêlement perçu par une âme humaine comme signe distinctif de la brebis est devenu, en vertu de cette conscience, le nom de la brebis, quand bien même la langue de l’homme n’aurait jamais essayé de le balbutier30.

  • 31 cité largement mais pas intégralement ci-dessus.
  • 32 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 734.
  • 33 La Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1975, p. 19.
  • 34 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 736. Selon H. D. Irmscher, le récit bibli (...)

6Ce paragraphe31, qui fait l’objet d’une variation moins développée dans la section suivante du Traité32, est une vaste amplification du verset 19 du chapitre 2 de la Genèse : « Yahvé Dieu modela encore du sol toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel, et il les amena à l’homme pour voir comment celui-ci les appellerait : chacun devait porter le nom que l’homme lui aurait donné33. » Herder l’assume explicitement. Il cite la deuxième partie de ce verset et considère qu’elle exprime à la manière poétique de l’Orient ancien la « vérité » scientifique qu’il vient d’énoncer34. Il en propose aussi une audacieuse reformulation dans laquelle Yahvé est remplacé par la nature (qualifiée toutefois de « divine ») et le mot « dieu » appliqué à l’homme :

  • 35 Ibid., p. 735.

La nature toute entière, divine et plein de sons […] fait passer devant lui toutes les créatures : chacune porte son nom sur la langue et se nomme comme vassal et serviteur de cette divinité manifeste et voilée. Chacune dépose son mot-clé dans le livre de sa souveraineté, tel un tribut, afin que, par son nom, il se souvienne d’elle et qu’à l’avenir, il en dispose et en jouisse35.

  • 36 Ce texte, publié par Mendelssohn en 1756, est partiellement reproduit dans Johann Gottfried Herder,(...)
  • 37 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 735. U. Gaier fait remarquer que Lucrèce (...)
  • 38 Schall désigne en allemand le son comme phénomène physique mesurable. Dans la Quatrième Sylve criti (...)
  • 39 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 734.
  • 40 Le concept de « marque » utilisé par Herder dans le Traité, puis à nouveau au chapitre 2 du livre I (...)
  • 41 « L’homme fait preuve de réflexion [s’il peut] isoler des marques qui lui indiquent que c’est là so (...)
  • 42 Ibid. p. 734.
  • 43 Ibid., p. 723 et 735.

7L’exemple de la brebis et du bêlement est issu de la tradition de la pensée sur le langage, comme Herder le signale en employant, au début du passage reproduit, l’adjectif démonstratif avec une valeur anaphorique. Il figure dans le Cratyle de Platon (en 423c) et, plus longuement, dans la postface de Moses Mendelssohn à sa traduction du Second discours de Rousseau36. Mis en présence de la brebis pour la première fois, l’homme n’est pas « jeté sur elle » par l’instinct prédateur du loup ou du lion ni par l’instinct sexuel du bélier. Il n’y est pas non plus indifférent comme les autres animaux car il éprouve le « besoin » de la connaître. Ce motif du besoin est précisé par Herder dans un autre passage où, se livrant à une expérience intellectuelle à la Condillac, il imagine un homme aveugle et muet, seul sur une île déserte offrant un environnement naturel favorable. Cet homme, écrit-il, sera nécessairement poussé par son intérêt à connaître les êtres bienfaisants qui lui sont utiles en lui permettant de survivre. Parmi eux figure la brebis, qui lui donne du lait37. À l’homme doté de tous les sens, la brebis se présente avec ses caractéristiques visuelles (sa couleur blanche), tactiles (elle est « douce et laineuse ») et auditives (elle bêle). C’est le bêlement, ce bruit (Schall)38 émis par l’objet naturel et perçu par l’ouïe humaine, qui « fait la plus forte impression » à l’âme, y « pénètre le plus profondément » et se fixe dans la mémoire. Les caractéristiques visuelles de la brebis (sa couleur mais aussi ses contours) sont trop « finement intriquées » avec celles des autres objets avec lesquels elle forme le « grand tableau de la nature39 », l’homme a trop de mal à les en isoler. La sensation tactile donnée par le contact de la main avec la laine est trop « obscure » (selon la terminologie de Leibniz et Wolff) pour fournir à l’âme la « marque » (Merkmal)40 qui lui permettra d’identifier la brebis, c’est-à-dire de la distinguer des autres objets41. Le bêlement remplit cette fonction. Bruit émis par l’objet, il se « détache » de la « toile » colorée sur laquelle se confondent les phénomènes visibles et « rejoint à mi-chemin » la « raison » elle-même en mouvement vers l’objet42. Plus précisément, le bêlement devient la marque de la brebis avec toutes ses caractéristiques sensibles, car le « sens interne » ou sensorium commune, qui opère la synthèse des informations données par les différents sens en une représentation mentale unique de l’objet, « agit », de sorte que « l’homme voit et sent par le toucher tous les êtres en même temps qu’ils parlent à son oreille43 ».

  • 44 Ibid., p. 723-726.
  • 45 Jürgen Trabant, « Vom Ohr zur Stimme. Bemerkungen zum Phonozentrismus zwischen 1770 und 1830 », in  (...)
  • 46 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 735.
  • 47 Herder parle de « langage intérieur » et de « langage extérieur » (ibid., p. 746).
  • 48 Ibid., p. 740 et 763. Voir aussi ibid., p. 747 : « seule l’ouïe donne des sons à proprement parler, (...)

8Lorsque l’homme rencontre la brebis pour la deuxième fois, il la reconnaît à son bêlement, qui, de « marque », devient « signe » (Zeichen, Kennzeichen, Erinnerungszeichen), « mot », « nom » de la brebis. Il s’agit d’un « mot de l’âme », d’un mot purement mental, « intérieur », sans réalisation sonore par la voix humaine44. Mais il suffit selon Herder à attester l’existence du langage, qui, comme l’a fait remarquer Jürgen Trabant, procède donc chez lui « de la sphère de la cognition et non de celle de la communication45 ». Herder y insiste, le langage est dès lors inventé, même si l’homme ne devait jamais articuler un seul « mot de l’âme » avec ses organes phonatoires. Il le répète à propos de l’aveugle muet de son hypothèse, qui disposera malgré ses handicaps d’un « petit lexique » de mots intérieurs pour fixer ses représentations mentales à vrai dire « pauvres et étranges46 ». Le premier mot que l’on pourrait qualifier d’extérieur47, c’est-à-dire émis par l’appareil phonatoire humain, le premier « bruit » produit par la « langue balbutiante » de l’homme est selon Herder l’imitation des bruits de la nature : « ce premier langage [était] imitation de la nature sonore, agissante, mouvante ! (…) le langage naturel de toutes les créatures, transmué par l’entendement en sonorités poétiques ». Plus loin, Herder évoque « le mot qui suivit immédiatement le bruit de la nature en l’imitant48. »

  • 49 Ibid., p. 724.
  • 50 Voir ibid., p. 740. Voir Bernard de Fontenelle, Sur la poésie en général, in : Œuvres complètes, vo (...)
  • 51 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 740-741.
  • 52 Ibid., p. 731 et 788. U. Gaier glose ces deux passages dans les termes suivants : « Herder refuse [ (...)

9Paradoxalement, Herder intègre donc à sa propre conception de l’origine du langage la notion-clé d’une théorie qu’il rejette quand il écarte le « principe d’imitation de la nature et donc également de ses bruits49 ». La théorie visée ici est sans doute plus précisément celle défendue par Fontenelle selon laquelle les hommes auraient inventé le langage en copiant le chant des oiseaux50. Cette hypothèse s’appuie sur une « tradition venue de l’Antiquité », qui affirme que le premier langage de l’humanité était chanté. Herder partage cette idée mais selon lui elle n’étaye en rien l’opinion erronée selon laquelle l’homme aurait appris du rossignol son langage chanté. Rien de ce qu’il pense savoir du premier homme, de ses « ressorts efficaces », de « ses besoins », de « ses sentiments puissants », de « son attention presque aveuglément occupée » et de « sa gorge grossière » n’est compatible avec l’idée qu’il ait pu « vouloir s’inventer le langage en imitant les trilles du rossignol51 ». La notion d’imitation avait, dès les fragments Sur la nouvelle littérature allemande, fait l’objet d’un traitement approfondi. Dans le Traité sur l’origine du langage, « imiter » est à nouveau distingué de « singer ». Imiter, c’est « se dire avec réflexion : je veux imiter cela pour perfectionner mon espèce ». Herder y revient dans la deuxième partie pour prendre ses distances avec la « simple imitation sans âme humaine52 ».

  • 53 Voir ibid., p. 737.
  • 54 Sur ce terme, voir Gerda Haßler et Cordula Neis, Lexikon sprachtheoretischer Grundbegriffe des 17. (...)
  • 55 Il en tire des exemples précis, comme celui de la racine désignant la colère, qui renvoie aussi au (...)

10Comme ceux du petit enfant qui commence à parler, les premiers mots prononcés par le premier homme sont donc des onomatopées53. De manière déconcertante, Herder désigne l’onomatopée par le terme grammatical « interjection », qui renvoie aussi sous sa plume, dans certaines occurrences, au bruit produit par l’élément naturel lui-même (par exemple le bêlement de la brebis ou le bruissement du feuillage d’un arbre)54. Par la suite, ces onomatopées s’atténuent et deviennent des verbes désignant des actions sonores, puis des substantifs désignant les agents de ces actions. Herder s’appuie sur les Origines hebraeae de Schultens55 pour affirmer :

  • 56 Ibid., p. 739

Dans les restes de ce que l’on tient pour être la langue la plus ancienne, les radicaux sont presque tous des verbes bisyllabiques […]. Ces verbes sont en effet immédiatement construits sur les bruits et les interjections de la nature sonore, que l’on entend encore souvent en eux et qui sont encore conservés ici ou là sous forme interjective. Mais comme la plupart étaient des bruits à moitié inarticulés, ils ne purent que disparaître lorsque la langue se forma56.

11Comme souvent chez Herder, l’évolution semble synonyme de perte. Il faut néanmoins souligner que toute la deuxième partie du Traité est consacrée aux progrès du langage humain à partir de l’étincelle originelle, chez le premier individu, au sein de la première cellule familiale puis de génération en génération, et plus largement à la capacité de se perfectionner comme individu et comme espèce qui, selon Herder, contribue à distinguer l’homme de l’animal.

Les dénominations d’objets non perceptibles par l’ouïe

  • 57 Ibid., p. 742-743.
  • 58 Ibid., p. 743 et 745.
  • 59 Herder parle de la « fusion des impressions [sensorielles] chez l’homme mal dégrossi ». Selon lui, (...)
  • 60 Ibid., p. 744-745.
  • 61 Ibid., p. 743-744. U. Gaier a consacré un article à la première partie de cette définition de l’êtr (...)

12La reconstitution de la naissance du langage proposée par Herder soulève évidemment la question de savoir comment l’homme a trouvé des dénominations pour les objets non perceptibles par l’ouïe. Herder la formule lui-même deux fois57. La première réponse qu’il avance prend pour point de départ l’idée que nos perceptions sensibles « se fondent ensemble » (fließen ineinander)58, et ce davantage encore dans l’enfance – de l’espèce humaine59 comme de l’individu. À ce stade, en effet, l’homme ne s’est pas encore exercé à utiliser ses sens séparément : « Nous apprenons à grand peine à les disjoindre en les employant, mais à un certain niveau de profondeur (in einem gewissen Grunde), ils continuent d’agir ensemble ». C’est ainsi que même chez l’adulte vivant dans une culture très éloignée de l’origine, de nombreuses « associations entre les sens les plus différents » – Herder pense notamment à des synesthésies – se produisent encore. Cependant, poursuit-il, « nous ne les remarquons que dans des accès qui nous font perdre contenance, dans des maladies de l’imagination ou dans des occasions où elles sont extraordinairement perceptibles ». Ce qui explique ces phénomènes, c’est que « tous les sens ne sont que de simples modes de représentation d’une seule et unique force positive de l’âme60 ». Herder reprend ici un modèle issu de la pensée de Leibniz et des travaux du médecin et chimiste Georg Ernst Stahl et qui trouve son expression notamment dans le concept de sensorium commune, qu’il adopte dans la formule : « Nous sommes un sensorium commune pensant qui ne fait qu’un mais est affecté de divers côtés61. » Il emploie plus fréquemment l’expression synonyme « sens interne », pour désigner ce qui permet la circulation des impressions entre les sens.

  • 62 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 744. Selon U. Gaier, Gefühl désigne ici « (...)

13La deuxième réponse apportée par Herder à la question de savoir comment l’homme a trouvé des dénominations pour les objets non perceptibles par l’ouïe repose sur la polysémie déjà évoquée du terme Gefühl. Herder affirme que « tous les sens sont fondés sur le toucher (Gefühl)62 ». Ce fond ou fondement (Grund) n’est autre que l’origine, phylogénétique et ontogénétique : « À l’origine », écrit encore Herder, « tous les sens sont toucher ». Il développe cette idée à propos de la vue :

la vue elle-même n’était au début […] que toucher. La plupart des choses visibles se meuvent, beaucoup font du bruit en bougeant, et quand elles ne le font pas, elles sont pour ainsi dire plus proches de l’œil dans sa condition première, elles le touchent directement et peuvent donc être senties.

  • 63 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 745-746. Herder a énoncé cette loi au tou (...)
  • 64 Voir ibid., p. 708, 724 et 741.
  • 65 Ibid., p. 745-746.
  • 66 Ibid., p. 746
  • 67 Ibid., p. 769
  • 68 Ibid., p. 746.

14Or, rappelle Herder, en vertu d’une « loi naturelle » qui s’applique à l’homme et à l’animal comme « machines sensibles », il n’est pas de sentiment (Gefühl) qui ne s’exprime par le son de la voix et tout sentiment a sa manifestation vocale immédiate63. C’est ainsi que l’homme a pu trouver un signifiant sonore pour désigner des objets qui ne stimulaient pas son ouïe. Herder intègre donc le cri de la passion à sa conception, tout en réfutant énergiquement l’idée qu’il constituerait à lui seul l’origine du langage humain64. Il illustre son raisonnement par l’exemple du mot allemand Blitz, qui signifie « éclair » : « L’éclair est silencieux, mais s’il doit être exprimé […], ce sera par un mot qui, grâce au concours d’une sensation intermédiaire (Mittelgefühl), donne à l’oreille l’impression de soudaineté et de vitesse que l’œil a eue : Blitz65 ! » Ces deux lignes argumentatives (les sens comme simples modes de représentation de la force positive unique de l’âme d’une part ; le Gefühl comme sensation tactile et déclencheur d’émission vocale d’autre part) ne sont pas clairement séparées dans le texte mais s’entrecroisent. Herder en fait la synthèse dans un bilan66 puis amorce un nouveau développement dans lequel la médiation entre les sens est opérée non par le toucher mais par l’ouïe. Tout se passe comme s’il craignait de s’être trop rapproché de la position qui fait du cri des passions l’origine du langage et recentrait son propos sur sa propre thèse selon laquelle c’est grâce à l’ouïe que l’homme est une « créature de langage67 » : « Puisque l’homme ne reçoit que par l’ouïe le langage que lui enseigne la nature et ne peut inventer le langage sans cela, l’ouïe est devenue en quelque sorte son sens médian, la véritable porte qui donne accès à l’âme et le lien qui unit les autres sens68. »

La place centrale de l’ouïe dans le système des sens

  • 69 Herder y fait rapidement allusion ibid., p. 748.
  • 70 Ibid., p. 746-750.
  • 71 Ibid., p. 748.
  • 72 Ibid., p. 723.

15La position médiane de l’ouïe dans le système des sens – abstraction largement faite du goût et de l’odorat69 – est développée selon six critères70. Le premier est la portée. Alors que le toucher est un sens à courte portée puisqu’il implique le contact direct entre le corps humain et l’objet, la vue est un sens à longue portée dont les objets peuvent être situés loin de l’observateur. Par sa portée intermédiaire, l’ouïe tient le milieu entre les deux. Le deuxième critère est la clarté. Herder part ici des adjectifs qui servent à caractériser la connaissance dans la terminologie leibniz-wolffienne, à savoir « obscur », « clair » et « distinct », mais il abandonne rapidement le troisième terme pour ne conserver qu’une échelle des degrés de luminosité, qui va de l’obscur, associé au toucher, à l’éblouissant (überglänzend), associé à la vue. Sur cette échelle métaphorique empruntée au registre visuel, l’ouïe occupe à nouveau la position intermédiaire. Le troisième critère est la vivacité. Là encore, les impressions auditives tiennent le milieu entre les impressions tactiles, qui nous « submergent », et les impressions visuelles, qui nous laissent « froid[s] et indifférent[s] » : « [ce que nous touchons] pénètre trop profondément en nous pour devenir langage, ce que nous voyons reste devant nous sans bouger. Le son perçu par l’ouïe pénètre si intimement notre âme qu’il ne peut pas ne pas devenir marque71. » Herder se contredit ici, dans la mesure où, dans le récit des deux premières rencontres entre l’homme et la brebis, il avait affirmé que c’est la perception auditive qui, des trois, « pénètre l’âme le plus profondément72 ».

  • 73 Herder court ici le risque de se faire objecter le contre-exemple de l’éclair, dont il a parlé plus (...)
  • 74 Ibid., p. 749.
  • 75 Ibid.

16La logique de l’argumentation est également malmenée dans les explications consacrées au critère suivant, la temporalité. En effet, Herder qualifie les perceptions tactiles et visuelles d’instantanées et les oppose à celles de l’ouïe, dont les objets sont successifs et peuvent avoir une durée. En transposant à la nature une distinction issue de la réflexion sur l’art, il perd de vue l’objectif de sa démonstration, qui est d’établir la position médiane de l’ouïe. Le même reproche peut lui être fait à propos du paragraphe portant sur le cinquième critère, qu’il appelle « le besoin d’être exprimé ». Selon Herder, les sensations tactiles ne doivent pas être exprimées verbalement, car elles nous concernent de trop près. Les sensations visuelles quant à elles ne nécessitent pas d’expression verbale immédiate car leurs objets « restent73 » et « peuvent être montrés du doigt74 ». Les objets de l’ouïe, poursuit Herder, sont en mouvement, ce qui les rend à la fois éphémères et sonores. En effet, leur mouvement les éloigne de l’homme qui les perçoit, et c’est lui qui produit le bruit qu’ils font entendre. Le mouvement des objets audibles place donc l’homme dans la nécessité de les nommer avant qu’ils ne se soustraient à sa perception et lui donne en même temps, par le bruit qu’il produit, le moyen de le faire. Cette figure de pensée peut, certes, paraître séduisante, mais elle ne résiste pas à l’épreuve des exemples que Herder a lui-même avancés précédemment, notamment le bêlement de la brebis et le bruissement du feuillage de l’arbre. Le sixième critère est l’évolution de l’individu à partir du stade in utero. Pour Herder, « l’embryon » et le « nouveau-né » ne disposent que du toucher, sens premier et unique qui se différencie ensuite en cinq sens distincts. Herder l’appelle métaphoriquement le « tronc de la nature duquel poussent les rameaux de la sensibilité et la pelote emmêlée d’où se déroulent toutes les forces plus subtiles de l’âme ». C’est dans ce sens qu’il affirme que « l’homme est tout entier toucher ». La condition de l’homme tant que le toucher est son seul sens est assimilée par Herder à un « obscur sommeil » de l’âme, dont la nature la tire en la réveillant par des bruits qui lui procurent « sa première impression distincte », avant que la sensibilité, continuant de mûrir, s’enrichisse de la vue75. L’ouïe retrouve ici sa position intermédiaire, cette fois dans un processus chronologique d’évolution.

  • 76 Ibid., p. 748.

17Le sémantisme de l’adjectif « médian » appliqué par Herder à l’ouïe se développe dans deux directions. « Médian » se rapproche de « central » au sens de « principal ». Herder évoque ainsi successivement « une créature (…) dont le toucher serait le sens principal (Hauptsinn) », puis « une créature [qui serait] tout œil » et enfin, quittant le registre hypothétique, « nous, créatures entendantes ». Il suggère ici que l’ouïe est le sens principal de l’être humain. Dans le même temps, le sens médian est aussi celui qui opère la médiation entre les sens, qui joue le rôle d’intermédiaire entre eux et les réunit. Herder réitère l’idée que dès la première audition, le bruit produit par l’objet naturel devient le support d’une représentation mentale qui inclut les caractéristiques visuelles et tactiles de l’objet : « Un son s’extrait-il par lui-même de l’objet touché et observé ? En lui se réunissent les marques perçues par ces deux autres sens – il devient mot-clé76 ! » Et à propos des objets silencieux, non audibles, il écrit :

  • 77 Ibid., p. 747.

les impressions [du toucher et de la vue] se réunissent et se rapprochent ainsi de la région où les marques se changent en bruits. Ainsi, tout ce que l’on voit et tout ce que l’on touche devient aussi susceptible d’être traduit en son. Le sens destiné au langage est devenu notre sens intermédiaire et unificateur ; nous sommes des créatures de langage77.

La relativisation du rôle de l’ouïe dans la deuxième partie du Traité

  • 78 Ibid., p. 771. Dans ce contexte, Herder donne au mot Gefühl une acception encore différente de cell (...)
  • 79 Ibid., p. 782.
  • 80 Ibid., p. 774-775.
  • 81 Ibid., p. 781.

18Dans la première section de la deuxième partie du Traité, Herder récapitule le contenu de la première partie, avant de s’intéresser à la dimension sociale du langage. Il reprend l’idée que c’est l’ouïe qui fournit à l’homme la marque de l’objet, qui lui permet de le nommer : « la première marque est perçue par l’ouïe, le sens intermédiaire entre la vue et le toucher78. » Herder évoque à nouveau le « sens interne », qui, chez le premier homme, « [veillait] sans relâche au milieu de la confluence constante de tous les sens79 ». Dans le même temps, il infléchit son discours en faisant de la vue et de l’ouïe, associées à parts égales, les sens du langage. Chez l’homme, écrit désormais Herder, « le toucher ne domine pas, tout le centre de sa nature coïncide bien plutôt avec des sens plus subtils, la vue et l’ouïe, qui lui procurent perpétuellement le langage ». « Dès lors que l’homme a le libre usage de ses sens », précise-t-il, « le centre de cet usage coïncide avec la vue et l’ouïe, la première lui fournissant la marque et la seconde le son correspondant à cette marque80. » Dans la suite du texte, la perspective s’élargit encore, et Herder suggère que les marques des objets naturels peuvent être perçues par tous les sens. Il évoque à nouveau le premier homme, dont « l’âme toute entière, non [encore] divisée, agi[ssait] avec la plus grande vivacité », de sorte qu’il était capable de percevoir « le son tout entier de la nature vivante et toutes les marques qu’elle émet[tait]81 ».

19Herder réécrit le scénario de la rencontre entre l’homme et son environnement naturel. Dans la nouvelle version, le besoin qui motive l’invention du langage est celui de connaître les plantes comestibles d’une part, et de fuir les prédateurs d’autre part. L’homme n’a pas d’instinct qui le porterait à consommer les plantes bonnes pour lui et à éviter les autres.

  • 82 Ibid., p. 775-776.

Il est donc contraint de faire des essais, de goûter (…), pour savoir ce qui est comestible. Il doit donc collecter des signes distinctifs, c’est-à-dire du langage ! Il n’a pas assez de force pour affronter le lion ; qu’il s’échappe loin de lui, qu’il le reconnaisse de loin à son bruit et, pour pouvoir lui échapper de manière humaine et réfléchie, qu’il apprenne à le reconnaître distinctement, et donc à le nommer, lui et cent autres animaux nuisibles82 !

  • 83 Ibid., p. 777.
  • 84 Ibid., p. 788.
  • 85 Ibid., p. 790. Herder modifie le propos de Süßmilch. Selon U. Gaier, il le déforme (voir ibid., p.  (...)
  • 86 Dans son Dictionnaire latin-français, Félix Gaffiot signale que pecus désigne en particulier les «  (...)

20La brebis a été remplacée par le lion – qui apparaissait brièvement comme son prédateur possible dans le premier récit –, le bêlement a cédé la place au rugissement. La marque fournie par l’ouïe ne permet plus de nommer un animal utile et bienfaisant mais une bête sauvage dangereuse. Quant aux plantes qui assurent à l’homme sa subsistance, elles sont reconnues au moyen de marques visuelles et gustatives. Dans la suite du texte, le lion disparaît à son tour, seules subsistent les plantes, dont les « marques » sont à nouveau évoquées83 et auxquelles Herder revient pour contester l’origine de la propriété mise au jour par Rousseau dans le Second discours84. Rendu à sa veine polémique, il s’en prend dans la foulée à un énième passage de l’Essai de Süßmilch, où celui-ci emprunte à Horace (Satires I, 3, v. 100) l’expression péjorative « mutum et turpe pecus » pour désigner les hommes85. Il n’est pas interdit de voir dans ce « bétail muet et laid » – dans une autre traduction « hideux troupeau sans forme et sans langage » – le dernier avatar de la brebis dans le Traité de Herder86, elle dont le bêlement avait, dans la deuxième section de la première partie, allumé l’étincelle prométhéenne du langage dans l’âme humaine.

Conclusion

  • 87 Vom Erkennen und Empfinden der menschlichen Seele, publié en 1778.
  • 88 Elle est davantage présente dans la Quatrième Sylve critique, voir Clémence Couturier-Heinrich, « “ (...)

21Les considérations sur l’ouïe développées dans le Traité sur l’origine du langage de Herder sont très représentatives du discours sur les sens qu’il tient dans son œuvre de jeunesse. Certes, il analyse l’appareil perceptif humain. Il le décompose en ses différents sens, dont il étudie et compare l’action et les performances respectives. Mais ce qui prime, c’est l’attention portée à leur collaboration, à leur interaction, voire à leur fusion, appréhendée notamment au moyen du concept de sensorium commune. De même que Herder cherche l’unité dans la diversité des sens, de même il conçoit, plus largement, l’âme humaine comme un tout parcouru par une « force » unique. Il récuse l’idée de « facultés » distinctes, parmi lesquelles la perception sensible figurerait au titre de faculté de connaissance inférieure. Comme il l’explique dans un autre texte écrit en réponse à une question mise au concours par l’Académie de Berlin, mais non récompensé87, sentir et connaître ne sont pas deux pôles séparés et opposés du psychisme humain, mais sont pris dans un continuum, celui-là même qui va de l’obscur sentiment d’exister à la réflexion la plus abstraite. Reste l’épineux problème du rapport entre cette âme une et le corps, éminemment impliqué dans la perception sensible. La question de savoir comment l’action du stimulus sur l’organe sensoriel se transmue en une impression de l’âme n’est pas au cœur du Traité sur l’origine du langage88. Cette transmutation est néanmoins vécue par le récepteur du texte, qu’il en ait une perception purement visuelle (par la lecture silencieuse), ou à la fois visuelle et auditive (par la lecture à haute voix), ou purement auditive (par l’écoute d’une lecture à haute voix faite par autrui). Même au lecteur silencieux, Herder offre une expérience qui s’approche de la communication entre la vue et l’ouïe, dans la mesure où les qualités rhétoriques et poétiques du texte du Traité le rendent en quelque sorte sonore et audible.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, édition de Martin Bollacher et al., Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, vol. 1, 1985, p. 1274.

2 recht vor mich gegeben (ibid).

3 Il n’en existe pas moins de trois traductions françaises relativement récentes : Johann Gottfried Herder, Traité sur l’origine de la langue, traduit de l’allemand par Pierre Pénisson, Paris, Aubier-Montaigne, 1977 ; Traité de l’origine du langage, traduit de l’allemand par Denise Modigliani, Paris, Puf écriture, 1992 ; Traité sur l’origine des langues, traduit de l’allemand par Lionel Duvoy, Paris, Allia, 2010.

4 Johann Peter Süßmilch, Versuch eines Beweises, daß die erste Sprache ihren Ursprung nicht vom Menschen, sondern allein vom Schöpfer erhalten habe, Berlin, Buchladen der Realschule, 1766. Cette publication rassemble des mémoires lus par Süßmilch devant l’Académie en octobre 1756, voir Johann Gottfried Herder, Werke, édition de Wolfgang Proß, Munich, Hanser, vol. 2, 1987, p. 900.

5 Selon W. Proß, le diagnostic selon lequel Herder tourne le dos aux Lumières n’est, « vu superficiellement », pas « faux » (Johann Gottfried Herder, Abhandlung über den Usprung der Sprache. Text, Materialien, Kommentar, édition de Wolfgang Proß, Munich, Hanser, 1978, p. 135). W. Proß s’attache toutefois à le nuancer.

6 Ulrich Gaier souligne avec pertinence l’analogie entre ce mode de présentation et la conception herdérienne de l’homme comme « être dont les forces s’exercent dans une progression constante » (Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 769), voir ibid., p. 1319.

7 Ibid., p. 1320.

8 Ibid., p. 720.

9 Voir aussi ibid., p. 717-719. U. Gaier distingue dans ces multiples formulations trois conceptions différentes, voir ibid., p. 1301-1302.

10 W. Proß signale que l’académicien Jean Bernard Mérian, dans son « Analyse » (traduction condensée) du Traité de Herder lue le 6 juin 1771, traduit systématiquement Gefühl par « tact » désignant le sens du toucher, voir Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 983.

11 Voir Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 369.

12 Ibid., p. 724. Dans la première édition du Traité sur l’origine du langage, Herder reprend « l’opinion [alors] commune des anatomistes » selon laquelle l’appareil phonatoire de l’orang outan est identique à celui de l’homme. Dans l’édition de 1789, il renvoie à un article du spécialiste néerlandais Petrus Camper publié en traduction allemande en 1785, qui infime cette opinion. Voir ibid., p. 1308 et Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 963.

13 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 724. Voir Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, présentation et notes par Blaise Bachofen et Bruno Bernardi, Paris, GF Flammarion, 2008, p. 88 : « la parole paraît avoir été fort nécessaire, pour établir l’usage de la parole ».

14 Ibid.

15 Ibid., p. 810.

16 W. Proß propose comme source de cette conviction de Herder un passage du discours de l’apôtre Paul devant l’Aéropage d’Athènes, transmis par les Actes des apôtres (chap. 17, verset 26), voir Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 979. Dans la Bible de Jérusalem, ce passage est traduit comme suit : « d’un principe unique il a fait tout le genre humain pour qu’il habite sur toute la surface de la terre » (Paris, Desclée de Brouwer, 1975, p. 1925). Dans Die Bibel nach der Übersetzung Martin Luthers, on lit : « er hat aus einem Menschen das ganze Menschengeschlecht gemacht, damit sie auf dem ganzen Erdboden wohnen » (Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 1985, p. 163).

17 Voir Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 794-795.

18 der erste Mensch ; der Erstling der Sprache, ibid., p. 788. Dans le même passage, Herder parle au pluriel des « premiers inventeurs du langage encore indigent », mais cette formule reste isolée face aux occurrences au singulier (par exemple p. 738 : de[r] Erfinder [der Sprache] ; der erste Erfinder).

19 Ibid., p. 787 .

20 Ibid., p. 810.

21 Ibid., p. 739.

22 Ibid., p. 702-703.

23 Il écrit ainsi que la différence entre les hommes et les animaux ne réside pas dans des « forces supplémentaires », pas plus que dans des « degrés », ibid., p. 717.

24 Ibid., p. 718-721. Herder rejette l’idée de « réflexion en puissance » telle qu’il la trouve ou croit la trouver dans le Second discours de Rousseau.

25 Ibid., p. 717.

26 Ibid., p. 722 et 717. La traduction de Besonnenheit en français pose problème. Nous souscrivons au choix du terme « réflexion », adopté par P. Pénisson comme par D. Modigliani dans leurs traductions respectives du Traité, ainsi que par Jean Mondot dans son article « Herder et les matins du monde, l’anthropologie des origines dans le Traité sur l’origine du langage » (Revue Germanique Internationale 20, 2003, (p. 17-28), p. 22). Il est cependant contesté par W. Proß dans son étude « Apories et résolutions. À propos d’un manuscrit de Herder », in : Olivier Pot (éd.), Origines du langage. Une encyclopédie poétique, Le Genre humain 45-46, 2007, (p. 235-293), p. 283, note 38. Voir également le commentaire de D. Modigliani dans l’étude qui accompagne sa traduction (Johann Gottfried Herder, Traité de l’origine du langage, p. 173).

27 Ibid., p. 722 et 726.

28 Ibid., p. 723.

29 Ibid., p. 733.

30 Ibid., p. 723-724. Voir Johann Gottfried Herder, Traité sur l’origine de la langue [traduction de P. Pénisson], p. 77-78 ; Traité de l’origine du langage [traduction de D. Modigliani], p. 59-60 ; Traité sur l’origine des langues [traduction de Lionel Duvoy], p. 55-56. Dans l’édition dite de Francfort (Werke in zehn Bänden), U. Gaier donne par erreur kraft dieser Bestimmung au lieu de kraft dieser Besinnung (voir Johann Gottfried Herder, Abhandlung über den Ursprung der Sprache, édition de Hans Dietrich Irmscher, Stuttgart, Reclam, 1966, p. 33 et Werke, vol. 2, p. 278).

31 cité largement mais pas intégralement ci-dessus.

32 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 734.

33 La Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1975, p. 19.

34 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 736. Selon H. D. Irmscher, le récit biblique fournit à Herder « en quelque sorte le schéma de son idée fondamentale en matière de philosophie du langage » (Johann Gottfried Herder, Abhandlung, p. 162).

35 Ibid., p. 735.

36 Ce texte, publié par Mendelssohn en 1756, est partiellement reproduit dans Johann Gottfried Herder, Über den Ursprung der Sprache. Text, Materialien, Kommentar, p. 213-216 (le passage sur le bêlement se trouve p. 214-215) et dans Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 959-960 (passage sur le bêlement p. 960).

37 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 735. U. Gaier fait remarquer que Lucrèce lie déjà, au v. 1029 du livre V du De rerum natura, la constitution du signe linguistique au besoin (utilitas), voir ibid., p. 1310.

38 Schall désigne en allemand le son comme phénomène physique mesurable. Dans la Quatrième Sylve critique, Herder l’oppose au son de la parole ou de la musique en tant que celui-ci produit chez l’auditeur une émotion esthétique (Ton).

39 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 734.

40 Le concept de « marque » utilisé par Herder dans le Traité, puis à nouveau au chapitre 2 du livre IX des Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité peut être rapproché de celui auquel Thomas Hobbes recourt dans sa théorie du langage : « man […] hath imagined and devised to set up a visible or other sensible mark, the which when he seeth again, may bring to his mind the thought he had when he set it up. A mark therefore is a sensible object which a man erecteth voluntarily to himself, to the end to remember thereby somewhat past, when the same is objected to hissense again. As men that have passed a rock at sea, set up some mark, whereby to remember their former danger, and avoid it. In the number of these marks, are those human voices (which we call the names or appellations of things) sensible to the ear, by which we recall into our mind some conceptions of the things to which we give those names or appellations » (Thomas Hobbes, The Elements of Law, Natural and Politic, édition de Ferdinand Tönnies, 2e édition avec une nouvelle introduction de M. M. Goldsmith, London, Frank Cass, 1969, réimpression 1984, p. 18). Certes, le bêlement de la brebis qui joue le rôle de marque dans le Traité de Herder n’est pas un signe placé (set up) par l’homme. Mais il remplit deux critères de la définition donnée par Hobbes, à savoir l’intentionnalité (l’homme mémorise consciemment et à dessein le bêlement comme signe distinctif de la brebis) et la fonction mnémonique d’aide à la reconnaissance. Ce passage de Hobbes est tiré du traité Human Nature, qui a circulé en manuscrit dès 1640, avant une première édition en 1650. Le baron Paul Henri Thiry d’Holbach a publié à Londres en 1772 une traduction de la deuxième édition (1651), sous le titre De la nature humaine (Thomas Hobbes, De la nature humaine, traduction du baron d’Holbach, introduction par Émilienne Naert, Paris, Vrin, 1977, réimpression 1991, fac-similé de la traduction publiée par d’Holbach à Londres en 1772). D’Holbach s’était rendu en Angleterre en 1767 pour s’informer sur les publications interdites en France et s’occuper de l’impression de ses propres ouvrages et de leur diffusion via Londres ou Amsterdam. Il rapporta de ce voyage notamment les œuvres de Hobbes, où il découvrit une forme extrême de sensualisme proche de sa propre pensée (voir Thomas Hobbes, Les éléments du droit naturel et politique, traduction, introduction, conclusion et notes par Louis Roux, Lyon, L’Hermès, 1977, p. 309). Pendant son séjour à Paris en novembre-décembre 1769, Herder rencontra Diderot. Il aurait pu être reçu chez le baron d’Holbach, dont le salon de la rue Royale accueillait à cette époque tout hôte « de quelque importance ou intérêt », notamment parmi les « étrangers et [les] diplomates », et où Diderot faisait partie du premier cercle (voir Alan Charles Kors, D’Holbach’s Coterie. An Enlightenment in Paris, Princeton, Princeton University Press, 1976, p. 9-11). Le maître de maison pourrait avoir parlé à Herder de sa traduction alors en cours du Human Nature de Hobbes. Mais cette conjoncture est invalidée par la correspondance de Diderot, qui atteste que d’Holbach était absent de Paris à cette période (voir Roland Mortier, Diderot en Allemagne (1750-1850), Paris, PUF, 1954, p. 25). Ni le nom de Hobbes, ni celui de d’Holbach n’apparaît dans l’index de la correspondance de Herder. Cela n’exclut toutefois pas que Herder ait eu – de première ou de seconde main – connaissance de la théorie du langage de Hobbes.

41 « L’homme fait preuve de réflexion [s’il peut] isoler des marques qui lui indiquent que c’est là son objet et pas un autre » (Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 722).

42 Ibid. p. 734.

43 Ibid., p. 723 et 735.

44 Ibid., p. 723-726.

45 Jürgen Trabant, « Vom Ohr zur Stimme. Bemerkungen zum Phonozentrismus zwischen 1770 und 1830 », in : Hans Ulrich Gumbrecht et Karl Ludwig Pfeiffer (éd.), Materialität der Kommunikation, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1988, (p. 63-79), p. 73.

46 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 735.

47 Herder parle de « langage intérieur » et de « langage extérieur » (ibid., p. 746).

48 Ibid., p. 740 et 763. Voir aussi ibid., p. 747 : « seule l’ouïe donne des sons à proprement parler, et l’homme ne peut pas inventer (erfinden) mais seulement trouver (finden), seulement imiter ».

49 Ibid., p. 724.

50 Voir ibid., p. 740. Voir Bernard de Fontenelle, Sur la poésie en général, in : Œuvres complètes, vol. 3, Genève, Slatkine, 1968, p. 36.

51 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 740-741.

52 Ibid., p. 731 et 788. U. Gaier glose ces deux passages dans les termes suivants : « Herder refuse […] donc une simple imitation des bruits produits par les animaux et la nature inanimée ; le langage qui découle de la nature sonore est transformé pour être intégré à l’humain, il est par conséquent un produit humain » (ibid., p. 1312).

53 Voir ibid., p. 737.

54 Sur ce terme, voir Gerda Haßler et Cordula Neis, Lexikon sprachtheoretischer Grundbegriffe des 17. und 18. Jahrhunderts, Berlin, De Gruyter, 2009, vol. 2, p. 1310 sqq. En plus des deux sens évoqués, Herder emploie aussi le mot « interjection », au début du Traité, pour désigner les cris des passions (« une interjection continue du langage de la nature », Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 701), qui, selon lui, ne sont pas à l’origine du langage proprement humain. Cet emploi est conforme à l’acception dans laquelle Nicolas Beauzée prend le mot à l’article « Langue » de l’Encyclopédie. Voir aussi les articles « Interjection » et « Onomatopée » de Beauzée dans l’Encyclopédie (respectivement vol. VIII, p. 827a-829a et vol. XI, p. 484a-486a). Dans certaines grammaires actuelles de l’allemand, par exemple la Grammatik der deutschen Gegenwartssprache de Günter Drosdowski et Peter Eisenberg (6e édition, Mannheim, Dudenverlag, 1998), les onomatopées font partie des interjections.

55 Il en tire des exemples précis, comme celui de la racine désignant la colère, qui renvoie aussi au nez, car « le fils de l’Orient entend [la colère] respirer bruyamment par le nez » et celui de la racine signifiant « vie », qui fait entendre le souffle vital (Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 751).

56 Ibid., p. 739

57 Ibid., p. 742-743.

58 Ibid., p. 743 et 745.

59 Herder parle de la « fusion des impressions [sensorielles] chez l’homme mal dégrossi ». Selon lui, la langue hébraïque en témoigne par son « esprit de métaphore », qui transpose « d’un sens (Gefühl) dans un autre » (ibid., p. 752). Gefühl est ici synonyme de Sinn.

60 Ibid., p. 744-745.

61 Ibid., p. 743-744. U. Gaier a consacré un article à la première partie de cette définition de l’être humain : « “Nous sommes un sensorium commune pensant” : l’aspect anthropologique de la langue chez Herder », Revue Germanique Internationale 20, 2003, p. 29-45. Selon W. Proß, le concept de sensorium commune « englobe la perception sensible et l’activité réflexive » (Johann Gottfried Herder, Über den Ursprung der Sprache. Text, Materialien, Kommentar, p. 128), plus précisément « la perception sensible et l’aperception de l’entendement dans un état où elles ne sont pas encore séparées et où alternent seulement sans arrêt des impressions “claires” et “obscures” » (Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 970).

62 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 744. Selon U. Gaier, Gefühl désigne ici « une sorte de premier sens, unique et englobant » (ibid., p. 1314) appelé à se différencier ensuite en cinq sens distincts (voir ibid., p. 749). Dans l’esquisse Philosophie du vrai, du bon et du beau à partir du sens du toucher, rédigée par Herder juste avant qu’il ne commence à travailler au Traité, il écrit : « Le toucher est le premier, le plus profond et presque le seul sens de l’homme, la source de la plupart de nos idées et de nos sentiments, l’organe véritable et premier qui permet à l’âme de collecter des représentations des objets extérieurs, le sens qui entoure pour ainsi dire entièrement l’âme et contient en lui-même les autres sens comme des modalités, des parties ou des abréviations » (Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 985). L’adjectif « profond » au superlatif (écrit à la française der profondste) rappelle le jugement porté par Diderot dans la Lettre sur les sourds et muets, où le toucher est appelé « le plus profond et le plus philosophe [de tous les sens] » (Denis Diderot, Œuvres complètes, édition de Herbert Dieckmann, Jacques Proust et Jean Varloot, Paris, Hermann, t. IV, 1978, p. 140). Les papiers de Herder contiennent également un extrait des développements consacrés par Jean-Baptiste-René Robinet à l’instinct moral dans le premier volume de son De la nature (Amsterdam, 1761), où figure l’affirmation « Tous les sens sont des especes de tact » (reproduit dans Johann Gottfried Herder, Werke, vol. 2, p. 1227). La revalorisation herdérienne du toucher est un des traits marquants de la Quatrième Sylve critique (1769) et trouve son plein développement dans la Plastique (1778), voir Ulrike Zeuch, Umkehr der Sinneshierarchie. Herder und die Aufwertung des Tastsinns seit der frühen Neuzeit, Tübingen, Niemeyer, 2000 et « Die Umkehr der Sinneshierarchie in Johann Gottfried Herders Plastik », in : Élisabeth Décultot et Gerhard Lauer (éd.), Herder und die Künste. Ästhetik, Kunsttheorie, Kunstgeschichte, Heidelberg, Carl Winter Verlag, 2013, p. 179-192.

63 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 745-746. Herder a énoncé cette loi au tout début du Traité en posant qu’aucun être sensible ne peut s’empêcher d’exprimer par un son « chacune de ses impressions vives » et en mettant dans la bouche de la nature ce commandement : « N’éprouve pas ton sentiment pour toi seul, qu’il retentisse ! » (ibid., p. 698).

64 Voir ibid., p. 708, 724 et 741.

65 Ibid., p. 745-746.

66 Ibid., p. 746

67 Ibid., p. 769

68 Ibid., p. 746.

69 Herder y fait rapidement allusion ibid., p. 748.

70 Ibid., p. 746-750.

71 Ibid., p. 748.

72 Ibid., p. 723.

73 Herder court ici le risque de se faire objecter le contre-exemple de l’éclair, dont il a parlé plus haut.

74 Ibid., p. 749.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 748.

77 Ibid., p. 747.

78 Ibid., p. 771. Dans ce contexte, Herder donne au mot Gefühl une acception encore différente de celles répertoriées plus haut. Le terme désigne ici le « sentiment d’exister », différent de la conscience de soi : « La philosophie prend l’homme dans le premier sentiment complet de la saine existence […]. Il n’y a pas ici de séparation métaphysique des sens, […] toute la machine ressent et travaille dès l’obscur sentiment d’elle-même pour s’élever à la réflexion ».

79 Ibid., p. 782.

80 Ibid., p. 774-775.

81 Ibid., p. 781.

82 Ibid., p. 775-776.

83 Ibid., p. 777.

84 Ibid., p. 788.

85 Ibid., p. 790. Herder modifie le propos de Süßmilch. Selon U. Gaier, il le déforme (voir ibid., p. 1325), selon W. Proß, il le condense (voir Johann Gottfried Herder, Über den Ursprung der Sprache. Text, Materialien, Kommentar, p. 132 et Werke, vol. 2, p. 978).

86 Dans son Dictionnaire latin-français, Félix Gaffiot signale que pecus désigne en particulier les « brebis » et « moutons » et illustre ce sens par un exemple tiré des Géorgiques de Virgile (3, v. 554) : « balatus pecorum », signifiant « les bêlements des brebis ».

87 Vom Erkennen und Empfinden der menschlichen Seele, publié en 1778.

88 Elle est davantage présente dans la Quatrième Sylve critique, voir Clémence Couturier-Heinrich, « “Der Innigste, der Tiefste der Sinne” – das Gehör in Herders Viertem Kritischen Wäldchen », in : Beate Allert (éd.), J. G. Herder : From Cognition to Cultural Science, Heidelberg, Synchron, 2016, p. 79-94.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Clémence Couturier-Heinrich, « Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder »Revue germanique internationale, 27 | 2018, 121-136.

Online-Version

Clémence Couturier-Heinrich, « Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder »Revue germanique internationale [Online], 27 | 2018, Online erschienen am: 01 Januar 2020, abgerufen am 24 Oktober 2020. URL: http://journals.openedition.org/rgi/1802 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1802

Seitenanfang

Autor

Clémence Couturier-Heinrich

Clémence Couturier-Heinrich est maître de conférences en études germaniques à l’Université de Picardie Jules Verne.

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

Tous droits réservés

Seitenanfang
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search