Navigation – Plan du site

Entendre la langue : l’otocentrisme de Herder et l’unité de l’homme

Herder’s otocentrism : the unity of man
Herders Otozentrismus: die Einheit des Menschen
Alexandre Chèvremont
p. 137-149

Résumés

Le Traité sur l’origine du langage de Herder veut distinguer le langage de l’homme de celui de l’animal. Rompant avec l’expressivisme de Rousseau, il lui assigne la réflexion pour origine. Mais Herder rompt également avec la linguistique cartésienne, selon laquelle les mots ne sont que les véhicules d’un sens accessible à la raison humaine universelle. Il y a pour Herder une acoustique de la parole qui est inséparable du sens des mots et qui détermine sa compréhension. Ces deux thèses sont fondées sur ce qu’on peut bien appeler l’otocentrisme de Herder. Il y a dans le son quelque chose qui concerne le sens et pas seulement l’expression animale du cri. L’ouïe fonde l’unité de l’homme. Il sera donc pertinent d’interroger l’approche herdérienne de la musique. Là où Rousseau forge un paradigme vocaliste, la voix seule étant expressive, énergique et touchante, Herder ouvre la voie à la promotion romantique de la musique instrumentale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Du phonocentrisme à l’otocentrisme
Logocentrisme et otocentrisme
La musique
Conclusion

Aperçu du texte

« L’homme n’était pas destiné à écouter avec son front tourné vers les autres, mais avec son oreille tournée vers lui-même ».
(Herder, La Plastique)

Du phonocentrisme à l’otocentrisme

Le Traité sur l’origine du langage de Johann Gottfried Herder, publié en 1772, rompt avec le rousseauisme encore prédominant dans les Sylves critiques (1769). Dans ce dernier ouvrage, Herder avait formulé une esthétique du sentiment, de l’Empfindsamkeit, fondée sur l’expression des émotions. Le Traité représente à cet égard un tournant, dans la mesure où le langage est abordé d’une manière radicalement nouvelle. Alors même qu’il commence par affirmer que l’homme aussi parle une langue animale, celle précisément du sentiment, Herder dans toute la suite du Traité cherche à aller au-delà de cette thèse en démontrant que l’origine humaine du langage suppose de définir le caractère spécifique de l’humanité. Herder réfute ainsi et la thèse de l’origine divine du langage humain, et celle de son origine animale. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Chèvremont, « Entendre la langue : l’otocentrisme de Herder et l’unité de l’homme », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 137-149.

Référence électronique

Alexandre Chèvremont, « Entendre la langue : l’otocentrisme de Herder et l’unité de l’homme », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1807 ; DOI : 10.4000/rgi.1807

Haut de page

Auteur

Alexandre Chèvremont

Alexandre Chèvremont est professeur à l’ESPÉ de Lyon, membre associé de l’IHRIM – ENS de Lyon (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités / UMR 5317).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals