Navigation – Plan du site

Une culture par l’ouïe depuis la chaire

Sounding Culture from the Pulpit
Eine Kultur durchs Gehör von der Kanzel aus
Tanvi Solanki
p. 151-162

Résumés

Dans cet article, ce que Herder dit de la lecture d’Homère est comparé à ses théories sur l’écoute du sermon et la lecture de la Bible permettant d’entendre la voix de Dieu. Lire les épopées homériques consistait idéalement pour Herder à suivre leur mètre tout en pensant en allemand, c’est-à-dire à traduire mentalement au fur et à mesure, de manière à entendre Homère chanter. De la même façon, il voulait lire la Bible de manière à entendre la voix de Dieu et à converser avec lui. Il utilisait ses sermons pour accomplir cet acte de lecture devant la communauté des fidèles, se mettant en scène comme un lecteur modèle de la Bible. Son but était de créer entre la communauté et son pasteur une sociabilité étroite, une culture partagée qui, pour se constituer, ne reposerait pas sur d’autres cultures, pas plus qu’elle n’en imiterait. Dans sa fonction de pasteur, Herder a créé son propre lexique pour former une communauté indépendante d’autres modèles culturels et linguistiques. L’expérience qu’il a conduite en développant la lecture sonore visait à rassembler une Gemeinde – une communauté mais aussi un public – qui entendrait les mots imprimés sur la page avec leurs rythmes spécifiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Introduction
Herder entend Homère chanter
Entendre la voix de Dieu
Les sermons
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Lorsque J. W. Goethe relate dans son autobiographie Poésie et vérité les premières impressions faites sur lui en 1770 par l’érudit universel, critique littéraire et pasteur Johann Gottfried Herder, il commence par décrire sur un mode plaisant l’apparence du jeune Herder alors qu’il le rencontre fortuitement à l’auberge au nom tout à fait approprié de « Zum Geist » (au Saint-Esprit) à Strasbourg :

Juste au bas de l’escalier, je trouvai un homme qui était aussi sur le point de monter, et que je pouvais prendre pour un ecclésiastique. Ses cheveux poudrés étaient relevés en rouleau ; son habit noir le distinguait, et, plus encore, un long manteau de soie noire, dont il avait rassemblé et logé le bout dans sa poche.

Herder, que Goethe a également décrit comme étant le premier à l’avoir introduit à l’état actuel de la littérature allemande, était tout de noir vêtu, arborant la tenue habituelle d’un abbé français, figure cultivée et parfois même coquette, voire galante. Goethe a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tanvi Solanki, « Une culture par l’ouïe depuis la chaire », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 151-162.

Référence électronique

Tanvi Solanki, « Une culture par l’ouïe depuis la chaire », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1816 ; DOI : 10.4000/rgi.1816

Haut de page

Auteur

Tanvi Solanki

Tanvi Solanki, docteur en études germaniques de l’Université de Princeton, est post-doctorante (Stanford H. Taylor Postdoctoral Associate) à l’Université Cornell.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals