Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27L’atmosphère acoustique : Johann ...

L’atmosphère acoustique : Johann Gottfried Herder et Immanuel Kant

Acoustic atmosphere : Johann Gottfried Herder and Immanuel Kant
Akustische Atmosphäre: Johann Gottfried Herder und Immanuel Kant
Lina Vidauskytė
p. 163-174

Résumés

Dans l’Europe du xviiie siècle, le passage d’une relation acoustique à une relation visuelle avec l’environnement s’accélère. Les facteurs de cette évolution sont principalement l’alphabet et l’imprimerie. De ce fait, la langue appartient de plus en plus exclusivement au monde de l’écriture. Et pourtant, au cours de ce siècle, le son est toujours important. L’article compare les idées de J. G. Herder et I. Kant sur les langues parlées et leur relation avec les Lituaniens de Prusse. I. Kant a préfacé le Dictionnaire Lituanien-Allemand / Allemand-Lituanien de Ch. G. Mielcke (1800). J. G. Herder a publié un recueil de Chants populaires (Volkslieder, 1778-79), qui contient plusieurs chansons folkloriques lituaniennes. Cette démarche peut être interprétée de deux façons. D’une part, elle tente de rétablir le mot comme son (et non comme image). D’autre part, elle peut être comprise comme faisant sortir l’homme « de l’immaturité dont il est lui-même responsable » : le mot en tant que son constitue un être au monde tout à fait différent, une synthèse différente de celle opérée par l’écriture.

Haut de page

Texte intégral

1Le xviiie siècle européen est une des époques où le passage d’une relation acoustique à une relation visuelle avec l’environnement s’accélère et s’approfondit. Les principales causes de cette mutation sont l’alphabet (la décomposition des sons de la langue en signes graphiques) et l’imprimerie. Autrement dit, la notion de langue devient conceptuellement liée à l’écriture. Rappelons-nous que le xviiie siècle est le grand siècle des dictionnaires pour la majorité des langues parlées sur le continent européen. Bien sûr, la Réforme qui avait eu lieu au xvie siècle avait été un facteur très important pour le développement de l’écriture. Sa diffusion avait en effet nécessité le recours aux langues parlées par le peuple car elle ne pouvait être assurée par le latin, qui dominait jusqu’alors dans les écoles. Le latin était avant tout une langue écrite, que plus personne n’utilisait comme langue parlée depuis l’effondrement de l’Empire romain. Le stade de la petite enfance caractéristique de l’apprentissage de la langue maternelle n’existait donc plus pour le latin, qui était utilisé uniquement à l’école et par des personnes de sexe masculin.

2Les dictionnaires ont commencé de manière quasi universelle à réguler et à contrôler les langues parlées et, de cette façon, à leur donner une rigidité similaire à celle du latin tel qu’il était enseigné et qu’il exerçait sa contrainte. Comme nous le savons, l’utilisation de la langue latine, notamment par les scientifiques européens, a perduré jusqu’à la toute fin du xviiie siècle. L’édition de dictionnaires ne manifeste pas autre chose que la volonté d’instaurer un contrôle total de la parole écrite sur la parole orale. Une telle interprétation de l’écriture comme mécanisme de contrôle suppose en même temps un parallèle avec le renforcement du pouvoir exercé tant sur l’individu que sur le collectif (peuple / nation).

3Et pourtant, le son reste important au xviiie siècle. Cet article analyse les idées de Johann Gottfried Herder et Immanuel Kant sur langues parlées ainsi que leur point de vue sur les Lituaniens de Prusse et leur germanisation forcée. Les affirmations sont illustrées par des faits tirés de la vie politique, religieuse et, bien sûr, éducative des Lituaniens de Prusse. Elles s’appuient également sur les travaux de Walter Ong, Eric Havelock et Jack Goody, qui ont étudié la problématique de l’oralité et de l’écriture.

Johann Gottfried Herder et le langage comme média

  • 1 Jack Goody (éd.), Literacy in Traditional Societies, New York, Cambridge University Press, 2005, p. (...)
  • 2 Ibid., p. 2.

4Il faut tout d’abord noter que l’écriture supprime la notion de mot en tant que son, et que notre rapport actuel au mot rappelle plutôt la compréhension d’un objet que d’un son. Le célèbre anthropologue britannique Jack Goody affirme que l’importance de la communication écrite tient à ce qu’un nouveau média est créé, dont le but essentiel est d’objectiver le langage, de le rendre semblable à la matière, de le transformer en signes visuels. Un tel langage peut être transmis dans l’espace et conservé au fil du temps1. La suppression du son concerne tous les domaines de la vie humaine : le nouvel instrument de communication transforme les sphères politique, économique, juridique et religieuse2. Platon a été le premier philosophe à attirer l’attention sur l’opacité de l’écriture, plus précisément de l’écriture comme média. Le dialogue Phèdre (276 c) et la Lettre VII (344 c) contiennent une critique de l’écriture. Le philosophe était sceptique quant aux possibilités de l’écriture et il lui opposait l’immédiateté de la langue, notamment dans le dialogue. Selon Platon, l’écriture répète toujours la même chose, contrairement au dialogue où il est toujours possible de réinterroger l’interlocuteur, de préciser le propos. Par ailleurs, selon Platon, l’écriture affaiblit la mémoire.

  • 3 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, édition de Martin Bollacher et al., Francfort-sur-le (...)

5Dans son Traité sur l’origine du langage (1772), le pasteur luthérien allemand Johann Gottfried Herder s’est intéressé au langage. La « théorie des médias » de Herder analyse le langage en général et non pas, comme Platon, uniquement l’écriture (nous aurons l’occasion de nuancer cette affirmation plus loin). On peut y reconnaître les germes de la théorie des médias développée au xxe siècle. Herder comprend le langage comme la condition de possibilité qui nous rend capables de connaître le monde : ce n’est pas la pensée ou l’imagination qui crée le mot mais, au contraire, le mot qui est la cause de la pensée. « Sans langage, l’homme n’a pas de raison et sans raison il n’a pas de langage », affirme Herder3, posant ainsi les fondements d’une conception que développeront plus tard Wilhelm von Humboldt, Friedrich Nietzsche et Martin Heidegger. Dans cette conception, le rôle du média de toute pensée est attribué au langage. Ainsi, dans la philosophie de Herder, la médialité acquiert pour la première fois une valeur fondamentale.

  • 4 Ibid., p. 736.
  • 5 Ibid., p. 737.
  • 6 Eric Havelock, The Muse Learns to Write. Reflections on Orality and Literacy from Antiquity to the (...)

6Dans son Traité sur l’origine du langage, Herder développe une théorie mimétique de l’origine du langage, comprenant le mot dans un sens onomatopéique4. Herder remarque également qu’il existe dans les anciennes langues, notamment orientales, un grand nombre de verbes d’où proviennent toutes les autres parties du discours5. Cette observation de Herder préfigure les idées du philologue classique Eric Havelock (1903-1988) sur les langues orales anciennes avant l’introduction de l’alphabet. Selon Havelock, elles se distinguaient par leur fluidité : non seulement les verbes, mais aussi les noms, les adjectifs et les autres classes de mots étaient fluides6. Pour notre sujet, les caractéristiques importantes de la langue orale sont le caractère mélodieux et la fluidité, qui est, au fond, la particularité originelle de la langue parlée.

  • 7 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 727.
  • 8 Ibid., p. 195.

7Herder reconnaît la primauté de la voix dans le langage. Selon lui, le langage apparaît tout d’abord comme un son, une voix, un chant. Selon Herder, l’homme obtient avec le langage la perfection éternelle, l’écho de sa voix créative gouvernant la terre. Sans le langage, la raison n’aurait pas pris vie, c’est grâce au langage et à lui seul que tous les sentiments sont reliés et animés7. Ce que Herder perçoit des transformations opérées par l’écriture sur la langue parlée montre son point de vue critique sur la langue scientifique habituelle qui est rigoureuse et figée. Selon Herder, l’allemand poétique de son époque est livresque et le véritable mot poétique, caractéristique des langues anciennes, n’est plus accessible8.

  • 9 Ibid., p. 202.
  • 10 Ibid., p. 741.
  • 11 Albert B. Lord, The Singer of Tales, New York, Atheneum, 1971.

8Herder compare la mélodie de l’hexamètre grec avec l’hexamètre allemand supposé et affirme que l’hexamètre grec est mélodieux car l’oreille des Grecs était habituée au chant9. Il perçoit très clairement la mélodie du grec ancien et affirme que le premier langage de l’homme était le chant10. Cette thèse a été en quelque sorte vérifiée par Albert B. Lord, élève de Milman Parry, philologue américain spécialiste de l’épopée orale. Lord a étudié le chant des peuples des Balkans dans la première moitié du xxe siècle, il a enregistré les chants des musulmans illettrés de Macédoine et d’Albanie et analysé la fonction remplie par les bardes et le chant épique dans une société orale11. En parallèle, il a émis l’hypothèse que la société de la Grèce antique fonctionnait de la même façon, et que le chant et l’épopée y remplissaient le rôle essentiel d’encyclopédie orale.

  • 12 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 742.
  • 13 Ibid., p. 702.

9Selon Herder, bien que, plus tard, la langue ait évolué et soit devenue monotone et régulée, elle est tout de même restée une sorte de chant, et cela est aussi attesté par les peuples non civilisés12. La fluidité de la langue orale des Grecs observée par Herder a déjà disparu dans la langue allemande écrite (comme dans toute langue affectée par l’écriture alphabétique). Le discours philosophique sur les médias affirme souvent que Herder n’a pas accordé d’attention à l’écriture, mais dans le Traité sur l’origine du langage, il note que l’écriture modifie le langage et que celui-ci était fondamentalement différent avant l’écriture. Plus important encore, il souligne un décalage entre la langue parlée et l’écriture : il est difficile de transcrire par écrit tous les sons de certaines langues à l’aide d’un alphabet13.

  • 14 Ibid., p. 703.
  • 15 Ibid., p. 758.
  • 16 Walter J. Ong, Orality and Literacy. The Technologizing of the Word. New York, Routledge, 2002 (1re(...)
  • 17 Ibid., p. 171.

10Herder parle des « sauvages » de l’Europe (Estoniens, Lapons, Russes, Polonais) et constate que même s’ils ont déjà l’écriture alphabétique, elle ne permet pas encore d’enregistrer la plupart des sons de leurs langues14. Il est intéressant que Herder qualifie ces peuples de non civilisés, de barbares15. Walter J. Ong, qui a étudié les intersections entre oralité et écriture, souligne que pour aborder ce problème, il est très important de comprendre que les notions d’« alphabétisme » et d’« analphabétisme » sont assez limitées. Il cite les conférences radiophoniques de l’anthropologue français Claude Lévi-Strauss, où ce dernier critiquait l’utilisation de la notion de « société primitive » et proposait d’utiliser la notion de « société sans écriture16 ». Toutefois, cette dernière est porteuse d’une connotation négative et déplace à tort le centre de gravité vers l’écriture. Il vaut donc mieux utiliser l’expression de société ou de culture « orale ». Bien entendu, il ne s’agit pas de prétendre que les cultures orales sont parfaites : elles ne l’ont jamais été17. Les Lituaniens qui vivaient en Prusse au xviiie siècle étaient également, par de nombreux aspects, illettrés ou, comme l’écrit Herder, un peuple européen non civilisé.

  • 18 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 558.
  • 19 Voir par exemple Martin Heidegger, Gesamtausgabe, Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann, vol. (...)
  • 20 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 559.
  • 21 Ibid.

11Dans la notion de langage de Herder, le mode de pensée d’un peuple est étroitement lié à sa langue18. Par conséquent, il est naturel qu’une langue étrangère modifie le mode de pensée du peuple. Cette idée de Herder pourrait être une sorte de prélude à l’affirmation du philosophe allemand Martin Heidegger selon laquelle la langue parle à travers nous19. Pour cette raison, la littérature se développe dans la langue maternelle, tout comme la langue se développe dans la littérature20. De là découlent les idées de Herder sur la diversité des peuples et sur leur « vérité, beauté et honnêteté21 ».

  • 22 Ibid., p. 559-560.

12Herder était non seulement un théoricien, mais aussi un collecteur du folklore balte et slave. Il a introduit pour la première fois la notion de « chant populaire » (Volkslied), la comprenant dans un sens très large comme création du peuple. Herder a comparé les chants des Anglais, des Allemands, des Islandais, des Suédois, des Lettons (qu’il a parfois confondus avec les Lituaniens) et des Polonais et il a déterminé les règles générales de leur évolution. Il a également mis au jour leurs points communs : thématiques analogues, aspiration à exprimer l’expérience de la vie sous une forme concrète, connaissance de la nature, etc. Selon lui, chaque peuple exprime sa particularité, sa psychologie dans ses chants. Herder défend les peuples qui vivent sous la domination d’un autre peuple et lance en quelque sorte un programme de sauvegarde de la culture de ces peuples. Lorsqu’il y a un mélange colonial des langues, des idées, des éthiques, des modes de pensée et de vision, la littérature devient Protée. Les notions deviennent fantomatiques car seulement à moitié compréhensibles, et une telle situation rappelle à Herder la confusion babélienne des langues22.

  • 23 Ibid., p. 758.

13Herder, qui est issu de la tradition luthérienne, ne partage pas l’idée qu’il faudrait transmettre le christianisme et la culture dans une langue étrangère à un peuple. Toutefois, une autre de ses idées importantes montre indirectement que les dogmes de la scolastique peuvent difficilement être traduits dans les langues des peuples non civilisés. Dans ce cas, les notions ne sont traduites que de manière très générale23.

  • 24 Walter J. Ong, The Presence of the Word. Some Prolegomena for Cultural and Religious History, Minne (...)
  • 25 Voir Walter J. Ong, Rhetoric, Romance, Technology. Studies in the Interaction of Expression and Cul (...)

14L’intersection entre oralité et écriture peut être considérée comme une collision entre fluidité et staticité. Dans le langage oral, il n’y a pas de notions abstraites figées et matérielles puisque le son, par nature, disparaît dans le temps. Le développement de l’alphabet a initié la spatialisation du son et la matérialisation de la parole, et ce processus a été encore renforcé par l’imprimerie, apparue en Europe occidentale au xve siècle. Le point essentiel est que le son a été enfermé dans l’espace créé par la technologie de l’impression alphabétique24. Dans son livre Rhetoric, Romance, Technology, Ong a montré que dès l’époque du romantisme, la « psyché » de l’homme en Occident a très significativement intériorisé la technologie de l’impression, qui restreint encore plus la parole écrite, comme l’indique déjà le terme lui-même25.

  • 26 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 638.
  • 27 Walter J. Ong, Orality and Literacy, p. 110.
  • 28 Voir Walter J. Ong, Fighting for Life : Contest, Sexuality and Consciousness, Ithaca, Cornell Unive (...)

15Par ailleurs, pour Herder, la multiplicité des langues est inévitable et positive. L’imitation irraisonnée d’une langue étrangère signifie pour lui la trahison de sa propre pensée et l’asservissement à un autre peuple. Herder souligne l’importance de la langue maternelle en affirmant que la langue de la mère est le plus beau cadeau de la nature qui ne peut être remplacé par aucun autre cadeau humain26. La langue étrangère apprise à l’école diffère de la langue maternelle qu’on apprend spontanément, naturellement et sans grands efforts, car c’est la « langue de la mère ». L’imposition d’une langue étrangère présente certains parallèles avec le latin qui a longtemps dominé dans les écoles européennes. On l’appelle souvent la « langue du père », ce qui peut être compris comme une métaphore du despotisme : cette langue est contrôlée de façon absolue par l’écriture et les châtiments corporels utilisés à l’école27. Ainsi, l’allemand imposé aux Lituaniens de Prusse peut être considéré comme la « langue paternelle », non pas, bien sûr, au sens de langue transmise par le père à ses enfants par les liens du sang, mais plutôt dans le sens de patrius sermo, notion utilisée dans la Rome antique pour désigner la langue des ancêtres en tant qu’objet, que chose28, nous y reviendrons plus loin.

  • 29 Cité par Herder dans la première partie de ses Volkslieder, parue en 1778 (Johann Gottfried Herder,(...)
  • 30 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 285.
  • 31 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 3, p. 297-298.

16Aux yeux de Herder, les Lituaniens et les autres peuples baltes étaient des peuples asservis par un peuple étranger, mais ils ont été capables de sauvegarder leur culture originale. En 1745 a été publiée l’Étude de la langue lituanienne (Betrachtung der littauischen Sprache) du pasteur luthérien Philipp Ruhig (en lituanien Pilypas Ruigys, en latin Philippus Ruhigius, 1675-1749, Lituanie prussienne). Dans cet ouvrage, l’auteur a publié pour la première fois, à titre d’illustrations à côté d’autres matériaux linguistiques, trois chants populaires lituaniens avec leur traduction en allemand. Ces chants ont tout de suite attiré l’attention de Gotthold Ephraim Lessing et de Herder, qui les ont jugés de manière très positive. Dans la 33e des Lettres concernant la toute nouvelle littérature allemande, parue le 17 avril 1759, Lessing écrit avoir trouvé une rareté dans le livre de Ruhig : quelques chants lituaniens, chantés par de simples jeunes filles. « Quel humour naïf ! Quelle simplicité charmante ! », écrit-il. Il regrette que P. Ruhig n’ait pas inclus dans son livre d’autres chants du même type. Ces trois-là montrent néanmoins à eux seuls que des bardes naissent dans chaque pays et que « les sentiments vivants ne sont pas un privilège des peuples éclairés29 ». Ainsi, Herder a déjà trouvé des chants populaires imprimés, bien que peu nombreux. En 1767, il a lui-même attiré l’attention pour la première fois sur les chants populaires et appelé à étudier les cultures de tous les pays30. C’était déjà des idées du romantisme naissant. Dans la deuxième partie des Volkslieder, Herder reproduit l’opinion de Ruhig sur la beauté de la langue lituanienne et la reconnaissance à laquelle elle pourrait prétendre31. Herder a publié une traduction presque littérale en allemand de trois chants, Anksti rytą rytelį (« Tôt au petit matin »), Aš turėjau žirgužėlį (« J’avais un petit cheval ») et Aš atsisakiau savo močiutei (« J’ai dit au revoir à ma grand-mère »), qui, par l’abondance de leurs formes diminutives, sont assez étrangers au sentiment linguistique des Allemands.

17Toutefois, même si l’intérêt pour la langue lituanienne a peu à peu augmenté, les Lituaniens vivaient en Prusse dans des conditions linguistiques et culturelles complexes. Lorsque la Prusse a adopté le protestantisme et qu’elle est devenue une monarchie, le regard des Allemands sur les Lituaniens et la culture lituanienne a un peu changé. L’enseignement luthérien devait se faire dans la langue maternelle. Par conséquent, la Prusse avait besoin de pasteurs et d’instituteurs connaissant le lituanien (un séminaire a été ouvert à Halle et un autre à Königsberg). Les idées de la Réforme et de l’humanisme ont encouragé à créer en Prusse des écoles non seulement allemandes mais aussi lituaniennes, et à s’intéresser au mode de vie, aux coutumes et à la culture des habitants locaux. Cet intérêt pour la langue et le folklore lituaniens en Lituanie prussienne a été d’une importance cruciale pour l’histoire culturelle de toute la Lituanie. La Lituanie prussienne, qui formait un territoire relativement petit, a donné à l’ensemble de la Lituanie ses premiers livres en lituanien, elle a formé les premiers Lituaniens qui ont étudié leur culture et elle a encouragé des personnalités humanistes qui cherchaient à mieux connaître d’autres peuples à s’intéresser à la langue, à la culture et à l’histoire des Lituaniens.

18L’objectif principal du pouvoir en Lituanie prussienne n’en demeurait pas moins de germaniser ce territoire, en s’appuyant sur l’église et l’école qui ont accéléré ce processus. La majorité des pasteurs et des traducteurs de littérature religieuse en lituanien étaient des Allemands qui avaient appris un peu le lituanien mais pas assez pour enseigner. Il y avait peu d’enfants allemands dans les écoles de Lituanie prussienne et ils étaient assis aux premiers rangs, tandis que les élèves lituaniens représentaient la majorité et étaient assis au fond. Plus tard, les partisans de la germanisation ont commencé à exiger un enseignement uniquement en allemand dans les écoles. Dans la sphère socio-économique, le pouvoir allemand traitait les Lituaniens uniquement comme de la main-d’œuvre. Il était interdit aux Lituaniens d’obtenir le même salaire que les Allemands pour un même travail. Il était interdit aux jeunes Lituaniens de porter les mêmes vêtements que les Allemands. Les châtiments corporels, la flagellation, étaient souvent utilisés contre les paysans lituaniens. La vie à cette époque a été très précisément décrite par le pasteur luthérien évangéliste Kristijonas Donelaitis (1714-1780) dans son poème épique Metai (Les saisons) qui n’a été publié qu’au xixe siècle. La flagellation et le contrôle sont liés de façon métaphorique au développement de l’écriture et de l’imprimerie, ainsi qu’à l’introduction forcée d’une langue étrangère à travers l’écriture. Examinons plus attentivement les différences entre les techniques de communication et leur impact sur le sujet.

Communication écrite et pouvoir

  • 32 Eric A. Havelock, « The Alphabetic Mind : A Gift of Greece to the Modern World », Oral Tradition 1/ (...)
  • 33 Walter J. Ong, The Presence of the Word, p. 43.
  • 34 Ibid., p. 45.

19Un des auteurs les plus importants à avoir attiré l’attention sur la problématique de l’écriture en tant que média de communication est le professeur de philologie classique Eric A. Havelock. Il affirme que la communication n’est pas un simple outil de la pensée : selon lui, elle construit la pensée. La communication alphabétique, c’est-à-dire écrite, a fait naître un mode de pensée qui transforme le flux dynamique de l’expérience quotidienne en « énoncés utilisant le verbe être » (« is statements ») de différents types. Cela permet d’analyser conceptuellement ce qui se passe dans notre environnement et en nous-mêmes. Cela donne également le pouvoir non seulement de raisonner sur ce qui se passe, mais aussi de contrôler et de modifier ce qui se passe. Un tel pouvoir est impossible dans une culture orale32. Comme le rappelle Ong, on peut relire un mot inscrit dans un texte, mais on ne peut pas faire revenir un son en arrière car il s’écoule dans le temps et revêt par conséquent un caractère éphémère33. Le flux des sons coule sans interruption et on ne peut pas le contrôler. Au contraire, le sentiment d’ordre et de contrôle qu’établit l’alphabet est écrasant, insurmontable. L’emplacement des mots dans l’espace crée visuellement des symboles d’ordre et de contrôle, peut-être parce que les notions d’ordre et de contrôle sont déjà en soi kinesthésiques et fondées visuellement, formées essentiellement à partir de l’expérience sensorielle liée à l’espace. Lorsque l’alphabet crée un monde verbal et conceptuel, il impose par son pouvoir un ordre obligatoire de l’espace, dont les analphabètes n’ont aucune compréhension. Toute écriture, même un pictogramme, donne une impression d’ordre. Ce n’est probablement pas un hasard si une logique formelle a été créée dans la culture alphabétique34.

  • 35 Ibid., p. 65.
  • 36 Erik H. Erikson, Childhood and Society, New York, Norton, 1950.
  • 37 Walter J. Ong, The Presence of the Word, p. 106-107.
  • 38 Ibid., p. 93.

20Le latin a joué un rôle important dans ce développement du pouvoir de l’alphabet et de l’imprimerie. Le latin a été pendant plus de mille ans la langue qui contrôlait par l’écriture et il pourrait être un cas paradigmatique de contrôle. Comme le note Ong, toutes les performances orales étaient soumises à des modèles écrits35. Ong formule l’hypothèse d’une analogie entre cette expérience linguistique traumatisante et les stades psycho-sexuels de l’enfance distingués par Sigmund Freud, qu’il traite en s’appuyant sur l’œuvre d’Erik H. Erikson Childhood and Society36. Certes, on ne retrouve pas, dans l’évolution du rapport entre oralité et écriture, tous les stades psycho-sexuels distingués par Erikson à la suite de Freud, car il n’y a pas de similitudes absolues entre ces stades et l’évolution des médias. Selon Ong, il est plus important de s’intéresser aux modifications des sens conditionnées par l’invention de l’écriture, c’est-à-dire au passage de l’audio-tactile au visuel (ou visio-tactile) dans les étapes de l’écriture et de la typographie37. Néanmoins, les parallèles perçus par Ong entre l’évolution de l’individu et celle du média de la communication en disent beaucoup sur la présence de l’homme dans le monde, telle qu’elle est conditionnée par le média. Comme on le sait, Freud a distingué trois principaux stades : oral, anal et génital. Une des caractéristiques du stade oral est le renoncement à tout contrôle. Ce stade est caractérisé par des traits comme la légèreté et la liberté. Contrairement au stade anal qui suit, où le contrôle devient la chose la plus importante, au stade oral l’enfant est autorisé à ne pas contrôler ses processus de miction et de défécation38. Tandis qu’au stade anal, on apprend à l’enfant à contrôler ces processus. Autrement dit, ce qui était autorisé auparavant devient maintenant interdit, une activité musculaire conflictuelle apparaît. Cela rappelle l’action d’écrire : il est très important de maîtriser son corps, de l’adapter à la technique de l’écriture.

  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

21Le mot parlé coule librement et sans entrave. Comme l’affirme Ong, dans la culture d’Homère, on utilisait l’expression « les mots ailés », tandis que dans la culture des manuscrits leur mobilité était comprise de manière péjorative. L’idéal éducatif le plus élevé des cultures de la parole et de l’écoute était la copia ou « flux linguistique abondant » de l’orateur de l’Antiquité classique ou de la Renaissance, car les mots parlés sont libres, rapides. La culture des manuscrits a arrêté cette mobilité : « Verba volant, scripta manent » – les paroles s’envolent, les écrits restent39. L’écriture « retient les mots ». Retenir est la raison d’être de l’écriture. C’est un enregistrement. L’écriture retient les mots pour qu’ils ne s’enfuient pas, comme le dit Ong40. On voit que de nombreuses notions que nous employons habituellement en parlant de l’écriture sont contraires aux notions que nous utilisons pour caractériser la parole vivante. L’écriture est fixée dans l’espace, limitée, liée, immuable, objet d’inspection et de réinspection, et donc contrôlée – scripta manent41.

  • 42 Walter J. Ong, Orality and Literacy, p. 120.

22L’imprimerie renforce encore plus la sensation de contrôle, l’oppression exercée sur le lecteur, comme l’indique déjà le mot lui-même. Les textes imprimés semblent comme fabriqués par une machine, ce qu’ils sont. Le contrôle de l’espace par l’écriture manuscrite cherche à être ornemental, raffiné, comme dans la calligraphie. Le contrôle typographique impressionne davantage par son ordre et son caractère inéluctable : les lignes sont parfaitement régulières. Ce qui est ainsi créé est un monde froid de faits non humains42. Ce monde froid créé par une machine enferme la parole orale dans l’espace pour pouvoir la contrôler, ainsi que son locuteur, ce qui nous amène à la question des dictionnaires, déjà abordée par Herder.

La publication de dictionnaires et le renforcement du contrôle

23Le pouvoir des techniques écrites de communication décrit par Havelock peut être associé aux dictionnaires qui se sont propagés au xviiie siècle lorsque les langues parlées se sont retrouvées sous le contrôle du mot imprimé et qu’elles ont pu ainsi être comparées et analysées dans leur rapport aux langues « avancées » qui appartenaient au peuple et à la culture dominants. Deux dictionnaires du xviiie siècle concernent les Lituaniens de Prusse et la langue lituanienne. En 1747, le pasteur luthérien déjà mentionné Philipp Ruhig a publié son Lexicon Germanico-Lithvanicum et Lithvanico-Germanicum. Ruhig a collecté des mots et des expressions de la langue populaire vivante. Son dictionnaire a été le premier dictionnaire imprimé contenant du matériau linguistique folklorique. En même temps, il a joué le rôle d’outil de contrôle de la langue. La rédaction et la publication d’un tel dictionnaire bilingue est en effet une technique de contrôle de la langue dans la mesure où les mots de la langue parlée, désormais figés, sont enfermés dans un espace typographique et où le mot imprimé devient un objet dont la perception (visuelle) s’éloigne de la perception (auditive) du mot comme son. Pour enregistrer les différents sons, on emprunte les caractères des alphabets d’autres peuples, dits « avancés », et une certaine tension apparaît entre les sons naturels de la langue maternelle et leur expression visuelle. Le dictionnaire imprimé apparaît comme un monde mécanique froid, et non comme une source de son vivant.

  • 43 Christian Gottlieb Mielcke, Littauisch-deutsches und deutsch-littauisches Wörter-Buch, Königsberg, (...)

24Dans cette atmosphère de contrainte culturelle, le philosophe de l’université de Königsberg Immanuel Kant (1724-1804) a écrit la postface du Littauisch-Deutsches und Deutsch-Littauisches Wörter-Buch (Dictionnaire lituanien-allemand et allemand-lituanien) de Christian Gottlieb Mielcke (Königsberg, 1800). Le penseur y décrit les Lituaniens de Prusse sous l’angle moral et culturel et présente son opinion sur la conservation de la langue et de la culture des Lituaniens et autres « petits peuples ». Le fait que Kant ait écrit cette postface en tant qu’« ami » (le texte s’intitule « Postface d’un ami ») montre qu’il était assez proche du monde de la pensée lituanienne43. Les quelques rares indications des biographes de Kant sur ses relations avec les Lituaniens attestent que le philosophe appréciait les Lituaniens de Prusse et qu’il en parlait toujours avec respect et amour. En même temps, les descriptions faites par Herder et Kant des peuples asservis rappellent beaucoup la description par Jean-Jacques Rousseau de l’état originel jusqu’à la propagation de l’inégalité. Dans cet état mythique, les hommes n’avaient aucun vice, ni physique ni moral. Ils n’avaient pas non plus de vertus morales car c’était l’époque de l’égalité universelle. Kant et Herder cherchent à valoriser les peuples baltes en leur attribuant des valeurs morales élevées. Selon Kant, les Lituaniens de Prusse sont, d’une certaine façon, fiers, ils se caractérisent par le sentiment de leur valeur, c’est pourquoi ils sont dignes de conserver leur langue et de se former un caractère national grâce à elle. En promouvant ce retour à la langue maternelle (même si cette langue est enfermée dans un espace typographique), Kant cherche à rendre leur dignité à des personnes rabaissées. Il souligne que la conservation de la langue parlée des Lituaniens est déjà une valeur.

  • 44 Voir Roger Chartier et Guglielmo Cavallo (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, P (...)

25Bien sûr, les Lituaniens de Prusse du xviiie siècle ne peuvent déjà plus être considérés comme vivant dans une culture de l’oralité originelle car, depuis l’époque de la Réforme, ils ont eu accès à l’écriture et au livre, tout d’abord par la religion. Toutefois, le début des écrits lituaniens au xvie siècle (un catéchisme local a été publié sur la base du catéchisme de Martin Luther) ne doit pas nous induire en erreur. Une étude sur l’histoire de la lecture publiée par Roger Chartier et d’autres historiens du livre montre que le développement de la culture du livre conditionné par la Réforme présente certaines particularités : après la Guerre des Paysans, les réformateurs eux-mêmes ont mis un terme au commentaire autonome des Écritures, seuls ont été diffusés des catéchismes qui n’étaient pas lus mais plutôt répétés par cœur après avoir été écoutés44. À ce stade, les personnes alphabétisées sont relativement peu nombreuses, les autres, majoritaires, apprennent par cœur en écoutant le professeur ou le chef de famille lire le catéchisme. Ainsi, il ne s’agit pas d’une véritable lecture au sens qui nous est habituel. Cependant, la situation en Prusse au xviiie siècle était différente, la germanisation ayant fait massivement appel à l’écriture. De façon allégorique, ce mécanisme éducatif d’introduction de l’écriture peut être considéré comme un instrument de contrôle, comme l’ont remarqué aussi bien Herder que Kant.

26L’oralité, même un peu modifiée, apparaît comme l’état originel authentique que Herder a décrit de façon assez poétique et imagée. La synthèse sensorielle change avec l’affirmation d’une culture manuscrite : à la place d’une synthèse auditive se forme une synthèse visuelle et tactile : asservissement, flagellation et contrôle remplacent la liberté et l’existence au centre de tout. Le sujet oral existe d’une manière complètement différente dans le monde. L’orientation acoustique détermine la position centrale de l’homme, contrairement à ce que fait l’écriture, qui impose un support visuel. N’oublions pas non plus que l’acte même de lire est forcé. Le texte n’est réalisé que lorsqu’il est lu car il est incomplet sans la voix. Le texte « emprunte » la voix du lecteur et utilise celui-ci comme objet ou esclave. Les Lituaniens de Prusse devaient, comme tous les sujets, obéir « à la lettre », c’est seulement à cette condition qu’ils étaient considérés comme de véritables « sujets ». Un dilemme similaire s’était posé aux Grecs de l’Antiquité lorsqu’avec la propagation de l’alphabet, la lecture était comprise comme un acte forcé, et que seuls des citoyens libres de la contrainte pouvaient participer à la vie de la cité (polis), tandis que l’écriture et l’imprimerie créent et transmettent des modèles de pouvoir paternaliste (avec des châtiments corporels). Dans le même temps, la langue elle-même change : elle perd sa mélodie, devient statique, chosifiée, car le mot n’est déjà plus un son.

27Dans la langue orale, il n’y a pas de séparation entre le mot prononcé ou entendu et sa représentation visuelle, comme cela s’est produit avec le latin appris à l’école, qui ne donnait pas lieu à un « bain linguistique » oral dès la petite enfance. La situation des Lituaniens de Prusse germanisés est similaire : on apprend la langue allemande à l’école, c’est la langue de l’écrit et non la langue que l’on parle à la maison depuis la naissance. Bien sûr, l’analogie a ses limites, la séparation entre les deux langues est moins tranchée puisqu’on vit parmi les Allemands et qu’on entend leur langue. Toutefois, l’écriture à l’école contrôle l’utilisation de la langue parlée. Rappelons à nouveau que le châtiment de la flagellation était utilisé contre les Lituaniens de Prusse. Ce n’est probablement pas un hasard si Herder, tout comme Kant, essaie de rendre leur dignité aux Lituaniens par le biais de la parole vivante, en exaltant leurs chants populaires et la beauté de leur langue elle-même. Lorsqu’il écrit la postface du dictionnaire, Kant souligne les qualités morales des Lituaniens. La démarche de Herder et de Kant peut être interprétée de deux façons. En premier lieu, elle réhabilite la relation avec le mot en tant que son et traduit une aspiration à supprimer le dualisme son-image dans les langues enseignées (dans les langues écrites comme cela a longtemps été le cas avec le latin). En second lieu, on peut comprendre l’utilisation de la langue lituanienne comme une forme de « sortie de l’immaturité dont l’homme est lui-même responsable » : l’oralité, le mot en tant que son, constitue un tout autre être au monde, une autre synthèse (auditive), par rapport à l’écriture. Lorsqu’il donne sa définition des Lumières dans Was ist Aufklärung ?, Kant parle de la suppression de l’état de dépendance. L’usage de la langue maternelle constitue peut-être une certaine émancipation par rapport à une tutelle, puisque rien ne limite l’enfant au stade oral selon Freud. Il n’y a pas cet écart entre langue apprise et langue maternelle. Il est évident que lorsqu’on écrit sa langue maternelle selon des règles de grammaire universellement acceptées, celle-ci perd sa vitalité même si de nouvelles possibilités s’ouvrent.

  • 45 Gernot Böhme, Atmosphäre. Essays zur neuen Ästhetik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1995, 2e éd. (...)

28Concernant l’être oral au monde, lorsque se révèle la synthèse auditive spécifique, on peut utiliser la notion d’atmosphère acoustique mise en avant par le philosophe allemand Gernot Böhme et qu’il faut comprendre comme un certain esprit, un esprit qui n’est ni subjectif, ni objectif. En ce sens, l’atmosphère acoustique joue le rôle de média, en rendant possible une existence « aisthétique » de l’homme dans l’environnement. L’atmosphère de la langue maternelle parlée crée acoustiquement un sentiment de confiance et de confort. Au contraire, lorsque l’atmosphère acoustique commence à se désintégrer – silence contrôlant de l’écriture et acoustique d’une langue étrangère –, le ressenti et la confiance en soi de l’homme dans l’environnement changent aussi45.

Haut de page

Notes

1 Jack Goody (éd.), Literacy in Traditional Societies, New York, Cambridge University Press, 2005, p. 1.

2 Ibid., p. 2.

3 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, édition de Martin Bollacher et al., Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag, vol. 1, 1985, p. 727.

4 Ibid., p. 736.

5 Ibid., p. 737.

6 Eric Havelock, The Muse Learns to Write. Reflections on Orality and Literacy from Antiquity to the Present, New Haven, Yale University Press, 1986, p. 76.

7 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 727.

8 Ibid., p. 195.

9 Ibid., p. 202.

10 Ibid., p. 741.

11 Albert B. Lord, The Singer of Tales, New York, Atheneum, 1971.

12 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 742.

13 Ibid., p. 702.

14 Ibid., p. 703.

15 Ibid., p. 758.

16 Walter J. Ong, Orality and Literacy. The Technologizing of the Word. New York, Routledge, 2002 (1re édition : Londres, Methuen, 1982), p. 170.

17 Ibid., p. 171.

18 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 558.

19 Voir par exemple Martin Heidegger, Gesamtausgabe, Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann, vol. 12, 1985, p. 9-30.

20 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 559.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 559-560.

23 Ibid., p. 758.

24 Walter J. Ong, The Presence of the Word. Some Prolegomena for Cultural and Religious History, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1981 (1re édition : New Haven, Yale University Press, 1967), p. 47-48.

25 Voir Walter J. Ong, Rhetoric, Romance, Technology. Studies in the Interaction of Expression and Culture, Ithaca, Cornell University Press, 1971. Les mots « imprimerie » et « opprimer » / « oppression » ont la même racine, comme « press » et « oppress » en anglais.

26 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 638.

27 Walter J. Ong, Orality and Literacy, p. 110.

28 Voir Walter J. Ong, Fighting for Life : Contest, Sexuality and Consciousness, Ithaca, Cornell University Press, 1981, p. 36-37.

29 Cité par Herder dans la première partie de ses Volkslieder, parue en 1778 (Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 3, p. 73).

30 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 1, p. 285.

31 Johann Gottfried Herder, Werke in zehn Bänden, vol. 3, p. 297-298.

32 Eric A. Havelock, « The Alphabetic Mind : A Gift of Greece to the Modern World », Oral Tradition 1/1, 1986, p. 134-150.

33 Walter J. Ong, The Presence of the Word, p. 43.

34 Ibid., p. 45.

35 Ibid., p. 65.

36 Erik H. Erikson, Childhood and Society, New York, Norton, 1950.

37 Walter J. Ong, The Presence of the Word, p. 106-107.

38 Ibid., p. 93.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Walter J. Ong, Orality and Literacy, p. 120.

43 Christian Gottlieb Mielcke, Littauisch-deutsches und deutsch-littauisches Wörter-Buch, Königsberg, Hartungsche Hofbuchdruckerey, 1800, p. 31-32.

44 Voir Roger Chartier et Guglielmo Cavallo (dir.), Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil, 1997.

45 Gernot Böhme, Atmosphäre. Essays zur neuen Ästhetik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1995, 2e éd. 1997 ; Gernot Böhme, Anmutungen. Über das Atmosphärische, Ostfildern, edition tertium, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lina Vidauskytė, « L’atmosphère acoustique : Johann Gottfried Herder et Immanuel Kant »Revue germanique internationale, 27 | 2018, 163-174.

Référence électronique

Lina Vidauskytė, « L’atmosphère acoustique : Johann Gottfried Herder et Immanuel Kant »Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1827 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1827

Haut de page

Auteur

Lina Vidauskytė

Lina Vidauskytė, philosophe, historienne, est maître de conférences à l’Université technologique de Kaunas (Lituanie).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search