Navigation – Plan du site

« Une jouissance revigorante qui imprègne toutes nos fibres ». Les enjeux esthétiques de la valorisation de l’ouïe chez Wilhelm Heinse

“An invigorating pleasure penetrating all our fibers”. The aesthetic stakes of the praise of hearing in Wilhelm Heinse
„Ein auf jede Fiber eindringender Genuss“. Die ästhetische Bedeutung von Wilhelm Heinses Aufwertung des Gehörs
Sylvie Le Moël
p. 175-187

Résumés

L’article se propose de remettre en perspective l’exaltation de l’ouïe chez Heinse permettant le triomphe en théorie de la musique sur les autres arts, dans le contexte du tournant anthropologique instauré par les travaux de Platner sur l’interaction entre matière et esprit. Heinse réfléchit sur la transmission de la sensation auditive au cerveau. Sa perspective physiologique est confortée par ses échanges avec Samuel Thomas Soemmering, en lien avec la discussion sur le sensorium commune. Il s’agit ensuite de montrer que Heinse ne s’en tient pas à l’apologie de la jouissance sensorielle, mais qu’il distingue plusieurs types d’écoute et prend ainsi en considération le caractère mesurable des sons et leurs effets en termes de lois acoustiques en s’efforçant de concilier les paramètres Schall et Ton.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Heinse et le paragone entre les arts
Le « tournant anthropologique » et la valorisation de l’ouïe
Modes de l’écoute musicale

Aperçu du texte

Wilhelm Heinse (1749-1803) est entré dans l’histoire littéraire comme auteur d’un roman philosophique publié en 1787, Ardinghello et les îles bienheureuses (Ardinghello und die glückseligen Inseln), que son sous-titre présente comme une « histoire italienne du xvie siècle ». L’œuvre a toutefois longtemps été principalement perçue comme un roman sur l’art (Kunstroman) voire de l’artiste (Künstlerroman), dans la mesure où les discussions sur les mérites comparés des chefs-d’œuvre plastiques antiques et des peintures italiennes modernes ainsi que des descriptions d’œuvres dans la tradition de l’ecphrasis y occupent au plan quantitatif une place prépondérante. Le succès de scandale de l’ouvrage causé par son « immoralisme esthétique » supposé a longtemps relégué dans l’ombre un autre roman de Heinse publié à la toute fin du siècle en 1795-96, Hildegard von Hohenthal, consacré à la musique et dont les protagonistes débattent des mérites des opéras italiens de la seconde moitié du xviiie ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Le Moël, « « Une jouissance revigorante qui imprègne toutes nos fibres ». Les enjeux esthétiques de la valorisation de l’ouïe chez Wilhelm Heinse », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 175-187.

Référence électronique

Sylvie Le Moël, « « Une jouissance revigorante qui imprègne toutes nos fibres ». Les enjeux esthétiques de la valorisation de l’ouïe chez Wilhelm Heinse », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1836 ; DOI : 10.4000/rgi.1836

Haut de page

Auteur

Sylvie Le Moël

Sylvie Le Moël est professeur en études germaniques à l’Université Paris-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals