Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27L’ouïe dans la grammaticographie ...

L’ouïe dans la grammaticographie allemande (xviiie siècle – début xixe siècle)

Hearing in German grammatography (18th – early 19th century)
Das Gehör in der deutschen Grammatikographie (18. Jahrhundert – Anfang des 19. Jahrhunderts)
Friederike Spitzl-Dupic
p. 189-203

Résumés

Cette étude traite de la conception de l’ouïe dans la grammaticographie allemande au xviiie siècle et au début du xixe siècle. Elle se concentre d’abord sur le retour de l’intérêt porté à l’ouïe dans la seconde moitié du xviiie siècle, illustré par deux ouvrages de référence de la grammaire allemande et philosophique (Johann Christoph Adelung 1782, Johann Severin Vater 1801). Dans un second temps, les grammaires générales d’August Ferdinand Bernhardi (1801-1803 ; 1805) sont analysées dans le détail : elles constituent non seulement une véritable synthèse de la pensée linguistique et philosophique des décennies précédentes, y compris de l’idéalisme transcendantal, mais dépassent ces analyses en intégrant entre autres une « philosophie des sons ». Celle-ci attribue à l’ouïe une importance primordiale pour l’origine du langage, l’évolution des langues, la compréhension, la production et la communication linguistiques, et plus largement l’épanouissement de l’esprit humain et des arts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Clémence Couturier-Heinrich pour l’organisation du colloque « L’ouïe dans la pensée eur (...)

1Cette étude1 analyse les approches de l’ouïe et l’importance qu’on lui accorde dans la pensée allemande au xviiie siècle et au tout début du xixe siècle. Elle se concentre plus précisément sur la relation entre l’ouïe et la pensée linguistique dans la grammaticographie, qui, à l’époque, est intimement liée à la pensée philosophique, rhétorique, poétologique. Pour repérer quelques jalons clés dans l’évolution de la théorisation de l’ouïe, on essaiera, dans un premier temps, d’identifier le rôle de l’ouïe dans la pensée linguistique avant l’ascension de la pensée sensualiste et romantique, puis, dans un deuxième temps, d’esquisser les approches concernant l’ouïe dans la grammaticographie sous l’influence sensualiste et romantique. L’analyse se focalisera ensuite sur l’approche particulièrement développée et, à nos yeux, originale d’August Ferdinand Bernhardi qui dessine dans ses deux grammaires générales publiées tout au début du xixe siècle une conception fondée essentiellement sur l’idéalisme transcendantal, que l’on pourrait qualifier de « holistique » et où l’ouïe joue un rôle central.

L’état de l’intérêt porté à l’ouïe dans la pensée linguistique avant la pensée sensualiste et romantique : présences et absences

  • 2 Voir Markus Hundt, „Spracharbeit“ im 17. Jahrhundert. Studien zu Georg Philipp Harsdörffer, Justus (...)
  • 3 Christian Puech, « L’arbitraire du signe comme méta-débat linguistique », Cahiers de linguistique a (...)
  • 4 Christian Wolff, Vernünfftige Gedanken. Von Gott, der Welt und der Seele des Menschen, auch allen D (...)

2Au xviie siècle, plusieurs penseurs germanophones du langage développent, sur fond de questionnement sur le langage originel voire les langues originelles, des approches incluant l’idée d’une genèse onomatopéique des graphonèmes ainsi que celle d’un phonosymbolisme pour lesquelles l’ouïe joue un rôle important2. Au cours de la première moitié du xviiie siècle, l’influence rationaliste, en Allemagne notamment l’influence de Christian Wolff, et l’influence empiriste, notamment celle de John Locke, sur la pensée linguistique conduisent à ce que ces idées soient largement contestées ou mises en sourdine, et, de ce fait, on observe une large absence d’intérêt concernant la théorisation du rôle de l’ouïe dans la production, la perception et la réception des sons linguistiques. La forme acoustique et graphique des signes linguistiques se trouve alors conceptualisée comme très largement voire entièrement arbitraire et conventionnelle et indépendante des références et concepts désignés3. Wolff souligne ainsi la distinction entre signes arbitraires et « signes naturels » : alors qu’un signe naturel a son origine dans une ultériorité ou une simultanéité systématique avec le désigné, par exemple la fumée en tant que signe du feu, les signes arbitraires proviendraient d’actes intentionnels. Les signes linguistiques font alors partie de cette dernière catégorie : « le fait qu’un mot et une idée soient simultanés l’un à l’autre ou que l’un suive l’autre, se fonde sur notre libre arbitre4. »

  • 5 Johann Bödiker, Grundsäze der Teutschen Sprache. Mit dessen eigenen und J. L. Frischens vollständig (...)
  • 6 Notons que cela ne correspond pas à la réalité linguistique. En effet, l’étymologie de Ruhe est ruo (...)
  • 7 Carl Friedrich Aichinger, Versuch einer teutschen Sprachlehre, Francfort-sur-le-Main, Kraus, 1754, (...)
  • 8 Johann Jacob Bodmer, Die Grundsätze der deutschen Sprache Oder : Von den Bestandtheilen derselben u (...)

3Cette approche se répercute dans les grammaires générales et les grammaires de l’allemand. La « forme acoustique », qui concerne directement l’ouïe, y est alors abordée au seul sein des chapitres sur l’orthographe lors de la présentation du rapport entre sons linguistiques et signes écrits ou, mais seulement de manière occasionnelle, à travers l’évocation d’aspects d’euphonie et de rythme. Ainsi, dans la grammaire de l’allemand de Bödiker5, largement répandue, on trouve énoncé le principe selon lequel une lettre écrite doit être prononcée, donc audible. Ceci est illustré entre autres par le mot Ruhe dont la prononciation devrait tenir compte du h, principe postulant donc que la forme écrite doit être accessible à l’ouïe6. Aichinger prône à l’inverse l’idée selon laquelle l’orthographe devrait suivre la prononciation7, une position qui se trouvera à son tour critiquée par Bodmer8 qui appelle à une harmonisation de l’orthographe et souligne que transcrire la prononciation conduirait à des orthographes régionalisées, par exemple à orthographier en basse Allemagne « Könijen jab Jod Stolz » pour Könige haben großen Stolz. Dans cette discussion, l’ouïe en tant que critère dans les choix de variations orthographiques joue ainsi de fait un rôle très secondaire voire inexistant.

  • 9 Johann Christoph Gottsched, Grundlegung einer Deutschen Sprachkunst, Leipzig, Breitkopf, 1748, p. 4 (...)
  • 10 Johann Christoph Gottsched, Versuch einer Critischen Dichtkunst [1730], Leipzig, Breitkopf, 1737.
  • 11 Voir par ex. Johann Jakob Breitinger, Critische Dichtkunst, 2 t., Leipzig, Breitkopf, 1740, t. 2, p (...)

4Si la grammaire de Johann Christoph Gottsched9 constitue ici une exception en accordant une réelle importance à l’ouïe et à la forme audible du langage, c’est qu’elle comporte un résumé de sa Critische Dichtkunst. En effet, les poétologues continuent à invoquer la force qu’exerce la nature sur les sons linguistiques et à s’intéresser au rôle de l’ouïe dans leur réception : ainsi, en tant que poétologue, Gottsched, pourtant très rationaliste et wolffien par ailleurs, affiche une telle disposition dès la page de titre de la deuxième édition de sa Critische Dichtkunst10, où un sous-titre indique qu’à travers toute l’œuvre il sera montré que « l’essence même de la poésie consiste dans l’imitation de la nature ». Dans le texte, Gottsched invoque alors dans un premier temps l’imitation du chant des oiseaux comme origine probable du langage humain mais il vise finalement surtout comme objet de l’imitation poétique l’expression directe des affects comme les cris, les pleurs, les manifestations de tristesse et de douleur, le rire etc. L’imitation poétique serait alors à même de provoquer ces mêmes affects à l’aide de sons linguistiques. Par ailleurs, les poétologues continuent aussi à souligner la nécessité de ne pas blesser l’oreille si l’on veut que les idées exprimées pénètrent l’âme de l’auditeur11, idée ayant sa source dans les Institutiones oratoriæ de Quintilien.

  • 12 Voir par exemple Christian Wolff, Vernünftige Gedancken von den Würckungen der Natur : den Liebhabe (...)
  • 13 Christian Wolff, Von Gott, Der Welt, p. 103-105.
  • 14 Christian Wolff, Vernünfftige Gedancken von dem gesellschaftlichen Leben der Menschen [1725], Halle (...)
  • 15 Ibid., p. 385.

5Notons aussi que si dans la théorie grammaticale, l’ouïe se trouve ainsi marginalisée, elle n’est pas absente dans d’autres cadres théoriques : Wolff lui-même n’expose pas seulement de manière détaillée une théorie de son fonctionnement anatomique12 mais il lui accorde une importance sociale et éducative dans différents écrits en soulignant par exemple son rôle pour la formation d’idées claires13, prônant l’éducation des enfants à la sensibilité sous forme d’un entraînement surtout de la vue et de l’ouïe, au même titre que l’exercice de la mémoire et de l’imagination14. Attribuant à la parole chantée une capacité supérieure à s’imprégner dans l’âme des spectateurs, Wolff se prononce également pour la mise en scène de spectacles musicaux, notamment de spectacles de chant. Celui-ci est censé favoriser ainsi la vie morale et l’éclairement des esprits15. En résumé : parmi les théoriciens du langage, seuls les poétologues semblent à cette époque accorder un réel poids à la question de la forme sonore du signe linguistique et au rôle que l’ouïe joue dans sa production et sa réception.

L’ouïe au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle : sous l’influence sensualiste et romantique

  • 16 Voir Anne Saada, « Der doppelte Diderot », in : Hans Erick Bödeker et Martin Gierl (éd.), Jenseits (...)

6Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, sous l’influence croissante de la pensée sensualiste, notamment des écrits de Condillac et de Diderot qui trouvent un large écho en pays germanophone16, sous l’influence aussi de la pensée romantique naissante, notamment celle du Traité sur l’origine du langage de Herder (1772) mais aussi sous celle de la conception linguistique des représentants du Sturm und Drang, on observe une attention croissante portée à l’ouïe dans la théorie philosophico-linguistique et grammaticale. Ainsi, l’appréhension des sons de la nature (tönende Natur) reliée à la question de l’origine des sons linguistiques et de leur réception / compréhension est régulièrement évoquée et discutée par les grammairiens et philosophes du langage à partir des années 1760. L’ouïe commence à constituer en effet aux yeux de certains savants le sens le plus important de l’être humain en tant qu’être de langage et en tant qu’être pensant et moral.

7À titre d’exemple, une recension publiée en 1777 dans l’importante revue de Friedrich Nicolai Allgemeine deutsche Bibliothek et portant sur trois ouvrages traitant de l’éducation des sourds-muets est introduite par la remarque :

  • 17 Johann Ludwig Ferdinand Arnoldi, « Praktische Unterweisung, taubstumme Personen reden und schreiben (...)

Étant donné que lors de l’éducation les idées nécessaires à l’instruction de l’homme trouvent leur accès à l’âme la plupart du temps par l’ouïe et étant donné que sans utilisation d’une langue des idées claires ne peuvent être obtenues ; ainsi, les personnes nées sourdes et muettes devraient être abandonnées sans espoir aux conséquences de leur naissance malheureuse si on appliquait dans le développement des forces de leur âme la méthode d’enseignement ordinaire17.

8Les indices suivants permettent aussi de se faire une idée de l’intérêt croissant pour l’ouïe. Alors que la première édition du dictionnaire philosophique de Johann Georg Walch (1726) n’a pas d’entrée « Gehör » (« Ouïe »), cette entrée apparaît dans la deuxième édition (1740)18 où elle occupe une colonne et demie pour finalement doubler de volume dans la version revue et augmentée de 177519. Une autre illustration de cette attention contemporaine portée à l’ouïe est le nombre de contributions dans les périodiques allemands des xviiie et xixe siècles : la banque de données mise en ligne par l’Université de Bielefeld20 recense 73 articles sur les sourds-muets, qui, tous sauf un datant de 1747, sont publiés pendant la deuxième moitié du xviiie et au tout début du xixe siècle (jusqu’en 1806). Sur ces 72 articles plus des deux tiers datent des années 1780-1806. La montée en puissance de cette réflexion apparaît ainsi clairement.

  • 21 Johann Heinrich Lambert, Neues Organon, oder Gedanken über die Erforschung und Bezeichnung des Wahr (...)
  • 22 Carl (= Karl) Philipp Moritz, Deutsche Sprachlehre für die Damen. In Briefen, Berlin, Wever, 1782, (...)
  • 23 Johann Werner Meiner, Versuch einer an der menschlichen Sprache abgebildeten Vernunftlehre oder phi (...)
  • 24 Georg Michael Roth, Antihermes oder philosophische Untersuchung über den reinen Begriff der menschl (...)
  • 25 Johann Georg Christoph Neide, Über die Redetheile. Ein Versuch zur Grundlegung einer allgemeinen Sp (...)

9Dans notre corpus d’ouvrages grammaticaux, la répercussion de cette discussion est très variable. Certains grammairiens comme Johann Heinrich Lambert en 176421 et Karl Philipp Moritz en 178222, par exemple, consentent à l’idée selon laquelle les premiers sons linguistiques auraient un caractère imitatif de la nature sonore mais réfutent explicitement l’hypothèse de la systématicité de ce processus dans l’évolution ultérieure des langues naturelles. Lambert en développe des contre-arguments comme l’ambiguïté des référents, la différence des impressions subjectives et la nécessité de créer et de désigner des concepts abstraits. D’autres grammairiens conservent le modèle du signe linguistique wolffien, comme Johann Werner Meiner23 dans sa grammaire générale de 1781, qui n’attribue aucune place à la réflexion sur le rôle de l’ouïe au sein de son analyse. Une pareille absence mais sur des fondements théoriques différents peut aussi être observée dans certaines grammaires résolument transcendantalistes, publiées à la suite de la Critique de la raison pure d’Immanuel Kant (1781), comme celles de Roth24 et de Neide25, Roth allant jusqu’à déclarer que les formes linguistiques en général ne relèvent pas du domaine de la grammaire générale. D’autres grammairiens, en revanche, dont certains représentants importants de la grammaire allemande et de la grammaire générale, i.e. Johann Christoph Adelung, Johann Severin Vater et, surtout, August Ferdinand Bernhardi, attribuent dans leurs ouvrages une place centrale à l’ouïe. Tous s’inspirent de Johann Gottfried Herder et de son traité sur l’origine du langage, Adelung s’appuyant de plus sur des écrits sur les sourds-muets, Bernhardi intégrant les différents courants contemporains en fondant sa grammaire principalement sur l’idéalisme transcendantal.

L’ouïe dans les grammaires de Johann Christoph Adelung

  • 26 Johann Christoph Adelung, Deutsche Sprachlehre, Berlin, Voß & Sohn, 1781 ; Johann Christoph Adelung (...)
  • 27 Voir par exemple Bernd Naumann, Grammatik der deutschen Sprache zwischen 1781 und 1856. Die Kategor (...)
  • 28 Johann Christoph Adelung, Lehrgebäude, vol. 1, p.177-244.

10Adelung, auteur des grammaires de référence26 de son époque et l’un des principaux fondateurs de la grammaire scolaire allemande moderne27, intègre à la seconde édition de sa grammaire en deux tomes un long chapitre sur l’origine du langage28 où il affirme :

  • 29 Ibid., p. 206.

§.62. La première invention du langage s’appuyait entièrement sur l’ouïe, souvent à tel point que l’expression de tous les autres sens était négligée. De cette manière, l’homme grossier vivant dans l’état de nature acquit très vite des représentations claires des objets extérieurs dès lors qu’ils affectaient ce sens29.

  • 30 Ibid., p. 190.
  • 31 Pour une explication de cette absence chez Herder, voir Astrid Gesche, Johann Gottfried Herder : Sp (...)

11Ayant pris goût aux « idées claires », l’homme primitif, qu’Adelung compare à cet égard aux sourds-muets, transfère selon lui cette démarche sur d’autres objets qui n’affectent pas l’ouïe, si bien que l’ouïe est, selon Adelung, indispensable à l’usage d’une langue : « les mots ne sont à proprement parler rien d’autre que des indices audibles des choses30. » En se référant explicitement au traité de Herder et en plus, contrairement à Herder31, aux discussions concernant les sourds-muets, Adelung réfute également l’idée selon laquelle les mots d’une langue seraient issus de l’expression de sensations internes (« cris des passions » dans le vocabulaire de Rousseau et de Herder) ou de l’imposition de « sons arbitraires » :

  • 32 Johann Christoph Adelung, Lehrgebäude, vol. 1, p.192.

Les objets extérieurs, qui sont la source et l’origine de toute notre connaissance, sont perçus de cinq manières différentes. Seulement, si notre représentation des choses doit être exprimée par le langage, ou, ce qui revient au même, comporter une caractéristique audible, la caractéristique identifiée doit elle-même être sonore ou audible, puisqu’autrement, rien dans l’objet ne saurait être identifié à travers l’audible. Ainsi, essentiellement et à l’origine, le langage ne peut être rien d’autre que l’expression audible des caractéristiques audibles des objets, ou l’imitation des sons de la nature32.

  • 33 Ibid., p. 206.
  • 34 Ibid., p. 238.

12Adelung fait ensuite sienne l’idée selon laquelle le développement ultérieur des langues se fonde de moins en moins sur l’ouïe mais, graduellement, sur les autres sens, avec, en premier lieu, la vue, puis sur l’analogie et l’abstraction33, rendant alors largement inaccessibles les motivations initiales des signes. Ces observations lui permettent de réfuter l’origine divine ou métaphysique des langues et de les présenter, au contraire, comme bien moins arbitraires que certains, dit-il, le prétendent : « [les langues] reposent originellement sur des ressemblances obscurément ressenties, et bien que, plus tard, beaucoup de choses aient été clarifiées et précisées dans la représentation, l’expression elle-même n’a pas pu suivre partout, puisqu’elle ne pouvait exprimer au fond que l’audible34. »

  • 35 Ibid., p. 245-267.

13Cette importance accordée à l’ouïe reste également présente dans l’analyse « synchronique » de l’allemand dans la mesure où Adelung invoque « l’accent » (« Ton »), et notamment l’accent du mot dans différents contextes – l’orthographe, l’euphonie, et, surtout, la formation des mots – comme critère expliquant voire validant ou invalidant telle ou telle forme. Il intègre ainsi dans la même édition un chapitre entier intitulé « L’accentuation des mots35 » où les raisonnements s’appuient souvent sur une perspective diachronique. Un traitement si détaillé de cet aspect n’a rien d’usuel dans la grammaticographie.

L’ouïe dans la Grammaire générale de 1801 de Johann Severin Vater

  • 36 L’importance que Vater accorde à cette question apparaît à travers sa mention dans le titre même de (...)

14Vater, slaviste et orientaliste renommé, consacre également, dans sa première grammaire générale, publiée en 1801, un long chapitre à la question de l’origine du langage et de la genèse des langues complexes, qui, lui aussi, est fortement inspiré par le traité de Herder36. Vater, lui, présuppose que les langues se sont constituées d’un côté par une imitation onomatopéique des sons de la nature, attribuant donc un rôle dominant à l’ouïe, et de l’autre, par l’usage intentionnel de sons qui ont fini par s’imposer grâce à l’habitude. Cependant, contrairement à Adelung, Vater sépare très rigoureusement cette approche génétique de la théorisation des signes linguistiques et, plus largement, du fonctionnement des langues en général dans le cadre de son projet de grammaire générale. Dans une perspective non génétique – c’est-à-dire, en termes modernes, « synchronique » –, il souligne ainsi qu’en général, seul le caractère conventionnel et habituel des signes peut garantir et expliquer leur signification stable :

  • 37 Ibid., p. 25.

Mais tous les mots de notre langue ne trahissent pas, loin s’en faut, leur signification par leur sonorité ; les idées que nous voulons désigner pour autrui ne peuvent, pour une grande partie d’entre elles, pas correspondre à un son provenant d’une quelconque imitation reconnaissable ni d’un son ni d’un effet sur notre perception. Seul le fait que plusieurs personnes prennent l’habitude commune d’un son donné peut avoir fixé la signification d’un mot, dans laquelle il nous est compréhensible à nous et aux autres et éveille en nous et pour les autres une même idée constante37.

15L’ouïe reste ainsi au centre de l’intercompréhension des locuteurs et en constitue la condition sine qua non mais l’origine de la plupart des signes linguistiques ou « sons articulés » est cependant conçue comme très largement déconnectée et indépendante de la perception ou de la reproduction de la « nature sonore ».

L’ouïe dans les grammaires générales d’August Ferdinand Bernhardi

  • 38 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre. Erster Theil : Reine Sprachlehre ; Zweiter Theil : Angewan (...)
  • 39 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe der Sprachwissenschaft, Berlin, Frölich, 1805.
  • 40 Brigitte Schlieben-Lange et Harold Weydt, « Auguste [sic] Ferdinand Bernhardi (1770-1820) », Histoi (...)
  • 41 Friederike Spitzl-Dupic, « Diskontinuitäten in der sprachtheoretischen Behandlung der “articuli(e)r (...)

16L’intérêt et l’importance accordés à l’ouïe trouvent un réel apogée dans les grammaires générales d’August Ferdinand Bernhardi, raison pour laquelle elles sont analysées ici de manière plus approfondie. Il s’agit de la très volumineuse Sprachlehre – plus de 800 pages en deux tomes, publiés respectivement en 1801 et 180338 – et des Anfangsgründe der Sprachwissenschaft en 432 pages publiés en 180539. Bernhardi ayant conçu le deuxième ouvrage comme un complément du premier, ils seront traités ici comme formant un seul corpus. La Sprachlehre est considérée par Brigitte Schlieben-Lange et Harold Weydt comme une « synthèse […] de la théorie linguistique des Lumières en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne […] sous le signe de l’idéalisme allemand40 », la dérivation des formes linguistiques adoptant en effet des aspects du sensualisme, du romantisme et du criticisme transcendantal. En réalité, plus qu’une synthèse, on peut y observer un dépassement de la pensée grammaticale contemporaine. En effet, Bernhardi ouvre l’analyse entre autres à la dimension textuelle et à l’art, en s’appuyant non seulement sur une analyse des opérations mentales mais aussi sur le fonctionnement sensible et physique de l’être humain. En cela, l’approche est en rupture avec la tradition des grammaires générales dans laquelle ces ouvrages s’inscrivent41.

  • 42 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 7.
  • 43 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 272.
  • 44 Ibid., p. 8.
  • 45 Voir Friedrich Wilhelm Joseph Schelling, System des transcendentalen Idealismus, Tübingen, Cotta, 1 (...)

17Bernhardi dépasse également les conceptions antérieures en incorporant à sa réflexion une réelle approche historique du langage compris comme un « tout progressif42 », un « organe » de la raison humaine43 et un « organisme44 ». Il est d’ailleurs le premier parmi les théoriciens du langage à adopter cette métaphore introduite par Friedrich Wilhelm Joseph Schelling dans sa philosophie de la nature45. Bernhardi élabore ainsi une théorie de la façon dont les langues ont pu voire dû arriver à l’existence, dont elles ont pu évoluer, et aussi de la façon dont elles reflètent le monde, d’une part, tel qu’il se présente à l’homme à travers son appareil de cognition, comportant, selon le modèle kantien, les strates sensibilité, formes de l’intuition, imagination, entendement et raison, et, d’autre part, tel que l’homme le conçoit et se l’approprie en jouissant de sa liberté transcendantale.

  • 46 Voir Johann Gottlieb Fichte, « Von der Sprachfähigkeit und dem Ursprung der Sprache », in : Friedri (...)
  • 47 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 11-17.
  • 48 Ibid., p. 34.

18L’existence des signes linguistiques découle alors selon Bernhardi, qui suit ici Fichte, du fait que l’être humain participe à « l’intelligence absolue » constituant la source de son besoin de « s’unir en tant qu’intelligence aux autres intelligences46 ». Ce besoin l’oblige, en tant qu’être sensible, pourvu d’une « raison finie », « relié à un corps », « soumis au temps » et « oppressé par des conditions empiriques », à se servir d’un moyen de matérialisation en vue de la « présentation de ses représentations » (« Darstellung der Vorstellungen »)47. Dans la perspective historique et génétique, le matériau identifié comme le plus approprié est de type sonore, car la genèse du langage ne peut, selon Bernhardi, être conçue que comme une « imitation totale48 » de ce qui affecte l’appareil sensitif dont, en tout premier lieu, l’ouïe. En introduction à sa première grammaire, l’auteur pose ainsi une question qui, tout au long de son analyse, sera sous-jacente à son approche du son linguistique :

  • 49 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 6.

D’où vient que l’air en mouvement, lorsqu’il touche l’oreille en tant que son, a la force de descendre dans l’esprit et d’y provoquer, comme le vent au-dessus de l’eau, tantôt un doux frisottement, tantôt des vagues en furie ? Et par quelle magie le poète, à l’aide du langage, émeut-il notre âme la plus profonde par des êtres de son imagination, pourquoi aimons-nous, haïssons-nous, rions-nous, pleurons-nous, tremblons-nous et sommes-nous effarés selon son bon vouloir49 ?

  • 50 Ibid., p. 85.
  • 51 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 2, p. 247.

19Pour y répondre, Bernhardi procède à une analyse de la condition cognitive, qui inclut l’appareil sensible, et, pour finir, des sons linguistiques eux-mêmes, présentés comme constituant un « système des sons50 », auquel il attribue une place tout à fait essentielle, qui se traduit aussi quantitativement. Dans la grammaire de 1801-1803, le chapitre spécifique sur « Le langage comme son et comme élément dans des séries de sons51 » comporte, à lui seul, autour de 250 pages sur 800.

  • 52 Ibid., p. 395.

20Cette réflexion sur les « sons articulés » porte, d’un côté, sur la sensibilité et son rôle au sein de l’appareil cognitif pour l’origine du langage et, de l’autre, sur ce qui est l’essence même du langage selon Bernhardi, c’est-à-dire l’association de significations à des « sphères sonores52 ». Dans l’introduction de la première grammaire, Bernhardi entreprend ainsi de définir l’homme comme être de la nature et comme être doué de raison, raison qui, selon la perspective transcendantale, englobera finalement l’être sensible, puisque la sensibilité ne fournit que le matériau transformé par les différentes facultés supérieures de l’esprit en concepts et représentations. Mais Bernhardi propose néanmoins – contrairement à Kant qui, dans la phase de la philosophie critique ne traite plus des différents sens – une analyse approfondie du fonctionnement de la sensibilité, expliquant, pour rétablir la cohérence avec le modèle transcendantal, que même si l’homme n’a pas accès à un monde extérieur il en a l’illusion et qu’ainsi, on peut avec profit suivre cette illusion pour comprendre le fonctionnement de l’esprit. Le monde extérieur est alors supposé affecter l’homme, en tant qu’être sensible, et provoquer en lui des modifications qui conduisent, à travers la synthèse opérée par l’imagination, à l’intériorisation et à l’appropriation de ses sensations sous la forme de représentations.

  • 53 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 23.
  • 54 Ibid., p. 78. Bernhardi peut s’inspirer ici entre autres de Ludwig Heinrich Jakob, Grundriß der Erf (...)
  • 55 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 23.
  • 56 Voir par exemple Johann Gottfried Herder, Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, vol. (...)
  • 57 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 26.

21Bernhardi propose alors une analyse des différents sens en prenant comme critère, suivant en cela également Fichte et Herder, la « finesse » des sens ainsi que leurs actions et leurs effets. Comme Herder, il stipule que le sens le plus « grossier » mais aussi le plus fondamental est le toucher, réparti sur tout le corps, intervenant directement pour la mise en alerte face aux dangers et affecté seulement par le contact physique. Le toucher ne nous renseigne pas sur les objets en tant que tels mais seulement sur leurs contours, leurs formes et leur extension, expérience rendue possible par la forme intuitive de l’espace et par l’association avec la vue qui perçoit les figures (Gestalt) et les couleurs. L’effet du monde extérieur sur le toucher est comparé à un « ébranlement semblable à celui de cordes vibrantes » (« saitenartige Erschütterung »), métaphore couramment employée à l’époque dans les traités sur le fonctionnement nerveux53. Bernhardi l’appliquera d’ailleurs, dans un deuxième temps, à tous les sens, en les considérant, afin d’unifier l’analyse de la sensibilité humaine et de pouvoir expliquer la « traduction » dans le langage des affectations de tous les sens, comme « des modifications, en quelque sorte des dérivations » d’un « sens élémentaire » (« Elementarsinn »)54. Le goût est également présenté comme servant surtout à la survie en permettant d’identifier la qualité des mets ; l’odorat, s’associant en cela au goût, est présenté comme un sens plus fin dans la mesure où il n’est pas en contact direct avec les phénomènes qui l’affectent55. Les sens les plus « nobles » sont, comme chez Herder56, mais ici toujours sur fond d’approche transcendantaliste, la vue et l’ouïe : sans contact direct avec la réalité qui les affecte, ils sont plus intimement reliés à l’intériorité de l’homme et, partant, à sa liberté et aux facultés supérieures de l’esprit. De plus, ces deux sens participent certes à la mise en éveil face aux dangers mais également à la sphère du plaisir esthétique, besoin humain considéré par Bernhardi comme supérieur à celui de la survie. Sur l’échelle des sens, la vue est présentée dans un premier temps comme le sens le plus noble car, contrairement à l’ouïe qui est incapable de se fermer au monde extérieur, elle peut se soustraire à l’affection par les phénomènes, elle peut s’orienter librement et participe ainsi à la liberté humaine. De plus, la vue unifie les affections des autres sens en attribuant une forme unique à ce qui peut être entendu, goûté, senti, touché. Dans cette perspective, la vue domine le monde sensible en se subordonnant les sensations des autres sens et en leur attribuant une unique sphère qui les contient, produisant ainsi le « premier organe » de la sensibilité qui est l’espace57.

  • 58 Ibid.
  • 59 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 19.
  • 60 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 26-27.
  • 61 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 18-19.

22Comparée à la vue, l’ouïe, dit Bernhardi, paraît plus pauvre en raison de l’aspect extérieur de l’organe lui-même – l’oreille évoquant plus la réception que la communication – et en raison de son medium, le son, qui serait moins modulable et moins varié que les formes et les couleurs58. Mais la « noblesse » de l’ouïe s’explique et, finalement, s’impose. Non seulement, l’ouïe est quasiment infatigable mais elle est en alerte permanente. Les vibrations de l’air, c’est-à-dire les sons qui l’affectent, n’ont pas besoin d’un medium supplémentaire comme la vue qui a besoin de lumière pour être active et activée59. De plus, en raison du caractère successif des sons, l’ouïe, en s’associant à la vue, est également à l’origine de la notion de temps, le « second organe de la sensibilité » : « Le mouvement est le temps rendu sensible dans l’espace60. » Comparée aux affections de la vue, la perception des sons est également plus « pure » et « plus intense » car les vibrations de l’air provoquent des sensations immédiates, semblables en cela à celles du toucher, qui, nous l’avons vu, est le sens considéré comme fondamental. L’ouïe se trouve ainsi rapprochée d’une part du sens fondamental, le toucher, et, de l’autre, du sens le plus libre, la vue, si bien que Bernhardi en arrive à la placer au sommet de l’échelle des sens. Si cet exposé détaillé en faveur de l’ouïe peut surprendre à une époque où ce sens est communément admis comme le plus important, il s’explique probablement par le modèle transcendantaliste qui, lui, ne favorise aucun des sens et qui met au même plan les formes de l’intuition temps et espace, directement reliées, selon Bernhardi, à la vue et à l’ouïe. Concernant les sons eux-mêmes affectant l’ouïe, Bernhardi distingue premièrement les bruits provoqués par la nature non animée (« Geräusche »), deuxièmement l’expression directe, pure des affections (« Empfindungen ») par des sons (« Töne ») que l’homme partage avec les animaux, et troisièmement les « sons articulés » (« articulirte Töne ») propres à l’homme, qu’il appelle aussi « signes de l’ouïe » (« Gehörszeichen ») et qui correspondent aux signes linguistiques61. Comme évoqué plus haut, ceux-ci sont formés initialement par imitation des « accidents » de la nature sonore, processus auquel s’ajoutent l’exploitation d’analogies entre les affections des différents sens, puis la métaphorisation pour les concepts abstraits et enfin la convention sur la base d’un système linguistique en élaboration avancée.

23Sur cet arrière-fond, Bernhardi construit alors l’argumentaire selon lequel le son en tant que signe constitue le moyen le plus apte à présenter les contenus de notre esprit :

    • 62 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 63.

    il affirme que « toute la nature est sonore » et qu’ainsi toutes nos représentations du monde extérieur doivent pouvoir « se résoudre en sons62 » ;

    • 63 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 34.

    en raison de cette nature « entièrement sonore » et partant également de l’idée évoquée ci-dessus de l’origine du langage comme « imitation totale » de ce qui affecte l’appareil sensitif63, Bernhardi souligne que celui-ci est essentiellement et fondamentalement affecté à travers l’ouïe ;

    • 64 Ibid., p. 62-63.

    une comparaison des signes audibles avec les signes visuels sert à Bernhardi pour signaler que ces derniers ont besoin d’un support matériel et s’adressent ainsi plus directement à l’imagination, faculté d’esprit inférieure, tandis les sons, en raison de leur médium moins physique, sollicitent plus directement l’activité de l’entendement, faculté supérieure de l’esprit64 ;

    • 65 Ibid., p. 64.

    dans ce même sens, Bernhardi souligne que les sons ne se présentent jamais à notre appareil cognitif comme des objets en soi mais comme des accidents de substances, et cette absence de « substantialité » contribue également à l’activité de l’entendement, tout en réduisant celle de l’imagination65 ;

    • 66 Ibid., p. 27 et 65. Bernhardi renvoie (p. 27) à Ludwig Tieck et Wilhelm Heinrich Wackenroder, Phant (...)

    les sons linguistiques sont considérés comme musicaux dans leur essence et ainsi intimement liés à la sphère esthétique66, primordiale pour l’être humain (voir ci-dessus).

  • 67 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 87-88 et 105-106.

24Ainsi, l’ouïe, le sens affecté par les sons, se trouve, du moins dans un premier temps, instaurée au cœur de l’analyse de la condition humaine et, partant, de l’analyse linguistico-grammaticale. Outre leur impact direct sur l’ouïe, les « signes de l’ouïe » se prêtent parfaitement non seulement à présenter les représentations mais aussi à les communiquer dans la mesure où tout locuteur et tout auditeur suppose en face de lui un être organisé comme lui pourvu de la même sensibilité et du même entendement, éprouvant le même besoin essentiel de « présenter ses représentations », l’intercompréhension se manifestant d’ailleurs par la possibilité de renverser les rôles entre l’auditeur et le locuteur67.

  • 68 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 72.
  • 69 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 2, p. 255.

25De plus – et c’est ce qui distingue fondamentalement l’approche de Bernhardi de celle de ses prédécesseurs auteurs de grammaires générales –, l’intercompréhension qui se fonde ainsi sur l’organisation analogue du système mental et sensible se trouve soutenue par la signification que Bernhardi attribue à l’organisation sonore du langage, des langues et de leur prononciation, reflétant l’organisation humaine articulée en sphères extérieure et intérieure. Bernhardi suppose ainsi deux types fondamentaux de sons, chacun pourvu d’une signification élémentaire : « Les voyelles expriment la sensation, […] le mouvement intérieur, égal, poussant vers l’extérieur. […] Les consonnes désignent donc l’extérieur même, ce qui est figé et ce qui se prolonge68. » Il va plus loin en formant l’hypothèse de l’existence d’un « alphabet originel » (« Uralphabet ») comportant un nombre infini de modifications possibles, puis celle de la possibilité d’une « philosophie de l’alphabet » qui formulerait les significations fondamentales associées aux sons articulés : il s’agirait de « significations vagues » en raison de la variété infinie du perceptible et du désignable mais néanmoins pourvues d’une certaine stabilité69. À titre d’exemples, voici ces significations pour les voyelles :

  • [u] (U en allemand) signifie lenteur, désagrément, terreur, horreur, peur, angoisse,

  • A « est la voyelle sur laquelle repose la voix naturelle et elle exprime la sensation sans passion, dans une allure qui avance de manière régulière » ; elle signifie clarté, vérité, son, écho ;

  • I « exprime toutes les affections brusques et rapides » ;

  • O, proche de A et de U, exprime « une sensation lente » ou encore « la terreur érigée en clarté […] grandeur, complétude harmonique » ;

    • 70 Ibid., p. 266.

    E occupe une place médiane entre la clarté de la voyelle A et la rapidité de la voyelle I et elle exprime petitesse, indifférence, perturbation70.

  • 71 August Wilhelm Schlegel, « Betrachtungen über Metrik. An Friedrich Schlegel » [deuxième moitié des (...)
  • 72 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 107.
  • 73 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 2, p. 268. L’alphabet désigne ici le système des sons (...)

26Si Bernhardi reprend en cela partiellement les réflexions d’August Wilhelm Schlegel, il n’adopte pas pour autant l’ironie de celui-ci qui qualifie ces correspondances de « badinerie de l’imagination71 ». Au contraire, conscient de la très large non-conformité de ces correspondances avec la réalité observable des langues, il explique les divergences par l’évolution historique et par le fonctionnement des facultés supérieures de l’esprit. Celles-ci peuvent se libérer et, dans des stades évolués des langues, se libèrent de fait entièrement des données fournies par l’imagination, en constituant alors des signes entièrement arbitraires et conventionnels72. Mais Bernhardi reste convaincu de la présence de ces correspondances phonosymboliques dans les mots racines des langues évoluées, raison pour laquelle il appelle à l’élaboration d’une philosophie de « l’alphabet de chaque langue73 ».

27Ainsi, en traitant de la poésie et de la prose, sur l’arrière-fond de l’idée empruntée à Schelling qu’une œuvre d’art réalise l’expression d’un sentiment principal, il réinvestit et élargit aussi ces hypothèses. Il prend l’exemple d’une pièce de théâtre dans laquelle un personnage ferait le récit d’un évènement effrayant. Selon lui, la voix de ce personnage

  • 74 Ibid., p. 271.

sombrerait nécessairement vers le U [c’est-à-dire [u], FSD] et toutes les voyelles qui figureraient dans ce récit seraient certes prononcées selon leur intervalle, de sorte que la modulation de la voix exigée par ces voyelles resterait intacte, mais elles se retrouveraient toutes dans l’étendue du U, qui deviendrait le ton sur lequel tout le récit serait prononcé, et le caractère propre au U s’étendrait ainsi à l’ensemble74.

28Bernhardi relie cette observation à l’art de la déclamation, qui trouve selon lui sa vraie source expressive dans ces propriétés des sons articulés. On peut ainsi supposer que ces propriétés s’imposent à l’auditeur selon le modèle de réciprocité dans la communication évoqué plus haut.

  • 75 Ibid., p. 258-259.
  • 76 Ibid., p. 261.

29Notons pour finir que Bernhardi double ce phonosymbolisme d’un volet physio-anatomique où la conception de l’appareil phonatoire vient renforcer la symbolique des sons articulés. Il affirme ainsi à propos des voyelles en général : « lors de leur prononciation, tous les organes de la parole restent passifs et forment une longue ligne à travers laquelle le souffle, le vrai symbole de la sensation, peut être expiré sans encombre75. » Les différentes voyelles sont également mises en relation avec les spécificités de leur production ; par exemple concernant le « U » / [u], Bernhardi indique que « l’allongement des lèvres » rallonge au maximum le trajet de l’air expiré, ce qui correspond à « la sensation qui se détache difficilement de l’intérieur de la poitrine et avance lentement », d’où la signification de calme et de lenteur que l’on peut identifier pour ce son (voir supra)76. L’auteur en arrive ainsi à une théorie linguistique idéalo-transcendantaliste dont le cœur « sensible » est l’ouïe et son affection par les sons. Cette théorie intègre les plans diachronique et synchronique et englobe l’ensemble des facteurs intervenant dans la constitution, la production, la réception des « sons articulés », à savoir l’ensemble de l’appareil sensitif, les différentes facultés de l’esprit et l’appareil phonatoire. Cette théorie s’applique, partant, à la compréhension et à la réussite de la communication.

Conclusion

  • 77 Par exemple chez Charles de Brosses, Traité de la formation mécanique des langues et des principes (...)
  • 78 Voir également à ce propos, en plus de Christian Puech, op. cit., André Chervel, « Le débat sur l’a (...)

30L’étude a fait apparaître que l’ouïe joue un rôle grandissant dans la pensée linguistique grammaticale allemande du xviiie siècle et que certains grammairiens de la deuxième moitié du siècle lui attribuent une fonction fondamentale. Cependant, celle-ci reste alors surtout confinée à la question de l’origine des langues ou du langage. L’approche de Bernhardi constitue à cet égard un dépassement des conceptions grammaticales antérieures car l’ouïe est ici non seulement constitutive dans l’émergence du langage et des langues mais garde une place essentielle dans la production et l’effet des sons articulés des langues développées. Si Bernhardi s’inspire du sensualisme, de l’empirisme et du romantisme européens, tous sensibles au rôle de l’appareil sensitif humain, il semble être le seul à construire une telle théorie phonosymbolique et – en termes modernes – énactive fondée sur le transcendantalisme kantien et l’idéalisme fichtéen. Ses successeurs grammairiens ne le suivront d’ailleurs pas dans cette voie précise. Cependant, son approche s’inscrit dans la continuité des conceptions phonosymboliques non seulement passées77 mais aussi ultérieures, notamment au sein de la linguistique historique et comparée dans les pays germanophones au cours du xixe siècle78. Le rôle précis accordé à l’ouïe dans ces approches mériterait d’ailleurs d’être précisé par des recherches futures.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Clémence Couturier-Heinrich pour l’organisation du colloque « L’ouïe dans la pensée européenne au xviiie siècle » (Amiens, 9-11 mars 2017), où cette étude a été esquissée sous forme orale, et tous les participants du colloque pour leurs remarques importantes qui enrichissent ce texte.

2 Voir Markus Hundt, „Spracharbeit“ im 17. Jahrhundert. Studien zu Georg Philipp Harsdörffer, Justus Georg Schottelius und Christian Gueintz, Berlin, de Gruyter, 2000, p. 190-193.

3 Christian Puech, « L’arbitraire du signe comme méta-débat linguistique », Cahiers de linguistique analogique 1 (Philippe Monneret (éd.), Le mot comme signe et comme image. Lieux et enjeux de l’iconicité linguistique), 2003, p. 156-171.

4 Christian Wolff, Vernünfftige Gedanken. Von Gott, der Welt und der Seele des Menschen, auch allen Dingen überhaupt, Halle, Renger, 1720, p. 139-140.

5 Johann Bödiker, Grundsäze der Teutschen Sprache. Mit dessen eigenen und J. L. Frischens vollständigen Anmerkungen durch neue Zusäze vermehret von J. J.Wippel, Berlin, Nicolai, 1746, p. 17.

6 Notons que cela ne correspond pas à la réalité linguistique. En effet, l’étymologie de Ruhe est ruowa (vers 800), ruo(we) (moyen-haut allemand), le h est donc ultérieur et correspond à l’allongement de la voyelle : [ˈʀuːə].

7 Carl Friedrich Aichinger, Versuch einer teutschen Sprachlehre, Francfort-sur-le-Main, Kraus, 1754, p. 38.

8 Johann Jacob Bodmer, Die Grundsätze der deutschen Sprache Oder : Von den Bestandtheilen derselben und von dem Redesatze, Zurich, Drell, Geßner & Comp., 1768, p. 116.

9 Johann Christoph Gottsched, Grundlegung einer Deutschen Sprachkunst, Leipzig, Breitkopf, 1748, p. 449-543.

10 Johann Christoph Gottsched, Versuch einer Critischen Dichtkunst [1730], Leipzig, Breitkopf, 1737.

11 Voir par ex. Johann Jakob Breitinger, Critische Dichtkunst, 2 t., Leipzig, Breitkopf, 1740, t. 2, p. 21.

12 Voir par exemple Christian Wolff, Vernünftige Gedancken von den Würckungen der Natur : den Liebhabern der Wahrheit mitgetheilet [1723], 5e édition, Halle, Renger, 1746, p. 699-709.

13 Christian Wolff, Von Gott, Der Welt, p. 103-105.

14 Christian Wolff, Vernünfftige Gedancken von dem gesellschaftlichen Leben der Menschen [1725], Halle, Renger, 1736, p. 61.

15 Ibid., p. 385.

16 Voir Anne Saada, « Der doppelte Diderot », in : Hans Erick Bödeker et Martin Gierl (éd.), Jenseits der Diskurse Aufklärungspraxis und Institutionenwelt in europäisch komparativer Perspektive, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2007, p. 167-189. Elle montre que notamment les écrits précoces de Diderot suscitent plus d’intérêt en Allemagne qu’en France, p.169-172, 179.

17 Johann Ludwig Ferdinand Arnoldi, « Praktische Unterweisung, taubstumme Personen reden und schreiben zu lehren : Rezension », in : Friedrich Nicolai (éd.), Allgemeine deutsche Bibliothek, t. 32, 1777, (p.225-229), p. 226.

18 Elle fait ici probablement aussi écho à l’entrée « Gehör » dans la grande encyclopédie de Zedler (Johann Heinrich Zedler, Universal-Lexicon aller Wissenschafften und Künste, t. 10, G-GL, Halle et Leipzig, Zedler, 1735, colonnes 617-627).

19 Johann Georg Walch, Johann Jakob Brucker, Justus Christian Hennings, Johann Georg Walchs philosophisches Lexicon, Leipzig, Gleditsch, 1775, colonnes 1511-1514.

20 URL : http://www.ub.uni-bielefeld.de/diglib/aufklaerung/index.htm

21 Johann Heinrich Lambert, Neues Organon, oder Gedanken über die Erforschung und Bezeichnung des Wahren und dessen Unterscheidung vom Irrthum und Schein, 2 t., Leipzig, Wendler, 1764, t. 2, p. 13-14.

22 Carl (= Karl) Philipp Moritz, Deutsche Sprachlehre für die Damen. In Briefen, Berlin, Wever, 1782, p. 42, 166-170.

23 Johann Werner Meiner, Versuch einer an der menschlichen Sprache abgebildeten Vernunftlehre oder philosophische und allgemeine Sprachlehre, Leipzig, Breitkopf, 1781.

24 Georg Michael Roth, Antihermes oder philosophische Untersuchung über den reinen Begriff der menschlichen Sprache, Francfort-sur-le-Main, Neue Buchhandlung, 1795.

25 Johann Georg Christoph Neide, Über die Redetheile. Ein Versuch zur Grundlegung einer allgemeinen Sprachlehre, Züllichau, Frommann, 1797.

26 Johann Christoph Adelung, Deutsche Sprachlehre, Berlin, Voß & Sohn, 1781 ; Johann Christoph Adelung, Umständliches Lehrgebäude der Deutschen Sprache, zur Erläuterung der Deutschen Sprachlehre für Schulen, 2 t., Leipzig, Breitkopf, 1782.

27 Voir par exemple Bernd Naumann, Grammatik der deutschen Sprache zwischen 1781 und 1856. Die Kategorien der deutschen Grammatik in der Tradition von Johann Werner Meiner und Johann Christoph Adelung, Berlin, Erich Schmidt (Philologische Studien und Quellen 114), 1986.

28 Johann Christoph Adelung, Lehrgebäude, vol. 1, p.177-244.

29 Ibid., p. 206.

30 Ibid., p. 190.

31 Pour une explication de cette absence chez Herder, voir Astrid Gesche, Johann Gottfried Herder : Sprache und die Natur des Menschen, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1993, p. 53-54.

32 Johann Christoph Adelung, Lehrgebäude, vol. 1, p.192.

33 Ibid., p. 206.

34 Ibid., p. 238.

35 Ibid., p. 245-267.

36 L’importance que Vater accorde à cette question apparaît à travers sa mention dans le titre même de l’ouvrage, voir Johann Severin Vater, Versuch einer allgemeinen Sprachlehre. Mit einer Einleitung über den Begriff und Ursprung der Sprache und einem Anhange über die Anwendung der allgemeinen Sprachlehre auf die Grammatik einzelner Sprachen und auf die Pasigraphie, Halle, Renger, 1801, p. 44-134.

37 Ibid., p. 25.

38 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre. Erster Theil : Reine Sprachlehre ; Zweiter Theil : Angewandte Sprachlehre, Berlin, Frölich 1801 et 1803.

39 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe der Sprachwissenschaft, Berlin, Frölich, 1805.

40 Brigitte Schlieben-Lange et Harold Weydt, « Auguste [sic] Ferdinand Bernhardi (1770-1820) », Histoire Epistémologie Langage 10/1, 1988, p. 83.

41 Friederike Spitzl-Dupic, « Diskontinuitäten in der sprachtheoretischen Behandlung der “articuli(e)rten Laute” in allgemeingrammatischen Texten », in : Gerda Haßler (éd.), Metasprachliche Reflexion und Diskontinuität, Münster, Nodus, 2015, p. 107-121.

42 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 7.

43 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 272.

44 Ibid., p. 8.

45 Voir Friedrich Wilhelm Joseph Schelling, System des transcendentalen Idealismus, Tübingen, Cotta, 1800.

46 Voir Johann Gottlieb Fichte, « Von der Sprachfähigkeit und dem Ursprung der Sprache », in : Friedrich Immanuel Niethammer (éd.), Philosophisches Journal einer Gesellschaft Teutscher Gelehrten, vol. 1, Neu-Strelitz, Michaelis, 1795 (fac-similé : Hildesheim, Olms, 1969), p. 255-273 et 287-326.

47 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 11-17.

48 Ibid., p. 34.

49 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 6.

50 Ibid., p. 85.

51 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 2, p. 247.

52 Ibid., p. 395.

53 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 23.

54 Ibid., p. 78. Bernhardi peut s’inspirer ici entre autres de Ludwig Heinrich Jakob, Grundriß der Erfahrungs-Seelenlehre [1791], 2e éd., Halle, Hemmerde & Schwetschke, 1795, p. 120-121. En tout cas, on peut être certain qu’il connaît l’essai Briefe über Poesie, Silbenmaß und Sprache (1795) de August Wilhelm Schlegel qui se sert également de cette métaphore en insistant sur le rôle fondamental de la ressemblance de ces « ébranlements » pour la communication et l’empathie humaines, voir August Wilhelm Schlegel, Vermischte und kritische Schriften 1. Sprache und Poetik, édition d’Eduard Böcking, Leipzig, Weidmann, 1846, (p. 98-154), p. 112 -114.

55 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 23.

56 Voir par exemple Johann Gottfried Herder, Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, vol. 2, Riga, Hartknoch, 1785, p. 138.

57 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 26.

58 Ibid.

59 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 19.

60 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 26-27.

61 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 18-19.

62 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 63.

63 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 34.

64 Ibid., p. 62-63.

65 Ibid., p. 64.

66 Ibid., p. 27 et 65. Bernhardi renvoie (p. 27) à Ludwig Tieck et Wilhelm Heinrich Wackenroder, Phantasien über die Kunst für Freunde der Kunst, Hamburg, Perthes, 1799, où la primauté de l’ouïe est développée à travers notamment une réflexion sur la musique.

67 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 87-88 et 105-106.

68 August Ferdinand Bernhardi, Anfangsgründe, p. 72.

69 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 2, p. 255.

70 Ibid., p. 266.

71 August Wilhelm Schlegel, « Betrachtungen über Metrik. An Friedrich Schlegel » [deuxième moitié des années 1790], in : op. cit., (p. 155-196), p. 175.

72 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 1, p. 107.

73 August Ferdinand Bernhardi, Sprachlehre, vol. 2, p. 268. L’alphabet désigne ici le système des sons linguistiques, Bernhardi ne distinguant pas systématiquement sons et graphismes.

74 Ibid., p. 271.

75 Ibid., p. 258-259.

76 Ibid., p. 261.

77 Par exemple chez Charles de Brosses, Traité de la formation mécanique des langues et des principes physiques de l’étymologie, 2 vol., Paris, Saillant, Vincent et Desain, 1765, ouvrage que Bernhardi a très probablement connu, au moins dans sa traduction allemande (Michael Hissmann, Über Sprache und Schrift, 2 vol., Leipzig, Weygand, 1777).

78 Voir également à ce propos, en plus de Christian Puech, op. cit., André Chervel, « Le débat sur l’arbitraire du signe au xixe siècle », Romantisme 25-26, 1979, p. 3-33 ; Pierre Swiggers, « Iconicité : un coup d’œil historiographique et méthodologique », Faits de langues 1, 1993, p. 21-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Friederike Spitzl-Dupic, « L’ouïe dans la grammaticographie allemande (xviiie siècle – début xixe siècle) »Revue germanique internationale, 27 | 2018, 189-203.

Référence électronique

Friederike Spitzl-Dupic, « L’ouïe dans la grammaticographie allemande (xviiie siècle – début xixe siècle) »Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1842

Haut de page

Auteur

Friederike Spitzl-Dupic

Friederike Spitzl-Dupic est professeur en études germaniques à l’Université Clermont Auvergne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search