Navigation – Plan du site

L’ouïe dans la grammaticographie allemande (xviiie siècle – début xixe siècle)

Hearing in German grammatography (18th – early 19th century)
Das Gehör in der deutschen Grammatikographie (18. Jahrhundert – Anfang des 19. Jahrhunderts)
Friederike Spitzl-Dupic
p. 189-203

Résumés

Cette étude traite de la conception de l’ouïe dans la grammaticographie allemande au xviiie siècle et au début du xixe siècle. Elle se concentre d’abord sur le retour de l’intérêt porté à l’ouïe dans la seconde moitié du xviiie siècle, illustré par deux ouvrages de référence de la grammaire allemande et philosophique (Johann Christoph Adelung 1782, Johann Severin Vater 1801). Dans un second temps, les grammaires générales d’August Ferdinand Bernhardi (1801-1803 ; 1805) sont analysées dans le détail : elles constituent non seulement une véritable synthèse de la pensée linguistique et philosophique des décennies précédentes, y compris de l’idéalisme transcendantal, mais dépassent ces analyses en intégrant entre autres une « philosophie des sons ». Celle-ci attribue à l’ouïe une importance primordiale pour l’origine du langage, l’évolution des langues, la compréhension, la production et la communication linguistiques, et plus largement l’épanouissement de l’esprit humain et des arts.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

L’état de l’intérêt porté à l’ouïe dans la pensée linguistique avant la pensée sensualiste et romantique : présences et absences
L’ouïe au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle : sous l’influence sensualiste et romantique
L’ouïe dans les grammaires de Johann Christoph Adelung
L’ouïe dans la Grammaire générale de 1801 de Johann Severin Vater
L’ouïe dans les grammaires générales d’August Ferdinand Bernhardi
Conclusion

Aperçu du texte

Cette étude analyse les approches de l’ouïe et l’importance qu’on lui accorde dans la pensée allemande au xviiie siècle et au tout début du xixe siècle. Elle se concentre plus précisément sur la relation entre l’ouïe et la pensée linguistique dans la grammaticographie, qui, à l’époque, est intimement liée à la pensée philosophique, rhétorique, poétologique. Pour repérer quelques jalons clés dans l’évolution de la théorisation de l’ouïe, on essaiera, dans un premier temps, d’identifier le rôle de l’ouïe dans la pensée linguistique avant l’ascension de la pensée sensualiste et romantique, puis, dans un deuxième temps, d’esquisser les approches concernant l’ouïe dans la grammaticographie sous l’influence sensualiste et romantique. L’analyse se focalisera ensuite sur l’approche particulièrement développée et, à nos yeux, originale d’August Ferdinand Bernhardi qui dessine dans ses deux grammaires générales publiées tout au début du xixe siècle une conception fondée essentiellement sur l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Friederike Spitzl-Dupic, « L’ouïe dans la grammaticographie allemande (xviiie siècle – début xixe siècle) », Revue germanique internationale, 27 | 2018, 189-203.

Référence électronique

Friederike Spitzl-Dupic, « L’ouïe dans la grammaticographie allemande (xviiie siècle – début xixe siècle) », Revue germanique internationale [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2021, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1842 ; DOI : 10.4000/rgi.1842

Haut de page

Auteur

Friederike Spitzl-Dupic

Friederike Spitzl-Dupic est professeur en études germaniques à l’Université Clermont Auvergne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals