Navigation – Plan du site

Présentation

Carole Maigné, Audrey Rieber et Céline Trautmann-Waller
p. 5-9

Texte intégral

1Ce dossier entend proposer une analyse inédite en France de la Kultur-wissenschaftliche Bibliothek Warburg (KBW) et du Warburg Institute londonien qui lui succéda, en tant que laboratoire exceptionnel d’idées et de méthodes, porté par une bibliothèque à sa mesure et sur mesure. De manière originale, il ne se focalise donc pas sur l’œuvre et la personne d’Aby Warburg en tant que telles, car d’abondantes publications existent désormais à leur propos, mais appréhende la bibliothèque comme creuset intellectuel et scientifique.

  • 1 Aby Warburg à Fritz Saxl le 21 mai 1929 depuis Naples, in A. Warburg, Miroirs de faille – À Rome av (...)
  • 2 Publié dans : Aby Warburg, Fragments sur l’expression, éd. Susanne Müller, Paris, Éditions L’Écarqu (...)
  • 3 Erwin Panofsky à Kurt Badt, lettre du 22 février 1922, in : Korrespondenz, éd. Dieter Wuttke, 2001‑ (...)
  • 4 Erwin Panofsky, « A. Warburg (nécrologie) », traduit dans le présent numéro.
  • 5 E. Cassirer, « Le concept de forme symbolique dans l’édification des sciences de l’esprit », in : d (...)
  • 6 Carl Hollis Landauer, The Survival of Antiquity. The German Years of the Warburg Institute, thèse d (...)
  • 7 Edgar Wind, « Le concept warburgien de science de la culture et sa signification pour l’esthétique  (...)
  • 8 Warburg Institue Archives, Bing papers, Box 1, Enveloppe VI, G.B.’ paper on « The Warburg Institute (...)
  • 9 Carlo Ginzburg, « Une machine à penser », Common Knowledge, vol. 18‑1, Hiver 2012, p. 79‑85.

2Il s’agit donc de prendre Warburg au mot quand il s’adresse parfois dans sa correspondance à sa « Chère KBW1… » : Warburg fond l’initiale de son nom dans une architecture et un collectif savant avec lequel il dialogue comme en extériorité à lui-même, la KBW devenant une entité autonome d’où peuvent éclore des perspectives de recherche qui ne se confondent pas les unes avec les autres et que ne résument pas les siennes. La tension entre objectivation de collectif et objectivation de soi (la bibliothèque et l’institut portent son nom) transparaît néanmoins dans l’articulation complexe entre différents types de liens, liens familiaux, amitiés, relations de travail, qui forment parfois un écheveau difficile à démêler. Raisonner en termes de laboratoire pour désigner cette configuration intellectuelle et institutionnelle est suggéré par Aby Warburg lui-même dans un exposé tenu le 9 décembre 1927 devant le directoire de la KBW et intitulé : « De l’arsenal au laboratoire ». La bibliothèque y est aussi comparée à un navire, annonçant d’une certaine manière la traversée qui permit le transfert de l’institut vers Londres2. On retrouve le terme de « laboratoire3 » chez Panofsky qui, dans sa nécrologie de Warburg, évoque aussi un « bateau de Colomb » où tous sont embarqués4. Il utilise aussi le terme d’« école de Hambourg », ce qui peut être lu à la fois comme un élargissement de la perspective, depuis les États-Unis, et comme une marque de reconnaissance pour cette ville et le rôle qu’elle joua dans son parcours intellectuel. Le terme de « laboratoire » nous paraît le plus apte à qualifier la nature du travail et des enjeux que recouvre la KBW, à la fois espace physique et entité intellectuelle, « collection de problèmes » pour reprendre l’expression de Cassirer analysant a posteriori la visite que lui en offrit Saxl en 19205. Elle est à la fois une bibliothèque, singulière dans le paysage des bibliothèques, une institution académique (conférences, expositions et travaux éditoriaux en jalonnent le fonctionnement), indépendante de l’université de Hambourg puis intégrée à celle de Londres, et elle est enfin une équipe de savants aux rapports complexes. (Nous renvoyons au schéma établi par Jason Kelly qui a cherché à établir le diagramme de leurs relations). Cette équipe autour de Warburg est constituée, comme le suggère avec humour Arnaldo Momigliano, d’un second triumvirat « Warburg Saxl Bing », le premier étant la devise même de la KBW : Mundus Annus Homo, mais aussi de personnalités de premier plan en philosophie et en histoire de l’art telles Panofsky, Cassirer, Wind, Klibansky, Wittkower, Doren, Yates. Il nous faut insister, car la KBW produit beaucoup, sur la diversité des textes que recouvre le travail de ce laboratoire qui inclut aussi des écrits qui ne sont pas toujours publiés et qui connaissent des degrés divers d’achèvement et de mise en forme : les notes de travail, le Tagebuch de la bibliothèque, rédigé à trois mains par Saxl, Bing et Warburg, ou encore la correspondance entre les membres du projet, sans parler des incessants dialogues dont garde trace le journal de manière plus ou moins lapidaire. Soulignant son activité intense comme son souci d’organisation, Warburg n’hésite pas à désigner la KBW d’« entreprise » (Betrieb6), Wind déclare qu’« elle dépend du travail en commun7 », Cassirer insistant, en 1933 comme après, sur l’importance cruciale que revêt à ses yeux le « travail collectif » (Zusammenarbeit) que l’exil ne doit pas défaire. Bing évoque « un centre de gravitation » où « nous pensions à l’institut comme à deux personnalités, une bibliothèque et des satellites8 », analyse confirmée par les nécrologies écrites respectivement par Saxl et Panofsky en hommage à Warburg. À ce titre, la KBW n’est pas seulement l’institution perçue par Warburg mais aussi celle que décrivent ses collaborateurs et, plus encore, celle dont ils s’emparent, afin de résoudre leurs propres questionnements. Le travail collectif, dans ce laboratoire plus que dans d’autres peut-être, n’impose pas à ces fortes personnalités de se fondre en une : aucun des projets intellectuels que nous venons de mentionner ne saurait se substituer à un autre, ce qui signifie que les idées séminales de Warburg sont discutées, reprises, traduites, mais non décalquées ou simplement appliquées. Les tensions ne manquent d’ailleurs pas, que l’on songe par exemple aux relations de Bing et de Saxl avec Gombrich. Et si ce travail ne se fond pas en un, c’est qu’il est peut-être aussi structurellement inachevable : le laboratoire construit des questions plus que des réponses, et ces dernières sont elles-mêmes des formes en devenir, comme le sont la bibliothèque ou l’Atlas Mnémosyne. La KBW est bien une « machine qui aide à penser, à penser avec et à penser sur », selon les termes de Carlo Ginzburg9.

  • 10 Warburg écrit à Toni Cassirer, la femme du philosophe, le 6 mars 1929 : « car c’est bien là le prin (...)

3Parmi les questions matricielles de la bibliothèque Warburg figure la possibilité d’une « science de la culture » à laquelle aspire Warburg. De ce point de vue, il nous semble important de souligner, au travers des articles proposés, le croisement des références et des questionnements autour de l’exigence du « mot et de l’image » (Wort und Bild), qui lui-même conditionne la possibilité de saisir la « survivance de l’antique ». L’engouement actuel pour la Bildwissenschaft et les Visual Studies tend à minorer la décisive articulation du discursif et du visuel. Sans vouloir réduire le propos des articles ici rassemblés, soulignons néanmoins combien la survivance de l’antique va de pair avec une saisie de la culture comme lieu d’imitations, de passages, de migrations, de reprises et de déformations, qui se saisissent à même l’image mais jamais sans les mots, exigeant une iconographie revisitée et une cartographie, celle de l’Atlas, qui lui-même ne saurait se stabiliser en une forme définitive, mais constitue un laboratoire, toujours recommencé, de cette saisie. Ce souci de la cartographie et de l’orientation trouve écho dans l’importance de la référence néokantienne, que l’on songe par exemple à Bing, élève de Cassirer, à Cassirer lui-même et à Panofsky. Aux prises avec son « histoire de la déraison pure10 », pour paraphraser Warburg, la KBW puis le Warburg Institute exigent que la science de la culture affronte le dionysiaque, et pas seulement l’apollinien, qu’il s’agisse de l’irrationalité apparente du mythe comme de la folie, sans jamais renoncer à leur objectivation conceptuelle. Portant une grande attention au détail, Warburg lègue une méthode d’analyse qui ne renonce jamais à la concrétude de l’objet et refuse le cloisonnement des savoirs : c’est pourquoi il importe aussi de revenir aux dialogues sur les œuvres que le laboratoire suscite, par exemple sur les cas de Michel-Ange, Dürer ou Raphaël, mais aussi sur les formules de pathos qu’il fait émerger (telle la nymphe – dont l’importance est illustrée par la correspondance entre Warburg et Jolles).

  • 11 Roland Kany (Die religionsgeschichtliche Forschung an der Kulturwissenschaftlichen Bibliothek Warbu (...)
  • 12 Dorothea McEwan, « A Tale of one Institut and Two Cities: The Warburg Institute », in : German-spea (...)

4La fécondité du creuset qu’est la bibliothèque et la particularité de son destin tiennent à une orientation thématique dépassant les frontières disciplinaires « policières11 » mais aussi à un ancrage géographique, institutionnel et historique inédit. La géographie de ce laboratoire est singulière, se nourrissant de la spécificité hanséatique de Hambourg, à laquelle Warburg a clairement montré son attachement : Hambourg n’est pas Berlin avec son université prussienne, mais n’est pas non plus la Hertziana de Rome que Warburg connaît bien. Hambourg a construit une America line, celle qu’empruntent les paquebots transatlantiques pour le commerce et les voyages, mais aussi celle que suivra la postérité de la KBW aux États-Unis. Si Londres devient dans l’exil le nouveau port d’attache, le lien avec les États-Unis ne sera jamais rompu, ce dont témoignent nombre de discussions, notamment celles qui engagent Max Warburg après la mort d’Aby. Saxl l’a résumé d’une belle phrase : « un institut créé par un savant allemand était transféré (hand over) par des citoyens américains pour devenir une institution britannique12 ».

  • 13 Voir notamment Charlotte Schoell-Glass, Aby Warburg und der Antisemitismus: Kulturwissenschaft als (...)

5Quant à la périodisation retenue, elle voudrait souligner à la fois la généalogie conceptuelle du projet warburgien et la survivance du laboratoire malgré la brutalité de l’histoire du xxe siècle : ni la mort de Warburg en 1929 ni l’exil de 1933 ne sont des dates butoir, pas plus que la mort de Saxl en 1948. C’est plutôt la mort de Bing, dernière représentante du « second triumvirat », en 1964, qui peut servir de point final, une année qui est aussi celle de la publication de Saturne et la Mélancolie sous les noms de Panofsky, Saxl et Klibansky. Ce dossier se dote donc d’une chronologie assez large, afin de disposer d’une durée qui englobe ce que les collaborateurs de Warburg ont fait avec lui et après lui. Il tient compte des années décisives ayant précédé la fondation de la bibliothèque, et notamment des années florentines avec la correspondance sur la nymphe (traduite ici en français). Il poursuit avec le projet même de la bibliothèque, résultat d’une généalogie réfléchie, où Warburg prend la Hertziana romaine comme contre-exemple et le Kunsthistorisches Institut de Florence (dont il vécut les prémices sous les auspices d’August Schmarsow) et l’Institut d’histoire universelle de Leipzig (Karl Lamprecht) comme modèles. À l’autre extrémité, le dossier pousse l’enquête sur le laboratoire Warburg jusqu’à l’exil et au déménagement forcé à Londres, imposant une déstabilisation mais aussi un nouvel ancrage et une postérité aux États-Unis. Dans cette histoire complexe du laboratoire court une constante préoccupation politique, face aux désastres de la guerre de 1914‑1918, face au fascisme italien, face aux renoncements européens de l’entre-deux-guerres. Alors qu’A. Warburg est décédé en 1929, la KBW fait face à la montée du nazisme et à l’exil, à la guerre, puis à la reconstruction européenne. Comme des analyses fouillées l’ont montré, le projet conceptuel de la KBW ne se sépare pas d’une confrontation à la fois nette et souterraine à l’antisémitisme, depuis l’assimilation libérale d’avant 1933 jusqu’à la nécessité de se servir du Warburg Institute exilé pour offrir un relais à des universitaires juifs menacés13.

6Ainsi, les recherches menées par Jolles, Saxl, Bing, Wind, Klibansky, Panofsky ou encore Cassirer dessinent la fécondité de ce laboratoire. Bien des noms ici évoqués ne sont pas connus du public français, d’autres le sont davantage mais méritaient d’être reconsidérés à l’aune de cette expérience intellectuelle hambourgeoise séminale, tous dessinant un pan de l’histoire de l’art et de la Kunstwissenschaft et, au-delà, de la Kulturwissenschaft, qui gagne à être saisie dans son originalité et ses divergences. L’enjeu de cette démarche est de rompre tout à fait avec l’image d’un Warburg isolé en redonnant vie et poids à ses collaborateurs effacés sous la postérité de ce dernier. C’est dans ce même esprit que le dossier se conclut par un entretien avec Dorothea McEwan, première archiviste chargée de l’organisation de l’ensemble des documents conservés au sein de l’Institut londonien ainsi que de l’établissement d’un catalogue numérisé.

Haut de page

Notes

1 Aby Warburg à Fritz Saxl le 21 mai 1929 depuis Naples, in A. Warburg, Miroirs de faille – À Rome avec Giordano Bruno et Édouard Manet, 19281929, Maurizio Ghelardi (éd.), traduction française de Sacha Zilberfarb, Paris, Les Presses du Réel – Éditions L’écarquillé, 2011, p. 205.

2 Publié dans : Aby Warburg, Fragments sur l’expression, éd. Susanne Müller, Paris, Éditions L’Écarquillé, 2015.

3 Erwin Panofsky à Kurt Badt, lettre du 22 février 1922, in : Korrespondenz, éd. Dieter Wuttke, 2001‑2011, 5 volumes, Leipzig, Otto Harrassowitz, ici vol. I, p. 112.

4 Erwin Panofsky, « A. Warburg (nécrologie) », traduit dans le présent numéro.

5 E. Cassirer, « Le concept de forme symbolique dans l’édification des sciences de l’esprit », in : du même, Trois essais sur le symbolique, trad. fr. J. Carro et J. Gaubert, Paris, Cerf, 1997, p. 9.

6 Carl Hollis Landauer, The Survival of Antiquity. The German Years of the Warburg Institute, thèse de doctorat, Université de Yale, 1984, p. 137, Warburg qualifie volontiers Saxl et Bing d’« -ingénieurs » de la KBW.

7 Edgar Wind, « Le concept warburgien de science de la culture et sa signification pour l’esthétique », traduit dans le présent numéro.

8 Warburg Institue Archives, Bing papers, Box 1, Enveloppe VI, G.B.’ paper on « The Warburg Institute and Humanist Studies » at the Convegno Internationzale di Studi sull’ Umanesimo, Passo della Mendola, 1957.

9 Carlo Ginzburg, « Une machine à penser », Common Knowledge, vol. 18‑1, Hiver 2012, p. 79‑85.

10 Warburg écrit à Toni Cassirer, la femme du philosophe, le 6 mars 1929 : « car c’est bien là le principal : nous arrivons à un croisement, où la démarche de l’historien de la pensée pure rencontre très exactement l’entreprise de l’historien de la déraison pure », cf. A. Warburg, Miroirs de faille, op. cit., p. 87.

11 Roland Kany (Die religionsgeschichtliche Forschung an der Kulturwissenschaftlichen Bibliothek Warburg, Bamberg, S. Wendel, 1989) a souligné que les recherches menées à l’Institut s’ouvrent aux relations entre Occident et Orient, incluant aussi les traditions astrologiques, ésotériques et magiques.

12 Dorothea McEwan, « A Tale of one Institut and Two Cities: The Warburg Institute », in : German-speaking exiles in Great Britain, Jan Wallace, Amsterdam, Rodopi, 1999, p. 38.

13 Voir notamment Charlotte Schoell-Glass, Aby Warburg und der Antisemitismus: Kulturwissenschaft als Geistespolitik, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch, 1998 ; et de la même « La mort d’Orphée ou le retour de la bestialité : A. Warburg et l’antisémitisme », in : Céline Trautmann-Waller (éd.), Références juives et identités scientifiques, Revue Germanique Internationale 17/2002, p. 111‑126 ; plus récemment encore : Matthew Rampley, « Aby Warburg: Kulturwissenschaft, Judaism and the Politics of Identity », Oxford Art Journal, vol. 33, n° 3 (2010), p. 319‑335 et Emily J. Levine, Dreamlands of humanists. Warburg, Cassirer, Panofsky and the Hamburg School, Chicago, University of Chicago Press, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Maigné, Audrey Rieber et Céline Trautmann-Waller, « Présentation »Revue germanique internationale, 28 | 2018, 5-9.

Référence électronique

Carole Maigné, Audrey Rieber et Céline Trautmann-Waller, « Présentation »Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 12 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1882

Haut de page

Auteurs

Carole Maigné

Articles du même auteur

Audrey Rieber

Articles du même auteur

Céline Trautmann-Waller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals