Navigation – Plan du site
Articles

Warburg, Jolles et la nymphe florentine, de l’expérience partagée à l’anthropologie de l’art

Céline Trautmann-Waller
p. 31-49

Résumés

Différentes sources, et notamment la correspondance ludique entre Aby Warburg et André Jolles intitulée Ninfa florentina et traduite dans ce numéro, mettent en évidence combien la nymphe se cristallisa dans des relations et des discussions qui dépassent la seule figure d’Aby Warburg. L’expérience partagée d’un séjour prolongé en Italie, où la nymphe attire toutes les projections dans une série de mises en abîme et de jeux de miroir à la temporalité élaborée, révèle la signification complexe de l’art pour quatre jeunes Européens à Florence autour de 1900. En suivant le fil de la « nymphe florentine » on peut montrer combien les œuvres de Warburg et de Jolles, même après la fin de leur complicité, entretiennent un lien à distance et, dans une certaine mesure, s’éclairent l’une l’autre dans l’élaboration d’une approche anthropologique de l’art. Si Jolles ne fit jamais à proprement parler partie de la Bibliothèque Warburg, bien qu’il y ait été invité dans les années 1920, il joua un certain rôle dans l’élaboration de ce projet institutionnel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

La nymphe florentine : un « jeu » à quatre
Quitter Florence, ou la brouille
« Qui donc est la “nymphe” ? »
« Debitori e creditori »

Aperçu du texte

La nymphe est présente dans la réflexion esthétique dès le Voyage en Italie d’Hippolyte Taine, qui décrivait déjà la servante de la fresque de Ghirlandajo comme une « nymphe antique » ainsi que Gombrich l’a signalé. Chez Warburg, elle connaît une amplification et une transformation inédite et constitue dans son parcours un moment charnière décisif qui en fait l’une des figures les plus connues, peut-être la plus connue, de son œuvre. La première traduction en français de la correspondance ludique entre Aby Warburg et André Jolles, qui porte le titre de « Nymphe florentine », et une prise en compte plus nette des échanges dans lesquels prit place l’élaboration première de cette figure, devraient permettre de faire apparaître de nouveaux éléments qui concernent la signification de l’art pour quatre jeunes Européens à Florence autour de 1900 et l’élaboration de deux projets d’anthropologie de l’art qui connurent des sorts assez différents.

Si l’on se place au niveau de l’œuvre de Warbur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Trautmann-Waller, « Warburg, Jolles et la nymphe florentine, de l’expérience partagée à l’anthropologie de l’art », Revue germanique internationale, 28 | 2018, 31-49.

Référence électronique

Céline Trautmann-Waller, « Warburg, Jolles et la nymphe florentine, de l’expérience partagée à l’anthropologie de l’art », Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 27 décembre 2021, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1911 ; DOI : 10.4000/rgi.1911

Haut de page

Auteur

Céline Trautmann-Waller

Professeure en études germaniques, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals