Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Articles« Kollege Bing »

Résumés

La KBW est un laboratoire, Gertrud Bing en est son « ingénieur » : le masculin signe ici la reconnaissance de Warburg lui-même envers avec son assistante qui deviendra directrice de l’institut Warburg à Londres. « Kollege Bing » est une figure clé de la bibliothèque, de la survie et de la diffusion des idées warburgiennes, un rôle qu’elle partage avec Saxl, sans être reconnu à sa juste mesure. Elle est aussi, et c’est l’objet de cette contribution, une exégète de Warburg, ce que manifeste ses papiers conservés aux Archives de l’Institut. Bing y propose une lecture au plus près des inventions linguistiques de Warburg, « clé de ses idées générales » : l’inventivité du langage warburgien rendant seule possible la restitution de la force énergétique de l’image et de son inscription dans un geste. En elle réside aussi la possibilité de faire entendre les voix tues, présentes à même les images, ce que Bing s’efforce de faire à son tour en revenant sur les écrits mais aussi la voix de Warburg.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Index des noms du Tagebuch der Kulturwissenschaftlichen Bibliothek Warburg, mit Einträgen von Gertr (...)
  • 2 Ibid., p. 95.
  • 3 Ibid., p. 114.
  • 4 Ibid., p. 116.
  • 5 Ibid., p. 126.
  • 6 D. McEwan, Wanderstrassen der Kultur. Die Aby Warbug – Fritz Saxl Korrespondenz 1920 bis 1929, Muni (...)
  • 7 Tagebuch, p. 190.
  • 8 On a déjà souligné la progression vers le masculin « Kollege Bing » : K. Michels et Ch. Schoell-Gla (...)
  • 9 A. Warburg, Miroirs de faille. À Rome avec Giordano Bruno et Édouard Manet, 19281929 (Écrits I), é (...)
  • 10 Ibid., p. 99.
  • 11 Ibid., p. 123.
  • 12 K. Michels, Mit Bing in Rom, Neapel, Capri und Italien, Hambourg, Corso, 2010, p. 20.

1« Fräulein Bing », « Fräulein Dr Bing », « Bing, Bingia, Bingio, Bingius1 », « Collega Bing2 », « Kollege Bing3 », « Herr Bingius4 ! », « Der Ingenieur Bing5 », mais aussi « Bingiothek6 » et « Cicerone7 » : l’importance croissante de Gertrud Bing au sein de la KBW se lit dans les dénominations dont Warburg l’affuble, de la jeune femme docteur en philosophie, embauchée comme bibliothécaire, à l’assistante et enfin au « collègue » de Warburg, le masculin signant la reconnaissance du mentor8. Dans le Journal romain, « Kollege Bing » dialogue avec Aby Warburg, gagnant au fil des pages en indépendance et en audace intellectuelle. Dans une lettre de juillet 1929 envoyée à son frère Max, au retour de ce voyage en Italie, Warburg insiste sur la finesse de celle qui lui permet, dit-il, de « mettre de l’ordre dans ses bagages, qu’il avait jetés pêle-mêle devant la porte de la clinique de Kreuzlingen9 ». Bing est un « assistant idéal en mesure d’assumer n’importe quelle tâche entrant dans le cadre de la KBW10 », « une excellente station réceptrice, enregistrant avec brio le problème qui nous commande tous deux11 ». La station réceptrice Bing est une cohabitante de son cosmos12.

  • 13 WIA, Papers Gertrud Bing, Bing Director 1955‑1959. Je remercie dans tout ce qui suit l’institut War (...)
  • 14 K. Michels und Ch. Schoell-Glass, « Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin », op. cit(...)
  • 15 A. Warburg, Gesammelte Schriften, 2 vol., Teubner, Berlin, 1932 ; F. Saxl, Lectures, 2 vol., The Wa (...)
  • 16 G. Bing, « Nugae Circa Veritatem. Notes on Francesco Doni », Journal of the Warburg Institute, I, 1 (...)
  • 17 Miroirs, p. 93.

2G. Bing (1892‑1964) est une cheville ouvrière du laboratoire KBW puis du Warburg Institute. Elle aura vécu l’aventure de 1921 à 1933 à Hambourg, puis de 1933 à sa mort à Londres, plus de quarante ans passés au cœur de la pensée warburgienne. Elle prend la direction de l’Institut londonien en 1955, succédant à F. Saxl et à H. Frankfort et est nommée professeure d’histoire de la tradition classique de l’université de Londres en 1955. Lors de son départ à la retraite en juillet 1959, la liste des invités dit le rayonnement du travail accompli13. Sa vie se résume-t‑elle toutefois à un : « je sers » (« ich diene14 »), qui serait la cruelle contrepartie féminine de cette cohabitation cosmique évoquée ci-dessus ? Incontestablement, Bing s’est mise au service d’autrui : tous les témoignages concordent pour souligner son dévouement infatigable au sein de la bibliothèque. Elle est d’abord l’éditrice des œuvres des autres, celles de Warburg puis de Saxl, mais, à ce titre, elle leur permet de faire œuvre15. Les deux courts articles publiés de Bing16 contrastent avec le grand projet qu’elle nourrissait lors de son voyage italien avec Warburg, s’exclamant en 1929 : « il faudra bien que je l’écrive un jour ce grand livre sur les plafonds peints italiens ! », Warburg l’encourageant d’un énergique : « N’attendez plus, foncez17 ! ». Ce grand projet ne s’est pas concrétisé. L’autre grand chantier d’écriture est la biographie de Warburg, un fardeau constamment exigé et repoussé, l’autorité morale et intellectuelle de Bing à la fois toujours reconnue et mise en défaut dans son impuissance à coucher ce texte sur le papier, au point que l’on connaît Bing par cet échec même. Bing semble donc avant tout une promesse d’écriture non réalisée.

  • 18 Nous empruntons cette expression à Chr. D. Johnson, Memory, Metaphor and Aby Warburg’s Atlas of Ima (...)
  • 19 M. Schoell-Glass et K. Michels soulignent que son rôle matériel et intellectuel n’a pas été estimé (...)
  • 20 WIA, Papers of Gertrud Bing/Warburg Biography, G. Bings last manuscript on Warburg [dorénavant WIA (...)

3Néanmoins, dans la logique du laboratoire KBW puis du Warburg Institute, sa place est incontournable. Elle l’est pour des raisons factuelles connues : Bing organise avec Saxl la bibliothèque pendant l’absence de Warburg à Kreuzlingen, participe à l’extension du projet en un institut de recherches à son retour, assure avec Saxl le déménagement londonien de 1933 et l’implantation du Warburg Institute dans le contexte anglais. Bing n’est pourtant pas seulement une exécutante, aussi indispensable fut-elle : elle a reçu une formation philosophique de haut niveau, elle est, avec Saxl, au cœur de la pensée warburgienne en train de se faire. Comme Warburg lui-même le souligne, Bing reçoit ce qu’il dit et ce qu’il dicte, mais elle suggère, formule, interprète, voire étaie par ses remarques le « problème » qui les conduit tous. Le pari de cette contribution est donc de penser Bing comme une des premières herméneutes de l’œuvre de Warburg18. Plus que toute autre, sa réflexion personnelle sera fondue dans l’entité générale, répondant sans faillir à l’exigence de vocation qu’incarnait Warburg, jusqu’à l’effacement de soi19. Son cas est emblématique du fonctionnement dialogique du laboratoire KBW, dans la circulation des pensées et des textes, dans la manière dont les idées y sont reprises, échangées, corrigées, affinées. Le travail herméneutique déployé hérite de Cassirer, part du lien crucial posé entre concept et symbole dans la mise en forme du monde, mais évolue au contact de Warburg : Bing assume sa fonction de « clarification » de ce dernier en se plaçant au plus près de la voix de Warburg, insistant en somme sur l’oralité que les formes symboliques de Cassirer peuvent charrier, dans le langage comme le mythe. Le Tagebuch le manifestait déjà, un manuscrit inédit de Bing, intitulé G. Bings last manuscript on Warburg, le montre encore plus et sera au centre de notre propos : il nous semble une matrice conceptuelle de sa biographie jamais écrite, où l’analyse du langage de Warburg, de ses mots et de sa voix, doit conduire au cœur de son entreprise historienne, de son projet iconologique, comme de son analyse de la culture20.

L’effacement de soi ?

  • 21 D.J. Gordon, in : Gertrud Bing 18921964 In memoriam, The Warburg Institute, Londres, 1965, p. 11.
  • 22 WIA, Papers of Gertrud Bing, Gardening Diary and orders for plants 19471953, carnet auquel sont jo (...)
  • 23 WIA, Papers of Gertrud Bing, EDG (East Dulwich Grove) visitor’s book 1935‑1956 : la première occurr (...)
  • 24 La lettre à la Bollingen Foundation en 1962 : « Warburg Institute now belongs to the English-speaki (...)
  • 25 D.J. Gordon, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 13.
  • 26 Ibid., p. 11.
  • 27 Ibid., p. 16.
  • 28 K. Michels, Transplantierte Kunstwissenschaft: Die Deutschsprachige Kunstgeschichte im Amerikanisch (...)
  • 29 WIA, Papers of Gertrud Bing, Letters Saxl/Bing.
  • 30 D.J. Gordon, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 18 ; Gombrich souligne lui aussi (...)
  • 31 K. Michels, Transplantierte Kunstwissenschaft, op. cit., p. 5, 14, p. 175 : Bing s’engage même en 1 (...)
  • 32 Le Tagebuch témoigne des discussions du second triumvirat à Hambourg avant 1929 : Schoell-Glass et (...)
  • 33 D.J. Gordon, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 17.
  • 34 K. Michels et Ch. Schoell-Glass, « Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin », op. cit. (...)
  • 35 Warburg fait peser une menace sur Saxl quand il apprend cette liaison (D. McEwan, Wanderstrassen de (...)
  • 36 D. McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., note 115, p. 6970.
  • 37 E. Gombrich, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 1.

4Dans l’ouvrage collectif publié en hommage après sa mort, en 1965, David J. Gordon délivre un portrait d’autant plus sensible qu’il est « étranger ». Il se remémore l’irruption de cette communauté de chercheurs allemands d’origine juive dans la vie intellectuelle anglaise des années 1930 et dans sa jeunesse en particulier. Commentant quelques rares clichés de Bing, fumant dans son jardin devant un verre, comme si elle voulait se retrouver en Italie en un mois de mai anglais beaucoup trop frais pour cela, il se souvient que ce jardin était presque étouffant : trop de verts, trop d’arbres, trop de tout21. Cette remarque est saisissante car dans les archives personnelles de Bing se trouve justement conservé un carnet consacré au jardin de Dulwich22. Métaphore de l’exil et de la nouvelle implantation en Angleterre, le jardin, comme le suggère Gordon, est aussi un écran. Conçu par Saxl, ce lieu auquel Bing et lui tenaient beaucoup lorsqu’ils s’installent ensemble en 1933, n’était pas anglais pour un Anglais comme Gordon. Non qu’il ait été fermé, bien au contraire, la maison accueillait beaucoup de monde, au point de tenir une sorte de « livre d’or » des visiteurs et de dessiner ainsi un panorama du rayonnement de l’institut23, mais il restait énigmatique. Gordon mesure, Bing disparue, son extrême pudeur alors qu’il l’a côtoyée pendant plus de trente ans. Institutrice à ses débuts, elle avait un oncle célèbre marchand d’art, Siegfried Bing ; elle se voulait hambourgeoise, formulait des appréciations excédées et sarcastiques sur Vienne, lors d’un retour de voyage en 1963, elle ignorait Berlin et Munich. Ses bribes de vie sont aussi énigmatiques que ce jardin, et l’anglais sert de rempart. Gordon ne se souvient pas l’avoir entendue parler allemand. Comme l’ensemble de la KBW exilée, Bing assume très vite l’avenir anglais de la pensée warburgienne24. Gordon souligne son extrême attachement à l’Italie, où elle aura du mal à retourner, après la mort de Saxl en 1948, mais où, le pas franchi, elle retrouve une vraie vitalité. Si bien que finalement, « si la relation avec l’Angleterre est problématique et la relation avec l’Italie plus claire, la relation avec l’Allemagne est presque un blanc complet. C’est là une terrible limitation, car il restait bien une Bing parlant allemand25 ». Si Warburg se sentait donc « juif de sang, hambourgeois de cœur et florentin dans l’âme », Bing l’est à sa manière, mais dans la rupture immense de l’exil forcé. Comme elle le souligne à Hambourg et en 1958, elle fait partie d’une génération qui ne pouvait avoir la confiance en l’Allemagne qu’avait Warburg. Le silence sur l’Allemagne n’est pas négation, mais c’est un silence qui ne se partage pas, l’allemand devenant langue de l’intériorité qui doit rester silencieuse aux autres. Probablement est-ce dans la traduction italienne des œuvres de Warburg qu’elle verra le mieux l’accomplissement de sa fidélité : sarcastique, elle dira à Gordon qu’ainsi les Anglais ignorant l’allemand n’auront plus d’excuses de ne pas lire Warburg en italien. « Toujours derrière une table26 », Bing a recréé avec Saxl un environnement intellectuel « solide » au milieu même de la précarité27, préservant une « forme de vie » au sein du désastre28. En écho, quelques lignes à Saxl le 30 décembre 1933 disent la rupture du déménagement : « Tout a été parfaitement emballé. La plupart des pièces sont vides et déjà nettoyées. Hall, salle de lecture et cave offrent une vision fantastique, car tout y est empilé29 ». Bing plaisantait parfois sur sa jeunesse « révolutionnaire » des années vingt30, un engagement que partageait Saxl et qui, sans se confondre avec les positions de Warburg, manifeste la dimension incontestablement politique de la KBW. Il est notoire que le Warburg Institute a été une plate-forme d’aide aux réfugiés allemands, Bing ne ménageant pas sa peine31, sans pour autant accepter que la politique entre au sein même de l’institution32. La sévérité de Bing semblait à Gordon typique de la femme émancipée des années 192033 : féministe34, elle ne s’est jamais mariée, vivant une relation libre avec Saxl, dont tout le monde semble s’être mêlé, Warburg le premier, mais aussi Cassirer et sa femme35. Leur correspondance privée a été détruite à la demande de Bing36. Gombrich, dans ce même ouvrage commémoratif, la décrit comme celle qui avait « un grand talent pour se placer elle-même en dehors de l’image », jusque dans le mémoire qu’elle écrivit sur Saxl, un hommage intellectuel et personnel où elle pratique un art consommé de « l’autoeffacement ». Gombrich conclut : « Mais à quel point l’ai-je connue, en dépit du fait que je peux dire moi aussi qu’il n’y avait rien dont je ne pouvais pas parler avec elle37 ? ».

Kollege Bing

  • 38 K. Michels und Ch. Schoell-Glass, “Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin”, op. cit., (...)
  • 39 Lettre de Saxl à Warburg du 28 juin 1926, in D. McEwan, « Wanderstrassen der Kultur », op. cit., p. (...)
  • 40 Dorothea McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., p. 165, note 174.
  • 41 Tagebuch, p. 31.
  • 42 Dorothea McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., p. 92.

5Gertrud Bing est une philosophe et une bibliothécaire. Ces deux aspects sont originaires chez elle, puisque sa thèse soutenue en 1921, Der Begriff des Notwendigen bei Lessing : ein Beitrag zum Geistesgeschichtlichen Problem Leibniz-Lessing, lui ouvre, après une brève expérience d’institutrice, les portes de la KBW. C’est aussi une femme, à une époque où la carrière professorale universitaire relevait du rêve et elle est d’origine juive, dans un contexte d’antisémitisme universitaire puissamment installé. Le poste qu’elle obtient sur recommandation de Cassirer est donc une « grande chance38 », qu’elle saisit et qui la place au cœur d’un des plus beaux projets de sciences de la culture du xxe siècle. Bing acquiert en outre des compétences bibliographiques incontestées. Saxl raconte à Warburg la souveraine maîtrise dont elle fait preuve dans les systèmes de classification39, Bing tenait un séminaire sur ces sujets40. Il fut souligné maintes fois à quel point la KBW a inventé un espace du livre original et complexe. L’élève de Cassirer y voit une concrétisation de la philosophie comme forme symbolique : « la philosophie, définie elle-même en tant discipline et en tant que “forme symbolique”, ne se place pas au-dessus mais à côté des autres disciplines, à savoir inscrite dans une série avec la religion et l’art, conformément à la pensée de la B(ibliothèque) W(arburg41) ». Insistant davantage sur les recoupements entre les formes symboliques (entre art, religion et mythe par exemple) que sur une autonomie fermée de la philosophie, Bing adapte d’emblée et sans effort Cassirer à la KBW, et peut développer un souci de clarté et de clarification qui passe outre les frontières disciplinaires. Ceci renvoie aussi à la relation profonde entre Cassirer et Warburg : une émancipation de l’humain par la mise en forme symbolique du monde, dans une distance qui n’est jamais fixe mais toujours à conquérir car menacée par l’irrationnel. Si Bing dessine une ellipse entre les deux pôles que sont Warburg et Saxl42, c’est grâce à sa formation de philosophe, qui articule sans cesse l’histoire de l’art à la clarification du concept.

  • 43 Miroirs, p. 38.
  • 44 Miroirs, p. 68.
  • 45 Tagebuch, p. 325.
  • 46 Karen Michels, Mit Bing in Rom, Neapel Capri und Italien, op. cit., p. 137.
  • 47 Ibid., p. 33.
  • 48 Miroirs, p. 14.
  • 49 Ibid., p. 25.

6Bing participe très étroitement à la constitution de l’Atlas Mnemosyne. Warburg ne cesse d’insister sur son rôle décisif dans cette entreprise, qui mûrit considérablement pendant les séjours italiens de 1928 et 1929. Sans elle, comment aurait-il pu « réactiver son vieux fonds de souvenirs43 » ? Il ne s’agit pas ici de répéter des recherches déjà faites concernant l’Atlas et la manière dont par exemple, le Tagebuch dessine sa progressive élaboration, mais d’interroger le rôle herméneute de Bing dans la constitution de ce grand œuvre warburgien : « collègue Bing, avec son sens aiguisé des images, devrait prendre plus implacablement conscience de la prodigieuse richesse d’engrammes ordonnés qu’elle a su acquérir en si peu de temps (de Carrache aux Nazaréens) – au risque de ravaler le travail de forage quotidien entrepris avec l’Atlas et Bruno au rang de fastidieuse et obscure fumisterie. Ce qui serait dangereux44 ». Le Tagebuch porte trace de cette relation exclusive : « à partir de maintenant », en Italie donc, seuls Warburg lui-même et Bing auront accès au contenu45, Bing use d’ailleurs en Italie beaucoup du « nous ». Elle étaye parfois la démarche warburgienne, gagnant en audace et en précision dans ses analyses, explorant seule. C’est le cas à Vérone, autour du sarcophage en grisaille de Bellini46, mais aussi à Bologne où « Collègue Bing m’a entraîné jusqu’à la Lamentation de Nicolo dell’Arca, qu’elle voit à sa juste place avec une assurance absolue tant du point de vue de la forme que du contenu ; très reconnaissant pour cela47 » et à Naples quand elle découvre dans la chapelle Carafa de l’église San Domenico, où Giordano Bruno a séjourné, des reliefs représentant le zodiaque et des étoiles fixes48. Le travail commun autour de l’Atlas s’avère si fructueux que Warburg peut dire qu’il touche « tout près du but49 ».

  • 50 G. Bing, Der Begriff des Notwendigen bei Lessing, 1921. La bibliographie de la thèse indique peu d’ (...)
  • 51 E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 44 et suiv., p. 66 ; M. Espag (...)
  • 52 A. Warburg, « Albert Dürer et l’Antiquité italienne », in: Essais florentins, traduction française (...)
  • 53 A. Warburg, « De l’arsenal au laboratoire », in: Fragments sur l’expression, S. Müller (éd.), tradu (...)
  • 54 Tagebuch, p. 106.
  • 55 Tagebuch, p. 155.
  • 56 Tagebuch, p. 494. Lessing motive une constellation des étoiles, Warburg s’exclamant un peu avant qu (...)
  • 57 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. c.
  • 58 WIA, Papers of Gertrud Bing, Bing’s Warburg Biography, Spirollo Notes book, Notes Warburg/Lessing.

7Il importe d’insister sur la figure de Lessing, récurrente dans la réflexion romaine. Bing peut s’appuyer ici sur son sujet de thèse fait sous l’égide de Cassirer50. Dès ses années d’études, on sait que Warburg consacre à Lessing une attention particulière : contre l’idée que les images ne puissent dire le mouvement51, il oppose à Lessing la force pathétique du geste comme du drapé52. En refusant cet antagonisme entre l’image et le transitoire, Warburg fait de l’exagération gestuelle un lieu de convergence du mot et de l’image, étendant à l’art la force oratoire du geste. Il le dit ailleurs encore : « Cette révision de Lessing, ou plutôt de la vision winckelmanienne de la sérénité olympienne de l’Antiquité, n’a cessé de progresser au cours des décennies suivantes, soutenue par les principes de notre science de la culture53 ». Car Lessing a une place ambivalente, qui est très loin de se cantonner à un refus. Lors du voyage romain, c’est l’Atlas tout entier qui est mis sous son égide. Commentant la préparation du congrès d’esthétique à Hambourg, qui se tiendra finalement après sa mort en 1930, Warburg insiste : « notre Atlas d’images, qui n’est finalement rien d’autre qu’un supplément à Lessing (Le transitoire sous l’influence de l’Antiquité depuis la Renaissance) doit être prêt pour le congrès54 ». Si le thème est donc : « Image et mot (N.B. Année Lessing). Esthétique du transitoire55 », Bing acquiesce : « je trouverais votre proposition très belle, car elle donnerait l’occasion dans ce cadre de présenter la révision de Lessing que vous avez initiée ». Ailleurs encore, Bing rebondit : « ici, la méthode de la KBW n’intervient pas seulement en proposant un “complément au Laocoon”, c’est-à-dire ne se fondant plus sur une théorie classiciste de l’art, mais, aussi, – ce qui est important – en ne se contraignant plus à lire l’expression du mouvement de l’âme dans l’œuvre d’art en la rapportant à la seule physionomie ». Warburg répond enthousiaste : « Parvenir à classer ainsi cette tentative de pensée, malgré un grand voyage sur la Mare Magnum (ex-, im- et sympressif), est vraiment virtuose ! Chaleureux remerciement56 ». Bing dira même dans son manuscrit inachevé : « Warburg avait l’habitude de se décrire comme un élève de Lessing : il voulait suggérer par-là que la question à laquelle il tentait de répondre de manière historique, à savoir celle des moyens d’expression, conjuguait à chaque fois la langue et l’image57 ». Une note du Spirollo book précise : ce que Warburg cherche chez Lessing, ce n’est pas la classification des arts, mais la manière dont il usait de « moyens imagés (bildende) et descriptifs (beschreibenden) » pour caractériser les formes58. Bing disait déjà dans sa conférence de 1958 publiée en 1960 : « Le Laocoon de Lessing était la grande influence de sa jeunesse, et il se sentait redevable aux Lumières allemandes du xviiie siècle », adoptant un judaïsme opposé au judaïsme orthodoxe de ses parents, un Lessing que Bing appose alors à Luther.

Les textes sur Warburg et le manuscrit inachevé de sa biographie

  • 59 Siegfried Kracauer/Erwin Panofsky, Briefwechsel, op. cit., p. 119.
  • 60 Ibid., p. 120.

8La biographie de Warburg est devenue au fil des ans un fardeau, d’autant plus lourd qu’il ne cesse d’être reconduit. La correspondance que Bing mène avec S. Kracauer à la fin de sa vie témoigne de la lassitude qui la gagne, alors qu’elle tente une fois encore d’obtenir un financement de son projet biographique en passant par la fondation Bollingen à laquelle Kracauer est affilié. Le 19 mai 1962, elle écrit à ce dernier : « Mes espoirs ont subi un revers considérable59 ». Vue d’aujourd’hui, la chronologie est triste : en 1962, Bing pense ne pas obtenir cette bourse, elle l’obtient en fait en 1963 (le projet est répertorié : « Gertrud Bing (1963) : A study of the life and writings of Aby Warburg, founder of the Warburg Institute, London60 »), mais elle meurt à peine quelques mois plus tard, début juillet 1964.

  • 61 G. Bing, Vortrag von Frau Professor Bing anläßlich der feierlichen Aufstellung von Aby Warburgs Büs (...)
  • 62 Les pages sont numérotées de a à e, puis de 1 à 26, le document fait donc 31 pages et quelques lign (...)

9Bing a écrit plusieurs fois sur Warburg61. Son article, « Aby Warburg », est d’autant plus connu qu’il ouvre les œuvres complètes traduites en italien de l’auteur, La rinascita del paganesimo antico de 1966. Plusieurs tapuscrits se trouvent dans ses archives, regroupés dans une « Box : Bing/Warburg Biography » : celui d’une Lecture on Warburg to the Gesellschaft für niedersächische Wappen- und Familienkunde, à notre connaissance non éditée ; celui de la conférence à Hambourg de 1958, lors de l’érection d’un buste de Warburg, qui est publiée la même année en allemand et en italien en 1960 ; une conférence en deux moments au Courtauld Institute (4 décembre 1962 et 15 janvier 1963) qui est éditée en 1965 après sa mort ; enfin, s’y trouve un tapuscrit, intitulé G. Bings last manuscript on Warburg62. À ceci s’ajoutent de nombreuses notes de lecture et de réflexions, rassemblées dans un « Spirollo note book » (la marque du cahier), des notes qui se retrouvent pour partie investies dans le tapuscrit. Elle réfléchit sur ce que Warburg a lu, formule les tensions conceptuelles qui le lient ou le séparent de tel ou tel auteur (Burckhardt, Freud, Dorer, Vignoli etc.) et elle le confronte à ses lectures plus récentes (K. Goldstein ou Jane Harrison par exemple). Bing s’y essaie à des définitions, des clarifications passionnantes du projet warburgien, un matériau qui fait d’elle autre chose qu’une petite main du laboratoire KBW. Elle s’y révèle philosophe et exégète, au meilleur sens du terme. Ce G. Bings last manuscript on Warburg ne porte pas de date, il s’insère dans des conférences et articles de la fin des années 1950 et du début des années 1960, c’est une pièce à verser au dossier KBW.

  • 63 E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 26 : Saxl décédé en 1948, « o (...)

10Bing a maintes fois mis à l’ouvrage son projet biographique, et ces pages manifestent la manière dont elle le conçoit : il ne s’agit pas d’une vie de Warburg, au sens d’un récit, mais d’une analyse philosophique de ses œuvres. Cela signe un écart avec le tapuscrit biographique de Saxl qui se trouve aux Archives : ce dernier y procède de manière assez événementielle, narrative, comme s’il avait réservé ses analyses franchement conceptuelles à d’autres textes, par exemple à ceux sur la bibliothèque ou l’Atlas ou à ses propres recherches. On saisit aussi l’écart avec ce que Gombrich envisageait comme un complément de son premier texte sur Warburg : il imaginait une simple Vie de ce dernier, une narration à laquelle le tapuscrit de Bing se refuse d’emblée. On suppute ici une concurrence des projets que tous deux engageaient de facto63.

  • 64 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 3.
  • 65 Le texte de Warburg « Albrecht Dürer et l’antiquité païenne » (1906) sur Dürer n’apparaît pas, pas (...)

11Bing procède dans ces trente pages à une analyse serrée des œuvres publiées de Warburg, en une lecture qui s’échafaude de l’intérieur. Suivant la formation de la pensée warburgienne en cercles concentriques toujours plus larges, à mesure que Warburg approfondit ses recherches, Bing se réfère aux textes sans citer de pages, sans référence en notes, comme si ces feuillets formaient bien la matrice d’un ouvrage futur dont il s’agit de coucher les lignes de force, sans s’encombrer de l’appareillage académique et éditorial, dont Bing est par ailleurs une spécialiste. Ce n’est donc pas négligence de sa part, mais un travail éminemment personnel, qui se lit comme un dialogue intérieur avec Warburg, en allemand, précisément parce que l’allemand est ici la langue de l’intériorité. Notre hypothèse de lecture est que ce texte biographique s’élabore sous les auspices de l’autre recherche inachevée, celle sur le langage de Warburg, comme si elles fusionnaient. Si nous voulons comprendre le « problème » qui guide Warburg, nous dit Bing, « c’est exclusivement dans ses moyens d’expression que nous trouvons la clé des idées générales qui le guident dans sa recherche64 ». On peut regretter bien entendu que Bing n’aille chronologiquement pas très loin dans ce parcours warburgien : elle se consacre aux textes des premières années, s’arrêtant avant la Première Guerre mondiale, en parcourant La naissance de Vénus et Le Printemps de Botticelli (1893), L’art du portrait et la bourgeoisie florentine. Domenico Guirlandajo à S. Trinita (1902), L’art flamand et la Renaissance florentine (1902), Les dernières volontés de Francesco Sassetti (190765). C’est peu, mais décisif, car il s’agit de la gestation même de cette pensée.

  • 66 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. a.
  • 67 Son propos recoupe ce que constate Wind, un peu plus tard en 1971, alors qu’il critique sévèrement (...)
  • 68 L’image du Aussenseiter (WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. a) dont la voix s’effacerait (...)
  • 69 WIA, Papers of Gertrud Bing, Warburgs Biography, Courtauld Lecture 4.12.1962, p. 4.
  • 70 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. a et p. a-b.

12Soucieuse d’un juste legs de la mémoire de Warburg alors même qu’elle est diffractée par l’effet du temps et du succès, Bing médite sur ce qui reste de ce dernier : retourner aux textes et à la parole de Warburg, c’est mesurer l’écart entre ce qu’il fut et ce que son projet est devenu66. Le propos de la dernière tenante du triumvirat qu’elle formait avec Warburg et Saxl, charrie une part de nostalgie personnelle et une autoréflexivité sur la fidélité qu’elle a promue à l’égard de son mentor : dans la reconnaissance que connaît la KBW, peut-être a-t‑elle elle-même participé à ce qui efface le maître, à ce qui fait taire sa voix67. Si ce dernier reste un marginal (Aussenseiter), hier comme aujourd’hui, au cœur même de son succès, c’est que ses méthodes n’ont pas toujours été suffisamment clarifiées, y compris par lui-même68. Il vaut la peine ici de se souvenir de la double métaphore du « fragment » et de la « mine » dont use Bing dans le manuscrit de sa conférence au Courtauld Institute : « Je voudrais faire valoir que l’une des raisons pour lesquelles le travail de Warburg est devenu si important est le fait qu’il a été laissé à l’état de fragment. Il possède la puissance de témoigner d’un plus grand édifice et de défier l’imagination pour compléter ses détails69 », un fragment qui est une mine, fragmentation et profondeur se renforçant l’une l’autre. Or ce que le présent manifeste, c’est l’usure de la pensée de Warburg, qui perd son éclat originel en devenant un bien commun : la magie est rentrée dans le champ de l’histoire des sciences, l’indivisibilité de la culture et le refus des frontières disciplinaires, comme la quête des « chemins de traverses et des impasses » de la culture, tout ceci est devenu « monnaie courante70 ».

  • 71 Ibid., p. b.
  • 72 G. Bing, « Aby Warburg », in: A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 44 (...)
  • 73 E. Cassirer, « Hommage à Warburg », in: Ecrits sur l’art, traduction française Chr. Berner et alii, (...)
  • 74 E. Cassirer, « Geist und Leben », in : Nachgelassene Manuskripte und Texte Band 1, Zur Metaphysik d (...)

13Ce qui pour Warburg était le résultat d’un processus vivant s’est calcifié en un lieu commun, un donné, une évidence, voire une fin en soi. Cette inversion, probablement inévitable, démonétise néanmoins le corpus de Warburg, et crée un écart problématique avec son auteur : « C’est pourquoi certaines choses qu’on lui prête souvent à présent comme une exigence de méthode viennent chez lui de plus modestes considérations71 ». Or, pour analyser cet écart, Bing part du langage, insiste sur le nœud qui lie le mot et l’image, mais insiste aussi sur la voix même de Warburg pour exprimer cette relation. Ce tapuscrit intensifie la recherche que Bing évoquait en quelques lignes dans son article de 1965 : « Ces réserves écartées, la difficulté qui reste tient à cette liaison étroite et inhabituelle qui existe chez Warburg entre description et interprétation. Il se sert d’une manière de s’exprimer extraordinairement condensée. On remarque qu’elle est forgée ad hoc, ce qui lui permet de laisser entrevoir ses points de vue généraux sans les séparer de la présentation du cas particulier. L’exactitude presque clinique avec laquelle il conduit ses démonstrations à même l’objet est faite pour attirer l’attention unilatéralement sur elle-même72 ». La littérature critique rappelle souvent ce texte sans faire référence à ce tapuscrit que nous analysons ici. La condensation des mots cherche le concentré d’énergie qui se trouve enfermé dans le geste figuré et l’alliance ad hoc entre la singularité et l’universalité. À ce titre, l’hommage de Cassirer à Warburg, si souvent cité aussi, n’est pas usé : « Son regard en effet ne reposait pas en premier lieu sur les œuvres de l’art, mais il sentait et voyait derrière les œuvres les grandes énergies configurantes. Et pour lui ces énergies n’étaient rien d’autre que les formes éternelles de l’expression de l’être de l’homme, de la passion et de la destinée humaines. De la sorte, toute configuration créatrice, où qu’elle se meuve, devenait pour lui lisible comme un langage unique dont il cherchait à pénétrer toujours davantage la structure et à déchiffrer le mystère des lois73 ». La description doit se dire à même le détail, la visualité doit trouver une lisibilité, une forme linguistique qui dise la « commémoration du petit ». La lecture de Bing consiste, à notre avis, à montrer comment Warburg parcourt à rebours le déploiement logique du langage : il retrouve le condensé de l’énergie mythique, il reparcourt ce chemin d’émancipation qui mène du singulier à l’universel, ses néologismes atteignant et exprimant une origine devenue silencieuse mais pourtant active, d’autant plus puissante qu’elle est orale et non écrite. Warburg trouve au fond le moyen de tout à la fois condenser et rendre concrets (konkreszieren) les trois moments fondamentaux du symbolique que sont l’expression, la présentation et la signification74.

  • 75 E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 35‑36 ; il justifie d’ailleur (...)
  • 76 E. Panofsky, Korrespondenz, vol. 3 19501956, D. Wuttke (éd.), Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2006 (...)

14Bing n’est pas seule à penser que la langue de Warburg est un élément essentiel de sa démarche scientifique. Elle partage ce sentiment avec Gombrich et Panofsky, avec ceux donc, qui, germanophones, ont fréquenté Warburg de très près et en allemand. Gombrich souligne combien la langue de Warburg est un concentré de temps dans un concentré linguistique, visant à dire tout d’un coup, la contiguïté historique se faisant linguistique ; mais il insiste aussi sur la luminosité de ses métaphores comme de ses néologismes75. Panofsky écrit à Eric Warburg en 1955 qu’une traduction anglaise de Warburg n’aiderait pas à lui enlever son statut de légende, du fait même de son extrême popularisation en anglais : « la force énorme, la compacité et l’originalité de sa diction seraient inévitablement perdues dans une traduction anglaise. Si une telle traduction tentait d’imiter le style personnel de Warburg, ce ne serait plus de l’anglais ; et si elle tentait de réécrire ses phrases magnifiques en les accordant à l’usage de l’anglais, ce ne serait plus du Warburg76 ». Panofsky insiste aussi ici sur l’importance d’une biographie et appuie Bing sans réserve.

  • 77 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. b.
  • 78 Ibid., p. b-c.

15Bing rappelle au début de son texte le refus d’une histoire du style : « Warburg parle ce faisant de “l’affinité naturelle du mot et de l’image”. Ceci donne un indice sur la direction qu’il cherchait pour élargir l’histoire de l’art et ainsi la raison pour laquelle il nommait sa science “science de la culture” (Kulturwissenschaft) au lieu de se contenter de la dénomination naïve “histoire de la culture” (Kulturgeschichte77) ». Bing souligne le caractère philologique de cette démarche : « par son expression, il s’arrime à la science classique de l’antiquité, qui ne sépare pas archéologie et philologie, mais veut saisir textes et monuments comme des témoignages qui se complètent ou se soutiennent les uns les autres […]. L’affinité du mot et de l’image tient à leurs relations réciproques comme moyen de l’énonciation (Aussagen78) ». Sources écrites (Schriftquellen) et œuvres imagées (Bildwerken) se tiennent chez Warburg dans une échelle de relations : de la simple illustration de l’un par l’autre, de l’origine commune des deux jusqu’à l’égalité d’une influence contradictoire, voire « la similitude fonctionnelle de leur empreinte ».

  • 79 Ibid., p. d.
  • 80 Ibid., p. d.

16Caractériser le travail de Warburg comme la « survivance de l’antique », c’est finalement banaliser son propos. Ce n’est pas là son invention, au point même que cette réponse systématique « ressemblerait à la découverte du bourgeois gentilhomme de Molière, qui a toujours déjà parlé en prose79 ». Warburg est redevable à Nietzsche et à Usener, qui ont su poser avant lui cette question et montrer le double visage de l’antiquité. Les éléments antiques ne sont pas pris dans un souci antiquaire, mais sont « à considérer davantage comme des poteaux indicateurs que comme un but ». L’élément antique n’est donc pas une fin en soi, mais un moyen de découvrir ce qui de la culture européenne est double : « cette conception a aiguisé le regard de Warburg sur tous les signes d’incertitude et d’ambivalence qu’il rencontrait dans les manifestations de la culture européenne et lui mit entre les mains les moyens de percer une couche peu explorée d’extériorisations imparfaitement articulées, dont l’examen est reconnu comme étant l’un de ses principaux mérites80 ». C’est la raison pour laquelle, il se place ainsi contre : contre le formalisme de Riegl, de Wölfflin et de Berenson, contre l’autonomie de l’art, contre l’académisme, contre le génie, contre le Zeitgeist ou le Kunstwollen.

  • 81 Ibid., p. 5.
  • 82 Ibid., p. 6.
  • 83 Ibid., p. 6.
  • 84 Ibid., p. 7.
  • 85 Ibid., p. 10.
  • 86 G. Bing, « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 460
  • 87 Ibid.

17Sa vraie découverte est donc la Nymphe : « ce n’est qu’avec l’expression “nymphe” que Warburg expose sa propre découverte81 ». Or, cette découverte est autant découverte de mot que d’image, autant formulation que figuration : « la représentation de la Ninfa propre à Warburg, nous donne seule le triple accord nom – accessoire classique – mouvement propre du corps82 ». Dans son analyse de Botticelli, la nymphe n’est pas aurae, horae, gratiae, donzelle, fanciulle, mais la rencontre dans les arts figuratifs d’un concetto de la littérature et d’un topos de la rhétorique83. Moyen d’expression de l’antique, elle est moyen de l’emphase, tant dans la langue que dans les mots : « ce faisant l’interprétation réaliste de la “nymphe” comme imitation, fidèle à la nature, d’une “observation réelle” est sans objet. Ce qui importe n’est pas qu’elle représente un mouvement, mais bien plutôt qu’elle soit utilisée pour une “intensification” (Steigerung84) ». Warburg, nous rappelle Bing, ne cessera jamais d’enrichir ce syntagme. La nymphe évolue : dans l’analyse sur les fêtes, l’équivalent visuel d’un topos littéraire n’est plus immédiat, il se complexifie, le terme est un nouveau mot-clé (neues Stichwort). Devenue « pantomimique », ainsi que le montre la grande fête de 1589 pour le mariage de Ferdinand Ier et de Christiane de Lorraine, la nymphe vient d’un art devenu muet (stumme Kunst) : « les hiéroglyphes d’une “langue des signes” prirent la place de l’expression naturelle des “bijoux” et des “accessoires”. L’expression “Nymphe” a perdu par là son dernier reste de signification normative. Quelque chose de l’autorité de l’Antiquité lui reste encore attaché, mais elle est devenue équivoque ; le changement de costume dû à la mode est un indice du sens qui lui est à chaque fois attaché85 ». Bing retrouve ici un propos exposé de manière trop allusive dans son article de 1960 : « des voix humaines peuvent être amenées à la parole à partir de documents insignifiants86 ». Ces voix tues parlent encore : « Elles ont toujours été, jusqu’à un certain point, intelligibles ; et cela justement parce qu’elles étaient transmises par la tradition (überliefert) en images, des images préservées dans la pierre, l’argile, les métaux et les gemmes (Gemmen87) ».

  • 88 Outre la lettre à la fondation Bollingen, voir E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectue (...)
  • 89 Voir les articles de I. Schiffermüller, « Wort und Bild im Atlas Mnemosyne. Zur pathetischen Eloque (...)
  • 90 Lettre de G. Bing à Vaun Gillmor, Bollingen Foundation, 21 mars 1962, in: Siegfried Kracauer/Erwin (...)

18Bing médite ici sur le langage de Warburg, sur ses mots et sur sa voix. Il s’agit d’un projet connu et une fois encore jamais achevé88, un projet que la littérature critique contemporaine a élaboré après elle et qui insiste sur plusieurs points cruciaux : la création de néologismes, de composés hybrides autour du terme Bild qui n’apparaît jamais seul (ce qui l’éloigne de tout archétype), les contractions maximales de termes étrangers les uns aux autres, l’usage de la métaphore et enfin les adjectifs de l’excès89. Bing expose son objectif dans une lettre adressée à la fondation Bollingen dont elle espère un soutien financier : insistant sur le caractère original et inédit de sa recherche, elle explique combien le langage très concis de Warburg n’a d’égal que la stimulation qu’il provoque, au point que « cette soi-disant “méthode” est pour une large part le résultat de son don pour la formulation créative, qui le conduit à découvrir des connexions dans les phénomènes culturels que l’on considérait jusqu’ici comme appartenant à différents champs d’études et susceptibles uniquement d’un traitement séparé90 ». Si méthode il y a, cette dernière s’avère donc autant linguistique que picturale, mais plus encore, inséparable de la torsion quotidienne que Warburg faisait subir à l’allemand.

  • 91 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 3.
  • 92 Ce qui fait de Warburg une redoutable épreuve pour tout traducteur : cf. Sacha Zilberfarb, « Note d (...)
  • 93 « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 455.
  • 94 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 4.

19Au plus près de ce dernier pendant des années, dans l’intimité d’une pensée qui se dépliait devant elle en lui étant dictée, Bing amorce l’analyse de la nymphe par la question du langage : « Mais ses expressions ne prétendent pas en général à la rigueur conceptuelle et elles ne se prêtent pas à être citées séparément de leur contexte. Elles sont empruntées à des régions différentes du langage quotidien et elles ne se laisseraient pas détacher de sa diction descriptive, si leur usage inhabituel à un endroit déterminé n’invitait pas à réfléchir à leur signification. C’est seulement par leur connexion ou leur accentuation dans le contexte de la phrase qu’elles acquièrent leur sens spécifique91 ». Ce n’est pas l’histoire de l’art qui permet à Warburg de forger ses termes mais bien au contraire le langage courant, couplé à un phrasé spécifique qui participe de l’inventivité linguistique. Bing renvoie bien entendu à son humour, par exemple dans le Tagebuch92 ou dans son article de 1958 parlant « des jeux de mots improvisés linguistiquement brillants93 », elle insiste aussi sur l’importance des conversations. Elle va plus loin encore, insistant sur la reprise incessante de ses propres mots qui participe de la reprise incessante de son « problème », l’un nourrissant l’autre au point qu’il est vain de les dissocier : « Le trésor langagier qu’il a bâti pas à pas de cette manière, recouvre si exactement le champ de ses investigations que l’on est en droit de douter : ses questions l’ont-elles contraint à adapter ses expressions à des champs toujours nouveaux ou est-il conduit par le perfectionnement de ses outils langagiers à des observations qu’il n’aurait pu communiquer auparavant ? Tenter de suivre la formation de son expression promet la possibilité d’observer in statu nascendi et maturascendi de ses pensées94 ».

  • 95 Ibid., p. 8.
  • 96 Ibid., p. 8. On pourrait pousser ici la comparaison avec Gombrich qui dit de son côté en allemand : (...)
  • 97 WIA, Papers of Gertrud Bing, 1 Enveloppe VI, G.B. paper on « The Warburg Institute and Humanist Stu (...)
  • 98 Le danger de faire de l’image une entité hypostasiée se retrouve plusieurs fois chez Bing : c’est l (...)
  • 99 WIA, Papers of Gertrud Bing, 1 Enveloppe VI : G.B. paper on « The Warburg Institute and Humanist St (...)

20Par le poids accordé aux mots et au phrasé de la voix, le concept même d’image reçoit une acception assez précise. L’image est un outil : Bing use -plusieurs fois du terme Werkzeug, par exemple : « “L’image” est pour Warburg une analogie de l’instrument : un moyen d’élargir l’efficacité de l’individu au-delà de la périphérie de son organisme ; ou encore : un lien entre lui et son environnement (Umwelt95) ». Ceci explique la manière dont « Warburg n’explique pas, il décrit. Les moyens langagiers dont il se sert sont si évidents qu’ils n’appellent pas immédiatement une analyse. Ils éveillent néanmoins l’impression d’indiquer quelque chose au-delà d’eux-mêmes. Cela rend la langue claire et suggestive à la fois. La raison en est que chaque expression a ses propres représentations en arrière-plan, qui peuvent parfois venir de différents champs du savoir. Pour contempler l’objet, il faut le repousser au loin96 ». Bing insiste à la même période dans une conférence en Italie : s’il s’agit de saisir l’homme comme un « faiseur d’images » (image-maker), s’il faut saisir ses rêves, « mesure de ses croyances et de sa nostalgie », il reste que ce travail est travail d’historien, non de poète, de psychanalyste ou de mystique97. Il n’y a pas d’autre méthode que celle de l’histoire. À ce titre, précise-t‑elle, la démarche warburgienne n’est ni une histoire abstraite des idées, ni la recherche d’un archétype visuel, la dimension archétypale exclurait son sens historique98. Étudier le langage de Warburg guidera donc sur la voie de l’historicité de la psyché humaine que ce même langage n’a cessé de vouloir embrasser : « saisir le reflet d’un événement ou d’une situation dans le miroir de son imagerie : une preuve de ce genre n’est pas toujours une image. Ce peut être un motif littéraire ou un conte de fées, provenant même peut-être de temps et de lieux lointains ; ce peut être une légende ou une figure mythologique que les incrustations du temps ont dotées d’un message ; ce peut être un rite social, religieux ou politique ; cela peut être un simple geste, une métaphore ou une inscription99 ».

  • 100 WIA, Papers of Gertrud Bing, Warburg’s Biography, Spirollo Notes book, p. 3.
  • 101 G. Bing, « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 461(...)
  • 102 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 18.

21Bing souligne dans ses notes l’importance de la mise à distance de l’affect chez Warburg, non pas pour l’éviter ou le renier mais pour le dépasser : « Pas de glorification de la peur chez Warburg. Le positif : l’épreuve de surmonter les devoirs, la confrontation réussie avec le monde. C’est pourquoi atteindre la norme, la distance est pour lui ce qui prime. L’irruption dans le monde ordonné du chaos par la secousse “dionysiaque” doit être évitée, mais il doit être supporté. Face à elle, nous laissons parler les vécus personnels. Warburg a connu l’impuissance face à des forces contradictoires, mais il ne les a pas affirmées, il a uniquement cherché à les surmonter100 ». S’il n’y a pas glorification de la peur, Warburg peut être d’ailleurs interrogé depuis ses propres silences. Le propos peut même prendre un relief beaucoup plus fort : « Il y a des mythes dont il n’a jamais parlé car ils le heurtaient trop. L’un d’eux est l’histoire d’Œdipe. Je ne pense pas que sa réticence puisse être totalement expliquée par la psychanalyse. Quoi qu’il en soit, Warburg a osé s’engager dans une région où les figures classiques ne sont pas représentées comme des formules de pathos mais clairement comme des démons. Je pense à ses études sur l’astrologie101 ». Si Bing ne souscrit ni à une interprétation psychanalytique de la formule de pathos, elle soulève une question de fond : l’interroger depuis ce qu’il a tu. Probablement irait-elle davantage chercher dans une expérience mythique du « déjà-vu » et « déjà-vécu », où l’homme éprouve l’équilibre et de la distance fragiles qu’il entretient avec le divin et le démoniaque102.

  • 103 G. Bing, « Aby Warburg », in: A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 46 (...)
  • 104 F. Yates, Les arts de la mémoire, traduction française D. Arasse, Paris, Gallimard, 1987, p. 10.

22Bing illustre ce que fut la KBW comme laboratoire : un espace dialogique constamment stimulé, un espace d’écrits au statut disparate (articles, livres, notes, manuscrit, tapuscrit, correspondances etc.), un espace des voix, un espace intellectuel constamment en veille. La « station réceptrice » est herméneute, le titre de « Kollege » n’est pas usurpé, il tient par-delà la reconnaissance de Warburg dans sa carrière anglaise. Son insistance sur l’oralité, sur la voix de Warburg et les voix qu’il voulait faire entendre, lui permet de s’approprier avec brio le concept de forme symbolique du langage : si la littérature critique s’est souvent demandée à quel point le premier tome de la Philosophie des formes symboliques de Cassirer fondait ou non ceux qui suivent sur le mythe et la connaissance, un propos analogue vaudrait de Bing analysant Warburg. Il ne s’agit pas d’un simple truisme, consistant à dire que Warburg n’aurait pu dire les choses autrement qu’il les a dites, mais de saisir la forme interne d’une pensée qui lutte pour relier mot et image, qui invente pour cela une langue atypique, capable de restituer par son énergie condensée les voix tues dans des gestes énigmatiques. Insistant sur la filiation de Warburg avec Lessing, nuançant ainsi une version exclusivement dionysiaque de l’image comme symptôme, Bing affirme l’Aufklärer qui fermement « croyait dans le pouvoir de la raison103 ». Prompte à l’autoeffacement, cette intellectuelle de haut vol est restée vivante dans la mémoire de quelques-uns : F. Yates lui dédie Les arts de la mémoire en saluant « l’acuité vigilante de son sens critique104 ».

Haut de page

Notes

1 Index des noms du Tagebuch der Kulturwissenschaftlichen Bibliothek Warburg, mit Einträgen von Gertrud Bing und Fritz Saxl, Karen Michels et Charlotte Schoell-Glass (éd.), 2001 [Dorénavant Tagebuch].

2 Ibid., p. 95.

3 Ibid., p. 114.

4 Ibid., p. 116.

5 Ibid., p. 126.

6 D. McEwan, Wanderstrassen der Kultur. Die Aby Warbug – Fritz Saxl Korrespondenz 1920 bis 1929, Munich et Hambourg, Dölling und Galitz Verlag, 2004, p. 183.

7 Tagebuch, p. 190.

8 On a déjà souligné la progression vers le masculin « Kollege Bing » : K. Michels et Ch. Schoell-Glass, « Die Literatur- und Kulturwissenschaftlerin Gertrud Bing », in : Elsbeth -Weichamnn Gesellschaft (éd.), Frauen im Hamburger Kulturleben, Hambourg, Christians, 2002, (p. 2739), p. 34.

9 A. Warburg, Miroirs de faille. À Rome avec Giordano Bruno et Édouard Manet, 19281929 (Écrits I), édition de M. Ghelardi, traduction de Sacha Zilberfarb, Paris, L’Écarquillé, 2011, p. 25 [dorénavant : Miroirs].

10 Ibid., p. 99.

11 Ibid., p. 123.

12 K. Michels, Mit Bing in Rom, Neapel, Capri und Italien, Hambourg, Corso, 2010, p. 20.

13 WIA, Papers Gertrud Bing, Bing Director 1955‑1959. Je remercie dans tout ce qui suit l’institut Warburg à Londres, notamment Claudia Wedepohl et Eckart Marchand pour l’accès aux documents et la possibilité de les citer.

14 K. Michels und Ch. Schoell-Glass, « Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin », op. cit., p. 29.

15 A. Warburg, Gesammelte Schriften, 2 vol., Teubner, Berlin, 1932 ; F. Saxl, Lectures, 2 vol., The Warburg Institute, Londres, 1957.

16 G. Bing, « Nugae Circa Veritatem. Notes on Francesco Doni », Journal of the Warburg Institute, I, 1937, p. 304312 ; G. Bing, « The Apocalypse Block-Books and their Manuscript Models », Journal of the Warburg and Courtauld Institute, V, 1942, p. 143158 ; K. Michels et Ch. Schoell-Glass, « Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin », op. cit., p. 38.

17 Miroirs, p. 93.

18 Nous empruntons cette expression à Chr. D. Johnson, Memory, Metaphor and Aby Warburg’s Atlas of Images, Cornell University Press, 2010, p. 219.

19 M. Schoell-Glass et K. Michels soulignent que son rôle matériel et intellectuel n’a pas été estimé à sa juste valeur (Tagebuch, p. x), ce que le livre de K. Michels en 2010 tente de réparer, s’attachant toutefois exclusivement au Tagebuch.

20 WIA, Papers of Gertrud Bing/Warburg Biography, G. Bings last manuscript on Warburg [dorénavant WIA G. Bings last manuscript on Warburg]. Ce manuscrit sera prochainement édité : G. Bing, Fragments sur Warburg/Fragmente über Warburg, édition Ph. Despoix et M. Treml, traduction française D. Meur, avant-propos de C. Ginzburg, Paris, INHA, 2019.

21 D.J. Gordon, in : Gertrud Bing 18921964 In memoriam, The Warburg Institute, Londres, 1965, p. 11.

22 WIA, Papers of Gertrud Bing, Gardening Diary and orders for plants 19471953, carnet auquel sont jointes quelques photos.

23 WIA, Papers of Gertrud Bing, EDG (East Dulwich Grove) visitor’s book 1935‑1956 : la première occurrence de ce livret des invités débute avec Max Warburg en juillet 1935, puis se succèdent, avec une inévitable interruption entre 1941 et 1945, Raymond Klibansky, Elisabeth Jaffé, Lotte Labowsky, Donald Gordon, Charles Mitchell, Otto Pächt, Jean Seznec, Arnaldo Momigliano etc.

24 La lettre à la Bollingen Foundation en 1962 : « Warburg Institute now belongs to the English-speaking world. Warburg’s ideas have found an international audience and much of the work following his lead is carried out in England and the United States » (in : Siegfried Kracauer/Erwin Panofsky, Briefwechsel 19411966, V. Breidecker (éd.), Berlin, Akademie Verlag, 1996, p. 113) ; l’article de Bing, « Comenius in England », Neue Zürcher Zeitung, n° 1216, 1935 illustre l’effort pour arrimer la KBW à des sujets anglophones dès l’arrivée à Londres.

25 D.J. Gordon, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 13.

26 Ibid., p. 11.

27 Ibid., p. 16.

28 K. Michels, Transplantierte Kunstwissenschaft: Die Deutschsprachige Kunstgeschichte im Amerikanischen Exil, De Gruyter, 1999, p. 155.

29 WIA, Papers of Gertrud Bing, Letters Saxl/Bing.

30 D.J. Gordon, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 18 ; Gombrich souligne lui aussi sa « sévérité » et son « austérité » : ibid., p. 1.

31 K. Michels, Transplantierte Kunstwissenschaft, op. cit., p. 5, 14, p. 175 : Bing s’engage même en 1939‑1940 comme ambulancière, au sein du London Auxiliary Ambulance Service, mais sera obligée de cesser car considérée comme allemande et donc potentiellement menaçante.

32 Le Tagebuch témoigne des discussions du second triumvirat à Hambourg avant 1929 : Schoell-Glass et Michels insistent sur le fait que Bing et Saxl cherchent à séparer politique et science quand Warburg les lie étroitement (cf. p. xxx-xxxi).

33 D.J. Gordon, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 17.

34 K. Michels et Ch. Schoell-Glass, « Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin », op. cit., p. 31.

35 Warburg fait peser une menace sur Saxl quand il apprend cette liaison (D. McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., p. 120), les voyages incessants de ce dernier en 1928 et le fait d’emmener Bing en Italie participent des « mesures » que Warburg prend à leur encontre (D. McEwan, Fritz Saxl, eine Biographie, Vienne, Böhlau, 2012, p. 120). La lettre que Bing envoie le 1er juin 1929 aux Cassirer est empreinte d’une gêne et d’une culpabilité évidentes (E. Cassirer, Nachgelassene Manuskripte und Texte, vol. 18, Ausgewählter wissenschaftlicher Briefwechsel, Hambourg, Meiner, 2009, p. 116‑118). Le ton froid que Cassirer reproche parfois à Saxl en exil n’est peut-être pas étranger à tout cela : Th. Treml et M. Meyer citent une lettre de Cassirer à Saxl lui intimant de cesser sa relation avec Bing (lettre d’octobre 1929) (cf. M. Meyer et Th. Treml, « Gertrud Bing. Ein intellektuelles Porträt », Trajekte, n° 10, avril 2005, (p. 1722), p. 20). Toni Cassirer efface en tout cas Bing de Mein Leben mit Ernst Cassirer, alors qu’elle y loue constamment Saxl. Bing rencontre Cassirer pour la dernière fois en mai 1936 lors d’une conférence de ce dernier à Londres. Pourtant, les deux femmes s’écriront à la mort de Saxl en 1948 avec émotion ce que soulignent Treml et Meyer.

36 D. McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., note 115, p. 6970.

37 E. Gombrich, in: Gertrud Bing 18921964 In memoriam, op. cit., p. 1.

38 K. Michels und Ch. Schoell-Glass, “Gertrud Bing: Literatur- und Kulturwissenschaftlerin”, op. cit., p. 29.

39 Lettre de Saxl à Warburg du 28 juin 1926, in D. McEwan, « Wanderstrassen der Kultur », op. cit., p. 60.

40 Dorothea McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., p. 165, note 174.

41 Tagebuch, p. 31.

42 Dorothea McEwan, Wanderstrassen der Kultur, op. cit., p. 92.

43 Miroirs, p. 38.

44 Miroirs, p. 68.

45 Tagebuch, p. 325.

46 Karen Michels, Mit Bing in Rom, Neapel Capri und Italien, op. cit., p. 137.

47 Ibid., p. 33.

48 Miroirs, p. 14.

49 Ibid., p. 25.

50 G. Bing, Der Begriff des Notwendigen bei Lessing, 1921. La bibliographie de la thèse indique peu d’ouvrages, mais signale bien entendu Freiheit und Form paru en 1916 de Cassirer. Elizabeth Sears insiste sur la qualité de sa thèse, notamment sur sa capacité à brasser, outre la philosophie, la littérature, l’histoire et l’histoire des religions (cf. E. Sears, « Keepers of the Flamme: Bing, Solmitz, Klibansky and the Continuity of the Warburg Tradition », in: R. Klibansky and the Warburg Library Network, Ph. Despoix et J. Tomm (éd.), McGill-Queen’s University Press, 2018, p. 29-57)

51 E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 44 et suiv., p. 66 ; M. Espagne, « Le Laocoon de Lessing entre Carl Justi et Aby Warburg », in: dossier « Le Laocoon entre histoire et réception », Revue Germanique Internationale, n° 19, 2003, p. 221‑236 pour une restitution des notes de 1889, Entwurf zu einer Kritik des Laocoon an der Kunst des Quattrocento in Florenz ; Ph. Ekardt, « Certain Wonderful Gestures: Warburg, Lessing and the Transitory in Images », Culture, Theory and Critic, 57/2, 2016, p. 166175.

52 A. Warburg, « Albert Dürer et l’Antiquité italienne », in: Essais florentins, traduction française S. Müller, Paris, Klincksieck, 2003, p. 164‑165.

53 A. Warburg, « De l’arsenal au laboratoire », in: Fragments sur l’expression, S. Müller (éd.), traduction française S. Zilberfarb, Paris, L’Écarquillé, 2015, p. 291.

54 Tagebuch, p. 106.

55 Tagebuch, p. 155.

56 Tagebuch, p. 494. Lessing motive une constellation des étoiles, Warburg s’exclamant un peu avant que Cassirer « doit devenir Recteur l’année Lessing ! » (Tagebuch, p. 263).

57 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. c.

58 WIA, Papers of Gertrud Bing, Bing’s Warburg Biography, Spirollo Notes book, Notes Warburg/Lessing.

59 Siegfried Kracauer/Erwin Panofsky, Briefwechsel, op. cit., p. 119.

60 Ibid., p. 120.

61 G. Bing, Vortrag von Frau Professor Bing anläßlich der feierlichen Aufstellung von Aby Warburgs Büste in der Hamburger Kunsthalle am 31. Oktober 1958 mit einer vorausgehenden Ansprache von Senator Dr. Hans H. Biermann-Ratjen, Hambourg, H. Christian, 1958 ; ce texte est accessible en pdf en ligne, avec une dédicace à Raymond Klibansky et repris dans A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, D. Wuttke (éd.), Baden Baden, 1980, p. 455‑464 (avec des modifications mineures des deux paragraphes introductifs par rapport à l’édition italienne) et la traduction italienne : G. Bing, « Aby Warburg », Rivista storica italiana, vol. LXXII, fascicolo 1, mars 1960, p. 100‑113. Le second texte est : G. Bing, « Aby Warburg », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 28, 1965, p. 299‑313 ; version italienne : La rinascita del paganesimo antico, 1966, n° 612, p. vii-xxxi ; repris dans A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 437‑454.

62 Les pages sont numérotées de a à e, puis de 1 à 26, le document fait donc 31 pages et quelques lignes sur le verso de la page e.

63 E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 26 : Saxl décédé en 1948, « on jugea qu’une présentation des idées de Warburg serait incomplète sans un portrait de sa personnalité, sans une biographie. Il fut d’emblée clair qu’une seule personne était capable d’écrire cette biographie : Gertrud Bing. On estima par conséquent que ma présentation devait être mise en suspens jusqu’à ce qu’on fût en mesure de la publier, comme un second volume pour accompagner la Vie de Gertrud Bing, qui ferait autorité » ; Gombrich avait « fini » son texte en 1946‑1947, alors que Saxl était encore vivant.

64 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 3.

65 Le texte de Warburg « Albrecht Dürer et l’antiquité païenne » (1906) sur Dürer n’apparaît pas, pas plus qu’une analyse de la formule de pathos. Ce tapuscrit est de toute façon inachevé.

66 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. a.

67 Son propos recoupe ce que constate Wind, un peu plus tard en 1971, alors qu’il critique sévèrement la biographie de Gombrich : « today, that kingdom is associated less with Warburg’ own writings, which are virtually unknown in England, than with the great library which he built up in preparing them and which is now the property of the University of London » (E. Wind, « On a recent biography of Warburg », in: The Eloquence fo Symbols. Studies in Humanist Art, Oxford, 1983, (p. 106113), p. 106).

68 L’image du Aussenseiter (WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. a) dont la voix s’effacerait recoupe une image suggestive du texte de 1965 : pendant des années, Warburg prêche à des sourds (« vor tauben Ohren zu predigen », G. Bing, « Aby Warburg », in: A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 438).

69 WIA, Papers of Gertrud Bing, Warburgs Biography, Courtauld Lecture 4.12.1962, p. 4.

70 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. a et p. a-b.

71 Ibid., p. b.

72 G. Bing, « Aby Warburg », in: A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 440.

73 E. Cassirer, « Hommage à Warburg », in: Ecrits sur l’art, traduction française Chr. Berner et alii, Paris, Cerf, p. 55.

74 E. Cassirer, « Geist und Leben », in : Nachgelassene Manuskripte und Texte Band 1, Zur Metaphysik der symbolischen Formen, Hambourg, Meiner, 1995, p. 6. Le néologisme « konkreszieren » est de Cassirer.

75 E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 35‑36 ; il justifie d’ailleurs aussi le fait que Bing ait voulu analyser Warburg depuis un prisme linguistique. L’édition allemande de la biographie est accompagnée de plusieurs pages supplémentaires sur cette question : Aby Warburg. Eine intellektuelle Biographie, traduction allemande de Matthias Fienbork (1981), Hambourg, Philo Fine Arts, 2012, p. 36‑42, qui remplacent les pages initialement destinées à un public anglais en abordant les problèmes de traduction (pages traduites dans la version française). Warburg développe un langage constitué de plusieurs couches (vielschichtig), nous dit Gombrich, agencées en cercles dans un art impressionnant du contrepoint linguistique et de la construction polyphonique de ses arguments (p. 40), tenant en même temps le motif et son contre motif, dans un style pourtant lapidaire. Plus Warburg allait loin dans un problème, plus il pensait en images et devenait poète, mettant en balance l’image poétique et le pur concept (p. 43).

76 E. Panofsky, Korrespondenz, vol. 3 19501956, D. Wuttke (éd.), Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2006, lettre n° 1802 du 10 mai 1955, p. 748.

77 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. b.

78 Ibid., p. b-c.

79 Ibid., p. d.

80 Ibid., p. d.

81 Ibid., p. 5.

82 Ibid., p. 6.

83 Ibid., p. 6.

84 Ibid., p. 7.

85 Ibid., p. 10.

86 G. Bing, « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 460.

87 Ibid.

88 Outre la lettre à la fondation Bollingen, voir E. Gombrich, Aby Warburg. Une biographie intellectuelle, op. cit., p. 26 : une fois à la retraite, en 1959, « elle promit d’écrire par ailleurs un essai sur la langue de Warburg que devait publier l’académie de Heidelberg. Mais elle ne fut jamais non plus satisfaite de cette ébauche qu’elle détruisit quand elle tomba malade pendant l’été 1964 ».

89 Voir les articles de I. Schiffermüller, « Wort und Bild im Atlas Mnemosyne. Zur pathetischen Eloquenz der Sprache Aby Warburgs » et Cl. Wedepohl, « Aby Warburg als Sprachbildner » in: Peter Kofler (éd.), Ekstatische Kunst – Besonnenes Wort. Aby M. Warburg und die Denkraüme der Besonnenheit, Bozen – Innsbruck – Vienne, Studienverlag, 2009, p. 721 et p. 2354.

90 Lettre de G. Bing à Vaun Gillmor, Bollingen Foundation, 21 mars 1962, in: Siegfried Kracauer/Erwin Panofsky Briefwechsel, op. cit., p. 112113.

91 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 3.

92 Ce qui fait de Warburg une redoutable épreuve pour tout traducteur : cf. Sacha Zilberfarb, « Note du traducteur », in: A. Warburg, Fragments sur l’expression, édition de S. Müller, traduction française de S. Zilberfarb, Paris, L’Écarquillé, 2015, p. 30.

93 « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 455.

94 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 4.

95 Ibid., p. 8.

96 Ibid., p. 8. On pourrait pousser ici la comparaison avec Gombrich qui dit de son côté en allemand : « il (Warburg) voulait moins décrire (beschreiben) qu’évoquer (als beschwören) », Aby Warburg. Eine intellektuelle Biographie, p. 37. On pourrait aussi traduire « moins décrire que conjurer », si le contexte de la phrase ne faisait pas pencher vers la première proposition.

97 WIA, Papers of Gertrud Bing, 1 Enveloppe VI, G.B. paper on « The Warburg Institute and Humanist Studies » at the Convegno Internazionale di Studi sull’ Umanesimo, Passo della Mendola, 1957, p. 56.

98 Le danger de faire de l’image une entité hypostasiée se retrouve plusieurs fois chez Bing : c’est le cas explicitement dans « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 461, contre la démarche de Jung.

99 WIA, Papers of Gertrud Bing, 1 Enveloppe VI : G.B. paper on « The Warburg Institute and Humanist Studies », op. cit., p. 6. Bing interprète ici les recherches de Gombrich et de Mitchell.

100 WIA, Papers of Gertrud Bing, Warburg’s Biography, Spirollo Notes book, p. 3.

101 G. Bing, « Aby Warburg », in A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 461462.

102 WIA, G. Bings last manuscript on Warburg, p. 18.

103 G. Bing, « Aby Warburg », in: A. M. Warburg, Ausgewählte Schriften und Würdigungen, op. cit., p. 463.

104 F. Yates, Les arts de la mémoire, traduction française D. Arasse, Paris, Gallimard, 1987, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Maigné, « « Kollege Bing » »Revue germanique internationale, 28 | 2018, 125-141.

Référence électronique

Carole Maigné, « « Kollege Bing » »Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1967 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.1967

Haut de page

Auteur

Carole Maigné

Professeure ordinaire de philosophie, Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search