Navigation – Plan du site
Articles

Entre mot et image. Warburg et le livre illustré, Rembrandt et Tacite

Isabella Woldt
Traduction de Carole Maigné
p. 183-197

Résumés

Cette contribution se consacre à la signification de la relation entre le mot et l’image dans les recherches de Warburg. Dès ses années d’études, il construisit une collection de livres qui aboutit à une bibliothèque conceptuellement structurée. Le nouveau bâtiment inauguré en 1926 au 116 de la Heilwigstraße devint l’instrument de travail d’une histoire de l’art saisie comme histoire de la culture, où furent étudiés les mécanismes de survivance de l’antique dans le lien entre le mot et l’image. Le livre illustré joue ici un rôle décisif dans le processus des échanges au fondement de la culture. La journée des bibliothécaires du 10 avril 1927 est l’occasion pour Warburg de conduire des directeurs de bibliothèques du nord de l’Allemagne dans la KBW, d’expliquer le sens de sa collection ordonnée selon le principe du « bon voisinage », à savoir selon un problème et non un ordre alphabétique ou chronologique. Il met alors méthodologiquement en avant le livre illustré en prenant pour exemple le tableau La conjuration de Claudius Civilis (1661‑1662) de Rembrandt, confronté aux illustrations de Antonio Tempesta, ces dernières accompagnant la traduction par Otto van Veen des Histoires de Tacite, narrant la révolte des Bataves contre les Romains. C’est là un exemple du processus d’échanges entre les supports du texte et de l’image. Warburg offre ainsi une conférence sur « La signification du “livre rare” pour une histoire de l’art orientée selon l’universel et les sciences de l’esprit ». Comme lors d’autres conférences publiques et afin de présenter son argumentation visuellement, il accompagna son propos d’une série de trois panneaux d’images exposés dans la salle de lecture de la KBW.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Warburg bibliophile
La Journée des bibliothécaires 1927
Le mot pour l’image : Rembrandt, Tempesta et Tacite

Aperçu du texte

Warburg bibliophile

Comprendre le rôle du livre dans la recherche en science de la culture (Kulturwissenschaft) dépasse pour Aby Warburg le fait qu’il soit classé et apprécié selon des critères nationalement déterminés et orientés. Les livres, tout particulièrement les œuvres illustrées, sont pour lui d’abord des témoignages culturels d’un art supranational, et cela indépendamment de la langue dans laquelle ils sont conçus. Ils transmettent des contenus culturels et forment ainsi une part immanente d’une science de la culture appuyée sur une anthropologie. Warburg commence à constituer dès 1886, pendant ses années d’études, la bibliothèque de science de la culture. Son assistant et directeur de la bibliothèque, Fritz Saxl, l’institutionnalise de manière systématique en la structurant pendant le séjour de Warburg dans la clinique psychiatrique de Ludwig Binswanger à Kreuzlingen de 1919 à 1924, et elle se fait connaître bien au-delà de Hambourg par ses conférences, tenues par des scien...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabella Woldt, « Entre mot et image. Warburg et le livre illustré, Rembrandt et Tacite », Revue germanique internationale, 28 | 2018, 183-197.

Référence électronique

Isabella Woldt, « Entre mot et image. Warburg et le livre illustré, Rembrandt et Tacite », Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 27 décembre 2021, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/1998 ; DOI : 10.4000/rgi.1998

Haut de page

Auteur

Isabella Woldt

Collaboratrice scientifique au Warburg Institute à Londres, Bilderfahrzeuge Research group

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals