Navigation – Plan du site
Articles

La Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg à la lumière de ses archives

Entretien avec Dorothea McEwan mené par Céline Trautmann-Waller le 2 août 2018
Dorothea McEwan et Céline Trautmann-Waller
Traduction de Céline Largier-Vié
p. 199-209

Résumés

Dorothea McEwan a travaillé de nombreuses années dans les archives de l’Institut Warburg à Londres et leur organisation actuelle lui est due en bonne part. Elle est l’auteur de nombreux articles sur Warburg et son entourage ainsi que de trois ouvrages. Elle a également édité la correspondance entre Warburg et Fritz Saxl. Cet entretien présente sa vision du collectif autour de Warburg et de son œuvre, ainsi que son propre parcours de chercheuse, de l’Autriche à l’Angleterre, en passant par l’Egypte, la Jordanie, et aujourd’hui l’Ethiopie.

Haut de page

Texte intégral

1Dorothea McEwan a travaillé de nombreuses années dans les archives de l’Institut Warburg à Londres et leur organisation actuelle lui est due pour une bonne part. Elle est l’auteur de nombreux articles sur Warburg et son entourage ainsi que de trois ouvrages. Elle a également édité la correspondance entre Warburg et Fritz Saxl. Nous avons souhaité connaître la vision qu’elle s’était faite de ce collectif et de l’œuvre de Warburg en fréquentant et en classant les archives. C’est aussi son propre parcours de chercheuse, de l’Autriche à -l’Angleterre, en passant par l’Égypte, la Jordanie, et aujourd’hui l’Éthiopie, qui nous a intéressées.

Comment êtes-vous entrée en contact avec l’Institut Warburg ?

J’ai fait des études d’histoire à Vienne avant de déménager en 1973 à Londres avec mon mari, qui est citoyen britannique. J’ai travaillé à la British Library, dans le département des manuscrits puis, de 1978 à 1981 et de 1982 à 1993, j’ai travaillé comme archiviste chez Fischer Fine Art, une galerie autrichienne. Wolfgang Fischer était un historien de l’art et un homme de lettres qui s’efforçait de faire découvrir au public anglais la modernité classique autrichienne, c’est-à-dire Klimt, Schiele, Kokoschka. C’était un ami d’Ernst Gombrich, avec qui il m’a mise en contact. Ernst Gombrich cherchait un assistant personnel pour l’aider dans ses travaux de recherche pendant sa retraite, quelqu’un qui puisse faire ce travail à temps partiel. J’ai occupé cette fonction durant dix ans, de 1983 à 1993.

Lorsque Martin Warnke, qui était professeur d’histoire de l’art et président de l’Institut d’histoire de l’art à l’université de Hambourg, a reçu le Prix Leibniz en 1991, il a consacré une partie du gain à la mise en place d’une équipe de recherche à l’intérieur de l’Institut Warburg. Les deux premières années consacrées au traitement des papiers d’Aby Warburg ont donc été financées par ce don. Suite à quoi j’ai été recrutée par l’Institut au poste d’archiviste en chef, chargée d’organiser les archives et d’établir un catalogue numérique.

Vous connaissiez déjà Warburg à cette époque à travers ses écrits ?

Oui, bien sûr, je connaissais ses livres, ses articles, en premier lieu du fait de mon travail d’historienne et, par la suite, en raison de mon travail avec Ernst Gombrich.

Dans quel état se trouvaient à l’époque la bibliothèque et les archives ?

La bibliothèque était naturellement dirigée de manière remarquable, grâce au travail de bibliothécaires spécialisés ; les utilisateurs continuaient à pouvoir choisir eux-mêmes les livres qu’ils voulaient, sans avoir à remplir une fiche, etc. Les archives, en revanche, n’étaient pas en accès libre, il était nécessaire d’avoir une lettre d’introduction ou de recommandation. Il y avait une ancienne collaboratrice, la vénérable Annemarie Meier, qui, après son départ à la retraite, a permis aux chercheurs intéressés qui souhaitaient utiliser les archives de Warburg pour leur travail, d’y accéder. Il y avait ce qu’on appelle un « Rough Register », un catalogue rudimentaire, mais pas de catalogue détaillé à l’aide duquel on aurait vraiment pu travailler. Comme le nombre de chercheurs qui s’intéressaient aux archives de Warburg allait croissant, il était urgent de recruter un/e archiviste et de prendre en charge le travail d’archivage.

Comment cela s’est-il déroulé durant les années où vous y avez travaillé ?

Eh bien, j’ai commencé par cataloguer ce qu’on appelle la correspondance Warburg, qui est très riche. Warburg a entretenu une correspondance avec toutes les personnes travaillant dans les mêmes domaines de recherche que lui, et ce dans sept langues. Nous disposons d’un nombre impressionnant de lettres, de cartes et de cartes postales rédigées à la main auxquelles se sont ensuite ajoutées de nombreuses lettres de Fritz Saxl et de Gertrud Bing tapées à la machine pour Warburg. Ma tâche consistait, outre les tâches généralement dévolues à la direction d’archives, à établir un catalogue de cette correspondance. J’y suis parvenue, mais il m’a fallu dix-sept ans pour traiter l’ensemble, composé de plus de 37 000 lettres, cartes et cartes postales. L’Institut Warburg a pris la décision de ne pas élaborer de catalogue au sens classique du terme, mais un catalogue numérique librement accessible depuis 2010 sur une page web dédiée, http://calmview.Warburg.sas.ac.uk/​calmview. Avec le temps, j’ai obtenu qu’on engage des collaborateurs et nous avons entrepris collectivement de constituer un catalogue des autres archives de Warburg.

J’ai utilisé ce catalogue et j’ai également consulté les résumés des différentes lettres. C’est une grande aide.

Je vous remercie. Vous n’êtes pas la première à souligner l’utilité des résumés rédigés en anglais. En numérisant la correspondance, j’ai montré la voie aux chercheurs. Dès le début, nous avons décidé de rédiger ces résumés en anglais, ce qui n’a pas été sans difficultés. Warburg employait des termes techniques qui n’avaient pas d’équivalents en anglais et qui posaient donc des problèmes de traduction, et il a lui-même forgé beaucoup de néologismes pour formuler ses idées de façon précise. Il a fallu transposer ou traduire tout cela en anglais, et nous avons parfois dû laisser le terme technique allemand entre parenthèses.

D’après vous, quelles sont les découvertes les plus importantes apportées par les recherches effectuées dans les archives ?

D’une part, les connexions, les relations et – si je puis m’exprimer ainsi – les liens hypertexte, pour employer une expression issue du langage informatique. D’autre part, la profondeur et l’ampleur qu’a pu atteindre ce réseau, né d’une collection privée ou de l’activité de recherche d’Aby Warburg. Et c’est vraiment novateur. J’ai toujours dit qu’il était nécessaire de réécrire l’histoire des idées du premier tiers du xxe siècle, ce qui a été partiellement entrepris grâce à quelques publications, scientifiques comme journalistiques. Aby Warburg a été un penseur particulièrement important de son époque.

J’ai été surprise de voir combien Aby Warburg s’est identifié à sa bibliothèque et à son institut. À votre avis, dans quelle mesure cela se reflète-til dans les différentes sources, dans son journal personnel, dans les boîtes de fiches et dans le journal de la bibliothèque et dans quelle mesure cela est-il perceptible quand on y travaille et qu’on s’occupe de ces différentes sources ?

Oui, c’est certainement vrai, mais cela nécessite d’être nuancé. Je ne sais pas si Warburg s’identifiait à sa bibliothèque ; je dirais qu’il l’a incarnée, il l’a vécue. La mission qu’il s’était donnée était de créer cet outil de recherche, à l’origine pour ses propres travaux, puis pour les travaux de chercheurs qui s’intéressaient à des problèmes similaires. Au début, il était impossible de savoir ce qu’il adviendrait de cette bibliothèque, jusqu’à ce que Fritz Saxl fût recruté comme bibliothécaire en 1914. Il a tout de suite compris qu’une ouverture sur l’espace public était nécessaire pour, d’une part, développer la recherche fondamentale sous-tendant le travail scientifique de Warburg et de quelques autres savants et, d’autre part, pour lui assurer une plus grande audience.

La création d’archives privées a constitué la suite logique de ce travail. Warburg était quelqu’un qui se refusait à jeter le moindre morceau de papier. Il a laissé des tickets d’achat, nous possédons les cartes de ce qu’il a mangé lors de ses voyages outre-Atlantique en bateau. Nous disposons de l’intégralité de sa riche correspondance à laquelle il tenait beaucoup. Il a fait des copies des lettres qu’il écrivait, nous avons six volumes de livres contenant ces copies ; il connaissait cette façon de faire parce que c’était la méthode du banquier moderne. Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur les banques de 1870, les banques allemandes étaient obligées d’établir des copies de leurs transactions. Warburg avait vu ces livres de copies dans la banque de son père et compris la valeur qu’avaient les copies de la -correspondance sortante. C’est ainsi que nous disposons de ces livres de copies écrits à la main jusqu’en 1918. Après cette date, beaucoup de choses ont été tapées à la machine et conservées sous forme de copies, pas tout, pas l’ensemble des cartes et cartes postales, mais la majorité des lettres.

Warburg a écrit des journaux durant toute sa vie, les archives comptent plus de quatre-vingts volumes. Chaque journal contient une sorte de clé, un résumé sous forme de mots-clés qui se trouve dans les dernières pages de chaque volume, sous la date. Ils sont à la fois très intéressants et très difficiles à lire, il est pratiquement impossible de les éditer et de les publier.

Les boîtes de fiches constituent un autre outil de travail, une méthode que tout universitaire connaissait et utilisait à l’époque. Le journal de la bibliothèque de Warburg, tenu de 1926 à 1929, est le produit de la collaboration entre Warburg, Saxl et Bing. Leur travail collectif constitue le premier petit réseau qui était très fort et qui a perduré pendant des années grâce à Saxl et à Bing.

Diriez-vous que Warburg a fait évoluer la conception de ce que sont et de ce que peuvent être des archives ?

C’est une question difficile. Warburg a, bien sûr, travaillé dans des archives à Florence, dans les archives de la Renaissance du xve siècle, et il connaissait la valeur des sources d’époque. C’était évidemment absolument cohérent pour lui. Constituer des archives était important pour lui, depuis le tout début, car elles représentent, pour l’avenir, la source qui peut fournir une base de travail. Le moindre document conservé l’était suivant un plan selon lequel, par exemple, la correspondance était classée par année, et, à l’intérieur de chaque année, par ordre alphabétique.

Quelles sont, selon vous, les missions les plus importantes de l’Institut Warburg envisagé de manière globale – c’est-à-dire comme centre de formation et de recherche, comme bibliothèque, comme centre d’archives – pour l’avenir ?

Continuer comme avant, je dirais. L’Institut a fait ses preuves en tant que bibliothèque de recherche grâce au principe du bon voisinage, qui veut que les livres portant sur un sujet identique ou proche se côtoient sur les rayonnages et sont en accès libre. C’est une grande aide à la recherche dont tous les chercheurs, aujourd’hui, continuent de saluer l’existence. Cela inclut évidemment aussi la photothèque, qui est aujourd’hui numérisée et dotée de nouveaux outils. Cela inclut également les archives, qui contiennent les importantes collections de Warburg. Pour résumer, je dirais que, si le point de départ demeure l’identification des traces de la survivance de l’Antiquité dans les mots et les images, cette mission sera évidemment poursuivie dans l’avenir grâce au travail effectué au sein de l’Institut Warburg.

Puisque vous venez d’évoquer la photothèque, pouvez-vous nous parler brièvement de son contenu et du rôle qu’elle joue pour la recherche warburgienne ?

Warburg était un chercheur qui, dès le départ, a travaillé avec l’image et le mot. En tant qu’historien de l’art, c’est tout à fait normal. On peut donner d’une image accompagnée d’une source textuelle des interprétations plus ou moins complètes, attirer l’attention sur des filiations, identifier des évolutions et, éventuellement, des métamorphoses. Étudiant déjà, Warburg achetait des livres et amena ses parents à lui allouer un budget pour l’achat de livres. Depuis les années 1880, pendant ses séjours en Italie, il a fait l’acquisition de photographies en noir et blanc, dont les célèbres photographies Alinari, des clichés historiques faits à l’époque à partir d’œuvres d’art. Ce fut le début de la collection photographique. Il a lui-même fait un peu de photographie, essentiellement pendant ses voyages aux États-Unis, avec un petit appareil photo tout simple. Ces photographies en noir et blanc sont disponibles dans les archives et ont déjà été fréquemment publiées. La collection photographique a ensuite fait l’objet d’élargissements successifs, puis sont naturellement venues s’ajouter les photographies en couleur, et ces collections sont aujourd’hui en train d’être numérisées.

J’en viens maintenant au cercle entourant Warburg, sa famille, ses amis, ses collègues, l’Institut et l’État. Vous avez écrit sur Mary Warburg et son travail artistique. Comment la caractériseriez-vous, c’est-à-dire aussi bien la personne qu’était Mary Warburg que son œuvre artistique, et comment voyez-vous son rôle au sein du cercle qui entourait Aby Warburg ?

Mary Warburg était une artiste. Un mémoire de master lui a été consacré à Hambourg, qui inclut un catalogue raisonné très impressionnant. Une biographie de Mary Warburg est actuellement en cours d’écriture. Mary Warburg, née Hertz, fille d’un membre du Sénat de Hambourg, était une personnalité artistique reconnue, mais elle a donné la priorité, en tant que jeune mère, à sa famille et à ses enfants. Elle a plus tard, lorsqu’elle fut plus âgée, réalisé des sculptures et des tableaux. En tant qu’épouse d’Aby Warburg, elle était totalement intégrée dans le tissu familial et social de la ville. Seule la biographie en cours et ce que l’auteure sera en mesure de prouver sur la base de documents originaux, nous diront ce qu’il en était de sa reconnaissance sociale, en tant qu’artiste.

Deux questions, maintenant, concernant Saxl et l’école de Vienne. La famille de Warburg a recruté Saxl pour qu’il poursuive le développement de la Bibliothèque de Warburg, et on entend toujours dire que c’est essentiellement à lui que l’on doit le transfert de la bibliothèque en Angleterre et son implantation sur place. Comment décririez-vous en quelques mots son rôle vis-à-vis d’Aby Warburg et de l’Institut ? Dans quelle mesure diriez-vous que l’Institut est aussi son œuvre ?

Fritz Saxl était un historien de l’art qui avait étudié à Vienne et, pendant un semestre, à Berlin. Il fit la connaissance de Warburg et fut enthousiasmé ; et je dois dire en même temps, que Warburg fut enthousiasmé par lui, décelant et reconnaissant en lui une âme sœur. Le drame est que Saxl fut recruté en 1914 et dut rejoindre l’armée autrichienne à l’automne. Il servit pendant quatre ans, dont plusieurs années sur le front italien.

La correspondance de ces années montre clairement que Warburg appréciait énormément Saxl et acceptait ses recommandations et ses propositions concernant leur recherche commune. Saxl a toujours dit clairement qu’après la guerre il voulait travailler comme historien de l’art, mais n’était pas sûr que ce nouvel État donnât à un jeune homme comme lui un emploi qui touchait aux problèmes clés de l’histoire de l’art. A posteriori, tout paraît très simple : la famille de Warburg voit que celui-ci est malade et souhaite lui faciliter la tâche en recrutant ce jeune historien de l’art. Saxl n’a pas perçu la chose comme étant aussi certaine. Après la guerre, il a travaillé un an dans le domaine de l’éducation populaire à Vienne avant que ne lui parvienne la lettre de la famille Warburg et qu’il ne déménage à Hambourg. Il devint directeur adjoint de la collection privée de Warburg.

À l’époque, Warburg se trouvait au sanatorium, mais la correspondance entre ces deux hommes jusqu’au retour de Warburg est en soi une contribution scientifique, car Warburg aborde avec Saxl de très nombreux sujets intellectuels, et Saxl répond et envoie toutes sortes de documents. C’est une discussion sans fin autour de problèmes intellectuels qui intéressaient ces deux hommes et remplissaient leur vie. Leur relation scientifique était si étroite que Warburg, une fois revenu du sanatorium, a parlé de Saxl comme de son ami. C’était une reconnaissance qu’il n’accordait pas si facilement. Saxl était plus jeune d’une génération, il s’agissait au départ d’une sorte de relation de maître à disciple, mais Saxl a pu constater plus tard que la bibliothèque de Warburg encourageait son travail tout autant que lui-même encourageait le travail de la bibliothèque. Je dirais que Saxl s’est bien davantage identifié à cette bibliothèque qu’on ne pourrait le penser. J’ai lu un jour, je ne sais malheureusement plus où, qu’il faudrait en réalité donner à l’Institut Warburg de Londres le nom d’Institut Saxl. Son travail en faveur de Warburg et de la bibliothèque de Warburg a été pionnier.

Et peut-être aussi Gertrud Bing ?

La position de Gertrug Bing était tout à fait centrale. C’était une femme très intelligente. J’ai le sentiment que Warburg l’a beaucoup appréciée, non seulement en tant que scientifique, mais aussi en tant que collègue. Il l’appelle toujours « le collègue Bing », au masculin. Elle a ensuite déménagé avec les autres collaborateurs à Londres, participant et contribuant aux dures années du transfert, de l’implantation, de la construction sur place, sans jamais perdre de vue l’objectif de Warburg. Elle poursuivait ses recherches sur « le problème », c’est-à-dire la survivance de d’antiquité. Elle a occupé une place et une position particulièrement importantes. On voit dans sa correspondance que le transfert de la bibliothèque dans différents pays – l’Italie, les Pays-Bas, les États-Unis – a longtemps été évoqué. L’avantage est revenu à la Grande-Bretagne pour des raisons financières. Les livres ont été emballés à Hambourg et transportés par bateau à Londres avant d’y être déballés. Ces années ont sans doute été très difficiles, mais la bibliothèque de Warburg a fourni à la Grande-Bretagne un élan scientifique bienvenu au moment où un cursus académique en histoire de l’art y voyait justement le jour. Les scientifiques de la bibliothèque de Warburg à Hambourg n’ont pas apporté avec eux seulement cette bibliothèque mais, plus largement, un institut doté d’une infrastructure académique complète qui lui était propre.

Pourriez-vous être un peu plus précise sur ce point ?

Eh bien, un institut comprend une partie consacrée à la formation et une autre dédiée aux conférences, il publie des articles et des livres, il propose des enseignements dans ses propres locaux tout comme dans des universités. L’activité universitaire à Londres allait bien au-delà de ce qui était proposé à Hambourg.

Fritz Saxl, qui était issu de l’école de Vienne, a projeté (comme Gertrud Bing) une biographie de Warburg qu’il n’a pas achevée. La première biographie publiée émane d’Ernst Gombrich, qui avait également été formé à l’école de Vienne. Vous êtes la première archiviste de l’Institut Warburg et vous êtes également originaire d’Autriche. Pourrait-on modifier le titre d’une de vos contributions et parler d’un « Tale of Three Cities » (Hambourg, Londres, Vienne) ?

Oui, on pourrait bien sûr dire les choses de cette façon, mais on peut parler de beaucoup de choses. J’ai très bien collaboré avec Ernst Gombrich. Je suis convaincue toutefois que l’Institut Warburg ne m’a pas recrutée à cause de mes origines viennoises, mais parce que j’étais une historienne, une archiviste, une paléographe polyglotte, la professionnelle donc, qu’ils cherchaient justement à l’époque. J’ai fait mes études à Vienne, j’ai été au lycée à Vienne, mais je dirais que ce n’est pas une raison pour parler de « Tale of Three Cities ».

Un autre élément entre en ligne de compte : pendant des décennies, Saxl est resté un inconnu à Vienne. Il a quitté Vienne en 1920 pour gagner Hambourg, construisant ainsi son parcours académique et faisant sa carrière dans cette ville avant de se rendre en Grande-Bretagne, pour des raisons politiques, et non en Autriche. Il a fallu des années avant que l’absence de Saxl dans les discussions académiques viennoises soit perçue au sein de l’Institut d’histoire de l’art de Vienne. Il était certes originaire de Vienne, mais cette ville a oublié Saxl dans la foulée des bouleversements politiques. Ce n’est que très tardivement, dans les années 1990, suite aux travaux consacrés à l’histoire des historiens de l’art juifs persécutés, qu’il a de nouveau été question de Saxl et qu’il a obtenu une reconnaissance. Saxl lui-même ne s’est jamais considéré comme un juif persécuté, vu qu’il avait quitté l’Autriche pour l’étranger avant l’Anschluß.

Saxl ne pouvait donc pas être considéré comme représentatif de l’école de Vienne ? Ce serait plutôt le cas de Julius Schlosser ?

C’est vrai. On ne peut dire qu’il soit représentatif de l’école de Vienne. Ce qui n’est pas le cas pour Julius Schlossser. En effet Schlosser lui-même se présentait toujours comme membre de l’école de Vienne.

Dans un article consacré à Saxl et Warburg, vous avez expliqué que ce dernier refusait que son Institut soit ou devienne une « école » dans le sens, justement, de l’école viennoise d’histoire de l’art : « (…) the KBW went further, it pursued the “Wanderstrassen der Kultur”, which were Warburg’s and Saxl’s metapher for breaking out of thinking in categories and schools » (« (…) l’Institut Warburg allait plus loin, il suivait les “chemins de la culture”, qui étaient la métaphore employée par Warburg et Saxl pour signifier leur rupture avec la pensée en termes de catégories et d’écoles »). Comment comprendre cette relation complexe à la formation d’« écoles », qui participe peut-être de la position singulière de cet institut dans la vie académique et intellectuelle ? Dans quelle mesure s’agit-il d’une séparation entre le privé et le public et d’une volonté de se démarquer de l’État, volonté qui, d’une part, a sauvé l’institut (parce qu’il a pu quitter le pays) mais qui, d’autre part, le fragilise peut-être aujourd’hui ?

Disons qu’on a beaucoup écrit au sujet de ce qu’on a appelé l’école de Warburg qui n’a, bien sûr, jamais existé. L’école de Vienne est quelque chose de tout à fait différent. C’est un terme générique pour désigner des méthodes en histoire de l’art qui ont bénéficié d’un ancrage académique. Warburg refusait cela, il ne voulait pas se restreindre ou se laisser circonscrire, il voulait poursuivre son programme de recherche, sans les limitations qu’une école aurait apportées. Une école a la volonté de développer son propre système. Il ne faut pas oublier que la bibliothèque Warburg était une institution très souple. Des conférences et des séminaires proposés par l’institut d’histoire de l’art de la nouvelle université de Hambourg y ont certes été donnés, mais cela n’a pas transformé la bibliothèque en une école au sens restreint du terme. Ce qui importait à Warburg, c’était d’explorer la question globale de la survivance de l’Antiquité, qualifiée de « problème ». Les scientifiques qui correspondaient avec lui, qui tenaient des conférences chez lui, qui travaillaient au sein de la bibliothèque de Warburg, tous formaient un réseau, je dirais une république scientifique avec ses propres agendas qui coïncidaient mais n’empiétaient pas les uns sur les autres. Je ne parlerais pas comme vous sans détour ou de façon tranchée d’une volonté de se démarquer de l’État, comme vous l’exprimez en parlant de privé et de public. Le travail qui a été accompli par une série de chercheurs au sein de la bibliothèque de Warburg était une forme différente de collaboration, peut-être même quelque chose comme une symbiose de chercheurs.

Symbiose entre qui ? Entre les chercheurs de la bibliothèque de Warburg ou entre la bibliothèque et son environnement ?

Les deux. En anglais, on dit que c’était un « give and take ». Des spécialistes venaient à la bibliothèque parce qu’on y traitait des sujets comparables aux leurs. Ils venaient avec des idées qui étaient reprises ou non. Warburg avait une perception très fine de ce qui présentait de l’intérêt, de qui, à son époque, méritait ou nécessitait d’être soutenu, même si les travaux de ces chercheurs semblaient totalement différents, et s’intégraient malgré tout dans le grand panorama de la bibliothèque. Je me contente ici de rappeler les cartes des chemins de la culture, ce projet de constituer une carte des chemins à partir des nombreux sujets étudiés. Si l’on prend pour référence les travaux initiaux de Warburg, c’est une idée qui a été intégrée dans son programme de recherche. Comment les images vont de A à B, comment les idées remontent sans cesse à la surface, à des époques différentes, dans des lieux différents, sous des formes différentes, comment les éléments visuels se divisent pour se recomposer.

L’histoire de l’Institut elle-même est une sorte d’histoire de chemins, de Florence à Hambourg, puis les contacts avec différents pays européens et enfin l’émigration à Londres. C’est aussi quelque chose comme une histoire européenne en miniature ?

Je suis tout à fait d’accord avec vous sur ce point. C’est extrêmement important et il est important que cela soit compris comme tel.

J’en viens maintenant à vos travaux de recherche sur les conflits religieux, la religion et l’image, l’Éthiopie. Et pour commencer : vous avez publié beaucoup de choses en Angleterre sur des sujets allemands et aussi beaucoup traduit de l’allemand vers l’anglais. Dans quelle mesure vous considérez-vous comme une médiatrice entre l’Angleterre d’une part et l’Allemagne et l’Autriche d’autre part ?

C’est une question très intéressante à laquelle je n’ai encore jamais réfléchi, dans la mesure où je me considère d’abord comme une cosmopolite, une Européenne et après seulement, à partir de là, comme une femme exerçant une activité transculturelle et que l’on pourrait donc qualifier de médiatrice. Mon mari est originaire d’Écosse et mes parents ont grandi sous la monarchie des Habsbourg. J’ai quatre grands-parents nés dans quatre différents pays de l’Empire qui sont aujourd’hui des États indépendants. Le fait que je sois née en Autriche est un hasard de l’histoire : mon grand-père paternel était médecin militaire, chaque enfant est né dans une garnison différente. J’aurais aussi bien pu naître à Cracovie ou dans la province de Sud-Tyrol où mon père est né. Je me considère certes comme Autrichienne mais maintenant que je suis adulte, je me considère, comme je l’ai dit, comme une cosmopolite. C’est une chose. L’autre point : les conflits religieux. Quand j’étais au lycée, déjà, ils me fascinaient : la question des minorités, celle des zones d’ombre de la politique et de ses mécanismes de marginalisation. J’ai un jour écrit un article assez long sur les juifs et les chrétiens, sur la façon dont la majorité a traité et traite la minorité, la façon dont l’église catholique a, pendant des siècles, traité les juifs. Ce sujet s’est évidemment reflété dans mes écrits et les contacts que j’ai entretenus avec les personnes qui partagent les mêmes idées que moi.

Mes travaux sur l’Éthiopie se situent sur un tout autre terrain. Le premier poste que j’ai occupé après mon doctorat à Vienne était un poste de chercheuse en Égypte et en Jordanie. Je travaillais sur la pratique religieuse des chrétiens dans l’Empire ottoman, et donc aussi au Soudan, et j’ai toujours été intéressée par la Corne de l’Afrique, l’Afrique de l’Est et du Nord-Est. Lorsque mon mari a étudié l’art éthiopien à l’université de Londres, ce fut pour moi comme un chemin vers ce pays. Par la suite, j’ai consacré beaucoup de temps à l’art éthiopien et je me suis spécialisée dans la peinture sacrée de ce pays, en me concentrant sur le problème de savoir comment une idée se transforme en image. De manière tout à fait inattendue, j’ai été nommée en 2018 membre de l’Académie des sciences d’Éthiopie, ce qui m’a fait très plaisir, parce que cela constituait une reconnaissance de mon approche scientifique.

Voyez-vous un rapport entre votre activité au sein de l’Institut et votre contribution à la théologie féministe, à l’étude des manuscrits enluminés éthiopiens, de l’église à fresques de Däräsge Maryam, des recherches botaniques de Georg Wilhelm Schimper ?

Mon travail sur la théologie féministe découle de mes recherches sur les minorités. Comment une religion établie traite-t‑elle des sujets nouveaux qui, dans certaines circonstances, mettent en questions d’anciennes certitudes ? Cela m’a fortement émue, le sujet lui-même m’a émue, et il m’a émue en tant que femme. Comment le groupe dominant de l’église catholique romaine, ici en l’occurrence le clergé, traite-t‑il les membres féminins de cette église qui désirent devenir prêtres ou évêques ? C’est une question qui interroge les points de vue traditionnels et, dans certaines circonstances, les remet en question. L’Institut Warburg explore la triade religion, littérature et art, mais pas les préoccupations modernes du féminisme. Ce travail n’est pas au cœur de mes recherches, mais constitue une partie de mon intérêt personnel pour la recherche sur les minorités.

Les recherches sur l’histoire des religions ont joué, dans l’histoire de l’Institut Warburg, un grand rôle, comme l’a montré il y a un certain temps Roland Kany de manière synthétique. Comment décririez-vous la relation de Warburg à la ou aux religions ? Comment voyez-vous la place de ce domaine de recherche au sein de l’Institut tel qu’il est actuellement. Et comment ces recherches interagissent-elles ou ont-elles interagi avec les traditions anglaises ?

Je dirais que la relation de Warburg à la religion était bipolaire. Il a refusé toute pratique religieuse personnelle, tout en reconnaissant, évidemment, l’importance de la religion en tant que porteuse d’idées. Cela dit, cela ne signifie pas que l’on devrait ou que l’on serait obligé de continuer de suivre différents rituels religieux ou différentes pratiques religieuses, mais ceux-ci étaient pour lui des porteurs d’idées et, de ce fait, la religion, en tant que science de la religion – on parle en anglais de « Divinity » – est évidemment très importante. Warburg entretenait une correspondance avec des collègues protestants allemands, achetait leurs livres pour la bibliothèque, etc. Ce sujet a conservé aujourd’hui à l’Institut toute son importance, car c’est l’un des piliers de ses missions. En Grande-Bretagne, la science de la religion est un domaine de recherche très vaste et bien établi.

Dans un article, vous avez écrit que l’expression « science de la culture » n’évoquait rien à l’époque (et peut-être toujours aujourd’hui) pour les Anglais, tandis qu’il existe en Angleterre d’autres traditions, comme la « intellectual history ».

La question de savoir comment traduire « Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg » a toujours été problématique. « Bibliothek » et « Warburg » ne présentent pas de difficulté, mais l’expression « Kulturwissenschaft » oui. « Kulturwissenschaft » va plus loin que l’histoire culturelle, c’est une science humaine, une histoire des idées. En anglais, on a évidemment le terme « culture » et ce terme englobe tout, de l’agriculture à la culture intellectuelle, tout comme en allemand. Mais la « Kulturwissenschaft » possède, en allemand, une acception plus restreinte et renvoie à tout ce qui a trait aux problèmes intellectuels. On traduit aujourd’hui cette conception en anglais à l’aide de l’expression « intellectual history », c’est-à-dire histoire des idées ou, si vous voulez, histoire de l’esprit, ce qui permet de se rapprocher de l’objet de la Kulturwissenschaft.

J’aimerais vous poser une dernière question : avez-vous le sentiment que vous perpétuez, d’une manière ou d’une autre, l’œuvre de Warburg ?

C’est une très jolie question. En tant qu’archiviste au sein de l’Institut Warburg, j’ai naturellement perpétué l’œuvre de Warburg, parce que j’ai pu indiquer à de nombreux chercheurs jeunes ou moins jeunes des voies de recherche ou leur fournir des instruments. C’est évidemment une façon de poursuivre l’œuvre de Warburg, sans conteste. Mais si l’on envisage les choses plus largement, le travail auquel Warburg s’intéressait, l’exploration de sujets relevant de l’histoire des religions, de la littérature et de l’art, je les poursuis essentiellement dans mes contributions portant sur la science des religions et dans celles consacrées aux manuscrits enluminés éthiopiens, qui constituent également des travaux entrant dans le domaine de la science des religions. Mais je ne me permettrais pas de dire qu’on peut considérer cela comme une poursuite du travail de Warburg.

Mais peut-être certaines idées de Warburg ont-elles joué un rôle pour ce travail de recherche, par exemple ceux qui portent sur les manuscrits enluminés ?

Oui, certainement. J’ai par exemple édité un livre de manuscrits enluminés relatant l’Apocalypse, qui a été écrit, illustré et peint dans un atelier impérial, en m’appuyant sur des questionnements devenus importants pour moi à travers le travail sur les écrits de Warburg. Ce serait sans doute étrange si je ne l’avais pas fait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothea McEwan et Céline Trautmann-Waller, « La Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg à la lumière de ses archives »Revue germanique internationale, 28 | 2018, 199-209.

Référence électronique

Dorothea McEwan et Céline Trautmann-Waller, « La Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg à la lumière de ses archives »Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2009

Haut de page

Auteurs

Dorothea McEwan

Honorary Fellow du Warburg Institute, Université de Londres, titulaire de la Croix d’honneur autrichienne pour les sciences et les arts, membre de l’Académie des sciences d’Ethiopie

Céline Trautmann-Waller

Professeure en études germaniques, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals