Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28TraductionsNinfa Fiorentina

Traductions

Ninfa Fiorentina

23.XI.900
André Jolles et Aby Warburg
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 211-220

Résumés

Dans cet échange de lettres ludique, datant de novembre 1900, André Jolles et Aby Warburg commentent la Naissance de Saint Jean Baptiste de Domenico Ghirlandaio. Ils s’attachent plus particulièrement à la figure de la servante porteuse de fruits qui devient l’incarnation de la nymphe florentine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Note du traducteur : La traduction s’appuie avec l’aimable autorisation des éditions Suhrkamp sur la transcription se trouvant dans : Aby Moritz Warburg, Werke in einem Band: auf der Grundlage der Manuskripte und Handexemplare, éd. par Martin Treml, Sigrid Weigel et Perdita Ladwig, Berlin, Suhrkamp 2010, p. 198‑210. Suhrkamp Je tiens à remercier également les archives du Warburg Institute (Londres), et plus particulièrement Philipp Ekardt et Claudia Wedepohl, de m’avoir permis de consulter le dossier intitulé « Ninfa fiorentina » et notamment les manuscrits des deux lettres traduites ici.

Ce qui suit est la transcription de WIA III.55. I, manuscrit d’André Jolles. Sauf indication contraire (N.d.T.), les notes sont celles de l’édition indiquée ci-dessus.

Texte intégral

Epistula prima

1Cher ami

2Te souviens-tu de notre conversation, il y a un an environ lors de cette fameuse nuit de lune sur la terrasse de ta villa à San Domenico.

3Les orangers embaumaient l’air comme un conte. Au loin dans la clarté froide de la lune et de sa lumière bleue s’étendait la ville comme une femme endormie, retournée par le rêve dans son passé. C’était comme si dans le tremblement merveilleusement blanc du brouillard on voyait le souffle de sa respiration. Tout autour les collines veillaient, leurs lignes tendues les unes vers les autres comme des géants se tenant par la main. Au-dessus de nous descendait, noir et immobile, le feuillage.

4Nous avions parlé d’art, naturellement. Moi, avec l’exubérance épicurienne d’un jeune garçon qui, tout récemment libéré des entraves étroites des études universitaires, se délecte à présent pour la première fois de la fête de la pré-Renaissance florentine. Toi, avec la dignité plus posée d’un hôte qui ne s’est pas encore tout à fait rassasié mais dont la première faim est apaisée. Nous ne sommes pas tombés d’accord. Dans mon cœur je te traitais de pédant, toi tu me nommais sans doute un flibustier paradoxal.

5Le paysage nocturne, cependant, mit fin à notre querelle. Nous comprîmes touts deux que dans certains moments il vaut mieux se taire pour se livrer au sentiment de l’infini. Dans la clarté liquide de l’atmosphère nos divergences d’opinion se dissipèrent dans une admiration commune de la nature.

6Et maintenant, je reviens. Mais le combattant exubérant d’alors est devenu un humble quémandeur, le contempteur de toute science officielle et de ses dogmes, qui ne reconnaissait d’autre autorité que celle de l’œil de l’artiste, qui osait insulter tes saintes archives et les appeler poussiéreuses et stupides et qui voulait sautiller à travers l’art comme les chèvres sur le mont Gilead, s’avance vers ton autel, courbé, avec une branche de palmier qui se balance tristement, et il te prie très humblement de bannir hors de lui l’esprit qui ne le laisse pas en paix et le pourchasse comme s’il était fouetté par des furies à travers un enfer de fantasmes sauvages.

  • 3 En français dans le texte (N.d.T).

7Que s’est-il passé ? Cherchez la femme3, mon cher. Il y a une femme en jeu qui minaude cruellement avec moi. J’ai entamé un flirt spirituel et j’en deviens la victime. Est-ce que je la poursuis ou bien est-ce elle qui me poursuit ? Je ne le sais vraiment plus. Mais laisse-moi te raconter mon calvaire en procédant par ordre.

8Je fis sa connaissance lors d’une visite dans une église un jour de semaine… et, là, je pense que tu sais déjà de qui il s’agit. Elle habite dans le chœur de Santa Maria Novella, mur de gauche, deuxième rangée en partant du bas, sur l’image à droite du spectateur.

  • 4 Ajout de la main de Warburg : corps.

9Le petit Jean est venu au monde sans encombre et Élisabeth reçoit de la visite sur son grand lit d’apparat. Elle a encore l’air un peu affaiblie (à son âge une telle affaire n’est pas rien) et le médecin a prescrit des fortifiants qu’une servante lui propose sur un plateau. Devant le lit sont assises sur des tabourets bas : la nourrice, qui est en train de donner à boire au galopin, et une dame de compagnie qui lui fait « les petites marionnettes ». L’impression d’ensemble de la sainte présentation est assez sobre. Il manque une chute. L’or des nimbes de Jean et d’Élisabeth est terni et, avec cette couronne de rayons, également leur gloire biblique. Ils sont même, tout simplement, des personnes assez bourgeoises. Mais si la valeur des souvenirs édifiants est perdue, elle est cependant largement compensée par un présent glorifiant. Ce n’est rien moins qu’une noble dame florentine qui fait ici sa visite. Non pas tellement à l’accouchée, qui ne la regarde pas elle-même, ni à la sainte mère qui a récemment mis au monde un enfant dont la voix puissante fera plus tard trembler les eaux du Jourdain, non, elle fait une visite comme ça de manière générale. Les mains aristocratiques jointes sur le ventre légèrement arrondi4, la tête portée avec une candeur magnanime sur son cou frêle, elle s’avance tandis que son pas prudent dérange à peine les plis raides de son habit de lourd brocart. Elle est d’une majesté un peu superficielle, pas très caractéristique mais très distinguée : une dame du monde avec une grâce inégalée et des manières très nobles mais sans beaucoup d’esprit.

  • 5 Inséré : l’.

10Derrière elle suivent tranquillement deux personnes âgées impassibles : sa mère et sa tante. Et derrière celles-ci, par la porte ouverte, accourt, non, vole, non, plane l’objet de mes rêves qui, petit à petit, commence à prendre les proportions d’un charmant cauchemar. Une figure fantastique, non, une servante, non, une nymphe classique entre dans la chambre, portant sur sa tête un plat de fruits exotiques, son voile volant au loin. Mais, que diable, ce ne sont pas des façons d’entrer dans la chambre d’une malade, même si on veut la féliciter. Cette façon vive et légère mais si mouvante de marcher ; cette impériosité énergique, cette longueur du pas, alors que toutes les autres figures ont quelque chose d’intouchable, qu’est-ce que tout cela veut dire ? Mais, que signifie surtout cette brusque différence dans le plancher ; là où tous les autres se tiennent ou marchent solidement sur un sol de carreaux florentins bien dur, celui-ci paraît perdre sous les pieds de mon aimée sa propriété naturelle d’5immobilité ; il paraît prendre l’élasticité berçante d’une prairie printanière baignée de soleil, il balance comme les gros coussins de mousse sur un sentier forestier vert et ombragé, il me paraît même parfois qu’il a quelque chose de surnaturel, comme si la jeune servante au lieu de courir sur les chemins praticables glissait comme une déesse sur des nuages dérivant doucement, comme si elle traversait à toute vitesse l’éther lumineux avec des pieds ailés, ou tantôt se laissait porter sur les vagues ondulant lentement, sur les rondeurs qui se courbent comme des dos de dauphins, tantôt se déplaçait avec la grâce d’un grand oiseau qui, dans un large vol, plane sur son aile étendue et celle d’un svelte navire qui fend l’eau puissante en rythme, la voile gonflée.

11Je la rends peut-être plus poétique qu’elle ne l’est en réalité – quel amoureux ne le fait pas – mais j’eus au premier moment où je la vis, l’étrange sentiment qui s’empare parfois de nous lorsque nous voyons un sombre paysage de montagne, lorsque nous lisons un grand poète ou alors lorsque nous sommes amoureux : ce sentiment de « où t’ai-je vue déjà ». C’est comme si une rencontre antérieure nous liait depuis le début, quelque chose de – ne ris pas – mystique, comme si nous reconnaissions brusquement un ami cher ou un endroit que nous avons aimé dans une existence antérieure, et si je ne m’éloignais pas un peu trop, ce faisant, de mon amie au pas rapide, je te décrirais comment, de mon point de vue, un croyant devrait se représenter le ciel où se trouvent les âmes de tous ceux qu’il a aimés et admirés, exactement comme l’idéal de ce sentiment de reconnaissance.

12Assez, j’ai perdu mon cœur et dans les jours pleins de ruminations qui suivirent ensuite, je la vis sans arrêt ; toujours différente et en d’autres endroits, et je me souvenais également sans arrêt d’autres circonstances où je l’avais déjà vue.

13Cher ami, en réalité on ne tombe amoureux qu’une fois. Si on pense le faire souvent, on ne voit toujours qu’une autre surface du même prisme. Les objets changent, l’état amoureux reste un et indivisible. Et c’est ainsi que je découvris dans beaucoup de ce que j’avais aimé dans l’art, quelque chose de ma nymphe actuelle.

14Mon état oscillait entre un mauvais rêve et un conte pour enfants. Quand je prenais ma lanterne merveilleuse dans la main et que je prononçais la parole magique, ce n’était guère cependant cinquante esclaves circassiennes portant sur leur tête des coupes d’or remplies de fleurs faites de pures pierres précieuses qui apparaissaient (tu te souviens sans doute, des tulipes de rubis aux corolles d’ambre mat, des iris sombres de lapis-lazuli où s’accrochent des gouttes de rosée en diamant, des lis d’opale aux feuilles de jaspe, des violettes d’améthyste transparent etc.). Mais cette fois-ci n’apparaissait toujours que la servante au pas rapide avec son voile.

  • 6 Inséré : plein de convoitise.
  • 7 En italien dans le texte : épousailles, mariage. Il s’agit sans doute d’une référence au tableau de (...)

15Tantôt c’était Salomé quand elle arrive en dansant avec un charme assassin devant le tétrarque lubrique6 ; tantôt c’était Judith qui apporte, fière et triomphante, le pas joyeux, la tête du général assassiné à la ville ; puis elle paraissait s’être cachée dans la grâce puérile du petit Tobias, quand il marche avec courage et le cœur léger vers sa promise fantomatique. Parfois je la voyais dans un Séraphin qui arrive en prière devant Dieu en volant, puis de nouveau en Gabriel quand il annonce la bonne nouvelle. Je la voyais en demoiselle d’honneur au Sposalizio7 plein de joie innocente, je la trouvais en mère prenant la fuite pendant le Massacre des Innocents, l’effroi devant la mort dans le visage.

16J’essayai de la revoir comme je l’avais rencontrée la première fois dans le chœur de l’église dominicaine, mais elle s’était multipliée par dix. – Je perdis ma raison. Toujours, c’était elle qui apportait vie et mouvement dans des représentations par ailleurs paisibles. Oui, elle semblait être le mouvement incarné… mais il est très désagréable d’avoir ce dernier pour amante.

17Et c’est ainsi que je viens, comme indiqué, vers le prêtre de la science officielle, qui connaît le saint des saints du Quattrocento ou du moins a pour mission de le connaître, pour m’enquérir de son nom, de son état et de son adresse. Comment est-elle, d’où vient-elle, l’ai-je déjà rencontrée autrefois, je veux dire il y a un millénaire et demi, est-elle de noblesse grecque ancienne et son arrière-grand-mère eut-elle une relation avec des gens d’Asie Mineure, d’Égypte ou de Mésopotamie, mais, surtout, est-ce que des lettres à « La nymphe au pas rapide. P.R. » arrivent à bon port.

18Sérieusement qu’en est-il de cette fille

19À toi, aujourd’hui et pour toujours

 

  • 8 Ce qui suit reproduit : WIA III.55.2, manuscrit d’Aby Warburg.

208Non, mon ami, je ne peux pas te présenter la jeune fille comme ça, sans plus de manières ; tu te rues sans avoir été le moins du monde introduit, sur le terrain de chasse fermé à quatre tours d’une famille de patriciens florentins, en étant toi-même aussi impétueux que ta demoiselle au pied léger. On ne peut pas vouloir ainsi, à la hussarde, faire tout de suite la connaissance intime de quelqu’un qui appartient à la maison des Tornabuoni, même si ce n’est que comme aide domestique.

  • 9 Inséré : dévoile.
  • 10 Mot barré au crayon à papier, en marge, au crayon : insinuée.

21Mais je vois bien, tu ne sais même pas tout à fait ce qui se passe derrière ces images… Asseyons-nous silencieusement dans les stalles, afin qu’ils ne se laissent pas déranger : car les Tornabuni donnent ici un spectacle ecclésiastique en l’honneur de la Vierge Marie et de saint Jean Baptiste. Giovanni Tornabuoni est parvenu avec succès à acquérir le patronage du chœur et le droit de l’orner avec des images et, à présent, les membres de sa famille peuvent représenter personnellement les figures de la sainte légende ; ils font un usage calme et digne de cette autorisation : de fidèles patriciens qui ont des manières irréprochables dans le sang. Que ton tourbillon païen ait le droit d’entrer en coup de vent dans la respectabilité pesante de leur morosité chrétienne, cela me montre9 les Tornabuoni sous le jour énigmatique et illogique de l’humanité la plus primitive, qui m’attire au moins autant que toi l’insouciance réjouissante de ton inconnue. Tu as envie de la suivre dans une ivresse d’amour platonique comme une idée ailée à travers toutes les sphères, moi elle m’oblige à diriger le regard philologique vers le sol dont elle est sortie et à demander : est-ce que cette plante étrangement frêle est vraiment enracinée dans la sobre terre florentine ? – Est-ce qu’un jardinier malin (avec une inclinaison secrète pour les hauteurs de la culture de la Renaissance) l’a attachée10 au Sieur Tornabuoni, plutôt récalcitrant, comme une fleur à la mode que chacun doit avoir à présent, plantant une tâche joyeusement fantastique en plein milieu de son jardin familial qui verdoie très comme il faut ?

22Ou n’est-ce pas plutôt le marchand et son jardinier, animés de la même volonté élémentaire de vivre, qui ont conquis de haute lutte, contre le sérieux rigide des Dominicains fanatiques, une place dans la sombre terre de cimetière pour leur opulente fleur d’ornementation ?

23N’oublie pas, le chœur de Santa Maria Novella était la sépulture la plus solennelle que des Dominicains belliqueux pouvaient attribuer ; leur querelle avec Francesco Sassetti, le patron reconnu du chœur immédiatement avant Giovanni Tornabuoni, qui se solda par leur victoire, prouve combien leur zèle régnait ici sans limites et avec violence. Des nouvelles et des documents d’époque dont l’histoire de l’art n’a jusqu’à présent pas tenu compte, donnent un aperçu intime de la réalité, et celle-ci verse les comptes rendus colorés d’anecdotes de Vasari sur les Ricci et leur patronage continu au dossier de ses autres non-fiabilités.

  • 11 Voir ses propres Ricordi chez [Ettore] Marcucci [(éd.), Filippo Sassetti], Lettere [edite e inedite (...)
  • 12 La peinture, datant du xive s[iècle], était très probablement une œuvre d’Ugolino da Siena. En 1429 (...)
  • 13 Voir Ricordi.

24Sassetti avait reçu confirmation, le 22 février 1470, de la part des moines de Santa Maria Novella, par acte notarié11 et document officiel du droit dont sa famille disposait depuis longtemps, d’orner l’autel12 et le chœur principal. En dépit de ce contrat et bien que Sassetti ait déjà fait don à l’église de parements précieux, les moines, non seulement chassent leur patron de l’église parce qu’il voulait voir d’autres représentations imagées aux murs que celles qui leur convenaient, et le contraignent à faire accrocher les peintures de Ghirlandajo dans une chapelle de San Trinità, mais ils ôtent aussi illégalement la tombe de son père Tommaso de sa place ancestrale. Lorsque Francesco Sassetti doit se rendre à Lyon en 1488, il laisse à ses fils comme obligation morale expresse de lutter pour arracher aux Dominicains le lieu de sépulture de son père13.

  • 14 Il sort d’une remarque en marge du con[trat] d. 1469 que les Actes ont été copiés en -juillet 1806.

25Est-ce que par hasard Francesco avait exigé des disciples de saint Dominique d’avoir sous les yeux les légendes du saint concurrent, saint François, qu’il a fait représenter à S. Trinità parce qu’il était son Saint patron ? Combien la vénération de son Saint patron lui tenait à cœur, voilà qui ressort de la seule condition expresse qu’il attacha en 1487 à une donation exceptionnelle pour S. Trinità : celle de faire lire le jour de la Saint-François une grande messe solennelle dans sa chapelle ornée et [?][?]. J’espère trouver encore les actes du procès14 ; jusqu’à présent j’ai cherché en vain, avec un rhume, dans les archives glaciales et non aérées. Mais si elles apparaissent, alors :

  • 15 Il s’agit d’un extrait de Faust I, Acte I, « Devant la ville », légèrement modifié : « Da werden Wi (...)

Que de chaleur et d’agrément cela donne à un jour [nuit] d’hiver !
vous sentez une vie heureuse animer tous vos membres…
Ah ! dès que vous déroulez un vénérable parchemin,
tout le ciel s’abaisse sur vous15 !

26Ou du moins un monticule de terre s’élèvera devant moi.

  • 16 Ou bien a ajouté à ses relations le supérieur des Dominicains (?), le Card[inal] Caraffa, dans la C (...)

27Francesco Sassetti, le compagnon des Medici dans leur filiale lyonnaise, était un homme très riche et très estimé ; Giovanni Tornabuoni, de plus oncle biologique de Laurent le Magnifique et représentant diplomatique de ce dernier à la Curie romaine, où il fut couronné de succès ; il y a appris à traiter avec les curés16. Au début, il réagit au zèle monacal aveugle avec une souplesse apparente et des promesses aimables, et finalement, lorsqu’ils ne pouvaient plus rien y changer, il les mit devant le fait accompli de ses souhaits iconographiques exaucés.

28Dans le contrat que Giovanni Tornabuoni a conclu avec Domenico Ghirlandajo le 1er septembre 1485, les objets représentés dans les fresques sont précisément prescrits. Étant donné que l’attribution, par les moines, du droit de patronage à la famille Tornaquinci (dont les Tornabuoni n’étaient qu’une branche) n’intervint que le 13 octobre 1486, le document officiel fut donc disponible auparavant aux moines pour vérification.

29C’est pour cette raison que, cinq ans plus tard seulement, il obtient le succès avec le même peintre, là où Sassetti avait échoué.

  • 17 Barré : à la place du Massacre des Innocents. Inséré : vois-tu à présent en haut le Massacre des In (...)
  • 18 Inséré : la.
  • 19 En allemand : « die drei (K) Kirche, Kaufmann, Künstler », sans doute une variation sur l’expressio (...)

30La réalisation, cependant, ne correspond pas du tout à ces documents officiels. Sur le côté gauche en haut, était prévue, à la place du Massacre des Innocents17 : l’Annonciation, à la place de l’Expulsion de Joachim : Jésus parmi les docteurs. Sur le mur de droite la « Visitation » devait venir là où se trouve à présent la Naissance de Jean, qui aurait glissé un étage plus haut, de telle sorte que tu ne pourrais pas aussi confortablement contempler ta vive Demoiselle ; en bas devait être représenté, à côté de l’annonce faite à Zacharie, le « Baptême du Christ », au-dessus le « Sermon de Jean » à la place du baptême, qui n’avait pas été envisagé à l’origine, mais « Jean se rendant au désert » ! On ignora complètement les saints Dominicains prévus par le contrat pour les étroites fresques à côté de la fenêtre du chœur : Thomas d’Aquin, saint Antoine, Vincenzo et sainte Catherine ; en leur lieu et place on aperçoit, au milieu, l’Annonciation à Marie et saint Jean se rendant au désert, et en bas, ce sont les donateurs agenouillés eux-mêmes qui occupent leur place18 : Giovanni Tornabuoni et sa femme Francesca Pitti : cela indique l’origine et la direction de toute la transformation contraire au contrat : ce n’est pas une illustration dogmatique de la grande gloire de saint Dominique qui devait être exposée mais une offrande en l’honneur de la Sainte Vierge et de saint Jean, une action de grâce imagée pour le bonheur familial existant et une prière en effigie en guise d’intercession pour la poursuite de la fécondité prospère. C’est visiblement pour cette raison que les deux nativités, le sacrifice de Joachim sans enfant, la rencontre d’Elizabeth et la Promesse du fils Jean faite à Zacharie ont glissé vers les endroits les plus visibles et c’est pour cela que, surtout ici, les personnes de la légende portent les traits de personnes tout à fait précises de la famille Tornabuoni. Dans la Nurserie de sainte Elizabeth, l’élément ecclésiastique dogmatique est totalement éliminé : le marchand qui aime la représentation et l’artiste ornemental au bon goût ont opéré au détriment des moines un compromis harmonieux : mais si pour une fois la sainte légende exige à présent aussi son bon droit, comme sur le sacrifice de Zacharie, alors les trois instances, l’Église, le marchand et l’artiste19, se décomposent en leurs éléments naturels, révélant le fait qu’ils n’ont pas trouvé d’association organique, mais ne doivent leur existence picturale qu’à un mélange arbitraire.

  • 20 Dans la suite toute une page, quasiment identique aux quatre paragraphes suivants et à la note qui (...)

31C’est ainsi que Giovanna d’Albizzi, dans la rencontre avec Elizabeth, s’avance fièrement parmi sa suite et que lors de la visite dans la chambre d’accouchée auprès de sainte Anne, Ludovica la fille du commanditaire guide, comme Ridolfi l’a montré, les deux compères en visite20.

32Les paroles de l’Évangile remplissent l’espace avec deux silhouettes grandioses, le vénérable Grand prêtre, dérangé alors qu’il brûle avec dévotion l’encens, et devant lui l’ange qui fait son entrée en rayonnant et qui lui annonce la Promesse inattendue d’un fils ; seuls les murmures étouffés du peuple en prière dans l’avant-cour viennent s’y ajouter, comme un bruissement dans les épis qui suivent l’ondulation, mornes et soumis, dans le souffle du vent divin, l’harmonique de la masse anonyme.

33Que fait donc la Consorteria Tornaquinci de ce drame religieux ? Une pièce ecclésiastique spectaculaire, dans laquelle les figurants deviennent apparemment des acteurs principaux.

  • 21 Compte rendu de Landucci chez [Giorgio Vasari, Vite de’ più eccelenti pittori scultori e architetti (...)

34Comme on peut identifier21 avec une certaine certitude la plupart des personnes sur la scène, je te remets ci-dessous un répertoire des personnages en guise d’explication de la scène.

  • 22 « Noch immer impfet man den Schauspieldichter zu sehr auf den Schauspiel-Spieler, anstatt beide zu (...)

35Dans notre tentative de revivre une époque, où pulsion festive ludique et force artistique-miroir « fleurissaient encore (pour se souvenir des mots de Jean Paul22) greffées sur un même tronc », ce programme de théâtre n’est pas une comparaison croustillante opérée avec violence, bien plutôt une métaphore de même nature.

36Les indications de Vasari, substituant à Ginevra de Benci les propres nièces de Giovanni Tornabuoni, Ginera degli Alessandri et Lisabetta de Benci, est une hypothèse acceptable d’un point de vue philologico-historico-méthodologique, éléments de remplissage [?] pour remplir une lacune, mais cette hypothèse ne peut nous satisfaire : il manque le cadre accidentel et cependant nécessaire, que la réalité elle-même nous impose.

37La Promesse du fils Jean
Un Mystère sacrificiel représenté dans la chapelle funéraire de la Consorteria Tornaquinci

Personnages de l’action :

Zacharie, Grand prêtre à Jérusalem
L’ange du Seigneur

dans le Saint des Saints

38Personnes muettes :
Chœur des neuf chefs de famille à l’intérieur du lieu du sacrifice

1. Giovanni Tornabuoni

les 4 premiers
gouverneurs
sur une marche
à gauche de l’autel

2. Bartolommeo Nicolai Pieri Popoleschi

3. Hieronymus Adoradi Giacchinotti

4. Leonardo Tornabuoni

5. Giovanno Tornaquinci

les 5 gouverneurs
plus jeunes
à gauche
de l’autel

6. Girolamo Tornabuoni Domherr

7. Gianfrancesco Tornabuoni

8. Simone Tornabuoni

9. Hieronymo di Scarabotto

39Chœur du peuple se trouvant à l’extérieur présenté par d’autres parents et des célébrités et notables contemporains

À gauche

10. Benedetto Dei, écrivain de chroniques

11. Baccio Ugolini (?), musicien et prêtre à San Lorenzo

12. Tieri di Tornaquinci, parent

13. Luigi Tornabuoni, Praeceptor et Commendatore à S. Jacopo à Campo Corboli ainsi que Chevalier de l’ordre de Malte

14. ? Giovanni Batista Tornabuoni ? Ridolfi ?

15. Gentile Becchi, évêque de Fiesole (éducateur)

16. Cristoforo Landino

connaisseurs de l’antiquité [/] érudits et esprits
de premier plan

17. Angelo Poliziano

18. Marsiglio Ficino

À droite :

19/22 
4 jeunes femmes de la famille

23/   
Federigo Sassetti, protonotaire apostolique

liés par l’amitié [/]
jeunes personnes
de la société

24    
Andrea de Medici, l’affreux garde corps de Laurent le Magnifique

25    Gianfrancesco Ridolfi

40L’action se déroule dans la niche d’un arc de triomphe romain de l’époque de Constantin le Grand, qui est décoré de bas-reliefs représentant des épisodes de la vie de Trajan.

41Moment de l’action : 1490

42Au-dessus de la porte cochère à droite, l’inscription suivante avec les mots latins :

43AN. MCCCCLXXXX. Quo. pulcherrima. civitas. opibus. victoriis. artibus. aedifiisque. nobilis. copia. salbritate. pace. perfruebatur.

44En l’an 1490, lorsque notre plus belle ville, ennoblie par des trésors, des victoires, des arts, des bâtiments, jouissait de richesse, de santé et de paix.

45Est-ce qu’un spectateur dépourvu de préjugés en histoire de l’art, reconnaîtrait, sans indication expresse concernant le contexte, le noyau biblique dans cette écorce profane ? Peu probable ; ils penseraient peut-être à peu près ceci : ici, une famille distinguée de la Renaissance organise une réception devant sa loggia et dans le fond, dans une niche près du buffet antique, un vieux majordome est occupé à préparer la boisson festive pour laquelle un jeune serviteur lui apporte le citron qu’il attend depuis un moment déjà.

46Avec le sourire discret qui signale une supériorité intérieure, l’homme cultivé, las, se détourne de tant de réalisme banal : l’ordre suprême de Ruskin l’appelle au dehors dans la cour du cloître, vers une fresque giottesque de taille moyenne, où il est censé retrouver dans les chers Trecentistes purs et simples sa propre sensibilité. Eh oui, Ghirlandajo n’est pas une source rafraichissante au murmure campagnard pour Préraffaélites, mais pas non plus une cascade romantique dont les chutes folles enivrent d’une nouvelle ardeur de vivre l’autre type de voyageur, le surhomme en vacances de Pâques avec Zarathoustra dans la poche de son loden, afin qu’il puisse lutter pour la survie, même contre les autorités.

  • 23 Les trois derniers paragraphes se trouvent sur une page organisée en deux colonnes. Le paragraphe e (...)

47Et pourtant ! Attardons-nous et laissons donc les autres vacanciers en mal de beauté se hâter vers les objets plus plaisants ou sublimes de leur plaisir esthétique, sans les jalouser23.

Haut de page

Notes

3 En français dans le texte (N.d.T).

4 Ajout de la main de Warburg : corps.

5 Inséré : l’.

6 Inséré : plein de convoitise.

7 En italien dans le texte : épousailles, mariage. Il s’agit sans doute d’une référence au tableau de Raphaël Lo Sposalizio. (N.d.T.).

8 Ce qui suit reproduit : WIA III.55.2, manuscrit d’Aby Warburg.

9 Inséré : dévoile.

10 Mot barré au crayon à papier, en marge, au crayon : insinuée.

11 Voir ses propres Ricordi chez [Ettore] Marcucci [(éd.), Filippo Sassetti], Lettere [edite e inedite, Florenz 1855, p. XV-XLVIII.] et Rogati di Ser Balduccio Baldovini.

12 La peinture, datant du xive s[iècle], était très probablement une œuvre d’Ugolino da Siena. En 1429, Frondina Sassetti fait don de 200 fl. par voie testamentaire pour la réalisation d’une nouvelle peinture d’autel.

13 Voir Ricordi.

14 Il sort d’une remarque en marge du con[trat] d. 1469 que les Actes ont été copiés en -juillet 1806.

15 Il s’agit d’un extrait de Faust I, Acte I, « Devant la ville », légèrement modifié : « Da werden Winternächte hold und schön/Ein selig Leben wärmet alle Glieder,/Und ach! entrollst du gar ein würdig Pergamen,/So steigt der ganze Himmel zu dir nieder. ». La traduction reprise ci-dessus est celle de Nerval (N.d.T.).

16 Ou bien a ajouté à ses relations le supérieur des Dominicains (?), le Card[inal] Caraffa, dans la Chap[elle] duquel, S[anta] Mar[ia] sopr[a] Min[erva], Ghirl[andajo] avait déjà exécuté des fresques p. Giov[anni] (perdues ?).

17 Barré : à la place du Massacre des Innocents. Inséré : vois-tu à présent en haut le Massacre des Innocents par Hérode, une vision fantastique digne d’un asile d’aliénés, et vois [ ?] Bacchanales devait se trouver en réalité la plus douce Annonciation à Marie [?]. En bas, au lieu de l’exode de Joachim…

18 Inséré : la.

19 En allemand : « die drei (K) Kirche, Kaufmann, Künstler », sans doute une variation sur l’expression « die drei K: Kinder (enfants), Küche (cuisine), Kirche (église) » qui concernait les domaines traditionnellement dévolus aux femmes, selon une formule attribuée à l’empereur Guillaume II (N.d.T.).

20 Dans la suite toute une page, quasiment identique aux quatre paragraphes suivants et à la note qui les complète, a été barrée. Elle constitue visiblement une sorte d’esquisse pour ces derniers, avec un ajout qui n’a finalement pas été intégré : Citat Ev[an]g[elium] Lucae.

21 Compte rendu de Landucci chez [Giorgio Vasari, Vite de’ più eccelenti pittori scultori e architetti, éd. p. Padre M. Guglielmo] della Valle [T. 4, Sienne 1791, p. 176‑178.] [/] Dessin Ghirl[andajo] à Vienne [/] Indications cadastrales [/] Documents officiels [/] Arbre généalogique des Tornabuoni.

22 « Noch immer impfet man den Schauspieldichter zu sehr auf den Schauspiel-Spieler, anstatt beide zu ablaktieren als Doppelstämme Eines Blütengipfels. », Jean Pauls Sämtliche Werke. Historisch-kritische Ausgabe, Erste Abteilung, Elfter Band, Vorschule der Ästhetik, Weimar, 1935, p. 221. Voir Thys, p. 224, note 9 (N.d.T.).

23 Les trois derniers paragraphes se trouvent sur une page organisée en deux colonnes. Le paragraphe en haut de la colonne de gauche, écrit à l’encre verte, a été conservé. Le deuxième paragraphe qui se trouve sous celui-ci, est barré, mais a cependant été intégré ici. Le paragraphe du haut de la colonne de droite a également été barré. Il apparaît comme une esquisse pour le dernier paragraphe, écrit à l’encre noire, qui constitue ici la fin du texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Jolles et Aby Warburg, « Ninfa Fiorentina »Revue germanique internationale, 28 | 2018, 211-220.

Référence électronique

André Jolles et Aby Warburg, « Ninfa Fiorentina »Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2026 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2026

Haut de page

Traducteur

Céline Trautmann-Waller

Professeure en études germaniques, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, IUF

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search