Navigation – Plan du site
Traductions

Ninfa Fiorentina

23.XI.900
André Jolles et Aby Warburg
Traduction de Céline Trautmann-Waller
p. 211-220

Résumés

Dans cet échange de lettres ludique, datant de novembre 1900, André Jolles et Aby Warburg commentent la Naissance de Saint Jean Baptiste de Domenico Ghirlandaio. Ils s’attachent plus particulièrement à la figure de la servante porteuse de fruits qui devient l’incarnation de la nymphe florentine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Note du traducteur : La traduction s’appuie avec l’aimable autorisation des éditions Suhrkamp sur la transcription se trouvant dans : Aby Moritz Warburg, Werke in einem Band: auf der Grundlage der Manuskripte und Handexemplare, éd. par Martin Treml, Sigrid Weigel et Perdita Ladwig, Berlin, Suhrkamp 2010, p. 198‑210. Suhrkamp Je tiens à remercier également les archives du Warburg Institute (Londres), et plus particulièrement Philipp Ekardt et Claudia Wedepohl, de m’avoir permis de consulter le dossier intitulé « Ninfa fiorentina » et notamment les manuscrits des deux lettres traduites ici.

Ce qui suit est la transcription de WIA III.55. I, manuscrit d’André Jolles. Sauf indication contraire (N.d.T.), les notes sont celles de l’édition indiquée ci-dessus.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Epistula prima

Aperçu du texte

Epistula prima

Cher ami

Te souviens-tu de notre conversation, il y a un an environ lors de cette fameuse nuit de lune sur la terrasse de ta villa à San Domenico.

Les orangers embaumaient l’air comme un conte. Au loin dans la clarté froide de la lune et de sa lumière bleue s’étendait la ville comme une femme endormie, retournée par le rêve dans son passé. C’était comme si dans le tremblement merveilleusement blanc du brouillard on voyait le souffle de sa respiration. Tout autour les collines veillaient, leurs lignes tendues les unes vers les autres comme des géants se tenant par la main. Au-dessus de nous descendait, noir et immobile, le feuillage.

Nous avions parlé d’art, naturellement. Moi, avec l’exubérance épicurienne d’un jeune garçon qui, tout récemment libéré des entraves étroites des études universitaires, se délecte à présent pour la première fois de la fête de la pré-Renaissance florentine. Toi, avec la dignité plus posée d’un hôte qui ne s’est pas encore tout à fait rassasié m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Jolles et Aby Warburg, « Ninfa Fiorentina », Revue germanique internationale, 28 | 2018, 211-220.

Référence électronique

André Jolles et Aby Warburg, « Ninfa Fiorentina », Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 27 décembre 2021, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2026 ; DOI : 10.4000/rgi.2026

Haut de page

Traducteur

Céline Trautmann-Waller

Professeure en études germaniques, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, IUF

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals