Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28TraductionsA. Warburg (nécrologie)

Traductions

A. Warburg (nécrologie)

Erwin Panofsky
Traduction de Audrey Rieber
p. 221-224

Résumés

La nécrologie d’Aby Warburg par Erwin Panofsky, membre éminent du « laboratoire », est parue dans le Hamburger Fremdenblatt du 28 octobre 1929. Elle fournit un aperçu incisif sur les lignes de force de l’œuvre savante et institutionnelle de Warburg, insistant sur la cohérence (« le point de fuite commun ») d’un style de pensée et d’une méthode de travail uniques.

Haut de page

Texte intégral

1Note du traducteur :
La nécrologie est parue dans le Hamburger Fremdenblatt du 28 octobre 1929, soit deux jours après la mort d’Aby Warburg. Elle est republiée avec quelques modifications dans le Repertorium für Kunstwissenschaft, LI, p. 1
4, 1930 ainsi que dans : Erwin Panofsky, Deutschsprachige Aufsätze, Karen Michels (éd.), Berlin, Akademie Verlag, 1998, vol. I, p. 11111114. Ce texte et les circonstances de sa rédaction furent marquants pour Panofsky qui confie n’avoir « jamais laissé partir quelque chose à l’impression avec tant d’inquiétude que ces lignes ». (E. Panofsky à Carl Georg Heise, lettre du 11 janvier 1930, in : Erwin Panofsky, Korrespondenz, éd. Dieter Wuttke, Leipzig, Otto Harrassowitz, 20012011, 5 vols, ici : vol. I, p. 354). En avril 1949, il écrira encore à Henri Frankfort, alors directeur de l’Institut Warburg à Londres : « I shall never forget how I write it: Warburg had died, with enviable suddenness, while actually at work, and someone had to write a “Nachruf” for the local paper within 12 hours. So I did it in the same night, with my wife standing by and making strong coffee, and the results is very far from doing justice to the subject ». (E. Panofsky à H. Frankfort, lettre du 20 avril 1949, in : Korrespondenz, op. cit., 2003, vol. II, p. 1077). Et, dix ans plus tard, dans une lettre à Gertrud Bing dans laquelle il la complimente pour le texte qu’elle vient de commettre à l’occasion de l’érection d’un buste de Warburg dans la Kunsthalle de Hambourg, le 31 octobre 1958, il confie : « Needless to say, it evoked very many memories in addition to touching a chord always vibrant in our minds and hearts. As a fellow obituarist, I know only too well how hard it is to do things like these. » (E. Panofsky à G. Bing, lettre du 20 février 1959, in : Korrespondenz, op. cit., 2008, vol. IV, p. 435). Ni la douleur face à la perte d’un collègue et ami ni la difficulté à rendre raison de son travail ne se sont estompées.
Traduit avec l’aimable autorisation de Gerda Panofsky.

  • 1 Telle est la traduction usuelle de la formule de Léonard : « No’ si volta chi a stella è fisso » [N (...)

2Qui aimerait placer sous une devise le récit de la vie à laquelle le 26 octobre de l’année 1929 a mis un terme, ne pourrait peut-être choisir plus belle formule que celle, magnifique, qui se trouve dans les notes de Léonard de Vinci : « Celui qui s’oriente sur l’étoile ne se retourne pas1 ». Car, en vérité, jamais les chemins d’une existence érudite qui semblaient pourtant conduire non seulement dans l’in-pénétré, mais même dans l’impénétrable, n’ont été guidés avec une telle rigueur par une force inéluctable et immuable, et jamais un esprit scientifique n’a été davantage capable de transformer si complètement cette nécessité démonique en un vouloir conscient.

3Dans l’introduction à sa thèse doctorale, celui qui était alors âgé de vingt-cinq ans indiquait que son intention était, par une comparaison entre la création d’un grand peintre du Quattrocento et les discours littéraires de ses contemporains, d’apporter la preuve que la première Renaissance italienne appela à son secours des modèles antiques quand « il s’agissait de la représentation d’accessoires extérieurs en mouvement – des habits et des chevelures » ; à la fin de ce travail, quelques remarques comme lancées au hasard permettent néanmoins d’entrevoir que, dès cette époque, Warburg pressentait dans ces « accessoires en mouvement » l’expression symbolique de l’« excitation passionnelle des âmes ».

4Voilà qui préfigurait presque tout ce qui, en un sens fatidique, allait déterminer le travail de Warburg sa vie durant : une claire vision de la nécessité de réunir les directions de recherche qui étaient quasi entièrement séparées avant lui : l’analyse formelle, l’interprétation iconographique et l’exégèse des sources, et de donner de la sorte la parole à l’image et un corps au mot ; l’attention absolue au détail en apparence insignifiant, dont l’exploration la plus soigneuse était toujours à ses yeux la condition préalable à toute connaissance ; et aussi, même si elle ne s’annonce que dans cette remarque faite en passant, la volonté (ou plutôt la compulsion) de voir l’histoire de la culture humaine comme une histoire des passions humaines qui, dans leur simplicité horrible – vouloir-avoir, vouloir-donner, vouloir-tuer, vouloir-mourir – demeurent constamment les mêmes dans une couche d’existence qui n’est qu’en apparence recouverte par la civilisation, et que l’esprit donateur de forme doit – justement pour cela – tout à la fois manifester et maîtriser dans des formations culturelles toujours nouvelles.

5Mais la tâche d’écrire l’histoire de ces formes d’expression et de les présenter aussi bien comme expressions que comme formes n’aurait même pas pu être entrevue si Warburg n’avait pas, dès les tous débuts de son existence de chercheur, été conscient d’un fait qui équivalait pour lui à une nécessité de pensée, à savoir que c’est l’Antiquité grecque qui mena pour la première fois à fond ce double combat de l’esprit – le combat pour la manifestation et la maîtrise de l’excitation originaire de l’homme – et qu’il faut attribuer aux monuments à la victoire de ce combat, aux « formes » de la religiosité grecque et de la pensée grecque autant qu’aux « formes » de l’art grec, une toute autre signification dans l’histoire de la culture européenne que celle qu’on avait jusqu’alors l’habitude de leur donner : non pas seulement la signification de « normes » auxquelles une pensée formatrice idéalisante était à même de se conformer, mais aussi la signification de facteurs d’excitation qui éveillaient des passions réprimées et pouvaient faciliter l’expression des passions devenues muettes ; et, aussi bien dans l’une que dans l’autre signification, aussi bien comme porteuse d’une mesure sacrée que comme méduse démonique, l’Antiquité dut toujours de nouveau être oubliée, toujours de nouveau conquise et toujours de nouveau surmontée.

6Jeune homme déjà, il était donc saisi par le problème consistant à présenter tout ceci. Mais il ne pouvait pas encore prévoir sur quels chemins cela l’entraînerait. Il était parti d’une comparaison de l’œuvre d’art avec les discours des poètes et des théoriciens de l’art ; mais le point de fuite commun vers lequel ces trois lignes semblaient converger s’avéra être le centre d’un cercle doté d’un nombre infini de rayons. Non seulement la poésie et la théorie de l’art, mais aussi le culte, le langage, la philosophie, la mathématique et les sciences de la nature, bref toute la somme de ce que Ernst Cassirer devait fonder systématiquement comme monde des « formes symboliques », Warburg dut essayer de le comprendre historiquement. Et même le domaine des fêtes ainsi que la vie juridique et économique comme condition pratique de l’échange culturel permanent entre les peuples et aussi entre les époques – tout cela devait être intégré et pris en considération.

7Et si tous ces chemins semblaient élargir l’horizon, il y en eut d’autres qui pénétrèrent les profondeurs – des profondeurs devant lesquelles les spectateurs étaient souvent pris de vertige. Le chercheur qui avait commencé par observer « les accessoires extérieurs en mouvement » et qui aspirait toutefois dès le début à connaître l’âme intérieurement excitée, devait chercher à éprouver immédiatement, comme forces efficaces, les passions dont il voulait percer la forme configurée (gestaltete Form) ; et ce besoin ne l’entraîna pas seulement vers les lieux de vie et de culte des peuples primitifs, mais aussi dans des contrées intellectuelles que bien peu avant lui, et parmi ceux-ci, aucun historien de l’art, n’avait osé pénétrer : dans les domaines de l’astrologie et de la magie, de l’interprétation des signes et des prophéties, bref dans les régions de cette « grossière superstition » qui – elle aussi un héritage sacré-profane de l’Antiquité – fut pourtant l’un des plus puissants facteurs d’excitation et en fin de compte aussi de développement dans des périodes décisives de l’histoire de l’esprit européen. C’est justement cette connaissance-là que l’on doit pour une large part à Warburg : tel est le résultat remarquable de son activité scientifique : tous les puits obscurs dans lesquels l’esprit du passé était descendu et dans lesquels le chercheur osa le suivre s’avérèrent au final toujours de nouveau être des chemins aventureux vers la lumière. Warburg parvint à montrer que c’est précisément la peur du déluge et des signes prodigieux à la Renaissance allemande qui rend les actes de Luther et de Dürer concevables, et que c’est l’astrologie arabe qui fait comprendre les réalisations de Kepler ; et, à partir des représentations déformées de la mythographie médiévale, il put laisser s’élever quelque chose comme un nouveau Raphaël. Car il avait la force de voir dans l’histoire de la réception de l’Antiquité telle qu’il la comprenait l’autoréalisation de la conscience européenne.

8On peut affirmer à bon droit que l’activité de Warburg a montré à l’histoire de l’art un « nouveau royaume », pour parler comme Dürer, et a mis entre ses mains les moyens pour le conquérir. Il serait cependant vain de vouloir adopter le style de pensée de Warburg en plus de sa méthode de travail ; car celui-là est lié à une adéquation entre la personne humaine et l’objet scientifique qui n’est pas réitérable et qui de toute évidence n’a été qu’à de rares occasions aussi pleinement réalisée. Le chemin que Warburg crut avoir discerné dans l’histoire de l’esprit moderne – le chemin « per monstra ad sphaeram » –, ce chemin il dut le parcourir lui-même, non pas uniquement dans son travail, mais aussi dans sa vie. Ces actes de « libération » qu’il a vus accomplis par Luther, Kepler, Raphaël et enfin par Rembrandt et Giordano Bruno, il n’aurait jamais été capable de les revivre de cette façon s’il n’avait pas lui-même dû lutter littéralement avec les démons et s’il n’avait pas vaincu ces démons.

9L’être et la pensée de Warburg étaient déterminés par une tension monstrueuse que l’on peut définir – s’il faut en donner une formulation – comme une tension entre le rationnel et l’irrationnel. Mais c’est justement cette tension, qu’il ne trouva pas moins en lui-même que dans ses objets de recherche, qui donna à son être son unité intérieure. Elle ne conduisit pas à une division romantique, mais à une conjonction fascinante entre un esprit éblouissant et une sombre mélancolie, entre la critique rationnelle la plus acérée et une serviabilité pleine d’empathie ; elle se reflétait avec la plus grande clarté dans son style qui comprimait une pensée passionnément excitée dans une forme linguistique d’une rigueur incomparable, complexe et concise à la fois. Ces tensions justement, qui auraient tout bonnement fait éclater une existence purement contemplative, fondèrent une activité qui s’étendit bien au-delà de l’influence d’un érudit, aussi grand soit-il. Gouverné par son étoile, il devait gouverner ; capable de sacrifice, il réclamait le sacrifice ; et animé de la même violence avec laquelle il arracha à son propre corps un maximum de réalisations – sachant depuis des années que la mort le menaçait à chaque instant –, avec cette violence justement, il intervint dans toutes les affaires de la vie active, il parvint à édifier sa merveilleuse bibliothèque qui n’est pas que l’instrument, mais aussi la présentation visible de son travail intellectuel, il obtint la réalisation des projets scientifiques et extrascientifiques les plus divers dont les répercussions se font encore pleinement sentir aujourd’hui. Mais ce qu’il n’eut pas besoin de forcer, ce qui s’offrit bien plutôt de soi-même comme un rayonnement immédiat de son être, ce fut la constitution d’une communauté intellectuelle qui – étrange contraire – avait pour condition à la fois l’atmosphère européenne et l’atmosphère de son Hambourg qu’il aimait de tout son cœur : une communauté dont l’activité survivra à sa mort.

10Dans tout ce qu’il fit et incita les autres à faire, il ne pensa pas à lui-même : il n’a jamais voulu des serviteurs pour sa personne, mais seulement une équipe pour son bateau de Colomb, et tous ceux auxquels il donna la possibilité intérieure et extérieure de travailler scientifiquement, éprouvèrent auprès de lui une humanité qui n’est possible que dans des natures fortes et sévères.

Haut de page

Notes

1 Telle est la traduction usuelle de la formule de Léonard : « No’ si volta chi a stella è fisso » [N.d.T.]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwin Panofsky, « A. Warburg (nécrologie) »Revue germanique internationale, 28 | 2018, 221-224.

Référence électronique

Erwin Panofsky, « A. Warburg (nécrologie) »Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2039

Haut de page

Traducteur

Audrey Rieber

Maître de conférences en philosophie, ENS de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search