Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28TraductionsA. Warburg

Traductions

A. Warburg

Fritz Saxl
Traduction de Audrey Rieber
p. 225-227

Résumés

La nécrologie d’Aby Warburg par Erwin Panofsky, membre éminent du « laboratoire », est parue dans le Hamburger Fremdenblatt du 28 octobre 1929. Elle fournit un aperçu incisif sur les lignes de force de l’œuvre savante et institutionnelle de Warburg, insistant sur la cohérence (« le point de fuite commun ») d’un style de pensée et d’une méthode de travail uniques.

Haut de page

Texte intégral

1Note du traducteur :
La nécrologie est parue dans la Frankfurter Zeitung, le samedi 9 novembre 1929. Sa traduction est publiée avec l’aimable autorisation du directeur de l’Institut Warburg.

2Le 26 octobre, Aby Warburg est mort dans sa 64e année.

3Sa vie nous semble s’articuler en trois périodes. La première comprend la jeunesse et le début de son travail, la deuxième un séjour à Florence et l’édification de la bibliothèque à Hambourg, jusqu’à la fin de la guerre, la troisième englobe les années de maladie et, à leur suite, le temps de la maturité et du dénouement.

4Quand Warburg faisait le récit de sa jeunesse, une ronde d’apparitions de nature variée provenait du souvenir. Et l’auditeur se sentait proche des figures de cette ronde, car le souvenir des sentiments de l’enfant empoignait toujours de nouveau l’esprit de l’homme.

5Il y a peu de penseurs chez qui le souvenir de l’enfance put jouer le même rôle, peu chez qui l’immense capacité impressive de l’enfant vis-à-vis des hommes et des créations est demeurée active tout au long de la vie avec une véhémence toujours intacte. La propension et l’instinct de Warburg à l’imagination – à la saisie imagée de l’objet comme à sa transformation par une pensée débordante de fantaisie – sont proches parents de celle de l’enfant ainsi que des artistes et des religieux.

6Mais son développement ne le conduisit pas à un ministère artistique et religieux, au contraire – après avoir hésité brièvement et tenté d’étudier la médecine –, l’artistique tout comme le religieux devint l’objet de sa pensée historique.

7Écoutant son démon, il alla d’abord à Florence, où il chercha à poursuivre la voie ouverte par Jakob Burckhardt. Il s’y fit une idée de la Florence médicéenne en collectant et en interrogeant, avec une unilatéralité consciente, les pièces officielles de l’époque de la renaissance de l’Antiquité, les documents des beaux-arts joints à ceux de la littérature et des archives. C’est justement de cette façon qu’il gagna – pour lui-même et pour nous – une image de cette époque étonnamment nouvelle, vivante et valable sous plus d’un aspect.

8Warburg avait été saisi d’une manière particulière par l’art florentin du Quattrocento. Depuis l’époque des préraphaélites, les œuvres des Botticelli et Ghirlandaio avaient trouvé de nombreux admirateurs et quelques spécialistes, mais personne, avant Warburg, n’avait considéré le moment dramatique qui réside dans la nature de leur rapport à l’Antiquité comme la clé pour comprendre leurs combats et saisir leur universalité.

9Pour le Warburg qui se rendit à Florence, Lessing était le maître : il avait puisé dans son Laocoon la certitude que l’art antique recelait une telle force de conjurer les sentiments qu’il parvenait même à formuler sans la formuler la douleur la plus grande. L’art du Quattrocento que Warburg affronta à Florence menaça ce calme que la doctrine de Lessing semblait pouvoir donner à sa vie. Car l’art des maîtres florentins était empreint d’antique et pourtant étranger et fermé à la mesure classique. Quel vouloir et quelle nécessité ces moments antiques anticlassiques laissent-ils justement surgir dans le Quattrocento florentin ? Telle était la première question et, derrière elle, s’en trouvait une autre, plus vaste, dont Warburg n’avait à l’époque qu’à moitié conscience : Qu’est-ce qui, en général, donne à l’humanité le désir d’extraire des symboles du passé et de leur laisser atteindre une efficacité nouvelle ?

10Il chercha d’abord à esquisser une réponse en historien, d’une part, en suivant ces reprises en détail, en les répertoriant en groupe et en les rassemblant et, d’autre part et à la suite de Burckhardt, en faisant voir les hommes de la Renaissance à partir de leurs actions, de leur conception de la société, de leurs inscriptions, de leurs fêtes, afin de comprendre les pensées et sentiments de chacun de ces individus dans lesquels les formes d’expression religieuses et artistiques de leurs ancêtres antiques pouvaient de nouveau devenir vivaces.

11En 1901, Warburg se transplanta à Hambourg ; il en résulta naturellement la dissolution du trop étroit cercle florentin et l’élargissement de ses domaines de recherche. Warburg commença en même temps à ériger la bibliothèque.

12La bibliothèque Warburg qu’il a ouverte au public depuis des années et qui sert aussi le travail scientifique général est l’instrument et le résultat des études de Warburg depuis cette période florentine. Le problème particulier de Florence, à savoir que l’Antiquité eut pour effet sur la société du xve siècle d’accroître le mouvement, recula, et une multitude de questions apparentées issues d’autres cercles culturels émergea. Une idée fondamentale les unit : nous observons que, dans certaines conditions, l’humanité parvient à empreindre (prägen) des expressions imagées de ses sentiments qui possèdent un caractère et une force tels qu’elles dépassent l’individu et sont conservées dans la mémoire sociale. De quelle nature sont ces empreintes pour posséder une telle force vitale et comment leur vie se déroule-t‑elle au cours de l’histoire ?

13C’est à partir de la position de ce problème que la bibliothèque Warburg grandit, acquit plusieurs parties et conserva son unité. Le problème s’étend bien au-delà du domaine de la religion et de l’art, il est universel, il est un problème de langage comme de droit et d’historiographie. Warburg l’a très bien vu et a étendu sa bibliothèque au-delà de ce qu’il pouvait encore espérer exploiter lui-même. Il ne pouvait certes pas tenter de résoudre des problèmes particuliers avec des rangées de livres, mais ériger l’édifice du problème de manière unitaire et donner à l’usager l’instrument et la direction pour résoudre ses questions par le choix des ouvrages et la façon de les grouper.

14En 1918, Warburg tomba malade et resta éloigné des années de son lieu de travail, mais pas de son travail auquel il n’a presque jamais cessé de penser. Durant ces années, la nature et la signification du problème de Warburg et de ses essais pour le résoudre commencèrent à être comprises, et un certain nombre de chercheurs reconnurent le problème de Warburg et y travaillèrent comme au leur. Dans le cadre de la bibliothèque fut publiée une série de textes qui fournirent des matériaux, des vues d’ensemble et des solutions pour le problème général tout comme pour les questions particulières qu’il implique.

15De la crise de sa vie que fut la maladie, Warburg était sorti essentiellement autre qu’auparavant. Il était enrichi des expériences du démonique, de l’au-delà du sain, délié de l’aspiration à connaître le seul singulier, rempli de la force insigne d’interroger le fondement dernier de ses problèmes. Il incarnait alors l’exigence et la volonté d’une parfaite concentration dans le vécu de chaque instant, il était déterminé par une évaluation de la souffrance et une force de compassion qui permettent de comprendre l’effet de sa personne sur le monde qui l’entourait. Cette concentration de l’être et cette humanité élargie lui permirent pour la première fois de parvenir à un travail global et conclusif. Un atlas d’images en plusieurs volumes doit rendre visibles les formes expressives créées par l’Antiquité pour le sentiment humain exacerbé, leur survie, reprise et transformation du Moyen Âge à Rembrandt et Rubens jusqu’aux cartes à jouer modernes et aux timbres d’aujourd’hui ; le texte de l’atlas [doit] interpréter le phénomène général et les faits historiques singuliers. Les planches de cette œuvre sont en majorité achevées, le texte, Warburg en a arraché une petite partie au corps fatigué. Cet atlas doit être et sera un instrument à destination de ceux pour qui les questions de Warburg signifient comme pour lui des questions vitales.

  • 1 En français dans le texte.

16Warburg, qui, tout au long de sa vie, s’est souvenu avec une telle intensité des angoisses enfantines et les a revécues, pour qui elles ont acquis une figure démonique, parcourt dans son évolution les stades de l’évolution de l’humanité. Warburg se libère de ces formes expressives primitives-violentes par le moyen de la vue théorétique. En reconnaissant les formules du pathos antiques comme les héritières classiques de ces formes et en suivant de près leur effet historique, Warburg devient l’historien de la « mémoire sociale1 », l’historien de la conscience historique.

17Au-dessus des portes de sa bibliothèque, il plaça le mot « Mnemosyne ».

18Il a donné sa vie pour saisir l’acte par lequel les puissances pathétiques sont formées, représentées et, de ce fait, « désenvenimées ». Cette conception lui montre l’enchaînement de l’apollinien et du dionysiaque : la claire sérénité (Besonnenheit), arrachée aux puissances obscures, demeure toujours encore menacée par elles et doit être prémunie contre elles. Warburg a édifié la bibliothèque pour demeurer un ami aidant et fidèle de tous les compagnons [engagés] dans cette lutte de libération de la conscience humaine.

Haut de page

Notes

1 En français dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fritz Saxl, « A. Warburg »Revue germanique internationale, 28 | 2018, 225-227.

Référence électronique

Fritz Saxl, « A. Warburg »Revue germanique internationale [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2057 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2057

Haut de page

Traducteur

Audrey Rieber

Maître de conférences en philosophie, ENS de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search