Navigation – Plan du site
Quelques histoires de réception

Nietzsche et la littérature chinoise moderne

Daiyun Yue
Traduction de Camille Joseph
p. 13-38

Résumés

Dès 1904 Wang Guowei avait commencé à importer Nietzsche en Chine. Quelques années plus tard Lu Xun voyait en Nietzsche un individualiste d’une extrême distinction. La réception de Nietzsche en Chine commence vraiment avec le mouvement du 4 Mai. Selon sa philosophie du surhomme, l’oppression de la société a produit des hommes distordus, déformés. Il faut donc transcender l’homme ordinaire et faire advenir une race nouvelle de surhommes. Le romancier Guo Moruo qui traduisit une partie d’Ainsi parlait Zarathustra en 1923 était aussi fasciné par Nietzsche. L’écrivain Mao Dun publia quant à lui un traité complet sur le philosophie de Nietzsche. Les nombreuses étapes de l’interprétation de Nietzsche en Chine observées dans l’article, invitent à opposer deux types de réception. Dans un cas le surhomme est censé réveiller la conscience du peuple. Au contraire dans les années 1940 on se réclame parfois de Nietzsche pour consolider la domination d’une poignée de prétendus héros.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Aperçu du texte

Au cours des premières décennies du vingtième siècle, un ensemble de transformations politiques, économiques et culturelles provoquèrent l’apparition et la diffusion de différents courants intellectuels dans une Chine figée et arriérée. L’ampleur et la profusion de ces nouvelles théories, ainsi que la profondeur et la complexité de l’impact qu’elles eurent sur la société chinoise sont peu c dans l’histoire de la culture mondiale. Récemment, différents travaux consacrés à l’évolution de la culture et de l’idéologie chinoises ont étudié l’influence mutuelle des cultures orientale et occidentale en Chine. Depuis 1954 et la publication aux presses universitaires d’Harvard du livre de John Fairbank, China’s Response to the West, le nombre de textes et de travaux abordant cette question n’a cessé d’augmenter. Parmi les plus importants, on peut citer China’s Entry into World Literature de A. R. Davis (1967), The Antithesis between Traditional Eastern Literature and Modern Western Literatur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daiyun Yue, « Nietzsche et la littérature chinoise moderne », Revue germanique internationale, 29 | 2019, 13-38.

Référence électronique

Daiyun Yue, « Nietzsche et la littérature chinoise moderne », Revue germanique internationale [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2103 ; DOI : 10.4000/rgi.2103

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals