Navigation – Plan du site
Quelques histoires de réception

La traduction poétique dans la revue Xue Heng et le néo-humanisme

Lixin Yang
p. 59-71

Résumés

Dans la présentation de la culture occidentale par la revue Xue Heng, la traduction des poèmes occupe une place centrale. Ceci montre un lien profond avec le néo-humanisme d’Irving Babbitt. Les pratiques de traduction des poèmes du romantisme britannique ne contredisent pas l’opposition à la littérature romantique depuis Rousseau, elles résultent au contraire de l’esthétique du néo-humanisme. Les membres de l’école « Xue Heng » présentent leurs traductions sous forme de poèmes versifiés et rimés, leur travail constitue un phénomène particulier dans l’histoire de la traduction littéraire des temps modernes en Chine ; les différentes traductions présentées par les différents traducteurs et l’importance qu’ils accordent à Matthew Arnold et Christina Rossetti correspondent également à leur position néo-humaniste. La traduction des poèmes dans la revue Xue Heng comble un manque en matière de présentation de la culture occidentale dans les sociétés ou les revues littéraires principales de la Chine moderne et elle marque ainsi un moment indispensable dans l’échange littéraire entre Chine et Occident.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Plan

L’école « Xue Heng » et le néo-humanisme
La distinction entre « sublime » et « grotesque » du romantisme
« Les matériaux nouveaux dans la métrique traditionnelle »
Un poème avec différentes versions de traductions

Aperçu du texte

L’école « Xue Heng », un mouvement littéraire particulier dans l’histoire de la culture chinoise moderne dont les représentants sont Mei Guangdi, Wu Mi, Hu Xianxiao, Liu Yizheng et Tang Yongtong, est depuis longtemps mal perçue dans les recherches sur la Nouvelle littérature chinoise en raison de leur affrontement avec les sympathisants de la Nouvelle Culture-littérature du mouvement du 4 Mai et de la polémique qu’ils ont engagée avec Chen Duxiu, Hu Shi et Lu Xun, à savoir les grands porte-paroles du mouvement de la Nouvelle Culture. Depuis les années 1990, par suite de la transformation sociale et culturelle en Chine et l’arrivée de l’époque dite post-Lumières, le milieu intellectuel se met à redécouvrir les apports de l’école « Xue Heng » et ses efforts de neutralisation du radicalisme culturel inauguré par le mouvement du 4 Mai et de défense de la culture traditionnelle chinoise. À la lumière de Madame Yue Daiyun, qui a publié en 1989 un article intitulé Sur le conservatisme mode...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lixin Yang, « La traduction poétique dans la revue Xue Heng et le néo-humanisme », Revue germanique internationale, 29 | 2019, 59-71.

Référence électronique

Lixin Yang, « La traduction poétique dans la revue Xue Heng et le néo-humanisme », Revue germanique internationale [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2123 ; DOI : 10.4000/rgi.2123

Haut de page

Auteur

Lixin Yang

Yang Lixin, professeur de littérature comparée à l’université normale de Nanjing.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals