Navigation – Plan du site
Quelques histoires de réception

Wang Bing, cinéaste de la durée

Jacques Vincent
p. 99-109

Résumés

Dans ses documentaires, Wang Bing développe un rapport au temps très particulier. L’article propose quelques pistes de réflexion sur la question de la durée dans l’œuvre du cinéaste chinois en analysant sa façon de filmer et de choisir ses sujets. Il se penche sur quatre films qui documentent des aspects de la Chine contemporaine tout en induisant fortement le sentiment de la durée chez le spectateur. On cherchera ici à comprendre la pratique cinématographique de Wang Bing en regard de la définition de Tarkovski d’un cinéma qui « sculpte dans le temps » : il s’agira alors de saisir le rapport du cinéaste chinois avec le cinéaste soviétique dont il dit s’inspirer.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Plan

Un temps suspendu
« Doubler le temps »
Les gestes et le temps
Conclusion : « sculpter dans le temps »

Aperçu du texte

Selon la belle définition de Tarkovski, l’art du cinéaste tiendrait à sa capacité de « sculpter dans le temps ». C’est que le cinéma donne la possibilité « de traiter n’importe quel fait saisi dans le temps », autrement dit il est l’art de saisir les choses et les êtres dans leur durée. Si Tarkovski et quelques autres nous transmettent ce sentiment d’une durée captée et mise en forme par le cinéma, il faut bien avouer que peu y parviennent. Sûrement que trop d’effets, trop de paroles tuent l’émergence de la durée dans le plan, d’un plan à l’autre et en définitive de l’œuvre au spectateur. Un cinéma d’aujourd’hui qui donne au spectateur ce sentiment de la durée est celui du cinéaste chinois Wang Bing. On proposera ici quelques pistes de réflexion sur la question de la durée dans son œuvre en analysant sa façon de filmer et de choisir les sujets de ses documentaires. On parlera surtout de quatre films, À l’ouest des rails, Crude Oil, Les trois sœurs du Yunnan et L’Homme sans nom : cha...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Vincent, « Wang Bing, cinéaste de la durée », Revue germanique internationale, 29 | 2019, 99-109.

Référence électronique

Jacques Vincent, « Wang Bing, cinéaste de la durée », Revue germanique internationale [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2146 ; DOI : 10.4000/rgi.2146

Haut de page

Auteur

Jacques Vincent

Jacques Vincent, maître de conférences en philosophie à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals