Navigation – Plan du site
Aspects des études allemandes en Chine

« Qui représente l’esprit du temps (Zeitgeist) ? » La sociologie du goût littéraire de Schücking et son influence

Weigui Fang
p. 113-125

Résumés

Au début du xxe siècle l’esthétique transcendantale et réflexive qui procède du haut vers le bas (c’est-à-dire de réflexions esthétiques générales vers le texte, l’œuvre d’art singulière mais sans descendre d’une superstructure vers une base politico-économique, vers le fondement de la vie réelle), cette esthétique a lentement cédé la place à une autre esthétique qui procédait à l’opposé (de bas en haut) comme le montre un mode sociologique d’aborder les problèmes esthétiques. La « sociologie de la littérature » ne s’est pas seulement révélée attirante pour de nombreux historiens de la littérature qui proposaient une théorie de la littérature. Elle est aussi un thème récurrent de la sociologie. Un théoricien allemand Levin Ludwig Schücking fut le premier à formuler le concept d’une sociologie attachée à la constitution des goûts littéraires et qui en a fait un champ d’investigation. Selon lui un seul et unique esprit du temps et goût esthétique n’existe pas dans unesociété donnée à une époque donnée. Dans chaque société il existe divers modèles artistiques et idéaux stylistiques et ils représentent l’esprit du temps propre à diverses classes et divers groupes sociaux. En d’autres termes l’ « esprit du temps » n’existe qu’au pluriel dans une société donnée. La validité du nouveau concept développé par Schücking a été reconnue par de nombreux théoriciens célèbres du xxe siècle. Je ne discute pas ici la théorie de Schücking dans ses fondements, une sociologie fondée sur la constitution des goûts littéraires, mais je discute son influence.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Plan

I. L’idée de goût au temps « post-esthétique »
II. « En réalité, il n’y a pas d’esprit du temps (Zeitgeist) »
III. Classes sociales, goûts et types de littérature
IV. La sociologie du goût littéraire toujours à la mode

Aperçu du texte

I. L’idée de goût au temps « post-esthétique »

C’est dans la seconde moitié du xviie siècle que le mot « goût » (« gusto » en italien et en espagnol, « taste » en anglais, « Geschmack » en allemand) a émergé dans les langues espagnole, française et anglaise, avant d’être traduit plus tard en allemand. Le « goût » désigne une faculté consistant à faire des distinctions ou à produire des jugements esthétiques. Puisque cette faculté, issue de l’expérience esthétique, précède la réflexion théorique, elle est considérée comme une forme directe de la sensibilité. La notion de goût est donc une notion tournée vers le sensible. En Occident, les chercheurs pensent en général que le mot « goût » au sens de « faculté esthétique » est né dans la culture italienne pendant la Renaissance et que l’écrivain et philosophe espagnol Gracián a été le premier à l’employer comme terme de critique. La culture de salon française du xviie siècle est devenue le foyer social du « goût » interprété, à l’époque,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Weigui Fang, « « Qui représente l’esprit du temps (Zeitgeist) ? » La sociologie du goût littéraire de Schücking et son influence », Revue germanique internationale, 29 | 2019, 113-125.

Référence électronique

Weigui Fang, « « Qui représente l’esprit du temps (Zeitgeist) ? » La sociologie du goût littéraire de Schücking et son influence », Revue germanique internationale [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2159 ; DOI : 10.4000/rgi.2159

Haut de page

Auteur

Weigui Fang

Fang Weigui, professeur au département de littérature chinoise de l’université normale de Beijing.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals