Navigation – Plan du site
Aspects des études allemandes en Chine

Lacan et Husserl. Pour une nouvelle possibilité de critique philosophique

Yinghui Ma
p. 161-173

Résumés

La généalogie transcendantale de Husserl esquisse un trajet de la nature à l’habitude, sa théorie se fonde sur la fusion des intentionnalités temporelles du corps de la zone zéro. Lacan rebondit sur les pensées husserliennes en apportant ses contributions à deux aspects : il fait remarquer d’abord par sa théorie du « stade du miroir » – le malentendu et l’aliénation – qui sont fondamentaux – comme essences de la fusion des intentionnalités, il substitue ensuite la structure topologique de l’être à la forme de multiplicité de la conscience pure. À l’opposé de Husserl qui détermine la zone zéro à partir des perceptions du corps, Lacan nous révèle que la présence du « vide » est la seule existence réelle et que l’origine de la fusion devrait remonter à l’objet a, objet absent et en fluctuation perpétuelle inaugurant une nouvelle analyse du rapport du noein avec l’existence.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Plan

Le corps de la zone zéro et la coexistence fusionnelle
Réflexion sur la corrélation fusionnelle à la lumière de la théorie du « stade du miroir »
Le caractère fondamental de l’absent
Nouvelle forme du noein et de l’être

Aperçu du texte

La conception parménidienne de l’être dans l’ordre de la pensée inaugure la philosophie du noein. Platon divise, de l’intérieur, le noein en pensée (dianoia), intellect (noesin) et raison (noesei), l’être dans l’ordre de la pensée peut ainsi être parallèlement considéré comme l’être et l’idée (noetou), l’origine et la perfection (ou la bonté). Les philosophes des temps modernes prennent le relai de ce débat, qu’il s’agisse de Descartes qui interroge le cogito ou Kant qui analyse l’aperception transcendantale. La tradition philosophique autour du noein trouve sa continuité et cohérence chez ses héritiers.

Cette philosophie critique initiatrice peut se reconnaître chez Husserl dont les études sur l’intentionnalité et noesis/noema inspirent les recherches phénoménologiques d’Heidegger et de Merleau-Ponty et déterminent essentiellement la profondeur à laquelle les mouvements phénoménologiques pourraient parvenir. L’influence de Husserl s’exerce même au-delà des études phénoménologiques, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yinghui Ma, « Lacan et Husserl. Pour une nouvelle possibilité de critique philosophique », Revue germanique internationale, 29 | 2019, 161-173.

Référence électronique

Yinghui Ma, « Lacan et Husserl. Pour une nouvelle possibilité de critique philosophique », Revue germanique internationale [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2193 ; DOI : 10.4000/rgi.2193

Haut de page

Auteur

Yinghui Ma

Ma Yinghui, maître de conférences de philosophie à l’université de Nanjing.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals